Navigation – Plan du site
Les jeux du miroir

Une « lettre parisienne » au XVIIe siècle : les premières impressions du poète Gian Battista Marino arrivant à Paris

Chantal Dauxin
p. 297-308

Résumés

Le poète napolitain Gian Battista Marino, nouvellement arrivé à Paris, fait part, dans une lettre, de ses premières impressions. Loin de présenter une sorte de guide pour vanter les beautés de la ville, l’auteur s’étonne devant les extravagances qu’il découvre de toutes parts. Sa description vise à provoquer le rire en transformant de façon burlesque l’image des lieux et des personnages qui l’intéressent.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Paris, Italie

Index chronologique :

XVIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Édition de référence : Opere scelte di Giovan Battista Marino e dei marinisti, a cura di Giovanni G (...)

1Giovan Battista Marino1 naît à Naples en 1569 ; il cultive la poésie malgré la volonté de son père qui voudrait faire de lui un avocat, et il doit donc quitter le toit familial. C’est le début d’une existence parfois aventureuse, qui le pousse à chercher refuge auprès d’un protecteur. Ainsi, après s’être échappé des geôles napolitaines, il part pour Rome où il est accueilli par le cardinal Aldobrandini. En 1605 il suit le cardinal à Ravenne, puis à Turin en 1608. La cour de Charles Emmanuel de Savoie est toute acquise à la poésie, et Marino est fait chevalier (« cavaliere dei Santi Maurizio e Lazzaro ») par le duc auquel il a dédié un Portrait en 238 sextines. Comme à Rome et à Ravenne, il peut fréquenter les écrivains les plus renommés ; il est admis dans les Académies littéraires, mais ses succès éveillent la jalousie d’autres poètes au point qu’il risque de se faire assassiner au détour d’une rue. Il apprend aussi que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire quand on est courtisan, et certaines plaisanteries lancées contre le duc lui permettent de goûter encore de la prison. Lassé par les rivalités et les polémiques attisées par quelques-uns de ses confrères, Marino décide de répondre aux sollicitations de la régente du royaume de France. Dès 1606 en effet, Marie de Médicis lui avait fait savoir qu’elle souhaitait le recevoir parmi les Italiens de sa cour ; le poète napolitain espère alors retrouver en France un milieu propice à son art, pour achever et faire éditer, entre autres, l’œuvre à laquelle il travaille depuis sa jeunesse : l’Adone.

2Gian Battista Marino arrive à Paris au cours de l’année 1615 ; il vient de traverser les Alpes, tel Hannibal, après avoir failli se rompre le cou cent fois, à cause des conditions climatiques effroyables et d’une monture qui ne l’était pas moins – s’il est permis de faire ce rapprochement –. Il s’est mis en voyage en ignorant tout de la langue française et des usages du pays, mais ce manque de connaissance n’est pas vécu par lui comme un handicap : au contraire, dans une lettre à Don Lorenzo Scoto, écrite de Paris peu après son installation, il se montre comme le visiteur naïf, prêt à s’étonner ou à s’amuser de toutes les nouveautés. Ni la ville, ni ses habitants ne trouvent grâce à ses yeux, mais son correspondant ne peut que se réjouir en découvrant avec quelle jubilation l’auteur utilise son art pour le forcer à regarder Paris à sa manière.

3Au bout de quelque temps, Marino affirme qu’il est capable de dire « oui » et « non » (ou plutôt « nenni ») : ce qui lui suffit, semble-t-il, pour comprendre et se faire comprendre, car « quanto si può dire al mondo consiste tutto in affermativa e negativa ». Voilà une opinion fort peu nuancée sur la manière de communiquer avec des inconnus, de surcroît étrangers, mais qui semble amincir au maximum la barrière linguistique ; en vérité, seuls des personnages muets seront présentés à l’exception d’un seul qui « parlera » (si l’on peut dire !) à son cheval. Ce que Marino entend faire dans sa lettre, c’est la description d’un spectacle ahurissant pour un homme sensé. Le ton est donné lorsque le poète présente cette terre inconnue comme un monde extraordinaire à cause de ses extravagances : « un mondo mirabile per le sue stravaganze » ; il décrira donc la ville sous cet aspect-là, et rien de « normal » ne sera signalé : chaque fois qu’il changera de sujet, les mots « stravaganza » et « stravagante » serviront de fil conducteur.

4En France en général, et à Paris en particulier, tout marche à l’envers : « ogni cosa va alla rovescia », à commencer par les rôles attribués aux hommes et aux femmes : ceux-là se parent de broderies et d’atours luxueux, tandis que celles-ci s’occupent de la bonne conduite de la maison ; de quelle façon ? on l’ignore ; cependant leur premier soin reste celui de plaire, en montrant une peau bien blanche. Hélas ! elles ont beau recouvrir leur visage d’emplâtres et d’onguents variés, elles n’arrivent qu’à ressembler à des cadavres vieux de quatre jours : « Le dame studiano la pallidezza e quasi tutte paiono quattriduane ». Au cours de son voyage, Marino avait jugé de façon moins cruelle les belles dames de Chambéry que le gouverneur de Savoie lui avait présentées : dans une lettre précédente, il se contentait de les comparer à des anges au minois sucré : « Mi fece baciar forse cento dame che parevano angioli, talché ne porto le labbra ancora tutte incrostate di zucchero ». La poudre que les parisiennes répandent sur leur chevelure ne les rajeunit pas, et la capitale semble peuplée de vieilles femmes aux têtes chenues. Elles ne montrent aucun goût dans leur habillement : pour suivre la mode, leurs robes ont une ampleur incroyable due à des cerceaux qui les font ressembler à des barriques. N’accusons pas Marino de se moquer seulement des femmes : leurs compagnons ne sont pas mieux traités par l’auteur qui dénonce l’habitude qu’ils ont d’aller en chemise été comme hiver, et de pousser l’extravagance jusqu’à mettre leur pourpoint sous leur chemise ; leur habit est fendu dans le dos, les manchettes sont plus longues que les manches elles-mêmes, et ils ne quittent jamais leurs bottes garnies d’éperons : autre extravagance, puisque la plupart d’entre eux ne possède pas de cheval. Marino s’attarde sur les couleurs qu’ils portent : autant les dames n’abordent que pâleur, autant les hommes se parent de multiples couleurs, avec une préférence pour le rouge. Leur chapeau s’orne d’un long panache comparable à une queue de renard : « pennacchiere lunghe come code di volpi », et au- dessous, apparaissent deux têtes : la vraie et une autre, « posticcia », faite de faux cheveux qui recouvrent les autres ; édifice instable, propre à disparaître entre les mains de n’importe qui, et source de ridicule à laquelle puisent nombre d’écrivains du XVIIe siècle : l’auteur rappelle à cette occasion comment, dans le Pastor Fido de Guarini, Corisca abandonne sa chevelure entre les doigts du satyre.

5Marino a décrit les toilettes des Parisiens en soulignant leur extravagance, mais il est bien obligé, peu à peu, de suivre les usages, et de s’habiller de la même façon, quoi qu’il puisse en coûter à son amour propre ! Car il n’est pas un simple voyageur de passage, mais bien un Parisien parmi d’autres. Lui aussi devient ridicule, et il imagine les moqueries de son correspondant s’il le voyait attifé tel un oriental :

O Dio ! se voi mi vedeste impacciato tra queste spoglie da mamalucco, so che vi darei da ridere per un pezzo.

6Quelle expérience ! le voici devenu mannequin et tout embarrassé dans des « brache » si larges et profondes qu’il est incapable de définir leurs dimensions ; mais il y a pire pour lui : le système de fermeture en est si exagérément compliqué qu’il craint de ne pouvoir satisfaire à temps certains besoins urgents ; même les ornements de belle soie ne lui plaisent pas, car en battant sur ses jambes ils rythment sa marche de tif taf inutiles. Son cou est immobilisé par une sorte de monument qui a tout d’une forteresse influencée par l’architecture dorique, et dont l’inventeur fut certainement un homme de génie : « ebbe più sottile ingegno di colui che fece il pertugio dell’ago ». Ses chaussures, qui hésitent entre l’escarpin et le sabot l’obligent à avancer en traînant les pieds, et les talons surélevés ne l’aident pas davantage, même s’ils permettent de « pretendere all’Altezza » ; quant à son chapeau, il lui garantit une bonne ombre grâce à ses larges dimensions et à sa forme pointue. En vérité, ajoute l’auteur pour en finir avec cette étude burlesque des vêtements en usage à Paris,

Tutte le cose qui hanno dell’appontuto : i cappelli, i giubboni, le scarpe, le barbe, i cervelli, infino i tetti delle case.

7Belle énumération dans laquelle les noms sautent d’un objet à l’autre comme le regard de l’auteur, et l’adjectif « appontuto » offre à son correspondant une image des personnes et du décor dans lequel elles se meuvent dénuée de grâce et de raffinement.

8Sans transition, Marino aborde la description du comportement des Parisiens, et il énumère d’autres extravagances. Il souligne d’abord le désœuvrement de tous ces « cavalieri » : pour eux le temps s’écoule grâce à des promenades sans fin, et à des duels incessants « per ogni mosca che passa » ; cette dernière extravagance va fort loin, puisqu’il est de bon ton que le duelliste soit entouré de seconds, recrutés parmi ses amis ou même parmi de parfaits inconnus : ce qui terrorise notre poète qui n’est pas du tout prêt à mourir au combat, ni à mourir de honte s’il refuse d’assister l’un de ces chevaliers. Moins dangereuses mais tout aussi extravagantes sont les politesses échangées en signe d’amitié : avant d’engager une conversation il convient de se plier à un rituel qui tient à la fois de la danse et de l’acrobatie. En revanche les relations entre hommes et femmes sont beaucoup plus directes, et Marino en arrive presque à porter un jugement moral très défavorable sur ces femmes qui se laissent conter fleurette par leur galant en public, et sans la moindre gêne :

Le signore non fanno scrupolo di lasciarsi baciare in pubblico.

9Le nom scrupolo semble bien être le seul terme employé dans un autre but que celui de faire rire ; mais le poète donne à cette liberté de mœurs un parfum de pastorale :

Si tratta con tanta libertà che ogni pastore può dire alla sua ninfa commodamente il fatto suo.

10Pour le reste, la « vie parisienne » de l’époque n’intéresse le nouveau résident que par son aspect fastueux et ses multiples plaisirs : on joue, on se reçoit, on danse, on festoie sans retenue et continuellement :

Con balletti e con banchetti continovi si fa gozzoviglia.

11Pas une auberge dont les broches lourdement chargées ne semblent animées d’un mouvement perpétuel, pas une rue, pas une boutique où l’on ne trouve en abondance des denrées plus ou moins rares et chères :

Gli speziali tengono bottega di castagne, di cappari, di formaggio e di caviaro.

12Même l’eau se vend ; les fruits exotiques comme les citrons et les oranges amères valent une fortune, mais impossible de trouver du raisin, des figues ou des melons, fi donc ! En revanche le vin est présent à chaque coin de rue :

Si fa gran guasto di vino e per tutti i cantoni ad ogni momento si vede trafficar la bottiglia.

13À lire ce qui précède, on dirait que Paris est un pays de Cocagne où les habitants peuvent se procurer de tout à n’importe quel moment. Mais... quels habitants ? Marino a parlé des « dame » et des « cavalieri », donc de la noblesse ; et il a rapporté dans sa lettre ce qui à ses yeux est extravagance, c’est-à-dire à la fois les excès de la mode et les excès du plaisir. Les mots « stravaganza » et « stravaganti » sont-ils réservés à la haute société parisienne ? Marino va-t-il changer de style et de vocabulaire pour évoquer la vie quotidienne du menu peuple parisien ?

14Une courte phrase permet de présenter la plèbe tout en l’opposant à la noblesse :

La nobiltà è splendida, ma la plebe è tinta in berettino,

c’est-à-dire que les couleurs éclatantes de la noblesse s’effacent pour faire place à la grisaille populaire. On peut prendre cette expression au sens propre (la couleur grise des vêtements) et au sens figuré (la tristesse de la vie quotidienne). Mais il est inutile de penser que Marino a l’intention d’apitoyer son lecteur sur la condition misérable des petites gens qu’il côtoie à Paris. Eux aussi ont leur part d’extravagance, non plus sous le signe de la couleur ou de la préciosité, mais sous celui du mouvement et de la voix, et ils contribuent à animer les « embarras de Paris ».

15L’auteur s’attarde sur trois catégories de cet autre peuple de la rue : les laquais, les mendiants, les charretiers. « I signori lacché » comme il les nomme, représentent une sorte de transition entre les nobles et les petites gens : ils marchent à pied, et leur travail consiste à précéder ou à suivre la voiture de leur maître dans la capitale, donc à écarter la foule des autres piétons, riches ou pauvres. Ce sont des créatures fort extravagantes, et d’une insolence particulière, si bien que Marino les classe dans une espèce qui n’est pas celle des autres hommes :

Una spezie di gente differente degli altri uomini : verbigrazia, come i satiri e i fauni.

16Ils forment une « repubblica », un état dans l’état en quelque sorte, qui se distingue par son autorité, reflet de celle de leur maître. Ils tiennent à la main de lourds bâtons « a guisa di tanti Ercoli clavigeri », et marquent leur passage en éclaboussant de fange les habits des honnêtes gens. Les exploits de ces demi-dieux ne s’arrêtent pas là, car tout en frayant un couloir à leur maître, ils prennent le temps de travailler pour leur propre compte en volant la bourse des passants. Il faut dire qu’au bout de leurs doigts, la nature les a fournis d’ongles aussi longs et crochus que les serres des oiseaux de proie. Du vol à la mendicité le glissement est aisé, et Marino se plaint des « pitocchi » omniprésents dans les rues comme dans les églises ; ils sont pires que les moustiques, car l’on n’arrive pas à les chasser. L’auteur ne s’attarde pas sur le sort de ces importuns, et réserve sa pitié aux « povere bestie » martyrisées par les charretiers. En quelques lignes, Marino suggère les bruits de la ville, avec le fracas des charrettes qui montent et descendent les rues sans interruption, si bien que « par che vada il mondo a sacco » ; et par dessus, la voix des conducteurs dont le langage est fait d’interjections bizarres que seuls les chevaux comprennent :

I carrettieri hanno un certo lor linguaggio cavallino con alcune interiezioni si fatte che, quando gridano, i cavalli gl’intendono.

17En somme, ces charretiers pourraient eux aussi appartenir à un monde à part, comme les laquais, un monde plus proche de celui des bêtes que de celui des hommes. On se rapproche une autre fois du fantastique mythologique.

18Paris offre encore à la curiosité de notre poète deux « extravagances », plus intéressantes que toutes les autres réunies dans les pages précédentes : l’une concerne le climat, l’autre la langue.

19Le climat parisien est imprévisible, car il se montre aussi instable que l’humeur des habitants :

Conformandosi all’umore degli abitanti non ha giammai fermezza né stabilità.

Au point que les quatre saisons peuvent se succéder d’une heure à l’autre au cours de la journée ; les promeneurs doivent donc porter sur eux les quatre tenues adéquates à chacune des saisons : une pour la pluie, une pour la grêle, une pour le vent et une pour le soleil. Et encore le soleil se dissimule-t-il sans cesse derrière un masque de nuages, à l’exemple des demoiselles qui déambulent masquées. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la pluie est bien la meilleure des conditions climatiques, car grâce à elle les rues peuvent être débarrassées de leurs immondices et de la boue, plus tenaces... que la vérole contractée dans les bordels ; mais autre extravagance : ces maisons que l’on trouve partout dans la ville n’existent pas aux dires des Parisiens. L’auteur ne s’attarde pas sur cette énigme et préfère aborder le domaine de la langue française.

20Jusqu’à présent, Marino n’a pas fait intervenir dans les descriptions de la vie parisienne ses expériences vécues lors de ses périples italiens : il a fréquenté les cours de Naples, de Rome, de Turin, il a séjourné à Ravenne, à Mantoue, à Modène, à Gênes, à Venise, mais jamais il ne compare ce qu’il voit avec ce qu’il a vu. Les images qui lui ont servi à présenter Paris et les Parisiens à son correspondant sont issues de réminiscences littéraires, nourries de mythologie, ou de comparaisons faciles et traditionnelles avec le monde animal. L’Italie reste sous-entendue, curieusement absente des compléments de comparaison : les passants et les rues de Paris sont décrits pour eux-mêmes, et le travail de l’auteur consiste à accumuler superlatifs, paradoxes et énumérations burlesques. Mais comment peut-on montrer les extravagances d’une langue qu’on avoue ne pas connaître... quand on est un poète, que l’on fait partie de plusieurs Académies italiennes, que l’on est appelé à fréquenter des hommes de lettres français, et que l’on est accueilli dans une cour franco-italienne ? Marino choisit la manière la plus simple qui soit : il élimine les remarques grammaticales ou étymologiques, et passe l’orthographe sous silence ; ce qui l’intéresse c’est la perception au premier degré des mots qu’il entend prononcer, et la comparaison qu’on peut en faire avec un choix de mots italiens en partie homophones. L’extravagance qu’il dénonce découle d’une impression superficielle, qu’il feint être celle de l’étranger ignorant et naïf. Le vocabulaire cité touche un bon nombre de domaines liés à la vie quotidienne, ceux-là mêmes qui ont précédemment servi de décor à ses descriptions ; mais il ne propose qu’un mot pour chacun d’eux, et n’oublie pas les allusions les plus triviales, destinées à faire rire son lecteur. Ce lexique se présente comme une énumération soigneusement élaborée (ne nous laissons pas abuser !) de ce qu’on appelle aujourd’hui les « faux-amis », tous parés d’une terminaison italienne, et elle est agrémentée de quelques commentaires personnels. Certains exemples émaillent déjà les descriptions des Parisiens qui portent la « parucca » et se promènent à toute heure du jour et de la nuit :

Vanno i cavalieri tutto il giorno e la notte permanendosi,

quand ils ne font pas bombance, c’est-à-dire, en français, « buona cera ». Le passage le plus représentatif de ce nouvel amusement intellectuel mérite d’être cité en entier :

L’oro s’appella « argento ». Il far colazione si dice « digiunare ». Le città son dette « ville ». I medici, « i medicini ». I vescovi, « vecchi ». Le puttane, « garze ». I ruffiani, « maccheroni ». Il brodo, « un buglione », come se fusse della schiatta di Goffredo. Un « buso » significa un pezzo di legno. Avere una « botta » in su la gamba vuol dire uno stivale. Ultimamente quella faccenda per cui si consuma la robba e la vita si chiama « vitto ». Ma tra le stravaganze maggiori, « fuettere » val tanto quanto dar delle sferzate.

21Marino considère-t-il donc Paris comme une grande ville assommante faite de « vastissimi abissi », un théâtre aux décors flous parmi lesquels s’agitent des acteurs de comédie aux paroles incompréhensibles ? Il est évident qu’une telle description ne peut être prise au sérieux, d’autant moins qu’elle reste très incomplète, et ne suffit pas à imaginer l’aspect de Paris au début du XVIIe siècle. On a vu plus haut que les toits de la ville sont pointus : « hanno dell’appontuto » ; une allusion est faite au Pont Neuf (dont le nom est traduit en italien : « Il Ponte nuovo ») où se trouve une horloge qui sonne les heures ; et si l’auteur en parle, c’est pour indiquer l’existence, à cet endroit-là, de la statue de la Samaritaine, destinée, pense-t-il, à servir d’exemple aux femmes infidèles :

per ammaestrar le femine con quel publico esempio a non aver ciascuna cinque mariti.

22Il ne cite pas un seul nom de rue, ni de place, ni de monument : aucun palais n’est mentionné, pas même celui du Luxembourg, alors en construction, ni celui du Louvre ; il ne fait allusion à aucune des personnes qu’il doit rencontrer tôt ou tard. Au moment d’achever cette lettre, il en résume brièvement le contenu :

Eccovi fatto un sommario delle qualità della terra e delle usanze di questa nazione.

23Cette citation montre clairement qu’il n’entend pas s’exprimer comme un guide avec l’espoir d’attirer la curiosité de ses compatriotes. À une époque où les voyageurs accouraient en Italie pour admirer ses antiquités et ses paysages, pour fréquenter ses universités, Marino franchit les Alpes avec l’espoir d’oublier quelques déconvenues d’auteur. Mais il entend bien ne pas rester isolé et participer à la vie des lettrés parisiens. Peut-on dire que cette intégration a été réussie ? En partie seulement, semble-t-il.

24En effet, dans les autres lettres qu’il écrit à ses correspondants italiens, on sent qu’il a peur de l’isolement loin de l’Italie, qu’il redoute d’être oublié, ou mal considéré par ses compatriotes. Il demande toujours des nouvelles des uns et des autres, même s’il se félicite d’être bien reçu à Paris qui admire en lui le poète ; il semble à l’aise – du moins dans les premiers temps – parmi les courtisans qui gravitent autour de Marie de Médicis, et les conditions matérielles qui lui sont offertes dépassent ses espérances : il s’en réjouit l’année suivante en écrivant au comte Fortuniano Sanvitali :

Son vivo, la Dio mercé, sano e (quod peius) ricco come un asino. Son ben veduto da questa Maestà ed accarezzato da tutti questi prencipi. […] Intanto non mi mancheranno almeno cento scudi d’oro il mese ben pagati, i quali S. M. si contenta ch’io gli goda nella mia patria, purché a volta a volta mi lasci rivedere in questa corte.

25Que demander de mieux ? il n’est même pas obligé de rester à Paris pour toucher sa pension ! A condition de revenir en France régulièrement, bien sûr. Mais l’on voit déjà dans ces quelques mots combien l’Italie et ses amis lui manquent :

L’amor d’Italia mi tira e d il desiderio di riveder gli amici antichi mi fa languire di sfinimento.

Il finit sa lettre en priant son correspondant de lui écrire souvent :

Intanto V. S. non lasci di scrivermi, dandomi qualche novella di costà.

26Tranquillisé à la vue des nombreux écus qu’il reçoit régulièrement, Marino reprend à Paris son activité de poète : il écrit des épitalames, travaille à l’Adone, tout en se plaignant régulièrement des éditeurs parisiens qui ne tiennent pas leurs promesses, et sont toujours en retard. Les années passent, l’influence de Marie de Médicis s’affaiblit, mais la situation de Marino ne change pas pour autant : les hommes de lettres français ont traduit certains de ses poèmes avant même qu’il n’arrive à Paris, d’autres reconnaissent publiquement son talent, ou l’imitent ; et en 1620, il fait savoir à son correspondant Claudio Achillini qu’un certain Jules Mazarin le cite :

Non vorrei non ritrovarmi appoggiato coll’autorità del padre Giulio Mazarini, torrente d’eloquenza e specchio di bontà, che nell’ultima parte del suo « Miserere » si è abbassato a comproverare molte sue proposizioni con le sentenze dei miei versi...

27Marino se réjouit d’une telle gloire, et souhaite que ses compatriotes lui soient reconnaissants d’avoir apporté en France, et qui plus est à la cour de France, le talent des poètes :

per aver io portate le muse toscane di qua dall’Alpi e introdottele nelle camere reali.

28En effet, le jeune roi Louis XIII manifeste son admiration pour lui en avançant une partie de l’argent nécessaire à la publication de l’Adone.

29La richesse qu’il possède maintenant permet aussi à Marino de satisfaire un plaisir dont il ne saurait se passer : la collection des œuvres d’art. Depuis ses jeunes années, il a fréquenté des personnages influents qui avaient les moyens de réunir chez eux peintures et sculptures ; installé à Paris, il multiplie auprès de ses correspondants italiens les requêtes pour qu’ils lui envoient des peintures de toute l’Italie, afin qu’il puisse les remporter à Naples dans la maison qu’il a achetée :

Quel poco che ho mi basta ad effettuare qualche onesto capriccio, massime di quelli che pertengono alla pittura, della quale non dico ch’io mi diletto ma impazzisco. […] Fo una galeria in Napoli in una casa molto deliziosa, e quivi ho raccolta una quantità di libri tutti scelti ed egregiamente legati, che passano la somma di 3000 scudi. Per arricchirla d’ogni ornamento possibile, voglio circondarla di diversi quadri di buona mano a mia fantasia.

30Toutes ces activités le poussent à écrire encore : il compose une Galeria faite de poèmes où il transcrit en vers ce que les tableaux et les gravures lui inspirent ; c’est une autre façon de « peindre », avec l’encre et la plume, les portraits (celui de Marie de Médicis, du cardinal Maurice de Savoie), les paysages, les scènes mythologiques ou religieuses, et même les créatures les plus infimes de la nature (un moustique, une fourmi). Pourtant le contenu de ses lettres montre de plus en plus son désir de quitter Paris, où le climat le rend malade, et où la vie de cour commence à lui peser : en 1623 il confirme au comte Fortuniano Sanvitali qu’il espère partir en toute hâte pour Rome, mais qu’il n’est plus question pour lui de se mettre au service d’un autre prince :

io sono già stracco delle corti e non ne voglio più ; e poiché Iddio mi ha dato il modo d’uscire di necessità, mi delibero di vivere a me stesso gli anni che mi avanzano con qualche riposo e tranquillità.

31C’est ainsi qu’en été 1624 Marino se retrouve enfin à Naples, où il a l’impression de renaître. Neuf ans après son arrivée à Paris, il rédige à Andrea Barbazza une lettre dont le contenu fait oublier tout ce qu’il a dit de la capitale française. Le style n’a plus rien de burlesque ; il ne décrit pas les hommes, mais la nature qui fait de sa ville natale un véritable paradis : une douceur idyllique remplace l’agitation extravagante de la grande ville qu’il s’est empressé d’oublier :

Qui l’acque del mare sono sempre tranquille, perché, come quelle che vivono sicure da’ venti sotto il patrocinio de’ monti che fanno loro graziosissima corona, non temono di tempesta... Questo spazio di mare è un teatro gloriosissimo, dove ogni sera viene la nobiltà napoletana dentro le gondole a goder un’aria da paradiso.

32D’autant plus qu’à Naples, Marino trouve de la part de ses compatriotes un accueil au moins aussi chaleureux que celui qu’il avait connu à Paris ; il est adulé comme le vrai fils de sa ville natale, et on lui promet même de lui dresser une statue ! Mais le séjour napolitain sera beaucoup plus bref que le séjour parisien : le poète meurt à Naples le 25 mars 1625, sans avoir eu le temps de retourner en France, comme il s’était engagé à le faire.

33La lettre à Lorenzo Scoto est écrite pour présenter Paris et ses habitants sous un aspect qui semble bien éloigné de la réalité : chaque argument subit une déformation, un grossissement jusqu’à l’absurde. Marino prend le contre-pied de la tradition pastorale ou épique lorsqu’il décrit ses personnages : plus de roses, de lis ni de perles sur les visages féminins, plus d’héroïsme chez ces gentilshommes qui ne pensent qu’à ferrailler pour tout et n’importe quoi, et ne possèdent pas de cheval ; même les richesses dont la ville regorge n’offrent pas une image de paradis terrestre, mais bien de gaspillage dans une jouissance effrénée de tous les plaisirs. Le désordre général apporté par un charroi continuel dans les rues où chacun ne pense qu’à échapper aux multiples désagréments provoqués par autrui, n’évoque pas plus une capitale industrieuse où il fait bon vivre. Marino tourne en dérision ce qui pourrait apparaître comme un avantage, et présente à son correspondant un spectacle aussi risible qu’affligeant. Paris est une image réduite de la France, telle qu’il l’évoque dans les premières lignes de sa lettre :

Circa il paese, che debbo dirvi ? Vi dirò ch’egli è un mondo. Un mondo dico non tanto per la grandezza, per la gente e per la varietà, quanto perch’egli è mirabile per le sue stravaganze. Le stravaganze fanno bello il mondo, percioché, essendo composto di contrari, questa contrarietà constituisce una lega che lo mantiene. Né più né meno la Francia è tutta piena di ripugnanze e di sproporzioni, le quali però formano una discordia concorde che la conserva. Costumi bizzarri, furie terribili, mutazioni continue, guerre civili perpetue, disordini senza regola, estremi senza mezzo, scompigli, garbugli, disconcerti e confusioni ; cose insomma che la doverebbono distruggere, per miracolo la tengono in piedi.

34Un avertissement qui préfigure la démarche stylistique de l’auteur : de telles contradictions sont éclairées grâce à des procédés descriptifs, animés par une accumulation d’exemples eux-mêmes étouffés sous le poids de compléments et de qualificatifs ravageurs, et anéantis enfin par le jugement personnel du poète.

35Est-ce à dire que Marino entend déconsidérer Paris aux yeux de Lorenzo Scoto ? Ou bien ne s’agit-il ici que d’un exercice de style, à la manière d’Horace et de Juvénal, destiné à divertir son correspondant qui s’attendait à recevoir ce genre de lettre ? Bien entendu, il veut provoquer le rire, car il y est poussé par le spectacle permanent qu’offre la ville, et cinquante ans plus tard, Boileau s’amusera de semblable façon à mettre en vers les embarras de sa ville natale dans la sixième de ses Satires. Cependant, la lettre de Marino invite aussi à la réflexion : cette « discordia concorde » dont il est question à propos de la France, peut exprimer une sorte d’admiration devant un pays qui, malgré les guerres et les discordes politiques, attire les visiteurs, et pas n’importe lesquels. À Paris, la cour de la régente, brille encore des derniers feux de la Renaissance, et Marino s’y installe, poète parmi les poètes, adulé ou jalousé mais certain qu’il pourra exercer son art, apporter ses nouvelles conceptions littéraires et mener à terme ses projets de composition et d’édition. Sous sa plume, Paris est une ville baroque, excessive, extravagante, mais Paris vaut bien une lettre !

Haut de page

Notes

1 Édition de référence : Opere scelte di Giovan Battista Marino e dei marinisti, a cura di Giovanni Getto, Torino, UTET, Classici italiani, 1954, vol. 1: Marino.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Dauxin, « Une « lettre parisienne » au XVIIe siècle : les premières impressions du poète Gian Battista Marino arrivant à Paris », Cahiers d’études romanes, 6 | 2001, 297-308.

Référence électronique

Chantal Dauxin, « Une « lettre parisienne » au XVIIe siècle : les premières impressions du poète Gian Battista Marino arrivant à Paris », Cahiers d’études romanes [En ligne], 6 | 2001, mis en ligne le 07 avril 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/113 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.113

Haut de page

Auteur

Chantal Dauxin

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org