Navigation – Plan du site
Amérique latine

Roman mexicain, genre policier et nazisme : enquête préliminaire sur une série noire

Alba Lara-Alengrin
p. 109-122

Résumés

Ce travail analyse les rapports entre le genre policier et le nazisme dans deux romans mexicains contemporains. Á la recherche de Klingsor (1999) introduit quelques personnages fictifs pour rapporter des faits historiques, en particulier le putsch de juin 1944 contre Hitler et la course à la bombe atomique. Le récit à énigme permet à son auteur, Jorge Volpi d’y introduire sa propre enquête sur l’histoire des sciences au XXe siècle. En effet, en configurant son récit comme un paradoxe, le narrateur reproduit la notion d’incertitude qui se dégage des découvertes scientifiques rapportées dans le roman. Nous revenons comme des ombres (2001), pour sa part, subvertit l’histoire du nazisme pour révéler des évènements historiques passés sous silence à propos de l’histoire du Mexique. En faisant appel à la mémoire collective du Mexique des années quarante, ce roman noir de Paco Ignacio Taibo II, délivre une histoire personnelle de la gauche antifasciste qui dépasse largement le cadre strict du nazisme. Dans cette composition en puzzle, la cohérence idéologique prend le pas sur la fidélité historique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Paul Louis, « Quand le ‘polar’ met du sel sur les brûlures de l’histoire », Esprit, Paris, N (...)

1Étant donné que l’enquête du détective renvoie à un passé plus ou moins proche du crime à élucider et que l’historien fait lui aussi une enquête sur les mystères de l’histoire à partir des indices que le passé lui a laissé, « quoi de plus naturel – dit Jean-Paul Louis – que la rencontre du ‘polar’ et de l’Histoire ? »1. En particulier, l’Allemagne nazie apparaît comme un contexte historique ad hoc pour les intrigues policières, sans doute parce qu’on a rarement vu de folie meurtrière aussi démesurée et bien organisée. En outre, le contexte de guerre mondiale, pour ce qui est de la période 1939-1945, offre un cadre idéal pour les histoires d’espionnage.

  • 2 Alba Lara, « En busca de Klingsor (1999), de Jorge Volpi, o el enigma de los géneros », communica (...)
  • 3 Jorge Volpi, En busca de Klingsor, Barcelona, Seix-Barral, 1999, 444 pp. Ce roman a été traduit e (...)
  • 4 Paco Ignacio Taibo II, Retornamos como sombras, Barcelona, Ediciones Destino, Coll. « Booket », 2 (...)
  • 5 Taibo mentionne deux auteurs non mexicains : Abel Possé, avec Agartha et Héctor Chavarría, avec E (...)

2Cela dit, la rencontre du roman mexicain et du nazisme semble plus inattendue et pourtant elle a lieu par le biais du genre policier. En effet, lorsque je me suis posée la question du genre à propos de En busca de Klingsor (1999) de Jorge Volpi2, je me suis aperçue que le référent historique de ce texte trouvait un écho dans une série de romans mexicains contemporains. À savoir : Morirás lejos (1967), de José Emilio Pacheco ; El desfile del amor (1984), de Sergio Pitol ; La difícil costumbre de estar lejos (1984), de José María Pérez Gay et, plus récemment, Amphitryon (2000), d’Ignacio Padilla. Ces derniers adoptent, comme En busca de Klingsor3, le format du roman à énigme et se situent ou renvoient à la période du nazisme (1933-1945). Curieusement, tous ces romans sont produits par des écrivains « blancs » ou non connus comme des auteurs de récits policiers. Mais en 2001, Paco Ignacio Taibo II publie lui aussi un roman noir à propos des plausibles rapports entre le Mexique des années quarante et les nazis, Retornamos como sombras4. Ce faisant, Taibo II confirme non seulement notre hypothèse mais en plus il l’élargit. En effet, dans sa note finale d’auteur, il mentionne quatre romans policiers latino-américains, dont deux de ceux que j’ai cité plus haut, qui renvoient indirectement à cette trouble période de l’histoire du XXème siècle5. Ce travail n’est donc que la première ébauche d’un projet d’analyse plus large à propos des rapports entre le genre policier et le nazisme dans le roman mexicain contemporain.

  • 6 Diego Cañedo, El réferi cuenta nueve, México, Editorial Cultura, 1943, 425 pp. 
  • 7 J’utiliserai désormais la traduction en français des titres.
  • 8 Jorge Volpi, né en 1968, est le chef de file de l’auto dénommée « Génération du Crack ».
  • 9 Ce prix avait été décerné dans les années soixante à des romans latino-américains insignes tels q (...)
  • 10 Selon Taibo II, le néo-polar se caractérise par une vision fortement critique de la structure jud (...)

3En fait, le nazisme comme sujet dans le roman mexicain n’est pas un thème aussi récent que l’on puisse croire. Déjà en 1943, Diego Cañedo publiait El réferi cuenta nueve6, un curieux roman d’anticipation qui imaginait une invasion nazie du Mexique alors que la guerre n’était pas encore finie. L’intérêt du texte réside surtout dans sa critique des secteurs de la droite conservatrice de province qui sympathisaient avec l’Allemagne d’Hitler. Il ne s’agit pas d’un roman policier mais je le cite pour l’anecdote et son originalité dans la production latino-américaine de l’époque. Pour ce travail, j’ai choisi d’étudier les deux romans qui restent, pour l’heure, les plus notoires de la série citée, à savoir, En busca de Klingsor (À la recherche de Klingsor), de Jorge Volpi et Retornamos como sombras (Nous revenons comme des ombres), de Paco Ignacio Taibo II7. Le premier, parce qu’il a été écrit par le plus renommé des jeunes écrivains mexicains contemporains8, qui a reçu et relancé le prestigieux Prix Biblioteca Breve en 19999. Le second, pour avoir été conçu par le père de ce que l’on appelle aujourd’hui le « néo-polar » latino-américain10. Je me propose d’analyser et de comparer l’insertion des intrigues policières de Taibo II et de Volpi dans le contexte historique du nazisme. Mon étude questionne aussi les options d’écriture que chaque démarche implique pour leurs auteurs.

  • 11 Selon T. Todorov, le roman à énigme contient deux histoires, celle du crime et celle de l’enquête (...)

4À la recherche de Klingsor est un roman qui se trouve au carrefour de plusieurs genres, parmi lesquels le roman historique, le roman d’espionnage et même le roman de divulgation. Cela dit, le format du roman à énigme est l’axe qui structure le récit. Comme son titre l’indique, À la recherche de Klingsor retrace l’enquête de deux scientifiques pour découvrir la personne qui se cache derrière ce nom énigmatique. Fidèle à l’extrême codification du genre, l’histoire de l’enquête prend le pas sur celle du crime11. Quoique, et voici la première modification de Volpi, il n’y a pas de crime précis à élucider. Klingsor, dont l’existence n’est même pas certaine, serait accusé d’être le conseiller scientifique d’Hitler. Le récit, rétrospectif comme il se doit dans un roman à énigme, est mené par l’un des enquêteurs, le mathématicien allemand Gustav Links. Celui-ci se présente dès les premières pages comme le signataire du manuscrit que nous sommes en train de lire et nous propose son témoignage comme une preuve de l’emprise du hasard sur le monde.

  • 12 J’utilise ce terme de G. Genette pour bien faire la distinction entre l’histoire racontée dans le (...)
  • 13 Chef de l’Ahnenerbe, un organisme consacré aux recherches « sur la race et l’héritage », en réali (...)

5Dans À la recherche de Klingsor, le jeu de Volpi est, d’abord, de nous faire douter sur l’existence réelle de Klingsor dans l’organisation de l’appareil nazi. L’enquête démarre sur l’arrivée du lieutenant colonel nord-américain Francis Bacon à Nuremberg en octobre 1946, pour déceler des possibles « discordances » entre les minutes du procès de Nuremberg et les transcriptions de celui-ci effectuées par le service d’intelligence de l’armée des Etats-Unis. Au niveau de la diégèse12 la spéculation est toujours présente, car le premier indice est erratique. Le nom de Klingsor aurait été prononcé par Wolfram Von Sievers –personnage historique13 – pendant le procès, comme étant celui du conseiller scientifique du führer. Néanmoins, il aurait été effacé des minutes officielles du procès. Étant donné que la Seconde Guerre mondiale et l’après-guerre sont une période dans laquelle on assiste au foisonnement de doubles identités, de faux témoignages et de falsifications, on se demande si Klingsor est une invention de Volpi ou si ce nom fut vraiment prononcé par Von Sievers. En tout cas, le défi lancé au lecteur est de découvrir l’identité du scientifique qui se cache derrière ce nom. Comme il s’agit vraisemblablement de démasquer un scientifique allemand, le narrateur, Gustav Links, qui est un mathématicien, accepte de collaborer avec le physicien Francis Bacon à condition de ne pas apparaître dans les rapports officiels. Nous voyons que le roman est conçu sous le signe du double caché, dans la figure même de Klingsor, objet de l’enquête, comme dans le couple de scientifiques qui essayent de déchiffrer l’énigme.

  • 14 Physicien allemand, auteur de travaux sur les atomes et sur la mécanique quantique. Il reçut le P (...)
  • 15 Jorge Volpi, À la recherche de Klingsor, op. cit., p. 219.

6En fait, le choix de l’intrigue permet d’établir un parallèle, entre l’enquête policière et l’enquête scientifique (un redoublement de plus !). Links et Bacon élaborent des fiches sur les principaux suspects, puis s’entretiennent avec les scientifiques allemands qui ont participé aux recherches pour la fabrication d’une bombe atomique. C’est ainsi que les principales découvertes physiques du XXéme siècle défilent, et parfois pèsent, sur les pages d’À la recherche de Klingsor. Werner Heisenberg14, père de la mécanique quantique et chef du projet atomique allemand, se profile comme le suspect idéal. Cependant, le discours de Gustav Links lui-même est aussi peu fiable dès le début, car, à l’instar du récit à énigme, ses paroles sont toujours doubles. Ainsi, lors de son premier entretien avec Bacon et lorsque celui-ci l’interroge à propos de l’existence de Klingsor, Links dit, « Il m’avait deviné. Et, le pire, c’était qu’il le savait. Mais je n’allais pas le laisser me percer à jour aussi facilement. Klingsor. Depuis combien de temps n’avais je pas entendu prononcer ce nom ? »15. Dans la préface, Links nous avait prévenu sur la relativité de toute vérité en affirmant que toute narration enferme des mobiles cachés. Ambigu comme son discours, Links se présente donc subrepticement comme un suspect de plus.

  • 16 Physicien allemand qui découvrit le dédoublement des raies spectrales dans un champ électrique et (...)
  • 17 Terme de logique qui désigne une proposition qui n’est pas démontable à partir d’un système hypot (...)
  • 18 Physicien autrichien, Prix Nobel en 1933 pour ses travaux sur la mécanique ondulatoire.

7La méthodique investigation de nos deux enquêteurs prend un tournant lorsque le physicien Johannes Starck – personnage historique, ennemi d’Heisenberg et chef de la dénommée Deusche Physik16 – leur envoie l’énigme suivante : Tous les physiciens sont des menteurs. À l’égard du paradoxe du menteur, cette proposition est indécidable17 si elle est prononcée par un physicien, ce qui est le cas. De la même manière, plus on avance dans la lecture moins on arrive à signaler de coupable car on se rend compte que plusieurs scientifiques éminents – Heisenberg, Starck, Schrödinger18 – auraient pu être Klingsor. Or, si l’enquête piétine, le dénouement se précisera tout de même pour des raisons sentimentales puisque, poussé par l’amour d’une espionne russe, Bacon rendra Links à ses supérieurs comme étant le dénommé Klingsor. Mais le triomphe de la vérité ne s’effectue pas car Bacon n’offre pas les preuves de la culpabilité de Links, à son instar, le récit ne les fournira pas non plus.

8En fait, dans un va-et-vient permanent, l’intrigue du roman apparaît comme une allégorie de la pensée scientifique qu’elle est en train de développer et, dans le même temps, la science est source de métaphores et de stratégies de narration dans la composition du récit. C’est ainsi que dans une série de prémisses sur la traîtrise des hommes qui introduisent le Livre III, Links affirme :

  • 19 Jorge Volpi, À la recherche de Klingsor, op. cit., p. 475.

Si, en accord avec le théorème de Gödel, toute formulation axiomatique de théorie des nombres inclut des énoncés indécidables ; si, en accord avec la relativité d’Einstein, il n’existe pas de temps ni d’espace absolus ; si, en accord avec la physique quantique, la science ne peut fournir que des données vagues et hasardeuses sur le cosmos ; si, en accord avec le principe d’incertitude, la causalité ne peut permettre de prévoir l’avenir avec certitude, et si les individus ne disposent que des vérités personnelles, alors, nous tous qui sommes issus de ces mêmes combinaisons atomiques, nous sommes faits d’incertitude, nous sommes le résultat d’un paradoxe et d’une impossibilité.19

9Ainsi, À la recherche de Klingsor questionne le principe de causalité cher au roman à énigme « classique », où la logique de cause-effet menait nécessairement à la solution de l’énigme par déduction. De telle sorte que dans ce roman il n’y a pas de rétablissement de l’ordre, tout simplement parce que, selon l’interprétation des découvertes de la physique exposées tout au long du récit, il n’y a plus d’Ordre. L’enjeu du roman et donc de la narration de Links, est de reproduire le principe d’incertitude dans son récit.

  • 20 Joaquín María Aguirre Romero et Yolanda Delgado Batista, « Jorge Volpi : las respuestas absolutas (...)

10Cette pénétration de la science se retrouve même dans le style clair et posé de l’écriture du roman, qui prétend reproduire « la clarté du discours scientifique »20, selon les déclarations de Volpi. Tant et si bien que nous nous trouvons face à une sorte d’espagnol « neutre » ou standard dans lequel on ne trouve pas d’expressions familières et encore moins de mexicanismes. La contrainte de fidélité romanesque explique aussi ce choix linguistique, car ni l’intrigue ni les personnages n’ont rien à voir avec l’histoire du Mexique (même si des critères commerciaux, imposés peut-être par les maisons d’éditions, sont aussi imputables à ce parti pris). D’ailleurs, si ce n’était pour la présentation de l’auteur sur la quatrième de couverture, on oublierait presque que À la recherche de Klingsor est le roman d’un écrivain mexicain.

  • 21 Avant sa mystérieuse disparition à trente-cinq ans en 1939, Otto Rahn écrit deux ouvrages sur les (...)
  • 22 Magicien et « voyant » qui aurait prédit à Hitler son ascension au pouvoir, il a été assassiné en (...)
  • 23 Miguel Alemán fut président du Mexique de 1940 à 1946.

11Contrairement à Jorge Volpi, Paco Ignacio Taibo II s’inspire des faits peu marquants – mais attestés – dans l’histoire du Mexique, tels que la germanophilie suspecte de certains groupes ou individus et les activités d’espionnage du Service de Renseignement de l’Armée Allemande (l’Abwehr) pendant la Deuxième Guerre mondiale. Cela dit, malgré sa formation d’historien, ou peut-être en raison d’elle, Taibo II se permet de nombreuses licences historiques. Il imagine, par exemple, un réseau de culture et d’approvisionnement de café du Chiapas organisé par les allemands pour subvenir aux besoins d’un Hitler devenu dépendant de piqûres à base de caféine mexicaine. Ou encore, des personnages historiques qui faisaient partie du milieu ésotérique et anti-sémite de l’entre-deux-guerres comme Otto Rahn21 et Eric Jan Hanussen22, éliminés ou disparus dans des conditions suspectes, sont ressuscités au Mexique par Taibo II en tant qu’agents de l’Abwehr. Pour délirantes qu’elles paraissent, ces contre-histoires reposent toujours sur un fond de vérité. À savoir, l’existence de fermiers mexicains d’origine allemande dans le Chiapas, l’hypocondrie d’Hitler et le fond pseudo-ésotérique qui nourrit les délires racistes des nazis et qui les amena à financer des expéditions dans le monde entier à la recherche des « vestiges aryens ». Ce qui est très intéressant c’est que ces fabulations cohabitent avec des événements qui font partie de l’histoire non officielle du Mexique et qui concernent Miguel Alemán23, un ancien président du Mexique dont le nom de famille – qui veut dire allemand – trahissait, si l’on croit Taibo II, des relations qui allaient au-delà d’une coïncidence patronymique.

12En effet, Taibo II met au service de l’intrigue de Nous revenons comme des ombres son enquête personnelle dans les archives de la CIA et les Archives Nationaux Mexicains (Archivo General de la Nación). Selon l’auteur, la source de son roman se trouve dans les rapports d’un agent A39 du Ministère de l’Intérieur (Secretaría de Gobernación) qui a vraiment existé et qui suivait les activités de l’Abwehr au Mexique. Dans la fiction, l’agent A39 fait de même et il n’est autre qu’un ancien personnage de Taibo II, le poète Fermín Valencia, reconverti en écrivain de romans pornographiques pour compléter ses fins de mois. Par l’intermédiaire de ce personnage, Taibo II révèle une liaison qui aurait vraiment existé, selon un rapport de la CIA, entre Miguel Alemán et Hilda Krüger, agent de l’Allemagne nazie au Mexique. Dans le récit de Taibo II, Miguel Alemán, alors ministre de l’Intérieur, apparaît comme le partenaire officieux des intérêts économiques allemands avant que le Mexique ne déclare la guerre à l’Axe.

  • 24 Ce qui provoqua l’entrée du Mexique dans la Deuxième Guerre mondiale en mai 1942.
  • 25 Cf. note 12.
  • 26 Verdugo, le nom de ce personnage, veut dire littéralement bourreau, il a été traduit comme Albert (...)
  • 27 Le lecteur mordu aux polars de Taibo II aura reconnu dans les lignes précédentes trois des héros (...)
  • 28 Apparemment, il existe un « trou » de quinze jours dans la biographie d’Hemingway pendant la péri (...)
  • 29 Paco Ignacio Taibo II, Nous revenons comme des ombres, op. cit., pp. 419-420
  • 30 Le nom véritable de Sebottendorf et son lieu de naissance n’ont pu être établis avec certitude, l (...)

13Pour revenir à la trame, plusieurs fils narratifs indépendants vont s’imbriquer de manière assez surprenante autour de quelques événements historiques, comme le bombardement des bateaux mexicains dans le Golfe du Mexique par des u-boote allemands24. L’histoire démarre en 1941 lorsque le journaliste Pioquinto Manterola est sollicité par des exilés allemands pour enquêter sur l’installation d’un centre de recherche de la Société Ahnenerbe25 au Mexique. Parallèlement, Fermín Valencia, l’agent du Ministère de l’Intérieur suit, lui, les activités des agents de l’Abwehr. Pour sa part, Tomás Wong, ouvrier anarchiste, traque à titre personnel des milices para-nazies qu’il découvre par hasard dans la jungle du Chiapas. Quant à lui, l’avocat Alberto Verdugo26 écrit une sorte de journal de bord de son séjour à l’hôpital psychiatrique dans lequel il se trouve enfermé. Comme cela se passe souvent dans les récits de Taibo II, il s’agit ici d’une composition en puzzle que le lecteur ne peut compléter qu’à la fin du roman. En fait, deux lieux permettent de nouer les différentes trames. D’une part, El Faro (le Phare), l’asile où Verdugo convoque ses anciens compagnons de lutte, Pioquinto Manterola et Fermín Valencia27, pour faire une partie de poker avec un certain Ernest Hemingway, qui se retrouve au Mexique au hasard d’une belle cuite entamée dans sa maison de Cuba (Finca Vigía)28. Même si « aucune règle rationnelle ne pouvait résister à un délire pareil »29, comme dit le narrateur à l’issue de la partie, les personnages s’aperçoivent que leurs histoires s’entrecroisent. Alors, Valencia et Hemingway se rendent à Veracruz – fief de la famille Alemán – où ils découvrent et détruisent une base clandestine pour l’approvisionnement des sous-marins allemands. Or, la mission secrète des nazis était en réalité de retrouver une pyramide cachée dans la forêt du Chiapas qui aurait été découverte dans les années vingt par Rudolf Von Sebottendorf30, encore un obscur personnage historique revisité par Taibo II. La pyramide constitue le deuxième espace nodal du roman car elle concerne un des sujets clé de la diégèse, c’est-à-dire, le substrat ésotérique du national-socialisme. En effet, Manterola et Valencia retrouvent enfin dans cette pyramide maya les chefs de la mission nazie au Mexique, lorsque l’un d’eux est en train de faire une inscription en caractères runiques dans un mur. Bien évidemment ces derniers seront éliminés par nos deux héros.

  • 31 Je renvoie tout simplement aux histoires d’Indiana Jones.
  • 32 Cf. Adriana Castillo Berchenko, « La composición del héroe en Sombra de la sombra y La vida misma(...)

14Le thème de l’ésotérisme dans le mouvement nazi a donné lieu à toutes sortes de spéculations romanesques, bien sûr, Taibo II n’est pas le premier à s’y attaquer31. Son originalité est de l’insérer dans l’histoire de son pays alors que le Mexique n’a pas eu de participation significative dans la Deuxième Guerre mondiale. En fait, le cadre mexicain permet à Taibo II de préserver un des traits essentiels de son écriture : le traitement des protagonistes et leur langage coloré. En effet, dans la production de cet auteur, ni le récit ni le cadre historique ne prennent jamais le pas sur la caractérisation de ses enquêteurs atypiques. À contre-courant du privé solitaire ou du couple d’enquêteurs classiques, Taibo II reprend dans ce roman ses quatre héros complémentaires de Sombra de la sombra. Des individus singuliers et touchants, souvent dérisoires, animés néanmoins par un sentiment commun, la solidarité32.

  • 33 Journaliste et écrivain tchèque de langue allemande (1885-1948), considéré comme l’inventeur et l (...)
  • 34 Photographe allemand qui s’installa au Mexique en 1942 pour fuir le régime nazi.
  • 35 Poète espagnol (1901-1967) réfugié au Mexique après la Guerre Civile espagnole.
  • 36 L’écriture et les convictions politiques sont indissociables dans l’œuvre de l’écrivain mexicain (...)
  • 37 Président du Mexique de 1934 à 1940. Son administration se caractérisa par la mise en œuvre de po (...)

15Même si la diégèse ne comprend que deux ans (1941-1942), Taibo II nous livre en filigrane une histoire personnelle de la gauche anti-fasciste, qui dépasse donc le cadre du nazisme, et dans laquelle figurent des européens comme Egon Erwin Kisch33, Ludwing Renn34 ou le poète espagnol Pedro Garfias35, à côté des mexicains José Revueltas36 ou Lázaro Cárdenas37. Tous ces personnages historiques – on en croise beaucoup d’autres dans ce roman – n’ont peut-être jamais coïncidé dans un même espace-temps, mais l’intention de Taibo II n’est pas d’écrire un roman fidèle à l’Histoire mais de faire appel à la mémoire collective d’une époque, voire d’une idéologie. Les paroles du personnage d’Alberto Verdugo sur l’essence du roman nous permettent de mieux saisir celle de Nous revenons comme des ombres :

  • 38 Les Tzeltzales sont une des ethnies descendantes des Mayas. Fort connues sont les images des enfa (...)

Or, si le référent historique, « l’ordre », est brouillé à outrance dans ce roman, la cohérence politique reste inébranlable. Autrement, comment ne pas trouver une allusion aux Zapatistes dans le choix du Chiapas comme un des référents spatiaux et encore plus dans l’armée d’enfants tzeltzales qui accompagne Tomas Wong lorsqu’il est en train de traquer les milices para-nazies établies dans le sud du Mexique ?38

  • 39 Pour ce qui est d’En busca de Klingsor, je renvoie à l’étude de Palaisi-Robert, qui analyse ce ro (...)
  • 40 Jorge Volpi, À la recherche de Klingsor, op. cit., p. 578.
  • 41 Paco Ignacio Taibo II, Nous revenons comme des ombres, op. cit., « Note finale d’Alberto Executor (...)
  • 42 La figure de l’auteur n’est pas, bien sûr, l’image que prend dans le texte l’intention de l’auteu (...)

16Au-delà du référent historique, ils restent d’autres coïncidences entre Nous revenons comme des ombres et À la recherche de Klingsor. D’abord, ils sont présentés tous les deux comme des témoignages39. Bien sûr, le roman historique utilise souvent cette astuce du narrateur témoin des événements comme un gage de fidélité, ce qui permet en outre d’accentuer l’effet de réel. Dans À la recherche de Klingsor, on apprend vers la fin du récit que Gustav Links est sur le point de sortir, en 1989, de sa réclusion de quarante années dans un asile psychiatrique40. Pour sa part, deux notes finales des personnages de Nous revenons comme des ombres41 nous laissent entendre que le roman est le manuscrit de Verdugo, le personnage qui se trouvait enfermé aussi dans un asile et avec qui aurait collaboré Hemingway lors d’une de ses cures de désintoxication éthylique. Nous voyons que les deux récits deviennent le produit de la parole du fou. De ce fait, le pacte de fidélité établi avec le lecteur est donc ébranlé par le récit. Ce discours est-il un délire ou alors c’est sa dangereuse vérité qui a condamné son détenteur à l’asile ? Dans les deux cas, la volonté de déconcerter est évidente, avec quelques nuances. Chez Volpi, il s’agit de parachever l’impossibilité de résolution de l’énigme. Chez Taibo II, il est question d’accentuer l’effet palimpseste. Par ce geste, l’un et l’autre ne font que souligner la figure de l’auteur42 qui se cantonne derrière le texte. D’ailleurs les deux écrivains s’y manifestent en dévoilant leur propre enquête, puisqu’ils incluent une note à propos de leurs sources.

17Qu’en est-il donc des rapports entre l’Histoire et le roman policier dans ces deux romans mexicains ? Dans le cadre de l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, Volpi introduit quelques personnages fictifs pour rapporter des faits authentiques, notamment le putsch de juin 1944 contre Hitler et la course à la bombe atomique, auxquels aurait participé son narrateur. En fait, Klingsor n’a pas existé en tant qu’individu, mais il existait un Conseil pour la Recherche Scientifique du Reich – Reishsforschungsrat – dont les priorités orientaient la recherche et attribuaient les budgets, y compris pour le projet atomique, les camps de concentration ou les expériences avec des êtres humains. Volpi focalise son intrigue sur l’histoire de la physique parce que c’est à ce moment-là que les découvertes dans ce domaine peuvent atteindre un pouvoir inégalé de destruction. Le nazisme, en tant que concrétisation du mal, permet d’illustrer le problème du libre arbitre pour le savant : choisir entre l’éthique ou la patrie, les moyens ou les fins. En fait, À la recherche de Klingsor pose le problème des relations entre l’intellectuel et le Pouvoir. Le format du récit à énigme permet à J. Volpi d’y introduire son enquête sur l’histoire des sciences au XXe siècle mais son tour de force consiste à configurer ce récit selon sa propre lecture des théories physiques, c’est-à-dire, comme un paradoxe. Calquée sur l’évolution de la pensée scientifique, la notion d’incertitude sous-jacente au roman est donc d’ordre épistémologique ; en restant fidèle à l’Histoire, Jorge Volpi postule la fin des vérités absolues.

  • 43 Paco Ignacio Taibo II, Nous revenons comme des ombres, op. cit., Préface, p. 10.
  • 44 Jesús Cornejo, « Entrevista a Paco Ignacio Taibo II », La Nación, Buenos Aires, 23-04-2003. http: (...)

18Dans Nous revenons comme des ombres, au contraire, Paco Ignacio Taibo II subvertit l’histoire du nazisme pour nous livrer une histoire de solidarité idéologique dans laquelle l’auteur révèle des événements passés sous silence concernant le Mexique. La démarche est certes originale, mais à propos de ce traitement particulier du roman historique, Taibo II déclare « je soupçonne ce que nous appelons ‘vérité’ d’être plus complexe et plus subtil que le registre historique »43. Taibo II a beau être le père du très hétérodoxe roman noir latino-américain, dans sa conception du vrai se trouve la notion de vraisemblance telle qu’Aristote et ses exégètes l’entendaient, c’est-à-dire, le poète doit dire ce qu’il pourrait arriver et non ce qui est arrivé. Selon Taibo II, Nous revenons comme des ombres, n’est plus un roman noir ni un roman historique mais un « roman d’aventures total »44.

Haut de page

Notes

1 Jean-Paul Louis, « Quand le ‘polar’ met du sel sur les brûlures de l’histoire », Esprit, Paris, N° 223, 1996, p. 182.

2 Alba Lara, « En busca de Klingsor (1999), de Jorge Volpi, o el enigma de los géneros », communication présentée lors du colloque sur le roman policiers à Angers, le 9 novembre 2001, Néstor Ponce, Raúl Caplán, Lectures du récit policier hispano-américain, Groupe de Recherches Inter-Langues de l’Université d’Angers, 2005, pp. 105-114.

3 Jorge Volpi, En busca de Klingsor, Barcelona, Seix-Barral, 1999, 444 pp. Ce roman a été traduit en français par Gabriel Iaculli : Jorge VOLPI, À la recherche de Klingsor, Paris, Plon, Coll. « Pocket », 2001, 604 pp. Nos citations renverront à sa traduction en français.

4 Paco Ignacio Taibo II, Retornamos como sombras, Barcelona, Ediciones Destino, Coll. « Booket », 2002, 508 pp. Traduit par René Solis : Paco Ignacio Taibo II, Nous revenons comme des ombres, Paris, Rivages, Coll. « Noir », 2004, 522 pp. Nos citations renverront à la traduction en français.

5 Taibo mentionne deux auteurs non mexicains : Abel Possé, avec Agartha et Héctor Chavarría, avec El mito del espejo negro. Paco Ignacio Taibo II, Nous revenons comme des ombres, op. cit., pp. 514-515.

6 Diego Cañedo, El réferi cuenta nueve, México, Editorial Cultura, 1943, 425 pp. 

7 J’utiliserai désormais la traduction en français des titres.

8 Jorge Volpi, né en 1968, est le chef de file de l’auto dénommée « Génération du Crack ».

9 Ce prix avait été décerné dans les années soixante à des romans latino-américains insignes tels que Los albañiles, de Vicente Leñero, en 1964, ou Tres tristes tigres, de Guillermo Cabrera Infante, en 1967. Disparu depuis une trentaine d’années, il fut relancé en 1999.

10 Selon Taibo II, le néo-polar se caractérise par une vision fortement critique de la structure judiciaire, l’utilisation d’un humour noir « mexicain », le traitement de la ville comme sujet narratif à part entière et le plaisir de raconter des histoires, parfois en dépit de l’intrigue et du dénouement. Cf. Alba Lara, « Panorama du roman policier au Mexique », Cahier d’études romanes, Subvertir les règles : le roman policier italien et latino-américain, 2003, N° 9, p. 107.

11 Selon T. Todorov, le roman à énigme contient deux histoires, celle du crime et celle de l’enquête. Cf. Tzevan Todorov, « Typologie du roman policier », Poétique de la prose, Paris, Seuil, 1971 et 1978, p. 11.

12 J’utilise ce terme de G. Genette pour bien faire la distinction entre l’histoire racontée dans les deux romans et l’Histoire avec un grand H. Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, Coll. « Poétique », p. 238.

13 Chef de l’Ahnenerbe, un organisme consacré aux recherches « sur la race et l’héritage », en réalité il s’agissait du service de recherches scientifiques secrètes de la SS, la garde prétorienne d’Hitler. Von Sievers fut condamné pour crimes contre l’humanité par un Tribunal militaire nord-américain et exécuté en 1948.

14 Physicien allemand, auteur de travaux sur les atomes et sur la mécanique quantique. Il reçut le Prix Nobel en 1932.

15 Jorge Volpi, À la recherche de Klingsor, op. cit., p. 219.

16 Physicien allemand qui découvrit le dédoublement des raies spectrales dans un champ électrique et reçut le Prix Nobel en 1919. Il était membre du parti nazi et opposait la « physique allemande », deutsche physik, qui devait être utilitaire et asservie aux intérêts de la nation, à celle des « scientifiques juifs », qu’il jugeait « spéculative ».

17 Terme de logique qui désigne une proposition qui n’est pas démontable à partir d’un système hypothético-déductif.

18 Physicien autrichien, Prix Nobel en 1933 pour ses travaux sur la mécanique ondulatoire.

19 Jorge Volpi, À la recherche de Klingsor, op. cit., p. 475.

20 Joaquín María Aguirre Romero et Yolanda Delgado Batista, « Jorge Volpi : las respuestas absolutas siempre son mentiras », Espéculo, Madrid, N° 11, 1999, www.ucm.es/especulo/numero11/volpi.html.

21 Avant sa mystérieuse disparition à trente-cinq ans en 1939, Otto Rahn écrit deux ouvrages sur les cathares, Croisade contre le Graal et La cour de Lucifer. Il était convaincu que le Montségur, en France, correspondait aux Montsalvat de la légende du Graal et que les cathares avaient été par conséquent les derniers dépositaires du Saint-Graal. Rahn devint membre des SS de Himler à partir de 1933.

22 Magicien et « voyant » qui aurait prédit à Hitler son ascension au pouvoir, il a été assassiné en 1933.

23 Miguel Alemán fut président du Mexique de 1940 à 1946.

24 Ce qui provoqua l’entrée du Mexique dans la Deuxième Guerre mondiale en mai 1942.

25 Cf. note 12.

26 Verdugo, le nom de ce personnage, veut dire littéralement bourreau, il a été traduit comme Alberto Executor.

27 Le lecteur mordu aux polars de Taibo II aura reconnu dans les lignes précédentes trois des héros de Sombra de la sombra, 1986 (Ombre de l’ombre) dont Retornamos como sombras est la suite, vingt ans après, dans le Mexique des années quarante. L’ouvrier anarchiste, Tomas Wong apparaît également dans cette suite rocambolesque.

28 Apparemment, il existe un « trou » de quinze jours dans la biographie d’Hemingway pendant la période où il habitait à Cuba. Taibo II comble cette lacune en faisant faire à Hemingway un voyage au Mexique. J’étais en train de dormir dans la piscine de ma maison aux environs de La Havane et je me suis retrouvé à la porte de cet asile. Comme vous pouvez le voir, ma propre présence ici est absurde, dit le personnage d’Hemingway lors de la partie de poker en question. Paco Ignacio Taibo II, Nous revenons comme des ombres, op. cit., p. 420.

29 Paco Ignacio Taibo II, Nous revenons comme des ombres, op. cit., pp. 419-420

30 Le nom véritable de Sebottendorf et son lieu de naissance n’ont pu être établis avec certitude, les origines de sa fortune restent aussi inconnus. Il a fondé la Société Thulé, Thulegesellschaft, en Allemagne, en 1917. Cette association s’inscrivait dans la tradition des ligues racistes et antisémites de l’avant-guerre. Son nom évoquait la secte des Germains de Thulé fondée dès 1912 à Leipzig sur le modèle des sociétés secrètes. La Société de Thulé fut le rendez-vous de quelques-uns des futurs porte-paroles d’Hitler. C’est à initiative de la Société de Thulé que le « cercle politique de travailleurs », futur parti national-socialiste des travailleurs allemands (N.S.D.A.P.) a été fondé par Karl Harrer et Anton Drexler. Après son intermède politique en Bavière, Sebottendorf séjourna à Istanbul, Mexico et aux Etats-Unis, avant de surgir une fois de plus en Allemagne après la prise du pouvoir par Hitler, afin de relancer l’association Thulé, mais il n’y demeura pas longtemps. Ses activités et sa fin demeurent obscures. Joachim Fest, Hitler. Jeunesse et conquête du pouvoir 1889-1933, Paris, Gallimard, 1973, pp. 130-131.

31 Je renvoie tout simplement aux histoires d’Indiana Jones.

32 Cf. Adriana Castillo Berchenko, « La composición del héroe en Sombra de la sombra y La vida misma de P. I. Taibo II », Jean Franco éd., Ecrire le Mexique, Paris, Ellipses, 1998, p. 155.

33 Journaliste et écrivain tchèque de langue allemande (1885-1948), considéré comme l’inventeur et le maître du reportage littéraire. Après avoir fui l’Allemagne nazie, il s’engagea dans la guerre d’Espagne, puis, se réfugia au Mexique pendant la Deuxième Guerre mondiale.

34 Photographe allemand qui s’installa au Mexique en 1942 pour fuir le régime nazi.

35 Poète espagnol (1901-1967) réfugié au Mexique après la Guerre Civile espagnole.

36 L’écriture et les convictions politiques sont indissociables dans l’œuvre de l’écrivain mexicain José Revueltas (1914-1975), qui fut communiste et activiste tout au long de sa vie. Son engagement lui coûta la prison à plusieurs reprises et même l’expulsion du Parti Communiste Mexicain. Son chef d’œuvre, la nouvelle El apando (1969), fut écrite lors de son dernier séjour en prison, à cause de son soutien au Mouvement de Soixante-huit.

37 Président du Mexique de 1934 à 1940. Son administration se caractérisa par la mise en œuvre de politiques nationalistes de gauche. Ainsi, Cárdenas accéléra la réforme agraire, nationalisa le pétrole et accueillit des nombreux réfugiés républicains espagnols. Il est encore aujourd’hui un des symboles forts de la gauche mexicaine.

38 Les Tzeltzales sont une des ethnies descendantes des Mayas. Fort connues sont les images des enfants et des femmes qui composent l’armée zapatiste.

39 Pour ce qui est d’En busca de Klingsor, je renvoie à l’étude de Palaisi-Robert, qui analyse ce roman en tant que témoignage. Cf. Marie-Agnès Palaisi-Robert, « En busca de Klingsor de Jorge Volpi : à la frontière de deux genres - roman et témoignage », Formes discursives du témoignage, Toulouse, Editions Universitaire du Sud, Coll. « Champs du signe », 2003, pp. 213-222.

40 Jorge Volpi, À la recherche de Klingsor, op. cit., p. 578.

41 Paco Ignacio Taibo II, Nous revenons comme des ombres, op. cit., « Note finale d’Alberto Executor » et « Note finale d’Ernest Hemingway », s.n.p.

42 La figure de l’auteur n’est pas, bien sûr, l’image que prend dans le texte l’intention de l’auteur, mais elle est la projection clairement définie de sa volonté de dire et de communiquer, de son désir de s’exprimer et de se cacher. Maurice Coutourier, La figure de l’auteur, Paris, Seuil, 1995, p. 244.

43 Paco Ignacio Taibo II, Nous revenons comme des ombres, op. cit., Préface, p. 10.

44 Jesús Cornejo, « Entrevista a Paco Ignacio Taibo II », La Nación, Buenos Aires, 23-04-2003. http://www.lanacion.com.ar.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alba Lara-Alengrin, « Roman mexicain, genre policier et nazisme : enquête préliminaire sur une série noire », Cahiers d’études romanes, 15 | 2006, 109-122.

Référence électronique

Alba Lara-Alengrin, « Roman mexicain, genre policier et nazisme : enquête préliminaire sur une série noire », Cahiers d’études romanes [En ligne], 15 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1175 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1175

Haut de page

Auteur

Alba Lara-Alengrin

Université Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org