Navigation – Plan du site
Italie

La Sardaigne ‘nuorese’ à la fin du XIXe siècle. Marcello Fois, Sempre caro, Sangue dal cielo, L'altro mondo

Giuliana Pias
p. 166-181

Résumés

Ces romans constituent une trilogie consacrée au cycle historique sarde se déroulant entre 1898 et 1900. Marcello Fois utilise ici des éléments constitutifs du roman historique et les intègre dans la structure du roman policer. Afin de mettre en évidence les difficultés d’intégration politique, économique et sociale de l’île dans la récente formation de l’État italien, l’auteur utilise surtout deux éléments historiques fondamentaux en leur attribuant le statut de protagonistes à part entière : la ville de Nuoro et le personnage de l’avocat et enquêteur Sebastiano Satta (appelé familièrement du nom de Bustianu). Les enquêtes se trouvent alors enracinées dans un espace géographique et sociologique dans lequel des événements apparemment individuels et circonscrits à un microcosme sont en réalité le symbole de faits collectifs et plus généraux ; la petite histoire et la grande Histoire se trouvent alors entremêlées.

Haut de page

Entrées d’index

Parole chiave :

Fois (Marcello), giallo, Storia

Index géographique :

Italie, Sardaigne

Index chronologique :

XXIe, XIXe
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le titre de ce séminaire – Le roman policier et l’Histoire – pose la question du rapport entre l’histoire et la littérature, deux disciplines qui, à l’origine, semblent être antinomiques, si on considère la véracité des faits historiques face à l’histoire romancée. Ce rapport pose alors le problème de la légitimation du roman comme source documentaire, au même titre que tout autre document historique. Pour essayer d’établir l’existence d’une relation entre ces deux disciplines, nous reprenons les propos de Paul Veyne et de Jacques Le Goff.

  • 1 Cité par Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, coll. Folio histoire, 1988, p. 180
  • 2 Ibidem.

2Selon le premier, « l’histoire est en soi une suite d’événements, soit le récit de cette suite d’événements »1. Cependant, comme le dit Jacques Le Goff, « histoire peut avoir un [autre] sens, celui précisément de récit. Une histoire c’est un récit, ce peut être vrai au faux, à base de « réalité historique » ou purement imaginaire, ce peut être un récit « historique » ou une fable »2. De même, le roman historique, par la technique romanesque, et son mélange de réalité et d’imagination, transporte le lecteur au sein de l’Histoire, c’est-à-dire au sein d’une succession d’événements historiques.

  • 3 Le premier roman de Marcello Fois est Sempre caro, Milan, Frassinelli, 1988. Il a obtenu deux prix  (...)
  • 4 Jean Pons, « Le roman noir, littérature réelle », in Les temps modernes, n° 595, août-septembre-oct (...)

3Compte tenu de ces définitions, nous avons choisi de parler de trois romans de la tétralogie3 historique de Marcello Fois, qui utilise la fiction romanesque pour mettre en scène l’évocation de Nuoro à l’époque du XIXe siècle et permet donc de découvrir l’Histoire de la Sardaigne post-unitaire. Ainsi, dans Sempre caro, Sangue dal cielo et L’altro mondo, le référent topographique devient une sorte de fil rouge distinctif caractérisant ces romans policiers. Il s’agit d’un environnement connoté géographiquement et sociologiquement dans lequel se situent et évoluent les enquêtes ; celles-ci, en effet, se trouvent enracinées dans la réalité, « dans un espace social ‘imaginairement concret’ et dans une histoire que la société souvent voudrait oublier ou nier »4.

  • 5 Marcello Fois se montre sensible à la spécificité du lieu et on pourrait appliquer la même remarque (...)

4En ce sens, l’environnement ne se limite pas à être un simple arrière-plan occasionnel de la narration policière, mais il finit par devenir un personnage5 à lui seul. C’est aussi le lieu de la rencontre entre la petite histoire et la grande Histoire, entre une histoire ‘périphérique’ et une histoire plus centrale. Ce lieu devient l’emblème de parcours et d’événements individuels et circonscrits à un microcosme qui constituent le symbole de faits plus collectifs et généraux.

5En ce qui concerne le thème de ce séminaire, à savoir le rapport entre le roman policier et l’histoire, nous allons évoquer deux éléments principaux qui permettent d’insérer les romans policiers de Marcello Fois dans cette catégorie : la réappropriation de l’histoire par la fiction policière et son rapport avec le réel.

L’élément spatial et l’élément temporel

  • 6 (Nuoro 1867-1914). Il était avocat, poète et journaliste. Criminaliste du barreau de Nuoro entre 18 (...)

6Dans Sempre caro, Sangue dal cielo, L’altro mondo, l’espace et le temps, considérés dans leur interconnexion et dans leur caractère inséparable, représentent le centre structurant des principaux faits du roman et caractérisent les divers personnages et leurs relations réciproques. Cette dimension spatio-temporelle est d’autant plus significative qu’elle a comme protagoniste un personnage qui a réellement existé dans la réalité de la ville de Nuoro au XIXe siècle ; il s’agit de l’avocat et poète Sebastiano Satta6 qui, dans les romans, est appelé familièrement par le prénom Bustianu.

  • 7 En ce qui concerne Sempre caro, l’intrigue se déroule en 1898 et a pour ressort principal un délit (...)

7Dans les deux premiers romans, Sempre caro et Sangue dal cielo, la période historique est caractérisée par le rapport conflictuel et par l’incompréhension mutuelle entre la Barbagia et l’État italien qui vient de se former ; cet aspect représente le contexte dont on ne peut faire abstraction si on veut comprendre les faits relatés et les enquêtes menées par le protagoniste. En revanche, dans L’altro mondo, ce rapport difficile entre les deux réalités, géographiques et culturelles, devient l’objet principal des investigations de Bustianu. Cette évocation des faits historiques se produit à travers l’énigme policière qui ne sert donc que de toile de fond7.

La réappropriation des faits historiques

  • 8 Il faut dire que le Parlement italien néglige complètement aussi bien le mécontentement généralisé (...)

8A la base de la narration se trouve un fait historique précis : l’annexion de la Sardaigne par l’Italie ; ce rattachement est ressenti comme une prévarication par les Sardes8 car l’île est mal connue et méprisée non seulement par l’imaginaire collectif de la péninsule, mais aussi par le gouvernement central. C’est cette méconnaissance qui se trouve à l’origine de la mauvaise gestion politique, ce qui eut pour conséquence une très grave crise économique et une recrudescence du banditisme. En témoigne, dans L’altro mondo, le personnage du bandit, Dionigi Mariani, dialoguant avec l’avocat Bustianu :

  • 9 « Vous croyez que, si j’avais pu choisir, je n’aurais pas choisi une autre vie ? Mais non, j’ai dû (...)

– Credete che se avessi potuto scegliere, non avrei scelto di fare la vostra vita ? Invece no, mi sono dovuto arrangiare, perché sennò si moriva di fame, lo sapete, s’abbocà, che cos’è la fame ? Lo sapete cosa vuol dire quando le banche ti mangiano tutto quello che tuo padre e il padre di tuo padre hanno costruito ?9

  • 10 En effet, pendant les dernières vingt années du XIXe siècle, la Sardaigne est frappée par une crise (...)
  • 11 L’aspect socio-économique le plus problématique est surtout lié à la première moitié du siècle. Deu (...)
  • 12 Cette thèse est présentée dans son ouvrage, La delinquenza in Sardegna. Note di sociologia criminal (...)
  • 13 Niceforo trace une « zona delinquente » sur la base du nombre des délits et de leur spécificité. El (...)

9Le recours au banditisme apparaît donc comme un choix obligé ; il devient un problème d’ordre public très grave après la crise économique et sociale de 1887-188810, mais il trouve ses origines dans les années précédentes11. Le gouvernement central, ne sachant pas comment faire face à la situation, décide alors de faire mener des enquêtes parlementaires sur ce phénomène afin de comprendre les causes du problème et de trouver des solutions. Ainsi, à la fin du XIXe siècle, des spécialistes de criminologie arrivent en Sardaigne. Parmi eux, en 1895, le sicilien Alfredo Niceforo séjourne dans l’île et formule la thèse biologique déterministe de la « tare héréditaire » : une sorte de maladie génétique qui amène les Sardes à voler et à tuer12. Cette maladie est propre à une zone bien précise, qu’il appelle « zone criminelle »13, dont fait partie la Barbagia.

10Cette thèse de la maladie est évoquée par l’avocat Bustianu, à plusieurs reprises, toujours pour exprimer sa réprobation ; il l’évoque lorsqu’il s’attribue une particularité typique des gens de sa région, comme il le dit lui-même :

  • 14 « En somme, je suis fait ainsi : têtu. Je suis natif de la Barbagia ! Cela doit vouloir dire quelqu (...)

- Insomma io sono fatto così : testardo. Sono barbaricino! Qualcosa vorrà dire nascere in un posto piuttosto che un altro. Non parlo di innatismo : ho odiato Niceforo e le sue « zone delinquenziali » più di ogni altro, più di ogni altra cosa.14

11Il en parle aussi lorsqu’il reproche aux continentaux de ne pas connaître le milieu où ils exercent leurs fonctions et de considérer comme a priori coupable tout individu suspecté par la justice d’avoir commis un délit :

  • 15 « - Je pense que tout ce refrain finira seulement par affermir l’idée que nos clients sont de toute (...)

Penso che tutta questa manfrina finisca solo per assodare il concetto che i nostri difesi siano colpevoli comunque !15

  • 16 Cf. Lorenzo Del Piano, « La grande repressione e la polemica sulla ‘zona delinquente’ », in Alberto (...)

12En effet, face à cette situation, la réponse juridique de la part du gouvernement italien est la promulgation de toute une série de lois spéciales répressives et sommaires16 : afin d’obliger les bandits, réels ou présumés, à se constituer prisonniers, étaient autorisées les arrestations arbitraires permettant de mettre en prison les membres des familles des personnes recherchées.

13Le thème de la justice, développé comme conséquence d’un rapport de disparité entre deux entités, une centrale, l’autre ‘périphérique’, parcourt toute cette trilogie. C’est surtout à travers le protagoniste Bustianu que Marcello Fois intègre dans la petite histoire de ses récits la grande Histoire post unitaire, et les rapports entre la Sardaigne et le gouvernement de Rome.

La relation identité/altérité

14Concernant la réappropriation des faits historiques, le choix de l’enquêteur Bustianu s’inscrit dans cette relation dialectique identité/altérité, comme intermédiaire entre l’île et la péninsule, entre la culture locale et la culture extérieure, entre les classes les plus désavouées de l’île et le pouvoir politique. En effet, dans ces trois romans, ce héros condamne ouvertement les opérations de force du continent sur la Sardaigne et, de plus, il se charge des contradictions qui se passent sur l’île. Car Bustianu est un héros – dans le sens positif du mot –, d’idées socialistes, avocat et aussi poète, qui s’inscrit dans la réalité quotidienne et qui est parfaitement intégré dans le milieu historique et socio-anthropologique sur lequel il enquête. Il lutte avec conviction contre un ordre constitué et un système politique et étatique injustes :

  • 17 « Je ne m’avouais pas vaincu. Ce n’était pas possible. Il y avait assez d’éléments pour faire une d (...)

– Non mi davo per vinto. Non poteva essere. C’erano elementi per fare un’indagine di quelle con i controfiocchi. Ma non pareva che a nessuno importasse. Come nella peggiore delle tradizioni una volta individuato un presunto colpevole, si procedeva come se la parola ‘presunto’ non esistesse.17

15Sa pensée et son raisonnement soulignent l’application d’une justice irrationnelle qui découle des préjugés existant dans la mentalité des hommes politiques de la péninsule ; ils pensent pouvoir résoudre les problèmes sardes en appliquant la coercition plutôt qu’en prenant en compte la spécificité historico-culturelle de la Sardaigne. La divergence d’opinion sur la conception de l’île entre les continentaux et les Sardes apparaît dès le premier roman de cette trilogie, dans Sempre caro. Dans l’une des nombreuses séquences dialogiques, l’avocat Bustianu et un représentant continental de la justice, le maréchal Tuvoni, n’ont pas la même opinion sur la situation sarde. Voici les propos du maréchal s’adressant à l’avocat :

  • 18 « Vous écrivez tant de belles choses sur ces délinquants, dans nos journaux, peut-être que vous vou (...)

– Lei scrive tante belle cose su questi delinquenti nei nostri giornali, forse si renderà conto di quante difficoltà dobbiamo superare senza che si crei, per così dire, una sorta di leggenda su questi brutti ceffi. […] Non c’è da stupirsi se la popolazione non collabora, quando anche menti illuminate, poeti, scrittori, rappresentanti della Giustizia, non fanno altro che incensare le gesta di coloro che decidono consenzientemente di mettersi contro lo stato. Contro l’ordine costituito. […] Se il corpo civile, le menti propulsive della nostra regione non collaborano, come ci si può attendere collaborazione dagli illetterati, dagli analfabeti ? Ma, del resto, come dite voi ? Il potere… al proletariato.18

16Alors, reprenant la thèse de Niceforo qui ne tient pas compte des conditions sociales et économiques dégradées de l’île en tant que causes de la criminalité sarde, Bustianu réplique :

  • 19 « Du pain pour tous ! Voilà ce que nous disons, nous ! Quelques miettes pour ceux qui le font, le p (...)

– Pane per tutti ! Questo diciamo noi ! […] Qualche briciola per quelli che lo fanno il pane, questo !19

17Dans Sangue dal cielo, se référant aux particularismes de la Sardaigne, l’avocat Bustianu essaie de donner des explications sur la spécificité sarde au personnage continental :

  • 20 « Cette terre n’est pas une terre comme les autres […]. Nous ne sommes pas des citoyens quelconques (...)

– Questa terra non è una terra come un’altra. Nessuna terra è co-me un’altra. […] Non siamo cittadini qualunque, non italiani co-me gli altri. […] Ma lei ha un’idea di cos’era questo posto ? Questa gente ? Come si può pretendere che capiscano se nessuno spiega niente ? […] Una cosa l’abbiamo capita subito e senza che ci fosse bisogno di spiegarcela : di quello che siamo, di quello che siamo stati, di quello che saremo, non importa niente a nessuno.20

Le rapport avec le réel

18Ainsi, la fiction romanesque témoigne de l’existence d’un dysfonctionnement social qui est tout à fait en rapport avec le réel, celle-ci étant l’autre caractéristique principale du roman historique. La relation entre roman et événement historique se produit dans le contexte fictionnel par la présence de plusieurs énoncés référentiels qui permettent de situer ces trois romans policiers dans la catégorie du roman « historique ».

19Les toponymes d’abord. Afin de donner plus de véridicité à ses narrations, Fois situe l’action de cette trilogie dans un environnement rural rendu réel par le recours à de nombreuses séquences descriptives comme la suivante :

  • 21 « […] le ciel presque blanc sur les maisons tremblotantes de la rue Majore ou de Seuna devenait tou (...)

[…] il cielo quasi bianco sulle case tremolanti di via Majore o di Seuna, si faceva piano piano, da Istiritta in poi, appena superato il Ponte di Ferro, sempre più azzurro. Nuvole manco a parlarne : era talmente secco che i cisti facevano olio dalle foglie ; il terreno ; poco fuori dall’abitato, scricchiolava di sterpi e cardi disidratati […] Insomma un caldo d’inferno. Non che il resto dell’anno, autunno ventoso, inverno gelido e primavera grandinosa, fosse andato meglio : le bacche di mirto, che dovevano essere lucide e turgide come scarabei merdai, si erano avvizzite nei cespugli. […] Così era quel pomeriggio, uguale ai pomeriggi delle estati passate e delle estati a venire in questa porzione di mondo che dicono altipiano, ma è un catino col fondo abitato da sei o settemila anime, con Cattedrale e Tribunale che quasi si toccano.21

  • 22 Il s’agit, par exemple d’Ozieri, Galtellì, Orgosolo, Orune, etc.
  • 23 Comme Istiritta, Biscollai, etc.

20Il s’agit ici de la description de la petite ville de Nuoro et de l’évocation du paysage de la région. Dans la description ou dans la simple évocation des lieux, Fois recourt à l’utilisation de noms vrais comme celui de la ville de Nuoro, mais aussi au nom d’autres villes22 , ou de localités de la région23.

  • 24 Dionigi Mariani est un personnage ayant réellement existé au XIXème siècle. Il s’agit d’un berger o (...)
  • 25 Luigi Pelloux a été Président du Conseil des Ministres du 29 juin 1898 au 17 mai 1900, et du 16 au (...)
  • 26 Pais Serra était un député chargé d’une enquête sur l’économie sarde. Cette enquête fut la cause de (...)
  • 27 Il s’agit respectivement de la femme, la belle-soeur et la mère du personnage de l’avocat-enquêteur

21Le rapport à l’histoire se réalise également par l’utilisation des anthroponymes : visant l’adhésion du lecteur à la ‘réalité’ du récit, l’auteur renforce l’effet de réel en ‘empruntant’ à l’histoire de Nuoro plusieurs personnages ayant réellement existé comme le bandit Dionigi Mariani24, le premier ministre Luigi Pelloux25 et le député parlementaire Pais Serra26 ; ou encore, Clorinda et Francesca Pattusi, Raimonda Gungui27. Toutefois, c’est Bustianu le vrai fil conducteur de la trilogie, le véritable héros de la narration ; ses qualités morales sont inséparables de celles de juriste, comme en témoigne le narrateur de Sempre caro :

  • 28 « En cour d’assises, la fatigue, il ne connaissait pas, et qui se fiait à lui savait que tout ce qu (...)

In Corte d’Assise fatica non ne conosceva e chi si affidava a lui sapeva che tutto quello che c’era da fare l’avrebbe fatto. E mica per i soldi ! Questo no. Che mio padre una volta dice che gli ave-vano detto : « Chie tenet dinare comparit innozente, s’abbo-cà ! » E lui dice che l’aveva guardato bene negli occhi e aveva fatto uno di quei sorrisi larghi che sapeva fare lui e aveva scrollato le spalle. Poi dopo un po’ di tempo gli aveva detto : « […] su dinare non fachet lezze ! ».28

La valeur historique du héros : les raisons du choix

22En écho aux propos du narrateur, l’auteur justifie les raisons de son choix :

  • 29 Interview de Marilisa Piccone à Marcello Fois du 30 novembre 2002, sur le site web : http://www.str (...)

Bustianu, [est] le personnage parfait pour mon idée de ‘héros’ [car] Sebastiano Satta a été un personnage meilleur que ce que j’aurais pu inventer. Un représentant positif de la ‘sardité’ qui souvent n’est jugée que d’une manière folklorique.29

  • 30 Cette problématique est évoquée par Antonio Fadda, selon lequel « le stéréotype [est] celui d’une t (...)

23Car pour Marcello Fois, la thématique identitaire n’est pas seulement un élément narratif, mais c’est une préoccupation réelle liée à une représentation de la Sardaigne qui dépasse tout stéréotype et tout cliché folklorique30, comme celui diffusé par l’image romantique du bandit, qu’il s’agisse de celle du XIXe siècle ou de l’actuelle ; ces clichés ont contribué à donner une représentation de la Sardaigne fermée et périphérique. Pour s’opposer à cette image de l’île, Fois a choisi le personnage de l’avocat-enquêteur Bustianu : un homme intelligent, ouvert, généreux, sérieux, cultivé, courageux, respectable, sensible, autant de qualités morales qui lui valent le respect de tout le monde. Et qui possède aussi des caractéristiques physiques tout à fait appropriées et intégrées à son milieu social :

  • 31 « Mais il y avait aussi le corps : un gros corps imposant. Une taille inhabituelle. Un visage large (...)

Ma c’era anche il corpo : un grosso, imponente corpo. Un’altezza inconsueta. Una faccia larga e irsuta. Niente di nobile. Polpa impastata con segala e crusca. Educatamente grezzo. Elegante barbarico. Quasi un signore rustico. Tutte cose utili in aula. Specialmente dalle nostre parti. Cose che fanno tacere pubblici troppo rumorosi ; che fanno sorridere giudici troppo annoiati ; che fanno sollevare il capo persino a cancellieri imbalsamati. Cose che accendono un barlume di interesse negli occhi spenti della casta forense. Non potendo fare teatro, ho fatto l’avvocato. Che un costume l’impone. E impone la voce impostata e il gesto rotondo.31

24Il s’agit d’un personnage représenté en ronde-bosse, dont la spécificité est de rappeler une personne ayant réellement existé. Le choix de ce héros sériel, en effet, a ses origines dans l’une des préoccupations principales de Marcello Fois, la nécessité de représenter un personnage qui offre toutes les caractéristiques d’une nouvelle identité du Sarde, comme le dit très ouvertement Bustianu :

  • 32 « Je considère comme une aberration le concept d’identité immobile […]. Moi, je suis partisan d’une (...)

– Ritengo un’aberrazione il concetto di identità immobile […]. Io sono per un’identità transitoria, in movimento, che trova in se stessa i meccanismi per non lasciarsi annullare…32

25Pour cela, il est nécessaire que les Sardes participent à la formation et au gouvernement de l’Italie, en tant qu’acteurs de leur destin : « nous voulons contribuer », dit encore Bustianu.

26Et il est décidé à lutter contre tout ordre constitué et contre toute apparence. Il se sert alors de ses qualités intellectuelles et logico-déductives pour résoudre l’énigme dans laquelle il est engagé, comme il le dit lui-même :

  • 33 « […] j’ai toujours pensé à la force de la Raison comme la seule arme que je sache manier avec dext (...)

– Ho sempre pensato alla forza della Ragione come l’unica arma che sapessi maneggiare con destrezza.33

27En effet, à travers ce personnage, d’une part, Marcello Fois critique les différents gouvernements italiens qui se sont succédé au fil du temps et qui ont laissé la Sardaigne – économiquement et politiquement – à la périphérie de l’Italie et à l’écart de toute confrontation avec cette dernière ; d’autre part, il lance implicitement un message aux Sardes afin qu’ils adoptent une attitude d’ouverture envers la réalité extérieure à l’île.

  • 34 Luciano Marrocu et Manlio Brigaglia ont consacré un essai au rôle de l’intellectuel sarde entre le (...)

28À ce propos, ce n’est pas un hasard si, avec le cycle consacré au XIXe siècle, Marcello Fois évoque une période historique où ce problème de fermeture n’a pas existé et si l’identité sarde est représentée par le personnage de Bustianu. Effectivement, le XIXe siècle représente une période fondamentale pour le peuple sarde car l’île était, reprenant les propos de Fois, « absolument centrale dans le cœur, dans la tête et dans l’âme » ; les intellectuels sardes y avaient eu un rôle capital grâce à leur engagement pour la reconstruction de l’identité34 sarde qui restait souterraine pour des raisons historiques, à savoir toutes les dominations qui s’étaient succédé dans l’île au fil des siècles. Et, en transposant en littérature le personnage de Sebastiano Satta, Fois met en scène aussi un homme qui se fait l’interprète des aspirations du peuple sarde et qui, en même temps, est ouvert à la culture extérieure à l’île.

Conclusions

29Ces quelques exemples permettent de faire une double observation : d’une part les romans policiers de Marcello Fois se réapproprient l’Histoire en prenant en charge la narration d’événements et de personnages passés, d’autre part ils cherchent à tirer du passé des leçons applicables au présent. Ainsi, Marcello Fois utilise le roman policier historique en tant qu’instrument de critique sociopolitique, pour représenter et interpréter la réalité sarde.

30Comme le dit Manuel Vasquez Montalbàn, dans la préface à Sangue dal cielo, « [Fois utilise] le délit comme provocation du regard, [et construit] un personnage qui sert d’intermédiaire entre l’auteur et le public ».

  • 35 Antonello Mattone, « La Sardegna e il mare. Insularità e isolamento », in Quaderni sardi di storia, (...)

31Il se sert du modèle du roman policier pour raconter des faits qui se trouvent étroitement liés à la condition d’insularité de la Sardaigne. Cela pourrait sembler une évidence, mais en réalité, comme le dit l’historien Antonello Mattone, le facteur déterminant de l’insularité sarde n’est pas uniquement géographique mais il est à rechercher aussi dans la « condition historique »35 de cette région.

32Pour l’auteur, le roman policier historique apparaît ainsi comme un lieu privilégié pour pratiquer une critique sociale et politique de la Sardaigne. De plus, évoquant la période post unitaire, Fois s’intéresse à la continuité politique entre la société d’hier et celle d’aujourd’hui. Le passé que le roman policier se charge de rappeler au lecteur est utilisé comme clef de lecture du présent. En effet, Marcello Fois évoque une période historique qui a de fortes analogies avec la situation politique actuelle de l’Italie, comme il le dit lui-même :

  • 36 Voir la note n° 29.

L’année 1898 a été pour l’Italie une période identique à celle qu’on est en train de vivre : un gouvernement de droite, un premier ministre entrepreneur (propriétaire, entre autres, de titres de journaux), des lois spéciales, des tentations de présidentialisme, des protestations sociales très fortes.36

  • 37 « L’Italie est une nation encore trop jeune : elle doit passer l’épreuve du temps avant que nous ré (...)

33De par ces exemples, il apparaît également que l’élément historique n’est pas utilisé comme arrière-plan pour insérer l’action dans un environnement exotique voire mythique, mais, bien au contraire, il a pour fonction essentielle d’expliquer et de représenter la spécificité sarde à une époque bien définie, comme le dit Bustianu lui-même: « L’Italia è una nazione ancora troppo giovane : deve passare il suo tempo prima che riusciamo a parlare la stessa lingua. E non mi riferisco al linguaggio in se stesso, mi riferisco a quella cultura che, nel bene e nel male, è un nostro patrimonio comune. Non avevamo mica l’anello al naso quando l’hanno fatta questa nazione. Penso che saremmo italiani migliori se ci fosse permesso di entrarci da Sardi in questa nazione. »37.

Haut de page

Notes

1 Cité par Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, coll. Folio histoire, 1988, p. 180.

2 Ibidem.

3 Le premier roman de Marcello Fois est Sempre caro, Milan, Frassinelli, 1988. Il a obtenu deux prix : le Premio Scerbanenco, Noir in festival, Courmayeur, 1998 et le Premio Zerilli-Marimò, New York, 1999. Il est traduit en français sous le même titre par Serge Quadruppani, Tram’édition, 1999. Le deuxième volet est Sangue dal cielo, Milan, Frassinelli, 1999. Il est traduit en français sous le titre Sang du ciel, par Serge Quadruppani, Paris, Tram’éditions, 2000 ; préface de Manuel Vasquez Montalban. Le troisième est L’altro mondo, Milan, Frassinelli, 2002. Il est traduit par Dominique Vittoz, Les hordes du vent, Paris, Le Seuil, 2005. Le quatrième, La parola profonda, n’a pas encore été publié. Dans ce travail nous allons utiliser ces traductions officielles.

4 Jean Pons, « Le roman noir, littérature réelle », in Les temps modernes, n° 595, août-septembre-octobre 1997, p. 10.

5 Marcello Fois se montre sensible à la spécificité du lieu et on pourrait appliquer la même remarque de Jean-Noël Blanc pour la ville du roman policier, lorsqu’il dit que « la ville constitue l’univers du drame ». Jean-Noël Blanc, Polarville. Images de la ville dans le roman policier, Presses Universitaires de Lyon, 1991, p. 33.

6 (Nuoro 1867-1914). Il était avocat, poète et journaliste. Criminaliste du barreau de Nuoro entre 1896-1908, Sebastiano Satta était très célèbre pour ses plaidoiries en faveur des gens les plus démunis et victimes d’injustices.

7 En ce qui concerne Sempre caro, l’intrigue se déroule en 1898 et a pour ressort principal un délit de vol de bestiaux : un jeune, Zenobi, est accusé, à tort, du vol d'une partie des moutons dont il a la garde. En effet, on veut lui faire porter la responsabilité de ce délit pour l'éloigner de Sisinnia ; il s’agit de la fille unique de son riche employeur, une jeune fille que le berger aime et dont il est aimé. Il s'enfuit du village pour échapper à l’arrestation, ce qui, pour la justice, équivaut à un aveu de culpabilité. Bien des vicissitudes s'ensuivent : d’abord la mort d’un témoin qui aurait pu disculper l’accusé et, ensuite, l'assassinat du père de la jeune fille dont la justice fait retomber automatiquement la responsabilité sur Zenobi. La justice est représentée par un brigadier des carabiniers originaire du continent, Arturo Poli, chargé de l’enquête officielle ; pour lui, le jeune homme est coupable. La mère de ce dernier s’adresse alors à l’avocat du barreau de Nuoro, Bustianu, qui mène une autre enquête. Il finira par confondre le vrai meurtrier et faire innocenter son client. Dans Sangue dal cielo, l’intrigue se situe en 1899 ; le jeune Filippo Tanchis, dont le rêve est d’être soldat, est arrêté parce qu’il est soupçonné d’avoir assassiné celui qui l’aurait volé, Bobore Solinas. Le jeune homme aurait eu besoin de cet argent pour rémunérer un homme qui l’aurait aidé à entrer dans l’armée. Sa tante, Francesca Pattusi, s’adresse alors à l’avocat Bustianu pour lui demander de défendre son neveu. Pendant l’enquête, le jeune est retrouvé mort « suicidé » dans sa cellule de la prison de Badu’e Carros de Nuoro ; il attendait de passer en jugement pour un crime qu’il affirmait ne pas avoir commis. S’agit-il réellement d’un suicide ou bien a-t-on considéré plus utile de le faire taire à jamais ? L’avocat se trouve confronté à un cas très embrouillé : le jeune homme s’est réellement suicidé et l’homme que l’on pense avoir été assassiné est peut-être mort d’une mort naturelle. Toutefois, il découvre des causes sordides qui ont poussé le jeune à se suicider. Dans L’altro mondo l’intrigue se déroule à Nuoro et ses environs en 1900. L’objet du crime est la mort mystérieuse d’une femme, Elène Seddone, dont le cadavre est retrouvé mutilé à l’extérieur du village de Nuoro, dans une localité qui s’appelle Cucullo. Les soupçons de la justice tombent sur Dionigi Mariani, un brigand en cavale qui s’adresse à l’avocat Bustianu, pour prouver son innocence. Afin de pouvoir lui parler, il l’invite à se rendre à sa cachette secrète sur les monts de la Barbagia où il est réfugié avec sa bande de complices. Malgré quelques hésitations initiales, dues au fait que l’avocat ne voudrait pas travailler pour un délinquant, il se rend à l’évidence : pour ce cas spécifique, l’innocence du bandit est vraisemblable ; il décide donc d’éclaircir cette mort mystérieuse que les autorités judiciaires ont trop hâtivement attribuée à Dionigi Mariani. En tentant de résoudre l’énigme du cadavre, l’avocat enquêteur a affaire à de vrais coupables qui complotent dans l’ombre pour entraver les enquêtes dans lesquelles il s’est engagé. La progression de celles-ci le conforte dans l’idée que le bandit est innocent. Finalement, la résolution de ces intrigues lui fera découvrir l’existence d’accords secrets entre le gouvernement italien et les bandits sardes les plus redoutables.

8 Il faut dire que le Parlement italien néglige complètement aussi bien le mécontentement généralisé que l’opinion de ceux qui proposent une organisation fédérale républicaine du nouvel Etat. Le mécontentement de l’opinion publique sarde s’exprime dans la presse : d’abord dans les pages de la Gazzetta Popolare (1850-1861), un quotidien de Cagliari dirigé par Giovanni Battista Tuveri, le journaliste le plus éminent de la période du Risorgimento (il est aussi député au Parlement). Tuveri considère la défense de l’île comme une question de justice, de civisme et d’honnêteté qui doit concerner tous les citoyens ; cette ligne défensive continue dans Il Corriere della Sardegna (1864-1879), dirigé toujours par Tuveri à partir de 1871, et aussi dans d’autres journaux périodiques. En revanche, en ce qui concerne l’organisation fédérale de l’Italie, à l’origine de l’opinion autonomiste sarde se trouvent surtout Giovanni Battista Tuveri et Giorgio Asproni ; ils sont partisans d’un fédéralisme républicain permettant une large autonomie administrative pour chaque province fédérée. Attribuant la responsabilité de la pauvreté de la Sardaigne au gouvernement italien, Tuveri définit ce dernier comme « un gouvernement sans cœur et sans cerveau » (« un governo senza cuore e senza cervello »). Cf. Pasquale Marica, Stampa e politica in Sardegna (1793-1944), Cagliari, Edizioni La Zattera, 1968, pp. 56-77.

9 « Vous croyez que, si j’avais pu choisir, je n’aurais pas choisi une autre vie ? Mais non, j’ai dû me débrouiller, parce que sinon on mourrait de faim, vous savez […] qu’est-ce que c’est la faim ? Vous savez ce que ça veut dire quand les banques te mangent tout ce que ton père et le père de ton père ont construit ? », Marcello Fois, L’altro mondo, cit., p. 165.

10 En effet, pendant les dernières vingt années du XIXe siècle, la Sardaigne est frappée par une crise économique sans précédents. A l’origine se trouvent deux événements : la « guerra delle tariffe », une crise des tarifs de la douane, avec la France qui cesse l’importation de bétail, vin et huile, et la faillite des banques de l’île (Banco di Cagliari, Banca Agricola Sarda, Credito Agricolo Industriale Sardo, Cassa di Risparmio di Cagliari). L’écroulement des banques cause non seulement l’appauvrissement des petits épargnants et des petits entrepreneurs agricoles qui perdent tout leur argent, mais aussi la débâcle de l’élevage des moutons et une forte baisse des prix du lait et du fromage. Cf. Francesco Floris, La Sardegna del Novecento, Cagliari, Demos Editore 1997, pp. 10-13.

11 L’aspect socio-économique le plus problématique est surtout lié à la première moitié du siècle. Deux dates sont emblématiques : 1820 et 1847. Jusqu’en 1820, la Sardaigne est ‘officiellement’ une région à structure féodale. A partire de cette date et jusqu’en 1870 environ, la monarchie des Savoie prend toute une série de mesures destinées à moderniser l’île. Les interventions les plus importantes dont il faut tenir compte pour comprendre la situation sociale, économique et juridique de la Sardaigne post-unitaire sont essentiellement les suivantes : l’instauration de la propriété privée des terrains agricoles, l’abolition du féodalisme, la disparition des institutions traditionnelles, l’instauration d’un nouveau système fiscal. Concernant le premier point - l’instauration de la propriété privée -, l’Edit des clôtures (« Editto delle chiudende ») de 1820 met fin à la libre propriété des terrains agricoles et décrète la naissance de la propriété privée. Cette initiative, d’une part protège les terrains du pâturage destructeur des animaux qui circulaient librement, d’autre part permet la propriété « parfaite » et donne la possibilité d’entreprendre la modernisation de l’agriculture à travers les cultures cycliques et régulières ; cette initiative aurait dû encourager les agriculteurs à produire davantage ; en réalité, les grands propriétaires et les riches feudataires en profitent pour louer leurs terres clôturées aux bergers à des prix très élevés, ce qui cause des luttes très violentes entre bergers et agriculteurs. Ce conflit est destiné à entraîner un « code » de violence et de résistance, surtout dans la région de la Barbagia. Une autre mesure, visant à l’abolition du féodalisme, concerne la modernisation du système judiciaire, commencée en 1827, avec la promulgation de lois civiles et criminelles fondées sur le modèle piémontais ; cette initiative entraîne d’abord l’exclusion de tout pouvoir d’intervention féodale devant les magistrats locaux ; ensuite, le roi décide d’abolir complètement le féodalisme sous forme de rachat des fiefs aux barons. Toutefois, c’est l’année 1847 qui marque l’histoire sarde : le Parlement de Sardaigne (institué en 1392) décide de renoncer à son ancienne autonomie institutionnelle pour s’unir administrativement, politiquement et économiquement d’abord au Piémont et ensuite à l’Italie. Une délégation de parlementaires sardes demande la « perfetta unione » à Carlo Alberto de Savoie, qui accepte immédiatement. La dernière grande mesure adoptée, pendant l’unification, est l’abolition des droits civiques d’exploiter à très bas prix les terres des domaines de l’Etat, ce qui provoque des insurrections populaires. Suit toute une série de pressions fiscales qui ne font qu’empirer une situation déjà très délicate. Cf. Alberto Boscolo, Manlio Brigaglia, Lorenzo Del Piano, La Sardegna contemporanea, Cagliari, Edizioni Della Torre, 1995, pp. 105-119 ; 120-132 ; 146-153 ; 157-166.

12 Cette thèse est présentée dans son ouvrage, La delinquenza in Sardegna. Note di sociologia criminale, Palermo, 1897.

13 Niceforo trace une « zona delinquente » sur la base du nombre des délits et de leur spécificité. Elle comprend principalement les régions internes à économie pastorale et, en particulier, la région de Nuoro et de l’Alta Ogliastra (la partie centre-orientale de l’île) et aussi la région comprise entre Villacidro et Iglesias.

14 « En somme, je suis fait ainsi : têtu. Je suis natif de la Barbagia ! Cela doit vouloir dire quelque chose, être naît quelque part plutôt qu’ailleurs. Je ne parle pas de l’inné : j’ai détesté plus que tout autre, plus que tout, Niceforo et ses ‘zones criminelles’», Marcello Fois, Sempre caro, cit., p. 48.

15 « - Je pense que tout ce refrain finira seulement par affermir l’idée que nos clients sont de toute façon coupables ! », Marcello Fois, Sangue dal cielo, cit., p. 31.

16 Cf. Lorenzo Del Piano, « La grande repressione e la polemica sulla ‘zona delinquente’ », in Alberto Boscolo, Manlio Brigaglia, Lorenzo Del Piano, La Sardegna contemporanea…, cit., pp. 280-287.

17 « Je ne m’avouais pas vaincu. Ce n’était pas possible. Il y avait assez d’éléments pour faire une de ces superbes enquêtes. Mais apparemment, cela n’importait à personne. Comme dans la pire des traditions, une fois identifié le coupable présumé, on poursuivait comme si le mot ‘présumé’ n’existait pas », Marcello Fois, Sempre caro, cit., p. 68.

18 « Vous écrivez tant de belles choses sur ces délinquants, dans nos journaux, peut-être que vous vous rendrez compte de toutes les difficultés que nous devons surmonter sans que se crée, pour ainsi dire, une sorte de légende sur ces vilains gredins. […] Il n’y a pas à s’étonner si la population ne collabore pas. Quand même des esprits éclairés, des poètes, des écrivains, des représentants de la justice ne font qu’encenser le geste de ceux qui décident en conscience de se dresser contre l’Etat. Contre l’ordre constitué. Si la société civile, les esprits entreprenants de notre région ne collaborent pas, comment peut-on attendre une aide de la part des illettrés, des analphabètes ? Mais, du reste, comment vous dites, vous ? Le pouvoir au… prolétariat ». Marcello Fois, Sempre caro, cit., pp. 21-22.

19 « Du pain pour tous ! Voilà ce que nous disons, nous ! Quelques miettes pour ceux qui le font, le pain, voilà ! », Marcello Fois, Sempre caro, cit., p. 22.

20 « Cette terre n’est pas une terre comme les autres […]. Nous ne sommes pas des citoyens quelconques, pas des Italiens comme les autres […]. Mais avez-vous une idée de ce que c’était, cet endroit ? Ces gens ? Comment peut-on prétendre qu’ils comprennent si personne n’explique rien ? […] Une chose, nous l’avons comprise tout de suite […] : ce que nous sommes, ce que nous avons été, ce que nous serons, tout le monde s’en fiche ! ». Ibid., pp. 40-41. Et, encore : « Questi continentali […] non conoscono l’ambiente in cui lavorano e ragionano come se un posto valesse l’altro ». (« Ces continentaux […] ne connaissent pas le milieu dans lequel ils travaillent et […] ils raisonnent comme si un endroit en valait un autre […]), Marcello Fois, Sangue dal cielo…, cit., p. 31.

21 « […] le ciel presque blanc sur les maisons tremblotantes de la rue Majore ou de Seuna devenait tout doucement, à partir d’Istiritta, juste après le pont de fer, toujours plus bleu. Des nuages, pas la peine d’en parler, il faisait si sec que les cistes rendaient de l’huile par les feuilles ; le terrain, un peu après les habitations, crissait de brindilles et de chardons déshydratés […]. En somme, une chaleur d’enfer. Non pas que le reste de l’année, automne venteux, hiver glacé et printemps de grêle, soit allé mieux : les baies de myrte, qui auraient dû être brillantes et gonflées comme des scarabées bousiers, s’étaient flétries dans les buissons. […] Ainsi était cet après-midi, semblable aux après-midi des étés passés et des étés à venir, dans cette portion du monde qu’on appelle un haut plateau, mais qui est une cuvette au fond habité de six ou sept mille âmes, avec la cathédrale et le tribunal qui se touchent », Fois, Sempre caro, cit., p. 11-12.

22 Il s’agit, par exemple d’Ozieri, Galtellì, Orgosolo, Orune, etc.

23 Comme Istiritta, Biscollai, etc.

24 Dionigi Mariani est un personnage ayant réellement existé au XIXème siècle. Il s’agit d’un berger originaire d’Orune qui s’était opposé à une série de réformes du système foncier sarde, opérées par les Savoie. Ces réformes (qui trouvent leur origine dans l’Edit des clôtures de 1820) mettaient fin au régime communautaire des terrains destinés à l’agriculture et aux pâturages et favorisaient la formation d’une classe sociale rattachée à la Monarchie. Suite aux profondes transformations des communautés de bergers, au cours du XIXème siècle, il y avait eu une vague importante de ce qu’on appelle le ‘banditisme social’, notamment dans la région de Nuoro. Parmi ces bandits en cavale figurait Dionigi Mariani. Cf. Pietro Marongiu, Teoria e storia del banditismo sociale in Sardegna, Cagliari, Edizioni della Torre, 1981, pp. 130-140.

25 Luigi Pelloux a été Président du Conseil des Ministres du 29 juin 1898 au 17 mai 1900, et du 16 au 24 juin 1900.

26 Pais Serra était un député chargé d’une enquête sur l’économie sarde. Cette enquête fut la cause de la promulgation des Lois Spéciales contre le banditisme en Sardaigne et en Barbagia en particulier.

27 Il s’agit respectivement de la femme, la belle-soeur et la mère du personnage de l’avocat-enquêteur.

28 « En cour d’assises, la fatigue, il ne connaissait pas, et qui se fiait à lui savait que tout ce qu’il y avait à faire, il le ferait. Et, sûr, pas pour l’argent ! ça non ! Même que mon père, une fois, il m’a dit qu’il lui avait dit : « Chie tenet dinare comparit innozente, s’abbocà ! », « Qui a de l’argent, semble innocent, avocat ! » Et mon père dit qu’il l’avait bien regardé dans les yeux et lui avait fait un de ces larges sourires qu’il savait faire et qu’il avait haussé les épaules. Puis après un peu de temps, il lui avait dit en dialecte : « […] l’argent ne fait pas loi ! », Fois, Sempre caro…, cit., pp. 1-2.

29 Interview de Marilisa Piccone à Marcello Fois du 30 novembre 2002, sur le site web : http://www.stradanove.net.

30 Cette problématique est évoquée par Antonio Fadda, selon lequel « le stéréotype [est] celui d’une terre entourée par une mer splendide, qui la sépare du reste du monde, où folklore, banditisme et élevage des moutons forment un mixage d’archaïsme et de fascination » (« Lo stereotipo [è] quello di una terra circondata da uno splendido mare, che la separa dal resto del mondo, in cui folklore, banditismo e pastorizia formano un mix di arcaicità e di fascino »), Antonio Fadda, Isole allo specchio. Sardegna e Corsica tra identità, tradizione e innovazione, Rome, Carocci Editore, 2002, p. 23.

31 « Mais il y avait aussi le corps : un gros corps imposant. Une taille inhabituelle. Un visage large et hirsute. Rien de noble. Chair mêlée de seigle et de son. Grossier avec éducation. Barbare avec élégance. Presque un seigneur rustique. Toutes choses utiles à la barre. Spécialement par chez nous. Qui font taire les publics trop bruyants ; qui font sourire les juges trop ennuyeux ; qui font relever la tête même aux huissiers momifiés. Des choses qui allument une lueur d’intérêt dans les yeux éteints de la caste des avocats. Faute de pouvoir faire du théâtre, j’ai fait l’avocat. Parce que ça impose un costume. Et la voix posée et le geste rond ». Fois, Sempre caro, cit., pp. 54-55.

32 « Je considère comme une aberration le concept d’identité immobile […]. Moi, je suis partisan d’une identité transitoire, en mouvement, qui trouve en elle-même les mécanismes pour ne pas se laisser anéantir… », Fois, Sempre caro, cit., pp. 75-76.

33 « […] j’ai toujours pensé à la force de la Raison comme la seule arme que je sache manier avec dextérité » ». Fois, Sangue dal cielo, cit., p. 100.

34 Luciano Marrocu et Manlio Brigaglia ont consacré un essai au rôle de l’intellectuel sarde entre le XIXe et le XXe siècle. Il a pour titre La perdita del Regno. Intellettuali e costruzione dell’identità sarda tra Ottocento e Novecento, Roma, Editori Riuniti, 1995.

35 Antonello Mattone, « La Sardegna e il mare. Insularità e isolamento », in Quaderni sardi di storia, n° 1, luglio – dicembre 1980, Cagliari, Edizioni della Torre, p. 20.

36 Voir la note n° 29.

37 « L’Italie est une nation encore trop jeune : elle doit passer l’épreuve du temps avant que nous réussissions à parler tous la même langue. Et je ne parle pas du langage en lui-même, mais de cette culture qui, pour le pire et le meilleur, est notre patrimoine commun. Nous n’avions pas l’anneau au nez quand ils l’ont faite, cette Italie ! Voilà ce que je dis : qu’ils nous laissent le temps de l’établir comment nous voulons y être, dans cette nation. Je pense que nous serions de meilleurs Italiens s’il nous était permis d’entrer dans cette nation en tant que Sardes », Fois, Sangue dal cielo…, cit., p. 32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giuliana Pias, « La Sardaigne ‘nuorese’ à la fin du XIXe siècle. Marcello Fois, Sempre caro, Sangue dal cielo, L'altro mondo  », Cahiers d’études romanes, 15 | 2006, 166-181.

Référence électronique

Giuliana Pias, « La Sardaigne ‘nuorese’ à la fin du XIXe siècle. Marcello Fois, Sempre caro, Sangue dal cielo, L'altro mondo  », Cahiers d’études romanes [En ligne], 15 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1139 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1139

Haut de page

Auteur

Giuliana Pias

Université Paris X-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org