Navigation – Plan du site

La chronique du Connétable Miguel Lucas de Iranzo. Remarques sur l’écriture des rites festifs

Michel Jonin
p. 23-38

Résumés

La chronique castillane du Connétable Lucas de Iranzo (XVe siècle) en a bien enregistré les faits et haut faits. Elle les a surtout écrits. C'est « l'acte de langage » mémoriel qui nous intéresse ici, et son rapport au motif de la fête comme enjeu de pouvoir. Par-delà le simple niveau référentiel, le récit de la fête tient, au fond, le même langage que son objet lui-même. Conçu comme une fabrique de preuves sensibles et symboliques de la valeur sociale du Connétable, il dessine également, dans sa syntaxe et ses rythmes textuels, la figure politique « royale » de ce chef de la frontière.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne, Castille

Index chronologique :

XVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 J’utilise l’édition de J. de Mata Carriazo : Hechos del Condestable Don Miguel Lucas de Iranzo (Cró (...)
  • 2 Sur ce problème, on consultera C. V. Aubrun, « La chronique de Miguel Lucas de Iranzo », Bulletin H (...)

1C’est à travers une chronique castillane médiévale que nous aborderons les rites et rythmes de la ville : Relaçión de los fechos del muy magnifico e más virtuoso señor don Miguel Lucas, muy digno Condestable de Castilla1. Ce “monument” anonyme2 — probablement érigé à la demande même de l’intéressé — célèbre la gloire du Connétable de Castille Miguel Lucas de Iranzo. Le personnage dut quitter la cour et se retirer à Jaén dont il fut gouverneur entre 1460 et 1471. C’est la chronique d’une fin de vie — le Connétable mourra assassiné en 1473 — consacrée aux divertissements et au labeur de protection de la cité. Car le contexte du récit est, en effet, doublement conflictuel. On y voit la ville prise entre deux feux : les guerres civiles dont la violence a pour théâtre le royaume de Castille d’Henri IV, et les guerres de frontière avec le royaume musulman limitrophe de Grenade.

2La très large part accordée par le chroniqueur aux descriptions, souvent fort détaillées, des fêtes de Jaén, organisées, ordonnancées — devrait-on dire — sous l’égide du Connétable, aux fins de divertissement de tous les habitant de “sa” cité, a guidé notre choix.

  • 3 L. Clare, « Fêtes, jeux et divertissements à la cour du connétable de Castille Miguel Lucas de Iran (...)

3La grande richesse documentaire de cette chronique, notamment pour ce qui est des rituels festifs à Jaén au XVe siècle, légitime l’exploitation qui en a été faite : le texte a été étudié comme source d’information propre à instruire une histoire objective des rites et des mœurs à la fin du Moyen Âge castillan, histoire de leur naissance, leur pérennité, ou leur mutation, par exemple. On citera, à cet égard, les travaux pionniers et éclairants de Lucien Clare qui a remarquablement exploré cette perspective.3

4Nous ne prétendons pas faire à notre tour, ici, œuvre d’historien de la fête, du moins pas directement. Le terrain a déjà été bien balisé. Renouveler ou approfondir la question requerrait donc un travail considérable et des sources neuves. Notre démarche sera différente et de moindre envergure. C’est le récit des fêtes organisées par le Connétable, sa configuration, qui constituera l’objet de notre étude. À cette condition, celle d’une étude interne du fonctionnement du texte, il nous a paru possible d’aborder, avec quelque profit, les rapports de la fête au pouvoir politique qu’incarne la figure du Connétable.

5Une chronique, on le sait bien, n’est pas une entreprise historienne, une tentative objective de décrire, de reconstruire les structures, les conjonctures du passé. C’est un acte courtisan destiné à convaincre de l’envergure exceptionnelle du personnage qu’elle prend pour objet. Un “acte de parole” donc, que l’écriture, apparentée, ici, au genre épidictique, fige en mémoire. Les récits des rituels, des cérémoniels festifs que rapporte la chronique retiendront, ici, exclusivement notre attention. Comment, en quoi, démontrent-ils la valeur du Connétable ? De quelle valeur est-il ici question ?

  • 4 Voir sur ce point G. Ballandier, Le désordre. Eloge du mouvement, Paris Fayard 1988, p. 32.

6Les anthropologues ont souligné la capacité des cérémoniels, festifs notamment, à construire rituellement la puissance sociale, à « travailler pour l’ordre »4. Et, s’agissant non plus de la fête elle-même mais de son écriture, Lucien Clare s’est attaché à montrer comment la chronique de Lucas de Iranzo ressuscitait, dans son récit, cette capacité du rite à inscrire dans les mémoires une image sociale excessivement valorisée du Connétable comme homme de haute noblesse — qu’il n’était pas — et comme chef de municipe.

7Toutefois, nous croyons utile de réitérer cette approche du récit de la fête, de sa dimension courtisane, afin d’en examiner certaines stratégies argumentatives et mémorielles, ainsi que leur articulation avec les fonctionnements sociaux mis au jour par les sciences humaines.

8On s’attachera ensuite, plus spécifiquement, non plus à la narration même des rites, mais à celle de l’organisation, de la conduite de ces rites par le Connétable, qui est bien, à ce niveau, le souci majeur du chroniqueur. Au récit, en quelque sorte, de son modus operandi, son mode d’exécution des rites, de la gestion de leur conformité. Ceci afin d’examiner comment la chronique élabore une figure véritablement politique du Maître de Jaén.

9Repérer, dans la chronique, ce travail narratif de représentation des rites festifs, signifiera, alors, s’attacher à la production de signes, d’indices. Non pas les indices de la position sociale réelle de Lucas de Iranzo, mais ceux que nous livre sa stratégie de positionnement devant la postérité. Ce qu’on pourrait appeler la conquête d’un statut nobiliaire par le texte s’effectue, ainsi, par des processus de sélection narrative dont on fournira, ici, quelques exemples.

10Tout d’abord, la “mise en intrigue” même de la relation des fêtes paraît bien souvent investie par la chronique d’une fonction sociale distinctive. Ce récit est, dans l’ensemble, extraordinairement centré sur le personnage du Connétable. La fête est quasiment circonscrite à lui, à son action solennelle, rituelle, ce qui en démontre la valeur symbolique : elle figure bien au nombre de ses hauts faits, de ses hechos. Ainsi, observera-t-on que la narration des épisodes coïncide fréquemment avec la présence de Lucas de Iranzo. Son départ de la scène ordonne la fin de la séquence. Témoin, cette formule de clôture de la narration du jeu de dés, tout à fait représentative de la mise en intrigue de la chronique, de cette composition qui pratique la discrimination au moyen des techniques du champ et du hors-champ :

  • 5 Hechos del Condestable, op. cit., p. 153.

E entrantrando en la dicha sala, su merçed con los susodichos jugaua a los dados, por onrra de la dicha fiesta, fasta que daua las diez oras [...] E acabada de facer la dicha fiesta, retrayese a dormir un poco, y los otros quedáuanse jugando.5

11La fête et son récit sont bien deux réalités distinctes, distinctement régies : l’une se poursuit – le narrateur l’indique – quand l’autre doit impérativement s’interrompre par épuisement du sens. Le texte, de loquace, devient tacite.

12Le même épisode du jeu de dés montre comment le geste de l’écriture participe du théâtre social. Là encore, c’est la configuration narrative qui est en cause :

  • 6 Ibidem.

E a una ora de la noche, que para aquello algunos de los regidores y jurados y caualleros y escuderos y mercadores y otros çibdadanos de la dicha çibdad eran venidos, los trompetas y atabales y cheremfas tocando delante del senor Condestable, desçendía de arriba.6

13Ici, c’est fondamentalement la syntaxe qui opère cette dramatisation du récit. Elle ordonne l’apparition hiérarchisée des personnages sur la scène sociale. Soit les élites urbaines – le pouvoir, les nobles et les marchands – et, en fin de phrase seulement, le Connétable, dont l’apparition est encore retardée par trois circonstants (« los trompetas y atabales y cheremías tocando »). Le suspens, qui crée la distance, et avec elle, le statut ou rôle, fait bien de Lucas de Iranzo le sujet syntaxique “royal” de ce court récit.

14Toutefois, on l’aura remarqué dans cet exemple, le marquage social n’est pas le seul fait de la sémantique et de la syntaxe. Il existe bel et bien un geste rythmique du texte, geste de scansion qui, par l’accumulation des cellules ternaires – emphatiques –, produit un effet sonore d’annonce solennelle du pouvoir incarné.

15À l’examen, l’écriture des rythmes textuels qui sous tendent la chronique peut également être rattachée à la même stratégie distinctive.

  • 7 Dictionnaire de linguistique, article RYTHME, J. Dubois, et alii, Paris, Larousse, 1973, p. 424.

16Ces rythmes, entendons par-là « le retour régulier dans la chaîne parlée, d’impressions auditives analogues créées par divers éléments prosodiques »7, sont véritablement partie intégrante du récit des cérémoniels rituels régis par le Connétable. Ils sont générés par les innombrables structures d’énumération, qui constituent des figures particulières de la description, et fonctionnent, pour ainsi dire comme les “boîtes à rythmes” du texte. Cette syntaxe cumulative, en construisant des séries de mots que séparent les coordonnants, produit automatiquement des effets de retour d’unité rythmique, et donc de scansion. Mais la répétition peut aussi être plus élaborée, comme dans l’exemple précédent, et opérer, alors, à partir de cellules binaires ou ternaires, le plus souvent.

17Le rythme du récit transmute la matière sonore de la fête, sa musique d’apparat, ses sons de trompes, et en redonne la sémiologie : celle du prestige d’un chef de municipe.

  • 8 J. Baudrillard, Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard, 1972.

18Sur un plan thématique, maintenant, il est visible que la chronique met l’accent sur certains comportements du Connétable considérés comme ayant valeur de signes, d’« exposants majeurs de prestige »8 par référence à l’ordre immanent du code social de l’époque.

19De ces conduites, que le récit sélectionne pour mémoire en fonction, donc, de la réception des lecteurs ou auditeurs de la chronique, nous retiendrons essentiellement, dans le cadre limité de notre étude, la pratique du don, jadis analysée par Marcel Mauss. Donner afin de produire la démonstration de sa richesse, afin de créer une obligation de contre-don chez les bénéficiaires et générer ainsi des rapports de pouvoir. Cette pratique, qui joue de la relation directe entre avoir et pouvoir, a été suffisamment relevée par les médiévistes, dont Georges Duby, pour que l’on n’y revienne pas. On se contentera d’en remarquer l’aspect quantitatif dans le récit des fêtes. Celui-ci fait une part absolument léonine à la libéralité du Connétable qu’il mentionne de manière réitérée chaque fois que l’occasion – une fête – s’en présente. Dons de riches parures faites par le Connétable à ceux de sa maison, tout comme aux nobles et aux oligarchies urbaines. Dons généralisés – le peuple est inclus – de nourritures lors des banquets opulents qui scandent les réjouissances, comme ce burlesque “tournoi de courges” du chapitre XVI :

  • 9 Hechos del Condestable, p. 164.

E después del torneo acabado, mandaua traer colaçión para todos los que allí se ayuntauan, que era asaz gente, de muchas aves y cabritos y pasteles y tortas de hueuos rebueltos con toçino, e muy finos vinos, fasta que sobraua.9

20La longue énumération des collations relève, elle aussi, d’une mise en texte de la pratique prestigieuse, « ostentatoire » – pour reprendre le mot de Thorstein Veblen – de la dilapidation.

  • 10 J. Baudrillard, op. cit.

21On verra, alors, dans cette prolifération narrative du don, la transposition textuelle d’un mode d’organisation rhétorique et symbolique étudié par J. Baudrillard10 : la « saturation » et la « redondance », soit « l’excès de présence » où ces dons trouvent leur signification.

  • 11 Hechos del Condestable, op. cit., p. 153.

22L’aspect qualitatif des dons est également souligné à loisir par le chroniqueur, d’autant que ces derniers peuvent revêtir un caractère inaugural, comme lors des fêtes de la Nativité au chapitre XV : « después de aver mandado vestir de nueuo de muy finos paños y sedas todos los de sus casa [...] »11. La mention du luxe, de la richesse, destinés à être interprétés, transformés en signes de la grâce nobiliaire, prend encore davantage de valeur dans le contexte d’une société de “pénurie”.

  • 12 L. Clare, Frontières andalouses, IBERICA, nouvelle série-n° 6-1996.

23Nous n’insisterons pas sur d’autres versants de la symbolique nobiliaire qui ont déjà été signalé par la critique12. Ainsi de l’inscription dans le texte des fastes étincelants de la fête, de la surabondance des divertissements ou des musiques qui saturent l’espace sonore des descriptions pour, toujours, en désigner le héros. Et que dire de ces suites de nobles — que l’écriture, souvent, ordonne en séries ternaires — qui accompagnent le Connétable lors de célébrations – ici une noce – pour en construire la figure sociale : celle d’un seigneur que l’énumération hiérarchisée du cortège désigne toujours comme singulier mais jamais seul ?

  • 13 Hechos del Condestable, op. cit., p. 133.

Para lo qual, domingo que fueron veynte e seys de junio del dicho ano, a misas mayores tañiendo, el dicho señor Condestable, con la señora condesa y con la muy onesta e virtuosa señora dona Guiomar Carrillo, su madre, y la señora dona Juana su hermana, acompañado de muchos caualleros y escuderos y çibdadanos, se fue a casa de sus padres y madres de la nouia [...]13

24Le versant vertueux de la symbolique n’est pas absent. En effet, les signes de la pietas du Connétable, cette dévotion qui fait le chrétien parfait, le chevalier parfait, au nom de l’adage affirmant que « noblesse est vertu » sont, eux aussi, omniprésents dans le récit des fêtes. Nous aurons d’ailleurs l’occasion d’y revenir, sous un angle différent, dans la suite de notre travail.

25Plus pertinente, peut-être, est la manière dont le narrateur opère son travail de positionnement de la figure du Connétable au moyen de commentaires interprétatifs qui orientent la lecture, son herméneutique, par leur caractère didactique.

26Ainsi, au chapitre XII, les dons dispendieux de Lucas de Iranzo à l’occasion d’une noce font l’objet d’un jugement qui inscrit sa générosité dans une tension subtile entre un principe de conformité à la norme immanente et un principe de capacité à la dépasser en l’étendant à des bénéficiaires de qualité inférieure :

  • 14 Ibidem.

Ca, demás de a las mugeres de aquestos mandar dar muy ricos paños, así briales de seda como ropa y mantos y briales de muy finos paños, más conplidamente que en aquella tierra a mugeres de escuderos se solfa dar, con todas las otras cosas de tocas y gorgueras, camisas, mantillas, sortijas y otras joyas, que ninguna cosa fallesció, antes dando algunas de más que dar no se acostumbrauan [...].14

27On établit ainsi une sorte de principe de distinction dans la distinction qui ressortit encore à cette rhétorique sociale de l’excès, de la dilapidation.

Autre variante sur le don, ce geste du Maître de la cité où munificence et richesse inépuisable se combinent pour fonder implicitement son essence nobiliaire :

  • 15 Ibidem, p. 132.

Ca no yva allí ninguno de fuera a lo ver o librar con él, de qualquier estado que fuese, que no le mandaua dar ración muy conplida, a cada uno segúnd quién era [...] en tal manera que yo me pasmo de donde le abastaua ni lo podía conplir.15

Le recteur de la fête

28L’incipit du chapitre XV, qui introduit la description des fêtes de Noël à Jaén en 1464, nous donnera l’occasion d’abandonner le récit des rites festifs, pour celui de l’ordonnancement de ces rites par le Connétable. L’ouverture narrative constitue, en effet, une pierre de touche pour l’analyse de notre problématique. On y voit comment le texte fonde, institue véritablement, en particulier sur le plan syntaxique, la figure du Connétable dans son rapport à la fête, comment il en impose la représentation active de recteur, d’organisateur :

  • 16 Ibidem, pp. 152-153.

29En esto llegaron las fiestas de la Natividad de nuestro señor Jesucristo, que fue ano de mil y quatroçientos y sesenta e quatro años. Y como quiera que en algunos lugares desta escriptura es ya repetido asaz veces cómo y en qué manera en las dichas fiestas, porque son las más prinçipales de todo el año, y en todas las otras, se estendfa su grande liberalidad y franqueza, y qué es la orden y manera que en cada una de las dichas fiestas el dicho Condestable siempre tenía [...] acordé de poner aquí, por órden, todas las fiestas y çirimonias de aquellas, y salas y conbites que en cada un ano acostumbraua facer.16

Le récit pose, ici, trois instances :

  • Le chroniqueur / narrateur qui s’exprime à la première personne et va produire le discours, la représentation des événements festifs.

  • Le Connétable, héros de la chronique.

  • L’événement narré. Ici, la fête de Noël, fête chrétienne à date fixe, célébrant la naissance du Christ.

30On peut alors saisir le rapport que construit la chronique entre le Connétable et la fête en isolant, dans ce fragment, de manière très schématique différents questionnements, différentes dialectiques convergentes.

31Dans l’ordre syntaxique, il y a renversement du rapport sujet-objet, commutation, pour ainsi dire, des postes. Tout d’abord, en effet, « la fête » apparaît en position syntaxique dominante de sujet. Son importance se trouve d’ailleurs renforcée par le circonstant : « en esto » qui laisse le champ libre au déploiement de l’événement. Le prétérit, et l’antéposition du verbe, achèvent de conférer à la formulation son dynamisme. Elle est en suite en position de complément circonstanciel, sorte de cadre où le nouveau sujet, « le Connétable », développe son activité. En fin de phrase, « la fête » se retrouve en position syntaxique de complément d’objet direct : la fête, les fêtes, objet du Connétable sujet.

32Dans l’ordre conceptuel, on peut dégager différentes articulations. Une tension émerge, tout d’abord, entre l’universel et le singulier que représentent respectivement la fête et le Connétable

33Voici donc la fête consacrée, tout à fait naturellement, dans l’incipit comme loi universelle, comme rite de célébration de son Dieu éponyme – « Nuestro Senor Jesuscristo ». Elle apparaît bien comme une sorte de super instance imposant à la vie urbaine la loi de son éternel retour, de son rythme cyclique, et l’imposant au récit de cette vie, puisqu’elle est présentée comme le motif du chapitre, son sujet même. Nous observons donc, ici, un premier positionnement du rythme dans notre problématique.

34Mais l’inversion du rapport confère l’emprise, l’initiative au singulier, à Lucas de Iranzo qui la « fait » (« acostumbraua facer »), qui lui impose autant sa loi qu’elle lui est imposée. Et on ajoutera que la valeur épique du verbe « facer », qui renvoie à la « fazaña », à l’exploit chevaleresque, renforce alors la position centrale du Connétable pour qui la fête est bien l’enjeu d’une prouesse.

35Deux autres dialectiques, le donné et le construit ; la puissance et l’acte, éclairent définitivement ce rapport.

36La fête apparaît, en effet, comme un événement donné, versé immuablement au temps de la ville, auquel doit se confronter l’administration du chef de municipe. En tant que rite, et rite sacré, elle exige de la part de son exécutant, soit, de la part de l’organisateur qui la conduit, la recrée, une gestion qui soit conforme aux règles qu’impose la tradition. La non-conformité à cette tradition constituerait un risque de désordre contagieux.

37D’autre part, on le sait, le rite est bien un ordre social en attente, en puissance. Un ordre que doit prendre en charge le Connétable, qu’il lui incombe d’actualiser, de construire, d’engendrer. L’organisateur démiurge entrant d’une certaine façon en concurrence avec le dieu célébré du rite.

  • 17 Ibidem, p. 161.

38L’étude du niveau lexical du texte est, sur ce point, éclairante. Ainsi, l’ordre reconstruit est-il exprimé dans le fragment : « la orden y manera que en cada una de las dichas fiestas el dicho Condestable siempre tenía ». De manière plus large, on observera également dans le texte l’usage réitéré d’expressions qui énoncent la mission, le devoir “d’actualisateur de l’ordre festif” qui échoit à l’alcaide. Indices textuels de ce devoir, les emplois multiples du verbe « requerer », comme celui-ci, pris entre maints autres : « otras cosas que al caso se requerían »17, mais aussi le recours à une expression comme « onrrar la fiesta » qui place sur le plan symbolique de l’honneur la fonction du Connétable.

39Ainsi, le personnage de Lucas de Iranzo, à l’opposé de ces figures qui engendrent, dans un geste fondateur, l’ordre à partir du chaos, comme dans ces récits de genèses mythiques, apparaît bien comme une figure, qui, de la place de maître des fêtes que lui confère son rang doit produire de l’ordre social.

40Ce premier exemple autorise – croyons-nous – à explorer plus avant cette piste inscrite dans le texte. À savoir que la chronique fait de la fête la scène où le Connétable démontre sa capacité à générer, depuis son poste d’alcaide de la frontera, de l’ordre, à être l’ordre, en quelque sorte. Caractéristique qui, par transposition, en fonde véritablement la figure politique.

41Et précisément, on voudrait s’attacher à déceler la présence, dans ce récit de fêtes, d’une sorte de “réflexion politique” implicite sur le système social conçu comme ordre, comme ordonnancement.

Une peur du désordre

  • 18 Ibidem, p. 157.

42On remarquera tout d’abord, dans cette perspective, le souci généralisé, véritablement obsessionnel chez le chroniqueur, de relever la rigueur méticuleuse apportée par le Connétable à l’organisation des festivités, des rites comme autant d’images d’un ordre recréé. C’est le soin avec lequel est aménagée la salle de réception des convives, avec lequel est organisé, de même, le service, le premier dimanche après la fête de la Circoncision narrée au chapitre XV18. D’une manière plus générale, il convient d’observer également comment la valeur itérative de l’imparfait inscrit dans la narration le déroulement à l’identique de chaque types de fêtes.

43Sans doute faut-il souligner encore davantage le corollaire de cette obsession : une sorte de peur du désordre :

  • 19 Ibidem.

E no se empachauan de servir otra mesa, porque no ouiese desordenança ninguna en el seruiçio de las dichas mesas.19

  • 20 Ibidem, p. 153.
  • 21 Ibidem, p. 155.
  • 22 Ibidem, p. 157.

44De même, le rappel de la constance du Connétable dans son rôle d’organisateur, dans le maintien à l’identique des formes révèle-t-il un mouvement de résistance à l’érosion, dans le temps, de cet ordre essentiel, vital, en un sens, toujours à maintenir, à reconstruire. On relèvera, alors, par exemple, les expressions, à caractère global, de la continuité, de la constance : « la orden y manera que en cada una de las dichas fiestas el dicho Condestable siempre tenia »20 ; ou celles plus spécifiquement orientées sur la question de la préséance : « se boluían a palaçio en la orden que avian ido »21 ; « se venia a palaçio en la orden que avía ido »22.

  • 23 G. Ballandier, op. cit.

45Enfin, l’économie narrative qui régit la description des concours et autres compétitions — jeu de dés, jeux de cannes, courses de bague — accorde peu d’importance à l’issue même de ces concours. Parce qu’elle en tait les gagnants, pour en majorer à l’inverse les cérémoniels introductifs ou conclusifs de manière très disproportionnée, cette narration paraît justiciable d’une interprétation qui va dans le sens de notre hypothèse. La victoire ou la défaite n’ont que peu de place dans la chronique car pas de signification. Elles relèvent de ce hasard inconstant, “irreproductible” qui constitue un principe fondamentalement désorganisant23. Ce qui compte, c’est la présence avérée, réitérée de l’ordonnateur de ces rites sur le lieu de leur déroulement. Le récit, en neutralisant la contingence, poursuit alors consciencieusement son objectif de stabilité, tire, en quelque sorte la fête hors de l’Histoire, lui épargne l’arythmie.

L’espace unitaire du ‘rex’

46Au début du chapitre XVI, le narrateur nous livre, dans une description dynamique, l’emploi du temps du Connétable. Celui-ci assistait, au cours du Carême, à une messe dans chacune des églises de la ville, sans en omettre aucune. Le texte souligne à loisir le caractère systématique de l’entreprise :

  • 24 Hechos del Condestable, op. cit., p. 164.

El primero día de quaresma, el señor Condestable yva a la yglesia mayor, a la misa de terçia, por andar en la proçesión de oyr el sermón ; e por tomar la çeniza. E después, andando la quaresma, su señoría yva a oyr misa a todas las yglesias de çibdad, en esta manera : el lunes de la cuadragésima domínica de quaresma a San Lloreynte, e otro día a Santiago, e otro día a Sant Juan, e otro día a San Benito, y el viernes a la Trinidad, y otro día a Santa Catalina, y otro día a Sant Andrés, y otro día a Santa Cruz, e otro dia Santa Clara, y otro día a Sant Pedro, e otro día a Sant Bartolomé, y otro día a Sant Françisco, y otro día a San Clemeynte, y otro día a Sant Alifonso.24

47La précision touchant aux églises visitées indique un probable emprunt du chroniqueur à des documents municipaux. On est visiblement en présence d’un de ces récits qui émaillent la relation des hauts faits du Connétable pour en célébrer le zèle religieux avec une minutie professionnelle – lisible dans l’énumération extensive de ses “stations” –. Il s’agit d’exhausser lapietas de Lucas de Iranzo.

48Or, sans infirmer cette première lecture, la morphologie du texte nous invite à en risquer une autre qui doublerait implicitement l’entreprise de valorisation sociale du chroniqueur.

49Ainsi, la répétition extensive d’une même structure syntaxique (« yva a...y otro día a ») motivée par la variété des compléments de lieu énumérés qui forment une longue série, inaugure un jeu entre monotonie et prolifération, entre l’invariant et la variable, à l’image, d’ailleurs, de toutes les descriptions de la chronique.

50La série analytique des églises visitées par le Connétable, une multiplicité d’espaces locaux, constitue donc, ici, la variable de ce discours d’éloge à la dévotion du maître de la ville. Mais cette multiplicité est organisée, comme bien souvent chez l’auteur, selon un ordre hiérarchique, un ordre de préséance scrupuleusement respecté – semble-t-il – par le Connétable qui place en tête de ses visites la « yglesia mayor ». D’abord, en quelque sorte, “la tête”, puis la suite proliférante des différents membres formant ensemble la totalité des lieux sacrés institués. La syntaxe paraît bien, alors, se conformer à ce schéma, et même s’y complaire.

  • 25 Ibidem.

51L’invariant, c’est, ici, la loi globale que suit et impose tout à la fois le Connétable : visiter chaque jour une église pour y assister à une messe. Une règle qui assujettit toutes les différences sans en omettre aucune, comme le stipule expressément la suite du texte : « E si no se acabauan de andar en la quaresma, andáualo después de pascua de Resurreçión... »25.

52L’énumération, qui refuse de manière caractéristique, une saisie de l’ensemble “en compréhension” est totalisante, le geste du maître est exhaustif, et juste, par là-même : le temps de visite est équitablement distribué, ordonnancé. Le discours, dans sa syntaxe, démontre que la règle, ou plutôt son incarnation – Lucas de Iranzo – régit harmonieusement les parties de ce tout. Le Connétable occupe systématiquement l’ensemble du réseau, dessinant, conformant, par ses allées et venues un espace à la fois unitaire et hiérarchisé, fait de distinctions. En ce sens, la répétition mime, pour ainsi dire, le geste récurrent du pouvoir qui reconstruit inlassablement le lien entre les parties, compense les déséquilibres. On touche alors, peut-être, avec ce fragment, un paradoxe de la chronique que saturent les énumérations de sons, de bruits, d’objets, de matières, de couleurs, de gestes et de mouvements. Car, selon cette perspective, la diversité paraît bien renvoyer à l’identique, à la stabilité, qui, quant à elle, ramène à rien le mouvement, immobilise pour ainsi dire le récit.

53En fin de compte, la pietas du Connétable n’est sans doute pas le seul sujet de cette syntaxe, même si elle en est le plus explicite, car le texte dessine également, comme un tremblé, quelque chose qui s’apparente à une “théorie” ou, du moins, un savoir du pouvoir.

Les rythmes textuels

54Dans certains contextes particuliers le rythme, on l’a vu, peut jouer un rôle dans l’élaboration d’harmonies imitatives, et contribuer, dans le cadre du récit des fêtes, à démontrer textuellement la puissance sociale de l’alcaide.

55Au niveau qui nous intéresse ici, le rythme, par la répétition de l’identique qu’il induit participe de fait d’une régulation, d’une stabilisation du mouvement du récit, de la représentation textuelle de la fête dont il inhibe, alors, le caractère ‘explosif’ du foisonnement, les velléités de désordre.

56À cet égard, le cadre narratif des « burlas moriscas » organisées par le Connétable lors des réjouissances de la Nativité, offre un exemple intéressant de cette fonction du rythme dans les représentations de la fête puisque la scène relatée, ici, est celle d’un affrontement ludique et théâtralisé entre chrétiens et pseudo-maures. La lettre que le roi maure de carnaval adresse à son rival, l’alcaide de Jaén, au début du chapitre X, pour défier ses chevaliers au jeu de cannes, dans une parodie de style épique, fonde le face à face des rivaux sur une spécularité rythmique tout à fait remarquable. L’incipit de la lettre est ainsi construit sur des oppositions de rythmes ternaires d’abord, binaire enfin qui structurent la caractérisation rituelle des deux partis :

  • 26 Ibidem, p. 99.

El rey de Marruecos, beuedor de las aguas, / paçedor de las yeruas, / defendedor de la ley de Mahomad, guárdelo Dios con su mano la grande, saludes sobre vos el valiente / y esforçado / y noble cauallero don Miguel Lucas, condestable de Castilla. Fago vos saber cómo oyendo la grant destruyción [...] que vos [...] aveys fecho en los moros del rey de Granada mi tío, delantero de los muchos trabajos, / sofridor de los grandes miedos, / guerreador contra los muchos cristianos [...]. E veyendo quel nuestro Mahomad / así nos olvida / y el vuestro Dios / así vos ayuda, yo soy venido [...] por ver la çirimonia de vuestra ley, que tanto nos es ofensiva.26

57Le récit de cette déclaration de guerre cérémonieuse, prélude au jeu de cannes, ne retient de la binarité de l’affrontement que l’ordonnance spéculaire du rythme et exclut l’arythmie dynamique d’un combat, même sous forme de joute. Le paradoxe souligne la volonté structurelle d’expression de l’ordre qui est fondamentalement mesure. Un ordre des mots, du discours, qui, par ses rythmes réguliers, entre en résonance avec la représentation des parades, des cortèges, des fastes que relate la chronique.

Conclusion

58La chronique de Lucas de Iranzo nous paraît donc bien s’imposer comme le lieu d’un travail performatif et symbolique similaire à celui de la fête elle-même. Nous espérons avoir montré ainsi que, par-delà le simple niveau référentiel, le récit entretient une sorte de rapport d’homologie avec le réel organisé, sélectionné du rite festif ; qu’il tient le même “langage”, à la rigueur des termes, bien que son discours, ultérieur, relève d’une autre dimension. La chronique fonctionne ainsi comme une fabrique continuelle de preuves sensibles et symboliques de la valeur sociale, du rang politique du Connétable.

59Par ailleurs, on l’a vu, il n’y a pas relation spéculaire entre la sémiologie chargée d’incarner, de traduire la valeur du Connétable et sa position réelle sur l’échelle sociale. Le texte, comme la fête, est aussi le lieu d’une manipulation du code social orientée vers la survalorisation du Connétable.

60En outre, de manière plus spécifique et plus implicite aussi, le récit de l’organisation même des fêtes, dessine, à travers un schème structurant unique — celui du système et de son centre, ou si l’on veut, celui de la multiplicité hiérarchiquement ordonnée au sein d’un espace unitaire — une figure politique du Connétable bien proche de celle du rex. Alors l’obsession d’ordonnancement, de mesure, en un mot de stabilité, lisible jusque dans ses rythmes textuels, dans sa syntaxe, et qui régit cette chronique d’une mobilité ascendante semble paradoxalement immobiliser le récit, le mouvement même de la fête.

61Enfin, cette idéologisation d’un récit, parce qu’elle est destinée à la postérité, participe d’un fonctionnement typiquement mémoriel : ses souvenirs comme ses lacunes sont également régis par les “cadres” institutionnels d’un pouvoir.

62Faut-il aller plus loin ? On pourra en tous cas s’interroger sur l’élaboration de cette figure “royale” du Connétable face à un roi — Henri IV de Castille — qui n’incarne guère la royauté. En réaffirmant ce modèle politique, le chroniqueur semble appeler de ses vœux le surgissement de l’ordre royal désiré.

Haut de page

Notes

1 J’utilise l’édition de J. de Mata Carriazo : Hechos del Condestable Don Miguel Lucas de Iranzo (Crónica del siglo XV), edición y estudio por Juan de Mata Carriazo, Madrid, Espasa Calpe, 1940. Elle sera désignée par l’abréviation Hechos del Condestable.

2 Sur ce problème, on consultera C. V. Aubrun, « La chronique de Miguel Lucas de Iranzo », Bulletin Hispanique, XLIC, 1942,1, pp. 40-60.

3 L. Clare, « Fêtes, jeux et divertissements à la cour du connétable de Castille Miguel Lucas de Iranzo (1460-1470). Les exercices physiques », La fête et l’Ecriture. Théâtre de Cour, Cour-Théâtre en Espagne et en Italie, 1450-1530. Colloque international France-Espagne-Italie, Aix-en-Provence, 1985, Etudes Hispano-Italiennes, n° l, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1987, pp. 5-32.

4 Voir sur ce point G. Ballandier, Le désordre. Eloge du mouvement, Paris Fayard 1988, p. 32.

5 Hechos del Condestable, op. cit., p. 153.

6 Ibidem.

7 Dictionnaire de linguistique, article RYTHME, J. Dubois, et alii, Paris, Larousse, 1973, p. 424.

8 J. Baudrillard, Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard, 1972.

9 Hechos del Condestable, p. 164.

10 J. Baudrillard, op. cit.

11 Hechos del Condestable, op. cit., p. 153.

12 L. Clare, Frontières andalouses, IBERICA, nouvelle série-n° 6-1996.

13 Hechos del Condestable, op. cit., p. 133.

14 Ibidem.

15 Ibidem, p. 132.

16 Ibidem, pp. 152-153.

17 Ibidem, p. 161.

18 Ibidem, p. 157.

19 Ibidem.

20 Ibidem, p. 153.

21 Ibidem, p. 155.

22 Ibidem, p. 157.

23 G. Ballandier, op. cit.

24 Hechos del Condestable, op. cit., p. 164.

25 Ibidem.

26 Ibidem, p. 99.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Jonin, « La chronique du Connétable Miguel Lucas de Iranzo. Remarques sur l’écriture des rites festifs », Cahiers d’études romanes, 18 | 2008, 23-38.

Référence électronique

Michel Jonin, « La chronique du Connétable Miguel Lucas de Iranzo. Remarques sur l’écriture des rites festifs », Cahiers d’études romanes [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1736

Haut de page

Auteur

Michel Jonin

Aix-Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org