Navigation – Plan du site

Introduction

Écrire, écrire encore
Perle Abbrugiati
p. 9-17

Texte intégral

  • 1 Deux ouvrages fondateurs pour le domaine d’études qui nous intéresse sont bien sûr : Gérard GENETTE (...)

1Le « premier jet » est peut-être un leurre, comme est un leurre l’idée que l’on écrit seul. Que l’écriture soit préméditée ou après-coup corrigée, elle est souvent le résultat stratifié de plusieurs “repentirs”, comme on le dirait en peinture. Achevée, elle peut par ailleurs être perçue comme une “solution”, au sens chimique du terme, qui absorbe et dilue, ou au contraire donne à voir un indissoluble substrat, un précipité d’écritures antérieures dont l’écrivain se nourrit. De Gérard Genette à Antoine Compagnon, la critique s’est déjà plu à démontrer l’importance de ces « palimpsestes », à prouver que la « seconde main » n’est pas nécessairement une main secondaire1. Quelle que soit l’image que l’on adopte — dialogue, métabolisation, stratification, sédimentation — pour parler de ces échanges de contenus, de formes, de modèles conscients ou inconscients, on constate leur fréquence et la variété de leurs implications. Ainsi, écrire est d’une part un acte sans fin, susceptible de revenir sur lui-même par perfectionnisme, quête, névrose ou simplement parce que celui qui écrit évolue, et d’autre part un acte qui s’ouvre aux autres, qui est parfois provoqué, sollicité, alimenté par ce qui s’est auparavant écrit.

  • 2 Cf. l’intéressante Introduction d’un ouvrage divulgatif, Catherine Durvye, Les réécritures, Paris, (...)

2La Réécriture, qui nous intéresse ici, est donc un ensemble diversifié, polyédrique, de pratiques d’écritures. Réécriture d’un auteur qui remanie son œuvre et réécritures qui font interagir les œuvres entre elles nous semblent cependant avoir en commun une idée dynamique de la création. L’œuvre (non seulement littéraire, mais également picturale, musicale, filmique, scénique) se construit — s’écrit — par étapes, incluant des retours sur un itinéraire personnel et sur un patrimoine culturel2.

3On étudiera ici la Réécriture dans ses multiples déclinaisons, fort différentes dans leurs motivations et finalités, mais ayant toutes en commun l’idée de plusieurs états de l’écrit : variante, variation, leitmotiv, intertextualité, parodie, traduction-adaptation, transposition d’un genre à un autre, transfert d’un art à un autre, etc. On choisit ici les termes réécrire et réécriture plutôt que ceux de récrire et récriture (tout en laissant bien sûr le choix aux auteurs des articles qui suivent) pour insister, par ce préfixe marqué, sur cet éternel recommencement faisant qu’écrire à nouveau est proprement écrire, et non seulement réviser, revoir, amender ou plagier. Réécrire, c’est encore écrire, c’est écrire encore.

  • 3 Précédés en cela il y a plus de vingt ans par la série d’ouvrages du CIRRI, Réécritures. Commentair (...)
  • 4 La citation, textes réunis par José Guidi, « Cahiers d’études romanes », nouvelle série, n° 2, 1999 (...)

4Les travaux rassemblés dans ces deux volumes s’intéressent aux multiples phénomènes de réécriture dans les cultures de l’aire romane3. Ils représentent le prolongement de neuf journées d’études ayant réuni les membres de l’Equipe « Pratiques d’écriture » du Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER) dont les « Cahiers d’Etudes Romanes » sont l’organe. Journées qui se sont régulièrement déroulées entre 2006 et 2009 à l’Université de Provence, et auxquelles ont participé des chercheurs des Universités de Paris, Naples, Toulouse, Saint-Étienne, et de l’École Normale Supérieure LSH de Lyon. L’ouvrage s’inscrit dans l’activité de cette Équipe qui a auparavant étudié la pratique de la Citation (un colloque, deux volumes publiés), les transpositions de La Jérusalem délivrée du Tasse (un colloque ; deux volumes publiés), puis l’écriture d’un auteur biculturel particulièrement enclin à l’intertextualité, Antonio Tabucchi (un colloque ; un volume publié)4.

5Volontairement ouverts à tous les types de réécriture, les deux volumes du présent ouvrage voient particulièrement représentés les domaines italien, espagnol et latino-américain. D’ores et déjà, s’annoncent d’autres contributions sur ces domaines, mais également sur le domaine portugais et sur le domaine roumain, qui laissent espérer de prochaines publications, au fil de futures journées d’études pluridisciplinaires et de colloques thématiques ou monographiques. Il apparaît en effet important de développer les activités de notre équipe à la fois dans des journées d’études foisonnantes en problématiques complémentaires et dans des colloques cristallisant la réflexion sur un auteur particulier, creuset d’autres cultures ou d’autres arts. Nous continuerons à le faire en associant les contributions de collègues et d’invités chevronnés, que nous souhaitons ici remercier pour leur caution scientifique, à celles de jeunes chercheurs et doctorants du CAER, dont nous saluons le dynamisme (sept contributions sur vingt-quatre sont proposées par des doctorants qui se révèlent fort prometteurs).

6La problématique de la Réécriture s’est révélée particulièrement fertile dans le cadre d’un groupe de recherche transdisciplinaire. En effet, non seulement nous avons vu à l’œuvre des phénomènes semblables dans nos différents domaines linguistiques (variations poétiques, transformations parodiques, intertextualité romanesque, réactualisation des grands mythes, etc.) mais nous avons vu migrer des faits littéraires d’un domaine linguistique à un autre (un thème théâtral se déplace ainsi de Madrid à Venise, un poète chilien et un poète français font réciproquement incursion dans l’œuvre de leur collègue, Italo Calvino réécrit Alexandre Dumas, les personnages de l’Arioste traversent les opéras de toute l’Europe). Rarement une question aura aussi bien montré le bien-fondé d’un travail en commun et justifié la pluridisciplinarité du CAER, car nous n’avons pas mené des recherches parallèles et cloisonnées : à tout moment elles se rencontraient et s’enrichissaient.

7L’ouvrage qui rassemble ces recherches s’articule en deux volumes, qui tentent une problématisation allant de la naissance du texte à sa remise en question. En effet, on partira de la réécriture visant à élaborer le texte, à le parfaire, le parachever, pour ensuite envisager la réécriture qui reproduit ou remanie un modèle (ou un contre-modèle), puis on réfléchira aux échanges intertextuels au sein de plusieurs genres, et on examinera pour finir la réécriture qui porte à ses limites l’écriture, dans une opération qui est surtout autoréférentielle : dans ce dernier cas, on réécrit surtout pour mettre à jour le mécanisme de l’écriture. L’écriture de second degré peut donc être aussi bien un processus d’émergence qu’un jeu de saturation : dans le premier cas, la réécriture construit l’écriture, lente photosynthèse de l’esprit ; dans le second, la réécriture déconstruit l’écriture, pour qu’elle se reflète en elle-même. Entre les deux : tous les stades possibles d’une dialectique de l’ancien et du nouveau, animée par l’admiration, le ressentiment, l’émulation, la reconnaissance.

8Le premier volume, intitulé Le modèle et le métier, envisage la réécriture d’abord comme un rapport à soi, puis comme un rapport aux modèles culturels.

  • 5 Les études de cette première partie entrent en résonance avec des travaux tels que : Chantal Foucri (...)

9Une première partie, Cent fois sur le métier, examine plusieurs cas où il s’agit de réécrire pour façonner le texte, au gré de la maturation de la pensée ou de l’image de soi. Jean-Claude Zancarini nous emmène dans la Florence du XVIe siècle et présente les enjeux de la réécriture des ricordi par Francesco Guicciardini : la réélaboration de ces avertissements politiques est à la fois cristallisation d’une pensée et mise au point d’une forme d’expression – la forme ricordo – qui n’est pas seulement propre aux Avertissements mais fait incursion dans les autres œuvres guichardiniennes jusqu’à l’Histoire d’Italie. Raymond Abbrugiati nous transporte au temps des Lumières, à Milan puis à Paris, pour se pencher sur le cas doublement intéressant de la rédaction de Des délits et des peines que signe Cesare Beccaria : d’une part l’œuvre est le résultat d’une élaboration collégiale dont Beccaria n’est que le scripteur, le porte-parole, d’autre part sa fortune en Europe passe par sa réécriture en français par l’abbé Morellet, véritable manipulation textuelle à portée idéologique. Yannick Gouchan, dans un temps plus proche, décrit un processus de variante poétique à l’œuvre dans plusieurs textes d’Attilio Bertolucci, poète italien du Novecento et père des cinéastes Bernardo et Giuseppe Bertolucci : autour du long poème La chambre à coucher, il étudie comment se “construit” à tous les sens du terme, d’un recueil à l’autre, ce qu’il appelle le “roman familial” du poète. Estelle Ceccarini, toujours au XXe siècle mais sur le versant du témoignage historique, analyse le parcours personnel et littéraire d’une résistante italienne, Joyce Lussu, dont les divers récits de résistance présentent d’étonnantes différences dans leur relation des mêmes faits, en fonction des fluctuations de la mémoire, de l’affirmation de l’image de soi et du contexte de réception en évolution. Dans cette première partie, la variété des époques et des genres fait d’autant mieux apparaître l’écriture en tant que telle comme une inconnue qui ne se résout qu’avec la donnée essentielle qu’est le facteur temps5.

  • 6 On peut situer les travaux de cette 2e partie dans un domaine d’étude représenté par : Monique Goul (...)

10Une deuxième partie, Le rapport aux modèles, est davantage ciblée sur l’époque ancienne. On y étudie les mécanismes de l’imitatio et du décalage par rapport à un texte-source ou un auteur faisant autorité. Michel Jonin analyse finement les mutations textuelles d’une légende médiévale plusieurs fois réécrite entre le VIe et le XIIIe siècle en France et en Espagne : les variations narratives dans le récit de cet enfant juif qui échappe aux flammes sont, d’après son étude diachronique, l’effet d’un changement du rapport au sacré. Utzima Benzi inscrit son analyse d’un traité de mnémotechnique écrit par un prédicateur contre-réformiste, Francesco Panigarola, dans le contexte du débat sur l’imitatio ciceroniana : le principe d’autorité est donc l’arrière-plan de son étude, tandis qu’elle présente l’ars memoriae comme une réécriture mentale des textes, à des fins de mémorisation pour la prédication, fondée sur leur réduction à des micro-unités sémantiques et iconiques. France Autesserre montre les liens unissant le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena à un texte-source en latin, le De Imagine Mundi d’Honorius Augustodunensis, tous deux se présentant comme une description du monde terrestre ; l’analyse de leurs divergences révèle combien sont distantes leurs représentations du monde (providentielle pour l’un, chaotique pour l’autre) et la visée de leur écriture — Mena déconstruisant l’ordre du texte latin pour que son “miroir du prince” incite le roi d’Espagne à réagir à la déconstruction qu’inflige au monde la fortune. Jouant du prestige de l’autorité, ces trois auteurs anciens s’en servent aussi pour s’en démarquer, et éprouvent le besoin de faire évoluer les messages en fonction des exigences de l’Histoire et de leur public. Par ces contributions, nos trois collègues engagent aussi, à des titres divers, une réflexion sur la mémoire, dont la perception de la Réécriture ne saurait se passer6.

  • 7 On peut imaginer dans ce domaine des travaux regroupant un large éventail de mythes, ou se fédérant (...)

11Une troisième partie, Resémantiser les mythes, fait appel à une autre forme de mémoire culturelle : celle qui transmet, malgré ou grâce aux modifications qu’elle leur imprime, les grands mythes de l’Occident, mythologie et récit biblique. Matteo Palumbo analyse dans le théâtre de Vittorio Alfieri les figures d’Oreste et d’Antigone, qui deviennent dans le XVIIIe siècle italien les vecteurs d’un tragique du sang mais aussi de l’impossible parole. Sandra Gondouin présente le portrait renversé d’une Pénélope infidèle dans un texte de la poétesse salvadorienne contemporaine Claribel Alegría, qui démonte le mythe pour tenir un discours sur la femme d’aujourd’hui. Magali Vogin se livre à une lecture anthropologique de la Médée de Pasolini, film où Maria Callas incarne la magicienne orientale qui épousa Jason et tua ses enfants : Pasolini en fait l’icône de l’altérité qui ne parvient à s’intégrer à une nouvelle culture. Benoît Santini présente enfin trois poèmes de l’écrivain chilien Raúl Zurita où l’auteur transpose, non sans esprit de dérision, trois situations bibliques (le sacrifice d’Isaac, le départ pour la Terre Promise et la fuite en Égypte) : il s’agit pour lui, en faisant de la figure divine tantôt une présence dictatoriale, tantôt une instance prophétique, de militer contre le régime tyrannique de Pinochet, en jouant à la fois sur l’ironie de la démythification et sur la force poétique que garde néanmoins le mythe. Cette troisième partie, montrant qu’à toutes les époques la littérature peut réinvestir les mythes éternels qui sont à sa source et les recharger d’un sens nouveau, annonce d’une part de nombreux développements possibles au sein de notre groupe de recherche, et d’autre part fait presque figure de mise en abyme : l’écriture, tels les mythes qui l’ont fondée, peut elle aussi essaimer, semer, sémantiser à l’infini7.

12Le deuxième volume de notre ouvrage, intitulé Jeux, échanges et hommages transmission, d’auteur à auteur, de thèmes et de formes relevant davantage de l’échange que de la filiation, et que nous présentons ici en les regroupant par genres.

  • 8 L’abondance des études consacrées ici à la réécriture au théâtre correspond aux préoccupations de t (...)

13Une première partie, Se nourrir de l’autre à la scène est consacrée au théâtre. Ce deuxième volume est inauguré par José Guidi, que nous tenons à remercier pour avoir lancé ce cycle de journées d’études sur la Réécriture lorsqu’il était Directeur du CAER et nous avoir fait confiance pour le poursuivre : il étudie un cas célèbre de réécriture d’une pastorale, la transformation par Guarini, dans le Pastor fido, du chœur qui conclut l’Acte I de l’Aminta du Tasse, et il en mesure les enjeux idéologiques. Brigitte Urbani suit à la trace, d’Espagne jusqu’à Venise en passant par Paris, l’évolution de la pièce d’Agustin Moreto, El desden con el desden (1654), qui devient sous la plume de Molière La Princesse d’Élide (1664), puis sous celle de Carlo Gozzi La Principessa filosofa (1772). Théa Picquet étudie un parcours transgénérique qui fait migrer le personnage d’Andreuccio da Perugia d’une nouvelle de Boccace à la dernière comédie de l’Arétin, Il filosofo — “philosophe” aussi mais dans une autre acception. Jean-François Lattarico nous fait connaître une adaptation dialectale de la Didon abandonnée de Métastase, la Didona de Barbosi, franc succès en romanesco du dix-neuvième siècle. Fanny Eouzan problématise le corpus des livrets d’opéra qui, au XVIIIe siècle mettent en scène les personnages du Roland furieux de l’Arioste. Carole Egger analyse une pièce de Rafael Alberti, El Hombre deshabitado, qui, dans l’Espagne des années 30, utilise paradoxalement le canevas dramaturgique de l’auto sacramental pour transmettre un message anti-religieux. Benito Pelegrin clôt cette partie théâtrale très fournie par un témoignage d’auteur sur une réécriture en propre du Don Juan de Tirso de Molina, réécriture parodique elle-même réécrite deux fois8.

14La deuxième partie du volume 2 est consacrée aux Hommages croisés en poésie. Laetitia Boussard étudie l’intertextualité nourrie et explicite entre Louis Aragon et Pablo Neruda, proposant en conclusion l’intéressante hypothèse non seulement d’une intertextualité entre poètes engagés mais d’un engagement inhérent à l’intertextualité poétique. La contribution de Giovanni Privitera n’infirme certes pas cette proposition, puisqu’il étudie un cas extrême d’intertextualité dans une chanson de Fabrizio De André, Smisurata preghiera : le cantautore y bâtit des paroles uniquement constituées d’un patchwork d’emprunts tirés de multiples œuvres du poète colombien Álvaro Mutis, rendant ainsi hommage à sa poésie de la marginalité — ici la réécriture est donc à la fois intertextualité et traduction/adaptation.

15La troisième partie s’intitule Aux limites du récit : en effet, il semble que la réécriture dans le domaine narratif contemporain soit volontiers une occasion de pousser le genre dans ses ultimes retranchements, pour en grossir les mécanismes et les fascinations. Sandrine Granat-Robert se livre à une minutieuse analyse d’un texte d’Italo Calvino, Le Comte de Monte-Cristo (1967), réécriture en quelques pages du roman d’Alexandre Dumas où l’auteur italien, faisant appel à une multitude de notions extra-littéraires (venues surtout de la science et du dessin), porte en fait les personnages d’Edmond Dantès et de l’abbé Faria sur un plan méta-littéraire, faisant d’eux les parangons des catégories employées par l’écrivain, action et réflexion, sous prétexte d’évasion. Moi-même, Perle Abbrugiati, j’étudie le roman Seta d’Alessandro Baricco (1996) en rendant manifestes plusieurs grilles de réécritures : l’échange de codes entre roman et opéra ; le rôle du leitmotiv faisant du roman une sorte de suite de variations musicales ; le rôle prépondérant de la traduction dans l’intrigue, réécriture permettant des échanges d’identité entre les personnages, le tout encadré par une entropie affichée du modèle flaubertien. Stéphane Pagès analyse un roman qui joue de façon encore plus évidente de la réécriture, Larva, de Julián Ríos (1984), étant tout entier basé sur l’anamorphose de plusieurs niveaux narratifs et sur un dispositif d’enchâssement des récits qui se réécrivent mutuellement. Enfin Maud Gaultier montre avec humour que même les récits pour enfants sont désormais, en Argentine comme ailleurs, souvent basés sur une réécriture parodique du merveilleux traditionnel — c’est assez dire que la réécriture est partout, puisque nos enfants eux-mêmes s’en nourrissent avec bonheur.

16Si l’écriture nourrit l’écriture, il ne sera pas étonnant que la réécriture nourrisse la réécriture. D’autres travaux sur ce sujet nous attendent, n’en doutons pas, qui jetteront des ponts entre les époques, entre les auteurs, entre les pays, entre les genres, et, espérons-le, au fil de notre écoute mutuelle, entre nous.

17Aix-en-Provence, le 14 novembre 2009.

Haut de page

Notes

1 Deux ouvrages fondateurs pour le domaine d’études qui nous intéresse sont bien sûr : Gérard GENETTE, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982 ; Antoine COMPAGNON, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979.

2 Cf. l’intéressante Introduction d’un ouvrage divulgatif, Catherine Durvye, Les réécritures, Paris, Ellipses, 2001. Citons aussi Sophie Rabau, L’intertextualité, Paris, Garnier-Flammarion, 2002.

3 Précédés en cela il y a plus de vingt ans par la série d’ouvrages du CIRRI, Réécritures. Commentaires, parodies, variations dans la littérature italienne de la Renaissance, ouvrages collectifs, publications du CIRRI, n° 11, 12, 15, Paris, Sorbonne nouvelle, 1983 (vol. 1), 1984 (vol. 2), 1987 (vol. 3). Notre propos s’étend, lui, à tout le domaine des langues romanes et à toutes les époques, du Moyen Âge à nos jours.

4 La citation, textes réunis par José Guidi, « Cahiers d’études romanes », nouvelle série, n° 2, 1999, 198 p ; La citation 2, textes réunis par José GUIDI, « Cahiers d’études romanes », nouvelle série, n° 5, 2001, 169 p. ; Les belles infidèles de la Jérusalem délivrée. La fortune du poème du Tasse XVIe-XXe siècle, Actes du colloque international d’Aix-en-Provence 24-26 octobre 2002, textes réunis par José Guidi et Raymond Abbrugiati, volume 1 : Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2004, 266 p. ; volume 2 : « Cahiers d’études romanes », n° 13, 2005, 164 p. ; Echi di Tabucchi / Echos de Tabucchi, Actes du colloque international d’Aix-en-Provence, textes réunis par Perle Abbrugiati, « Italies », n° spécial, 2007, 431 p.

5 Les études de cette première partie entrent en résonance avec des travaux tels que : Chantal Foucrier et Daniel Mortiel (éd.), L’Autre et le Même. Pratiques de Réécritures, CEREDI, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2001 ; Louis Acher (éd.), Les réécritures de l’Histoire, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2003.

6 On peut situer les travaux de cette 2e partie dans un domaine d’étude représenté par : Monique Goullet, Écriture et réécriture hagiographiques, Turhout, Brepols, 2006 ; Marie Couton, Isabelle Fernandes, Christian Jeremie, et Monique Venuat (éd.), Emprunt, plagiat, réécriture aux XVe, XVIe, XVIIe siècles : pour un nouvel éclairage sur la pratique des lettres à la Renaissance, Actes des journées d’étude organisées par le Centre d’études et de recherches sur la Réforme et la Contre-Réforme, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2006.

7 On peut imaginer dans ce domaine des travaux regroupant un large éventail de mythes, ou se fédérant autour d’un seul mythe-phare, sur les deux modèles suivants : Peter Schnyder (éd.), Métamorphoses du mythe. Réécritures anciennes et modernes des mythes antiques, Actes du colloque de Haute-Alsace, 20-23 mars 2007, Paris, Orizons chez L’Harmattan, 2008 ; Isabelle Degauque (éd.), Médée, un monstre sur scène. Réécritures parodiques du mythe, 1727-1749, Saint-Gély-du-Fesc, 2008.

8 L’abondance des études consacrées ici à la réécriture au théâtre correspond aux préoccupations de travaux animés dans notre Université par Marie-Claude Hubert, dont notre collègue Carole Egger a bien voulu nous rendre compte en préambule à nos séances, ce qui nous a fourni d’intéressants éléments méthodologiques : Marie-Claude Hubert (éd.), La plume du phénix, Réécritures au théâtre, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, « Textuelles littératures », 2003 ; Marie-Claude Hubert (éd.), Les formes de la réécriture au théâtre, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, « Textuelles littératures », 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perle Abbrugiati, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 20 | 2009, 9-17.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1753

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org