Navigation – Plan du site
Italie

L’Italie contemporaine en noir : Massimo Carlotto et Marco Videtta, Nordest

Yannick Gouchan
p. 221-238

Résumés

La Vénétie triomphante, celle de l’époque où la « Troisième Italie » faisait figure de modèle économique dans la Péninsule et en Europe, constitue le décor du nouveau roman de Massimo Carlotto, écrit en collaboration avec le scénariste Marco Videtta. L’Italie nord-orientale (ou « nord-est ») semble vivre cependant une récession sans précédent, qui s’accompagne d’un profond malaise social. Perte de compétitivité, délocalisations et ruine des chefs d’entreprise complètent un cadre où se rencontrent aussi les trafics mafieux, la corruption et la délinquance. La dimension policière s’inscrit dans ce contexte déjà très noir : une jeune femme est retrouvée morte dans sa baignoire, son fiancé va tenter de mener sa propre enquête parallèlement à celle de la police. Nordest témoigne à la fois de la fin crépusculaire d’un monde économique (celui de la Vénétie prospère et arrogante), et de la fin d’un système familial où chaque fracture révèle le désarroi de la jeunesse. Suivant la posture de dénonciation bien connue des lecteurs de Carlotto, ce roman, particulièrement bien documenté sur la réalité socio-économique de la région, surcharge la noirceur de l’intrigue policière par la représentation d’une communauté prisonnière de ses vices et de ses compromissions. Plus qu’un roman policier, Nordest se lit comme le roman pessimiste de la Vénétie au seuil du XXIe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Vénétie

Index chronologique :

XXIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Massimo Carlotto & Marco Videtta, Nordest, Rome, e/o, 2005.
  • 2 Le prologue du roman indique clairement l’insertion de l’intrigue dans un contexte socio-économique (...)

1Le dernier roman de Massimo Carlotto, paru durant l’automne 20051, a été écrit en collaboration avec le scénariste de télévision et de cinéma Marco Videtta, dont Nordest est la première expérience dans le domaine du roman policier. Rapidement catalogué par la presse transalpine comme un « roman noir économique », le livre a connu un succès éditorial et commercial immédiat, parvenant même à se hisser au sommet des meilleures ventes en Italie en quelques semaines. Nordest se déroule à notre époque, dans une petite ville non déterminée de l’Italie nord orientale, probablement en Vénétie, et vraisemblablement dans la province de Padoue (d’où est originaire Carlotto) ou bien dans la province de Trévise, cœur économique du modèle capitaliste de la ‘Troisième Italie’, dont le roman offre une dénonciation féroce. Si Nordest présente effectivement les caractéristiques du roman économique, car les deux auteurs se sont longuement documentés sur la société et le fonctionnement de l’économie de cette partie de la Péninsule, à partir de leur lecture régulière de la presse locale2, l’intrigue policière sous-tend tout le récit avec les ingrédients attendus. Un meurtre ouvre les premières pages du roman, l’enquête qui s’ensuit prend d’abord de mauvaises directions, en projetant la culpabilité tantôt sur un personnage tantôt sur l’autre au fur et à mesure des révélations, puis le coupable, pour le moins inattendu, est démasqué dans les dernières pages lors d’un surprenant coup de théâtre qui oblige à reconsidérer tout ce que l’on avait suspecté au cours de la lecture.

  • 3 « L’uomo che le aveva rovinato la vita, che aveva fatto di lei una puttana, la stava aspettando », (...)

2Un meurtre est donc commis au sein de la bonne société de la Vénétie, dans le milieu entrepreneurial et bourgeois d’une petite ville, dominée par les grandes familles du capitalisme de la ‘Troisième Italie’ et les dynasties de grands avocats à leur service. La victime s’appelle Giovanna, une jeune femme séduisante qui s’apprêtait à épouser un jeune avocat, Francesco Visentin, avec qui elle travaillait au cabinet de son futur beau-père, Antonio Visentin. La description du meurtre reste elliptique car le lecteur attendra la découverte de l’assassin et de son mobile, mais les soupçons se portent sur un certain Filippo, ex amant de Giovanna, névrosé et étouffé par sa mère. Giovanna est sur le point d’avouer à son futur mari qu’elle a un amant, un homme « qui a ruiné sa vie », et dont elle se considère la « prostituée »3, et l’amant mystérieux se révèle être son assassin. Giovanna retrouve son amant le soir, fait l’amour avec lui puis prend un bain : le corps de la jeune femme est retrouvé noyé dans sa baignoire le lendemain matin. L’enquête se met en place officiellement et l’on découvre rapidement que l’apparent suicide de la jeune avocate est en réalité un meurtre, Francesco apprend par la même occasion que sa fiancée venait de faire l’amour avec un autre homme avant d’être noyée. L’adjudant des carabiniers Mele et le juge Zan se chargent de mener l’enquête qui se dirige bientôt sur Francesco, suspecté à cause de son absence d’alibi au moment du meurtre ; on retrouve encore une fois chez Carlotto la figure de l’ac-cusé innocent, personnage récurrent depuis son premier roman, Il fuggiasco. La pression qu’exercent son père et la comtesse Selvaggia sur son propre fils, Filippo, aboutit finalement à un faux témoignage sur la durée de l’entrevue entre Francesco et Filippo la nuit du crime ; le jeune avocat sort ainsi de la liste des suspects et peut dès lors se consacrer à une sorte d’enquête parallèle, avec l’aide de la meilleure amie de Giovanna, Carla, et du père de la victime, Alvise, soudain réapparu mystérieusement sous les traits d’un clochard, après des années de prison pour fraude et homicide involontaire. Les insuffisances de l’enquête officielle, indirectement soumise au pouvoir des grandes familles respectables de la région et au pouvoir des médias, en premier lieu de la télévision, oblige Francesco à chercher par ses propres moyens la vérité, tiraillé entre le mépris pour cette femme qui l’a trahi avant le mariage et le désir de se disculper définitivement. Ainsi Carla et Alvise permettent au jeune avocat de découvrir un certain nombre de faits illégaux sur l’économie de la région, qui sont en relation directe avec le meurtre de Giovanna. En effet, cette dernière tentait avant sa mort de disculper et de réhabiliter son père en enquêtant sur un trafic illégal de traitement de déchets, par l’intermédiaire de Carla, chimiste, chargée d’effectuer des analyses en secret. Le meurtre de Giovanna est donc bien en relation directe avec la dénonciation d’un trafic illégal, mais l’identité de l’assassin, ou plutôt de l’assassin et de son complice, constitue une véritable surprise pour le lecteur, et pour le narrateur occasionnel, Francesco. Le jeune avocat parvient à deviner qui se cache derrière l’amant et l’assassin de sa fiancée, et toutes ses certitudes s’effondrent, à l’image de la déliquescence de tout le Nord-est italien, aussi bien au niveau de l’économie, de la famille que de l’environnement. L’intri-gue policière qui guide la marche de la lecture de la nuit du crime jusqu’à la révélation du coupable dresse le portrait obscur, très noir, d’une région italienne contaminée au sens propre comme au sens figuré.

3Le récit policier prend la forme traditionnelle d’un puzzle, avec plusieurs micro histoires imbriquées les unes dans les autres, et dont on finit par saisir au fur et à mesure de la lecture les rapports étroits ; d’ailleurs lorsque Francesco décide d’entamer ses recherches parallèles à celles des carabiniers (tout en restant fidèle à l’institution, car il est avocat, il représente la loi), il tente de reconstituer un puzzle, celui de la vie secrète de sa fiancée qu’il ignorait :

  • 4 « Je cherche à remettre en ordre les bribes de la vie de Giovanna. Pour essayer de la comprendre [  (...)

Sto cercando di mettere insieme i pezzi della vita di Giovanna. Per tentare di capirla […] Magari mi è sfuggito qualcosa d’importante.4

  • 5 On remarque pour la première fois cette alternance sans transition entre deux formes de récit à la (...)

4Parmi ces micro histoires qui gravitent autour de l’enquête sur le meurtre de Giovanna, trois d’entre elles se détachent nettement : le récit de la relation conflictuelle entre un jeune héritier névrosé, Filippo, et sa mère, la comtesse Selvaggia (dont on apprendra plus tard qu’elle fut complice de l’assassin) ; le récit du retour d’Alvise, le père de la victime, qui prétend être innocent du crime pour lequel il a passé plusieurs années en prison ; enfin le récit des activités d’une bande de jeunes délinquants assez minables, Lucio, Denis et Rocco, qui se déplacent dans un véhicule tout-terrain, d’où leur surnom, la « bande du Cherokee ». Lucio, dont les activités criminelles semblent étrangères au meurtre de Giovanna, sera pourtant le témoin involontaire qui permettra à Francesco de découvrir la vérité. Ces récits correspondent à des histoires parallèles, à la troisième personne, qui alternent régulièrement avec le récit à la première personne de Francesco, narrateur intradiégétique5. Les changements permanents de focalisation entretiennent la structure qui rappelle le puzzle, jusqu’à ce que les pièces finalement assemblées reconstituent les circonstances du meurtre, et surtout les raisons profondes qui ont poussé l’assassin à agir.

5Le roman de Carlotto et Videtta va cependant bien au-delà de cette intrigue policière et familiale qui, si elle remet en cause les valeurs de la famille, entend surtout dénoncer une communauté, la société du Nord-est. Ce roman n’arrive pas à se focaliser sur un protagoniste en particulier, même si Francesco semble parfois assurer cette fonction, mais il met en scène une foule de personnages, éléments didascaliques de la représentation d’une société contaminée, en déclin, sans aucune morale. On peut isoler le groupe des grandes familles bourgeoises de l’entreprise vénitienne, avec des parents riches et corrompus (l’avocat redouté et admiré Antonio Visentin, l’ancienne paysanne devenue comtesse, Selvaggia Calchi Renier, tous deux à la tête de la Fondation Torrefranchi, qui couvre d’innommables trafics), et des enfants qui ont du mal à supporter le poids de leur nom (Francesco, le fils d’Antonio, Filippo celui de Selvaggia) :

  • 6 « Filippo était le fils unique de la comtesse Selvaggia Calchi Renier. Sa famille était la plus en (...)

Filippo era l’unico figlio della contessa Selvaggia Calchi Renier. La sua famiglia era la più in vista del paese, poi veniva la mia. Anch’io ero figlio unico.6

6En marge de ce milieu Alvise, le père de Giovanna, injustement accusé, jadis entrepreneur riche, aujourd’hui clochard, symbole des dégâts de la corruption, victime directe de fraudes à l’origine de la richesse d’autrui. La bande du Cherokee représente la jeunesse de cette ‘Troisième Italie’, en marge de la scolarisation poussée et des études supérieures, incapable d’assumer son avenir, avide de plaisirs et d’argent immédiats par l’usage de la drogue et les cambriolages. Les deux représentants de l’institution judiciaire sont l’adjudant Mele, fonctionnaire sérieux et objectif, dont le désir de faire triompher la vérité prévaut sur sa sympathie pour Francesco, qu’il soupçonne au début de l’enquête d’être coupable ; quant au juge Zan, on comprend vite qu’il s’efforce de mener l’instruction en préservant tant que possible la réputation de la famille Visentin. Le carabinier diligent et honnête s’oppose donc au magistrat prudent et dépassé par la complexité de l’affaire. Un autre personnage important, non pour l’enquête mais pour le portrait de la société, permet la dénonciation des médias : le journaliste Adalberto Beggiolin, vedette du journal télévisé local, devient l’image presque caricaturale du cynisme médiatique qui utilise l’enquête autour du meurtre de Giovanna à ses propres fins d’audience. Au milieu de ces vénitiens gravitent des européens de l’Est, notamment le chauffeur roumain de la comtesse et un homme d’affaires mafieux, Constantin Deaconescu. Un dernier personnage important, parmi une foule de figurants multiples, se distingue par sa relative ‘pureté’, dans la mesure où elle n’appartient pas à une grande famille et où elle n’entretient pas de rapport direct avec le monde économique, il s’agit de Carla, la meilleure amie de Giovanna, dont les recherches courageuses mèneront à la découverte d’un trafic de recyclage de déchets, et aideront Francesco à comprendre qui a tué sa fiancée.

7La résolution du crime de Giovanna clôt l’intrigue privée et familiale du roman, mais n’apporte aucune lueur d’espoir pour envisager l’avenir du Nord-est italien : l’enquête est terminée mais le mal profond qui a motivé ce meurtre reste bien enraciné, et même se ramifie par delà les frontières italiennes, en Roumanie. Giovanna a été assassinée pour éviter qu’elle ne parle trop, car, en tentant de disculper son père, elle risquait de compromettre la fortune de son beau-père et de la comtesse, de dévoiler leurs trafics avec les Roumains et la Camorra :

  • 7 « Ils ont voulu lui fermer la bouche » ; « Il est convaincu que Giovanna a été tuée pour l’empêcher (...)

Le hanno voluto tappare la bocca.
È convinto che Giovanna sia stata uccisa per impedirle di denunciare il complotto che lo aveva portato in carcere.
7

  • 8 Il s’agit des cinq romans : La verità dell’alligatore, Rome, e/o, 1995 ; Il mistero di Mangiabarche(...)
  • 9 On pourra consulter sur le cycle de l’Alligatore la contribution de Claudio Milanesi, « L’Alligator (...)

8L’évolution de Carlotto dans son écriture de romans policiers se révèle ici tout à fait sensible, car Nordest abandonne le recours aux enquêteurs privés et autres détectives du cycle de l’Alligatore8. Les figures récurrentes de Marco Buratti, Beniamino Rossini et Max la Mémoire, chargés de faire avancer l’intrigue, ont cédé la place à une communauté qui incarne directement la société sombre et l’économie en crise de la Vénétie : Nordest n’est plus seulement un roman noir dont la Vénétie constitue le cadre spatial et temporel révélateur d’une sorte de métaphore de l’Italie, mais plutôt un roman noir dont la Vénétie devient véritablement protagoniste9.

La fin d’un monde

  • 10 L’essai d’Arnaldo Bagnasco, Tre Italie, 1977, fut l’un des premiers à identifier l’émergence d’une (...)
  • 11 Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 23.

9Le roman de Carlotto et Videtta présente les blessures profondes d’un monde qui fut un temps le modèle social et économique de l’Italie et qui à présent connaît un lent déclin. Nordest remet en cause le modèle de l’Italie nord orientale, celui des trois anciennes Vénéties (la Vénétie proprement dite, le Trentin Haut Adige et le Frioul Vénétie Julienne), un modèle surnommé dès la fin des années 70 celui de la ‘Troisième Italie’10, et dans le roman « la locomotive de l’économie italienne »11.

  • 12 Ibidem, p. 98.

10L’époque éphémère où le Nord-est flirtait avec la croissance économique et la baisse du chômage semble en voie d’extinction progressive. Les multiples entreprises familiales qui fabriquaient les produits du fameux ‘made in Italy’, capables d’exporter partout dans le monde et de s’adapter au marché, furent dans les années 80 et 90 les moteurs de l’économie italienne, alors que les vieilles industries du triangle économique, comme Fiat, ne parvenaient plus à rester compétitives. Dans le roman, le père de Giovanna, Alvise, évoque le début de « l’âge d’or du Nord-est »12, durant lequel il envisageait de créer un pôle industriel, mais la décadence du personnage, désormais réduit à vivre comme un vagabond, montre à la fois la crise d’un certain capitalisme et la fin de l’ère des entrepreneurs conquérants. L’économie de la ‘Troisième Italie’ repose en grande partie sur des petites et moyennes entreprises familiales du secteur secondaire et tertiaire, et la rapidité de son développement fut extraordinaire, car il a transformé le Nord-est en région riche, alors que cette zone avait fourni pendant des décennies des contingents non négligeables d’émigrés aux grandes villes du Nord-ouest. Le roman de Carlotto et Videtta dresse un bilan critique et pessimiste de cette économie au seuil du XXIe siècle, entre perte de compétitivité et désarroi des familles qui n’ont pas su prévenir la concurrence. Il s’agit bien de la fin d’un modèle, de l’épuisement du ‘made in Italy’, correspondant économique de l’épuisement d’une classe sociale trop vite enrichie. Mais la critique ne s’arrête pas là, puisque l’allusion au « gouvernement voleur », accusé de tous les torts, bouc émissaire traditionnel pour expliquer les problèmes locaux, ne sert même plus de justification dans la mesure où le chef du gouvernement actuel représente justement le monde de l’entreprise et certains de ses ministres ont même contribué à construire l’économie du Nord-est :

  • 13 « Pendant ce temps les usines licenciaient, fermaient, se transféraient. Des artisans, des commerça (...)

[…] intanto le fabbriche licenziavano, chiudevano, si trasferivano. Artigiani, commercianti, ristoranti con le tasche sempre meno piene. Tutta gente che non aveva riflettuto sulla sua fortuna, che si era sentita invincibile e che adesso era impaurita. E incazzata. Ancor più incazzata perché non potevano nemmeno prendersela col solito governo ladro, visto che al governo c’erano quelli come loro.13

11Le roman mentionne à plusieurs reprises l’une des causes principales qui expliquent le déclin de l’économie vénitienne, à savoir la concurrence des pays émergents, et en premier lieu celle de la Chine, capable de fabriquer du ‘made in Italy’ à moindre coût. La Chine à l’assaut du Nord-est semble devoir balayer le monde des entrepreneurs conquérants des années 80 et 90. Le style employé pour présenter le péril chinois en Vénétie mélange habilement le langage analytique de la presse économique (source principale pour les deux auteurs du roman) et le langage familier qui témoigne d’une véritable peur :

  • 14 « Le groupe n’est plus compétitif. Les coûts de gestion sont trop élevés et l’on n’investit pas ass (...)

Il gruppo non è più competitivo. Costi alti di gestione e scarso investimento nella ricerca tecnologica. I cinesi ci stanno prendendo a calci nel sedere.14

12Une des solutions retenues par le monde entrepreneurial vénitien consiste à déplacer ses structures de production vers des zones où la main d’œuvre sera moins coûteuse et les contraintes législatives plus souples, voire inexistantes. Les propriétaires de la Fondation Torrefranchi, Antonio Visentin et la comtesse Selvaggia, envisagent en effet de déplacer une partie de leurs intérêts en Roumanie, à Timisoara, plus exactement. La délocalisation vers la Roumanie ne signifie pas seulement le déplacement des systèmes de production, mais aussi celui de la vulgarité d’une société de nouveaux riches, indifférents au sort des futurs licenciés qui paieront les frais de la délocalisation. Au-delà du discours officiel qui consiste à encourager la forte présence d’entreprises vénitiennes en Roumanie, le roman avance l’expression lourde de sens « Roumanie, province du Nord-est », dans laquelle la colonisation économique répond directement à celle des Chinois. Les mots pour expliquer la délocalisation résonnent comme le signe d’une déliquescence morale et d’un cynisme terrible sur le point de contaminer l’Europe de l’Est :

  • 15 « J’ai acheté pour une misère les machines d’une usine à chaussures en faillite et je les ai expédi (...)

Ho comprato per una miseria i macchinari di una fabbrica di scarpe fallita e li ho spediti a Timisoara. La settimana prossima vado a selezionare il personale. […] Una ventina di operaie carine e scopabili, ovviamente. In Romania il vero problema è tenere l’uccello nei pantaloni. […] Certo che un sacco di operai finiranno per strada dopo il trasferimento.15

  • 16 « Per quante trasformazioni stesse subendo il Nordest, il potere delle famiglie doveva rimanere int (...)

13La fin d’un certain monde économique de la ‘Troisième Italie’ entraîne avec elle le déclin de l’institution familiale du Nord-est. Ces « gens du Nord-est » que présente le roman sont essentiellement les grandes familles fortunées qui continuent à détenir le pouvoir malgré la crise16, et les familles d’anciens et de nouveaux riches en proie à la rancœur ou à l’avidité. La richesse accumulée, les intérêts personnels et le poids du nom à porter pèsent sur une descendance qui ne semble pas en mesure d’en assumer la charge. Francesco subit l’influence professionnelle et morale de son père qui le destine à la succession de son cabinet d’avocats, tandis que Filippo vit une névrose en tentant d’échapper à sa mère, Selvaggia. L’existence de ces deux jeunes hommes confrontés au meurtre de Giovanna souffre du conditionnement de leur position sociale qui leur impose une certaine conduite, mais dont ils parviendront à se libérer à la fin du roman :

  • 17 « Parle moins fort […] Tu es un Visentin, tu seras toujours un Visentin. Maintenant il s’agit de se (...)

Abbassa la voce […] Sei un Visentin, sarai sempre un Visentin. Ora si tratta di uscire da questo brutto guaio senza troppi danni.17

14Le pouvoir qu’exercent les familles sur leur descendance représente un tel poids que le destin tout tracé devient en fin de compte une sorte de prison dorée dans laquelle les enfants ont pour mission de poursuivre les activités de leurs parents et de perpétuer leur nom :

  • 18 « C’était ma place. Après tant d’efforts je pouvais finalement en profiter. Je deviendrais un avoca (...)

Quello era il mio posto. Dopo tanta fatica potevo finalmente raccogliere i frutti. Sarei diventato un avvocato di successo, e un pezzo grosso in paese e in regione. Come mio padre. La mia vita era già scritta a lettere d’oro. Ero un Visentin. E avrei sposato la ragazza più bella del paese.18

  • 19 « Nel miscuglio di anfetamine ci aveva aggiunto anche una pasticca del Viagra di suo padre […] », C (...)
  • 20 Il avoue à son psychiatre : « Mia madre è un’assassina », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 11 (...)

15L’un des risques les plus importants pour l’avenir de l’économie vénitienne, selon le roman qui puise ce genre d’information dans la presse locale spécialisée, réside dans la transmission du patrimoine à la génération suivante. En effet, le déclin d’un capitalisme vénitien triomphant s’accompagne d’une crise de la cellule familiale, avec des enfants en proie à la névrose (comme Filippo qui hait sa mère), à la délinquance (comme les trois adolescents de la bande du Cherokee), ou à la drogue (comme lors de la description cruelle d’une rave party où la jeunesse du Nord-est se noie dans l’ivresse multiple pour échapper à la réalité19). L’allusion ironique des auteurs à un célèbre psychiatre qui vient de publier un essai sur les angoisses des adolescents du Nord-est complète le portrait d’une société qui semble sur le point d’imploser : Filippo simule un suicide pour fuir définitivement sa mère dont il comprend les méfaits20, Francesco quitte la Vénétie après avoir découvert qui a tué sa fiancée, et Lucio, sur le point de commettre un viol, termine sa virée nocturne à l’hôpital après un grave accident de la route. Le mythe du vénitien « travailleur et obstiné » est désormais dépassé, comme le fait remarquer Carla, car la génération du développement industriel a fait fortune sans se préoccuper des conséquences à long terme ; d’ailleurs Carla prévoit de manière pessimiste qu’il ne restera que « déchets et ordures », comme témoignage d’une époque.

16L’exemple de Francesco nous semble parfaitement représentatif de l’implosion au sein de la famille vénitienne, car le modèle intact et admiré du père qui a réussi et qui transmet sa fortune, devient soudain une image détestée d’homme corrompu. L’évolution du comportement de Francesco envers son père est lente, car il ne peut remettre en cause le modèle sur lequel il va asseoir sa carrière d’avocat, mais peu à peu le doute s’installe quand il découvre la complaisance de son père face au scandale du recyclage de déchets toxiques. L’image du père, et en général l’image des parents du Nord-est dans le roman, souffre du conditionnement de l’économie ; les règles de l’économie et des affaires (symbolisées par la Fondation Torrefranchi) ont crée la fortune des parents et sont en train de détruire leurs enfants :

  • 21 « Durant toute ma vie j’avais considéré papa comme le meilleur des hommes […] jour après jour cette (...)

Per tutta la vita avevo ritenuto papà il migliore degli uomini. […] giorno dopo giorno, quell’immagine era andata in pezzi. […] un cliente come la Fondazione aveva rapporti con la mafia rumena, inquinava l’ambiente e chissà di quante altre illegalità era responsabile e lui non poteva ignorarlo.21

17Les enfants de ces familles du Nord-est choisissent la fuite pour ne plus devoir affronter la responsabilité des fautes de leurs parents, aussi bien Filippo que Francesco ou Lucio ne croient pas en l’économie comme maîtresse du destin. Leur fuite, si elle les libère, ne fait qu’accentuer le pessimisme du roman à l’égard de l’histoire italienne contemporaine et à venir.

18À l’image du déclin de l’économie et de l’implosion des familles, on assiste également à la destruction volontaire de l’espace naturel vénitien. Le roman projette une noirceur terrible sur la société de l’Italie d’aujourd’hui, mais il montre également les implications néfastes de la ‘Troisième Italie’ jadis triomphante sur l’environnement. Le roman policier baigne dans une brume épaisse, caractéristique de la Vénétie, mais particulièrement symbolique de l’opacité de l’enquête qui se fourvoie et qui s’enlise sous la pression des grandes familles, et de l’agonie crépusculaire d’un paysage que l’on ne distingue plus car il a été défiguré en quelques années. En effet, le développement rapide des entreprises a entraîné la construction souvent abusive de hangars et autres locaux dans la campagne vénitienne, devenue aujourd’hui une sorte d’espace périurbain pollué. Le meurtre de Giovanna fut commis pour empêcher la découverte d’un trafic illégal qui repose en partie sur le recyclage de déchets toxiques aux portes de la petite ville où se déroule le roman. Les déchets du développement industriel du Nord-est deviennent à tel point encombrants que la Fondation Torrefranchi a organisé un trafic qui consiste à stocker en Vénétie, puis à recycler illégalement en Campanie, via la Camorra. Les constructions abusives et la pollution détruisent l’espace naturel, mais aussi la population, car Carla, chimiste, a découvert plusieurs cas de décès liés à la pollution lorsqu’elle travaillait en Campanie. L’expression « mozzarella à la dioxine » résume les conditions de développement du Nord-est au détriment du Mezzogiorno chargé de recevoir ses déchets, comme la Roumanie ou la Chine, où les règles de protection de l’environnement restent plutôt souples.

19La contamination de l’espace naturel aussi bien que celle de la société par les effets du développement de la Vénétie, sont le fruit d’un manque d’ambition pour la collectivité, d’un désir de profit immédiat, et le prix à payer pour l’Italie de demain risque d’être très lourd. Le roman de Carlotto et Videtta dresse un constat amer sur l’économie, la famille et l’environnement, avec l’intention de dénoncer les effets d’une crise actuelle profonde.

Un roman policier de dénonciation

20L’assassinat de Giovanna donne l’occasion de dénoncer toute une série de méfaits, et en premier lieu l’illégalité qui couve sous l’économie vénitienne. La Fondation Torrefranchi couvre sous la façade d’un engagement en faveur de l’écologie toutes sortes de fraudes et agit de concert avec la mafia napolitaine (la Camorra) et la mafia roumaine. La découverte par Francesco, Carla et Alvise d’un trafic de recyclage illégal de déchets toxiques entraîne le récit vers la mafia du Mezzogiorno, chargée de transporter les déchets vénitiens en Campanie, provoquant de ce fait la pollution des rivières, la disparition d’espèces de poissons d’eau douce et plus gravement des cancers chez les personnes qui vivent près du centre de recyclage. Carla avait déjà dénoncé ce trafic lorsqu’elle travaillait près de Naples, puis elle constate que dans le Nord-est aussi l’illégalité fait bon ménage avec la pollution. L’articulation entre la dénonciation d’un trafic et le meurtre de Giovanna intervient de manière évidente lorsque Francesco apprend que sa fiancée voulait dévoiler l’affaire afin d’innocenter et de réhabiliter son père, Alvise. Le roman s’engage plus loin que la simple constatation d’un trafic illégal, et l’on retrouve à plusieurs reprises l’ex-pression « écomafia », désignant de nouvelles activités consistant à faire des bénéfices dans le marché fructueux du recyclage. Carlotto et Videtta dénoncent une forme d’écologie pervertie par la mafia et recouverte par les grandes familles vénitiennes prêtes à tout les abus pour préserver leur nom et leur fortune, y compris à polluer les régions périphériques du développement industriel, comme la campagne de Caserta et les montagnes roumaines. Le roman dénonce donc l’implication de la mondialisation sur l’économie vénitienne, à la fois victime de la concurrence chinoise et bénéficiaire d’un nouveau marché, l’Europe de l’Est, avec forcément une mondialisation des organisations criminelles, car la Camorra semble presque surannée face à la mafia roumaine, incarnée par le terrible Constantin, personnage trouble au service de la Fondation Torrefranchi. Le Nord-est de Carlotto et Videtta semble être devenu un carrefour de l’argent sale entre une Italie en perte de vitesse, une Europe de l’Est sans scrupules et la mafia méridionale qui s’adapte à la nouvelle économie ; ainsi les entrepreneurs vénitiens apparaissent comme une caricature de malhonnêteté et de désintérêt pour le bien collectif, car sous la dénonciation de l’illégalité réside celle de l’individualisme appliqué à l’économie et à l’environnement :

  • 22 « C’est le bon endroit pour recycler l’argent sale dans des activités illégales. Il suffit d’aller (...)

Questo è il posto giusto per riciclare il denaro sporco in attività illegali. Basta andare al bar per trovare imprenditori disposti a fare affari senza preoccuparsi della fedina penale dei soci.22

21Nordest nous semble cependant offrir bien plus qu’une dénonciation de l’économie et du crime mondialisés, par la représentation amère de la haine et du cynisme d’une société italienne à l’image de la Vénétie. Une des plaies de l’Italie contemporaine reste malheureusement le problème de l’intégration des immigrés, qui entraîne des actes racistes de plus en plus fréquents. La haine de l’autre, et en particulier de l’immigré africain (que l’on appelle encore ‘l’extracommunautaire’), parcourt tout le roman, car la société du Nord-est semble ignorer volontairement le problème de l’immigration ou bien le régler par le rejet sans concession. Les autres, que le journaliste de la télévision locale appelle « i foresti, quelli che non sono gente nostra », viennent d’Afrique du Nord, d’Afrique centrale et d’Albanie. Les immigrés africains deviennent la lie de la société, ils sont chargés d’encaisser et d’endosser tous les dégâts collatéraux de la crise économique et la responsabilité de l’insécurité quotidienne. Par exemple, lorsqu’un entrepreneur annonce une délocalisation en Roumanie, il envisage le sort de ses salariés immigrés de la manière suivante :

  • 23 « Beaucoup sont des immigrés, et ils peuvent retourner chez eux, parce qu’on en a ras le bol des no (...)

Molti sono extracomunitari e se ne possono andare a casa loro che di negri e marocchini ne abbiamo le palle piene.23

22La description d’une acte criminel raciste gratuit, perpétré par la bande d’adolescents du Cherokee, même si elle nous semble incongrue dans le récit policier de l’enquête sur le meurtre de Giovanna, révèle toutefois l’affirmation de cette haine de l’autre qui endosse la responsabilité de tous les maux d’une société et d’une économie en crise. La dénonciation du racisme ordinaire et du racisme violent sera également articulée sur la dénonciation de la télévision locale qui relaie la haine parce qu’elle accuse implicitement les immigrés de faire régner un climat d’insécurité, voire d’être à l’origine du meurtre de Giovanna. Toutefois si l’immigré africain se retrouve exploité et rejeté à la fois par l’économie de la ‘Troisième Italie’, le rapport qu’entretient le Nord-est avec la Roumanie, et plus généralement l’Italie avec l’Europe de l’Est, se compose lui aussi de mépris et d’exploitation. Si les rapports restent courtois et la collaboration professionnelle fructueuse, la Roumanie présentée dans le roman apparaît comme la décharge de la Vénétie, au sens propre comme au sens figuré. Les productions les plus basiques sont délocalisées à Timisoara et la campagne roumaine, peu protégée par une réglementation floue, reçoit les déchets du Nord-est.

23Le cynisme de la société s’observe en premier lieu dans les comportements des agents économiques complices de la magistrature. Le juge Zan préfère préserver ses appuis auprès des grandes familles locales au détriment de la rapidité de l’enquête, et la classique dénonciation de la connivence entre économie, mafia et magistrature reste en permanence implicite dans le roman, depuis l’épigraphe sur le pouvoir des familles jusqu’au discours final de la comtesse, réfugiée en Roumanie, cyniquement présentée comme la victime d’un complot. Cependant Nordest s’en prend à une nouvelle forme de cynisme, en dénonçant les dérives du journalisme d’in-formation locale. La télévision locale (Antenne N/E) offre une information entièrement dirigée vers la satisfaction du téléspectateur, au détriment de l’objectivité. A ce propos, la description d’un programme télévisé de voyance et d’astrologie dénonce par exemple l’absurdité des médias chargés de résoudre les problèmes de la vie sentimentale d’individus crédules. Ainsi les comptes rendus quotidiens du journal télévisé sur l’enquête après le meurtre de Giovanna se réduisent à lancer l’accusation sur tel ou tel individu, et l’information donnée n’a pour seul objectif que d’entretenir la rumeur ou d’en forger une nouvelle. Le journaliste de cette chaîne de télévision privée, Adalberto Beggiolin, incarne à lui seul la part la plus sale et la plus cynique du journalisme italien :

  • 24 « Il lui manquait le prudence, le discernement, la vertu de l’autocensure. C’est pour cela qu’il n’ (...)

Gli mancava la prudenza, il discernimento, la virtù dell’autocensura. Per questo non aveva fatto carriera nelle reti nazionali e aveva dovuto accontentarsi di nuotare in circolo nella pozzanghera del localismo d’assalto, che aveva fatto di lui una belva da cortile.24

24L’adjectif ‘noir’, qui désigne le genre littéraire dont Nordest constitue une variante, prend une nouvelle dimension dans la dénonciation d’une certaine Italie. La noirceur du climat psychologique et des événements souterrains directement liés au meurtre donne naissance à la noirceur du portrait d’une société infectée par le vide moral, les intérêts strictement individuels, le manque d’ambition pour la collectivité. Le roman le plus noir de Carlotto part de la dénonciation des trafics illégaux, du racisme et du cynisme médiatique pour dresser un bilan pessimiste sur l’Italie contemporaine.

La portée du roman noir

25La valeur métaphorique du Nord-est italien comme reflet de toute l’Italie n’est pas une nouveauté chez Carlotto, mais cette fois-ci l’enquête sur le meurtre de Giovanna révèle véritablement, et de manière peut-être plus directe encore, les maux dont souffre aujourd’hui le pays, à tel point que la dimension policière devient presque un prétexte. Le sujet du roman réside dans la représentation synthétique de la complexité des problèmes de l’Italie plus que dans la résolution d’un crime. La crise de la ‘Troisième Italie’, les délocalisations, la concurrence chinoise, la mondialisation, la perte de repères et de modèles valables chez les adolescents, le racisme, la médiatisation des sentiments structurent une société épuisée. Les deux protagonistes de la nouvelle génération des grandes familles, Francesco et Filippo préfèrent fuir et rester en marge de leur milieu ; la réponse du roman à la crise de la société n’est pas l’engagement, mais plutôt la fuite, même si Francesco fuit après avoir contribué à dévoiler le trafic illégal de déchets avec Carla.

  • 25 « La letteratura ‘bianca’, non poliziesca, non riesce più a raccontare questo Paese. Il noir ci pro (...)

26Nordest cumule les caractéristiques du roman policier de dénonciation, mais aussi les instantanés d’une radiographie du noir le plus profond, une radiographie de l’économie et de la société vénitiennes en déliquescence lente et inéluctable. L’intrigue, on l’aura compris, ne sert que de support littéraire au discours de Carlotto : la lecture débute par le récit de l’assassinat de Giovanna, mais un prologue particulièrement bien documenté sur la Vénétie contemporaine (« Un mercredi comme tant d’autres ») a déjà plongé le lecteur dans des remarques socio-économiques dignes d’un essai. Ce prologue, s’il prépare la posture de dénonciation à venir, reste une analyse froide du présent, un constat de type journalistique qui conditionne l’intrigue policière. Carlotto s’éloigne autant qu’il le peut de la littérature dite ‘traditionnelle’, tournée vers des perspectives individuelles et vers le passé : ici la littérature s’affirme comme témoignage du présent et radiographie d’une communauté. Mais dans Nordest le lecteur a souvent l’impression que l’ancrage absolu dans le présent et dans la collectivité produit des événements artificiels, dont le rapport diégétique avec l’in-trigue policière pose problème. Nous pensons surtout à la description du crime raciste, ou à celle du programme télévisé de voyance sentimentale, révélateurs sociaux efficaces mais étrangers à l’intrigue, comme si les auteurs voulaient forcer la dénonciation en énumérant les preuves accablantes du vide moral d’une société. A force de vouloir raconter l’Italie contemporaine, ce roman noir ne finit-il pas par devenir un catalogue exagérément noirci des vices du présent, filtré par la posture de dénonciation de son auteur ? Le devoir de connaissance que Carlotto semble attribuer à l’écriture narrative justifie par conséquent le dépassement des anecdotes et des micro histoires révélatrices, pour atteindre l’objectif de la fiction comme reflet du présent global25.

  • 26 Fernando Camon remarque qu’il s’agit d’un « romanzo su una società, una civiltà, o meglio su una so (...)

27L’extrême noirceur du roman de dénonciation parvient à dévoiler les zones d’ombre d’un Nord-est jadis triomphant et pris en modèle, mais impose nécessairement des limites. Une des faiblesses que nous croyons pouvoir identifier réside dans l’étouffement de la psychologie des personnages face à la posture de dénonciation d’une société. En effet la quantité de personnages présents dans Nordest ne permet pas de cerner entièrement un protagoniste, à moins que le protagoniste du roman soit justement le Nord-est26, personnage pluriel qui serait la métaphore de l’Italie. De plus, la dénonciation des auteurs s’appuie sur des sources tout à fait authentiques (en l’occurrence la presse locale), mais ne prend presque jamais appui sur le point de vue des classes populaires ou des classes moyennes, synonymes de « petits entrepreneurs aux poches pleines d’argent ». La place et le comportement des classes populaires de Vénétie restent en marge du roman : sont-elles simplement au service des grandes familles protagonistes, ou bien participent-elles dans l’indifférence au déclin économique et moral ? Le Nord-est semble réduit à une communauté d’entrepreneurs corrompus, dont quelques individus isolés parviennent à dévoiler les méfaits (Carla et Alvise). Le lecteur habitué au genre policier aurait voulu que la charge extrême de noirceur accumulée au fil de l’intrigue ne se résolve pas par un constat pessimiste de nature sociale, principalement illustré pas les grandes familles riches et les mafieux italiens et roumains. La découverte de l’assassin de Giovanna ne résout en aucun cas le problème initial d’une communauté en crise, et comme nous l’avons souligné, la fuite ou la disparition restent la seule réponse : Francesco quitte la région, Filippo aussi, la comtesse part en Roumanie, Alvise a été tué par Constantin. Si les fortunes malhonnêtes, le mépris du bien-être collectif et le malaise de la nouvelle génération sous-tendent l’analyse de la société du Nord-est, les deux auteurs ne semblent pas amorcer la possibilité d’une prise de conscience responsable, ne serait-ce que par le développement du personnage de Carla. Le constat sur l’Italie contemporaine a pris les teintes sombres du roman noir, mais sans une issue au cours de laquelle le meurtrier serait puni et l’ordre initial rétabli : le prologue terrible du roman montre au contraire que l’ordre est déjà perturbé dès le début. La société qui transparaît de ce roman marque la fin d’une histoire, celle de l’Italie des succès économiques dans les années 90.

  • 27 Andrea Camilleri, Il giro di boa, Palerme, Sellerio, 2003.
  • 28 Transformée dans le roman en loi « Cozzi-Pini ».
  • 29 Marcello Fois, Dura madre, Turin, Einaudi, 2001.

28Le roman noir italien de ces dernières années, sur le modèle de Sciascia, se teinte d’analyse sociale, puis, à partir du point de vue de l’auteur, de sa partialité dans la vision de l’histoire contemporaine, l’intrigue policière offre un aperçu de la société. Pour Nordest les nombreux vices et les rares vertus de la Vénétie entrent directement dans le récit par le biais de la dénonciation de l’auteur, sans aucun enquêteur privé en charge d’incarner le vice, la vertu ou les deux à la fois ; la foule de personnages du roman illustrent chacun à leur tour les travers d’une communauté. Chez Camilleri, en revanche, et notamment dans son roman considéré comme le plus ‘politique’, Il giro di boa27, le portrait de l’Italie d’aujourd’hui passe par les réflexions et le comportement de l’inspecteur Montalbano, moralement affaibli après avoir regardé à la télévision le compte rendu des émeutes survenues lors du sommet des pays les plus industrialisés à Gênes en 2001, et constaté l’existence d’un trafic d’enfants africains mêlé à l’immigration clandestine qui sévit au sud de la Sicile. Camilleri, comme Carlotto, charge ses personnages d’illustrer l’Italie d’aujourd’hui, de reconstituer la chronique des problèmes majeurs de la société. L’illégalité, l’immigration, la corruption de la magistrature et du pouvoir local, aussi bien dans la Sicile réinventée de Camilleri que dans la Vénétie parfaitement reconnaissable de Carlotto, sévissent de la même manière et finissent par supplanter l’intrigue policière, du moins dans les deux romans que nous venons de citer. Camilleri n’hésite pas à dénoncer le gouvernement du Pôle des Libertés en faisant allusion à la loi Bossi-Fini28 sur l’immigration, tandis que Carlotto dénonce directement les fondements mêmes de la ‘Troisième Italie’ du Nord-est, celle des entrepreneurs qui aujourd’hui gouvernent le pays. Là où Camilleri projette son message politique à travers la figure isolée de Montalbano, Carlotto et Videtta font passer leur vision pessimiste de l’Italie contemporaine à travers le destin d’une communauté. Chez Marcello Fois, par contre, la dénonciation reste secondaire, derrière la fresque sombre de la Sardaigne actuelle, une île aussi noire que le Nord-est de Carlotto, en proie elle aussi à la corruption et à l’illégalité qui entraînent des crimes. Dans Dura madre29, par exemple, la Sardaigne des bergers de la région de Nuoro, montre les effets d’une fraude sur les subventions octroyées par l’Union Européenne pour aider l’élevage local. Comme dans Nordest c’est le passé obscur qui explique le présent, et les personnages, prisonniers des secrets de famille et victimes des erreurs de leurs parents, affrontent le présent en faisant l’expérience du mal. Le mal tragique, presque esthétique, que représente Fois, avec l’image récurrente du sang ancestral, devient dans Nordest un mal ordinaire, banal, ancré dans la réalité noire et sans espoir, d’autant que ce mal semble destiné à ronger de nouveaux territoires : l’avenir de l’économie corrompue et du cynisme des grandes familles semble désormais se déplacer du Nord-est vers l’Est profond de l’Europe.

  • 30 « Qui sait, pensa t-il, le Nord-est redeviendrait une terre de paysans tandis que la Roumanie devie (...)

29Nordest s’annonce comme le roman du bilan fortement contrasté d’un modèle, car il puise ses sources dans la réalité journalistique, mais aussi comme le roman de la préfiguration d’un déclin majeur, de la vision pessimiste d’un monde à la dérive qu’il vaut mieux quitter, à l’image de Filippo qui remarque, dans le train qui l’emmène loin de chez lui : « Chissà, pensò, forse il Nordest sarebbe tornato a essere terra di contadini, mentre la Romania sarebbe diventata un polo industriale infestato da gas velenosi, con città pullulanti di immigrati italiani »30.

Haut de page

Notes

1 Massimo Carlotto & Marco Videtta, Nordest, Rome, e/o, 2005.

2 Le prologue du roman indique clairement l’insertion de l’intrigue dans un contexte socio-économique parfaitement déterminé et analysé, comme dans les pages d’un essai polémique sur la Vénétie d’aujourd’hui, Carlotto et Videtta, Nordest, cit., pp. 7-9.

3 « L’uomo che le aveva rovinato la vita, che aveva fatto di lei una puttana, la stava aspettando », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 11.

4 « Je cherche à remettre en ordre les bribes de la vie de Giovanna. Pour essayer de la comprendre [ …] Peut-être quelque chose d’important m’a-t-il échappé », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 83. C'est nous qui traduisons.

5 On remarque pour la première fois cette alternance sans transition entre deux formes de récit à la p. 17, où l’évocation d’un homme mystérieux fait place à la première personne, lorsque Francesco raconte la matinée durant laquelle il apprend la mort de sa fiancée.

6 « Filippo était le fils unique de la comtesse Selvaggia Calchi Renier. Sa famille était la plus en vue de la région, puis il y avait la mienne. Moi aussi j’étais fils unique », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 19.

7 « Ils ont voulu lui fermer la bouche » ; « Il est convaincu que Giovanna a été tuée pour l’empêcher de dénoncer le complot qui l’avait conduit en prison », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 86 et p. 92.

8 Il s’agit des cinq romans : La verità dell’alligatore, Rome, e/o, 1995 ; Il mistero di Mangiabarche, Rome, e/o, 1997 ; Nessuna cortesia all’uscita, Rome, e/o, 1999 ; Il corriere colombiano, Rome, e/o, 2000 et Il maestro di nodi, Rome, e/o, 2002.

9 On pourra consulter sur le cycle de l’Alligatore la contribution de Claudio Milanesi, « L’Alligatore, il nordest come metafora », Italies, revue d’études italiennes, Université de Provence, n° 4, 2000, pp. 673-688.

10 L’essai d’Arnaldo Bagnasco, Tre Italie, 1977, fut l’un des premiers à identifier l’émergence d’une troisième forme de développement économique sur le territoire italien, intermédiaire entre l’industrie traditionnelle du Nord-ouest et le relatif sous-développement industriel du Mezzogiorno.

11 Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 23.

12 Ibidem, p. 98.

13 « Pendant ce temps les usines licenciaient, fermaient, se transféraient. Des artisans, des commerçants, des restaurants qui gagnaient de moins en moins. C’était des gens qui n’avaient pas réfléchi sur leur fortune, qui s’étaient sentis invincibles et qui à présent avait peur. Des gens en colère. D’autant plus en colère qu’ils ne pouvaient même pas s’en prendre à l’habituel gouvernement voleur, étant donné que le gouvernement était formé de gens comme eux », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 63.

14 « Le groupe n’est plus compétitif. Les coûts de gestion sont trop élevés et l’on n’investit pas assez dans la recherche technologique. Les Chinois nous foutent dehors à coups de pieds dans le derrière », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 84.

15 « J’ai acheté pour une misère les machines d’une usine à chaussures en faillite et je les ai expédiées à Timisoara. La semaine prochaine j’irai sélectionner le personnel. Une vingtaine d’ouvrières mignonnes et baisables. Le vrai problème en Roumanie c’est de tenir son oiseau dans le pantalon. Il est certain qu’un paquet d’ouvriers restera à la rue après le transfert », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 152.

16 « Per quante trasformazioni stesse subendo il Nordest, il potere delle famiglie doveva rimanere intatto. Altrimenti sarebbe stato per tutti l’inizio della fine.», Nordest, , p. 171. Les deux protagonistes de cette classe fortunée sont Antonio Visentin et Selvaggia Calchi Renier, qui se définissent eux-mêmes comme « un couple parfait de carnivores : la lionne et le chacal […] », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 172.

17 « Parle moins fort […] Tu es un Visentin, tu seras toujours un Visentin. Maintenant il s’agit de se tirer d’affaire sans trop de dégâts. » Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 45.

18 « C’était ma place. Après tant d’efforts je pouvais finalement en profiter. Je deviendrais un avocat reconnu, et un notable de la ville et de la région. Comme mon père. Ma vie était déjà écrite en lettres d’or. J’étais un Visentin. Et j’allais épouser la plus belle fille du coin », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 23.

19 « Nel miscuglio di anfetamine ci aveva aggiunto anche una pasticca del Viagra di suo padre […] », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 117.

20 Il avoue à son psychiatre : « Mia madre è un’assassina », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 114, tandis que le psychiatre s’empresse de révéler cette confession à la mère de Filippo, qui est aussi sa maîtresse.

21 « Durant toute ma vie j’avais considéré papa comme le meilleur des hommes […] jour après jour cette image s’était effritée. […] Un client comme la Fondation avait des rapports avec la mafia roumaine, elle polluait l’environnement et Dieu sait de quelle autres méfaits elle était responsable, et mon père ne pouvait pas l’ignorer », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 175.

22 « C’est le bon endroit pour recycler l’argent sale dans des activités illégales. Il suffit d’aller au bar pour trouver des chefs d’entreprises prêts à faire des affaires sans se soucier du casier judiciaire de leurs associés », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 173.

23 « Beaucoup sont des immigrés, et ils peuvent retourner chez eux, parce qu’on en a ras le bol des noirs et des arabes », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 153.

24 « Il lui manquait le prudence, le discernement, la vertu de l’autocensure. C’est pour cela qu’il n’avait pas fait carrière dans les chaînes nationales ; il avait dû se contenter de nager dans les eaux peu profondes de l’information locale à sensation, ce qui l’avait transformé en bête féroce de basse cour », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 61.

25 « La letteratura ‘bianca’, non poliziesca, non riesce più a raccontare questo Paese. Il noir ci prova entro i limiti del genere. Forse potrebbe farlo ancora meglio. Abbandonando i plot tradizionali per parlare della Storia. », interview de Massimo Carlotto par Marco Cicala, Il Venerdì, 2 settembre 2005.

26 Fernando Camon remarque qu’il s’agit d’un « romanzo su una società, una civiltà, o meglio su una società senza civiltà. », « Tuttolibri », La Stampa, 24 settembre 2005.

27 Andrea Camilleri, Il giro di boa, Palerme, Sellerio, 2003.

28 Transformée dans le roman en loi « Cozzi-Pini ».

29 Marcello Fois, Dura madre, Turin, Einaudi, 2001.

30 « Qui sait, pensa t-il, le Nord-est redeviendrait une terre de paysans tandis que la Roumanie deviendrait un pole industriel infesté de gaz toxiques, avec des villes remplies d’immigrés italiens », Carlotto et Videtta, Nordest, cit., p. 187.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « L’Italie contemporaine en noir : Massimo Carlotto et Marco Videtta, Nordest », Cahiers d’études romanes, 15 | 2006, 221-238.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « L’Italie contemporaine en noir : Massimo Carlotto et Marco Videtta, Nordest », Cahiers d’études romanes [En ligne], 15 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1155 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1155

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org