Navigation – Plan du site
Italie

L’histoire et l’Histoire : Un roman noir dans la Rome des Borgia

Théa Picquet
p. 21-38

Résumés

Fabio Pittorru fait du meurtre du duc de Gandie, fils du pape Alexandre VI Borgia, le point de départ de son roman La pista delle volpi, publié en mars 2001. Il transporte ici le lecteur à Rome, à l’époque de la Renais­sance, plus précisément durant l’été 1497. Notre propos se donne pour objectif d’établir dans quelle mesure l’auteur respecte la vérité histori­que, en considérant tout d’abord l’identité de la victime, puis celle de l’enquêteur et enfin la méthode d’investigation employée.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Rome

Index chronologique :

XXe, XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 2 Lodovico Sforza, duc de Milan de 1494 à 1497, plus connu comme Ludovic le More, est l’époux de Béat (...)

1Dans cette lettre du 22 juin 1497, adressée à Isabella d’Este2 et conservée aux Archives d’État de Mantoue, Ludovic le More informe sa belle-sœur de l’assassinat du duc de Gandie, l’un des fils du pape Alexandre VI Borgia.

  • 3 Fabio Pittorru, La pista delle volpi, Milan, Mondadori, 2001, 267 p.

2Fabio Pittorru fait justement de ce meurtre le point de départ de son roman La pista delle volpi3, publié en mars 2001. L’écrivain, né à Ferrare en 1928, est mort en 1995. Il est l’auteur d’un roman historique, Ciano, i giorni contati, de plusieurs biographies, dont Torquato Tasso, en hommage à sa ville natale, ou Agrippina imperatrice, dédiée à Rome, sa ville d’adoption. Il a également écrit des scénarios pour le cinéma et la télévision. En collaboration avec Massimo Felisatti, il a publié des romans policiers, dont Violenza a Roma, qui a obtenu le Gran Premio Città di Cattolica et dont les personnages sont devenus célèbres grâce à la série télévisée, Qui squadra mobile.

3Cela dit, il nous transporte ici à Rome, à l’époque de la Renaissance, plus précisément durant l’été 1497. Notre propos se donne donc pour objectif d’établir dans quelle mesure l’auteur respecte la vérité historique, en considérant tout d’abord l’identité de la victime, puis celle de l’enquêteur et enfin la méthode d’investigation employée.

4Comme dans tout roman policier, il y a donc un meurtre : celui de Juan Borgia, duc de Gandie, qui a effectivement eu lieu le 15 juin 1497.

  • 4 Ibidem, p. 11.
  • 5 Ibidem, p. 12.
  • 6 Francesco Guicciardini, Storia d’Italia, Milan, Garzanti, 1980, volume I, Libro III, capitolo XIII, (...)

5La victime est l’un des fils que le pape Alexandre VI avait eus avec la belle Vannozza Cattanei, appelée dans le roman Vannozza De Cattaneis. Et Pittorru rappelle4 qu’à Rome tout le monde la considérait comme la concubine officielle de Rodrigue Borgia. Celui-ci l’avait rencontrée en 1459, à Mantoue, où il s’était rendu avec la suite du pape Pie II Piccolomini au congrès de tous les princes européens auxquels le souverain pontife avait l’intention de demander de lever une armée et une flotte pour la reconquête de Constantinople, tombée aux mains des Turcs. Vannozza avait dix-sept ans, elle était l’épouse d’un fourreur laid et avide qui, pour trois cents ducats l’avait louée à Rodrigue. À la fin du congrès, le « jeune et fougueux cardinal » n’eut aucune difficulté à la convaincre de le suivre, mais il lui fallut verser au mari mille ducats supplémentaires. Le portrait brossé par l’auteur correspond à celui de la Madone de l’Annonciation du Pinturicchio qui se trouve dans les appartements Borgia au Vatican. D’après le roman5, elle aurait eu cinq enfants du pape : Pier Luigi, à qui on avait confié la consolidation du patrimoine espagnol en Italie ; César, né en 1475, qui embrassa la carrière ecclésiastique et qui gravit les échelons très rapidement, puisqu’à sept ans il est déjà protonotaire apostolique, à onze ans évêque de Pampelune, en 1492 lors de l’élection au pontificat de son père il devient évêque de Valence, le plus grand diocèse d’Espagne, et à seize ans il revêt la pourpre cardinalice avec le titre de cardinal de Valence ; l’année suivante, naît Juan ; puis arrive Lucrèce, destinée à devenir aussi célèbre que son frère ; et enfin, Joffré, sur lequel pèse quelque soupçon de paternité du saint père. Mais tous sont appelés « les enfants du pape ». Guichardin évoque lui-aussi les enfants du pape Alexandre VI. Cependant, selon lui, Joffré serait son fils aîné6. Il convient donc ici de préciser que Rodrigue Borgia eut sept enfants connus, quatre de Vannozza Cattanei : César, Juan, Lucrèce et Joffré, et trois autres de mères différentes et inconnues : Pedro Luis, Girolama et Isabella. Ferdinand le Catholique accorda le titre de duc de Gandie à Pedro Luis (vers 1467-1488), fils aîné de Rodrigue Borgia, en 1485. À la mort de Pedro Luis, c’est son demi-frère Juan Borgia, né en 1477 environ, qui reçut le titre de duc de Gandie. C’est le corps de ce dernier qui fut repêché dans le Tibre le 16 juin 1497.

6Comme dans tout roman policier, il y a une enquête. Toutefois, ce n’est pas la police qui s’en charge, mais une grande figure de la Renaissance italienne, Biagio Buonaccorsi, auteur de nombreuses lettres, d’un Diario, de Ricordi, mais aussi poète.

  • 7 Denis Fachard, Biagio Buonaccorsi : sa vie - son temps - son œuvre, Bologne, Massimiliano Boni edit (...)
  • 8 Denis Fachard, op. cit, p. 12.
  • 9 Ricordi di Biagio Buonaccorsi, Bibliothèque Nationale de Florence, MS Panciatichiano 101, c. 2v. De (...)

7Denis Fachard7 souligne les difficultés qu’il y a à établir la biographie de Biagio Buonaccorsi. Devant l’absence d’éléments dans les registres de baptêmes, de mariages, décès, dettes, héritages, il choisit d’adopter l’hypothèse selon laquelle Biagio serait issu d’une famille pauvre et originaire des alentours de Florence, où elle se serait installée plus tard. Il serait né en 1472 et aurait donc trois ans de moins que Machiavel ; Fachard n’a trouvé aucun renseignement non plus sur son éducation, mais les qualités de calligraphe de Biagio, l’accession à la Chancellerie laissent penser qu’il a peut-être suivi des études de droit8. Quoi qu’il en soit, le 15 avril 1495, Biagio épouse Lessandra di Daniello di Ficino, la nièce de Marsile Ficin. Moins de trois mois après l’élection de Machiavel, le 28 mai 1498, il est appelé à son tour à servir la chancellerie de Florence9. Son activité essentielle est de rédiger les lettres relatives à la politique intérieure et extérieure de la ville. Il a également accompli plusieurs missions diplomatiques : à Pise en juin-juillet 1500, en France de septembre 1501 à juillet 1502, à Mantoue en mai 1503, à Rome de novembre 1505 à juin 1506, à Milan enfin d’octobre à décembre 1515.

  • 10 Diario de’ successi piu importanti seguia in Italia, e particolarmente in Fiorenza dall’anno 1498 i (...)
  • 11 Voir à ce propos : Théa Picquet, Jacopo Nardi ; Regards sur un passé perdu : Le Livre X des ‘Istori (...)
  • 12 Jacopo Nardi, Istorie della città di Firenze, Florence, Le Monnier, 1858, volume II, p. 10 : « De s (...)

8Biagio Buonaccorsi est connu particulièrement pour son Diario10, chronique de la vie politique florentine de 1498 à 1512. Cet ouvrage a été édité une seule fois, en 1568, par les Giunti de Florence, mais, précise Denis Fachard, « … il a été cité par tous les biographes de Machiavel aussi bien que par les historiens de cette période comme la source la plus utile peut-être sur l’activité de Florence, de la mort de Savonarole au retour des Medici » . Il ajoute que, si Machiavel et Guichardin ne font pas allusion aux recherches de Biagio, son Diario devait avoir une diffusion assez large à son époque, compte tenu des nombreuses copies manuscrites qui circulaient. De plus, Jacopo Nardi11 s’en servit largement dans ses Istorie della città di Firenze, reconnaissant une seule fois sa dette envers Buonaccorsi : « Dalli cui fedelissimi scritti abbiamo avuto una gran parte di queste memorie »12.

  • 13 B. Bonaccorsi, Ricordi, cit. dans Denis Fachard, cit., pp. 170-223.

9Ses Ricordi, transcrits par Denis Fachard en appendice à son ouvrage dédié à Biagio Buonaccorsi13, embrassent les années 1495-1524 et s’ouvrent sur l’évocation de son mariage avec Donna Lessandra :

  • 14 Ibidem, p. 171 : « Je note dans mes Mémoires, au nom de Dieu et de la glorieuse Vierge Marie, comme (...)

Fo ricordo al nome di Dio et della gloriosa Vergine come hoggi questo dì 15 di aprile 1495 io ho tolto per donna la Lessandra, fi­gliuola che fu di Daniello del maestro Ficino et di Mona Marietta…14

  • 15 Ibidem, p. 172.

10Pour l’année 149615, il signale des opérations comptables relatives à la dot de son épouse et la naissance de son fils Bonaccorso Romolo. 1498 marque son entrée à la Chancellerie des Dix : 

  • 16 Ibidem : « Je note dans mes Mémoires comment le … août 1498, je siégeais à la Chancellerie des Dix, (...)

Fo ricordo come a dì… d’agosto 1498 andai a stare in Cancelleria de’ Signori Dieci, chiamato da ser Antonio di Giovanni della Valle loro secretario…16

  • 17 Ibidem, p. 12.

11Remarquons que rien n’est mentionné pour l’année 1497, qui fait l’objet de notre propos. À cette époque-là, Biagio vient de perdre son père qui le laisse avec d’importantes dettes, si bien qu’il se voit dans l’obligation de renoncer au patrimoine familial et d’abandonner la maison paternelle. Il est alors hébergé par l’un de ses parents Filippo di Zanobi Pasquini17.

  • 18 Pittorru, op cit., p. 7 : « Fortunati definirei quegli scrittori cui toccò di raccontare negli anni (...)

12Quoi qu’il en soit, le roman se présente justement comme des Ricordi, (des Mémoires) de Biagio Buonaccorsi. Il est écrit à la première personne et, après une réflexion sur la difficulté de rechercher la vérité à son époque18, il se présente au lecteur: 

  • 19 Ibidem : « Mon nom est Biagio Bonaccorsi, et les faits survinrent alors que je vivais à Rome et que (...)

- Il mio nome è Biagio Bonaccorsi, e i fatti avvennero quand vi­vevo a Roma e lavoravo al servizio del cardinale Oliviero Carafa.19 

  • 20 Ibidem, p. 8 : « La cancelleria di una casa signorile, sia pure retta da un pio cardinale, è un amb (...)

13Fabio Pittorru transporte ainsi Biagio à Rome, au service du cardinal Carafa. Ce dernier, né à Naples en 1430 et mort à Rome en 1511, fut archevêque de Naples en 1458, puis cardinal en 1467, amiral pontifical de la flotte qui, en 1472, prit Smyrne aux Turcs. Il protégea Savonarole et prit une part importante dans le projet de réforme envisagé par le pape Alexandre VI en 1497. La fiction du roman fait croire que Biagio habite le palais du cardinal Carafa depuis plus de dix ans et précise que l’ambiance qui y règne lui pèse énormément puisqu’y triomphent non les mérites, mais l’hypocrisie et l’adulation20.

  • 21 Ibidem, p. 10.

14L’action débute pour lui à une date précise, le 15 juin 1497. Ce jour-là, le cardinal Carafa en personne vient lui rendre visite, ce qui n’arrivait jamais. Il lui propose une affaire aussi importante que secrète et lui demande de prêter ses services au cardinal de Valence, César Borgia, qui souhaite le rencontrer sur le champ21. Le cardinal Carafa continuera à le rémunérer, mais tient à ce que son propre nom ne soit jamais prononcé. Cette invitation laisse Biagio perplexe, mais on lui fait comprendre que refuser est chose impossible : 

  • 22 Ibidem : « Je crois qu’il serait plus que dangereux de refuser une requête du Valentinois, étant do (...)

- Credo che sarebbe oltremodo pericoloso rispondere con un ri­fiuto a una richiesta del Valenza, dato che è un uomo potente e vendicativo e ha l’animo più duro del diamante e il cuore di ferro. Tu sai che, essendo il figlio del Papa, gode di una posizione eminentissima in Roma, tra le autorità cittadine e i membri del Sacro Collegio. È quindi mio esplicito desiderio che tu lavori per lui con tutta l’onestà e la lealtà di cui sei capace,22

lui dit le cardinal Carafa.

  • 23 Ibidem, p. 13 : « Ce prélat riche et cruel […] qui aurait pu faire ma fortune comme me détruire pou (...)
  • 24 Ibidem, pp. 15-16.
  • 25 Ibidem, p. 16.
  • 26 Ibidem, p. 17.
  • 27 Ibidem : « Et maintenant, écoute attentivement ce que je veux de toi… je crains que cette nuit on n (...)

15Biagio se rend donc au palais de César Borgia, « questo prelato ricco e crudele […] che avrebbe potuto significare la mia fortuna o rovinarmi per sempre. »23 Le cardinal en vient tout de suite aux faits et justifie cette convocation par le portrait élogieux que Carafa a brossé de Biagio : habile et astucieux, fidèle, réservé et peu bavard, ce qui est rare chez un homme de lettres, ajoute César24. En outre, il est renommé pour ses talents d’investigateur. Avant même d’en venir aux faits, Borgia se préoccupe des honoraires25 qui seront versés à Buonaccorsi, qui pour sa part ne souhaite qu’une chose : trouver un emploi auprès de la Seigneurie ou auprès de quelque grande famille, pour rentrer à Florence26. Enfin, le cardinal de Valence révèle à Biagio ce qu’il attend de lui : « E adesso ascolta attenta­mente quello che voglio da te… Temo che questa notte abbiano rapito e assassinato mio fratello »27.

  • 28 Ibidem.

16Voilà donc Biagio investi du rôle d’enquêteur au service de César Borgia. Et le cardinal de préciser les circonstances de cette disparition28.

  • 29 Francesco Guicciardini , Storia d’Italia, Livre I, chapitre V, dans Opere, a cura di Emanuela Scara (...)
  • 30 Pittorru, op. cit., pp. 18-19.

17Vannozza a invité à dîner tous ses enfants dans sa maison de Santa Lucia in Selce, entre San Pietro in Vincoli et le Colisée. Étaient présents Juan, Joffré, accompagné de son épouse, Sanche d’Aragon29, quelques cousins. Seule manquait Lucrèce. Le dîner fut agréable et cordial, ajoute-t-il, les mets et les vins de qualité. Cependant, à la fin de la soirée, arrive un personnage étrange, tout de noir vêtu, masqué, qui demande à parler à Juan. Aux interrogations de César, il est répondu qu’il s’agit d’une entremetteuse qui ne souhaitait pas se faire reconnaître, mais qui était déjà venue plusieurs fois chez son frère. Juan fait appel à ses services pour entrer en relation avec une jeune fille de noble famille. César et Juan, qui porte sur sa mule l’entremetteuse masquée, quittent Vannozza et se dirigent ensemble, sous bonne escorte, vers le Vatican, où ils habitent. Mais, continue le cardinal, arrivé à la hauteur du Palais Cesarini, Juan change d’avis et veut continuer seul avec son écuyer Giannettino et l’entremetteuse masquée, disant à son frère sa hâte de se rendre au rendez-vous galant. Puis, Juan ordonne à Giannettino d’aller chercher une cuirasse d’acier, de le rejoindre au plus tôt Place de la Giudìa et de l’y attendre. Il s’éloigne donc seul, en compagnie de la femme en noir, vers le Rione Campitelli. C’est la dernière fois que César a vu son frère. Le cardinal a tout de suite pensé au pire, d’autant plus qu’on a retrouvé le corps de l’écuyer Giannettino blessé à mort et la mule qui errait à moitié folle entre Porta Flaminia et le port de Ripetta. Il lui manquait la selle et un étrier avait été faussé30.

  • 31 Ivan Cloulas, Les Borgia, Paris, Fayard, 1987, p. 176.
  • 32 Ibidem.

18Ce que ne précise pas César c’est la raison pour laquelle Vannozza a organisé un banquet dans sa vigne, le 14 juin au soir. Elle avait l’intention de fêter l’honneur que le pape venait de décerner à ses deux fils31. En effet, le 7 juin 1497, dans un consistoire secret, la ville de Bénévent est érigée en duché, auquel sont jointes les villes de Terracine et de Pontecorvo avec leurs comtés. Le nouveau fief est confié à Juan de Gandìa, avec droit de succession pour ses descendants issus de légitime mariage. Cette mesure constitue pour le pape Alexandre VI une première étape vers l’élévation de son fils à la dignité de roi de Naples. « César reste muet – précise Ivan Cloulas – mais on imagine la colère qui l’agite en voyant récompenser son frère de façon aussi extraordinaire, alors que ses talents sont inexistants et que son activité dans Rome se borne à des aventures d’alcôve. Pour comble d’ironie, le 8 juin, César est nommé légat pour aller couronner le souverain napolitain. Les deux frères doivent partir ensemble pour Naples où, après le couronnement, Juan ira prendre possession de sa nouvelle principauté »32. Vannozza espérait obtenir au terme de la soirée une franche réconciliation entre les deux frères.

  • 33 Pittorru, op. cit., p. 19.
  • 34 Ibidem, pp. 20-21.

19Bref, dans le roman, César Borgia confie à Biagio Buonaccorsi la mission de retrouver le corps de Juan, mais aussi de découvrir qui a tendu le piège à son frère, le nom de l’entremetteuse masquée, l’identité de la « giovenca » (génisse) qui a servi d’appât et enfin et surtout qui a ourdi le complot contre lui33. Tout de suite, le secrétaire florentin a conscience qu’il devra enquêter au sein des plus importantes familles romaines, auprès des plus puissants princes de l’Église, c’est-à-dire auprès de ceux qui sont au-dessus de tout soupçon et que ni les sbires du Bargello ni les hommes du gouvernement n’osent approcher. D’ailleurs, le cardinal de Valence veut à tout prix éviter d’avoir recours aux sbires, qu’il qualifie de stupides, cruels, avides et malhonnêtes, capables de transformer en quelques heures un suspect en coupable, surtout s’il n’est pas en mesure de payer les sommes demandées en sous-main34.

  • 35 Ibidem, p. 22.

20Pour seconder Biagio dans son enquête, César Borgia met à ses côtés Niccolino, une sorte de géant, qui le protègera jour et nuit. Puis il le congédie en lui laissant carte blanche jusqu’à l’aboutissement de l’investigation35.

  • 36 Ibidem, pp. 23-24.
  • 37 Voir à ce propos le portrait du duc de Gandie peint par Pinturicchio sous les traits d’un ange de l (...)
  • 38 Pittorru, op cit., pp. 39-40.
  • 39 Ibidem, p. 42 : « Maître… la vue du corps de monsieur le duc vous a peut-être suggéré quelque chose (...)

21La méthode employée par Biagio repose sur l’observation, sur les témoignages, la recherche des suspects et des mobiles possibles. Ainsi, le point de départ de l’enquête est l’observation quasi scientifique du corps sans vie du jeune écuyer. Biagio le regarde de très près, il « interroge le mort »36, comme il le déclare à Niccolino. Il réussit ainsi à déduire que Giannettino a été attaqué par une bande d’assassins, qui l’ont fait à visage découvert, que le combat a duré longtemps, vu la quantité de sang versé. Il exclut le guet-apens, puisque les blessures montrent que le jeune homme a dû voir arriver ses agresseurs et s’est alors adossé au mur d’une maison pour mieux se défendre. La conclusion à laquelle aboutit l’investigateur est qu’il a été éliminé parce qu’il dérangeait leur plan, qui était d’attaquer le duc de Gandie. Le corps de ce dernier, repêché dans le Tibre, est examiné avec la même attention. Biagio s’attarde sur la beauté des traits de Juan37, sur la richesse de ses vêtements, sur le réalisme des blessures38. Puis il répond aux questions de Niccolino : « Maestro… la vista del corpo del signor duca vi ha suggerito forse qualche idea ? Voi stesso mi avete detto che un cadavere racconta sempre il modo in cui è stato assassinato, e a volte anche il nome dell’assassino »39 et lui fait part de ses déductions : le jeune duc a été pris dans une embuscade ; il a été blessé, puis tué avec une cruauté particulière ; il était seul contre plusieurs assaillants qui l’ont fait tomber de sa monture avant de se précipiter sur lui ; les coups ont été portés avec plusieurs dagues différentes, deux estocades au ventre l’ont achevé et une blessure à la gorge l’a pratiquement décapité.

  • 40 Ibidem, p. 186 : « Il corpo di Damiata, dopo che era stato ripescato dal pozzo dell’orto, era stato (...)
  • 41 Ibidem, p. 103.
  • 42 Ibidem, pp. 191-192.

22Cette complaisance morbide se retrouve dans la description des autres cadavres, que ce soit celui de la belle courtisane Damiata40, étranglée puis jetée dans un puits, de sa nourrice et de son protecteur41 ou encore de celui des deux bigotes, dont la puanteur fétide accueille Biagio et Niccolino42.

  • 43 Ibidem, p. 32.
  • 44 Ibidem, p. 191.

23Cela dit, la méthode d’investigation tient compte également de l’observation des lieux. Ainsi, Biagio, accompagné de Niccolino, se rend sur le lieu de l’agression de Giannettino et découvre, à partir des traces restées sur le sol, qu’en fait deux corps ont été traînés et que le deuxième a été enlevé pour qu’on ne le reconnaisse pas43. De même, il retrouve l’endroit d’où le corps du duc de Gandie a été jeté dans le Tibre, un endroit isolé, dangereux, une zone à faire peur, où s’aventurer sans escorte, comme l’avait fait le duc de Gandie, était fort imprudent44.

  • 45 Ibidem : « le précieux métal, distribué à pleines mains, est un excellent instrument pour enquête (...)
  • 46 Ibidem, p. 16.
  • 47 Ibidem, p. 91-93.
  • 48 Ibidem, pp. 151-157.

24La même obstination se manifeste dans la façon dont Biagio recueille les témoignages. Pour délier les langues, il utilise l’argent : « il prezioso metallo, profuso a piene mani, è un ottimo strumento di indagine »45, dé­clare-t-il. Il profite également du réseau de ses fréquentations variées, les prostituées dont il utilise le commerce modérément, selon ce qu’il confie au cardinal de Valence46, les domestiques, dont Niccolino se fait très vite l’ami, les clients des tavernes, que le vin rend bavards47. De plus, il ne recule pas devant la menace ou la violence48, dont il se décharge sur son bras armé, Niccolino.

  • 49 Ibidem, p. 22.
  • 50 Ibidem, pp. 181-83.
  • 51 Ibidem, p. 36.
  • 52 Ibidem, pp.184-185, puis pp. 200-201.
  • 53 Ibidem, pp. 151-153.

25Ainsi, une bourse remplie de ducats est réservée à cet effet49. Il montre l’argent en premier lieu, en donne une partie avant de recueillir l’information et une autre après. C’est le cas avec Marozia, la tenancière50, par exemple. Pour obtenir des informations du pêcheur slave qui a vu jeter un homme dans le Tibre, il suffit à l’enquêteur de montrer un gros pain, un fromage pecorino, un morceau de bœuf salé, une tresse d’ail et un baril de vin de Chypre51. Grâce à Giovannella, une compatriote de Niccolino, travaillant au service de Sancia d’Aragon, le lecteur pénètre dans les secrets d’alcôve52 du couple Squillace. Cependant, la belle Damiata se fait malmener par Niccolino, en présence de Biagio, et leur avoue qu’elle s’était fait passer pour la comtesse Barbara della Mirandola auprès de Juan Borgia, qui en était follement épris, mais qu’elle n’est pour rien dans le piège qui lui a été tendu. En guise de remerciement, on lui donne cinquante ducats d’or53.

  • 54 Ibidem, p. 33. À propos des « courtisanes honnêtes », voir : Angela Romano, Lettere di cortigiane d (...)
  • 55 Ibidem, p. 141.
  • 56 Ibidem, p. 128.
  • 57 Ibidem, p. 19.
  • 58 Ibidem, p. 210.
  • 59 Ibidem, p. 206.
  • 60 Ibidem, p. 208.
  • 61 Ibidem, p. 209.

26Toutefois, à la faveur de son enquête, Biagio rencontre également des personnages de la haute société, que ce soit la courtisane Lucrezia Pisana, qui est aussi difficile à approcher qu’une princesse romaine54, ou Lucrèce Borgia55, cloîtrée dans un couvent de sœurs dominicaines, qui au cours des dix minutes d’entretien autorisées, met en cause la vertu de sa noble belle-sœur Sancia. L’entretien forcé qu’il a avec le cardinal Ascanio Sforza56 lui révèle davantage la personnalité du duc de Gandie, haï de tous les hommes de la ville pour sa brutalité et son arrogance, mais aussi pour la luxure qui l’a poussé à déshonorer toutes les jeunes filles à marier et même sa belle-sœur. Celui avec César Borgia57 lui donne certaines directions à suivre, mais Biagio n’entend écarter aucune piste. La rencontre provoquée par les Orsini constitue en fait une tentative de corruption, puisqu’ils lui offrent une forte somme d’argent58, dix mille ducats, la possibilité d’acquérir une belle propriété, une « condotta » pour Niccolino, et lui demandent en contrepartie de laver leur famille de tout soupçon59 et de s’orienter vers la culpabilité du cardinal Ascanio Sforza60 ou du seigneur d’Urbin, Guidobaldo da Montefeltro61.

27Ainsi, les témoignages spontanés ou forcés recueillis chez les informateurs ouvrent des pistes nombreuses et compliquent de plus en plus l’enquête. En effet, les suspects sont légion et tous ont un mobile sérieux.

  • 62 Lucrèce (1480-1519) eut trois maris : en 1493, elle épouse Giovanni Sforza ; en 1498, Alphonse d’Ar (...)
  • 63 Pittorru, op. cit.,, p. 138.
  • 64 Ibidem, pp. 89-91.
  • 65 Ibidem, p. 92.
  • 66 Ibidem, pp. 19-20.

28Tout d’abord, Giovanni Sforza, le mari de Lucrèce Borgia62, qui est entré en conflit avec la célèbre famille, notamment avec César et avec Juan, car il refuse l’annulation de son mariage. Adriana Mila, la nourrice de Lucrèce, cousine et ancienne maîtresse de Rodrigue Borgia, futur pape Alexandre VI, avant d’être remplacée par Vannozza, apprend justement à Biagio que le pape entend faire prononcer l’annulation du mariage pour cause d’impuissance du conjoint de sa fille63. Un informateur64 rencontré dans une taverne ajoute que Lucrèce est enfermée dans un couvent depuis plusieurs semaines parce que son père et son frère ont découvert qu’elle est enceinte. Le bruit court que, comme son époux, Giovanni, est absent depuis des mois, le père de l’enfant serait Alexandre VI ; d’autres disent que c’est le duc de Gandie. C’est donc le mari qui aurait commandité l’assassinat. D’autres encore affirment que le père de l’enfant est un plébéien, un certain Pedro, mieux connu sous le nom de Perrotto. Mais le grand secret qu’il révèle est que l’enfant serait du mari. Dans ce cas, Giovanni Sforza se serait vengé du pape en frappant son fils préféré65. C’est un faible, déclare à son tour César Borgia66, un perdant, abandonné par la fortune et les perdants, comme les envieux, sont des assassins par nature.

  • 67 Ibidem.
  • 68 Ibidem, p. 20.
  • 69 Ibidem, p. 48.
  • 70 Ibidem, p. 54.
  • 71 Ibidem.
  • 72 Ibidem, pp. 38-39.

29Le Cardinal Ascanio Sforza, chancelier de la Sainte Église romaine, appelé à Rome le vice-pape67, est également suspect. En effet, outre le fait que l’envie engendre la cruauté, d’après César Borgia, le cardinal intrigue contre le pape à cause de sa politique hostile à son frère, Ludovic le More, duc de Milan68. De plus, il a remplacé le duc de Gandie auprès de la belle Lucrezia Pisana69 et en est très jaloux. Celle-ci rapporte d’ailleurs une altercation qui a opposé les deux hommes au sujet d’un arbalétrier du cardinal qui aurait traité le duc de bâtard d’un prêtre et d’une marchande de fourrures70, à la suite de quoi le duc de Gandie a fait exécuter l’arbalétrier ainsi que quatre autres gardes du cardinal71. Enfin, c’est justement à la hauteur de la villa du cardinal Ascanio Sforza qu’a été repêché le corps du duc72.

  • 73 Ibidem, pp. 62-63.
  • 74 Ibidem, p. 85.

30Autre suspect encore, le Comte Antonio Maria della Mirandola, père de Barbara que Juan poursuit de ses assiduités et qu’il aurait déshonorée, alors qu’elle était promise à un fils de la puissante famille Savelli. Avec l’aide de cette dernière et des Colonna, le père peut avoir voulu laver l’outrage fait à sa fille et venger son honneur offensé73. Le Comte est arrêté par les hommes du Bargello, satisfaits d’avoir trouvé un coupable idéal74.

  • 75 Ibidem, pp. 64-65.
  • 76 Ibidem, p. 232.
  • 77 Ibidem, pp. 233-235.
  • 78 Ibidem, p. 205.
  • 79 Ibidem, p. 234.
  • 80 Ibidem, p. 97 : « la femme la plus intrépide et la plus cruelle d’Italie ».
  • 81 Ibidem, p. 206.

31Les Orsini font également partie des suspects. Tout d’abord, l’absence du cardinal Giovan Battista Orsini aux obsèques du duc de Gandie, comme d’ailleurs celle du cardinal Ascanio Sforza est remarquée75. Ensuite, au cours de leur enquête, Biagio et Niccolino rencontrent Bartolomea Orsini au château de Bracciano. Elle est la fille de Napoleone Orsini, la sœur de Virginio, l’épouse du célèbre condottiere Bartolomeo d’Alviano. Son physique correspond à celui de l’entremetteuse masquée et il lui manque deux doigts de la main gauche76. La servante Quintilia77 rapporte qu’une réunion secrète s’est tenue chez Bartolomea, avec la participation de Paolo Orsini, de Francesco Orsini, duc de Gravina, de Vitellozzo Vitelli et du cardinal Giovan Battista Orsini. En outre, Paolo Orsini a été vaincu par les troupes pontificales dirigées par le duc de Gandie et par Guidobaldo da Montefeltro78. Et Virginio Orsini a été tué traîtreusement par des sicaires à la solde des Borgia, le 16 janvier 1497, et restitué à sa famille seulement fin mars contre la somme de deux mille ducats milanais79. Bartolomea, « femmina più intrepida e più crudele d’Italia »80, pourrait donc avoir voulu venger la mort de son frère. De plus, la rumeur court à Rome que par haine pour Alexandre VI ils auraient fait assassiner son fils81.

  • 82 Ibidem, pp. 110-111.

32Cela dit, Guido da Montefeltro est suspecté lui aussi. Cette piste est suggérée à Buonaccorsi par le cardinal de Valence82. En effet, les Montefeltro étaient amis des Borgia jusqu’au moment où Guidobaldo fut fait prisonnier à la bataille de Soriano, à cause justement de la lâcheté du duc de Gandie. Le pape refuse de payer les 40 000 ducats exigés par les Orsini pour la libération et le malheureux passe plusieurs mois dans des prisons insalubres avant d’être transféré à Bracciano, où il tombe entre les griffes de Bartolomea. C’est finalement la famille Montefeltro qui paye la rançon. Libéré, il quitte le château de Bracciano, jurant une haine éternelle aux Orsini, mais surtout aux Borgia.

  • 83 Ibidem, p. 129.
  • 84 Ibidem, pp. 130-131 : « obligé de jouer les prêtres alors qu’il rêve de devenir le nouvel Alexandre (...)

33Ces derniers sont également soupçonnés. Le cardinal Ascanio Sforza fait remarquer à Biagio Buonaccorsi que c’est César Borgia qui retire les plus grands bénéfices de la mort de son frère83. Si Biagio considère la chose impossible, puisque César a demandé lui-même l’enquête, Ascanio le met en garde contre une manœuvre aussi astucieuse. Le mobile est double ; tout d’abord, les ambitions politiques frustrées de César, « costret-to a fare il prete mentre sogna di diventare il nuovo Alessandro Magno »84, puis ses ambitions amoureuses. En effet, les deux frères aimaient les mêmes femmes, qui préféraient Juan, plus jeune, plus gaillard et plus dépravé. Il suffit d’interroger Lucrèce Borgia et Sancia d’Aragon, ajoute-t-il.

  • 85 Ibidem, p. 184.

34Joffré Borgia et son épouse Sancia pourraient également être mis en cause85. Joffré passe pour un homme très jaloux parce que le duc de Gandie aurait déshonoré son lit et l’on peut se demander si la noble Sancia est vraiment la femme libidineuse prétendue?

  • 86 Ibidem, p. 110.
  • 87 Ibidem, p. 199.
  • 88 Ibidem, p. 117.

35Cependant, certaines pistes tombent d’elles-mêmes. Ainsi, celle du comte de la Mirandola, innocenté par la police86, celle de Joffré, grâce au témoignage de Giovannella87, qui le juge trop confiant et surtout trop stupide pour ordonner une telle entreprise, alors qu’Alexandre VI en personne disculpe Giovanni Sforza, le cardinal Ascanio Sforza, ainsi que Guidobaldo da Montefeltro88. D’autres pistes subsistent encore, mais Biagio réussit à résoudre l’affaire et en fait le compte rendu à César Borgia.

  • 89 Ibidem, pp. 243-245.

36Pour Biagio Buonaccorsi, les coupables sont les Orsini89. Leur mobile est la vengeance de Virginio Orsini, mort dans les prisons secrètes du Castel dell’Ovo à Naples, mort dont ils attribuent la responsabilité aux Borgia ; ce que César nie sur-le-champ. Les exécutants sont Oliviero Eufreducci, qui sera plus célèbre sous le nom de Liverotto da Fermo, et Vitellozzo Vitelli. Le piège mortel a été mis au point après observation minutieuse des habitudes de Juan, les deux assassins ayant une position privilégiée à Rome, puisqu’ils étaient les amis de Joffré et de Sancia.

  • 90 Ibidem, p. 245.
  • 91 Ibidem, p. 247.
  • 92 Ibidem, p.249.

37Tout commence quatre mois auparavant, lorsque le duc de Gandie rencontre Barbara della Mirandola90. Le duc croit enfin avoir atteint son but, mais c’est la courtisane Damiata, parfait sosie de la comtesse, qu’il retrouve sans le savoir dans un lieu très isolé, choisi sciemment pour sauvegarder l’honneur de la jeune fille91. Les frères de Fiammetta, l’entremetteuse de Damiata, sont à la solde des Orsini et la relation du duc de Gandie vient aux oreilles de Paolo Orsini, qui lui envoie une fausse entremetteuse, Bartolomea Orsini, habile, courageuse et âpre de vengeance, pour l’attirer sur la via Flaminia au cœur de la nuit, alors que la véritable Fiammetta est neutralisée par l’habile Marcuccio92. Juan Borgia est attendu par ses meurtriers et Biagio de reconstituer la scène du crime pour le comte de Valence.

  • 93 Ibidem, p. 250.
  • 94 Ibidem, p. 252.

38Il reste aux criminels à effacer les traces de leur méfait93. La première personne à éliminer est Giannettino, car l’écuyer connaissait bien le lieu des rendez-vous galants du duc. Il fallait en outre faire disparaître toutes les personnes qui connaissaient le secret : Fiammetta, mais elle reste introuvable, Damiata, qui échappe à une première tentative d’assassinat, mais qui est ensuite exécutée par les deux jeunes servantes qui avaient su gagner sa confiance94.

  • 95 Ibidem, p. 253.
  • 96 Ibidem, p. 241.

39Il y a pourtant eu deux accrocs dans une scène aussi bien orchestrée. Le premier est la mort de Marcuccio, dont il convient de faire disparaître le cadavre, car le lien entre le duc de Gandie et les Orsini deviendrait alors évident. Le second est la tentative de corruption faite par les Orsini, trop sûrs d’eux-mêmes. Après son échec, ils décident d’éliminer Biagio et Niccolino95, qui échappent à l’agression grâce à la méprise avec deux sbires qui leur ont volé les chevaux ; ce qui leur permet en quelque sorte d’assister à leur propre mort96.

  • 97 Ibidem, p. 254.
  • 98 Ibidem, p. 255.

40César Borgia se montre très généreux et récompense l’enquêteur et son acolyte97 : Niccolino obtient une « condotta » de 5000 ducats l’an et sera à la tête d’une équipe de cent lances ; Biagio est immédiatement gratifié de 5000 ducats et le cardinal de Valence prend des contacts à Florence98 pour lui permettre de rentrer : avec Bartolomeo Scala, secrétaire de la République de Florence, et avec Marcello Virginio Adriani, éminent professeur au Studio.

41Les ambitions de César Borgia sont maintenant satisfaites et le cynisme du cardinal de Valence se révèle en ces termes :

In futuro io sarò destinato a prendere il posto che mio padre aveva assegnato a mio fratello ; un posto, devo aggiungere, del quale il duca di Gandia aveva dimostrato di non essere degno…

Et, poursuit-il,

  • 99 Ibidem : « Dans l’avenir, je serai destiné à prendre la place que mon père avait réservée à mon frè (...)

da questo punto di vista, io dovrei ricompensare gli Orsini, non certo punirli, perché con il loro gesto crudele e scellerato… mi hanno offerto possibilità immense e hanno assecondato le mie più segrete ambizioni. Anche per questo li lascerò sopravvivere per qualche tempo. 99

  • 100 Ibidem, p. 263.
  • 101 Ibidem, p. 266.

42Le moment de la vengeance arrive cinq ans plus tard, en 1502. Entre-temps, Bartolomea Orsini est morte de mort naturelle. César Borgia fait mine de se réconcilier avec les quatre capitaines : Paolo Orsini, Francesco Orsini, Vitellozzo Vitelli et Liverotto da Fermo100, pour mieux les prendre au piège à Sinigaglia, où ils sont capturés, puis exécutés. (Fabio Pittoru donne tous les détails). Nous sommes le 31 décembre 1502. Le cardinal Orsini est convoqué par le pape, jeté dans les cachots du château Saint-Ange où on le laisse mourir de faim101.

  • 102 Guicciardini, op. cit., Volume II, Livre V, chapitre XI, pp. 535-546.
  • 103 Machiavel, op. cit., p. 1016 : « Alexandre VI, étant dépourvu/ d’un capitaine qui fût capable de te (...)
  • 104 Guicciardini, op. cit., volume II, Livre III, chapitre XIII, p. 376. (Guichardin, Op. cit., pp. 249 (...)

43Le récit de cet épisode de Sinigaglia reflète celui qu’en propose Guichardin dans la Storia d’Italia102. Cependant, si Machiavel fait une brève allusion à l’assassinat du duc de Gandie dans les Décennales103, Guichardin écrit en toutes lettres que c’est César Borgia qui a commandité l’assassinat de son frère104. L’historien explique que le pape Alexandre VI avait, dès le début de son pontificat, pour dessein de transférer tout son pouvoir temporel à son fils, le duc de Gandie, mais le cardinal de Valence qui, étranger par nature à la profession sacerdotale, aspirait au métier des armes et ne pouvait tolérer que ceci fût réservé à son frère, ni supporter que ce dernier fût davantage dans les bonnes grâces de dame Lucrèce, leur sœur, poussé par la luxure et par l’ambition, le fit en secret tuer puis jeter dans le Tibre une nuit que le duc chevauchait seul dans Rome. Le bruit courait également (si tant est qu’une telle énormité soit digne de foi), ajoute-t-il, que non seulement les deux frères mais le père lui-même se partageaient l’amour de dame Lucrèce.

44En conclusion, notre étude nous permet de voir que, si l’ambiance romaine du XVe siècle est bien rendue par Pittorru, il prend quelque liberté avec les événements historiques qu’il rapporte. Quoi qu’il en soit, il permet au lecteur d’évoluer dans le monde glauque des luttes de pouvoir et met en relief l’ingéniosité de l’assassin qui, comme le font les renards, a brouillé toutes les pistes, effacé toutes les preuves. Bien sûr, ici nous ne pouvons pas nous empêcher d’évoquer Le Prince de Machiavel et plus particulièrement le chapitre XVIII, intitulé « Comment les princes doivent tenir leur parole », où il conseille ceci :

  • 105 Machiavel, Œuvres, édition établie par Christian Bec, Paris, Laffont, 1996, pp. 153-155. (Machiavel (...)

Sendo, dunque, uno principe necessitato sapere bene usare la bestia, debbe di quelle pigliare la golpe e il lione ; perché il lione non si defende da’ lacci, la golpe non si defende da’ lupi. Bisogna, adunque, essere golpe a conoscere e’ lacci, e lione a sbigottire e’ lupi105

  • 106 Ivan Cloulas, op. cit., Paris, Fayard, 1987, p. 184.

45Pour Guichardin, comme pour Marin Sanudo, le coupable du meurtre n’est autre que le héros du Prince de Machiavel. Et Ivan Cloulas va dans ce sens lorsqu’il affirme : « Le meurtrier avait fait en sorte que les preuves ne puissent jamais être réunies contre lui, mais cette précaution même soulignait le caractère exceptionnel du criminel. C’était un homme de génie : il n’y en avait guère de cette trempe à la cour de Rome en dehors de César »106.

Haut de page

Notes

2 Lodovico Sforza, duc de Milan de 1494 à 1497, plus connu comme Ludovic le More, est l’époux de Béatrice d’Este, sœur d’Isabella d’Este, elle-même épouse de Francesco Gonzaga, marquis de Mantoue. Toutes les deux sont les filles d’Ercole I, duc de Ferrare, de Modène et de Reggio.

3 Fabio Pittorru, La pista delle volpi, Milan, Mondadori, 2001, 267 p.

4 Ibidem, p. 11.

5 Ibidem, p. 12.

6 Francesco Guicciardini, Storia d’Italia, Milan, Garzanti, 1980, volume I, Libro III, capitolo XIII, p. 353.

7 Denis Fachard, Biagio Buonaccorsi : sa vie - son temps - son œuvre, Bologne, Massimiliano Boni editore, 1976, chapitre II « Esquisse d’une biographie », pp. 10-31. Voir aussi la thèse soutenue par Fabienne Blary-Lour, Le ‘Diario’ de Biagio Buonaccorsi : histoire et pensée politique, Université de Provence, CAER, 1999.

8 Denis Fachard, op. cit, p. 12.

9 Ricordi di Biagio Buonaccorsi, Bibliothèque Nationale de Florence, MS Panciatichiano 101, c. 2v. Denis Fachard, cit., p. 172 : « Fo ricordo come a dì… d’agosto 1498 andai ad stare in Cancelleria de’ signori Dieci, chiamato da ser Antonio di Giovanni Della Valle loro secretario… »

10 Diario de’ successi piu importanti seguia in Italia, e particolarmente in Fiorenza dall’anno 1498 in fino all’anno 1512, raccolto da Biagio Buonaccorsi in que’ tempi coadiutore in Segreteria de Magnifici Signori Dieci della Guerra della città di Fiorenza Con la Vita del Magnifico Lorenzo de’ Medici il Vecchio scritta da Niccolò Valori Patrizio Fiorentino nuovamente posti in luce, in Fiorenza appresso i Giunti, 1568, Ristampa analitica a cura della Libreria SP 44, Firenze, 1973.

11 Voir à ce propos : Théa Picquet, Jacopo Nardi ; Regards sur un passé perdu : Le Livre X des ‘Istorie della città di Firenze’, dans Rinascimento, Rivista dell’Istituto Nazionale di Studi sul Rinascimento, seconda serie, volume XXXVI, Florence, Leo S. Olschki editore, 1996, pp. 407-430.

12 Jacopo Nardi, Istorie della città di Firenze, Florence, Le Monnier, 1858, volume II, p. 10 : « De ses très fidèles écrits nous avons tiré une grande partie de ces souvenirs ».

13 B. Bonaccorsi, Ricordi, cit. dans Denis Fachard, cit., pp. 170-223.

14 Ibidem, p. 171 : « Je note dans mes Mémoires, au nom de Dieu et de la glorieuse Vierge Marie, comment aujourd’hui, 15 avril 1495, j’ai pris pour épouse Lessandra, fille de Daniello de maître Ficin et de Mona Marietta…».

15 Ibidem, p. 172.

16 Ibidem : « Je note dans mes Mémoires comment le … août 1498, je siégeais à la Chancellerie des Dix, appelé par ser Antonio di Giovanni della Valle, leur secrétaire…».

17 Ibidem, p. 12.

18 Pittorru, op cit., p. 7 : « Fortunati definirei quegli scrittori cui toccò di raccontare negli anni in cui grande onore era riconosciuto alle intenzioni oneste e alla ricerca della verità. Ora, invece stimo protetti dalla buona sorte coloro i quali scrivono cose veridiche senza ricevere dai potenti danni, insulti o ferite. »

19 Ibidem : « Mon nom est Biagio Bonaccorsi, et les faits survinrent alors que je vivais à Rome et que je travaillais au service du cardinal Oliviero Carafa ».

20 Ibidem, p. 8 : « La cancelleria di una casa signorile, sia pure retta da un pio cardinale, è un ambiente chiuso e maligno come un ricco convento, dove si fa carriera non sulla base dei meriti e delle virtù, del lavoro e dell’onestà ; è un caos primigenio, una scuola di pazzia dove trionfa chi possiede scarso cervello, chi meglio sa fingere, chi può adulare con spudoratezza, chi riesce con le frodi e con gli inganni a soverchiare gli altri. »

21 Ibidem, p. 10.

22 Ibidem : « Je crois qu’il serait plus que dangereux de refuser une requête du Valentinois, étant donné que c’est un homme puissant et vindicatif et qu’il a un tempérament plus dur que le diamant et un cœur de pierre. Tu sais qu’en tant que fils du Pape il jouit d’une position éminente à Rome, auprès des autorités de la ville et des membres du Sacré Collège. Aussi, mon désir le plus clair est que tu travailles pour lui avec toute l’honnêteté et la loyauté dont tu es capable ».

23 Ibidem, p. 13 : « Ce prélat riche et cruel […] qui aurait pu faire ma fortune comme me détruire pour toujours ».

24 Ibidem, pp. 15-16.

25 Ibidem, p. 16.

26 Ibidem, p. 17.

27 Ibidem : « Et maintenant, écoute attentivement ce que je veux de toi… je crains que cette nuit on n’ait enlevé et assassiné mon frère ».

28 Ibidem.

29 Francesco Guicciardini , Storia d’Italia, Livre I, chapitre V, dans Opere, a cura di Emanuela Scarano, Turin, UTET, 1981, Volume II, p. 122, où il est précisé qu’en août 1493 l’on conclut le mariage entre dame Sancia, fille naturelle d’Alphonse d’Aragon, et de don Joffré, le fils cadet du pape. Tous les deux du fait de leur jeune âge ne pouvaient consommer le mariage. Les conditions furent que Joffré irait quelques mois plus tard s’établir à Naples, qu’il y recevrait en dot la principauté de Squillace, un revenu de 10.000 ducats l’an et qu’on lui donnerait cent hommes d’armes payés par Ferdinand.

30 Pittorru, op. cit., pp. 18-19.

31 Ivan Cloulas, Les Borgia, Paris, Fayard, 1987, p. 176.

32 Ibidem.

33 Pittorru, op. cit., p. 19.

34 Ibidem, pp. 20-21.

35 Ibidem, p. 22.

36 Ibidem, pp. 23-24.

37 Voir à ce propos le portrait du duc de Gandie peint par Pinturicchio sous les traits d’un ange de la résurrection, dans les appartements Borgia au Vatican.

38 Pittorru, op cit., pp. 39-40.

39 Ibidem, p. 42 : « Maître… la vue du corps de monsieur le duc vous a peut-être suggéré quelque chose ? Vous m’avez dit vous-même qu’un cadavre raconte toujours la façon dont il a été assassiné, et parfois même il suggère le nom de l’assassin ».

40 Ibidem, p. 186 : « Il corpo di Damiata, dopo che era stato ripescato dal pozzo dell’orto, era stato ricomposto e sistemato alla meglio… Rimasi a lungo a osservare il cadavere della fanciulla che con tanta abilità aveva saputo fare mercato del corpo perfetto ricevuto in dono da madre natura. I capelli, un tempo ricci e color castagna, erano nerastri e vischiosi come bava di lumbago e le stavano incollati al viso che non aveva più i colori rosati dell’alba ed era diventato livido e opaco. Anche il bel collo da cigno era deturpato dalla ferita nerastra che aveva lasciato la corda strangolandola… ».

41 Ibidem, p. 103.

42 Ibidem, pp. 191-192.

43 Ibidem, p. 32.

44 Ibidem, p. 191.

45 Ibidem : « le précieux métal, distribué à pleines mains, est un excellent instrument pour enquêter ».

46 Ibidem, p. 16.

47 Ibidem, p. 91-93.

48 Ibidem, pp. 151-157.

49 Ibidem, p. 22.

50 Ibidem, pp. 181-83.

51 Ibidem, p. 36.

52 Ibidem, pp.184-185, puis pp. 200-201.

53 Ibidem, pp. 151-153.

54 Ibidem, p. 33. À propos des « courtisanes honnêtes », voir : Angela Romano, Lettere di cortigiane del Rinascimento, Roma, Salerno, 1990 ; Théa Picquet, Profession : courtisane, dans Les femmes écrivains en Italie au Moyen-Âge et à la Renaissance, Aix-en-Provence, Publications de l’Université, 1994, pp.119-137.

55 Ibidem, p. 141.

56 Ibidem, p. 128.

57 Ibidem, p. 19.

58 Ibidem, p. 210.

59 Ibidem, p. 206.

60 Ibidem, p. 208.

61 Ibidem, p. 209.

62 Lucrèce (1480-1519) eut trois maris : en 1493, elle épouse Giovanni Sforza ; en 1498, Alphonse d’Aragon, duc de Bisceglie ; en 1501, Alphonse d’Este, duc de Ferrare.

63 Pittorru, op. cit.,, p. 138.

64 Ibidem, pp. 89-91.

65 Ibidem, p. 92.

66 Ibidem, pp. 19-20.

67 Ibidem.

68 Ibidem, p. 20.

69 Ibidem, p. 48.

70 Ibidem, p. 54.

71 Ibidem.

72 Ibidem, pp. 38-39.

73 Ibidem, pp. 62-63.

74 Ibidem, p. 85.

75 Ibidem, pp. 64-65.

76 Ibidem, p. 232.

77 Ibidem, pp. 233-235.

78 Ibidem, p. 205.

79 Ibidem, p. 234.

80 Ibidem, p. 97 : « la femme la plus intrépide et la plus cruelle d’Italie ».

81 Ibidem, p. 206.

82 Ibidem, pp. 110-111.

83 Ibidem, p. 129.

84 Ibidem, pp. 130-131 : « obligé de jouer les prêtres alors qu’il rêve de devenir le nouvel Alexandre le Grand ».

85 Ibidem, p. 184.

86 Ibidem, p. 110.

87 Ibidem, p. 199.

88 Ibidem, p. 117.

89 Ibidem, pp. 243-245.

90 Ibidem, p. 245.

91 Ibidem, p. 247.

92 Ibidem, p.249.

93 Ibidem, p. 250.

94 Ibidem, p. 252.

95 Ibidem, p. 253.

96 Ibidem, p. 241.

97 Ibidem, p. 254.

98 Ibidem, p. 255.

99 Ibidem : « Dans l’avenir, je serai destiné à prendre la place que mon père avait réservée à mon frère ; je dois ajouter que le duc de Gandie avait démontré qu’il n’était pas digne de cette place […] De ce point de vue, je devrais récompenser les Orsini, certes pas les punir, parce qu’avec leur geste cruel et scélérat… ils m’ont donné des possibilités extraordinaires et ont servi mes plus secrètes ambitions. Pour cela aussi je les laisserai survivre quelque temps ».

100 Ibidem, p. 263.

101 Ibidem, p. 266.

102 Guicciardini, op. cit., Volume II, Livre V, chapitre XI, pp. 535-546.

103 Machiavel, op. cit., p. 1016 : « Alexandre VI, étant dépourvu/ d’un capitaine qui fût capable de tenir son étendard, / à cause de la mort et de la défaite du duc de Gandia, / se tourna vers son autre fils qui appartenait / au groupe des grands tonsurés et l’en retira / en changeant son chapeau par une toque de commandement. »

104 Guicciardini, op. cit., volume II, Livre III, chapitre XIII, p. 376. (Guichardin, Op. cit., pp. 249-250).

105 Machiavel, Œuvres, édition établie par Christian Bec, Paris, Laffont, 1996, pp. 153-155. (Machiavelli, Tutte le opere, a cura di Mario Martelli, Firenze, Sansoni, 1971, pp. 283) « Un prince étant donc obligé de savoir bien user de la bête, il doit parmi elles choisir le renard et le lion, car le lion ne se défend pas des pièges, le renard ne se défend pas des loups. Il faut donc être renard pour connaître les pièges, et lion pour effrayer les loups ».

106 Ivan Cloulas, op. cit., Paris, Fayard, 1987, p. 184.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « L’histoire et l’Histoire : Un roman noir dans la Rome des Borgia », Cahiers d’études romanes, 15 | 2006, 21-38.

Référence électronique

Théa Picquet, « L’histoire et l’Histoire : Un roman noir dans la Rome des Borgia », Cahiers d’études romanes [En ligne], 15 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1128 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1128

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org