Navigation – Plan du site

Le temps du rituel dans La Cité du Soleil de Tommaso Campanella

Constance Mercadante
p. 101-116

Résumés

En 1602, le philosophe calabrais, Tommaso Campanella, rédige un dialogue poétique qu’il intitule La Cité du Soleil. Dans ce bref opuscule, le temps, et plus particulièrement le rythme, façonnent les lieux et la vie urbaine pour conférer à la cité son caractère utopique. Le temps s’inscrit nécessairement dans la cyclicité pour préserver la perfection aboutie de la cité. Ainsi, le plan urbain participe à l’abolition de la durée et se lit comme le signe visible du rythme qui scande la vie de la collectivité. La nature spécifique du temps utopique le porte à se confondre avec le temps du rituel. Dans cette théocratie, l’identification rites et rythmes urbains symbolise l’uniformisation des codes sociaux et garantit une conscience collective politique et religieuse. C’est à travers la manipulation du temps et de l’espace urbain qu’il faut rechercher le message implicite de l’utopie campanellienne : derrière la représentation d’une hypothétique communauté idéale, codifiée et ordonnée par ses rites, Campanella entend montrer le Vérité du Christianisme. Il nous pousse à considérer la Cité du Soleil comme une œuvre théologale sans Dieu mais qui vise à montrer qu'il est possible, en suivant les lois de la Nature, à vivre en harmonie avec le Créateur.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Édition française désormais nommée Trad. : Tommaso Campanella, La Cité du Soleil, présenté par A. T(...)
  • 2 Maffeo Barberini naît à Florence en 1568. Il prend le nom d’Urbain VIII lorsqu’il est ordonné pape (...)
  • 3 Né à Belgentier en 1580, il décède en 1637 à Aix-en-Provence. Issu d’une famille de robe, il entrep (...)
  • 4 Philosophe et naturaliste, Bernardino Telesio naît à Cosenza en Calabre en 1509. Opposé à la concep (...)

1Tommaso Campanella rédige le bref récit utopique de la Cité du Soleil1 en 1602 alors qu’il se trouve emprisonné dans une geôle napolitaine du Castel Nuovo. Quelques années auparavant, en 1599, ce moine dominicain originaire de Calabre avait fomenté, avec plusieurs centaines de partisans, une conjuration pour renverser le pouvoir espagnol en place dans le royaume de Naples et le remplacer par une république théocratique et communautaire. Campanella espérait mettre fin à l’exploitation économique et culturelle de la région, de plus en plus isolée du reste de la péninsule. Dans un climat de misère sociale, le royaume était devenu le théâtre de brigandage, de violence et de corruption. Malheureusement, le complot est dénoncé quelques jours avant son exécution par deux de ses membres, Fabio di Lauro et Giovan Battista Biblia. Des dizaines d’hommes sont exécutés, d’autres sont arrêtés et torturés, comme ce fut le cas de Campanella, reconnu comme le principal initiateur de la révolte. Le tribunal civil espagnol le condamne à la réclusion à perpétuité pour rébellion et crime de lèse majesté tandis que le tribunal ecclésiastique de Rome réclame son extradition afin de le juger pour hérésie. À partir de 1599, commence pour le moine une longue période d’incarcération qui va durer jusqu’en 1628. Le pape Urbain VIII2 finit par faire libérer cet homme dont le motif de détention était presque oublié. Afin d’éviter un nouveau procès, le pape l’aide à fuir en France. Là, il est accueilli durant une dizaine de jours chez l’Aixois Claude Fabri de Peiresc3 avant de rejoindre la cour du roi de France et d’être reçu par Louis XIII et Richelieu. Hébergé au couvent des Jacobins de la rue du Faubourg Saint Honoré, il entre en contact avec les intellectuels français et devient le conseiller politique du cardinal Richelieu. Philosophe, poète, théologien, astrologue, Campanella voue un culte passionné à la Raison et aux thèses naturalistes inspirées du Calabrais Telesio4. Il développe une nouvelle méthode de recherche scientifique qui donne la primauté à la connaissance concrète déduite de l’expérience sensible. Un projet le hante toute sa vie : celui de fonder une Monarchie Universelle mondiale qui rassemblerait tous les peuples convertis à un Christianisme originel lavé de ses ajouts sacramentaux. Il confie d’abord cette mission à l’Espagne et au monarque Philippe II en rédigeant La Monarchie d’Espagne en 1599. Près de quarante ans plus tard, en 1634, alors que Campanella se trouve en France, c’est Louis XIII, le roi Très Chrétien, qu’il charge de ce rôle messianique. Campanella assume la palinodie de sa Monarchie d’Espagne et rédige La Monarchie de France. Richelieu accueille d’abord favorablement l’œuvre du Calabrais qui, d’une part, sert les intérêts de la France dans son combat idéologique contre l’Espagne et, d’autre part, répond aux ambitions politiques du cardinal. Toutefois, l’idéal théocratique sous-jacent déplait à Richelieu qui œuvre pour l’affirmation du pouvoir royal et non pour la soumission de la France à la Papauté. Le politique refuse d’être l’instrument de la monarchie sacerdotale. Il ne sera donc pas celui qui édifiera l’utopie de la Cité du Soleil comme le lui avait demandé Campanella.

  • 5 T. Campanella, introduction aux Discorsi ai Principi d’Italia e altri scritti filo-ispanici, présen (...)

2La Cité du Soleil est l’œuvre la plus célèbre du dominicain ; elle condense, en quelques dizaines de pages, l’essentiel de la pensée campanellienne. En cela, elle se présente comme l’idéalisation philosophique de ce « grand rêve impossible »5 d’unité mondiale et de religion naturalisée. L’œuvre prend la forme d’un dialogue poétique entre un Hospitalier, chevalier de l’ordre des Hospitaliers de Jérusalem, et un Génois, marin de Christophe Colomb. L’Hospitalier prie le marin de lui raconter comment il échoua sur cette île inconnue située dans la zone équatoriale de la mer de Sonde, et ce qu’il découvrit sur le territoire de la Cité du Soleil. Le marin lui explique que la ville fut fondée par des philosophes indiens chassés par les Mongols. Les Solariens vivent selon le principe de la communauté complète des biens et des femmes. La cellule familiale et la propriété individuelle sont bannies pour lutter contre l’amour-propre qui selon Campanella est à l’origine de l’égoïsme et des vices de la société du XVIe siècle. Cette cité est dirigée par le Métaphysicien, appelé aussi Soleil, qui est un prêtre philosophe détenant le pouvoir théocratique. Il est assisté de trois princes-sacerdotes : Pon, Sin et Mor. Leur nom évoque les trois principes essentiels qui selon la métaphysique campanellienne se trouvent en Dieu et en toute entité. Ces trois primautés sont la Puissance (évoquée dans le nom Pon) la Sagesse (reprise dans le nom Sin) et l’Amour (rappelé dans le nom Mor). Ce triumvirat est une manifestation laïque et rationalisée de la Trinité puisque les Solariens sont encore dans l’attente de la Révélation. La finalité de cette société est la conservation de l’homme et à travers celle-ci, la conservation de la communauté tout entière. De cette façon, le maintien de la fraternité et du bien-être collectif permettra aux Solariens d’œuvrer selon le grand dessein divin, d’honorer leur Créateur et d’assurer leur Salut. Une attention particulière est ainsi portée aux qualités morales des habitants et au strict respect de l’organisation communautaire.

3Afin d’établir une parfaite concorde sociale, Campanella soumet son utopie à des principes spatio-temporels particuliers : la ville idéale est par définition un non-lieu si l’on traduit le terme grec utopie formé du préfixe privatif u — (non) et du nom topos qui signifie le lieu. De cette façon, ce pays de nulle part se situe hors des limites spatiales mais aussi temporelles. Il est impératif pour l’auteur de soustraire sa cité à la contingence du temps historique, synonyme de dégradation, de défaillance et de souillure morale. Il s’agit donc pour Campanella d’exposer de façon métaphorique un nouvel ordre théorique en rupture avec la société réelle. Cette construction de l’esprit s’organise autour de rythmes et de rites chargés d’un message implicite que l’auteur entend révéler à ses lecteurs.

4Après avoir défini la nature et le sens du temps de la Cité du Soleil, nous verrons comment le rythme de la société solaire se confond avec des pratiques rituelles. Nous dégagerons ainsi l’originalité et la signification profonde du temps ritualisé dans cette métaphore utopique.

  • 6 Encyclopédie Universalis, Corpus XX, p. 64.

5Précisons d’abord le sens des termes « rythme » et « rite ». Le rite est un comportement social, collectif et stéréotypé, à caractère répétitif, qui ne semble pas être imposé par une nécessité et qui se distingue des conduites rationnellement adaptées à un but utilitaire. Ajoutons à cette définition du rite profane que le rite religieux ne se limite pas à la considération du monde naturel et qu’il comporte en plus l’idée d’un rapport entre l’homme et le surnaturel6.

6Quant au rythme, il est la répétition périodique d’une activité ; il est une alternance de durées longues ou brèves, rapides ou lentes. Selon cette définition, le mode de fonctionnement de la cité semble basé sur un rythme régulier, cyclique et chaque fois répété à l’identique.

7L’architecture de la Cité du Soleil en est le premier signe visible. Elle est la représentation concrète de l’idéologie des Solariens et implicitement de l’idéal philosophique de Campanella.

8Quatre portes situées aux quatre points cardinaux donnent accès à la ville formée de sept murailles concentriques qui entourent une colline. Au centre géométrique des enceintes, est érigé un somptueux temple également circulaire qui surplombe majestueusement le territoire. Il abrite le foyer spirituel de la cité. Il est orné d’une petite coupole posée sur une plus grande. Sur sa paroi interne sont peintes les principales étoiles, les parallèles et les méridiens de l’hémisphère nord. Une représentation complète du ciel et de la terre figure sur deux mappemondes situées sur l’unique autel au centre du temple. La présence des représentations terrestres et célestes ainsi que l’édifice religieux dirigé vers le ciel montrent d’emblée la volonté des Solariens de s’élever vers Dieu et de ne faire plus qu’un avec le Créateur en reproduisant sur terre l’image de la perfection du cosmos.

9Ces grands ensembles architecturaux confèrent immédiatement au visiteur une impression de rythme scandée par la répétition des cercles. Aussitôt, la rigoureuse symétrie des compositions géométriques semble battre une mesure régulière. Cette parfaite harmonie terrestre entend en refléter une autre : celle de l’univers formé lui aussi de sept planètes. Dans cette architecture chargée de sens, Campanella nous présente dès les premières pages de l’œuvre une société ultra-rationnelle fondée sur des principes naturalistes et qui imite, dans son aménagement urbain, l’image de l’univers. Rien n’est fait au hasard et cette organisation explique comment, à travers l’imitation concrète du système astronomique, les Solariens instituent le culte du Soleil, cette image tangible de la divinité. Cet écho à l’idéal agencement de l’univers semble battre une mesure régulière capable de se répéter à l’infini. Le temps et le rythme sont bien présents dans cette architecture ; toutefois, la durée linéaire est abolie par un plan urbain qui est resté figé depuis la fondation de la ville et qui ne fait que suggérer son origine et sa filiation avec le cosmos. On n’y perçoit aucune trace de l’évolution historique ; les seuls moments perceptibles sont l’image originelle de la cité identique à l’instant présent.

10Afin de mieux honorer Dieu, les Solariens suivent d’autres rythmes inhérents aux phénomènes naturels. L’architecture n’est alors que le premier signe visible d’une organisation sociale fortement planifiée et réglementée.

  • 7 Trad., p. 36. Éd., p. 34, « arare, seminare, zappare, metere, raccogliere, vindemiare, con musiche (...)

11Selon une philosophie naturaliste et rationaliste, les lois de la cité imitent celles de la Nature. Le mouvement des astres est étudié par les astrologues qui décèlent les moments opportuns pour promulguer de nouvelles lois, organiser l’accouplement ou encore entreprendre une activité agricole. Campanella précise que les Solariens « labour[ent], sème[ent], bêch[ent], moissonn[ent], ramass[ent], vendang[ent], au son de la musique et des trompettes »7comme pour insister sur la présence continue du rythme répétitif qui scande les activités de la communauté.

  • 8 Trad., p. 51. Éd., p. 47, « la fabrica del mondo »
  • 9 T. Campanella, introduction à La Città del Sole, présenté par Alberto SAVINIO, Milano Adelphi, p. 1 (...)

12De cette façon, chaque phénomène provoqué par « la grande machine cosmique »8 rythme le comportement sur terre des habitants. Dans l’idéologie des Solariens, comme dans la philosophie campanellienne, vivre en conformité avec les cycles de la Nature, cette œuvre de Dieu, est une façon de se rapprocher de la perfection du Créateur. Vivre selon les lois naturelles revient à vivre selon la Volonté divine et permet d’assurer le Salut de l’homme. En effet, Dieu lui a promis le bonheur dans l’autre monde, mais l’utopie lui propose de recréer sur terre, ici-bas, le paradis perdu de l’Âge d’Or9. Sous la forme d’une métaphore, Campanella explique à ses lecteurs que le seul moyen de retrouver ce bien-être fraternel est de se conformer aux lois de la raison que Dieu a gravées dans le grand Livre de la Nature.

  • 10 Trad., p. 47. Éd., p. 44, « a mezzodì, la mattina e la sera cantano alcuni salmi a Dio. ».

13Le rythme le plus important dans cette société vouée à célébrer Dieu est sans aucun doute celui des prières. Une nouvelle fois, c’est la périodicité des phénomènes astraux qui le planifie. Vingt-quatre prêtres prient, méditent et étudient dans la partie supérieure du temple et « chantent à minuit, à midi, le matin et le soir quelques psaumes à Dieu »10 ; autrement dit, les Solariens ont divisé la journée en quatre moment de six heures et les prêtres récitent une prière chaque fois que la terre a effectué un quart de sa rotation. Quant aux habitants, ils récitent un seul et même verset huit fois par jour selon un schéma immuable : le matin ils se tournent en direction des quatre points cardinaux, d’abord vers l’Est puis l’Ouest, vers le Sud puis le Nord. Le soir ils prient selon l’ordre inverse. Dans ce même souci de se rapprocher le plus possible du rythme de la Nature divine, la périodisation des prières reflète la cyclicité des phénomènes astronomiques et ponctue de ce fait la vie spirituelle de la cité.

  • 11 G. Di Napoli, Tommaso Campanella, Filosofo della Restaurazione Cattolica, Padova, CEDAM, coll. Prob (...)
  • 12 T. Campanella, La Città del Sole, Civitas Solis, présenté par Tonino Tornitore, Milano, Unicopli, p (...)
  • 13 G. Di Napoli, op. cit., p. 442.
  • 14 T. Campanella, L’ateismo trionfato overo riconoscimento filosofico della religione universale contr (...)

14Le naturalisme religieux des Solariens se trouve au centre de la pensée campanellienne. La forme utopique de l’œuvre est le moyen de prouver au lecteur qu’une conciliation entre la loi naturelle et le Christianisme est possible. En effet, de façon fictionnelle, la Cité du Soleil se présente comme le manifeste de la restauration de la pureté de la loi évangélique11. L’œuvre doit se lire comme une introduction à un christianisme débarrassé de ses abus et des ses sacrements superflus que l’Histoire et les politiques ont ajoutés au culte du divin pour mieux dominer les peuples. Les Solariens reconnaissent l’existence du christianisme mais le considèrent comme un évènement historique et non spirituel12. Le processus d’évangélisation n’a pas eu lieu dans la cité solaire ; aucun missionnaire n’est venu diffuser le récit des miracles capable d’insuffler la foi et de passer de la connaissance historique à la croyance religieuse. L’auteur propose ainsi l’image d’une religion ramenée à son état originel dans un moment idéalement préchrétien13. Le naturalisme campanellien se retrouve théorisé dans L’Ateismo trionfato, rédigé entre 1605 et 1607, et publié à Rome en 163114. Comme dans La Cité du Soleil, Campanella démontre que la loi chrétienne est l’expression de la rationalité de la Nature divine et qu’il n’y a entre elles que continuité et compatibilité.

  • 15 Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Le Robert 1981 p. 1188.

15Le rythme inhérent aux phénomènes naturels montre combien les Solariens suivent les lois de la raison divine. Étendu à l’organisation sociale de la ville toute entière, le rythme de la cité est ainsi régulier, répétitif, sans accélération ni ralentissement. Il est une juxtaposition et une addition d’évènements descriptifs sans suite logique, sans point de départ ni d’arrivée. Il semble se fondre dans le temps de la mesure qui se définit par une « succession régulière ou périodique de divisions temporelles d’égales valeur »15. Le rythme peut donc être rapide ou lent mais la période de la mesure est toujours de valeur égale. Ainsi, en utopie, le rythme bat la mesure et s’y soumet.

  • 16 Imbrosci, L’utopie à la dérive, Sur les compromissions vitales du lieu utopique, Pisa, Editrice lib (...)

16La raison est que le temps utopique comprend une propriété particulière. La périodicité des mouvements célestes, les saisons et le caractère itératif des activités journalières se rapportent à la cyclicité du temps. La durée n’est pas linéaire ni évolutive et ne peut laisser la place à des variations rythmiques. L’utopie est, elle ne devient pas16. Elle n’est riche d’aucun passé historique et n’est pas en devenir puisqu’elle se trouve déjà aboutie et fonctionnelle. La quête d’une quelconque perfectibilité se réaliserait dans le temps et c’est bien à l’évolution que l’utopie cherche à échapper : la durée comporte en elle les contraintes du réel, les risques de dégradation des institutions et de la morale des Solariens, les dangers de contamination et de souillure dus au temps, la déchéance et le déclin de toute la société. Seule la cyclicité du temps permet d’établir un monde parfait qui ne peut par définition décliner. La forme figée de la cité utopique se rapporte à son caractère durable et définitif. En effet, l’aspect inaltérable des mondes idéaux est un défi que l’utopie pose à son auteur qui doit établir un ordre incorruptible et donc éternel. On comprend mieux pourquoi l’utopie reste descriptive, car que pourrait-il bien s’y produire ? Que pourrait-il advenir dans une société exemplaire qui ne menacerait pas sa perfection ?

17C’est pourquoi, afin de se soustraire temporellement et spatialement à la réalité tangible, source d’évolution et de déclin, la cité se présente hors du temps et de l’espace, dans une durée et un lieu alternatifs et parallèles. Le rythme ne peut que se conformer à la mesure et ne présenter aucun mouvement particulier. Le temps de l’utopie est figé car la cité idéale ne vit que dans le présent.

18Campanella démontre la perfection de la cité par la régularité des différents rythmes architecturaux, spirituels et sociaux qui imitent l’image divine du cosmos. À ces rythmes naturels s’en ajoutent d’autres institués par les lois des Solariens. Toutefois, à mieux y regarder, ces rythmes s’apparentent plutôt à de véritables rites communautaires destinés à uniformiser les pratiques et les mentalités des habitants.

19La formalisation intensive des codes sociaux et la périodisation des tâches transforment la durée de l’utopie en temps du rituel. Chaque activité est rigoureusement codifiée, elle devient une habitude proche du réflexe comportemental et scande intensément la vie des Solariens.

20Le premier rythme devenu rite est la génération. Dans la cité solaire, la communauté des femmes bannit la cellule familiale qui selon Campanella constitue le foyer de l’amour-propre et poussent les hommes à considérer leur bien personnel au détriment du bien collectif...attitude impensable dans une parfaite cité fraternelle !

  • 17 Trad., p. 19. Éd., p. 19, « per far temperie. ».
  • 18 Trad., p. 19. Éd., p. 19, « le grasse a’ macri, e le macre alli grassi ».
  • 19 Trad., p. 20. Éd., p. 19, « che si han da congiungere ».
  • 20 Trad., p. 21. Éd., p. 21, « la purità della complessione, onde le virtù fruttano [...] difficilment (...)

21Les filles peuvent donc s’accoupler dès dix-neuf ans et les garçons dès l’âge de vingt-et-un ans. Comme ils combattent nus lors des batailles et des entraînements militaires, les maîtres effectuent une sorte d’examen prématrimonial pour évaluer la constitution corporelle des individus. Puis ils forment des couples en prenant garde d’accoupler des physiques opposés afin de « tempérer les excès »17. Les Solariens recourent à une forme d’eugénisme à travers la communauté des femmes qui permet d’unir les « grasses avec les maigres, et les maigrelettes avec les gros »18 pour modérer une qualité par son contraire. Le rythme est fortement présent dans la génération et est donné aussi bien par les phénomènes astrologiques que par les codes de prières qui accompagnent ce moment. Une fois le couple déterminé par le maître et la maîtresse de la génération, les partenaires font l’amour tous les trois soirs. Après la digestion, ils se mettent à prier et à implorer Dieu chacun dans leur cellule pour lui demander de leur offrir une belle progéniture. Ils dorment jusqu’au moment choisi par le médecin et l’astrologue « pour s’aimer »19. À l’heure dite, la maîtresse de la génération les réunit dans la même chambre. Le moment de l’accouplement est soigneusement déterminé par la position des astres car celle-ci garantit la « pureté de complexion physique d’où naissent les vertus chez les enfants et [...] sans ces dispositions naturelles la vertu morale ne saurait prendre vie. »20. La génération est ainsi rigoureusement planifiée selon des rites qui mêlent médecine, astrologie, eugénisme et imploration divine, et qui scandent le moment de l’accouplement. Elle participe également d’un rite de passage qui permet d’unir l’état de simple individu à l’état procréateur. « Procréateur » car dans la cité du Soleil, personne ne devient parent en vue de fonder une famille. Les nouveaux-nés sont donc élevés d’abord par des nourrices puis une fois sevrés, la communauté et ses Règles se chargent de leur éducation. Les Solariens procréent dans le seul but d’assurer la pérennité de la cité.

  • 21 Trad., p. 22. Éd., p. 22, « per lo più, sendo enerati nella medesima costellazione, li contemporane (...)

22L’acte génératif est alors loin de se rapporter à l’instinct et aux ardeurs de la passion qui provoqueraient des combinaisons aléatoires entre hommes et femmes. L’instinct humain semble défaillant quant au choix d’un bon partenaire ; pour remédier à la possible mise en danger de la santé du corps social, le rite de la génération remédie à cette faiblesse de l’homme en rationalisant l’accouplement. Celui-ci est envisagé comme un bien collectif duquel découle l’harmonie des vertus morales des Solariens. Campanella le confirme en ajoutant que « le plus souvent, les contemporains se ressemblent par le visage et ont les mêmes qualités physiques et morales, puisqu’ils sont nés sous la même constellation. » ; ainsi grâce à la réglementation de la génération, Campanella peut affirmer que dans sa cité solaire « L’harmonie des concitoyens s’en trouve durablement assurée. »21.

23Le même rigorisme est appliqué aux pratiques religieuses et particulièrement à la confession. Celle-ci est d’abord privée et suit un schéma pyramidal : les habitants se confessent aux prêtres-officiers, les prêtres-officiers aux trois princes-sacerdotes et le triumvirat au Métaphysicien. Ce dernier, chef politique et religieux, confesse alors ses péchés et ceux de son peuple en public, sur l’autel du temple. Il absout les Solariens et offre des prières à Dieu afin qu’il pardonne la ville, la protège et la garde de ses fautes. Le Métaphysicien demande ensuite si un homme est prêt à se sacrifier pour la communauté. Le volontaire est lié par des cordes sur une table et hissé jusqu’à la petite coupole du temple où il prie pendant vingt à trente jours, le temps que s’apaise la colère divine. Dans cette société préchrétienne qui ignore encore le mystère de la Révélation, les Solariens montrent une nouvelle fois comment leurs rites naturalistes et leurs institutions rationalisées se rapprochent des lois et des sacrements chrétiens. En effet, de la même façon que les trois princes-sacerdotes évoquaient une Trinité rationalisée, le volontaire au sacrifice humain évoque la figure du Christ.

24L’exemple de la génération et de la confession montre comment le temps de l’utopie devient le temps du rituel. À la manière d’une chanson, La Cité du Soleil n’est que la répétition d’un refrain. Au-delà des rites distincts de l’accouplement et de la confession, le rite est si fondamental qu’il finit par se fondre dans le rythme et le remplacer tant il définit toutes les activités des Solariens. Ces tâches planifiées, régulières et répétitives telles que la journée de travail, les prières, la génération, la crémation des corps, la confession, l’éducation, les repas, les changements de dortoir tous les six mois et les alternances vestimentaires saisonnières empêchent toute initiative personnelle par la rigueur de leur codification.

25Ces structurations sont subtilement chargées d’une symbolique : outre rassembler, elles visent à créer un sentiment d’appartenance “familiale” à l’échelle de la société. Chacun doit se sentir partie d’un tout, d’un organisme que chaque particule fait fonctionner. Les Solariens doivent comprendre qu’à travers ces activités, l’enjeu est de renforcer les liens sociaux, la solidarité, l’entraide, l’harmonie et la solidité du corps communautaire. La systématisation des pratiques poursuit un but ultime à caractère plus religieux que social. Il s’agit de la conservation de l’homme à travers la pérennité des institutions de la cité. Cette sauvegarde permet aux Solariens d’œuvrer selon les lois divines et rationnelles et de servir les desseins du Créateur. C’est pourquoi la cyclicité du temps leur garantit la préservation de leur système.

26La répétition des rites vise à conserver le caractère abouti et inaltérable de la cité afin qu’elle se confonde avec la perfection du divin éternel. Ainsi, le rythme de la ville devenu cyclique et rituel est une façon de régénérer la société comme pour consacrer son ordre idéal et le perpétuer indéfiniment.

27Le rythme répétitif illustre aussi comment les dirigeants Solariens maîtrisent, règlent et comblent le temps en mettant à profit chaque moment de la vie quotidienne même celui du divertissement. Le temps libre ne peut être oisif ni comblé par des activités choisies par hasard ; il est raisonné et raisonnable, toujours actif (les jeux assis sont interdits), instructif ou mis à profit pour le service de la collectivité. Le hasard et le vide n’ont pas leur place dans la cité. Les Solariens expliquent que du vide naît l’ignorance et que de l’ignorance découle le péché. Rien ne doit rompre l’harmonie. Tout est réglé comme du papier à musique de sorte que l’emballement du rythme ne puisse avoir lieu.

28La perte de contrôle associée à des initiatives individuelles est aussi écartée car si le rythme se rapporte à une entreprise personnelle, poussée par des passions singulières, les Solariens ne suivent pas leur propre cadence mais la pulsation régulière du mouvement général. Le souci de cette communauté est de garantir l’harmonie sociale et de combattre les individualismes qui pourraient mettre en péril l’homogénéité de cet immense corps organique.

29Le temps de la cité du Soleil ne peut être alors que celui du rituel. Aucun autre rythme n’y est toléré.

30À force d’uniformisation des pratiques et de distillation d’une pensée unique, la cité idéale se dessine comme un monde totalitaire. Ce rêve collectif va jusqu’à nier les subjectivités personnelles et jusqu’à mettre en danger la diversité humaine par le contrôle de la génération. Tout est parfaitement régulier, organisé, prévu, contrôlé d’une façon presque angoissante. Le bonheur garanti par la communauté des biens et l’égal partage des tâches semble subordonné à des lois coercitives. En d’autres termes, ce système idéal ne parvient à proposer la liberté qu’à travers un modèle liberticide. Toutefois, derrière de telles mesures autoritaires, Campanella cache son désarroi à l’égard de la société qui l’entoure. Aveuglée par l’ignorance, il l’estime en proie à la tyrannie, au mensonge et en conséquence, au péché ; il craint que le Salut de Dieu n’échappe aux hommes qui négligent les valeurs morales et collectives au profit de leurs intérêts personnels.

31Le radicalisme de La Cité du Soleil qui se reflète dans le rythme invariable de son fonctionnement est alors le remède idéalisé par Campanella pour pallier les vices de la société du XVIe siècle.

  • 22 A. Savinio, op. cit., p. 13.

32Campanella ne cherche d’abord pas à recréer le bonheur à tout prix. Il est désireux de montrer sa foi en l’Homme et en son intelligence depuis que celui-ci s’est détaché de la doctrine théocratique et qu’il a choisi de prendre son destin en main. En effet, Dieu et la généreuse Providence ne sont plus les seuls décideurs de son bonheur. L’Homme moderne entend désormais se bâtir un paradis terrestre ici et maintenant, sans attendre d’atteindre l’autre monde22. En ce sens, il ne convient pas de redouter des positions qui paraîtraient sectaires chez Campanella ; l’auteur se limite à exposer sa vue de l’esprit hors de la société existante.

33Il faut considérer l’œuvre de La Cité du Soleil comme la critique d’un état actuel et la proposition d’une société nouvelle lavée des vices de la première pour que l’utopie garde sa nature de roman fictionnel destiné à diffuser un idéal imaginaire. Imaginaire et pas réel, irréel, impossible à réaliser, un lieu de nulle part comme l’indique l’étymologie du mot utopie.

34Lors de la révolte calabraise, Campanella n’envisage pas d’établir de façon concrète une communauté sur le modèle de la cité du Soleil. Il envisage encore moins d’instaurer une société d’une telle tempérance et d’un ascétisme monacal si austère bien que les règles de vie des moines soient proches de celles de la cité solaire puisqu’elles sont conformes aux lois des premières communautés apostoliques. Le complot calabrais était d’abord destiné à renverser l’oppressante domination espagnole dans le royaume de Naples pour instaurer une république théocratique fondée sur des principes communautaires. Bien entendu, le contrôle des naissances, la communion des femmes, la suppression des asociaux et autres traits typiques de La Cité du Soleil n’avaient pas leur place dans ce projet révolutionnaire.

35Le dialogue campanellien prend naissance dans l’analyse critique de l’ordre existant à partir de laquelle l’auteur construit un modèle de société imaginaire réformée. Ce nouveau système politique et social masque, sous son aspect métaphorique, la philosophie campanellienne et les motivations qui ont poussé l’auteur à démontrer qu’un monde meilleur est possible. La forme fictionnelle de l’utopie permet à Campanella de bénéficier d’une plus grande liberté d’imagination mais aussi d’échapper à la censure active de la Contre-réforme pour diffuser implicitement ses idées souvent à la limite de l’orthodoxie. Théoriser une religion naturalisée qui honore Dieu à travers le Soleil et remplace la Trinité du Père, du Fils et du Saint Esprit par celle de l’Amour, de la Sagesse et de la Puissance serait inacceptable pour l’Église. Mais Campanella se contente d’imaginer et de poser sa cité sur le fil de l’horizon comme un idéal projet politique à atteindre pour changer le monde. Ainsi, même fictionnelle, l’utopie pousse les hommes vers le progrès et influence la réalité.

  • 23 G. Ernst, Tommaso Campanella, Il libro e il corpo della natura, Roma, Laterza, 2002 p. 96.
  • 24 R. Trousson, Voyages aux pays de nulle part, histoire littéraire de la pensée utopique, Bruxelles, (...)

36Influencer la réalité, c’est bien ce que Campanella recherche. Considérée comme l’idéalisation politique et philosophique du complot calabrais, La Cité du Soleil reste un exposé privé de toute expérimentation. Il ne s’agit donc pas de proposer un programme pratique ou un traité politique mais simplement de convaincre les lecteurs de sa perfection. Celle-ci, nous l’avons vu, se lit dans le rythme et dans le rite qui régissent l’organisation de la cité et reproduisent la perfection de la Nature divine. À partir de ce principe, Campanella expose la thèse de son utopie : La Cité du Soleil est la représentation hypothétique de l’État de nature dans lequel vivaient les hommes avant la Révélation. Cette image montre la Vérité de Dieu, mais Campanella entend aussi prouver la Vérité du christianisme23. Si les Solariens, guidés par les seules vertus humaines24, sont capables de suivre les lois de Dieu en imitant la Nature, alors la foi chrétienne peut retrouver sa pureté et être ramenée à son état originel en se conformant aux mêmes lois naturelles. Plus précisément encore, Campanella définit le lien entre Raison, Nature et christianisme. La Cité du Soleil apparaît désormais plutôt comme une œuvre théologique qu’utopique. Elle établit philosophiquement la Vérité de l’Évangile et l’ordre selon lequel les hommes devraient vivre.

37À pousser Campanella dans ce projet de restauration de la pureté évangélique se trouve une certitude : l’auteur se sent investi d’une mission prophétique. Dans un sonnet il écrit :

  • 25 G. Ernst, Delle radici de’ gran mali del mondo dans Tommaso Campanella, Roma, Istituto Poligrafico (...)

Je naquis pour combattre trois grands maux : la tyrannie, le sophisme et l’hypocrisie.25

38Cette impulsion libératrice naît d’un profond désir de renouveau. Il veut ôter le voile de l’ignorance qui masque la vérité aux hommes et désire les conduire sur les chemins du Salut. La clochette, cette « campanella » devenue son symbole, doit réveiller les consciences des hommes abandonnés à la naïveté et à la passivité car un bouleversement capital les attend : de ses prévisions astrologiques et bibliques, Campanella entrevoit le retour du règne de Dieu sur Terre. Selon la théorie millénariste, le bonheur originel s’étendra sur toute la Terre au sixième millénaire comme ce fut le cas au sixième jour de la Création divine. Campanella doit remplir une lourde mission évangélique pour préparer les hommes à recevoir ce millénium providentiel et sa tâche commence par leur montrer la continuité entre la foi chrétienne et la loi naturelle.

39L’œuvre campanellienne se trouve ainsi subordonnée à la diffusion de ce message théologique et sacrifie une caractéristique importante du genre littéraire. À bien y regarder, la linéarité temporelle existe au sein de Cité du Soleil. En effet, les astrologues prophétisent et sont dans l’attente d’un grand bouleversement politique et religieux. Celui-ci se réalisera nécessairement dans le temps et provoquera un changement de rythme inévitable car les institutions ne peuvent pas maîtriser un phénomène inconnu. Le motif prophétique présent dans l’œuvre réintroduit les contraintes tangibles du temps et promet une accélération de la cadence lorsque se réalisera la prédiction. Mais peu importe à Campanella si son utopie paraît déjà défaillante. Son message théologique est bien plus important.

40La Cité du Soleil fonctionne selon un rythme régulier qui s’apparente au temps de la mesure et se fond, à force de systématisations des pratiques, dans le temps du rituel. Toutes les activités sont codifiées précisément pour devenir de vrais rites sociaux et religieux dans le but de lutter contre les cadences individuelles qui menaceraient l’harmonie sociale. Le rythme des Solariens se rapporte à une constante du temps utopique mais revêt un sens caché. Il permet à Campanella de prouver que leur naturalisme est conforme aux lois divines et qu’une conciliation avec le Christianisme est possible. Fondée sur une thèse religieuse, La Cité du Soleil se présente alors plus comme une œuvre théologale qu’utopique.

Haut de page

Notes

1 Édition française désormais nommée Trad. : Tommaso Campanella, La Cité du Soleil, présenté par A. Tripet, Genève, Droz, 2000, 65 p. Édition italienne désormais nommée Éd. : Tommaso Campanella, La Città del Sole, présenté par L. Firpo, Bari, Laterza, 2003, 137 p. Première édition : Civitas Solis dans Realis philosophiae epilogisticae, Partes Quator, Francofurti, Impensis Godefridi Tampachii, 1623.

2 Maffeo Barberini naît à Florence en 1568. Il prend le nom d’Urbain VIII lorsqu’il est ordonné pape en 1623. Son pontificat est caractérisé par la lutte qu’il mène contre le jansénisme, la création de nombreux diocèses dans les pays en voie d’évangélisation et la fondation du Collegium Uranium où sont formés les missionnaires. Il commande également au Bernin le somptueux baldaquin de la Basilique Saint-Pierre. Ami de Galilée, il le condamne pour des accusations mineures afin de lui éviter le bûcher. Après un pontificat de onze années, il meurt en 1644.

3 Né à Belgentier en 1580, il décède en 1637 à Aix-en-Provence. Issu d’une famille de robe, il entreprend des études en Italie et achève son doctorat de droit à l’Université de Montpellier. Il devient conseiller au Parlement de Provence. Philosophe, historien, astronome (il découvre la nébuleuse d’Orion et dresse une carte de la Lune), numismate, égyptologue, botaniste, zoologue, géographe, cet humaniste est aussi un grand épistolier en contact avec les plus grands intellectuels français et italiens de son époque, tels les frères Dupuy, Galilée, Pierre Gassendi, le Père Marin Mersenne et Campanella.

4 Philosophe et naturaliste, Bernardino Telesio naît à Cosenza en Calabre en 1509. Opposé à la conception aristotélicienne dont la démonstration théorique est jugée abstraite, il ouvre la voie à l’enquête scientifique concrète et à la vérification expérimentale. 11 affirme l’autonomie de la Nature qui doit être étudiée selon les principes qu’elle présente par son observation immédiate. Il expose ses thèses naturalistes dans son œuvre la plus célèbre en neuf livres parue de 1565 à 1586, le De natura rerum iuxta propria principia. La natura secondo i suoi principi, Firenze, La Nuova Italia, 1999, 467 p. Première édition en neuf livres : De natura rerum iuxta propria principia libri IX, apud Horatium Salvianum, Neapoli, 1586.

5 T. Campanella, introduction aux Discorsi ai Principi d’Italia e altri scritti filo-ispanici, présenté par Luigi FIRPO, Torino, Chiantiore, 1945, p. 11, « il grande, impossibile sogno ».

6 Encyclopédie Universalis, Corpus XX, p. 64.

7 Trad., p. 36. Éd., p. 34, « arare, seminare, zappare, metere, raccogliere, vindemiare, con musiche e trombe ».

8 Trad., p. 51. Éd., p. 47, « la fabrica del mondo »

9 T. Campanella, introduction à La Città del Sole, présenté par Alberto SAVINIO, Milano Adelphi, p. 13.

10 Trad., p. 47. Éd., p. 44, « a mezzodì, la mattina e la sera cantano alcuni salmi a Dio. ».

11 G. Di Napoli, Tommaso Campanella, Filosofo della Restaurazione Cattolica, Padova, CEDAM, coll. Problemi d’oggi, Collana di filosofia e di storai della filosofia, vol. V, 1947, p. 159.

12 T. Campanella, La Città del Sole, Civitas Solis, présenté par Tonino Tornitore, Milano, Unicopli, p. 404.

13 G. Di Napoli, op. cit., p. 442.

14 T. Campanella, L’ateismo trionfato overo riconoscimento filosofico della religione universale contra l’antichristianesmo macchiavellesco, présenté par Germana Ernst, Pisa, Edizioni Scuola normale superiore, 2004, 390 p. Première édition : T. Campanella Atheismus triumphatus seu Reductio ad religionem per scientiarum veritates. F. Thomae Campanellae Stylensis ordinis Praedicatorum contra antichristianismum achitophellisticum, Romae, apud haeredem Bartholomaei Zannetti, 1631.

15 Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Le Robert 1981 p. 1188.

16 Imbrosci, L’utopie à la dérive, Sur les compromissions vitales du lieu utopique, Pisa, Editrice libreria Goliardica, coll. Histoire et critique des idées, 1995, p. 46.

17 Trad., p. 19. Éd., p. 19, « per far temperie. ».

18 Trad., p. 19. Éd., p. 19, « le grasse a’ macri, e le macre alli grassi ».

19 Trad., p. 20. Éd., p. 19, « che si han da congiungere ».

20 Trad., p. 21. Éd., p. 21, « la purità della complessione, onde le virtù fruttano [...] difficilmente senza disposizion naturale può la virtù morale allignare. ».

21 Trad., p. 22. Éd., p. 22, « per lo più, sendo enerati nella medesima costellazione, li contemporanei son di virtù consimili e di fatezze e di costumi. E questa è concordia stabile nella republica, e s’amano grandemente e aiutano l’un l’altro. ».

22 A. Savinio, op. cit., p. 13.

23 G. Ernst, Tommaso Campanella, Il libro e il corpo della natura, Roma, Laterza, 2002 p. 96.

24 R. Trousson, Voyages aux pays de nulle part, histoire littéraire de la pensée utopique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1979, p. 78.

25 G. Ernst, Delle radici de’ gran mali del mondo dans Tommaso Campanella, Roma, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1999, p. 65 : « Io nacqui a debellar tre mali estremi : tirannide, sofismi, ipocrisia ». Traduction de L. Collet, Origine des grands maux du monde dans La Cité du Soleil, suivie de poésies et de lettres, œuvres choisies, Paris, Lavigne, 1844, p. 61.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constance Mercadante, « Le temps du rituel dans La Cité du Soleil de Tommaso Campanella », Cahiers d’études romanes, 18 | 2008, 101-116.

Référence électronique

Constance Mercadante, « Le temps du rituel dans La Cité du Soleil de Tommaso Campanella », Cahiers d’études romanes [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1707 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1707

Haut de page

Auteur

Constance Mercadante

Aix-Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org