Navigation – Plan du site
Italie

Introduction

Claudio Milanesi
p. 9-20

Texte intégral

  • 1 Waverley, le premier roman historique de sir Walter Scott, est publié en 1814.

1Entre l’histoire, le roman et le policier les liens sont tissés depuis longtemps. Si l’on n’a pas attendu l’invention du roman historique pour croiser le récit de fiction avec des événements historiques, il est vrai que ce n’est qu’à partir de la création de la forme primaire du roman historique par Walter Scott1 que les deux mondes se sont superposés, donnant le jour à un genre qui s’est ensuite démultiplié dans ses sous-genres et ses écoles nationales, et s’est imposé dans le territoire du romanesque comme l’une de ses déclinaisons incontournables. The murders in the rue Morgue, le recueil de nouvelles d’Edgar Poe qui est considéré généralement comme l’acte de naissance du récit de type policier, paraît en 1841. Une génération sépare donc l’éclosion du roman historique de celle du roman policier. Ensuite, le roman historique et le roman de type criminel ont pendant un temps marché en parallèle, comme deux genres littéraires indépendants. Ces deux genres, nés de l’industrie culturelle du siècle du romantisme et du positivisme, se sont adressés à un large public, allant des couches populaires ayant accédé depuis peu à la lecture jusqu’aux lecteurs avertis et cultivés. Ces lecteurs assouvissaient leur besoin de récits capables en même temps d’exciter l’imagination et de provoquer le plaisir de la lecture, de parler à l’intelligence et de transmettre l’un la connaissance (ou son mythe) du passé national, l’autre de rassurer sur la capacité de l’esprit et de la société à rétablir l’ordre troublé par les désordres de la modernité.

2Par la suite, le roman historique, arrivé à sa maturité, a poursuivi son chemin en croisant d’autres formes de récit : la biographie, l’autobiographie, le roman picaresque, le roman de formation. Et le roman policier a connu le même sort : il s’est enrichi de formes nouvelles, s’est dédoublé entre le roman à énigme et le roman noir, a croisé sur son chemin le fantastique et le social. Le croisement des genres étant devenu l’une des directions privilégiées du développement des formes de la narration, le roman policier historique a pu voir le jour. Dans le cas italien, on peut dater la cristallisation de ce mélange – hybride mais non stérile – au début des années 1980.

  • 2 Quer pasticciaccio brutto de via Merulana, de Carlo Emilio Gadda sort en 1946/47 dans la revue Lett (...)
  • 3 Umberto Eco, Il nome della rosa, Milano, Bompiani, 1980.
  • 4 1980 est exactement l’année où la sensibilité postmoderne commence à s’imposer en Italie : c’est l’ (...)

3Si l’on fait abstraction du cas isolé du Pasticciaccio de Carlo Emilio Gadda2, qui est aussi un roman policier (inachevé…) et un roman historique sur la société romaine sous le fascisme, le vrai initiateur du genre est Umberto Eco, qui publie son premier roman, Le nom de la rose, en 19803. Le début des années 1980 est un moment de crise du policier italien, après l'épuisement du modèle élaboré par Giorgio Scerbanenco. Sur le plan politique, l’Italie traverse un tournant de son histoire, la saison des mouvements s’étant achevée dans le sang des années de plomb. Dans le domaine culturel, la production la plus innovante est marquée par le postmodernisme4. Le roman de Eco, qui représente parfaitement ce climat culturel et politique, n’est pas qu’un roman policier historique, puisqu’il a l’ambition de cumuler d’autres niveaux d’écriture et de lecture, mais, à la différence du roman de Gadda, il ne restera pas sans progéniture. Dans le sillage du romancier sémioticien, une foule d’écrivains va s’emparer de ce filon et développer ce nouveau genre.

  • 5 Carlo Ginzburg, Spie. Radici di un paradigma indiziario, in Aldo Gargani (éd.), Crisi della ragione(...)

4Cette libération du policier de son rôle mineur de paralittérature avait été préparée par un représentant illustre des études historiques. Dans son essai Spie de 19795, Carlo Ginzburg, l’un des héraut de la microstoria, avait théorisé l’existence d’un lien épistémologique fort entre la méthode de l’histoire et celle du roman policier : aussi bien l’historien que le détective arrivent à leurs connaissances par des indices fragmentaires, et sont obligés de reconstituer le cadre d’une vérité singulière et unique à travers l’examen de cette documentation lacunaire que sont les sources pour l’historien et les indices du crime pour le détective.

  • 6 Cf. Enzo R. Laforgia, « La storia d’Italia in giallo o il giallo della storia d’Italia », Narrativa(...)

5Pour finir, les écrivains exploitent ce qui va dès lors devenir une sorte d’évidence : l’histoire et le policier ont en commun le mystère et le crime, et certaines époques se prêtent particulièrement à ce type d’enchevêtre­ment. Ainsi, la Renaissance italienne, qui avait déjà donné lieu à une intense exploitation romanesque par le roman gothique anglais, devient une scène privilégiée du nouveau polar historique, qui la présente sous le jour des intrigues et des luttes intestines entre l’Église et les grandes familles qui dominent les États de la péninsule ; et, plus près de nous, l’histoire de l’Italie républicaine aussi finit par susciter nombre de réécritures romanesques, avec son cortège de stragi, de complots et d’attentats terroristes non élucidés6.

  • 7 Loriano Macchiavelli, La Balla dalle scarpe di ferro, Milano, Rizzoli, 1983 ; Corrado Augias, Quel (...)
  • 8 Le cycle de Publio Aurelio, qui commence avec le premier roman de Danila Comastri Montanari, Mors t (...)

6C’est dans ce contexte que se développe la première vague de ces romans que l’on a qualifiés de “crimes d’époque”. Corrado Augias, Loriano Macchiavelli, Carlo Lucarelli, parmi d’autres, appliquent le modèle de Eco en l’adaptant à l’histoire de l’Italie contemporaine, et notamment aux premières décennies après l’Unité, à l’Italie de Giolitti, et au fascisme7. À partir de là, l’histoire se déverse dans le roman policier : et les grands moments de l’histoire nationale fournissent la toile de fond d’un ou de plusieurs romans, ou même d’une série de romans policiers, à partir de l’Antiquité, avec le cycle du sénateur Publio Aurelio de Danila Comastri Montanari, jusqu’aux années de plomb de Stefano Tassinari, en passant par la Renaissance de Fabio Pittorru et par l’épopée de la Résistance et de la guerre civile de Pietro Valpreda et Piero Colaprico et de Marcello Fois8.

  • 9 Sur le rôle de l’histoire dans le corpus (le canone) du Risorgimento, cf. Alberto M. Banti, La nazi (...)

7Certes, l’histoire n’apparaît pas que dans les romans historiques proprement dits, même si celle-ci est la forme privilégiée de son utilisation. Et si au XIXe siècle l’histoire a participé à la construction de l’identité nationale (que l’on pense à Alessandro Manzoni, mais aussi à Niccolò Tommaseo, Ippolito Nievo et à Massimo D’Azeglio)9, dans les temps qui nous sont plus proches la restitution du passé a changé ses finalités. Ses objets ont évolué, ses méthodes se sont affinées, les traits du passé que l’histoire s’applique à reconstituer sont de plus en plus diversifiés et complexes. La nouvelle histoire des Annales et la microstoria ont élargi le territoire de l’historien, passant du niveau de l’événementiel et du national à l’histoire des conditions matérielles, des structures sociales, des modes de vie, de la culture populaire et du savoir scientifique, des mentalités et de l’imaginaire. L’échelle de l’analyse – et du récit – peut désormais varier, allant de la biographie individuelle ou de l’étude d’une journée révélatrice, et arrivant jusqu’au portrait d’une société dans sa globalité à un moment donné de son évolution.

  • 10 Cf. par exemple Carlo Ginzburg, Il formaggio e i vermi. Il cosmo di un mugnaio del ’500, Torino, Ei (...)
  • 11 Luther Blisset, Q, Torino, Einaudi, 1999 ; Marcello Fois, Sempre caro, Milano, Frassinelli, 1998 ; (...)

8Les romans et les nouvelles que nous avons analysés dans ce numéro des Cahiers d’études romanes s’inscrivent à l’intérieur de ces coordonnées. Dans leurs réalisations les plus abouties, ces romans contemporains font appel à une véritable philosophie de l’histoire : pour l’auteur collectif Luther Blisset/Wu Ming, si l’histoire est toujours écrite par les gagnants, l’écrivain se donne l’ambition de renverser la perspective, en écrivant – ou mieux en inventant – l’histoire des perdants à partir de leur point de vue. Il est vrai que la discipline n’a pas attendu les romanciers pour opérer ce renversement : l’histoire sociale et la microstoria ont déjà commencé à le faire, suivant en cela la suggestion de Bertolt Brecht, qui se demandait « qui a construit Thèbes aux sept portes », c’est-à-dire en étudiant les conditions de la vie matérielle et spirituelle des classes populaires10. Des auteurs tels que Marcello Fois ou Andrea Camilleri adoptent alors cette perspective hypocalyptique, comme la définit Luther Blisset/Wu Ming, celle de l’histoire vue d’en bas, pour raconter la Sardaigne et la Sicile des premières décennies après l’Unité11.

  • 12 Francesco Sorti & Rita Monaldi, Milan, Mondadori, 2002 (2e éd. Milan, Mondadori, 2003).

9Une deuxième constante du roman historique que l’on retrouve dans ces romans, qui sont soit des policiers proprement dits, soit des romans ayant des traits propres du genre, est la présence d’un lien fort avec le présent : le récit est construit de telle façon que l’histoire et le présent ne cessent de renvoyer l’un à l’autre. Ce type de renvoi croisé est central dans le roman historique depuis sa création. Les événements et les personnages du passé éclairent la situation actuelle, par métaphore, par lien de cause à effet, ou bien par cette sorte de continuité historique qu’instaure le récit. Et, à l’inverse, le lecteur a l’impression de mieux comprendre les événements du passé car l’écrivain lui a suggéré des événements récents qui paraissent leurs avatars sous une forme nouvelle. Dans Imprimatur de Rita Monaldi et Francesco Sorti12, le poids politique de l’Église de Rome au XVIIe siècle sert à suggérer l’existence de certains liens intimes entre le pouvoir politique et la papauté dans l’Europe de nos jours. D’autant plus qu’avec un clin d’œil au lecteur les deux auteurs placent le début de l’intrigue romanesque à une date anniversaire fortement évocatrice, le 11 septembre (1683).

  • 13 Giulio Leoni, E trentuno con la morte…, Milano, Mondadori, 2003.
  • 14 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971.

10Des événements qui, aux yeux de nos contemporains, semblent marquer de façon quasi exclusive notre époque, ne cessent de faire leur apparition dans ces temps révolus qui finissent ainsi par devenir, par le jeu du renversement fictionnel, très modernes : c’est le cas, par exemple pour les terrorismes. Giulio Leoni, dans E trentuno con la morte…13, dont le personnage principal est le poète et agitateur nationaliste Gabriele D’Annunzio, met au centre de l’intrigue une série d’attentats meurtriers à travers lesquels se règlent les conflits entre les ethnies de la naissante Yougoslavie d’après la première guerre mondiale, et évoque ainsi la question, encore très actuelle, de la légitimité de l’élimination physique de l’adversaire politique ; Luther Blisset, dans Q, met en récit un jeu de miroirs entre les convulsions des nations et des institutions de l’Europe de la Réforme et la stratégie du terrorisme d’État, dite strategia della tensione, qui a bouleversé l’Italie des années 1960/1970. Le même Luther Blisset, toujours dans Q, institue une analogie (ou s’agit-il de continuité ?) entre les rêves d’égalité des Anabaptistes du XVIe siècle et celui du communisme du XXe, et suggère une similitude entre la rébellion de l’armée de paysans de Thomas Müntzer, qui finit décapité après la défaite de Frankenhausen (1525), et la guérilla contemporaine de Che Guevara, le héros de la révolution cubaine, tué par des milices au service de l’armée bolivienne en 1967. De cette façon, les écrivains semblent suggérer que l’histoire se répète selon des schémas semblables d’une époque à l’autre, et ainsi, dans cette volonté d’éclairer le passé à la lumière du présent et vice-versa, ils finissent parfois par relativiser l’apparente unicité des faits historiques. Mais, d’un autre point de vue, il est vrai aussi qu’ils essayent d’enquêter sur les racines de ce qu’ils considèrent comme les erreurs de la société actuelle, en allant puiser dans les injustices de l’histoire passée pour éclairer celles d’aujourd’hui. Et inversement, ils écrivent pour essayer de mieux comprendre les horreurs du passé à la lumière de celles que nous avons vécues directement aujourd’hui. D’ailleurs, ce renvoi continu entre le présent et le passé est un trait commun au roman et à l’histoire elle-même : l’histoire, écrivait Paul Veyne14, n’est que réponse à nos interrogations, et les relations que l’histoire institue entre le présent et le passé sont au centre de toute réflexion épistémologique sur les sciences historiques.

  • 15 Giorgio Todde, Lo Stato delle anime, Nuoro, Il Maestrale, 2001 ; id., Paura e carne, Nuoro, Il Maes (...)
  • 16 En plus du déjà cité E trentuno con la morte, on pense ici à Giulio Leoni, Dante Alighieri e i deli (...)
  • 17 Fabio Pittorru, La pista delle volpi, Milano, Tropea, 1996 (2e éd. Milano, Net, 2005).

11Tout roman se construit par un mélange de vrai et de faux, de références à la réalité et de fiction romanesque ; cela fait partie du code du roman depuis sa création. Dans le roman historique, cette imbrication entre réalité et fiction est peut-être l’un des ingrédients les plus importants du récit et de sa construction. Dans les policiers historiques des toutes dernières années, même si parfois les rôles principaux sont tenus par des personnages de fiction, comme le Q de Luther Blisset ou l’intendant des finances Bovera d’Andrea Camilleri, la plupart du temps, ce rôle revient à des personnages historiques fictionnels, que le romancier construit à partir de traits accrédités par les sources historiques en les mélangeant avec des faits et des caractères qui sont le fruit de son imagination. C’est le cas de certains oubliés de l’histoire comme les sardes Bastianu (l’avocat Salvatore Satta du cycle de Marcello Fois) ou Efisio Marini (le taxidermiste du cycle de l’Embaumeur de Giorgio Todde)15. Mais les grands de l’histoire (et de la littérature) aussi reviennent dans les pages de ces romans : c’est le cas de Gabriele D’Annunzio et de Dante Alighieri dans les deux romans de Giulio Leoni16, ou de Biagio Bonaccorsi, l’ami et collaborateur de Niccolò Machiavelli dont Fabio Pittorru comble le vide des Souvenirs pour l’année 149717.

  • 18 Antonio Pennacchi, Una nuvola rossa, Roma, Donzelli, 1998.

12Le souci documentaire est central dans la construction de ces récits. Les références historiques sont toujours précises et le réalisme des descriptions devient en fait l’incontournable soubassement des intrigues. Le portrait de la vie de la Rome des Borgia (1497) du roman de Fabio Pittorru est étonnant de réalisme et de vraisemblance. On pourrait en dire autant de la Rome de presque deux siècles après (1683) décrite dans le roman de Rita Monaldi et Francesco Sorti, de l’Europe de la Réforme (1517-1555) de Luther Blisset, ou de la campagne de Cori (Latium) des années 1990 d’Antonio Pennacchi18. De ce point de vue, la qualité des effets de réalité est on ne peut plus satisfaisante. Les lecteurs de ces romans y ont rarement remarqué des à-peu-près ou des lieux communs de seconde main dans la restitution des espaces, des événements, des personnages et des modes de vie.

13On pourrait bien dire que le policier historique paraît écartelé entre deux tensions : d’un côté il aboutit à la négation de l’histoire car il ne cesse de suggérer l’existence de certaines constantes et répétitions à travers les analogies entre les événements du passé et l’actualité la plus récente, de l’autre il en affirme la diversité et l’unicité, car il se fonde sur une documentation de plus en plus abondante et riche, et obtient ainsi, par le réalisme des descriptions – et même parfois l’hyperréalisme – un effet d’évocation concrète d’un passé radicalement différent de notre présent et unique dans ses traits. C’est le cas de l’utilisation du langage des futuristes par Giulio Leoni dans E trentuno con la morte…, ou de la précision des détails par laquelle Luther Blisset restitue dans Q la bataille de Frankenhausen, où l’armée rebelle de Thomas Muntzer est exterminée par les troupes impériales.

14L’histoire devient de la sorte un immense répertoire de faits et de personnages, et les écrivains peuvent l’utiliser de mille manières et dans les buts les plus divers, allant du simple divertissement adressé à une couche de lecteurs moyennement cultivés, à la remise en question de l’histoire officielle au nom des perdants de toutes les guerres et des exclus de toutes les idéologies comme c’est le cas des personnages de 54 de Wu Ming ou des Siciliens d’Andrea Camilleri et des Sardes de Marcello Fois.

15De ce point de vue, dans ce champ si étendu qu’est devenu le roman policier historique, on trouve désormais des sous-genres très codifiés, comme celui du policier historique de la Renaissance, dont le noyau est toujours un complot resté secret jusqu’à nos jours et que le roman, en renversant l’histoire officielle, dévoile, donnant une nouvelle interprétation de certains événements et personnages. C’est le cas des romans de Fabio Pittorru et de Rita Monaldi et Francesco Sorti. Les ingrédients de ce type de roman sont aussi très codifiés : une documentation historique précise et abondante, une construction techniquement impeccable de l’intrigue, avec les inévitables coups de théâtre, fausses pistes et entrecroisements des plans chronologiques, la présence simultanée de personnages réels et de personnages de fiction, et cet anachronisme majeur qui consiste dans le fait que certains personnages de l’histoire nationale – tels Dante Alighieri ou Biagio Bonaccorsi – y jouent le rôle impossible de détectives avant la lettre. Ce qui est indispensable, dans ces cas, est l’horizon d’attente d’un public moyennement cultivé, qui cherche dans le roman une lecture capable de docere delectando, d’apprendre en procurant du plaisir. Les clins d’œil à la culture moyenne du lecteur italien ayant fréquenté le lycée sont le sel de ce type de romans. Leur chef de file est sans doute le Nom de la rose, même si dans les romans que nous avons pris en considération, de la complexité philosophique et sémiotique du roman d’Umberto Eco il ne reste que le croisement entre roman historique et roman de type criminel.

  • 19 Wu Ming, 54, Torino, Einaudi, 2002.
  • 20 Cf. Michel Foucault, « Réponse au cercle d’épistémologie », dans Cahiers pour l’analyse, n°9, 1968 (...)

16Mais, à partir du noyau narratif du récit policier, qu’il conviendrait d’appeler plutôt roman criminel calquant sur l’allemand kriminalroman, il y a des romans qui répondent à d’autres ambitions. Dans ce type de récit aussi l’histoire et le crime se superposent, et leurs auteurs ont aussi la prétention d’écrire une anti ou une contre-histoire. Mais dans ce second type de romans, ils ne se limitent pas à renverser l’image officielle d’un personnage ou d’un événement, comme l’a fait Giulio Leoni pour la prise de Fiume par D’Annunzio dans E trentuno con la morte… ; leur but est d’écrire l’histoire des perdants, des exclus, des oubliés de l’histoire. Et ce programme est réalisé par chacun des auteurs à travers une combinaison des formes les plus diverses : dans La mossa del cavallo, Andrea Camilleri restitue leur langue perdue aux Siciliens des premières décennies de l’Unité en composant un récit dense de références intertextuelles à la tradition romanesque sicilienne ; Wu Ming, dans 5419, multiplie les emprunts stylistiques et formels au cinéma, à la bande dessinée, à la musique pop, pour opérer ce renversement de perspective qu’il qualifie de hypocalyptique. De cette façon, il en arrive à la conclusion que les histoires individuelles sont irréductibles à la Grande histoire. Les catégories de l’Histoire, telles par exemple que il dopoguerra (l’après-guerre), ne sont en réalité que des obstacles qui, plutôt qu’aider à la compréhension du fait historique, lui opposent comme une sorte d’écran composé d’idées reçues et de concepts tout faits. Les jeunes romanciers italiens ressentent ici l’influence de l’archéologie du savoir de l’histoire des années Soixante-dix. En effet, pour Michel Foucault, l’archéologie du savoir devait, pour retrouver un sens nouveau du passé, refuser les synthèses déjà faites, et contourner les écrans que le savoir accumulé et les idéologies avaient posés sur le chemin de la connaissance20.

  • 21 Leonardo Sciascia, Il giorno della civetta, Torino, Einaudi, 1961.

17Mais, loin de n’être que la simple application d’une philosophie de l’histoire à la création littéraire, ce nouveau roman criminel historique s’inscrit sciemment dans la tradition de la letterarietà. Sa palette de couleurs, de familles thématiques et de composantes formelles s’enrichit à travers le jeu des renvois intertextuels : dans les romans de Giulio Leoni et de Luther Blisset, la littérature, en plus de faire appel à la réalité historique, est de fait une forme qui se nourrit à son tour de la tradition dans laquelle elle s’inscrit. Andrea Camilleri conçoit de façon on ne peut plus explicite son roman La mossa del cavallo comme le produit de la tradition du roman sicilien, dans la lignée de De Roberto, Pirandello, Tomasi di Lampedusa, Sciascia ; les références sont tellement évidentes qu’elles en deviennent même l’une des composantes majeures du récit : l’intendant des finances Bovera du roman de Camilleri, par exemple, n’est en fait que la préfiguration (bien que rétrospective) du capitano Bellodi de Il giorno della civetta de Leonardo Sciascia21.

  • 22 Giampaolo Simi, Il corpo dell’inglese, Torino, Einaudi, 2004.
  • 23 Nicoletta Vallorani, Visto dal cielo, Torino, Einaudi, 2004.

18Mais, une fois de plus, le roman est une forme qui dévore et se nourrit de tout, et qui peut utiliser tout matériau pour en faire un outil narratif. Wu Ming, dans 54, qui apparaît comme le roman le plus complexe de ce corpus du point de vue formel et thématique, multiplie à chaque page les références à la culture pop et aux mass media, notamment le cinéma, la télévision et la musique ; Giampaolo Simi ponctue son Il corpo dell’inglese22 de références à la musique rock ; aux références à la musique, Nicoletta Vallorani ajoute l’utilisation du langage du mouvement altermondialiste et de la culture qui s’y rattache23. Dans tous ces cas, par l’importation de formes provenant d’autres supports narratifs et mythologiques, ces renvois sont évoqués pour caractériser personnages et situations. Mais ils produisent aussi des effets formels dans le texte littéraire, dessinant les lignes d’une esthétique originale composée des références à une sorte d’“album de famille” mythologique, esthétique, idéologique ou politique.

  • 24 Massimo Carlotto & Marco Videtta, Nordest, Roma, e/o, 2005.
  • 25 Massimo Carlotto, L’oscura immensità della morte, Roma, e/o, 2004 ; id., Niente più niente al mondo(...)

19Dans le corpus que nous avons étudié, deux romans sortent du domaine historique proprement dit. Il s’agit de Nordest de Massimo Carlotto24 et de Visto dal Cielo de Nicoletta Vallorani, qui sont plutôt des romans de l’actualité centrés sur des événements et des phénomènes sociaux et politiques récents, et n’ont donc pas le recul temporel que permet le regard vers les événements du passé. Ces deux romans sont en prise directe avec l’hypercontemporanéité. Ce roman policier politique a une longue tradition derrière lui : les premiers romans de Loriano Macchiavelli sur Bologne, le cycle de Renato Olivieri pour Milan, les romans de l’actualité de Carlo Lucarelli, encore situés à Bologne, n’en sont que quelques exemples parmi d’autres. Les courants de transformations de la société (ici le déclin du Nordest, ou la globalisation) deviennent le sujet évident de ces livres. Nicoletta Vallorani construit le sien sur les manifestations contre la réunion du G8 à Gênes en juillet 2001, mais la multitude des références qu’elle compose fait de Visto dal cielo un roman sur la manière par laquelle une société fortement médiatisée détermine l’effacement du sens de la réalité. Dans le roman de Carlotto, qui a parfois utilisé les faits divers comme base du récit (Niente più niente al mondo ; L’oscura immensità della morte)25, on a l’impression de se trouver face à une sorte de fait divers imaginaire, qui est révélateur (comme le fait divers réel, si on sait le lire et le raconter) de certains phénomènes contemporains, tels, ici, la criminalisation de l’économie légale ou le déclin du Nord-Est du second miracle économique.

20Le lien étroit entre le roman, et notamment le roman de genre, et le fait divers n’est pas à démontrer. La detective story et le fait divers ont en commun les thèmes (la justice, la police, le crime, la peur, le secret) et les personnages (le criminel, la victime, l’enquêteur). Dans les deux cas, sur fond d’évocation du désordre engendré par la modernité, l’élément essentiel reste le crime, que ce soit le meurtre, le viol, ou l’enlèvement. Sans les faits-divers, leur esthétique, leur existence concrète et le monde qu’ils évoquent, on n’aurait ni The murders in rue Morgue ni Quer pasticciaccio brutto de via Merulana. Carlo Lucarelli, dans Mistero in blu, et Antonio Pennacchi, avec Una nuvola rossa, s’inscrivent, bien que dans des modalités différentes, dans cette tradition de l’utilisation du fait divers comme récit révélateur des dysfonctionnements de la société. Mais, partant de faits divers et de cas criminels non élucidés, ils arrivent tous les deux à une vision de l’histoire où dominent les forces irrationnelles et où la raison doit renoncer à expliquer les actions des hommes et le motif des faits. Ce n’est plus le dysfonctionnement de la société qui est en cause, mais bien la crise irréversible de la raison face à la puissance de l’irrationnel. Le fait divers glisse ainsi vers le mythe. Et la Grande histoire, qu’évoque par métaphore la petite histoire du fait divers, finit par s’effacer progressivement face à une sorte de dérangement de la raison qui semble traverser les siècles et marquer le destin de l’homme.

21Dans ce nouveau roman criminel, les forces de la déraison hantent dé­sormais cet ordre que le roman policier classique réussissait somme toutes à rétablir. Thèmes et forces du fantastique et du mythologique pénètrent sous des formes et avec un sens à chaque fois différent dans l’enceinte jadis protégée du genre. Avec l’anti-histoire de 54, Wu Ming se propose de susciter des mythes nouveaux qui contrebalancent la force normative de l’histoire officielle. Dans son cycle de l’Embaumeur, Giorgio Todde nourrit ses récits de mort et résurrection avec l’imaginaire apparemment immuable de la culture pré-moderne. Giampaolo Simi, dans Il corpo dell’inglese, cède à la séduction esthétisante des théories du complot et du pouvoir secret des forces occultes. L’histoire se plie ainsi à la mytholo­gie. Parti du respect de plus en plus documenté des données de l’histoire, le roman criminel se mue dans son contraire, la négation du mouvement historique, par le recours à la mythologie et aux formes immuables des dé­rangements de l’esprit. Mais ce renoncement à l’ambition de trouver un principe rationnel qui explique le comportement des hommes, des sociétés et des groupes qui les composent, loin de contredire l’historiographie la plus avancée, semble en fait vouloir en tirer les ultimes conséquences. Ainsi, même dans cette apparente divergence, l’histoire et le roman pa­raissent poursuivre un chemin qu’Aldo Moro, l’ancien Président du Conseil des ministres italien, lui aussi englouti par les monstres de l’histoire, aurait qualifié, par un oxymoron révélateur, de convergences parallèles.

Haut de page

Notes

1 Waverley, le premier roman historique de sir Walter Scott, est publié en 1814.

2 Quer pasticciaccio brutto de via Merulana, de Carlo Emilio Gadda sort en 1946/47 dans la revue Letteratura, et en 1957 en volume.

3 Umberto Eco, Il nome della rosa, Milano, Bompiani, 1980.

4 1980 est exactement l’année où la sensibilité postmoderne commence à s’imposer en Italie : c’est l’année du Nom de la rose, mais aussi celle de la première Biennale d’architecture de Venise, dirigée par Paolo Portoghesi, lequel introduit la terminologie du postmoderne dans le langage quotidien. Postmoderne est un terme aussi vague et imprécis que le sont romantisme ou décadentisme. Ici nous l’utilisons pour désigner une production culturelle, autant dans le roman que dans les arts visuels, caractérisée par la combinaison des formes existantes et par l’application de la recherche formelle des avant-gardes à une production qui s’adresse à un public très large. Cf. Monica Jansen, Il dibattito sul postmoderno in Italia, Firenze, Franco Cesati, 2002.

5 Carlo Ginzburg, Spie. Radici di un paradigma indiziario, in Aldo Gargani (éd.), Crisi della ragione, Torino, Einaudi, 1979, pp. 57-106.

6 Cf. Enzo R. Laforgia, « La storia d’Italia in giallo o il giallo della storia d’Italia », Narrativa, 26, 2004, pp. 175-194.

7 Loriano Macchiavelli, La Balla dalle scarpe di ferro, Milano, Rizzoli, 1983 ; Corrado Augias, Quel treno da Vienna, Milano, Rizzoli, 1981 ; Il fazzoletto azzurro, Milano, Rizzoli, 1983 ; L’ultima primavera Milano, Rizzoli, 1985 ; Carlo Lucarelli, Carta bianca, Palermo, Sellerio, 1990 ; L’estate torbida, Palermo, Sellerio, 1991 ; Via delle oche, Palermo, Sellerio, 1996. Sur les crimes d’époque, cf. Massimo Carloni, L’Italia in giallo, Diabasis, Reggio Emilia, 1994, pp. 109-127 (sur Augias, cf. pp. 111-121) ; Carlo Oliva, Storia sociale del giallo, Todaro, Lugano, 2003, pp. 147-148 ; Lidia De Federicis, Letteratura e storia, Roma/Bari, Laterza, 1998, p. 31. Sur Macchiavelli, cf. Roberto Pirani, « Loriano Macchiavelli fra cronaca e storia », Narrativa, 26, 2004, pp. 333-344. Sur Lucarelli, cf. Elisabetta Bacchereti, Carlo Lucarelli, Firenze, Cadmo, 2004.

8 Le cycle de Publio Aurelio, qui commence avec le premier roman de Danila Comastri Montanari, Mors tua (Milano, Giallo Mondadori 1990) [nouv. éd. Milano, Hobby & Work, 2000], est arrivé en 2005 à son treizième volume, Tenebrae (Milano, Hobby & Work, 2005). Sur les années de plomb, Stefano Tassinari a publié L’amore degli insorti (Milano, Marco Tropea, 2005) ; en 2003, il avait publié I segni sulla pelle (Milano, Marco Tropea, 2003), qui avait pour cadre les manifestations contre la réunion du G8 à Gênes en 2001. Fabio Pittorru a utilisé les intrigues des Borgia pour écrire La pista delle volpi (Milano, Tropea, 1996) [2e éd. Milano, Net, 2005]. Pietro Valpreda et Piero Colaprico sont revenus sur les années de la Repubblica sociale et de la Résistance dans La primavera dei maimorti (Milano, Marco Tropea, 2002) [nouv. éd. Milano, Net, 2006]. Marcello Fois remonte à cette époque dans Sheol (Milano, Hobby & Work, 1997) [nouv. éd. Torino, Einaudi, 2004] et dans Gap (Milano, Frassinelli, 1999).

9 Sur le rôle de l’histoire dans le corpus (le canone) du Risorgimento, cf. Alberto M. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Roma/Bari, Laterza, 2000, pp. 73-78.

10 Cf. par exemple Carlo Ginzburg, Il formaggio e i vermi. Il cosmo di un mugnaio del ’500, Torino, Einaudi, 1976, pp. XI-XXV.

11 Luther Blisset, Q, Torino, Einaudi, 1999 ; Marcello Fois, Sempre caro, Milano, Frassinelli, 1998 ; id., Sangue dal cielo, Milano, Frassinelli, 1999 ; id., L’Altro mondo, Milano, Frassinelli, 2002 ; Andrea Camilleri, La mossa del cavallo, Milano, Rizzoli, 1999.

12 Francesco Sorti & Rita Monaldi, Milan, Mondadori, 2002 (2e éd. Milan, Mondadori, 2003).

13 Giulio Leoni, E trentuno con la morte…, Milano, Mondadori, 2003.

14 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971.

15 Giorgio Todde, Lo Stato delle anime, Nuoro, Il Maestrale, 2001 ; id., Paura e carne, Nuoro, Il Maestrale, 2003 ; id., L’Occhiata letale, Nuoro, Il Maestrale, 2004 ; id., E quale amor non cambia, Nuoro, Il Maestrale, 2005.

16 En plus du déjà cité E trentuno con la morte, on pense ici à Giulio Leoni, Dante Alighieri e i delitti della Medusa, Milano, Mondadori, 2000. 

17 Fabio Pittorru, La pista delle volpi, Milano, Tropea, 1996 (2e éd. Milano, Net, 2005).

18 Antonio Pennacchi, Una nuvola rossa, Roma, Donzelli, 1998.

19 Wu Ming, 54, Torino, Einaudi, 2002.

20 Cf. Michel Foucault, « Réponse au cercle d’épistémologie », dans Cahiers pour l’analyse, n°9, 1968 (éd. it. Due risposte sull’epistemologia, Milano, Lampugnani Nigri, 1971).

21 Leonardo Sciascia, Il giorno della civetta, Torino, Einaudi, 1961.

22 Giampaolo Simi, Il corpo dell’inglese, Torino, Einaudi, 2004.

23 Nicoletta Vallorani, Visto dal cielo, Torino, Einaudi, 2004.

24 Massimo Carlotto & Marco Videtta, Nordest, Roma, e/o, 2005.

25 Massimo Carlotto, L’oscura immensità della morte, Roma, e/o, 2004 ; id., Niente più niente al mondo, Roma, e/o, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudio Milanesi, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 15 | 2006, 9-20.

Référence électronique

Claudio Milanesi, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 15 | 2006, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1187

Haut de page

Auteur

Claudio Milanesi

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org