Navigation – Plan du site

Introduction

Monique De Lope
p. 7-8

Texte intégral

1Les recherches menées au sein du CAER (EA 854 Études Romanes) sur Langages, Imaginaire, Idéologies de la ville demandaient à être complétées par un questionnement sur les temporalités qui en organisent les pratiques et les représentations. En effet, d’une part, plusieurs lieux étaient apparus comme des chronotopes et, d’autre part, la problématique de l’ordonnancement des formes urbaines, dans la pratique comme dans les discours et les représentations, n’avait pas fait l’objet d’une réflexion approfondie. Or la ville est aussi question de formes. Lier rites et rythmes pour en aborder la complexité n’est pas qu’un jeu de paronomase : en se combinant, ces deux notions rendent compte de la mise en forme conjointe du temps, de l’espace et de la société.

2Rites et rythmes ont en commun cet aspect ordonnateur, encore que le rythme ne soit pas la mesure. La problématique du rapport temps-espace en ce qui concerne l’espace urbain se formule en plusieurs questions : si la ville est, par excellence, un lieu lié au temps de l’histoire humaine, les rites, avec leur répétition, inscrivent dans la ville un temps cyclique, voire mythique par leur rappel des fondations : ce transfert de valeurs temporelles a-t-il une incidence sur les activités et les images de la Polis ? Le rythme, tension et cadence, assume la durée, et par ses qualités prédictives impulse le présent dans l’avenir. Quels sont les rythmes qui structurent l’espace urbain ? Dans quelles temporalités l’inscrivent-ils, et quels sont les enjeux de cette mise en forme ?

3Les articles publiés dans ce premier volume abordent le sujet à partir d’un large corpus de documents, de discours et de textes historiographiques et littéraires. Ils ont été élaborés tout au long des séminaires de l’Atelier 4 (« Discours et pratiques artistiques et sociaux ») ou présentés au Colloque des 15-16-17 novembre 2007 à l’Université de Provence. Dans une première partie, rites et rythmes concernent « des idées et des hommes » : dans les chroniques des XIVe et XVe siècles, en Italie et en Castille (Colette GROS et Michel JONIN — Université de Provence), dans des documents relatifs aux festivités à Florence, à Venise, à Valence aux XVIe et XVIIe siècles (Thé PICQUET, Pascal GANDOULPHE — Université de Provence ; Marie VIALLON — Université de Lyon II) ; dans ceux qui montrent comment les rythmes architecturaux venus d’Italie ont modelé les villes polonaises aux XVIIe et XVIIIe siècles (Elzbieta JAMROZIC — Université de Varsovie) ; dans ceux enfin qui montrent un Madrid plus contemporain (Bernard BESSIÈRE — Université de Provence). Pour clore cette première partie, un article de Constance MERCADANTE s’appuie sur le texte utopique de Tommaso Campanella, La Cité du Soleil. Du Moyen Âge à l’époque contemporaine, ils étudient, d’une part, la mise en place d’un « sacré » urbain où le pouvoir se lie aux activités collectives et, d’autre part, explorent les modes d’appropriation de cet espace par ceux qui l’habitent et le modèlent, ainsi que les relations de ces modes aux structures idéologiques. Rites et rythmes se conjuguent pour forger la temporalité de la ville.

4Dans une deuxième partie, les études portent sur des textes romanesques hispaniques et hispano-américains. Celle de Maud GAULTHIER (Université de Provence) retrouve aux confins de la Patagonie l’utopie urbaine qui avait intéressé, pour le XVIe siècle italien, le dernier article précédemment évoqué. Benito Pelegrín (Centre National des Lettres), Nelly RAJAONARIVELLO (Université de Provence) et Alba LARA (Université de Montpellier III) explorent dans des romans d’Alejo Carpentier et de Jorge Icaza les rites et rythmes particuliers aux métissages américains. Enfin, Stephan PAGÈS, Claire VIALET, Catherine DRAVET, Murielle CODACCIONI (Université de Provence) montrent comment le langage et l’imaginaire modèlent des représentations urbaines où la mise en forme est une tentative de mise en ordre de cet espace familier et inquiétant qu’offre la ville. Rites et rythmes imbriquent l’expérience intime dans la prose urbaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique De Lope, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 18 | 2008, 7-8.

Référence électronique

Monique De Lope, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1695

Haut de page

Auteur

Monique De Lope

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org