Navigation – Plan du site
Amérique latine

L’icône révolutionnaire chez Taibo II : les cas de E. Zapata (Cosa fácil) et de L. Trotski (À quatre mains)

Michael Collado
p. 45-55

Résumés

La présence d’icônes révolutionnaires mexicaines et internationales dans les romans policiers mexicains Cosa Fácil et Cuatro Manos, de Paco Ignacio Taibo II relève d’une démarche commune de représentation de l’échec révolutionnaire. Dans le premier roman, Emiliano Zapata, que le détective est chargé de retrouver bien des années après sa « mort » à Chinameca, apparaît à la fin comme un général fatigué refusant de sortir de sa grotte. Le réseau de symboles entourant ce personnage lorsqu’il apparaît vient confirmer très nettement cette conscience déçue, désabusée d’une Révolution qui a échoué dès son processus d’institutionnalisation. Dans le deuxième texte, Trotski, figure révolutionnaire internationale, n’apparaît jamais dans le rôle auquel le cantonne l’Histoire mais comme un auteur novice et honteux d’un roman policier raté. Il veut se dépouiller de ce rôle de révolutionnaire auquel manifestement il ne croit plus. Très clairement, les deux romans mettent en scène le sentiment que l’idéal révolutionnaire, sous sa forme classique, a disparu, s’est éteint avec la corruption ou le despotisme des représentants de son institutionnalisation. Mais cette idée ne signifie pas que cet idéal ne peut pas renaître, sous une forme nouvelle.

Haut de page

Texte intégral

1C’est en particulier après la crise politique de 1968 et les débordements répressifs qu’elle a entraînés que le Mexique voit l’éclosion d’un discours critique offensif à l’égard de l’immoralité des gouvernants et de la corruption des corps étatiques. Cette libération de l’expression critique entraînera l’émergence d’un roman policier ayant parfaitement assimilé la confusion des valeurs juridiques qui marque tant la réalité criminelle de ce pays. L’écrivain Paco Ignacio Taibo II est l’un des plus éminents représentants de ce genre.

2Dans une grande partie de ses romans policiers, celui-ci met en scène un détective qu’il confronte à une affaire criminelle dans laquelle sont, très souvent et plus ou moins directement, impliqués des représentants du gouvernement et de son administration. La lutte du détective contre le crime, mise en branle par une moralité individuelle solide, acquiert ainsi une dimension ouvertement politique. En effet, le détective, parce qu’il est le représentant d’une justice équitable devient ipso facto le dénonciateur de la corruption qui gangrène l’Etat mexicain et son administration.

3La conséquence logique de l’intentionnalité critique de ce nouveau genre est la présence, explicite ou symbolique, d’une réflexion sur la Révolution mexicaine et sur son institutionnalisation, ainsi que, par extension, sur l’idée plus générale de Révolution. Ici, la résurgence fictionnalisée de figures emblématiques de la Révolution, mexicaine et/ou universelle, devient forcément édifiante. Parmi toute l’œuvre de Taibo, deux romans ont, à ce sujet, attiré notre attention : Cosa fácil et Á quatre mains.

4Dans le premier, le détective privé Héctor Belascoarán Shayne est chargé d’élucider trois affaires, dont deux sont évidemment de nature criminelle. Il tente d’une part de comprendre les menaces qui pèsent sur la fille de sa cliente, Marisa Ferrer, et découvre qu’un homme fait chanter des responsables politiques en profitant de leur manque d’intégrité morale et en utilisant les atouts sexuels que possède sa cliente.

5Il essaie d’autre part de découvrir les raisons et les circonstances du meurtre de l’ingénieur Alvarez Cerruli. Il pourra établir, au terme de son enquête, que le coupable est le commandant Federico Paniagua.

  • 1 Paco Ignacio Taibo II, Cosa fácil, México, ed. Leega, 1977, pp. 196-197 (traduction de l’auteur d (...)

6Le roman, en basant ses intrigues sur des situations criminelles dans lesquelles sont impliquées des représentants de l’Etat, dresse synthétiquement un portrait négatif du Parti Révolutionnaire Institutionnalisé et fait état d’une corruption généralisée de l’esprit révolutionnaire originel, l’intérêt personnel de ses représentants officiels en étant la cause majeure. Ainsi, à l’issue de la troisième enquête, qui porte sur la recherche d’Emiliano Zapata, lequel aurait survécu à l’attentat de 1919, le vieux révolutionnaire déclare à Belascoarán que cette trahison de l’idéal fondateur fut visible dès les prémices du processus d’institutionnalisation de la Révolution, il lui dit qu’Emiliano Zapata, en tant que figure emblématique, « mourut à Chinameca, en 1919, assassiné par des traîtres » et ajoute que « les mêmes fusils frapperaient aujourd’hui… les mêmes en donneraient l’ordre. »1.

7La révolution mexicaine, valeur objective, trans-individuelle mais géographiquement circonscrite (Emiliano Zapata est un révolutionnaire exclusivement mexicain), est pervertie par la valeur subjective négative que représente l’intérêt personnel des représentants de la révolution institutionnalisée. En conséquence, elle s’en trouve discréditée.

  • 2 Paco Ignacio Taibo II, Cuatro manos, Ikusager, Vitoria, 1994 (1ère éd. 1991).

8Même s’il est soumis au régime spécifique de la manipulation, le binôme antinomique Révolution-intérêt personnel en vigueur dans Cosa Fácil, est aussi au centre de l’intrigue de Á quatre mains2. Dans ce roman, dense et complexe, Alex, directeur machiavélique d’une branche secrète de la CIA nommée le Shit Department, orchestre le discrédit du parti sandiniste nicaraguayen en créant les preuves, fausses mais néanmoins flagrantes, de la corruption de l’un de ses illustres représentants, le vice-ministre Carlos Machado. Alex veut en effet faire passer celui-ci pour un trafiquant de drogue et un assassin. L’esprit révolutionnaire cesse ici d’être exclusivement mexicain et subit à ce titre une seconde attaque, non plus nationale mais internationale.

9Finalement Cosa Fácil et Á quatre mains présentent deux situations dont les termes sont assez similaires même s’il existe une évidente différence d’échelle et de niveau de concrétisation – dans Cosa fácil, la confusion des valeurs est consommée contrairement à Á quatre mains, où Alex, malgré toute son inventivité, ne parvient pas à ses fins.

10La configuration situationnelle négative exige, afin d’être contrée ou surmontée, soit la création de héros (cet aspect mériterait une approche exclusive que nous laisserons sciemment de côté dans le présent article), soit la résurrection fictionnelle d’icônes révolutionnaires mexicaines, s’il s’agit de surmonter la crise de valeurs subies par le PRI, ou universelles, si la problématique dépasse la circonscription spatiale du Mexique. Si dans Cosa fácil l’icône révolutionnaire mexicaine est, nous le savons, Emiliano Zapata, dans Á quatre mains, l’emblème de la Révolution est Léon Trotski, lequel apparaît dans quatre chapitres d’un même récit disséminés dans la deuxième partie et intitulé « Le roman de Léon ».

11La démarche visant à retrouver Zapata est lourde de symbole. En effet, face à l’échec de l’institutionnalisation de la Révolution – lequel se manifeste par la vénalité et l’abus de pouvoir dont ses représentants se rendent coupables –, elle signifie une réactivation des valeurs de la Révolution originelle, une recherche des valeurs basiques de la Révolution.

12La rencontre finale entre le détective et le révolutionnaire, qui a lieu, de nuit, dans une grotte dont l’entrée est fermée par un rideau rouge, doit être lue comme une allégorie construite à partir de cette triple base spatio-temporelle, donc la grotte, la nuit et l’élément intermédiaire qu’est le rideau. Rappelons-nous du passage final :

  • 3 Paco Ignacio Taibo II, Cosa fácil, op. cit, pp. 196-197.

Vous cherchez Emiliano Zapata – dit-il finalement.
C’est exact.
Pendant un instant, le vieillard continua de fumer, comme s’il n’avait pas entendu la réponse. Regardant au-delà du rideau rouge, fixant la nuit fermée derrière le détective :
- Non, Emiliano Zapata est mort.
- Etes-vous sûr mon général ?
- Il est mort, je sais ce que je dis […] Le peuple a pleuré alors, pourquoi voulez-vous qu’il pleure deux fois.
Hector se leva.
- Je regrette de vous avoir dérangé à cette heure.
Il tendit la main et le vieillard la lui serra cérémonieusement.
- Il n’y a pas de gêne à avoir lorsque l’on n’est pas de mauvaise foi.
Hector tira le rideau.
Dehors, une nuit noire, sans étoile.3

13Le vieillard vit dans une caverne. Or, nous l’avons dit, rechercher Zapata équivaut très clairement à une recherche rétroactive des sources révolutionnaires. Il y a une vraie cohérence entre cette idée de l’origine et le symbole psychanalytique de la grotte – le ventre maternel. La situation spatiale du vieux général indiquerait symboliquement que la matrice, le Mexique, porte en son sein, la grotte, le germe fœtal, prénatal, de la Révolution.

14Ce symbole s’oppose évidemment à l’âge très avancé du général. Il existe en effet un paradoxe fondamental entre l’idée du fœtus, relative au lieu de vie du révolutionnaire, et celle de sa vieillesse. Naissance et mort sont ici rassemblés. L’espoir suggéré par la naissance est neutralisé par le fatalisme de la mort. Il existe un terme français bâti autour de ce paradigme antinomique : mort-né. Posons l’opération symbolique première sous forme d’équation puis essayons d’établir le schéma de symboles tel qu’il se construit dans ce passage. L’équation de base est la suivante :

Révolution mexicaine = Zapata

15Or nous avons signalé aussi que Zapata = vieillard + fœtus.

16En somme, si nous pouvons écrire que fœtus + vieillard = naissance + mort, alors nous pouvons conclure par l’équation suivante :

Révolution mexicaine = mort-née.

17Le sens de ce passage apparaît presque clairement à travers cette équation conclusive. L’idéal révolutionnaire mexicain n’a pas pu naître, il est mort dans l’œuf. L’année de cet avortement est 1919, le lieu Chinameca.

18La couleur du rideau servant de porte d’entrée acquiert une signification éminemment politique puisque le rouge est la couleur de la révolution prolétaire. Ce rideau rouge sert de séparation entre un monde extérieur sans espoir, « une nuit noire, sans étoile », et un univers intérieur où la révolution n’est plus possible. C’est ce monde extérieur que rejoindra Hector après avoir rencontré le vieillard fatigué. Celui-ci le laissera partir après s’être assuré que le détective ne donnera pas de faux espoirs au peuple mexicain.

19L’angle historico-mythique permet de rendre plus précise cette dernière analyse puisque cet épisode trouve un profond ancrage dans la civilisation mexicaine. La grotte où réside le vieil homme peut être vue comme une réactivation contemporaine du mythe fondateur de la civilisation aztèque, à savoir Chicomoztoc, la montagne qui abritait la caverne aux sept grottes d’où sortirent les Aztèques. Citons à ce propos Christian Duverger :

  • 4 Christian Duverger, L’origine des Aztèques, Paris, Ed. du Seuil, 1983, pp. 207-208.

Dès que les Aztèques se retrouvent seuls sur la route de la migration, Uitzilopochtli intervient encore pour ordonner aux Azteca de changer de nom : « désormais vous ne vous appellerez plus Azteca, mais Mexitin ». La rupture est consommée. Les Aztèques qui jusqu’alors se confondaient avec les autres Nahua et qui par leur appartenance à leur antique patrie d’Aztlan se rattachaient à l’horizon culturel nordique, les Aztèques désormais affirment leur identité tribale et leur spécificité à l’égard de leurs frères nahua.
L’instant de cette affirmation d’indépendance est marqué sur le chemin de la pérégrination : il a lieu à Chicomoztoc, les Aztèques sont les meneurs des tribus nahua mais ils noient leur personnalité dans cette nébuleuse erratique et un peu chaotique ; après Chicomoztoc, les Azteca devenus Mexitin forgent leur âme et se préparent à leur destin ; à Mexico, les Mexitin devenus Mexica retrouvent leur pouvoir originel sur l’ensemble du monde nahua […]
Ce scénario où Chicomoztoc apparaît moins comme une origine en soi, mais plutôt comme l’origine de la diaspora des tribus nahua initialement fédérées par les Aztèques…4

20Chicomoztoc est la matrice identitaire du Mexique :

  • 5 Ibidem, p. 189.

Source de vie au sein du désert aride, Chicomoztoc est une image un peu archétypale de la caverne originelle, matrice atemporelle protégée de l’environnement hostile et protégeant ses occupants des agressions de la vie.5

21Le déplacement sensible de l’axe interprétatif n’empêche pas la persistance de la figure paradigmatique naissance-mort représentée dans l’association paradoxale du symbole fœtal de la grotte et de la vieillesse du révolutionnaire qui y vit. Le paramètre mythique-historique vient néanmoins participer de la dynamique sémantique de ce passage et apporte un éclairage nouveau à l’analyse. La Révolution mexicaine – Zapata – aurait pu être l’acte de naissance d’une civilisation mexicaine post-coloniale, d’une nouvelle « mexicanité » sortie des entrailles mêmes de la terre sacrée. Elle apparaît en fait, symboliquement, comme un élan millénariste avorté.

22Si la Révolution avait abouti, un nouveau cycle historique se serait ouvert après des siècles de turpitudes, de destruction de la civilisation originelle, d’acculturation. Les concepts temporels cycliques d’origine aztèque auraient été réactivés. En somme, plus qu’une atteinte graves aux principes axiologiques qui lui servent d’étendard, la corruption des représentants de la Révolution institutionnalisée s’impose surtout comme une trahison historique majeure de l’esprit mexicain, et comme une entrave à la renaissance d’une civilisation absolument originale.

23En somme, l’affaire Zapata ne vient pas seulement complexifier la structure, elle vient appuyer symboliquement le discours que Taibo II entend tenir dans ses romans policiers, c’est-à-dire constater la corruption généralisée d’un idéal qui aurait pu être fondateur.

24La réflexion que mène Taibo II sur la Révolution mexicaine est très nettement marquée par la notion d’échec. La Révolution n’est pas sauvée par le héros qui tenta de renouer avec son esprit premier. Quand le vieillard dit à Belascoarán que « les mêmes donneraient l’ordre », on perçoit un certain fatalisme, une conscience lucide d’une conciliation impossible entre le Mexique et l’aventure globale de la Révolution.

25De cette dernière, Trotski était un emblème indéniable et un théoricien idéaliste. L’apparition de cette figure historique dans le roman Á quatre mains comme personnage central d’un méta récit intitulé « Le roman de Léon », composé de quatre chapitres disséminés dans la deuxième partie du roman, vient rompre les limites géographiques que suppose intrinsèquement l’icône Emiliano Zapata et ouvrir potentiellement une réflexion peut-être plus universelle sur la Révolution.

26Le personnage d’Alex est en quelque sorte l’axe central de ce roman, le cœur à partir duquel la trame éclate en une multiplicité de ramifications narratives. Nous avons mentionné son projet de déstabilisation du parti sandiniste grâce à la manipulation d’informations. Presque tous les personnages subissent la loi d’Alex (rappelons au passage que le mot latin « lex » signifie « loi »), individu anonyme (le x final de son nom venant appuyer implicitement cet anonymat) dont les caractéristiques le réduisent à sa fonction de joueur, de manipulateur au service de la cause anticommuniste nord-américaine sur l’échiquier politique international. Possiblement, la figure historique incontestée de la révolution globale et permanente qu’est Trotski serait un grain de sable logique dans la mécanique bien huilée de l’opération « Blanche-Neige » mise en place par le responsable du Shit Department. Néanmoins l’efficacité potentielle du révolutionnaire est immédiatement neutralisée par un décalage chronologique important. En effet, le personnage de Trotski n’est développé que parce qu’il est l’auteur d’un brouillon de roman policier trouvé quelques dizaines d’années plus tard par l’un des personnages manipulés par Alex. Le récit mettant en scène le révolutionnaire russe peut ainsi être qualifié d’analepse externe hétérodiégétique, ce qui signifie en somme qu’à l’heure où le directeur du Shit Department sévit, Trotski est déjà mort donc inopérant en tant que révolutionnaire.

27De plus, dans Á quatre mains, Trotski n’agit pas en conformité avec son statut d’icône révolutionnaire, il est détaché de son socle sémantique puisqu’il se confronte non pas à l’exercice auquel l’Histoire le limite aujourd’hui, celui de grand théoricien de la Révolution et de dénonciateur majeur des dérives staliniennes, mais à celui beaucoup moins noble – son intention n’étant pas de changer le monde mais de le distraire – que constitue l’écriture d’un roman policier. Le narrateur mentionne à ce propos :

  • 6 Paco Ignacio Taibo II, Cuatro manos, cit., p. 213.

C’était des manies domestiques d’un révolutionnaire professionnel qui maintenant, victime d’une folie sénile, écrivait un roman policier.6

28La figure révolutionnaire qu’est Trotski est donc désubstantialisée, toute sa représentativité politique est presque totalement ignorée.

29Le premier chapitre de « Le roman de Léon » s’ouvre avec ces mots :

  • 7 Ibidem, p. 153.

Le vieillard, vêtu d’une chemise bleue de paysan français, ferma avec soin la porte, posa sur le bout de son nez ses lunettes aux montures métalliques et se dirigea vers sa table de travail absolument convaincu qu’il était en train de commettre une barbarie, qu’il était en train de violer les règles, qu’il était en train de perpétrer un acte immoral.7

  • 8 Ibidem, p. 153.

30L’écriture du roman policier, à laquelle commence à se livrer le vieux révolutionnaire russe, est traité comme un acte honteux mais plaisant, jouissif par ce qu’il a de justement honteux, à savoir de transgresser la fonctionnalité officielle de la figure historique. Cette activité lui permet de s’inventer une nouvelle identité, de sortir du cadre figé de la figure historique, de se recréer par improvisation et conséquemment de s’humaniser. Il prendra ainsi le nom de León Wagner Salázar8.

  • 9 Ibidem, p. 154.

Á la différence de ses écrits si réfléchis, cela allait être une fête au culte de l’improvisation. L’écrire serait quelque chose de similaire à le lire, permettre que cela se déroule entre ses mains, devant ses yeux.9

  • 10 Taibo II (Paco Ignacio), op. cit., p. 158 : – Natalia, pourrais-tu me donner du thé ? – Le mérites- (...)

31La réflexion sur la Révolution (fonctionnalité qui est fondatrice de l’identité historique de Trotski), en devenant professionnelle, s’est usée, s’est enfermée dans un code auto-défini vieillissant. Alors que le Trotski révolutionnaire est âgé et las, le Trotski écrivain de roman policier semble se livrer à un délicieux adultère, à un plaisir clandestin – c’est très exactement de cette manière qu’il apparaît notamment au travers d’un dialogue entre Trotski et son épouse Natalia10 –, qu’il cache dans un coffre-fort avec d’autres documents confidentiels :

  • 11 Ibidem, p. 158.

Il cacha le cahier dans le coffre-fort, à côté de quelques documents confidentiels, et ouvrit le manuscrit biographique sur Staline sur lequel il travaillait pour le transformer en un article destiné au magazine Life.11

32Avec l’écriture de son roman, Trotski quitte donc temporairement son identité de révolutionnaire et devient un autre, il se défait de son statut d’icône pour devenir quelqu’un de différent. À ce propos, notons ici que lorsque il cesse d’écrire son roman, lorsqu’il abandonne son identité fantasmée d’écrivain et regagne sa vraie vie, il se consacre à un article pour le magazine Life, revue ancrée dans l’Histoire dont le nom signifie « vie ». Trotski reste donc prisonnier de sa vie, de cette identité réelle d’emblème révolutionnaire dont il ne parvient à s’échapper que de manière très provisoire. Mais cette identité de révolutionnaire se réduit désormais à une activité qui ne le passionne plus, puisqu’il dit lui-même qu’il n’avance pas dans l’écriture de son article et puisque dès qu’il le peut il se consacre à la composition romanesque, elle se réduit à une activité professionnelle sans attrait et dépassionnée, si dépassionnée qu’elle le conduit à collaborer avec un magazine nord-américain, ce qui est le comble du paradoxe pour un partisan de la révolution prolétaire contre la dictature du Capital.

33En somme, nous assistons dans À quatre mains, avec la figure emblématique qu’est Trotski, à une représentation dégradée de la Révolution. La vieillesse du personnage ainsi que sa lassitude en sont les symboles. Trotski n’apparaît pas comme le chef de l’Armée Rouge ni comme l’acteur de la révolution bolchevique mais comme un intellectuel professionnel en exil, pourchassé et âgé, dont la capacité opératoire est presque anéantie par l’incarnation majeure, pour lui, de la trahison de l’esprit révolutionnaire basique, c’est-à-dire Staline et qui se rêve en quelqu’un d’autre.

34La Révolution, jamais citée d’ailleurs dans « Le roman de Léon », n’est présente que de façon implicite, elle n’est que suggérée. Il existe, nous le devinons, une vraie continuation entre ce personnage et celui de Zapata dans Cosa Fácil. Tous les deux sont des vieillards, tous les deux veulent se dépouiller de leur identité de révolutionnaire car tous les deux ont été trahis par l’institutionnalisation de la Révolution.

35Il existe aussi une réelle similitude entre le révolutionnaire russe apprenti romancier de Á quatre mains et le personnage central d’un roman précédent intitulé La vie même. José Daniel Fierro, c’est son nom, est en effet un écrivain de polars et le nouveau responsable du maintien de l’ordre dans une « municipalité rouge » enquêtant sur une série de meurtres dont l’instigateur est un membre du PRI, inoculateur du crime au sein d’une communauté qui vivait auparavant dans une harmonie politique certaine. José Daniel Fierro, en tant que représentant provisoire d’une municipalité rebelle et opposant à l’ordre corrompu imposé par le gouvernement fédéral, se voit, à l’issue de l’enquête, enfermé dans une geôle. Son implication politique concrète, son engagement dans la lutte contre le gouvernement est donc réprimé, alors que sa créativité, elle, persiste. La vie même met donc en scène l’échec de l’association paradigmatique écrivain de roman policier-dissident politique.

36Trotski, lui, est une figure politique universelle, un représentant de la lutte qui s’essaie vainement au roman policier – son œuvre reste un essai infructueux. Au-delà du cloisonnement fataliste que signifie le double échec de Fierro et de Trotski dans leur désir de dépasser leur cadre fonctionnel – le premier étant écrivain, le second théoricien de la révolution –, il existe une vraie vision pessimiste de la politique et de la possibilité de changement. En effet, si Trotski ne peut concrétiser sa vision du monde ni venir à bout de son ambition littéraire, Fierro s’épanouit totalement en tant qu’auteur. S’engager politiquement du côté de la Révolution ou de la rébellion semble condamné à l’échec, alors que l’acte créatif offre, lui, quelque espoir – ce qui annonce par ailleurs la recherche d’une pratique romanesque dépouillée de tout socle idéologique (voir La bicyclette de Léonard, où le propos n’est plus aussi évidemment politique). Á ce propos, remarquons que « Le roman de Léon », récit dont Trotski est le personnage focalisé, n’est constitué que de quatre chapitres dispersés dans la deuxième partie du roman. Ce récit n’est donc en rien un pôle diégétique majeur mais participe d’une stratégie énigmatique extradiégétique fondée sur la surinformation, sur la démultiplication des récits et catégories de récits – il s’agira d’amener le lecteur à s’interroger sur les liens qui unissent tous les récits qui composent ce roman si particulier. La dimension révolutionnaire de Trotski est donc non seulement ignorée, mais le personnage lui-même n’est développé qu’en tant qu’acteur parmi d’autres d’un système énigmatique qui le dépasse.

37En somme, les deux exemples de réactivation d’icônes révolutionnaires mexicaine et universelle présents dans Cosa fácil et Á quatre mains débouchent sur une vision pessimiste de la Révolution institutionnalisée, sur une perception de l’espoir révolutionnaire marquée par la conscience lucide de l’échec et par la nécessité d’une rénovation définitionnelle. À ce titre, la biographie passionnée d’Ernesto Guevara doit peut-être être vue comme un prolongement ultime de ce désabusement, comme la quintessence de la conscience de l’échec de la Révolution. En effet, Guevara ne fut-il pas qu’une victime de plus du désir fou – absurde ? romantique ? – de changer le monde ?

38Devenu pathétique, l’espoir révolutionnaire classique, c’est-à-dire incarné par des figures historiques, se voit évidemment écarté du champ thématique au profit de la créativité pure, du pur plaisir de raconter des histoires, mais aussi, peut-être, au profit d’un nouvel espoir, non plus institutionnel et historiquement définissable – le Trotskisme ou la Révolution mexicaine – mais plus brouillon et baroque, issu des classes populaires dont les franges les plus pauvres semblent fasciner Taibo. En effet, Trotski délaisse autant la théorie révolutionnaire que la biographie « sérieuse » de Staline pour s’essayer au roman policier, genre populaire par essence que l’on pourrait baptiser, si l’on osait, de prolétariat littéraire. Ne serait-il pas judicieux de voir alors Trotski comme la projection d’un auteur essayant d’établir les bases définitionnelles de son travail et de sa démarche contre-culturelle ?

Haut de page

Notes

1 Paco Ignacio Taibo II, Cosa fácil, México, ed. Leega, 1977, pp. 196-197 (traduction de l’auteur du présent article).

2 Paco Ignacio Taibo II, Cuatro manos, Ikusager, Vitoria, 1994 (1ère éd. 1991).

3 Paco Ignacio Taibo II, Cosa fácil, op. cit, pp. 196-197.

4 Christian Duverger, L’origine des Aztèques, Paris, Ed. du Seuil, 1983, pp. 207-208.

5 Ibidem, p. 189.

6 Paco Ignacio Taibo II, Cuatro manos, cit., p. 213.

7 Ibidem, p. 153.

8 Ibidem, p. 153.

9 Ibidem, p. 154.

10 Taibo II (Paco Ignacio), op. cit., p. 158 : – Natalia, pourrais-tu me donner du thé ? – Le mérites-tu ? –demanda sa femme en lui souriant. Je ne crois pas. Je n’ai pas beaucoup avancé avec l’article de Life – dit Léon Davidovich Trotski, et il lui rendit son sourire.

11 Ibidem, p. 158.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Collado, « L’icône révolutionnaire chez Taibo II : les cas de E. Zapata (Cosa fácil) et de L. Trotski (À quatre mains) », Cahiers d’études romanes, 15 | 2006, 45-55.

Référence électronique

Michael Collado, « L’icône révolutionnaire chez Taibo II : les cas de E. Zapata (Cosa fácil) et de L. Trotski (À quatre mains) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 15 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1384 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1384

Haut de page

Auteur

Michael Collado

Université de Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org