Navigation – Plan du site
Italie

Histoire et mystères dans la Rome baroque. Rita Monaldi et Francesco Sorti, Imprimatur

Tiziana Jacoponi
p. 39-50

Résumés

Quelle est la véracité de ce manuscrit daté de 1699, mettant en scène des événements qui se seraient déroulés en 1683 entre Paris, Rome et Vienne, jetant de graves ombres sur la limpidité et l'honnêteté du pape Innocent XI ? En 2040, l'évêque du diocèse de Côme s'interroge. Tel est le point de départ de ce roman historique qui nous plonge au cœur des intrigues politiques et religieuses des grandes cours européennes, tout en nous initiant à la musique baroque, à l'astrologie et aux sciences de l'époque. Reprenant le canevas littéraire du Nom de la Rose - un huis-clos au sein duquel un apprenti et son mentor tentent de dénouer les fils d'un possible meurtre - les auteurs nous font découvrir les intrigues de la fin du XVIIe siècle, avant de mettre à jour, preuves à l'appui, une découverte historique. A ce jour le livre n’est pas disponible dans l’édition italienne.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Rome

Index chronologique :

XXe, XVIIe
Haut de page

Texte intégral

1Au mois de mars 2002 la sortie d’un livre édité par Mondadori, de couverture noire, sur lequel figure des effigies du Vatican et dont le titre est en latin (594 pages de récit et 33 pages de notes et documents) provoque un cas littéraire.

  • 1 Alessandro Manzoni avait affirmé dans la préface des Promessi Sposi de se servir de l’histoire pour (...)
  • 2 « ai vinti », Rita Monaldi, Francesco Sorti, Imprimatur, Milan, Mondadori, p. 15.

2Il s’agit de Imprimatur, livre né de la coopération sentimentale et professionnelle de deux journalistes, Francesco Monaldi et Rita Sorti, qui ont décidé de suivre la voie tracé par Manzoni1 au XIXe siècle en se servant d’un contexte historique pour raconter l’Italie contemporaine. Les auteurs dédient ce livre aux vaincus2, l’hommage est implicite, mais avant de nous avancer sur un domaine critique, voyons de près de quoi il s’agit, en commençant par un résumé de l’histoire.

L’histoire

  • 3 Rita Monaldi, Francesco Sorti, Imprimatur, traduit de l’italien par Nathalie Bauer, Paris, Pocket é (...)
  • 4 Par ce terme on désignait les écrivains des Gazettes, sorte des journaux populaires, très à la mode (...)

3Imprimatur est sorti en France en 20033, fruit de la plume d'un couple de journalistes - historiens italiens, Rita Monaldi (spécialiste des religions) et Francesco Sorti (musicologue). La préface présente le roman comme un véritable manuscrit du XVIIe siècle, que les auteurs ont retrouvé et envoyé à leur ami, l’évêque de Côme en 2040. Celui-ci, croyant à une plaisanterie, a rangé le manuscrit dans un coin. Il traitait des affaires d’Innocent XI, le Pape qui en 1683, dirigea la croisade contre les Turcs qui déferlaient sur Vienne, remportant la bataille décisive de Kahlenberg. Le 11 septembre 1683 la canonisation du Pape Benedetto Odescalchi, prévue pour 2041, est donc d’actualité, en tant que symbole. Durant une guerre contre le terrorisme, l’évêque, pensant bien faire, envoie le manuscrit à la commission chargée d’étudier le cas d’Innocent XI. Le texte aurait été écrit à la mi-septembre 1683 par un jeune apprenti de vingt ans (de nom inconnu), faisant des études de gazetier4, travaillant chez son maître, monsieur Pellegrino, à l’auberge du Damoiseau, à Rome. Alors que les Turcs assiègent Vienne (mettant en péril la chrétienté), la cité papale est en proie à la peste. L’auberge où travaille le narrateur est donc mise en quarantaine, avec une foule d’hôtes hétéroclites : un Anglais, un vieillard sénile, un jésuite espagnol, une courtisane hollandaise, un guitariste français, un abbé italien, un Napolitain, un médecin siennois, et d’autres personnages encore. Quelques pensionnaires tombent malades : l’un d’eux meurt. Il s’avère qu’il a été empoisonné. Mais par qui ? L’assassinat serait-il lié à l’avancée turque vers Vienne, ou encore aux jeux de pouvoir que livre Louis XIV à l’Europe entière ? Le roi Très Chrétien refuse obstinément de porter secours aux Habsbourg d’Autriche contre les musulmans, fait pression sur le Pape dans le combat contre la secte janséniste. De plus, l’un des malades est lié à Guillaume d’Orange, prétendant au trône d’Angleterre et rival de Louis XIV. Le narrateur-héros se lie rapidement d’amitié avec l’abbé, Atto Melani. Cet ancien castrat, célébrissime dans les cours d’Europe, et qui a été fait abbé par Louis XIV, semble espionner pour son compte. Ensemble, les deux « détectives » vont essayer de résoudre le mystère, errant entre une auberge en quarantaine et les souterrains de Rome, quitte à tomber sur des secrets insondables et des personnages à la fois grotesques et répugnants qui auront la fonction de guide à l’intérieur des souterrains.

  • 5 Nous nous référons au personnages crées par Sir Arthur Conan Doyle en 1887.
  • 6 Bourbon, nom de la famille à la quelle appartient Louis XIV.
  • 7 Odescalchi, nom de la famille à laquelle appartient le pape Innocence XI ; cette famille était comp (...)
  • 8 Nicolas Fouquet, surintendant aux Finances sous Louis XIV, a subi un procès, décrit entre autres pa (...)
  • 9 Athanasius Kircher était un érudit jésuite qui aurait du remplacer Kepler à Vienne mais il préféra (...)
  • 10 A différence du Da Vinci code qui présente plusieurs inexactitudes (cf. Dan Brown, Da Vinci Code, D (...)
  • 11 Les mêmes auteurs ont publié la suite des aventures de ce couple formé par Melani et le jeune appre (...)

4Imprimatur est un livre d’aventure et de péripéties : les événements sont détaillés sur une durée de près de dix jours. Le jeune apprenti narrateur qui s’exprime comme un livre baroque, forme un duo avec Athos Melani qui n’est pas sans rappeler celui du docteur Watson et de Sherlock Holmes5. Le dénouement semble ne pas arriver. L’évêque de Côme – nous retournons brusquement au présent – joint à son envoi une série de notes, à l’appui des sources venant des archives du Vatican, qui démontrent que les affaires concernant Innocent XI sont vraies, ainsi que celles sur la Succession d’Espagne, les Bourbons6 seraient donc des usurpateurs. De plus, outre les principaux sujets traités dans le livre (les affaires de la famille Odescalchi7 et la Succession d’Espagne), on apprend, dans Imprimatur, l’histoire déchirante de Nicolas Fouquet8, le fonctionnement de la diplomatie de Louis XIV, l’attirance des cardinaux romains envers l’ésotérique, les travaux étranges d’Athanasius Kircher9, la conception de la médecine au XVIIe siècle, le respect de l’astrologie, le trafic de fausses reliques, la dégénérescence des familles royales européennes à cause de leurs mariages consanguins. Ainsi, tout est vrai10 : des plans de la ville de Rome jusqu’aux personnages : Atto Melani, castrat italien devenu espion français, a réellement existé. On ressent également l’atmosphère de la Rome des États de l’Eglise, celle du népotisme et des fastes11.

Personnages

  • 12 24 heures chrono. Cette série télé américaine a vu le jour en 2001 aux Etats-Unis, sous le nom 24. (...)
  • 13 Umberto Eco, Il nome della rosa, Milan, Bompiani, 1980, traduction française par Jean Noël Schifano (...)
  • 14 Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 26.

5Ce livre n’est pas une œuvre de lecture facile car les connexions sont nombreuses et demandent au lecteur un effort de mémoire hors du commun, il faut suivre en même temps que les personnages les événements historiques et les digressions scientifiques et musicales. Peut-être est-ce d’ailleurs là sa force ? Prendre une époque assez lointaine pour insuffler une bonne dose de romanesque, mais suffisamment proche pour que ses acteurs ne soient pas de parfaits inconnus. Le règne de Louis XIV, la période la mieux appréhendée, certainement la plus étudiée à l’école, ce qui a l’avantage de ne laisser personne sans points de repère, sans références par rapport à l’histoire. Emprunter au théâtre classique son unité de lieu et placer la quasi totalité de son intrigue dans un lieu connu ou utilisé par tous : une auberge modeste et discrète située pour l’occasion en plein cœur de Rome. Innover à la façon sublimée par la série 24 heures12 en fixant à l’avance la durée du développement de l’intrigue à deux semaines, soit quatorze jours répartis en autant de chapitres agrémentés de quelques nuits, chaque journée apportant son lot de rebondissements, intrigues nouvelles et soupçons avérés. Faire planer une grande menace planétaire à une époque où l’homme n’a pas encore fait les progrès qu’on lui connaît, ajouter à tout ce tableau la présence de la peste dans le pays, ce qui n’arrange pas les affaires du Pape Innocent XI, défenseur du monde chré­tien, qui a déjà à faire avec les infidèles. Face à l’invasion turque qui presse aux portes de Vienne il n’y a que des possibilités romanesques ; mettre en scène un duo toujours plébiscité : le vieux et le jeune, le maître et l’élève, l’instruit et l’ignare, le fourbe et le franc, l’expérience et la naïveté. Une construction qui n’est pas sans rappeler celle du Nom de la Rose13. Tous les pensionnaires de l’auberge, du plus débonnaire au plus louche sont tous présumés coupables et les auteurs ne se privent pas d’abuser le lecteur, de le lancer sur de fausses pistes, si ce n’est que chez Monaldi et Sorti les personnages ont chacun leur part d’ombre. Mais présumés cou­pables de quoi au juste ? Il y a bien un cadavre dès le début du livre, l’un des neufs pensionnaires de l’auberge, « le vieux gentilhomme français »14, Monsieur de Mourai, arrivé quelques jours auparavant, presque totalement aveugle et guère liant.

  • 15 « assis dans un fauteuil, les pieds trempant dans la bassine destinée à son bain habituel. Il gisai (...)

Mourai in poltrona con i piedi a mollo nella tinozza per il suo solito pediluvio, giaceva di traverso con le braccia penzoloni, mentre l’Abate Melani gli sorreggeva il busto e cercava di rianimarlo, scuotendolo per il bavero. Fu in quel momento che il povero signor Murai, con enorme sforzo, biascicò le sue ultime parole :“Ahi dunque è pure vero” gemette in italiano. Poi smise di rantolare : Continuava a fissare l’oste, e bava verdastra gli era colata dalla bocca fin sul petto. Così era morto.15

  • 16 Par ce nom on appelle les gardes du pape qui avait un poste dans cette localité près de Castel Sant (...)

6Une mort suffisamment suspecte (la peste rôde) pour que l’auberge soit mise en quarantaine, les hommes du Bargello16 murant consciencieusement ses accès et avisant les pensionnaires ainsi séquestrés qu’un appel serait fait tous les jours afin de vérifier les progrès éventuels du mal. Grâce à ce procédé d’exposition, le lecteur prend connaissance des protagonistes de l’intrigue.

  • 17 Personnage réellement existe, castrat, au service de Louis XIV, espion pour le roi, impliqué dans l (...)

7L’abbé Melani de Pistoia17, personnage très ambigu, diplomate aux multiples maîtres et espion du roi auprès des cours étrangères, qui va aider et se faire aider par le narrateur :

  • 18 «Son visage presque glabre, ses mouvements curieusement doux, voire féminins et surtout sa voix trè (...)

Il viso pressochè glabro, le movenze insolitamente morbide e muliebri, e massime la voce chiarissima, quasi di fanciullo inas­pettatmente giunto alla maturità, mi rivelarono che mi trovavo di fronte a un cantante evirato.18

8Pompeo Dulcibeni de Fermo, gentilhomme des Marches, au passé mystérieux, et compagnon de route de Mourai.

  • 19 Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., cf. p. 474, où on décrit les méthodes utilisées pour guérir un (...)

9Cristofano, médecin et chirurgien de Sienne, personnage redoutable pour son ignorance et ses pratiques ambiguës de la médecine19, Domenico Stilone Priàso de Naples poète et astrologue. Angiolo Brenozzi de Venise, verrier, Robert Devizé, musicien français, maître de la guitare dont il joua pour la Reine et interprète régulier d’un entêtant rondeau, qui est la clé du livre et du secret lié à la peste, Monsieur Eduardus de Bedford, anglais qui sera atteint par la peste, On rajoutera le personnel de l’auberge : le colérique aubergiste Pellegrino, inquiet pour ses affaires qui va mourir de la peste et Dame Cloridia, la courtisane locale, dont le narrateur va tomber amoureux :

  • 20 «Sous son fard blanc affleurait malgré lui un teint brun qui formait un étrange contraste avec la c (...)

Sotto il belletto bianchissimo affiorava, suo malgrado, una car­nagione assai bruna, e formava uno strano contrasto con la folta chioma riccia e artificiosamente imbiondita, che incorniciava la fronte assai spaziosa e l’ovale regolare. Il naso camuso, ma piccolo e grazioso, gli occhi grandi, vellutati e neri, i denti perfetti e senza finestre nella bocca carnosa, facevano solo da contorno a ciò che più saltava all’occhio : un’amplissima scollatura sottolineata da un balconcino policromo di nappe intrecciate che le correva tutto attorno alle spalle e terminava con un grosso nodo tra i seni.20

  • 21 Ce détail physique important n’est deviné qu’à la fin du livre, Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., (...)
  • 22 cf. note n. 4.

10Le narrateur, apprenti aubergiste, souffrant de nanisme21 et ayant pour ambition d’embrasser la carrière de «gazetier»22, personnage curieux et conscient de son statut de serveur. Dans ce huit clos forcé de la quarantaine, chacun sait une partie de ce que l’autre ignore et tous sont conscients que le coupable ne peut être ailleurs.

11L’abbé Melani, le plus habitué à ce genre de situation, cherche à démêler le vrai du faux, le jeune apprenti ne peut résister à sa curiosité naturelle. Ces deux là vont s’allier. L’un sera les oreilles qui entendent et la bouche qui rend compte, l’autre sera l’éminence grise, le stratège.

  • 23 Par ce terme on définissait les personnes qui pratiquaient un trafic plus au moins illicite de reli (...)

12Leurs recherches les amèneront à découvrir un réseau souterrain qu’ils ne seront pas les seuls à employer, et à croiser, dans les entrailles de Rome deux personnages effrayants nommés les Corpisantari23 :

  • 24 « Je fus foudroyé par l’image de son visage si tant est qu’on put le qualifier de visage. Car ce n’ (...)

Nell’attimo in cui la lanterna illuminò costui a dovere, venni ful­minato dall’immagine del suo viso. Se viso lo si poteva chiamare, giacché altro non era che una sinfonia di rughe, un concerto di grinze, un madrigale di brandelli di pelle che parevano resistere insieme sol perché troppo vecchie e stanche per ribellarsi alla forzata convivenza. Le pupille grigie e diffidenti erano coronate dal rosso intenso dell’occhio, che faceva dell’insieme una delle visioni più spaventevoli ch’io mai avessi avuto innanzi. Completavano il quadro i denti marroni e aguzzi.24

13Cette description ne concerne que le plus beau parce qu’en ce qui concerne son compère on le croirait échappé d’un cauchemar :

  • 25 « Il portait un paletot crasseux aux manches trop longues et une capuche qui lui couvrait presque e (...)

Indossava un lurido pastrano con maniche troppo lunghe e un cappuccio che gli copriva quasi interamente il volto, lasciando una fessura da cui solo di rado, se la direzione della luce era favorevole, era possibile scorgere le sue fattezze. E ciò era un bene, giacché dopo numerosi, pazienti tentativi di osservazione avrei ricavato l’esistenza d’un occhio semi chiuso e biancastro, e di un altro bulbo oculare rigonfio, enorme sporgente, quasi stesse per cadere in terra ; un naso simile a un cetriolo deforme e carcinoso, e una pelle giallastra e unticcia, mentre della bocca non sarei mai stato in grado di testimoniare l’esistenza, se non per i suoni informi che occasionalmente emetteva. Dalle maniche facevano capolino, di tanto in tanto, due mani adunche e unghiute, tanto decrepite quanto rapinose.25

14Le patron étant malade, le narrateur, livré à lui même, sera plongé dans la gestion quotidienne de l’auberge sans avoir les compétences nécessaires. Après quelques essais culinaires pour le moins discutables, il parviendra à une recette honorable qui nous renseigne sur les habitudes de l‘époque :

  • 26 «Je choisis dans un bocal des mamelles de vache, les débarrassais du sel, les liais et les blanchis (...)

Prelevai una botticella di zinne di vacca e tornai in cucina. Le scrollai dal sale, legai loro i caporelli e le lessai tutte. Dopodiché ne tagliai alquante in fette sottili, infarinate, indorate fritte con salsa sopra al mio beneplacito. Un altro po’ ne stufai a spezzatino con erbette odorose e spezierie, poco brodo grasso, e maritate con ova. Qualcunaltra la feci sottestata in forno con vin bianco, acini d’agresta e sugo di limone, qualche frutto fresco, passarina, pignoli e fette di presciutto. Altre ancora ne ridussi a pezzi, impasticciate con vino cotto e chiuse in pastafrolla con spezie, presciutti e altri salati, e midolla, con brodetto e zucchero. Le restanti le feci un po’ lardate con fettarelle di grasso di presciutto e chiodi di garofali, involte in rete e infilzate nello spiedo.26

15Ce que l’on trouve dans ce livre, c’est qu’en dehors de l’intrigue proprement dite, donnant à plusieurs acteurs un mobile compatible avec l’empoisonnement du vieux gentilhomme français, les auteurs prêtent à leurs personnages une vision des mœurs et des faits politiques de leur époque qui, s’ils sont vrais (mais pour certains, on en doute), n’ont pas passé l’écueil de l’histoire officielle de nos livres d’histoire. Ainsi lors d’un fantastique délire, apprend-on de la bouche de Dulcibeni, l’homme au passé mystérieux, les alliances contre nature des têtes couronnées :

  • 27 « Louis XIV, Roi Très Chrétien de France est deux fois cousin de son épouse, Marie-Thérèse, infan (...)

Luigi XIV, Re Cristianissimo di Francia, è doppiamente cugino di sua moglie Maria Teresa Infanta di Spagna… Il re d’Inghilterra è Carlo II Stuart : suo padre aveva sposato Enrichetta di Francia, una sorella del padre di Luigi XIV… E che dire dell’Olanda? Enrichetta di Francia, madre di re Carlo II, oltre a essere la zia paterna del Re Sole, era anche la nonna materna del giovane principe olandese Guglielmo d’Orange.
Infatti una sorella del re Carlo e del duca Giacomo, Maria, andò sposa in Olanda a Gugliemo II d’Orange e da quelle nozze è nato appunto il principe Guglielmo III, il quale ha sposato a sorpresa sei anni fa la primogenita di Giacomo sua cugina carnale : quattro sovrani dunque, hanno mescolato per otto volte lo stesso sangue.
27

16Mais mieux encore, on y trouve la vision de l’abbé Melani des évènements ayant conduit à la disgrâce de Fouquet, son ancien maître et protecteur. De ce singulier personnage, l’histoire ne gardera que le souvenir d’un ambitieux surintendant des finances ayant voulu impressionner le roi par le faste de la réception donnée en son château de Vaux le Vicomte, construit avant Versailles et dont les architectes du Roi s’inspireront par la suite. Le portrait qu’en brosse l’abbé nous ramène à cette époque de Querelles et de poisons :

  • 28 « A l’âge de seize ans, il était déjà conseiller au parlement de Metz ; à vingt ans, il comptait pa (...)

A 16 anni era già consigliere del parlamento di Metz, a venti era nel prestigioso corpo dei maîtres de requêtes, i pubblici funzionari che amministravano la Giustizia, le Finanze nonché i corpi militari… Quando ormai aveva 35 anni, acquistò la carica di Procuratore generale del Parlamento di Parigi, e nel 1653 fu finalmente sovraintendente alle finanze.28

17La version de l’abbé Melani est trop détaillée pour que je vous la relate, c’est un des fils rouge du livre. Cependant, on comprend que Colbert, un homme envieux et sans idées, précipitera la chute de Fouquet afin de lui ravir sa place. Avec la complicité de Louis XIV souhaitant mettre la main sur un terrible secret connu de Fouquet seul et emporté avec lui en prison. Le roi ne cessera de le harceler pour l’obtenir, le privant de tout confort, de tout moyen de communication avec l‘extérieur, faisant fouiller sa cellule chaque jour, le privant de la lumière du jour et lui adjoignant au bout de quelques années un compagnon d’infortune, le Comte de Lauzun, noble au double rôle qui se laissera interner pendant dix ans dans l’espoir d’arracher des confessions. Quel est donc ce secret qui justifie une telle cruauté ? Nos héros échapperont-ils à la peste et aux multiples dangers qui jalonneront leur route ? Le monde chrétien arrivera-t-il à repousser la menace turque ? À toutes ces questions répondra le livre, dont la fin nous laisse sans véritables surprises et coups de théâtre. La musique, et la mélodie omniprésente, ajouteront à tous ces événements un autre élément important et singulier pour comprendre la raison d’un tel acharnement contre la personne de Fouquet.

Structure

18Dans les romans policiers traditionnels ou « romans à énigme », l’intrigue débute par un meurtre. Le roman policier est donc essentiellement bâti sur l’observation et le raisonnement logique ; pour le lecteur, le plaisir procuré par ce type d’ouvrages est celui d’un jeu, d’un exercice de réflexion et de déduction, où il s’identifie au héros tout en se mesurant à lui. Si le roman policier est un genre conventionnel, obéissant à un certain nombre de règles reproductibles, la nécessité qui lui est faite, depuis plus d’un siècle d’existence, de se renouveler, l’a amené à jouer avec les normes mêmes qui le définissent : il est fait à la fois d’identification et de distanciation, d’une lecture au premier degré et du plaisir de la reconnaissance des codes (lecture au second degré), de jeu et de sérieux, (d’implication et d’ironie).

19Ce texte est structuré selon des modalités qui semblent appartenir au roman policier : il y a un meurtre, une enquête, un détective et son adjudant. La capacité des auteurs, Rita Monaldi, spécialiste de l'histoire des religions, et Francesco Sorti, musicologue, est que le théâtre de leurs romans soit donc logiquement l'Italie du XVIIe où plane l'ombre inévitable du Pape et de Louis XIV. Secrets d'État, trafics de reliques, mystères au Saint-Siège, complots autour de musiciens, langues mortes, meurtres et enquêtes sont les maîtres mots de ce volumineux roman que vous vous devez de découvrir si vous voulez construire une intrigue entre roman policier et historique si complexe que celle-ci. En lisant ce roman, toutefois, on dirait que l’intrigue policière est quasiment absente, cachée sous les nombreuses liaisons et intrigues secondaires qui alourdissent le récit principal et le dénouement de l’enquête. Les deux auteurs ont voulu imiter le style de Umberto Eco et son policier médiéval, mais ils se sont perdus, oubliant la norme basique que tout scénariste d’Hollywood connaît bien : « the character drives the plot ». Imprimatur, en plus de nous faire passer un bon moment nous rappelle aussi que si celui de péripatéticienne est le plus vieux métier du monde, celui de l’espion ne doit pas être jeune non plus. Les relations des cours européennes entre elles ou avec la papauté, furent le théâtre d’activités clandestines qui n’ont rien à envier aux mystérieuses manœuvres de nos services de renseignement contemporains. Le roman nous en dévoile une partie et nous invite à nous pencher sur cette face de l’histoire volontairement occultée lors de la béatification du pape. Imprimatur méritait la place du Da Vinci Code. Il n’en a pas moins été un honnête best seller à l'échelle de l'Europe, ce qui n'est déjà pas si mal. Surtout que, pour les plus érudits et les plus patients, il y a de nombreuses annexes qui présentent les recherches menées par les auteurs dans les archives de toute l’Europe. Et c’est ce qu’il y a de plus intéressant car ils présentent deux hypothèses inédites. Premièrement, Fouquet, ancien ministre des Finances de Louis XIV emprisonné à vie par ce dernier, n’était en réalité que la victime innocente des manœuvres d’un conseiller envieux et ne serait pas mort à Pignerol. Deuxièmement, le pape Innocent XI aurait secrètement appuyé le protestant Guillaume d’Orange pour mieux contrer l’hégémonie de Louis XIV et pour se faire rembourser un prêt contracté auprès de sa famille, les Odescalchi.

  • 29 Francesco Sorti a étudié la vie de Melani pour préparer sa maitrise, cf. www.30giorni.it.

20Les éléments sont présentés par l’intermédiaire de l’abbé Melani29 qui fut vraiment un castrat, espion au service de Louis XIV. Ce personnage historique a toute sa place dans ce roman. L’intrigue riche, un peu trop riche et complexe pour une lecture totalement ludique, est savoureuse pour qui s’intéresse à cette partie de l’histoire. Secretum, deuxième livre du couple Monaldi-Sorti, paru en 2004, s’est vendu à 30 000 exemplaires en France l'année de sa parution et n’a pas été publié en Italie.

Le vrai mystère

  • 30 Date de l’attaque terroriste au World Trade Center de New York, l’événement le plus troublant de ce (...)
  • 31 « Secretum sortira dans les prochains jours aux Pays-Bas, puis ensuite en France, mais le livre ne (...)

21Imprimatur, publié en 2002, par Mondadori, un des plus grands et puissants éditeurs italien, a bénéficié d’une habile campagne de lancement publicitaire. En présentant ce livre comme le texte qui aurait révélé les mystères du Vatican, qui aurait fait comprendre les relations mystérieuses entre le pouvoir et l’église, les auteurs se seraient servis de l’histoire ancienne pour nous plonger dans l’actualité, nous faisant découvrir les relations sécrètes entre la politique et la religion, ainsi qu’une autre étonnante coïncidence – le roman commence le 11 septembre 1683 alors que le souvenir du 11 septembre 200130 est encore frais. Cependant, malgré le succès de la première édition, l’édition de poche ne sera publiée qu'une seule fois, et ceci seulement après la traduction et le succès du livre à l’étranger, et curieusement, le livre ne sera plus édité. De plus, à la date d’aujourd’hui, il n’est pas disponible à la vente. Pourquoi autant de difficultés ? Serions-nous aussi convaincus qu’il existe un complot contre Monaldi et Sorti ?31. En réalité, les deux auteurs ont savamment organisé le mystère, puisqu’ils connaissent bien les rouages du système, l’utilisant à leur avantage et profitant aussi de l’intérêt que suscite le genre littéraire qu’ils ont choisi. Notre époque adore les énigmes et les lecteurs du monde entier semblent toujours plus gourmands d’histoires anciennes où la fiction se lie à l’histoire et au policier pour laisser croire de mieux comprendre notre siècle.

Haut de page

Notes

1 Alessandro Manzoni avait affirmé dans la préface des Promessi Sposi de se servir de l’histoire pour décrire l’Italie du XIXe siècle. Cf. A. Manzoni, I Promessi Sposi, Milan, 1847, dernière édition, Milan, Garzanti 2004.

2 « ai vinti », Rita Monaldi, Francesco Sorti, Imprimatur, Milan, Mondadori, p. 15.

3 Rita Monaldi, Francesco Sorti, Imprimatur, traduit de l’italien par Nathalie Bauer, Paris, Pocket éditions, 2003.

4 Par ce terme on désignait les écrivains des Gazettes, sorte des journaux populaires, très à la mode au XVIIe siècle.

5 Nous nous référons au personnages crées par Sir Arthur Conan Doyle en 1887.

6 Bourbon, nom de la famille à la quelle appartient Louis XIV.

7 Odescalchi, nom de la famille à laquelle appartient le pape Innocence XI ; cette famille était composée surtout par des banquiers.

8 Nicolas Fouquet, surintendant aux Finances sous Louis XIV, a subi un procès, décrit entre autres par Madame de Sévigné : sa fin reste un mystère à éclaircir.

9 Athanasius Kircher était un érudit jésuite qui aurait du remplacer Kepler à Vienne mais il préféra rester à Rome où fut nommé professeur de mathématiques au Collegio Romano ; il mourra en 1681.

10 A différence du Da Vinci code qui présente plusieurs inexactitudes (cf. Dan Brown, Da Vinci Code, Doubleday Fiction, 2003, traduit de l’anglais par Daniel Roche, Paris, Lattès édition, 2004).

11 Les mêmes auteurs ont publié la suite des aventures de ce couple formé par Melani et le jeune apprenti ; il s’agit de Rita Monaldi, Francesco Sorti, Secretum, publié en France au cours de l’année 2004, qui n’est pas encore distribué en Italie.

12 24 heures chrono. Cette série télé américaine a vu le jour en 2001 aux Etats-Unis, sous le nom 24. La série raconte en 24 épisodes d’une heure chacun la journée très mouvementée d’un agent de la CAT, la cellule anti-terroriste. Diffusée en France sur Canal Plus à partir de décembre 2002, la série a été retransmise ensuite sur TF1.

13 Umberto Eco, Il nome della rosa, Milan, Bompiani, 1980, traduction française par Jean Noël Schifano, Paris, Grasset, 1982. C’est le premier roman d’Umberto Eco, qui, dans ce « policier médiéval », met en application ses concepts sémiologiques et ses théories du langage. Le Nom de la rose, a connu un succès mondial retentissant avec 16 millions d'exemplaires vendus à ce jour et des traductions en vingt-six langues, malgré un contenu dense et ardu. En 2002, le quotidien La Repubblica le distribue comme supplément au journal, et près de 2 millions d'exemplaires sont vendus le même jour.

14 Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 26.

15 « assis dans un fauteuil, les pieds trempant dans la bassine destinée à son bain habituel. Il gisait de travers, les bras pendants, tandis que l’abbé Melani lui soutenait le buste et tentait de le ranimer en le tirant par le col. C’est alors que le pauvre monsieur de Mourai bredouilla ses derniers mots au prix d’un immense effort : Ah ! C’est donc vrai, gémit-il en italien. Puis, il cessa de râler. Il continuait de regarder l’aubergiste, tandis qu’un filet de bave verte coulait sur sa poitrine. C’est ainsi qu’il s’était éteint », Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 21.

16 Par ce nom on appelle les gardes du pape qui avait un poste dans cette localité près de Castel Sant'Angelo.

17 Personnage réellement existe, castrat, au service de Louis XIV, espion pour le roi, impliqué dans l’Affaire Fouquet.

18 «Son visage presque glabre, ses mouvements curieusement doux, voire féminins et surtout sa voix très claire, qui évoquait un enfant parvenu de manière inattendue à l’âge mûr, me révélèrent que j’étais en présence d’un chanteur émasculé », Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 43.

19 Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., cf. p. 474, où on décrit les méthodes utilisées pour guérir un des pensionnaires de la peste, si cruelles que le survivant parlera de cauchemar et visions infernales.

20 «Sous son fard blanc affleurait malgré lui un teint brun qui formait un étrange contraste avec la chevelure épaisse, bouclée et artificiellement blondie qui entourait son front large et son ovale régulier. Son nez camus mais petit et gracieux, ses grands yeux veloutés et noirs, ses dents parfaites, dans une bouche charnue, se contentaient d’accompagner ce qui sautait le plus aux yeux : un très grand décolleté souligné par un balcon de pompons entrelacés de plusieurs couleurs qui courait tout autour de ses épaules et se terminait par un gros nœud entre les seins », Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 79.

21 Ce détail physique important n’est deviné qu’à la fin du livre, Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 564.

22 cf. note n. 4.

23 Par ce terme on définissait les personnes qui pratiquaient un trafic plus au moins illicite de reliques religieuses.

24 « Je fus foudroyé par l’image de son visage si tant est qu’on put le qualifier de visage. Car ce n’était, en effet, qu’une symphonie de rides, un concert de plis, un madrigal de lambeaux de peau qui acceptaient de cohabiter. Les pupilles grises de l’homme étaient couronnées par le rouge intense de l’œil. Les dents marron et pointues complétaient le tableau », Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 184.

25 « Il portait un paletot crasseux aux manches trop longues et une capuche qui lui couvrait presque entièrement le visage, laissant une fente à travers laquelle il n’était possible d’apercevoir des traits que rarement lorsque la direction de la lumière le permettait. Et c’était mieux ainsi, puisque de nombreuses et patientes tentatives d’observation me révèleraient l’existence d’un œil à moitié fermé et blanchâtre, ainsi que d’un globe oculaire enflé, énorme et saillant, d’un nez évoquant un concombre déformé et pustuleux, d’une peau jaunâtre et luisante, d’une bouche dont je ne serais en mesure de certifier la présence qu’au travers les sons informes qu’elle émettait occasionnellement. Deux mains crochues aux ongles longs, aussi décrépites que violentes dépassaient de temps à autre de ses manches », Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 184.

26 «Je choisis dans un bocal des mamelles de vache, les débarrassais du sel, les liais et les blanchis. J’en coupais une première partie en tranches fines, que je farinai, dorai et fricassai avant de les recouvrir de sauce. Je fis un ragoût de la deuxième avec des herbes parfumées et des épices, un peu de bouillon gras et de l’œuf. Je cuisis la troisième au four avec du vin blanc, des grains de raisin, du jus de citron, des fruits frais, des raisins secs, des pignons et des tranches de jambon. Je coupais la quatrième en morceaux que je trempai dans un vin cuit et enfermai dans de la pâte brisée avec des épices, du jambon, de la mie de pain, du bouillon et du sucre. Je lardais le reste de grosses tranches de jambon et de clous de girofle, enveloppai le tout dans un filet et le passai à la broche », Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 297.

27 « Louis XIV, Roi Très Chrétien de France est deux fois cousin de son épouse, Marie-Thérèse, infante d’Espagne. Les anglais ont pour roi Charles II Stuart. Son père avait épousé Henriette de France, sœur du père de Louis XIV. Ainsi, le roi d’Angleterre est par deux fois le cousin du roi de France et de son épouse espagnole. Et que dire de la Hollande ? Henriette de France, mère du roi Charles II n’était pas seulement la grand-mère maternelle du Roi Soleil, elle était aussi la grand-mère maternelle du jeune prince de Hollande, Guillaume d’Orange. En effet, une sœur du roi Charles et du duc Jacques, Marie, épousa en Hollande Guillaume d’Orange, et il naquit de leur union le prince Guillaume III justement, lequel, à la surprise générale, s’est marié il y a six ans avec la fille aînée de Jacques, sa cousine germaine. Quatre souverains, donc, ont mêlé huit fois leur propre sang », Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 291.

28 « A l’âge de seize ans, il était déjà conseiller au parlement de Metz ; à vingt ans, il comptait parmi les membres du prestigieux corps des maîtres de requêtes, les fonctionnaires publics qui administraient la justice, les finances ainsi que l’armée. Agé de trente cinq ans, il acquit la charge de procureur général du Parlement de Paris et, en 1653, devint enfin surintendant des finances. Il courait d’une extrémité à l’autre de la France », Monaldi et Sorti, Imprimatur, cit., p. 90.

29 Francesco Sorti a étudié la vie de Melani pour préparer sa maitrise, cf. www.30giorni.it.

30 Date de l’attaque terroriste au World Trade Center de New York, l’événement le plus troublant de ces dernières années, marquées par la progression spectaculaire des attaques contre des cibles civiles.

31 « Secretum sortira dans les prochains jours aux Pays-Bas, puis ensuite en France, mais le livre ne sera pas publié en Italie, car Imprimatur a été victime d’un boycottage orchestré par le Vatican - a déclaré Francesco Sorti - Notre choix est de ne plus jamais publier en Italie », a-t-il ajouté. Cf. le site : http: //tv5.org/TV5Site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiziana Jacoponi, « Histoire et mystères dans la Rome baroque. Rita Monaldi et Francesco Sorti, Imprimatur », Cahiers d’études romanes, 15 | 2006, 39-50.

Référence électronique

Tiziana Jacoponi, « Histoire et mystères dans la Rome baroque. Rita Monaldi et Francesco Sorti, Imprimatur », Cahiers d’études romanes [En ligne], 15 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1115 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1115

Haut de page

Auteur

Tiziana Jacoponi

Université Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org