Navigation – Plan du site
Italie

Le noir comme révélateur des sédiments de l’histoire : Giampaolo Simi, Il corpo dell’inglese

Carmela Lettieri
p. 171-183

Résumés

Cet article retrace le parcours de G. Simi en soulignant les traits distinctifs de son écriture : l’ancrage géographique dans la région de la Versilia, le goût pour le macabre et l’accent mis sur les aspects les plus sombres de la réalité. Ces modalités, bien que récurrentes dans sa production, s’accompagnent dans le roman Il corpo dell’inglese d’une réelle maîtrise des codes du genre. L’analyse du dispositif fictionnel très élaboré mis en place met en évidence la conception du processus de la mémoire ainsi que la vision de l’histoire récente de l’Italie que ce roman véhicule. L’utilisation de la métaphore des déchets et le statut de victimes attribué aux personnages permettent de ranger G. Simi parmi les auteurs contemporains qui participent à une opération d’ennoblissement du polar. Toutefois, la reprise de topoï fréquents dans la récente production révèle également un risque de simplification lorsque, face aux « mystères » et à la complexité des événements historiques, l’on adopte une posture de type esthétique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Viareggio

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Giampaolo Simi, Train express pour ailleurs, traduit en français par Arlette Lauterbach, Paris, Gal (...)
  • 2 Giampaolo Simi, Tout ou rien, traduit en français par Arlette Lauterbach, Paris, Gallimard, coll. « (...)
  • 3 Il s’agit de la série Alphago, éditée par Walt Disney Italia et constituée de six romans : Io son (...)
  • 4 À l’instar du personnage d’Harry Potter créé par J. K. Rowling.

1Giampaolo Simi, né à Viareggio en Toscane en 1965, est un auteur prolifique et diversifié qui passe avec aisance de la science fiction au noir à la littérature pour jeunesse. Quelques éléments caractérisent son parcours qui permettent de le situer à l’intérieur de la riche nébuleuse constituée par les jeunes auteurs contemporains de gialli. Il a débuté en 1996 avec le roman Il buio sotto la candela (chez Baroni editore, réédité par Hobby & Works en 2001) qui lui a valu l’obtention du prix « Nino Savarese ». En 1999, Direttissimi altrove (Derive & approdi) est parmi les finalistes du « prix Scerbanenco »1. Ce roman, dont le titre est inspiré de celui d’un album d’un groupe rock, les Virginiana Miller, et qui a pour cadre la petite ville de Tirrenia sur le littoral de la Toscane, entend dévoiler la prostitution et autres formes d’esclavage moderne fréquentes dans ce territoire. Après avoir publié deux autres romans noirs, Figli del tramonto (Hobby & Works, 1999) et Tutto o nulla2 (Derive e approdi, 2000), G. Simi s’est aussi consacré à la rédaction de livres classés, peut-être à tort, dans la littérature pour jeunesse3. Toutefois, ce volet de sa production cache parfois des motivations sous-jacentes bien plus complexes. Si par exemple, L’occhio del rospo (AdnKronos), ayant pour protagoniste un petit sorcier, est conforme à la tendance actuelle de la littérature pour le jeune public4, son contenu a été inspiré par des recherches anthropologiques et historiques menées par G. Simi sur des pratiques de sorcellerie, autour des streghi. Il s’agit d’une forme d’occultisme, de magie à caractère primitif, traditionnelle dans l’Europe de l’Est, mais dont on retrouve des traces aussi au Nord de la Toscane, en particulier dans la région de la Garfagnana.

  • 5 Gian Franco Orsi (sous la direction de), Fez, struzzi e manganelli. I migliori giallisti italiani r (...)

2G. Simi pratique aussi le journalisme, en tant que critique musical. Pour le journal « Il Tirreno » (quotidien de Livourne) il a ensuite rédigé une série de récits autour du personnage de Nico Malaspina, détective privé dont les enquêtes ont comme cadre différents lieux de la Toscane. Récemment, il a contribué à un ouvrage collectif sur « giallo e fascismo », sous la direction de Gian Franco Orsi5. Dans ce recueil de 26 récits, tous situés dans différentes villes et zones géographiques de la péninsule pendant le Ventennio fasciste, des auteurs affirmés (Loriano Macchiavelli, Carlo Lucarelli, Marcello Fois) côtoient de plus jeunes écrivains. La nouvelle de G. Simi (Velate), tout comme celle de Nino Filastò et celle de Divier Nelli, se situe en Toscane.

3On le voit, un des traits distinctifs de cette production est tout d’abord un ancrage fort dans la région d’origine de l’auteur, la Versilia (au Nord Ouest de la Toscane, à la frontière avec la Ligurie). Ensuite, elle témoigne d’un intérêt pour des pratiques culturelles autres que l’écriture : en premier lieu la musique rock, dont on retrouve de très nombreuses traces dans ses romans, à travers des citations et la mise en scène de situations. En plus de son activité de critique musical, G. Simi a en effet fait partie d’un groupe de Livourne. Cette expérience est à l’origine du roman Figli del tramonto, qui narre les débuts d’un groupe rock dont les membres sont les victimes d’une secte satanique. À l’occasion de la rédaction de ce livre, Loriano Macchiavelli, qui est devenu l’un des « maîtres à écrire » de cette nouvelle génération d’écrivains dont G. Simi fait partie, lui a prodigué ses encouragements et son soutien. Signalons aussi, pour compléter ce profil de l’auteur, qu’il a été rédacteur de la revue « Kaos », revue axée sur les jeux et sur le fantastique, et que cette activité témoigne d’un rapport ludique à l’écriture.

  • 6 Il est possible de consulter le programme d’un de ces séminaires à l’adresse suivante : www.thrille (...)

4Il dirige aussi des ateliers d’écriture « créative » : c’est en somme quelqu’un d’habile qui manie les techniques de narration et le jeu fictionnel avec beaucoup d’adresse. Si l’on regarde le programme d’un de ces ateliers, très utile lorsqu’on veut analyser ses livres, on voit transparaître une conception de l’écriture comme métier, comme artisanat : la construction du récit doit répondre à des critères et à un schéma bien précis6.

5Cette trajectoire montre aussi un intérêt certain pour le côté sombre, pour ce qui relève de la part d’ombre de la réalité : le fantastique, la sorcellerie, les sectes sataniques. De là le choix de privilégier le genre noir, bien que le travail de G. Simi ait progressé peu à peu : son goût constant pour le macabre est aujourd’hui mis au service d’un réalisme plus prononcé.

  • 7 « Questo ultimo lavoro di Giampaolo Simi è un potente, sensuale e disperato affresco narrativo che (...)

6On remarque ce revirement de style dans son dernier livre, Il corpo dell’inglese, publié en 2004 dans la collection « Stile Libero Noir » dirigée par Luigi Bernardi et Carlo Lucarelli, chez la maison d’édition Einaudi. Ce roman a reçu un accueil enthousiaste de la part des critiques et surtout de la part de certains de ses confrères écrivains. On peut citer par exemple Giancarlo De Cataldo (auteur du best seller Romanzo criminale) qui n’hésite pas à qualifier ce livre de « fresque puissante, sensuelle et désespérée qui s’installe avec force au sommet de la tradition désormais consolidée du noir à l’italienne »7.

7En effet, Il corpo dell’inglese est sans doute un livre dans lequel se donne à voir, dans sa forme la plus accomplie, un véritable projet narratif. C’est un roman qui fait preuve d’une grande lucidité, dans le choix des contenus et des procédés stylistiques, et de réelles capacités de maîtriser les codes du genre de la part de l’auteur.

8Ce livre très travaillé mérite que l’on s’arrête sur des aspects formels : son architecture, l’utilisation des données géographiques, la construction des personnages. Sa lecture suggère aussi quelques réflexions autour du processus de la mémoire et de la conception de l’histoire qu’il véhicule. Ce livre étant ensuite représentatif d’une tendance, il est tout à fait légitime de le prendre comme exemple pour formuler quelques hypothèses et des questions concernant l’actuelle production afin de vérifier l’existence d’un véritable courant littéraire. L’analyse des spécificités de ce roman, la définition de la marque de l’écriture de G. Simi et de son mode d’adhésion au genre noir permet de saisir aussi les limites du regard qu’il porte sur l’histoire italienne récente.

La relativisation des points de vue

  • 8 C’est lors d’une discussion à l’intérieur de ce cercle que Mary Godwin rédige le récit qui aura com (...)

9G. Simi a porté un soin particulier à la forme, ce qui n’exclut cependant pas un certain souci de réalisme. Celui-ci s’exprime, par exemple, par un travail préalable de recherche documentaire. La préparation et la rédaction de Il corpo dell’inglese se sont étalées sur trois ans. Ce temps de préparation a permis d’effectuer des recherches sur l’histoire des lieux, sur des événements réels plus ou moins récents, et aussi sur l’histoire littéraire. En effet, le point de départ de l’histoire, l’idée d’origine, tournait autour de la vie du poète romantique britannique Percey Shelley, mort en 1822 lors d’un voyage en bateau de Livourne à Lerici, dans le golfe de La Spezia, appelé aussi « Golfe des poètes ». Shelley, qui s’y était installé, a vécu quelque temps en Italie et faisait partie avec sa femme Mary Godwin du cercle d’amis de Lord Byron8.

  • 9 On se souvient du nuage toxique qui en 1976, émanant de l’usine chimique Icmesa située dans la régi (...)

10En effectuant une recherche de documentation sur ces lieux et sur ces faits historiques, G. Simi découvre que l’une des collines de Lerici a servi dans une époque plus récente de décharge pour des déchets toxiques puisqu’on y a enterré la dioxine provenant de Seveso9. L’histoire du poète britannique devient alors seulement la toile de fond de l’intrigue, tandis que les trafics illégaux de déchets et d’armes ainsi que les terrorismes vont constituer le nœud central, le pivot autour duquel faire fonctionner l’histoire.

  • 10 Notons l’ironie contenue dans le choix du nom de ce personnage qui rappelle celui d’un célèbre magi (...)

11Le mot le plus souvent utilisé pour décrire la structure de ce livre est celui de puzzle, qui rend bien la complexité de l’intrigue : l’auteur fournit à son lecteur en continu des indices qui lui permettront de saisir, mais ceci seulement à la fin, le tableau général. Il y a un assassinat, commis par un groupe de terroristes en novembre 1981, pendant la période des années de plomb, celui d’un professeur universitaire d’économie. Le récit est situé 20 ans plus tard, pendant l’été 2003, au moment où Gherardo Colombini, appelé Gheghe, le terroriste qui a été condamné pour ce meurtre, sort de prison10. Mattia Alderighi, le fils du professeur assassiné, attend le terroriste pour le tuer et pour se venger de la mort de son père. Il y a donc un meurtre, dont on connaît dès le départ le coupable, même si le lecteur ne découvre que dans la dernière partie la véritable identité de Mattia et ses intentions réelles vis-à-vis de Gheghe, tout comme ce n’est qu’à la fin du livre que sont dévoilés les vrais responsables de cet assassinat.

12Le roman est ensuite composé de trois volets, qui s’éclairent les uns les autres. Les mêmes événements qui se déroulent du mois de juin au mois d’août 2003 sont racontés trois fois, en adoptant à chaque fois le point de vue d’un personnage différent. Dans la première partie, la plus politique, celui de Gheghe, l’ex-terroriste. Dans la deuxième, la plus mondaine, celui de Leo, jeune viareggino qui se laisse entraîner à son insu par une Anglaise, dans un trafic d’armes. Pour finir, dans la troisième partie, le point de vue est celui de Mattia Alderighi, le fils de la victime, qui est le véritable meneur d’une enquête qui le conduira à la découverte d’une terrible réalité.

13Ces trois points de vue sur la même histoire fournissent au lecteur les morceaux d’un puzzle qui s’emboîtent les uns aux autres à la perfection. Ce dispositif fictionnel très élaboré, écrit à la troisième personne, est basé sur des focalisations externes multiples et sert à montrer le caractère multiforme de l’histoire, dont il convient d’éclairer les multiples facettes. À côté de ce relativisme dans la mise en place de différents points de vue, dans ce travail sur la structure, sur le cadre de la narration, la composante ludique est très présente par un jeu constant d’antagonisme que l’écrivain propose à son lecteur. Au début celui-ci découvre des outils dans le coffre de la voiture de Mattia, à la fin il comprend qu’ils n’étaient pas là pour assouvir une quelconque passion pour le jardinage mais pour mettre en œuvre un désir de vengeance. Il a été nécessaire, selon les déclarations de G. Simi, de construire un tableau synoptique qui a servi de base pour vérifier les correspondances entre les trois parties, pour vérifier que les personnages se rencontrent au bon moment et au bon endroit.

  • 11 Simi fait référence au groupe rock anglais The Who, fondé en 1964, et notamment à leur opéra rock T (...)
  • 12 Il s'agit d’une série adaptée du roman d’aventures historiques de l’écrivain écossais Robert Louis (...)
  • 13 Certains passages du livre, par exemple celui dans lequel le personnage de Leo se trouve contraint (...)
  • 14 « Ode pour le vent de l’ouest », « La révolte de l’Islam ».

14C’est une écriture nourrie de réminiscences littéraires (Agatha Christie, Percy Shelley), musicales (The Who)11, télévisuelles (la série des années soixante La Freccia Nera)12 et cinématographiques (Pulp Fiction)13. Étant donné la richesse et la densité de références, le lecteur est sans cesse renvoyé aux éléments de la culture de masse dans laquelle G. Simi puise pour construire son récit qui se prête ainsi à plusieurs niveaux de lecture. Le livre de Shelley est une sorte de témoin qui passe d’un personnage à l’autre : depuis la bibliothèque de Alderighi on le retrouve dans les mains de Gheghe, puis dans celles de Mattia en passant par les étales d’un bouquiniste. Le récit est aussi ponctué de citations tirées des poèmes les plus célèbres du poète britannique14. Le titre du roman n’est pas univoque car il y a plusieurs corps et plusieurs Anglais : Percy Shelley tout d’abord ; l’Anglais était aussi le surnom de la victime, le père de Mattia ; mais il y a aussi la jeune Mary Jane, étudiante anglaise venue en Italie pour mener des recherches et rédiger un travail universitaire sur P. Shelley et qui se retrouve au centre d’une histoire de terrorisme international. Elle aussi sera tuée et son corps sera recomposé par Leo, qui travaille pour une entreprise de pompes funèbres, à la morgue de Viareggio dans la scène centrale du livre. Cette scène relève du goût du macabre typique de l’écriture de G. Simi, mais elle est aussi d’une grande sobriété.

L’ancrage géographique

15Le fort lien géographique ne constitue pas une très grande originalité, car la composante régionaliste est une des caractéristiques du polar et du noir à l’italienne. On sait aussi que dans le roman noir, dès ses origines, la ville et la réalité urbaine représentent une sorte de personnage qui englobe les autres personnages. Ce trait caractérise la naissance de l’hard boiled par rapport au roman policier classique.

  • 15 Marc Augé, Non-lieux, Paris, Seuil, 1992.
  • 16 Parmi lesquels le critique littéraire Cesare Garboli.

16Dans l’imaginaire collectif, la Versilia et la ville de Viareggio sont les symboles de l’industrie du divertissement et du tourisme balnéaire. L’évocation qui en est faite dans ce roman révèle toutefois une image cachée, par la déconstruction de l’image de carte postale et des lieux communs. Les personnages se déplacent de Lucques à Viareggio, à Massa Carrara et leurs déplacements contribuent à rendre visibles les aspects les plus oppressants, les moins touristiques de cette région. Le décor et l’identité géographique sont constitués de quelques éléments récurrents : les autoroutes, l’omniprésence des voitures, les terrains vagues, les sites indéfinissables issus des transformations récentes du territoire, la campagne urbanisée. On pourrait qualifier tous ces endroits de non-lieux, espaces sans identité, interchangeables, réduits à leur fonctionnalité, conformément à la définition proposée par l’anthropologue Marc Augé15. Leur mise en scène est aussi l’occasion pour l’auteur de revenir sur la polémique soulevée par les défenseurs d’une Versilia historique16 dont les frontières ne correspondent pas aux limites acceptées dans la définition courante de la Versilia touristique. Dans l’évocation qui en est faite ici, cette région ne constitue pas seulement une destination touristique, c’est aussi et surtout un carrefour. La mer permet en effet les trafics illégaux en tout genre. Et au-delà des plages, des discothèques et des restaurants, il y a aussi l’arrière-pays décrit par G. Simi en ces termes :

  • 17 « …Un no man’s land qui relie la périphérie de Viareggio aux marécages de l’arrière-pays. Un endroi (...)

terra di nessuno che unisce la periferia di Viareggio alle paludi dell’entroterra. Un posto dove ognuno ha finito per fare quello che proprio non si può fare sotto gli occhi dei turisti : una casa abusiva con l’orto, un ingrosso di vernici, un cantiere, una discarica […] una baraccopoli di roulottes.17

Le statut des victimes

17Les personnages qui évoluent dans ce décor sont pour la plupart et à des titres différents des perdants, des individus mis au rebut par la société. Non pas des laissés-pour-compte au sens classique, mais les victimes de logiques cruelles, qu’elles soient économiques, politiques ou culturelles.

18Gheghe, fidèle à ses choix d’adhésion à la lutte armée effectués vingt ans auparavant, découvre avoir été manipulé par ceux qui, parmi ses camarades, ont su se recycler en passant de la violence politique à la gestion des trafics illégaux.

19Leo, jeune intellectuel victime de la société de consommation et de la globalisation, est constamment mal à l’aise face au comportement de la plupart de ses amis qui eux sont à la recherche constante du plaisir à tout prix conformément à l’hédonisme consumériste triomphant. Dans une situation de précarité, il est hanté par le nom de l’entreprise de pompes funèbres pour laquelle il travaille : « Fratelli Accorsi Onoranze Funebri » qui donne en abrégé Fàcof.

20La troisième partie du roman suggère une réflexion autour du statut des victimes : qui sont les victimes (Mattia ? Gheghe ?) et surtout de qui sont-elles les victimes ? On connaît l’importance des familles de victimes dans le débat autour des années de plomb en Italie, parfois utilisées par telle ou telle partie politique, parfois en première ligne dans les longs marathons judiciaires. Le fils de l’Anglais est la victime de celui qui a tué son père et qui a provoqué le suicide de sa mère (ces événements seront la cause de sa toxicomanie et de sa mort), mais il finit par solidariser avec le tueur qui se révèle n’être qu’un homme de main, lui aussi victime de ceux qui ont commandité le crime.

21Les deux sont les victimes de quelque chose qui les dépasse : G. Simi ne fait qu’adopter en ce sens le point de vue du roman noir qui est presque toujours celui des victimes. La distribution des rôles ne correpond pas à un casting prévisible. Cela permet aussi à l’auteur de condamner les terrorismes et l’utilisation de la violence politique, aujourd’hui comme il y a trente ans, à travers les propos de la jeune terroriste, Allegra, dont Mattia s’éprend :

  • 18 « Notre violence contre les symboles, c’est une sottise. Une sottise qui me hante […] À quoi sert l (...)

– La nostra violenza contro i simboli è una stupidaggine. Una stupidaggine che mi ossessiona […] A che serve la violenza simbolica ? […] La nostra è servita solo a mandarci in prima pagina come assassini. La nostra violenza è… autoreferenziale. E oscura quella del sistema. È una trappola schifosa. Mi ci sento soffocare.18

La mémoire comme processus de stratification : la métaphore des déchets

22Une certaine sensibilité écologiste ressort aussi de ce roman où la dégradation, la décomposition (du corps en tant que corps des individus et en tant que corps social, du territoire et de l’environnement) est mise au premier plan. Les déchets constituent la métaphore centrale du livre. Le sens n’est cependant pas univoque, l’utilisation de cette métaphore recouvrant plusieurs significations.

23Les décharges omniprésentes engloutissent tout : la campagne, les fleuves, les éléments de la nature ; elles cachent les armes et les outils de destruction ; elles engloutissent aussi les cadavres (c’est par exemple le destin de Gheghe qui rêvait de devenir « le roi des rats »). La décharge restitue aussi, on pourrait dire qu’elle « vomit », ceux que l’on croyait enfouis de sorte que la mémoire et l’histoire répondent à un processus de stratification semblable à celui à travers lequel se sont élevées les berges de la rivière, par la déposition de quantité de déchets, année après année, camion après camion :

  • 19 « Ce sont des berges de six, sept mètres au moins de hauteur et entièrement constituées de détritus (...)

Sono rive alte almeno sei o sette metri, e interamente costituite di pattume. Anni e anni di pattume vomitato dalla città […] Si sono innalzate lentamente, camionata dopo camionata.19

24Didier Daeninckx place l'enjeu du roman noir dans l'exhumation de la « trace » et dans le rôle de la mémoire comme arme dans une société qui aurait trop tendance à oublier son passé.

  • 20 Annie Collovald, « Entretien avec Didier Daeninckx : une modernité contre la modernité de pacotille (...)

Le roman noir constitue une structure narrative d’une modernité folle ; elle mélange passé et présent, permet le dévoilement de la vérité. On vit dans une société qui n’arrête pas de tout effacer et qui est dans une sorte de présent permanent. Or, justement le roman noir dit que les traces sont d’une importance capitale et que c’est pour cela qu’on nous les cache.20

  • 21 « Asi como la novela negra refleja el subsuelo de la sociedad, la novela de espionaje refleja el su (...)

25Selon Manuel Vázquez Montalbán « le roman noir reflète le sous-sol de la société »21. De la même façon, pour Giampaolo Simi, la recherche de la trace et son exhumation ne constituent pas un exercice vide de sens, mais elles représentent une quête d’éléments de connaissance. C’est ainsi que le personnage de Mattia, qui mène son enquête sur les activités terroristes d’Allegra va chercher des éléments sur les contacts de cette dernière, ses habitudes, ses liens dans… sa poubelle. Si vérité il y a, il faut aller la chercher dans les déchets, il faut l’exhumer.

26C’est pourquoi le noir qui est ici directement en prise avec les effets concrets de la corruption est conçu à la fois comme révélateur de la décomposition du monde (matériel et social, présent et à venir), et révélateur des sédiments de l’histoire, ceux-là même qui permettent d’en dévoiler le processus.

Conclusion

27Les jugements de valeurs imprègnent encore une certaine critique et obligent les chercheurs en littérature dite « populaire » à sans cesse justifier la légitimité sociale et culturelle de leur objet d'étude. En effet, celui qui s'inscrit dans ce cadre doit accepter de placer son objet, qu'on l'appelle « littérature populaire » ou « paralittérature », dans une logique de subordination par rapport à une littérature légitimée. Ce lien d'allégeance est sans doute moins marqué et moins ressenti de manière péjorative qu’il y a quelques décennies, mais il n’a pas encore disparu.

28Sans approfondir cette question de la légitimité, on peut toutefois souligner que l’intérêt pour ce type de littérature permet de l’envisager comme un ensemble de « produits culturels », sans introduire une hiérarchisation de ces produits, ni des valeurs qui y sont attachées. Cela a l’avantage de pouvoir mettre en évidence, au-delà des éléments de nature esthétique, au-delà d’une analyse purement littéraire donc, le lien plus fort qu’ils entretiennent avec la « culture moyenne », la culture dans un sens large, dans un sens anthropologique. Ils entretiennent en effet un lien très étroit avec l’imaginaire culturel et avec l’espace public qui les produit.

29Si l’on adhère à l’hypothèse suivant laquelle ces produits participent à la construction de l'imaginaire narratif d'une collectivité (selon les termes de Paul Ricœur), leur analyse permet alors de relever en amont, ce qu’ils expriment et en aval, ce qu’ils contribuent à créer. Dans le premier cas, il s’agit d’une conception personnelle qui est aussi une conception partagée de l’histoire. Dans le second, il s’agit de l’imaginaire collectif et culturel qu’ils contribuent à forger. Les imaginaires sociaux qui président à l'élaboration de ces reconstructions événementielles correspondent à un certain nombre d'attentes présentes dans l'espace public italien concernant la représentation de l’histoire récente de l’Italie, du phénomène du terrorisme, de la corruption politique.

30On peut préciser cette digression théorique à travers un exemple très significatif. L’on retrouve ici comme dans tant d’autres romans récents (Giancarlo De Cataldo, Giuseppe Genna) un personnage qui est devenu presque un lieu commun, celui du Grande Vecchio, sorte de big brother manipulateur qui supervise toutes les affaires de corruption et qui est commun aux romans de la même mouvance intellectuelle et littéraire. Ce personnage n’est rien d’autre que l’incarnation du Pouvoir dont la capacité la plus redoutable est celle de survivre et de savoir s’adapter aux nouveaux contextes en en retirant toujours des profits. Dans Il corpo dell’inglese, il est la clé de voûte des trafics, l’incarnation du mal absolu, d’autant plus qu’il s’agit de l’oncle Ninetto, ami d’Alderighi qui exerce le rôle de tuteur de Mattia après l’assassinat de son père.

31Si ce personnage sert à pointer les collusions entre le pouvoir politique et le pouvoir criminel, sa récurrence contient en soi aussi un risque d’amalgame et de confusion. C’est ainsi par ce biais que les trafics d’armes, les trafics de déchets toxiques, la corruption, la spéculation immobilière, le terrorisme italien et international, l’Ira et les Brigades Rouges, tout est mis dans le même chaudron. On revient alors sur l’idée, répandue même si peut-être un peu simpliste, de l’histoire parallèle et du complot. Même si cet artifice fictionnel (inspiré sans doute par certains personnages politiques) sert à montrer les coulisses des trafics pour en traquer les secrets, les manipulations, les méfaits il laisse au lecteur l’impression que de toute façon il restera une partie de mystère qui ne sera pas dévoilée.

32On peut alors se poser de nombreuses questions concernant cette vision de l’histoire récente : l’idée du complot peut-elle servir de prisme à travers lequel regarder l’histoire italienne des trente, quarante dernières années ? A-t-elle une valeur heuristique ? Est-elle efficace pour déchiffrer et comprendre cette réalité ou bien ne relève-t-elle pas de l’exploitation de ce caractère de « mitopoiesi », c’est-à-dire de la construction d’une mythologie implicite dans l’activité littéraire dont parle à plusieurs reprises le collectif Wu Ming ?

  • 22 « L’Italie est le pays des mythologies par excellence : les fastes de l’actualité et le fonctionnem (...)

Questa nazione è terra di mitopoiesi per eccellenza, i fasti della cronaca e gli scatti della memoria (on/off) regalano ogni giorno spunti e materiali. Vivere qui è, per un narratore, condanna (perché un narratore è un cittadino) e privilegio.22

33L’histoire italienne recèle en effet une densité d’événements et d’anecdotes qui se prêtent aisément à leur fictionnalisation, à tel point qu’il est difficile pour les écrivains de ne pas y puiser leurs sources.

34Un certain désenchantement caractérise cet ensemble d’écrivains engagés dans une entreprise collective d’ennoblissement du polar et d’utilisation de celui-ci comme révélateur de cette autre histoire, de l’histoire cachée de l’Italie. G. Simi s’insère dans cette nouvelle génération d’écrivains à la fois sensibles aux aspects littéraires, formels, au principe de plaisir, attentifs aux attentes de lecteurs exigeants et en même temps capables de participer à la rénovation du genre noir et policier. Cette rénovation peut se produire dans un sens intellectuel, parfois politisé, ou du moins orienté vers une réflexion sur le monde qui nous entoure et sur les événements qui ont marqué l’histoire italienne contemporaine. Les deux aspects, sinon les deux conceptions presque antithétiques de l’activité littéraire, comme espace d’invention littéraire et de critique sociale, ne se recoupent cependant pas nécessairement. Ce qu’il semble intéressant de souligner est la dépolitisation de la posture, relevant d’une dimension critique faible, et la prise de distance par rapport à de véritables enjeux politiques et/ou idéologiques qui caractérisent les plus jeunes d’entre eux. À côté de cela, il semble aussi que leur posture est esthétique plus qu’éthique, et qu’elle risque de produire une représentation du monde contemporain et de l’histoire récente plus proche d’un imaginaire de séduction que d’un imaginaire de vérité. Si cheminement cognitif il y a, son contenu est en effet d’abord esthétique.

35On relève aussi une sorte de tension continue découlant de l’écart entre deux sensibilités. Au niveau des parcours individuels, sont privilégiés les trajectoires inattendues, les points aveugles, les discordances, les revirements dus au hasard, tandis qu’au niveau de l’histoire collective, on relève plutôt la tendance à donner une priorité à ce qui est caché (les mystères) et à l’intentionnel (le complot). La fin de ce roman accentue le triomphe du mystère et non celui de la cause, le triomphe de ces forces occultes auxquelles aucune tentative individuelle ne peut s’opposer, le triomphe de ce pouvoir occulte dont on ne perçoit que l’ombre furtive. Mais c’est une contradiction qui ne réduit nullement l’intérêt de ces entreprises littéraires.

Haut de page

Notes

1 Giampaolo Simi, Train express pour ailleurs, traduit en français par Arlette Lauterbach, Paris, Gallimard, coll. « Série Noire », 2003.

2 Giampaolo Simi, Tout ou rien, traduit en français par Arlette Lauterbach, Paris, Gallimard, coll. « Série Noire », 2004.

3 Il s’agit de la série Alphago, éditée par Walt Disney Italia et constituée de six romans : Io sono Fumiko, La notte dei Koyd, L'ombra di Darkmoor, L'isola di fuoco, Prigioniera del futuro et Ai confini del mondo.

4 À l’instar du personnage d’Harry Potter créé par J. K. Rowling.

5 Gian Franco Orsi (sous la direction de), Fez, struzzi e manganelli. I migliori giallisti italiani raccontano il ventennio fascista, Milan, Sonzogno, 2005.

6 Il est possible de consulter le programme d’un de ces séminaires à l’adresse suivante : www.thrillermagazine.it/notizie/1226/.

7 « Questo ultimo lavoro di Giampaolo Simi è un potente, sensuale e disperato affresco narrativo che si accomoda con ribalda prepotenza ai piani alti dell'ormai consolidata tradizione del noir all'italiana », Giancarlo De Cataldo, « Una storia noir nella Versilia di Shelley », in La Repubblica, 22/7/2004, p. 39.

8 C’est lors d’une discussion à l’intérieur de ce cercle que Mary Godwin rédige le récit qui aura comme protagoniste le personnage de Frankestein.

9 On se souvient du nuage toxique qui en 1976, émanant de l’usine chimique Icmesa située dans la région de Milan, avait provoqué de très nombreuses victimes.

10 Notons l’ironie contenue dans le choix du nom de ce personnage qui rappelle celui d’un célèbre magistrat.

11 Simi fait référence au groupe rock anglais The Who, fondé en 1964, et notamment à leur opéra rock Tommy (1969).

12 Il s'agit d’une série adaptée du roman d’aventures historiques de l’écrivain écossais Robert Louis Balfour Stevenson (1850-1894) The Black Arrow (La Flèche Noire, 1884) qui évoque la guerre dite "des deux roses" pour la succession au trône dans l’Angleterre du XVème siècle. Ce feuilleton, réalisée par Anton Giulio Majano et interprétée par Aldo Reggiani et Loretta Goggi, a été diffusé par la télévision italienne en 1968. Cette citation sert dans le roman à évoquer à la fois l’enfance du personnage de Mattia et la fin des années soixante qui constitue un tournant dans l’histoire récente du pays.

13 Certains passages du livre, par exemple celui dans lequel le personnage de Leo se trouve contraint d’effacer les traces du cadavre de la jeune Allegra, ne sont qu’une parodie du film réalisé par Quentin Tarantino en 1994.

14 « Ode pour le vent de l’ouest », « La révolte de l’Islam ».

15 Marc Augé, Non-lieux, Paris, Seuil, 1992.

16 Parmi lesquels le critique littéraire Cesare Garboli.

17 « …Un no man’s land qui relie la périphérie de Viareggio aux marécages de l’arrière-pays. Un endroit où chacun a fini par faire ce que l’on ne peut surtout pas faire sous les yeux des touristes : une construction illégale avec un potager, un entrepôt de peinture, un chantier, une décharge […] un baraquement de caravanes », Giampaolo Simi, Il corpo dell’inglese, Turin, Einaudi, 2004, p. 131.

18 « Notre violence contre les symboles, c’est une sottise. Une sottise qui me hante […] À quoi sert la violence symbolique ? […] Elle n’a servi qu’à nous montrer comme des assassins à la une des journaux […] Elle est …autoréférentielle, et elle cache la violence du système. C’est un piège dégoûtant, un piège qui m’étouffe », Simi, Il corpo dell’inglese, cit., p. 328.

19 « Ce sont des berges de six, sept mètres au moins de hauteur et entièrement constituées de détritus. Des années et des années de détritus vomis par la ville […] Elles se sont élevées petit à petit, camion après camion », Simi, Il corpo dell’inglese, cit., p. 117.

20 Annie Collovald, « Entretien avec Didier Daeninckx : une modernité contre la modernité de pacotilles », in Mouvements. Le polar entre critique sociale et désenchantement, n° 15 /16, mai-août 2001, p. 15.

21 « Asi como la novela negra refleja el subsuelo de la sociedad, la novela de espionaje refleja el subsuelo de la historia », cit. in G. Tyras, « Des hauts et débats », 813, Les amis de la littérature policière, n° 25, octobre 1988.

22 « L’Italie est le pays des mythologies par excellence : les fastes de l’actualité et le fonctionnement de la mémoire collective (par enclenchements et désenclenchements successifs) nous offrent tous les jours des idées et des matériaux. Le fait de vivre ici, pour un écrivain, constitue à la fois une condamnation (parce qu’un écrivain est un citoyen) et un privilège », Wu Ming 1, « Scricchiolii sotto la chiglia » (note de lecture de Girolamo De Michele, Scirocco, Einaudi, 2005), in Carta, n. 31/2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carmela Lettieri, « Le noir comme révélateur des sédiments de l’histoire : Giampaolo Simi, Il corpo dell’inglese », Cahiers d’études romanes, 15 | 2006, 171-183.

Référence électronique

Carmela Lettieri, « Le noir comme révélateur des sédiments de l’histoire : Giampaolo Simi, Il corpo dell’inglese », Cahiers d’études romanes [En ligne], 15 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1222 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1222

Haut de page

Auteur

Carmela Lettieri

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org