Navigation – Plan du site
Compte rendu

Bianca Danna, Dal taccuino alla lanterna magica. De Amicis reporter e scrittore di viaggi

Georges Ulysse
p. 385-387
Référence(s) :

Bianca Danna, Dal taccuino alla lanterna magica. De Amicis reporter e scrittore di viaggi, Firenze, Olschki, 2000, 190 p.

Texte intégral

1La lecture de cette étude sera précieuse – et nous semble même indispensable – pour tous ceux qui entendent se pencher sur la « littérature de voyage » de la seconde moitié du XIXe siècle. Cet ouvrage est d’une solidité scientifique à toute épreuve et d’une densité qui permet à l’auteur d’aborder en quelques dizaines de pages ce qui concerne spécifiquement De Amicis mais aussi ce qui a trait, en général, à l’expérience de voyages donnant naissance, ou non, à des œuvres littéraires, ces explorations permettant de découvrir des lieux, des sociétés, des mœurs et des individus, et étant accompagnées, précédées ou suivies de recherche documentaire, avant de conduire à des choix et à des projets qui diffèrent en fonction du contexte dans lequel l’auteur se trouve face aux éditeurs, à des directeurs de journaux ou à des confrères, non sans tenir compte de la nature et de l’attente du public destinataire. À partir du cas particulier de De Amicis, l’analyse de B. Danna illustre et éclaire un phénomène et une production qu’on ne peut plus examiner désormais sans connaître les résultats, conseils et avertissements offerts par les spécialistes de la question.

2La bibliographie riche et à jour (pp. 167-181) est utile car bien présentée. Elle met en valeur la considérable production de De Amicis et sa variété. L’état des éditions semble satisfaisant. Les titres énumérés montrent que les chercheurs ont déjà souligné la richesse de l’expérience biographique et intellectuelle de De Amicis, réuni la documentation indispensable pour connaître les conditions et le but dans lesquels il a entrepris ses voyages, et ont parfois éclairé les choix formels et les moyens de publication adoptés. Ont été également réunis les appréciations et jugements des contemporains de De Amicis et des lecteurs de notre époque. Reportant avec précision les résultats des travaux qui ont précédé le sien et exposant avec talent et conviction les conclusions de sa propre analyse, Bianca Danna aiguise chez son lecteur une curiosité qui va croissant au fur et à mesure que se complète le portrait d’un homme attachant et le tableau de la société dans laquelle il s’insérait et pour laquelle il écrivait. Spécialisée dans le domaine de la « littérature de voyage », et en relation avec les chercheurs notamment piémontais qui ont écrit sur la question, B. Danna offre sur le cadre historique et culturel de l’époque et en général sur cette production, des informations, des conseils de lecture et des réflexions personnelles essentielles.

3L’introduction (pp. 5-16) pose les problèmes méthodologiques affrontés par les chercheurs qui sont de plus en plus nombreux et de mieux en mieux armés pour interpréter, avec les moyens adéquats, une masse considérable de textes, œuvres littéraires ou écrits et documents n’ayant pas ce statut. B. Danna souligne à juste titre la nécessité de ne pas négliger, avant d’entreprendre de nouvelles études, les résultats déjà obtenus et de prendre en compte l’orientation imprimée actuellement aux recherches sur « la littérature de voyage ». Elle rappelle avec quelle prudence il faut émettre un avis sur la valeur de témoignage d’un écrit et s’interroge sur le lien entre l’expérience vécue et l’écriture (au début de son périple espagnol, De Amicis écrivait : « Se io mi metto in capo di pigliare appunti, e di tornare in Italia per stendere tutto il libro con calma, addio freschezza di sensazioni ed efficacia di forma !… Bisognerebbe che la pubblicazione accompagnasse man mano il lavoro… Bisognerebbe in una parola far viaggiare il pubblico con me »). De même, ne doivent pas être oubliés les canons d’un genre aux contours difficiles à cerner mais non insensible à la mode et à la nécessité de se plier au goût des lecteurs (les propos tenus par De Amicis en réponse aux attaques de Carducci ne manquent pas d’étonner : « La gente che mi legge vuol bene a me – a me Edmondo – e mi cerca come un amico – non perché mi creda un genio o un grand’uomo », p. 147) pendant que les conditions de l’édition à l’époque exercent sur les écrivains professionnels une influence notable, comme le montrent les informations données par B. Danna sur les rapports de De Amicis avec La Nazione ou Treves. La chercheuse utilise avec grande habileté les études nombreuses déjà consacrées à De Amicis et brosse de l’auteur de Cuore un portrait d’une grande finesse qui n’oublie aucune des dimensions de l’homme et de l’écrivain : son caractère et sa formation de militaire, son ambition littéraire et son habileté d’homme de plume professionnel, ses voyages, son talent de reporter, sa curiosité intellectuelle, la qualité de ses observations, de ses réflexions et de ses convictions. On découvre la personnalité de De Amicis et les relations qu’il entretint avec des écrivains contemporains proches de lui (G. Faldella) ou qu’il irritait (Carducci n’hésitant pas à le traiter de marchand de « dune manzonizzate », – ceci pour Marocco qui avait connu un grand succès de librairie –, ou « d’orienti melodrammatici », en se référant à Costantinopoli.) Ce que Bianca Danna nous apprend sur la vie intellectuelle et sociale, le monde de la presse et de l’édition, est très éclairant. Le lecteur français appréciera en particulier ce qui a trait à l’Exposition Universelle de Paris et aux échanges entre De Amicis et des écrivains comme Zola ou Victor Hugo dont l’auteur italien tente un « ritratto intervista ».

4La présentation et le commentaire des œuvres suit l’ordre chronologique. Les cinq chapitres permettent de parcourir la biographie personnelle et intellectuelle de l’auteur ainsi que l’évolution de ses choix artistiques et de son style depuis ses Ricordi 1870-71. Entrata dell’esercito in Roma jusqu’à ses positions à caractère politique (Primo maggio) en passant par le moment où, renonçant aux écrits de voyage liés à une expérience vécue contemporaine de la rédaction, il leur donne le caractère de « viaggi della memoria » lui qui, la plupart du temps, fait reposer ses œuvres sur des visites accomplies au moment même où il en tire notes, lettres ou écrits plus élaborés, que ce soit en Espagne, au Maroc, à Constantinople, en Hollande, en Amérique, à Londres ou à Paris, pour ne pas citer les séjours effectués à Turin, bien sûr, mais aussi à Florence, Rome et plus tardivement en Sicile.

5L’expérience humaine ne saurait occulter le travail d’écriture : Bianca Danna signale l’élaboration de « pagine campione » et illustre le processus de réécriture permettant de passer « dal taccuino alla lanterna magica », expression qui a donné son titre à une publication qui repose sur une documentation très étendue, solide et parfaitement dominée, sur une lecture approfondie de textes nombreux et qui aboutit à des conclusions indispensables à la connaissance des écrits d’Edmondo de Amicis et utiles à l’analyse de la « littérature de voyage » en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Ulysse, « Bianca Danna, Dal taccuino alla lanterna magica. De Amicis reporter e scrittore di viaggi », Cahiers d’études romanes, 6 | 2001, 385-387.

Référence électronique

Georges Ulysse, « Bianca Danna, Dal taccuino alla lanterna magica. De Amicis reporter e scrittore di viaggi », Cahiers d’études romanes [En ligne], 6 | 2001, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1411

Haut de page

Auteur

Georges Ulysse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org