Navigation – Plan du site
Amérique latine

Introduction

Dante Barrientos Tecún
p. 9-18

Texte intégral

  • 1 José Antonio Portuondo, En torno a la novela detectivesca, La Habana, Cuadernos Cubanos, Colecció (...)
  • 2 Ibidem, p. 7.

1En 1947, dans les éditions “Cuadernos Cubanos”, José Antonio Portuondo publie un essai, sous forme de livre, intitulé En torno a la novela detectivesca1. Dans cet ouvrage de soixante-dix pages, l’auteur propose une analyse du roman policier, genre qui, affirme-t-il, compte à l’époque avec un nombre conséquent de consommateurs ou de ce qu’il nomme « gozadores desinteresados »2, autrement dit, des lecteurs qui prennent un plaisir désintéressé à lire ce type de production. Le critique cubain brosse un état général de la situation du roman policier autant en ce qui concerne ses lecteurs que par rapport à la production dans le monde ibéro-américain et à sa signification.

2Il nous semble intéressant de nous arrêter ici, au moins brièvement, sur les aspects abordés par le critique cubain, car ils pourront nous être utiles pour entamer notre réflexion autour du « Roman policier et Histoire en Amérique latine ». Celui-ci fut le thème des communications présentées par les participants à la Journée d’études organisée à l’Université de Provence en avril 2004 dans le cadre de l’Atelier du Roman Policier de l’Equipe d’Accueil d’Etudes Romanes, et dont les textes composent ce volume.

  • 3 Ibidem. « beaucoup d’entre eux sont honteux de leurs lectures, et ils n’ont pas le courage d’avou (...)

3José Antonio Portuondo dans son « Casi un prólogo » (Presque un prologue), fait connaître et dénonce la vision que les propres lecteurs de roman policier d’il y a un siècle en Amérique latine, portent sur l’objet de leur plaisir : « hay no pocos vergonzantes ­­- dit-il - que no se atreven a hacer pública su devoción por un género literario que consideran inferior o impuro. »3. Certes, cette attitude des lecteurs eux-mêmes envers le roman policier a évolué depuis les années 1940 (notre Atelier en est une preuve flagrante !). D’une part, ce changement est sans aucun doute à mettre en rapport avec le prestige que ce genre a obtenu grâce à un certain nombre d’auteurs prestigieux qui se sont mis à cultiver l’écriture policière déjà dans les années 1930. Parmi eux, c’est devenu un lieu commun de citer, en Amérique latine, les Argentins Jorge Luis Borges et Adolfo Bioy Casares. Cette tendance a par ailleurs continué à se confirmer et à s’accentuer avec des auteurs très représentatifs de la plus récente littérature latino-américaine, tels que Roberto Bolaño, Luis Sepúlveda, Tomás Eloy Martínez ou Paco Ignacio Taibo II, pour ne citer que quelques noms des créateurs les plus renommés.

  • 4 Voir à ce propos l’article d’Adriana Castillo-Berchenko « Hot Line de Luis Sepúlveda et la transi (...)

4D’autre part, dans cette évolution, il ne faut pas oublier les changements chez les lecteurs eux-mêmes (autant chez le lecteur amateur que chez le lecteur professionnel), quant à leur horizon d’attente et à leur conception du fait littéraire. Ce n’est pas ici le lieu pour étudier en profondeur ces aspects-là, mais il va de soi qu’en Amérique latine, ces modifications sur le regard porté vis-à-vis du genre policier (et d’autres genres ou sous-genres d’ailleurs) sont le produit des transformations des paramètres socio-politiques dans ce continent. Si le regard change c’est bien parce que le genre répond à un besoin spécifique qui est articulé à un moment donné de l’Histoire. Dans ce sens, ce n’est pas un hasard si l’écriture policière prend un véritable envol dans l’ensemble du continent latino-américain aux alentours des années 1970 – 1980, sous la modalité de ce que l’on appelle le « néo-polar »4, à une époque où il fallait dans la littérature – et donc dans la réalité – trouver de nouvelles voies pour répondre aux circonstances historiques, après des périodes de dictatures et de projets révolutionnaires inachevés.

5Et c’est précisément sur ce point que la notion « d’impur »  utilisée plus haut par José Antonio Portuondo pour caractériser le genre policier  nous semble jusqu’à un certain point un signe avant-coureur. Car cette notion de genre « impur », c’est-à-dire hybride, n’a plus la même valeur de nos jours qu’il y a un demi-siècle en arrière. Portant auparavant une connotation négative, l’hybridité générique constitue maintenant plutôt une marque d’originalité et d’identité. En effet, l’un des traits distinctifs essentiels du « néo-polar » en Amérique latine se fonde justement sur cette essence hybride, qui lui attribut une forme et un sens particulier, tout comme elle se constitue en le lien qui le rattache à la tradition littéraire latino-américaine.

  • 5 Portuondo, cit., p. 57-58. « Il faut remarquer que les auteurs de roman policier ne sont pas abon (...)

6Dans son essai, le critique cubain nous livre essentiellement une analyse sur les caractéristiques du roman policier anglo-saxon et nord-américain (Agatha Christie, Dorothy L. Sayers, Van Dine, John Dickson Carr, Dashiell Hammett, Raymond Chandler), ce qui n’est pas du tout étonnant car souligne-t-il : « Es de notar que no abundan los autores de novelas detectivescas en los países iberoamericanos. Quedan algunos antecedentes de Eça de Queiroz y en algún cuento del chileno Baldomero Lillo. En la actualidad existen cultivadores aislados: una novelita del mexicano Rodolfo Usigli, algunas del chileno Mortimer Grey (Luis Enrique Délano) y, sobre todo, las cosas argentinas a que ya hemos hecho referencia [il s’agit bien sûr de Jorge Luis Borges et d’Adolfo Bioy Casares ainsi que d’Enrique M. Amorin] »5.

  • 6 Un exemple parlant de l’importance de cette éclosion quant à la qualité et la quantité de l’écrit (...)

7C’est là l’un des aspects où les choses ont bien évolué depuis le milieu du siècle dernier. Le nombre d’auteurs étudiés dans les articles qui composent ce volume, est en ce sens une preuve de l’acceptation du genre et de sa vitalité. Mais surtout c’est une preuve qu’il s’agit maintenant d’un phénomène à l’échelle continentale. Les collaborations de ce volume parcourent le continent latino-américain : du Mexique, au Nord, en passant par l’Amérique centrale et les Caraïbes, jusqu’au Cône Sud. Cinq pays hispano-américain sont effectivement visités dans un total de dix collaborations (Mexique, Guatemala, Cuba, Argentine, Chili) et treize auteurs sont analysés (les Mexicains : Paco Ignacio Taibo II et Jorge Volpi ; le Guatémaltèque Dante Liano ; le Cubain Leonardo Padura Fuentes ; le Chilien Luis Sepúlveda et les Argentins Domingo Faustino Sarmiento, Jorge Luis Borges, Rodolfo Walsh, Germán Maggiori, José Pablo Feinmann, Ricardo Piglia, Tomás Eloy Martínez et Néstor Ponce)6.

  • 7 Néstor Ponce, cit., p. 49.
  • 8 Portuondo, cit., p. 7. « la forme d’expression poétique la plus représentative de notre temps ».
  • 9 Ibidem, p. 9. « Nouveau roman de chevalerie dans notre époque de décadence capitaliste. ».

8Par conséquent, à l’heure actuelle, il n’y a plus aucun doute que les récits noirs en Amérique latine ont réussi non seulement « à se frayer un chemin et ont gagné le respect des lecteurs et des critiques »7, mais qu’il faut peut être admettre, comme le soulignait déjà Portuondo en 1947, qu’il s’agit de « la forma de expresión poética más representativa de nuestro tiempo »8. Il est fort probable que cette représentativité vienne de son imbrication avec la réalité et avec l’Histoire, dans la mesure où d’après notre critique ce n’est pas une « littérature de l’évasion » mais bien au contraire, une « nueva novela de caballerías en nuestra edad de la decadencia capitalista »9.

  • 10 Claudio Milanesi, « Introduction », Cahiers d’études romanes, nouvelle série, N° 9 (2003), Equipe (...)

9Cette importance du rôle de l’Histoire dans le roman policier contemporain – en particulier italien et latino-américain – avait déjà été soulignée par Claudio Milanesi dans l’introduction à la première publication de notre Atelier dans les Cahiers d’études romanes, « Subvertir les règles : le roman policier Italien et Latino-américain » (2003), où il remarquait la présence du réalisme comme l’un des éléments de base du roman policier et du noir, la « contamination entre roman policier et roman historique » ainsi que la conformation d’une « littérature policière de la mémoire »10. Ces constations ont donc conduit notre Atelier à s’interroger sur les rapports entre roman policier et Histoire et à choisir ce thème comme centre de nos recherches. Nos séances ont porté sur les deux aires qui intéressaient déjà le premier volume de notre Atelier – Italie et Amérique latine . Pour ce qui est de cette seconde aire, une Journée d’étude spécifique sur ce thème fut organisée en avril 2004 comme nous l’avons signalé plus haut. Soulignons que cette Journée a compté avec le concours de critiques et de créateurs, notamment Dante Liano et Néstor Ponce, auteurs de romans policiers, et qui sont objet d’analyse dans ce même volume.

10L’ensemble des travaux ici réunis a été organisé chronologiquement en fonction de l’espace-temps représenté ou évoqué dans les romans étudiés. Ainsi les articles couvrent différentes périodes de l’Histoire du continent latino-américain, en partant du XIXe siècle – celui du « rastreador » de Domingo Faustino Sarmiento dans Facundo et celui aussi de la fondation de la ville de La Plata et de la crise des années 1890 dans le roman La bestia de las diagonales de Néstor Ponce –, jusqu’à l’actualité la plus récente, les années 1990 et le moment de la transition chilienne à la démocratie, socle sur lequel s’enracine Hot line de Luis Sepúlveda. Le corpus analysé renvoie également à la période de la Révolution mexicaine et à l’une de ses icônes, Emiliano Zapata, tout comme à la courte étape de Trotski au Mexique (1936-1940) dans les romans de Paco Ignacio Taibo II, Cosa fácil et Á quatre mains. Le nazisme des années 1940 et ses rapports avec l’histoire mexicaine apparaît également dans Á la recherche de Klingsor de Jorge Volpi et dans Nous revenons comme des ombres de Paco Ignacio Taibo II. Un fait divers dans le Guatemala de 1952 est le point de départ de la construction romanesque de Dante Liano dans El hijo de casa. La période de la dictature militaire en Argentine (1976-1983) et le crime d’Etat sont interrogés par des auteurs comme José Pablo Feinmann, Ricardo Piglia ou encore Rolo Diez auteur de Papel picado. La fin des années 1980 à Cuba – plus exactement l’année critique de 1989, celle du procès et exécution du général Arnaldo Ochoa, l’un des héros de la Révolution, celle aussi qui annonçait la « période spéciale en temps de paix » après la chute du mur de Berlin – est visitée dans la tétralogie Les quatre saisons du Cubain Leonardo Padura Fuentes. Le premier roman de cette série, Passé Parfait, s’attache à refléter les transformations socio-économiques et idéologiques de l’époque (1989). Cette fin des années 1980 et la décennie suivante sont à leur tour considérées dans le roman de Tomás Eloy Martínez, Santa Evita, car la recherche du corps de l’épouse du président argentin Juan Domingo Perón, doit se lire dans le contexte d’écriture et de parution de ce roman en Argentine (1995). Enfin, ce début des années 1990 est aussi la période durant laquelle, George Washington Caucamán, l’inspecteur rural mapuche de Hot line, mène sa double enquête pour découvrir « les liens maléfiques unissant l’érotisme téléphonique au terrorisme d’Etat », à une époque où, malgré la transition à la démocratie au Chili (1990-1994), l’impunité de la violence d’Etat est une menace permanente.

11Certes, le rapport entre fiction et Histoire n’est pas nouveau dans la littérature latino-américaine. On peut même aller jusqu’à affirmer qu’il s’agit de l’une de ses constantes principales. En fait, l’imbrication fiction-Histoire était déjà au premier plan dans les textes fondateurs de cette littérature en langue espagnole. Nous faisons notamment allusion aux crónicas de la Conquête et de l’époque Coloniale – entre autres, les Comentarios Reales (1609-1616/1917) du Inca Garcilaso de la Vega (1539-1616) qui intègrent, d’une part, éléments historiques de l’Empire Inca et de la conquête du Pérou, et d’autre part des légendes du Tawantinsuyo –. Ce rapport ne se perd pas dans les siècles qui précédent la période de l’Indépendance. Par exemple, quand au début du XIXe siècle, José Joaquín Fernández de Lizardi (Mexique, 1776-1827) publie son Periquillo Sarniento (1816) (considéré par la critique comme le premier roman produit en Amérique latine), le débat politique sur la colonisation espagnole et sur la nécessité de l’indépendance se trouvait déjà au cœur de son discours.

  • 11 Voir à ce sujet : Maryse Renaud et Fernando Moreno Turner (coord.), Historia y Novela. La ficcion (...)

12Plus près de nous, des romans d’avant-garde ne coupent pas le lien avec la réalité historique ; c’est le cas de Las lanzas coloradas (1931) du Vénézuélien Arturo Uslar Pietri (1906-2001), qui récréé la geste libertaire de Simón Bolívar comme une voie pour comprendre le présent. Et si le cycle du « roman de la terre ou régionaliste » s’intéresse à dénoncer les conditions de vie misérables dans les campagnes, en particulier celles de l’Indien, de leur côté, les « romans du dictateur » des années 1970 (Augusto Roa Bastos, Alejo Carpentier, Gabriel García Márquez) – tout comme l’avait déjà fait Miguel Ángel Asturias dans son Monsieur le Président (1946) –, se penchent sur la nature politique, psychique et mythique de ce prototype, le dictateur, qui représentait une forme spécifique de pouvoir. On le voit bien, la fiction n’a jamais cessé d’entretenir des rapports privilégiés avec l’Histoire dans cette littérature continentale11.

  • 12 Ainsi, rappelons qu’aux lendemains de l’Indépendance l’attention portée à l’histoire est liée « à (...)
  • 13 Dans son essai de 1947 José Antonio Portuondo affirmait déjà que le polar est une « forme d’expre (...)

13Force est de constater, même si les objectifs qui sous-tendent ces rapports ne sont pas toujours tout à fait les mêmes selon les périodes historico-littéraires12, qu’il n’est pas du tout étonnant que le roman policier latino-américain contemporain manifeste une volonté d’articulation étroite avec sa réalité et son Histoire. D’autant plus que le « nouveau roman policier latino-américain » ou « néo-polar » surgit à une période (1970-1980) où des massacres collectifs, des crimes propres au terrorisme d’Etat sont perpétrés dans nombre de pays du continent ; crimes qu’il fallait dénoncer, questionner, conjurer et surtout ne pas permettre qu’ils restent dans l’impunité de l’oubli. Pour atteindre ces objectifs il fallait utiliser une forme qui non seulement n’éveillait pas les soupçons chez les forces répressives, mais qui en plus avait l’avantage d’avoir une grande emprise auprès du public13. Le roman policier s’impose donc comme une forme idéale pour ce projet esthético-idéologique. La structure même du polar et sa démarche de base – l’élucidation d’un crime – constituent un alibi formidable pour cette tâche de faire émerger des faits escamotés par l’histoire officielle ou simplement passés sous silence. Pour les auteurs, il s’agit maintenant non pas de démasquer uniquement des crimes individuels ou imputables à des figures emblématiques de la répression – telles le terrateniente ou le dictateur –, mais des crimes collectifs, qui mettent en cause tout le système politique, les institutions et jusqu’aux comportements des membres de la société.

14Un regard d’ensemble des communications contenues dans ce volume, permet d’observer la place prépondérante qu’occupe la dimension politique dans les romans analysés. En effet, dans la presque totalité des analyses proposées, le roman policier émerge comme un espace où se livre le débat politique sur le passé récent de l’Amérique latine, de même que sur les séquelles que les années de dictatures et la perte des idéaux politiques après l’avènement de processus démocratiques sous tutelle ou inachevés (Argentine, Chili, Amérique centrale) ont provoqués dans les sociétés contemporaines. Dans ce sens, le rôle révélateur et critique des vices inhérents aux systèmes politiques dominants – en particulier les dictatures militaires – constitue sans aucun doute l’une des constantes du roman policier hispano-américain. Les analyses des textes de Ricardo Piglia et Germán Maggiori, font ressortir que le récit policier, à travers le travail fictionnel, peut combler les vides que le silence de la censure impose à l’Histoire et prendre la forme du récit de conjuration.

15La volonté de « dé-construction » de la réalité historique qui anime les romans ici étudiés se donne donc pour cible les multiples facettes obscures de cette réalité. Ainsi, l’on peut observer dans les romans de Taibo II, Cosa fácil et Á quatre mains, la mise en lumière de la trahison historique des idéaux fondateurs de la Révolution mexicaine. Á partir d’une autre perspective idéologique – car la réalité politique mexicaine n’est pas du tout assimilable à la réalité politique cubaine –, Padura Fuentes se livre à une critique des différents groupes sociaux, surtout ceux liés au pouvoir. Il n’est pas alors surprenant que jusqu’à un certain point, la trame policière devienne ici un prétexte pour avoir accès aux interstices du pouvoir. Mais Pasado perfecto semble accepter aussi une amplification de sa signification, car ne pourrait-on pas voir dans cette critique de la société cubaine, non pas exclusivement une dénonciation des travers du système, mais en même temps une dénonciation du pouvoir impérial et de sa capacité de destruction d’un projet alternatif de société ?

16Par ailleurs, dans le roman de Tomás Eloy Martínez, la quête du corps « disparu » d’Evita Perón, menée au long de différentes époques, renvoie, inéluctablement, aux milliers de « disparus » des dictatures latino-américaines dont il faudrait, un jour, retrouver la trace et saisir les coupables. Dante Liano, quant à lui, touche, en prenant comme prétexte un fait divers, l’une des conséquences sociales les plus cruelles d’une structure sociale caractérisée par l’exclusion et la violence exercée sur les classes populaires : les enfants de la rue. Dans un autre registre qui combine l’oralité urbaine et rurale, Luis Sepúlveda se donne une mission éthique – preuve de la posture idéologique souvent très claire des auteurs du « néo-polar » –, enquêter sur la vérité, aller à la recherche de la justice afin que ceux qui sont exclus de l’Histoire chilienne (et latino-américaine) retrouvent enfin le droit élémentaire à la parole, et donc à l’existence.

17En adoptant comme idée maîtresse de leur projet esthétique la « déconstruction » de leur réalité, les auteurs ici étudiés démontrent dans quelle mesure le polar nous donne des éléments pour penser l’Histoire (Germán Maggiori, Rodolfo Walsh) et pour considérer l’un des phénomènes les plus singulier de notre temps : la désagrégation de l’Ordre et la fin des vérités absolues (Jorge Volpi) ; examens auxquels se livrent les créateurs sans pour autant perdre leur cohérence politique (Taibo II). Si les romans de nos auteurs établissent un renvoi permanent entre le passé et le présent, dans une démarche qui vise à comprendre par ce jeu les dérives politiques de l’actualité, c’est aussi pour tenter de comprendre les mécanismes de la construction de l’identité, voie empruntée par Néstor Ponce dans La bestia de las diagonales. Dans son roman l’auteur argentin tâche de comprendre l’Histoire de son pays à travers l’histoire de sa ville, La Plata, et sa démarche met en avant que la barbarie n’est jamais loin, pouvant jaillir à tout moment, menaçante. On peut voir là une sorte d’avertissement pour ne pas oublier que l’Histoire est aussi – et peut-être surtout – le résultat des actes individuels.

18En fin de compte, le corpus ici considéré montre la grande malléabilité du genre policier, sa capacité d’adaptation et de transformation permanente en fonction des besoins des créateurs. Et si ces auteurs nous plongent dans les couloirs sordides de l’Histoire de l’Amérique latine, il n’est pas moins vrai qu’en même temps, ils nous font reprendre goût au plaisir de la lecture de textes d’aventures qui ne lâchent le lecteur qu’à la dernière page. Á condition, bien sûr, de retenir comme le dit si bien Sepúlveda, que de l’autre côté de la fiction, il ne peut y avoir « ni pardon ni oubli ».

Haut de page

Notes

1 José Antonio Portuondo, En torno a la novela detectivesca, La Habana, Cuadernos Cubanos, Colección del Sijú, 1947, 70 pp.

2 Ibidem, p. 7.

3 Ibidem. « beaucoup d’entre eux sont honteux de leurs lectures, et ils n’ont pas le courage d’avouer publiquement leur dévotion pour un genre littéraire qu’ils considèrent inférieur ou impur. ».

4 Voir à ce propos l’article d’Adriana Castillo-Berchenko « Hot Line de Luis Sepúlveda et la transition chilienne à la démocratie (1990-1994) » dans ce même numéro. Pour sa part, Néstor Ponce définit ainsi le « néo-polar » en Amérique latine, à partir des traits caractéristiques de l’œuvre de Taibo II : « Les points de départ de ce « néopolicier » sont incontestablement le hard-boiled américain et le roman noir français, même s’il parvient à s’en détacher pour produire des œuvres originales. […]. Il est clair que, à l’instar du hard-boiled, les récits de Taibo II mélangent l’histoire du délit à celle de l’enquête, à la manière d’une tresse, d’une toile d’araignée qui attrape le lecteur. Le registre de ses textes est marqué par le ton de révolte, par le discours critique face au pouvoir et aux institutions […]. De plus, ses récits sont traversés par une prise de position idéologique clairement de gauche, et critique à l’égard du PRI (Partido Revolucionario Institucional mexicain) et de « l’impérialisme nord-américain ». Le langage fait appel au lexique populaire […]. Les protagonistes de Taibo II sont systématiquement des marginaux, des créatures qui s’opposent aux conventions […]. Mexico D. F. est en effet omniprésent dans les récits de Taibo, et ceci à toutes les époques. […] Dans ce contexte, le « néo-policier » recherche la complicité idéologique du lecteur. Le pacte de lecture se charge ainsi d’une signification politique très nette. L’auteur se doit de briser la structure fermée (« comme une prison ») du récit policier et formuler des propositions de transgression permanentes ». « La vie est un roman… noir », dans ALMA Amérique latine, N° 00, Oct-Nov-Déc. 2000, pp. 50-51.

5 Portuondo, cit., p. 57-58. « Il faut remarquer que les auteurs de roman policier ne sont pas abondants dans les pays ibéro-américains. On peut trouver quelques antécédents chez Eça de Queiroz et dans certaines nouvelles du chilien Baldomero Lillo. Actuellement il existe quelques auteurs isolés : un petit roman du Mexicain Rodolfo Usigli, quelques autres du Chilien Mortimer Grey (Luis Enrique Délano) et, surtout, les productions argentines dont nous avons déjà parlé ».

6 Un exemple parlant de l’importance de cette éclosion quant à la qualité et la quantité de l’écriture policière dans le Continent peut s’apprécier aussi dans : Néstor Ponce (Coordination), Raúl Caplán (Edition), Lectures du récit policier hispano-américain, Groupe de Recherches Inter-Langues de l’Université d’Angers (GRILUA), 2005, 263 pp.

7 Néstor Ponce, cit., p. 49.

8 Portuondo, cit., p. 7. « la forme d’expression poétique la plus représentative de notre temps ».

9 Ibidem, p. 9. « Nouveau roman de chevalerie dans notre époque de décadence capitaliste. ».

10 Claudio Milanesi, « Introduction », Cahiers d’études romanes, nouvelle série, N° 9 (2003), Equipe d’Accueil Etudes Romanes, Université de Provence (Aix-Marseille I), pp. 3-9.

11 Voir à ce sujet : Maryse Renaud et Fernando Moreno Turner (coord.), Historia y Novela. La ficcionalización de la historia en la narrativa latinoamericana, Université de Poitiers – CNRS, 1996, 160 pp.

12 Ainsi, rappelons qu’aux lendemains de l’Indépendance l’attention portée à l’histoire est liée « à un désir d’affirmation nationale, à la quête obsessionnelle d’une identité, objective ou mythique. ». Maryse Renaud, « Proposition de synthèse », in Maryse Renaud et Fernando Moreno Turner, op. cit., p. 147.

13 Dans son essai de 1947 José Antonio Portuondo affirmait déjà que le polar est une « forme d’expression poétique, de laquelle nos pays sont des grands consommateurs », op. cit., p. 58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dante Barrientos Tecún, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 15 | 2006, 9-18.

Référence électronique

Dante Barrientos Tecún, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 15 | 2006, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1189

Haut de page

Auteur

Dante Barrientos Tecún

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org