Navigation – Plan du site

Les Italiens dans les villes polonaises des XVe et XVIe siècles

Elzbieta Jamrozik
p. 117-129

Résumés

Nous nous proposons de suivre les traces des Italiens arrivés en Pologne à l’époque de la Renaissance : humanistes, artistes, précepteurs de fils du roi, médecins, mais aussi commerçants, artisans et entrepreneurs qui cherchaient à y faire fortune. Leur migration vers les villes polonaises a contribué à l’expansion non seulement des grands centres urbains, en particulier Cracovie, mais aussi des centres plus petits, où la présence d’artistes italiens était fonction des ambitions des grandes familles nobles. Après une présentation sommaire du contexte historique qui définit la présence italienne en Pologne, nous interrogerons des documents de l’époque pour tracer l’image de la ville polonaise qui se profile des témoignages italiens : comment voyaient-ils les villes polonaises ? Quel accueil y avaient-ils trouvé et quelle place ont-ils réussi à se faire dans la société polonaise ? Faute de pouvoir donner une réponse exhaustive à ces questions, nous tracerons les grandes lignes des contacts qui formaient un pont entre l’Europe Centrale et l’Europe Occidentale.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

migration

Parole chiave :

migrazione

Index géographique :

Italie, Pologne

Index chronologique :

XVe, XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La voie compliquée des emprunts latins, et plus tard italiens, apparaît dans les travaux des lingui (...)

1Les premiers contacts culturels, politiques et économiques, donc nécessairement linguistiques, entre la Pologne et l’Italie remontent au Xe siècle, époque où la Pologne entre dans le monde chrétien par le baptême symbolique du prince Mieszko qui, épousant la princesse tchèque Dobrava, en adopte la religion. Au cours des Xe et XIe siècles, la nouvelle religion prend pied dans le pays, portant un lexique nouveau de souche latine et italienne qui pénètre dans le polonais par l’intermédiaire des langues voisines, du tchèque et de l’allemand ; cette médiatisation est le signe d’une triple zone d’influence culturelle sur un pays qui fait ses premiers pas dans le monde catholique1.

  • 2 Des échanges entre la Pologne et l’Italie témoigne entre autres le recueil de S. Windakiewicz, Księ(...)
  • 3 Pour un aperçu historique du rôle de Padoue dans les contacts entre Italie et Pologne v. Comitato p (...)
  • 4 A l’italianisation de la vie de cour a contribué éminemment la princesse italienne Bona Sforza d’Ar (...)

2À ces deux voies de pénétration s’ajoute une troisième, issue directement de l’Italie d’où, à partir du Xe siècle, arrivent les représentants des ordres monastiques, Cisterciens et Bénédictins, qui s’établissent dans de nombreuses localités de la Pologne méridionale, (Tyniec, Szczyrzyc) y édifiant les monastères célèbres, centres de foi chrétienne jusqu’à nos jours. Ce n’est toutefois qu’au début du XIIIe siècle, à la suite de la consolidation du pouvoir royal, que s’intensifient les contacts culturels et les échanges de toutes sortes, surtout commerciaux, concentrés à Cracovie, capitale du royaume. À partir de cette époque, on note l’arrivée dans le pays de nombreux Italiens, commerçants, artisans, artistes et représentants des arts libéraux. Les relations entre l’Italie et la Pologne se resserrent ultérieurement, au XIVe siècle, créant un double courant d’échanges : celui des Polonais se rendant sur la Péninsule et des Italiens arrivant en Pologne. Le mouvement polonais vers l’Italie concerne essentiellement les religieux, les diplomates, les hommes de lettres, ainsi que de nombreux étudiants qui se rendent dans les prestigieuses universités de Bologne, Padoue ou Ferrare2 pour y poursuivre leur éducation et affiner leur culture : on estime à environ 1 400 les étudiants polonais qui ont séjourné à Padoue dans les années 1545-703. Cet engouement pour l’Italie et les Italiens s’accompagne de la popularité croissante de la langue italienne aussi bien à la cour royale que parmi la noblesse et les grandes familles bourgeoises, ce dont témoignent jusqu’à nos jours de nombreux emprunts lexicaux, non seulement dans les domaines traditionnels de la terminologie musicale et artistique, mais aussi dans le langage de la cour et dans le lexique culinaire4.

  • 5 Cf. à ce propos D. Valeri, « Una Padova minore in terra di Polonia », in Relazioni tra Padova e la (...)

3Un témoignage vivant de la fascination des nobles polonais pour la culture italienne au sens large du terme est la ville de Zamość que Jan Zamoyski, représentant d’une des familles de la plus haute noblesse, fonda à l’image de Padoue, suivant en cela l’exemple de Pienza de Enea Silvio Piccolomini. Nostalgique de Padoue où il avait fait ses études, Zamoyski voulut avoir sa « petite-Padoue » à portée de main : il en confia la réalisation en 1578 à l’architecte italien Bernardo Morando qui s’exécuta de la commission en moins d’un quart de siècle rappelant dans son œuvre la ville originale par maints détails architectoniques : l’Hôtel de ville, les petites ruelles du centre, les porches, l’enceinte fortifiée des murs ; l’ensemble architectonique polonais témoigne de l’amour porté par Zamoyski à la ville italienne5.

  • 6 Sur la présence des Italiens en Pologne et la façon dont ils percevaient ce pays et ses habitants, (...)

4Entre le XVe et le XVIIe siècle, la plupart des villes polonaises subit d’ailleurs des changements profonds dus à l’enrichissement des nobles et de la bourgeoisie ascendante, ainsi qu’à la diffusion des modèles de vie plus fastueux ; en témoignent les récits de voyage ou la correspondance d’Italiens résidant en Pologne6.

  • 7 Enee Silvii Piccolomini postea Pii de Europa, ed. Adrianus VAN HECK, Città del Vaticano, Biblioteca (...)

5Suivant les traces des Italiens qui arrivaient dans ce pays dont Enea Silvio Piccolomini avait écrit en 1488 dans De Europa : « Polonia vasta est, quae Silesiae ad occidentem proximat, Ungaris, Lituanis ac Prutenis conterminata »7, au cours du XVe siècle arrivent surtout les intellectuels attirés par l’Université Jagellone, étudiants comme Pier Paolo de Comitibus qui vient à Cracovie vers la moitié du siècle, ou professeurs éminents comme l’humaniste et écrivain Filippo Buonaccorsi dit Callimaco, qui s’y établit en 1469 devenant le précepteur des fils du roi Casimir Jagellon et promoteur de la vie culturelle, organisateur de discussions et lectures commentées de textes.

  • 8 Parmi les nombreux auteurs qui ont étudié cet aspect, il importe de signaler la monographie, citée (...)

6Vers la fin du XVe siècle, à la suite de l’intensification des contacts économiques, c’est le tour de nombreux commerçants, ingénieurs des mines attirés par les salines de Wieliczka, médecins, savants, artistes, architectes, orfèvres, maçons et artisans de toutes sortes qui, travaillant dans divers secteurs, contribuent à sensibiliser les Polonais aux canons esthétiques de l’époque et accroître leur goût pour une culture matérielle raffinée. Le cortège de la princesse italienne Bona Sforza d’Aragon qui, épousant Sigismond I devient reine de Pologne, compte presque trois cents de ses concitoyens, dont les habitudes susciteront l’envie et la jalousie des courtisans polonais. Bona Sforza s’établit au château de Wawel qu’elle fait transformer, contribuant à l’explosion de l’italianité dans l’art, la littérature, la vie de cour. Ainsi dans la première moitié du XVIe siècle on compte environ 200 artistes et architectes italiens opérant en Pologne8, tels par exemple Bartolomeo Berrecci de Florence, Tommaso Dolabella de Belluno ou Giovanni Cini de Sienne. L’ensemble de la vie matérielle et culturelle de cette époque est marqué par l’italianisation, voire l’italomanie de la noblesse : chaque grande famille veut avoir à son service au moins un artiste italien pour faire construire ses demeures et ses églises dans le style italien, ainsi qu’un précepteur qui apprendrait l’italien à ses enfants. Le fruit de cette admiration pour tout ce qui est italien se retrouve encore de nos jours dans de nombreuses villes polonaises, non seulement les grands centres — Cracovie, Varsovie ou Poznan — mais aussi des villes plus petites de la Pologne méridionale comme Tarnów, Stary Sącz, Pińczíw, Sandomierz.

  • 9 Sur la présence des Italiens en Pologne et la façon dont ils percevaient ce pays et ses habitants v (...)

7Entre le XVe et le XVIIe siècle, les villes polonaises subissent dans l’ensemble des changements profonds dus à l’enrichissement des nobles et de la bourgeoisie ascendante ; en témoignent les récits de voyage ou la correspondance d’Italiens résidant en Pologne9.

  • 10 G. Fantuzzi, Diario del viaggio europeo (1652) con Instruttione et avvertimenti per far viaggi lung (...)

8Dans ce contexte, le récit de Giacomo Fantuzzi10, fonctionnaire du nonce, du voyage qu’il avait fait à travers l’Europe prenant comme point de départ la Pologne, jette une lumière sur certaines villes polonaises qui se trouvent sur le trajet du voyageur. Né en 1616, Fantuzzi arriva en Pologne à l’âge de vingt-neuf ans et y passa sept ans à la cour des rois Ladisias IV d’abord et Jean Casimir Vasa ensuite, assistant aux noces du roi avec la princesse Marie-Louise de Gonzague-Nevers. En 1652, Fantuzzi quitte la Pologne en direction des Flandres. Parti de Varsovie, Fantuzzi décrit Zakroczym : « bel villaggio di qua del bel fiume Vistola » (p. 26) et Brodnica qui, à l’époque, se trouvait dèjà sur le territoire prussien :

tutta murata e circondata di muri con portici in tutte le strade, non però molto popolata, e la maggior parte da Heretici Luterani. Quivi si comincia a vedere habiti alla tedesca e non più alla polacca. Detta città è situata in pianura, sopra il fiume Dravenza, capace di piccole barchette. La sera si dormì in villaggio heretico. (pp. 26-27)

9Par la suite Fantuzzi s’arrête dans la citadelle des chevaliers teutoniques à Malbork, puis arrive à Gdansk qu’il décrit de façon assez détaillée :

La città è bellissima e vaga assai, sì per le belle strade, diritte e polite, come anche per la vaghezza delle case, le quali sono altissime, tutte dipinte e stuccate al di fuori, con finestroni grandi e alti, di bellissimi cristalli, tutte ad un modo, et avanti di esse vi sono belle scalinate di marmo, e molte hanno un piccolo poggiolo a stare a sedere e pigliare aria al di fuori di esse [...]. E populatissima di 150 mila e più anime, non tanto in riguardo alla città stessa quanto alli borghi, li quali sono grandi due volte più della città, la quale però non è molto grande di circuito et è attorno tutta ben fortificata di bellissime muraglie terrapiene, con fosse profondissime. (p. 27)

10Fantuzzi ne se limite pas à décrire les monuments et le régime politique de cette ville, mais fait des remarques sur ce qui le frappe, notamment la propreté :

Di dentro vi è grandissima politia et in molte case ho veduto usarsi di gettare per le <stanze> della segarina o semola di tavole, acciò che il pavimento non s’imbratti da chi ha le scarpe sporche o humide. (p. 27)

11ainsi que les habitudes vestimentaires des habitants :

Li Danzicani vestono tutti alla tedesca, come che la Prussia è una parte della Germania, e parlano nativamente tedesco, benché pochi vi siano che non parlino polacco, e molti francese ancora, per il continuo commercio che hanno in Francia, ove mandano li loro figli ad imparare li buoni costumi. Di statura sono bellissimi, come bellissime sono le loro femine, le quali come gli huomini vestono con grande politia e lindezza, si dilettano di belli giardini, li quali hanno fuyori Danzica, a’ quali vanno tutte le feste in ricreatione et ivi stanno allegrissimamente. (p. 33)

  • 11 R. Mazzei, Itinera mercatorum. Circolazione di uomini e beni nell’Europa centro-orientale. 1550-165 (...)

12Une preuve matérielle de l’enrichissement des classes sociales élevées est la densité et la qualité des échanges économiques de l’époque relevée par les historiens. Le commerce en articles de luxe permet, dès le XVIe siècle, aux grandes familles de commerçants italiens, tels les Soderini, de faire leur fortune en Pologne11. Les Soderini ont été pendant près de trente ans, parmi les Italiens les plus influents de Pologne : devenus banquiers du roi Sigismond Auguste et fournisseurs officiels de la cour, c’est à eux que s’adressaient tous les hommes importants ; en 1556, ils obtinrent même l’exemption des droits de douane pour les articles importés en Pologne. Tout comme les représentants d’une autre grande famille florentine, les Torrigiani, les Soderini se spécialisaient dans l’importation des étoffes de luxe qui avaient une importance croissante dans la société polonaise de l’époque : ainsi, un auteur anonyme décrivant l’entrée solennelle de Henri de Valois à Cracovie se trouve frappé par la richesse du cortège royal :

Vennero di mano in mano altre compagnie tutte nobilmente vestite per le quali si vedeva che cinque cose erano di gran splendore : le pelli, i metalli, le gioie, la seta e i cavalli.

13Ce qui frappe surtout ce spectateur inconnu, ce sont les soieries :

  • 12 Ibidem, p. 76.

[...] molto più le sete, per esser qui in tanto prezzo, essendo portate da così lontani paesi12.

  • 13 Sur le commerce des soieries et la circulation des articles de luxe en Pologne v. A. Manikowski, Il(...)

14La correspondance du marchand de draps M. A. Federici, qui s’était fixé à Cracovie vers la moitié du XVIIe siècle, permet de tracer les principales voies par lesquelles s’opérait le commerce des soieries et étoffes précieuses entre l’Italie et la Pologne13 :

  • 14 Selon les données citées par A. Manikowski, au cours du XVIIe siècle, 150 italiens, dont 105 commer (...)
  • 15 A. Manikowski, op. cit., p. 18.

15L’activité croissante des commerçants italiens qui se fixent principalement à Cracovie, souvent de façon permanente14, d’un côté témoigne de la richesse de la ville et de ses habitants. D’un autre côté, les nouveaux citoyens participent activement à la vie de la ville et non seulement ils y monopolisent le commerce de la soie, mais aussi entrent dans les organes administratifs de la ville, ce qui est signe de leur richesse et de l’importance qu’ils ont acquise au sein de la communauté : vers la fin du XVIIe siècle, presque le tiers du Sénat de la ville de Cracovie est constitué par les Italiens. Vingt-deux sur ces vingt-cinq sénateurs sont des commerçants ; pour quinze, il a été possible de retracer le champ d’activité : un seul était marchand en grains, tandis que les autres vendaient des articles de luxe, principalement étoffes, parfums et épices15. Ces commerçants s’insèrent donc facilement dans la haute société polonaise, ils épousent les filles de nobles, achètent des maisons luxueuses sur la place centrale de la ville. Ce phénomène, qui atteint son apogée au cours du XVIIe siècle, s’explique d’une part par la domination incontestée de l’Italie dans le commerce d’articles de luxe et la haute qualité de ses produits, de l’autre par l’accroissement du pouvoir des magnats polonais et leur goût de plus en plus prononcé pour le luxe, le faste, les signes extérieurs du prestige et de la richesse.

  • 16 Sigismond Auguste, le dernier descendant mâle de la dynastie, mourut en 1572 sans laisser d’héritie (...)

16Les historiens soulignent que pour les acquéreurs polonais les « soieries brodées d’or et d’argent de valeur inestimable » étaient devenues, à une époque où le pays déclinait économiquement, presque un produit de première nécessité : les nobles et les magnats investissaient leurs plus-values dans les biens de consommation afin de maintenir, sinon accroître, leur haute position sociale. Dans le système d’élection qui avait remplacé la succession dynastique après la mort du dernier roi Jagellon16, la somptuosité de l’habillement comptait autant que le luxe des palais ou le pouvoir de maintenir des forces armées. Or, à l’époque, la soie restait un des moyens pour montrer le propre pouvoir d’achat, surtout que la mode imposait des vêtements à l’orientale.

17Les signes extérieurs de richesse ne se limitent d’ailleurs pas aux habits et ne concernent pas seulement les représentants de la société laïque, si bien que Fantuzzi, en parlant de l’abbé de Oliwa (près de Gdansk), écrit :

Qui è da sapere che nelle entrate e rendite annuali di Polonia non si comprende mai quello che si consuma in casa, ma il solo denaro vivo che entra in borsa, così nell’entrata delli trentaré mila fiorini che ha il detto abbate [di Oliva] non si comprende il grano, la cervosa, bovi, vitelli, castrati, capponi, fieni, biade per cavallo et altre cose che egli consuma per la tavola sua e de’ suoi servitori, i quali saranno sempre sopra una trentina, e ciascheduno tiene cavallo et un servitore a spese del padrone, il quale quando esce va con grande pompa, e per la campagna con tutti li servitori a cavallo dietro alla carozza. La tavola poi importa molto ed è di grave spesa per il lautissimo vivere che si usa in Polonia e per li continui banchetti che si fanno. (p. 36)

18Fantuzzi remarque aussi le mode de traiter les invités :

[...] il detto abbate d’Oliva, il quale ha continuamente forastieri, i quali tratta con grandissima splendidezza, conforme trattò del 1647 Monsignor Nuzio con tutta la famiglia, et adesso me ancora, e poi mi regalò di un bellissimo quadro o pittura in castoro, il quale gli costò cento tallari, e di alcune corone d’ambra, e poi di venticinque ungari per la biada de’ cavalli. (p. 36)

19Pour ce qui est de l’ambre, Fantuzzi remarque :

In Danzica però l’ambra è carissima, e quando più grandi sono li pezzi intieri di essa tanto più cari sono [...]. (p. 36)

20ce qui ne fait d’ailleurs que rehausser la valeur du présent.

  • 17 Le titre complet de cette relation, publiée à Paris en 1647 chez la Veuve Jean Camusat et Pierre le (...)
  • 18 La princesse de Gonzague-Nevers est une figure de relief non seulement par l’action politique exerc (...)
  • 19 Un polonais anonyme cité par A. Lolowski, La vie quotidienne en Pologne au XVII siècle, Paris, Hach (...)

21Le témoignage de Fantuzzi en cette matière n’est pas isolé et il serait intéressant de l’étayer par un autre, celui du français Jean Le Laboureur de Blérenval17 qui accompagna dans son voyage vers la Pologne la princesse Marie-Louise de Gonzague-Nevers, future épouse du roi Ladisias IV de la dynastie des Wasa ; après la mort de celui-ci, Marie-Louise épousa son frère qui lui succéda sur le trône sous le nom de Jean II Casimir18. Le voyage a lieu en 1646 : Marie-Louise part de Paris, traverse les Pays-Bas et l’Allemagne du Nord, s’arrête à Gdansk et arrive pour les noces célébrées à Varsovie. C’est donc un voyage à rebours par rapport à celui de Fantuzzi bien qu’effectué presque à la même époque, et il serait intéressant de voir si, et dans quelle mesure, les témoignages de l’auteur français concordent avec les observations de Fantuzzi. Le roi Ladislas, grand admirateur de l’art et de la culture italienne, s’entoure de collaborateurs tels Domenico Roncalli qui deviendra secrétaire de la reine, ou Girolamo Pinocci, diplomate et mécène au service du couple royal ; toutefois l’arrivée de la reine marque l’avènement de l’influence française qui va peu à peu supplanter celle des Italiens19.

22Le Laboureur est lui aussi ébloui par le faste de la cour royale et de la noblesse, par les étoffes de prix, ce que l’on voit à travers sa description de l’entrée de la reine à Gdańsk :

Quoy que cette entrée ait duré huict heures, ce ne fut qu’un esclair pour nous ; estant impossible de pouvoir particulierement distinguer l’ordre de la reception, les habits precieux et les magnifiques carapassons des chevaux des Seigneurs Polonois [...] A la teste paroissoient dans un lustre digne d’une admiration universelle, deux-cens Gentil-hommes de la principale Noblesse de Pologne, tous aussi heroiquement vestus, qu’ils n’estoient montes. Leurs habits estoient pour la plupart de toile d’or Persique à fleurs, ou de velous plein de diverses couleurs les plus rares du Levant, doublez de fourrures d’un prix inestimables [...] sous ces vestes ou dolomons ils avoient de riches tuniques qu’ils appellent jupans, presque toutes de drap d’or ou de brocatel, d’or d’argent et de soye. (pp. 147-48)

23L’auteur, qui devait être pourtant habitué au luxe de la cour française, continue la description détaillée des tissus, fourrures, pierres précieuses sur presque trois pages de texte.

24De façon générale, ce qui émerveille Le Laboureur c’est l’excès, le surnombre, l’absence de mesure en toute chose ; voilà comment il décrit l’Arsenal de la ville :

C’est une des plus belles choses que l’on puisse voir. Il y a un nombre infini de tres-beaux canons, de mortiers, de bombes et de grenades dedans les salles basses. Les chambres au dessus sont pleines de paires d’armes, d’autres de piques, de mousquets et d’espées ; et tout cela est arrangé dans un ordre merveilleux par galeries. L’on dit qu’il y a pour armer vingt mille hommes. (p. 161)

25La démesure est d’ailleurs propre non seulement aux produits matériels mais elle caractérise également le climat :

Il fit un froid extréme durant notre sejour a Dantzic : et c’est une choses tres-veritable, qu’encor que la Garde fust montée de demi-heure en demi-heure : toutefois plusieurs sentinelles moururent de froid, et l’on en trouva que la gelée avoit endurcy comme la pierre. (p. 162)

26Tout comme Fantuzzi, Le Laboureur apprécie le charme de Gdańsk :

La ville est fort belle, les Eglises magnifiques, les rües grandes et larges, les maisons bien basties : et l’abondance de toutes sortes de vivres et de venaisons y est admirable. (p. 163)

27Le même luxe règne dans la capitale, Varsovie, dont Le Laboureur décrit ainsi un des grands palais nobiliaires :

  • 20 Cependant, à la différence de Fantuzzi, l’auteur français se montre sensible à certains aspects d’i (...)

L’Italie, que nous avons veuë depuis, n’a rien de si pompeux, ny qui tienne plus du Grand Prince. J’advouë que je fus ébloüy, et que je creus avoir esté transporté en songe dans un Palais enchanté ; car quoy qu’il soit tres-regulierement basty à l’Italienne, autour d’une grande cour carrée, les dehors ne promettent rien de ce que l’on void au dedans [...] Toutes [les chambres] estoient tapissées de ce que l’Orient a de plus exquis pour ses étoffes d’or et de soye ; et s’il y avoit des licts en quelques-unes, ils estoient d’un drap d’or frisé, qui rendoit un éclat plus brillant, que le Soleil ne paroit au lever du jour. (p. 183)20

28L’auteur fait part également d’autres comportements et aspects de la vie sociale des Polonais qui le frappent par son caractère excessif :

Toute la semaine saincte nous fusmes témoins du zele excessif des Polonois ; et particulierement du peuple qui s’écorche de foüets dans les Eglises. Tous les Samedis de Caresme sur le soir ils ne manquoient jamais de se fustiger ainsi ; mais depuis le Mercredy Sainct jusques au jour de Pasques, c’estoit une chose pitoyable de les voir aller par diverses compagnies, de cinquante et de cent apres un Crucifix, les disciplines au costé teintes de sans, plusieurs desquelles avoient des pointes de fer [...] et de la Gallerie di Casteau de Varsovie, nous voyions les Villages de la rive de la Vistule tous en feu de la lumiere des flambeaux, et mille sortes de processions, avec ces cris épouvantables. Je plaignois beaucoup leurs épaules, et plus encor leur superstition : car ils croyent avoir beaucoup advancé leur salut, en se foüettant ainsi, et en ne mangeant point de beurre le Caresme : en quoy ils sont si religieux, qu’il y a tel que l’on tueroit plutost que de l’y contraindre [...] Le Samedy au soir, la Royne selon la coutume du pays, passa la moitié de la nuict dans l’Eglise, et le jour de Pasques presqu’entier : le Roy mesmes s’y fit porter ; parce que les Polonois exigent cela de leurs Princes. (pp. 181-82)

29C’est donc une fausse image de bien-être, de luxe et de faste qui transparaît des témoignages de la Pologne à la veille du déclin qui portera le pays à la perte de l’indépendance au XVIIIe siècle. Dans cette farandole, prélude à la danse macabre, les Italiens occupent une place de choix : ambassadeurs de la beauté et du luxe, ils font miroiter devant les nobles polonais toutes sortes de tentations — soieries, épices, objets d’art et visions architectoniques — faisant naître, à la manière de la publicité de nos jours, des désirs, des convoitises, voire la conviction intime que ce luxe est indispensable et doit faire partie inhérente de la vie de tout noble qui se respecte. Ce nonobstant, malgré le jugement sévère que l’histoire a porté sur la noblesse et les magnats polonais, leur goût effréné pour les objets de luxe nous a légué des témoignages inoubliables dans les monuments tout imprégnés de la beauté et de la grâce italiennes.

Haut de page

Notes

1 La voie compliquée des emprunts latins, et plus tard italiens, apparaît dans les travaux des linguistes et historiens polonais de la langue cités in extenso par S. WIDLAK, Italia e Polonia. Popoli e lingue in Contatto, Kraków, Wydawnictwo Uniwersytetu Jagiellónskiego, 2006. Widtak lui-même distingue trois langues qui ont servi d’intermédiaire au passage des termes latins (et vulgaires) en polonais : Iter Slavicum (le slave antique). Iter Bohemicum et Iter Germanicum. Toutes les trois ont contribué à faire entrer en polonais surtout le lexique religieux et les termes liés à la culture religieuse au sens large, alors que la complexité des passages est visible dans les nombreuses séries lexicales qui, partant du latin, se ramifient au niveau du tchèque et de l’allemand, pour aboutir aux formes polonaises : cfr. lat. claustrum > germ. kloster — tchèque klašter > pol. klasztor ; lat missa > germ. Messe — tchèque mše > pol. Msza ; lat. cimiterium, tchèque cmyter, emiter, cmynter, pol. cmentarz ; lat. crux > tchèque křiž > pol. krzyż.

2 Des échanges entre la Pologne et l’Italie témoigne entre autres le recueil de S. Windakiewicz, Księga Nacyi Polskiej w Padwie publié en latin à Cracovie en 1888 auquel se réfère J. MARCHIORI, « Scolari e maestri dell’Università di Cracovia negli “Acta inclytae Nationis Polonae” », in Relazioni tra Padova e la Polonia. Studi in onore dell’Università di Cracovia nel VI centenario della sua fondazione, Padova, Editrice Antenore, 1964, pp. 93-131 qui publie le texte original des lettres protocolaires reportées en résumé par Windakiewicz ; l’ouvrage de ce dernier comprend des documents recueillis sur une période de plus de trois siècles (de 1592 à 1733) pertinents pour le séjour à Padoue d’étudiants et de professeurs polonais, ainsi que pour maints aspects de leur vie quotidienne dans cette ville. Sur les pérégrinations des savants polonais v. également H. BARYCZ, Spojrzenia w przesziość polsko-wtoską, Wrocław-Warszawa-Kraków, Ossolineum, 1965, pp. 17-47, ainsi que A. Sajkowski, Włoskie przygody Polaków. Wiek XVI-XVIII, Państwowy Instytut Wydawniczy, Warszawa 1973.

3 Pour un aperçu historique du rôle de Padoue dans les contacts entre Italie et Pologne v. Comitato per la storia dell’Università di Padova, Relazioni tra Padova e la Polonia. Studi in onore dell’Università di Cracovia nel VI centenario della sua fondazione, Padova, Editrice Antenore, 1964.

4 A l’italianisation de la vie de cour a contribué éminemment la princesse italienne Bona Sforza d’Aragon qui, épousant en 1518 le roi polonais Sigismond le Vieux, devint reine de Pologne et ambassadrice de la culture et de la cuisine italiennes dans un pays où les préférences de la table allaient vers les viandes et gibiers. En effet, un grand nombre de noms de légumes polonais a une origine italienne : brokuły < broccoli, kalafior < cavolfiore, kapiusta < capuccia, karczoch < carciofo, makaron < maccheroni, musztarda > mostarda, pomidor < pomodoro, por < porro, sałata < insalala, szparagi < asparagi, szpinak <spinaci. A la cour de Bona Sforza remontent également les termes tels que bankiet < banchetto, szkatuła < scatola, gracja < grazia, malkontent < malcontento et autres, témoignant de la vivacité avec laquelle les courtisans locaux s’imprégnaient de culture de la nouvelle reine. Sur les emprunts italiens en polonais cf. surtout la publication récente de M. Borejszo, Zapożyczenia włoskie we współczesnej polszczyźnie, Poznan, Wydawnictwo Naukowe UAM, 2007 où le lecteur trouvera d’ultérieures indications bibliographiques ; sur l’apport de l’italien dans le lexique de la cuisine, v. également M. Witaszek-Samborska, Studia nad słownictwem kulinarnym we współczesnej polszczyźnie, Poznan, Wydawnictwo Naukowe UAM, 2007, pp. 90-94. Sur le personnage de la reine, v. en particulier l’ouvrage La regina Bona Sforza tra Puglia e Polonia, Atti del convegno promosso dall’associazione culturale Regina Bona Sforza sotto il patrocinio della Regione Puglia della provincia, del comune e dell’Università di Bari, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1987.

5 Cf. à ce propos D. Valeri, « Una Padova minore in terra di Polonia », in Relazioni tra Padova e la Polonia. Studi in onore dell’Università di Cracovia nel VI centenario della sua fondazione, Padova, Editrice Antenore, 1964, pp. 89-93.

6 Sur la présence des Italiens en Pologne et la façon dont ils percevaient ce pays et ses habitants, v. l’ouvrage fondamental de Wojciech Tygielski, Włosi w Polsce XVI-XVII wieku, Warszawa, Biblioteka Więzi, 2005. Voir également Z. Wolff, « Podróznicy włoscy o Polsce XVII wieku », in H. Barycz, J. Hulewicz, Studia z dziejów kultury polskiej, Warszawa, Gebethner i Wolff, 1949, pp. 281-292.

7 Enee Silvii Piccolomini postea Pii de Europa, ed. Adrianus VAN HECK, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 2001, p. 172.

8 Parmi les nombreux auteurs qui ont étudié cet aspect, il importe de signaler la monographie, citée supra, de Wojciech Tygielski, ainsi que l’ouvrage collectif Arryści włoscy w Polsce XV-XVIII wieku, Warszawa, Wydawnictwo DiG, 2004.

9 Sur la présence des Italiens en Pologne et la façon dont ils percevaient ce pays et ses habitants v. l’ouvrage fondamental de W. Tygielski, Włosi w Polsce XV1-XVII wieku, Warszawa, Biblioteka Więzi, 2005. V. également Z. Wolff, « Podróznicy włoscy o Polsce XVII wieku », in H. Barycz, J. Hulewicz, Studia z dziejów kultury polskiej, Warszawa, Gebethner i Wolff, 1949, pp. 281-292.

10 G. Fantuzzi, Diario del viaggio europeo (1652) con Instruttione et avvertimenti per far viaggi lunghi, publié par P. SALWA et W. TYGIELSKI, Varsavia — Roma, Accademia Polacca delle Scienze, 1998.

11 R. Mazzei, Itinera mercatorum. Circolazione di uomini e beni nell’Europa centro-orientale. 1550-1650, Pisa, Maria Acini Fazzi editore, 1999, en particulier le chapitre II “Da Norimberga a Cracovia”, pp. 50-118.

12 Ibidem, p. 76.

13 Sur le commerce des soieries et la circulation des articles de luxe en Pologne v. A. Manikowski, Il commercio italiano di tessuti di seta in Polonia nella seconda metà del XVII secolo, Warszawa, Wyd. Uniwersytetu Warszawskiego 1982 ; la carte y est reportée à la page 81.

14 Selon les données citées par A. Manikowski, au cours du XVIIe siècle, 150 italiens, dont 105 commerçants, ont obtenu le droit de cité à Cracovie ; les trois quarts proviennent de Lucques, Venise et Florence, trois centres importants de production de soieries (p. 17).

15 A. Manikowski, op. cit., p. 18.

16 Sigismond Auguste, le dernier descendant mâle de la dynastie, mourut en 1572 sans laisser d’héritier et les nobles polonais, trop en querelle les uns contre les autres pour élire comme souverain un représentant d’une famille polonaise, se sont tournés vers l’étranger : ainsi Henri de Valois, duc d’Anjou, succéda à Sigismond Auguste en 1574 grâce, entre autres, à l’appui de la puissante famille Soderini. Toutefois, il ne siégea sur le trône polonais que quelques mois : couronné en février 1574, il repartit en France succéder à Charles IX en mai de la même année.

17 Le titre complet de cette relation, publiée à Paris en 1647 chez la Veuve Jean Camusat et Pierre le Petit, Imprimeur Ordinaire du Roy, est Relation du voyage de la Royne de Pologne et du retour de Madame la Maréschale de Guebriant, Ambassadrice Estraordinaire et Sur-Intendante de sa conduite par la Hongrie, l’Austriche, Styrie, Carinthie, le Frioul est l’Italie. Avec un discours historique de Toutes le Villes et Etats, par où elle a passé Et un traité particulier du Royaume de Pologne, de son Gouvernement, Ancien et Moderne, de ses Provinces et de ses Princes, avec plusieurs tables généalogiques de Souverains. Dédié à Son Altesse Madame la Princesse Douairière de Condé. Nous nous référons au texte reporté par Francesca de Caprio Motta, Maria Ludovica Gonzaga Nevers. Una principessa franco-mantovana sul trono di Polonia, Roma, Vecchiarelli editore, 2002. Du voyage de la reine, il existe également une relation manuscrite, rédigée en 1659 par son secrétaire Pierre des Noyers, Mémoires du voyage de Madame Marie-Louise de Gonzague de Clève pour aller prendre possession de la couronne de Pologne et quelques remarques des choses qui lui sont arrivées dans ce pays dont une copie est conservée à la Bibliothèque Czartoryski à Cracovie.

18 La princesse de Gonzague-Nevers est une figure de relief non seulement par l’action politique exercée indirectement par l’influence qu’elle avait sur le roi, mais aussi en tant que mécène et femme de larges vues, fascinée par les idées des jansénistes de Port-Royal. Pour une biographie succincte de la reine et le récit de son voyage, v. l’ouvrage cité de F. de Caprio Motta (2002) ; pour l’influence qu’elle a exercée sur la vie intellectuelle de la Pologne de l’époque, v. K. Targosz, Uczony dwór Ludwiki Marii Gonzagi. Za dziejów polsko-francuskich stosunków naukowych, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk, Ossolineum, 1975 ; aussi la version française La cour savante de Louise Marie de Gonzague Nevers et ses liens scientifiques avec la France, Wroclaw, Ossolineum, 1982.

19 Un polonais anonyme cité par A. Lolowski, La vie quotidienne en Pologne au XVII siècle, Paris, Hachette 1972, considère qu’il y a plus de Français à la cour du roi de Pologne que de diables en enfer : « Ils semaient l’argent à pleines mains, pratiquaient des intrigues, surtout la nuit : tout leur était permis, ils pouvaient tout [...] Un Français entrait chez le Roi quand ça lui plaisait ; un Polonais devait attendre une journée à la porte [...] les ministres d’Etat se trémoussaient au chant du coq gaulois ». (p. 135)

20 Cependant, à la différence de Fantuzzi, l’auteur français se montre sensible à certains aspects d’indigence populaire que le voyageur italien n’avait pas remarqués : « Ces trois heux [Melava, Ciekanovia, Novemaster] sont des Villes en Pologne ; mais ils passeroient en France pour Villages, tant pour n’estre pas closes, ny de murailles ny de fossez ; que parce que les maisons y sont sans ordre, en petit nombre, mal basties et incommodes ; et les habitans si pauvres, qu’ils font pitié » (p. 167)

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/1713/img-1.png
Fichier image/png, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elzbieta Jamrozik, « Les Italiens dans les villes polonaises des XVe et XVIe siècles », Cahiers d’études romanes, 18 | 2008, 117-129.

Référence électronique

Elzbieta Jamrozik, « Les Italiens dans les villes polonaises des XVe et XVIe siècles », Cahiers d’études romanes [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1713 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1713

Haut de page

Auteur

Elzbieta Jamrozik

Université de Varsovie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org