Navigation – Plan du site
Cent fois sur le métier

Écriture et réécriture des Ricordi : règles et expérience

Jean-Claude Zancarini
p. 23-32

Résumés

L’hypothèse qui fonde cette approche consiste à considérer la forme ricordo comme une caractéristique de longue durée, voire permanente, de l’écriture de Francesco Guicciardini. L’article entend poser aux textes (les Ricordi, le Dialogo del reggimento di Firenze et, dans une moindre mesure, la Storia d’Italia) la question du sens de l’écriture (qu’entend faire Guicciardini en écrivant et en réécrivant des ricordi ?) et celle de la façon dont naissent les ricordi (quelles connaissances, quelles expériences sont nécessaires pour les écrire puis pour en tirer profit ?). Le parcours dans les textes montre que, pour Guicciardini, l’acteur politique doit, pour « trouver » des ricordi puis pour les « suivre », avoir appris dans les livres qu’il y a des règles et des exceptions, il doit avoir reçu de la nature le don de la discrezione [le discernement] et il doit avoir acquis de l’expérience « en maniant les affaires ». Les différences d’inflexion que l’on note entre ces trois aspects naissent d’une précaution méthodologique, de la différenciation des domaines d’application et d’une évolution au fil du temps et de la « condition des temps ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Claude ZANCARINI, Fragments de sens. La présence des ricordi dans l’écriture de Francesco Guic (...)
  • 2 Sur ce point voir, parmi les essais récents : Giuliano Tanturli, Quante sono le redazioni dei Ricor (...)
  • 3 La première élaboration du texte date du séjour espagnol de Guicciardini, en qualité d’ambassadeur (...)
  • 4 Francesco Guicciardini, Avertissements politiques, J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini (éds.), Paris, (...)

1J’entends aborder ici un point qui me paraît important dans le processus d’écriture-réécriture des Ricordi de Francesco Guicciardini, celui des liens entre rédaction de règles et expérience. Je rappelle tout d’abord les hypothèses que j’ai avancées — et dont j’ai montré la productivité interprétative — en d’autres lieux1. La principale de ces hypothèses — qui s’oppose à l’idée selon laquelle les Ricordi seraient un livre arrivé à maturité avec la rédaction C de 15302— consiste à considérer cette façon de condenser en des formulations brèves des « fragments de sens » comme une caractéristique de longue durée, voire permanente, de l’écriture de Francesco Guicciardini. On trouve des ricordi dans les quatre états du texte3, mais également, insérés au fil du texte, dans le Dialogo del reggimento di Firenze ou la Storia d’Italia. Cette constatation m’a amené à définir trois moments successifs du processus d’écriture-réécriture. Le premier, de 1520 à 1528, consiste en un processus continu de réécriture par proximité et contaminations : je ne perçois pas de solution de continuité entre la rédaction A des ricordi, le Dialogo del reggimento di Firenze et la rédaction B des ricordi. Au cours de ce premier moment, il y a un mouvement permanent d’aller et retour entre l’expérience diplomatique, politique et militaire de Guicciardini (et les formes d’écriture qui en découlent) et la tentative de synthétiser, dans la forme du ricordo, les « fragments de sens » que l’auteur estime pouvoir tirer de ces expériences. Le deuxième moment est constitué par la rédaction C de 1530 qui est une réécriture complète, un texte nouveau qui rompt avec le processus de contamination et de proximité textuelle du moment antérieur. Ce point donne un statut particulier à la rédaction C en la reliant à un moment de crise politique intense dans laquelle le rapport de Guicciardini avec Florence est sans aucun doute central. Le troisième moment est constitué par l’utilisation, dans la Storia d’Italia, d’une partie des “avertissements” (c’est ainsi que nous traduisons ricordi en français4) formalisés à un moment ou à un autre. Cette utilisation se fait en intégrant la forme ricordo dans le récit historique, intégration qui amène Guicciardini à réduire à l’essentiel les formulations générales et à produire des avertissements nouveaux.

  • 5 B 100 : » Non è facile el trovare questi ricordi, ma è piú difficile a eseguirli ; perché spesso l’ (...)

2Le ricordo B 1005 commence par la double remarque suivante : « Non è facile el trovare questi ricordi, ma è piú difficile a eseguirli ». C’est cette double difficulté que je voudrais expliciter en posant aux textes la question du sens de l’écriture (qu’entend faire Guicciardini en écrivant et en réécrivant des ricordi ?) et celle de la façon dont naissent les ricordi (quelles connaissances, quelles expériences sont nécessaires pour les écrire — pour les « trouver » — puis pour en tirer profit — pour les « suivre » ?). J’ai pour ce faire suivi dans les divers états des Ricordi, dans le Dialogo del reggimento di Firenze et, dans une moindre mesure, dans la Storia d’Italia les réseaux sémantiques de ricordo, regole, eccezione, libri, esperienza, discrezione.

Regole e eccezione (Ricordi Q2 12, A 11, B 35, B 121, C 66)

  • 6 Q212 : « Le regole si truovano scritte in su’ libri : e casi eccettuati sono scritti in sulla discr (...)
  • 7 Je pense en particulier aux travaux de Carta sur Filippo Decio, un des importants juristes du 16e s (...)

3Les ricordi sont des règles. Ce point est clairement affirmé par Guicciardini dans les ricordi A 11 et B 35. On rappellera ici que la mise en évidence de ce point et le sens à lui donner a été fourni par les travaux récents de Paolo Carta qui ont permis de mieux comprendre la pensée et l’écriture politique et historiographique de Francesco Guicciardini en les mettant en rapport avec sa formation de juriste7 : Paolo Carta entend poursuivre cette enquête sur la formation juridique de Guicciardini et ses effets sur ses modes de pensée et ses façons d’écrire en publiant les regulae iuris de Iacopo Modesti, qui fut le premier maître de Guicciardini lorsqu’il étudiait le droit ; cette découverte met en évidence l’importance et le sens de la formulation « Questi ricordi sono regole » : Guicciardini entend bien, au moins dans les premières rédactions, « trouver des règles » communicables et applicables.

4Après avoir mis ce point en évidence, il faut aussitôt insister sur un autre aspect, également présent dès les premières formulations. Les règles ne suffisent pas à elles seules car il y a des exceptions : « e casi eccettuati », Q2 12 ; « qualche caso particulare », A 11, B 121 ; « e casi particulari », B 35 ; « quasi tutte [le cose del mondo] hanno distinzione ed eccezione », C 6. Le fait qu’il y ait des exceptions est évidemment un fait d’expérience, mais il n’est pas extérieur à la tradition juridique qui fonde l’idée qu’il y a des règles qu’on peut écrire sur des livres : il suffit d’avoir feuilleté ne fût-ce qu’une fois les pages d’un repertorium juris pour admettre que les exceptions et la nécessité d’en tenir compte font partie de la formation d’un jurisconsulte. Pour Francesco Guicciardini, il est clair que pour tenir compte de ces exceptions (« quali siano questi casi », B 121) les règles et les livres ne suffisent pas ; il faut avoir une qualité que l’individu a obtenue ou pas de la nature : la discrezione [le discernement] : « e casi eccettuati sono scritti in sulla discrezione », Q2 12 ; « quali siano questi casi particulari, si possono male insegnare altrimenti che con la discrezione », A 11 ; « e casi particulari […] si possono male scrivere altrove che nel libro della discrezione », B 35 ; « queste distinzione ed eccezione non si truovano scritte in su’ libri, ma bisogna le insegni la discrezione », C 6.

5On note que le ricordo de la rédaction C peut paraître en rupture avec ceux des rédactions A et B, puisqu’il ne reprend le terme de regola que pour réfuter son emploi (« È grande errore parlare delle cose del mondo indistintamente e assolutamente, e, per dire così, per regola... »). On reviendra sur cette particularité plus avant.

6On note également que dans le ricordo B 121, la lumière nécessaire à la compréhension des cas particuliers est donnée d’abord par la nature puis par l’expérience : « è necessario che questo lume ti dia prima la natura e poi la esperienza ». Il faut donc analyser le lien entre ce que donne la nature (discrezione, prudenza, ragione) et ce qu’apporte l’expérience.

Natura e esperienza

  • 8 A 45 : « È impossibile che l’uomo, se bene di ottimo ingegno e giudicio naturale, possa aggiugnere (...)

7Une série de ricordi (A 45, B 71, C 108) insiste sur le rôle de l’expérience, rôle déterminant et qui peut même paraître plus important que celui des qualités données par la nature. Les arguments restent les mêmes dans les trois rédactions, même si la rédaction C ne reprend pas les mêmes formulations (comme nous avons souvent pu le constater) : les qualités naturelles (« ottimo ingegno e giudicio naturale », A 45 ; « naturale perfettissimo », B 71 ; « prudenza naturale », C 10) ne suffisent pas à atteindre et à comprendre les détails, les cas particuliers (« certi particulari », A 45 et B 71 ; « certe cose », C 10) ; seule l’expérience permet cette opération et de plus, du moins dans les rédactions A et B, Guicciardini dit clairement que l’expérience engendre l’expérience (« con la esperienza medesima ha imparato quanto vaglia e sia buona la esperienza », A 45 et B 71) et il met en évidence dans les trois rédactions que ce ricordo sera mieux compris (« lo intenderà meglio », A 45), mieux apprécié (« lo gusterà meglio », B 71) par les gens qui ont manié les affaires (« chi ha maneggiato faccende assai », A 45 et B 71 ; « ognuno che ha maneggiato faccende », C 10) : cet avertissement vaut d’abord pour l’homme qui agit dans le domaine politique.

  • 9 Thomas D’Aquin, Sententia libri Metaphysicae, lib. 1, l. 1, n. 20 ; « L’expert réussit beaucoup mie (...)

8Le ricordo C 186 ne reprend pas cet empirisme radical et remet au centre du dispositif de compréhension pour l’action la discrezione et, s’il introduit l’idée de l’expérience, c’est dans de rares cas et avec un rôle clairement inférieur à celui de la qualité que donne ou pas la nature : « in questo e in molte altre cose bisogna procedere distinguendo la qualità delle persone, de’ casi e de’ tempi, e a questo è necessaria la discrezione : la quale se la natura non t’ha data, rade volte si impara tanto che basti con la esperienza ; co’ libri non mai ». Il faut noter le lien qui unit ce ricordo au C 6, cité plus haut : ce dernier ne fait pas allusion du tout à l’expérience mais seulement à la discrezione. Je ne crois pas qu’il faille voir là une contradiction dans la pensée de Guicciardini, mais il ne faut pas moins rendre compte de cet écart. D’une part en rappelant que les formulations des ricordi A 45, B 71, C 10 concernent le domaine des faccende, de l’agir, et qu’on peut dès lors les insérer dans une tradition aristotélicienne, telle qu’elle était énoncée par Thomas, qui admettait que dans le domaine de l’operare, l’expérience jouait un grand rôle : « nam experti magis proficiunt in operando illis qui habent rationem universalem artis sine experimento »9. Dans le ricordo C 186, il ne s’agit pas d’agir, d’opérer, de maneggiare faccende mais bien de distinguere et cette différence peut expliquer que l’expérience ne soit pas ici déterminante et que la discrezione soit nécessaire pour mener à bien cette activité de l’esprit. D’autre part, il convient de noter que que dans le ricordo Q2 24 (repris à l’identique dans la rédaction B) Guicciardini, tout en reprenant la thèse de l’importance de l’expérience (« la esperienzia insegna molto »), ajoute que cet effet positif de l’expérience est d’autant plus efficace qu’elle concerne quelqu’un qui possède des qualités d’intelligence que donne ou pas la nature (« e piú ne’ cervelli grandi che ne’ piccoli »). Il me paraît dès lors possible de dire qu’il n’y a pas contradiction entre la connaissance par la discrezione et celle par la esperienza et que l’insistance éventuelle sur un des deux aspects plutôt que sur l’autre est liée aux circonstances considérées et à leur domaine d’application.

« Co’ libri non mai » ?

9Ce qui est certain, c’est que tous les ricordi de la rédaction C que nous venons de considérer, qu’ils insistent sur la esperienza ou sur la discrezione, disent nettement que les livres et les règles qui y sont écrites ne permettent ni de comprendre ni d’agir (« È grande errore parlare delle cose del mondo [...] per regola ; [...] e queste distinzione ed eccezione non si truovano scritte in su’ libri », C 6 ; « co’ libri non mai », C 186. En les comparant avec les formulations des rédactions antérieures, on note qu’il y a une évolution nette : dans les rédactions antérieures Guicciardini avait en quelque sorte forgé la métaphore du « libro della dicrezione » qui faisait le pendant des livres sur lesquels les règles pouvaient être écrites. Il fallait donc connaître les règles en ayant lu les livres mais bien avoir en tête que ce n’était pas forcément suffisant pour comprendre et pour agir. L’insistance sur la méfiance vis-à-vis de la seule connaissance des règles par les livres paraît donc indubitable et une des explications probables est sans doute l’expérience même de Guicciardini : avec le temps, le maniement des affaires et donc l’accroissement des expériences et de l’expérience (Defensoria : « avendo io già molti anni fatto in tanti modi ed in tanti luoghi esperienzia di me, ed essendo non per una esperienzia sola di uno dì, ma per molte… »), il tend à insister sur la varietà delle circunstanze qui ne permet pas de raisonner et d’agir à partir des règles ou des livres.

10Dans le Dialogo del reggimento di Firenze, c’est bien l’expérience qui fonde la connaissance des « choses publiques et civiles » dont fait preuve Bernardo del Nero : ses interlocuteurs lui font confiance précisément pour cette raison (Piero Guicciardini : « Io per me non so che maggiore diletto mi potessi avere, che udire parlare delle cose publiche e civili uno uomo di grande età e di singolare prudenzia, che non ha imparato queste cose in su’ libri da’ filosofi, ma con la esperienzia e con le azioni, che è el modo vero dello imparare » ; Piero Capponi : « E chi potremo noi avere migliore maestro che Bernardo, el quale, e per el giudicio suo naturale che è perfettissimo e per la esperienzia grandissima che gli ha dato la età e lo avere maneggiato sempre queste faccende, credo ne sappia, per parlare modestamente, quanto filosofo che fussi mai. »).

11Mais on notera que Bernardo, homme d’expérience s’il en fut, rappelle à ses interlocuteurs et amis l’importance des lettres et de la raison : « Io sono contento avere con voi questo ragionamento, non meno per imparare che per insegnarvi, perché quello poco che io intendo di queste cose, lo so solo per esperienzia, della quale nessuno di voi manca, avendo giá piú e piú anni sono, atteso alle cose dello stato ; ed oltre a questo ed el naturale buono, avete davantaggio le lettere con le quali avete potuto imparare da’ morti gli accidenti di molte etá ; dove io non ho potuto conversare se non co’ vivi, né vedere altre cose che de’ miei tempi » ; « Io sono uno di quegli che in queste cose non allegherei mai la esperienzia, se io non la vedessi accompagnata dalla ragione ».

12On notera également que dans la rédaction C des Ricordi, Guicciardini insiste à de nombreuses reprises sur l’utilité de ces règles qu’il a écrites pour les siens : « Leggete spesso e considerate bene questi ricordi », C 9 ; « e questo ricordo consideratelo bene, ché tuttodì viene in fatto », C 116 ; « e tenete a mente questo ricordo, perché molti ci errano », C 150 ; « e questo è ricordo importante e da avvertire », C 162 ; « Usate questo ricordo », C 192 ; « e questo […] serve spesso non manco alle cose private che alle publiche », C 197. La méfiance vis-à-vis des regole et des libri est donc à comprendre comme une précaution méthodologique et non comme un refus. Cette précaution méthodologique, on peut la lire par analogie dans le ricordo B 43. Après une série de ricordi [B 39B 42] dans lesquels Guicciardini met en garde sur la façon de faire des bienfaits, il précise à ses lecteurs qu’il ne faudrait pas comprendre ces remarques comme des incitations à ne pas en faire mais simplement à ne pas les faire sans avoir conscience des limites et des risques : « Ho posto e ricordi prossimi perché sappiate vivere e cognoscere quello che le cose pesano, non per farvi ritirare dal beneficare ».

  • 10 La comparaison entre le politique et le juge est faite explicitement dans le passage de la Storia d (...)
  • 11 « E così se tu consideri questa misura e come cristiano e come filosofo ed uomo del mondo, troverra (...)

13Cette précaution méthodologique est sans doute à étendre et à mettre à l’œuvre dans les réflexions sur le lien regole, libri, discrezione, esperienza. Il est d’ailleurs notable que, dans les derniers mots de sa Consolatoria, Guicciardini se présente lui-même comme relevant de cet ensemble de qualités nécessaires au jurisconsulte et à l’homme politique10 : « persona piena di notizia di lettere, piena di virtù, e finalmente piena di animo e di esperienzia »11. Ne trouve-t-on pas là l’ensemble des éléments que nous avons relevés au fil de notre parcours visant à comprendre quel sens notre auteur donne à l’écriture et à l’usage de ses ricordi ? Il faut des qualités que donne la nature, la connaissance des lettres (et on peut être certain que la tradition juridique en fait partie) et l’expérience, dernier mot emblématique du texte.

  • 12 Notamment exprimée dans les ricordi B 175 et C188.B 175 : » Tanto piú si cade in quello estremo che (...)

14On comprend dès lors qu’il ait mis en évidence la difficulté qu’il y avait à « trouver » puis à « suivre » ces ricordi ! Pour Guicciardini, l’acteur politique qui peut parvenir, bien que ce ne soit pas facile, à trovare et aussi à eseguire des ricordi, doit avoir appris dans les livres qu’il y a des règles et des exceptions, il doit avoir reçu de la nature le don de la discrezione et il doit avoir acquis de l’expérience « en maniant les affaires ». On a noté, d’une formulation à l’autre, des différences d’insistance sur l’un des trois aspects ; on peut désormais fournir un cadre interprétatif à ces inflexions : la précaution méthodologique qui tend à mettre en évidence les risques de toute position unilatérale12, la différenciation entre les domaines d’application (pour certaines activités — il maneggiare faccende, agir dans le domaine politique ou faire la guerre — l’expérience est déterminante et son rôle l’emporte sur toute autre considération, mais il n’en reste pas moins que ce sont ceux qui possèdent la discrezione qui peuvent le mieux en profiter), et enfin l’hypothèse d’une évolution dans le temps liée à l’idée que l’expérience engendre l’expérience et renforce la conscience de son utilité.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude ZANCARINI, Fragments de sens. La présence des ricordi dans l’écriture de Francesco Guicciardini, in D. Boillet et D. Moncond’huy [éds], La Constitution du texte : le tout et ses parties, Poitiers , La Licorne, 1998 ; désormais, en version revue et corrigée, in Jean-Louis FOURNEL et Jean-Claude ZANCARINI, La politique de l’expérience. Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2002, chap. 8.

2 Sur ce point voir, parmi les essais récents : Giuliano Tanturli, Quante sono le redazioni dei Ricordi di Francesco Guicciardini ?, « Studi di filologia italiana », 1998, pp. 229-270 ; Jean-Louis Fournel, Trois éditeurs des Ricordi de Guicciardini ou les usages d’un texte, in Maître et passeur. Hommage à Marziano Guglielminetti, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2008.

3 La première élaboration du texte date du séjour espagnol de Guicciardini, en qualité d’ambassadeur de la république de Florence : les premiers ricordi, autographes, sont rédigés sur deux cahiers (Q1 et Q2) ; dans Q1 figurent 13 ricordi, 29 dans Q2 (dont les 13 de Q1). Spongano met en évidence et reconstitue, à partir de la traduction manuscrite du XVIe siècle, un deuxième état du texte (A), qui ne nous est pas parvenu sous forme autographe, comprenant 161 ricordi (dont six en rédaction unique) ; cette deuxième rédaction est antérieure à 1525. La rédaction B, autographe, rédigée en 1528, comprend 181 ricordi, dont cinq en rédaction unique. La dernière rédaction, également autographe, est rédigée en 1530 et contient 221 ricordi, dont 91 en rédaction unique.

4 Francesco Guicciardini, Avertissements politiques, J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini (éds.), Paris, Editions du Cerf, 1988, 175 p.

5 B 100 : » Non è facile el trovare questi ricordi, ma è piú difficile a eseguirli ; perché spesso l’uomo cognosce, ma non mette in atto ; però volendo usargli, sforzate la natura e fatevi uno buono abito, col mezzo del quale non solo farete questo, ma vi verrà fatto sanza fatica quanto vi comanderà la ragione ». [Dans ce cas, et pour les citations à venir, c’est moi qui souligne].

6 Q212 : « Le regole si truovano scritte in su’ libri : e casi eccettuati sono scritti in sulla discrezione.

A 11 : « Questi ricordi sono regole che in qualche caso particulare, che ha diversa ragione, hanno eccezione ; ma quali siano questi casi particulari, si possono male insegnare altrimenti che con la discrezione ».

B 35 : « Questi ricordi sono regole che si possono scrivere in su libri ; ma e casi particulari, che per avere diversa ragione s’hanno a governare altrimenti, si possono male scrivere altrove che nel libro della discrezione ».

121 : « Ricordatevi di quello che altra volta ho detto : che questi ricordi non s’hanno a osservare indistintamente, ma in qualche caso particulare che ha ragione diversa, non sono buoni : e quali siano questi casi non si può comprendere con regola alcuna, né si truova libro che lo insegni, ma è necessario che questo lume ti dia prima la natura e poi la esperienza ».

C 6 : « È grande errore parlare delle cose del mondo indistintamente e assolutamente, e, per dire così, per regola ; perché quasi tutte hanno distinzione ed eccezione per la varietà delle circunstanze, le quali non si possono fermare con una medesima misura ; e queste distinzione ed eccezione non si truovano scritte in su’ libri, ma bisogna le insegni la discrezione ».

7 Je pense en particulier aux travaux de Carta sur Filippo Decio, un des importants juristes du 16e siècle dont Francesco Guicciardini fut l’élève, et au livre récent qui fournit la synthèse de ces travaux (Paolo Carta, Francesco Guicciardini tra diritto e politica, Padova, CEDAM, 2008), ouvrage important pour tous les spécialistes de Guicciardini, et au-delà pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la pensée politique moderne.

8 A 45 : « È impossibile che l’uomo, se bene di ottimo ingegno e giudicio naturale, possa aggiugnere e bene intendere certi particulari ; e però è necessaria la esperienza, la quale e non altro gli insegna : e questo ricordo lo intenderà meglio chi ha maneggiato faccende assai, perché con la esperienza medesima ha imparato quanto vaglia e sia buona la esperienza ».

B 71 : « Non si può, benché con naturale perfettissimo, intendere bene e aggiugnere a certi particulari sanza la esperienza che sola gli insegna : e questo ricordo lo gusterà meglio chi ha maneggiato faccende assai, perché con la esperienza medesima ha imparato quanto vaglia e sia buona la esperienza ».

C 10 : « Non si confidi alcuno tanto nella prudenza naturale che si persuada quella bastare sanza l’accidentale della esperienza, perché ognuno che ha maneggiato faccende, benché prudentissimo, ha potuto conoscere che con la esperienza si aggiugne a molte cose, alle quali è impossibile che el naturale solo possa aggiungere ».

9 Thomas D’Aquin, Sententia libri Metaphysicae, lib. 1, l. 1, n. 20 ; « L’expert réussit beaucoup mieux que celui qui n’a qu’un savoir théorique dénué de pratique ».

10 La comparaison entre le politique et le juge est faite explicitement dans le passage de la Storia d’Italia, II, 2 où Guicciardini donne la parole, à propos de la réforme du gouvernement de Florence en 1494, à Guidantonio Vespucci, « giurisconsulto famoso e uomo di ingegno e destrezza singolare » : « Perché io so pure che la ragione insegna, che l’esperienza lo dimostra e l’autorità de’ valent’uomini lo conferma, che in tanta moltitudine non si truova tale prudenza tale esperienza tale ordine per il quale promettere ci possiamo che i savi abbino a essere anteposti agli ignoranti, i buoni a’ cattivi, gli esperimentati a quegli che non hanno mai maneggiato faccenda alcuna. Perché, come da uno giudice incapace e imperito non si possono aspettare sentenze rette cosí da uno popolo che è pieno di confusione e di ignoranza non si può aspettare, se non per caso, elezione o deliberazione prudente o ragionevole ».

11 « E così se tu consideri questa misura e come cristiano e come filosofo ed uomo del mondo, troverrai o che questa vita è più desiderabile o almanco non tanto peggiore che meriti querela, ed oltre che è così debita e conveniente, consiste ancora in questo l’onore e riputazione tua, che tu ti ci disponghi ed accommodi, in modo che non paia uomo che nascessi ieri né che non abbi provato niente delle cose del mondo, ma che abbia a essere cognosciuto da ognuno, persona piena di notizia di lettere, piena di virtù, e finalmente piena di animo e di esperienzia ».

12 Notamment exprimée dans les ricordi B 175 et C188.B 175 : » Tanto piú si cade in quello estremo che tu fuggi, quanto piú per discostartene ti ritiri in verso l’altro estremo, non ti sapendo fermare in sul mezzo. Però e governi populari, quanto piú per fuggire la tirannide si accostano alla licenzia, tanto piú vi caggiono drento. Ma e nostri di Firenze non intendono questa grammatica ». C 188 : « Quanto piú ti discosti dal mezzo per fuggire uno degli estremi, tanto piú cadi in quello estremo di che tu temi o in uno altro che ha el male pari a quello. E quanto piú vuoi cavare frutto di quella cosa che tu godi, tanto piú presto finisce el goderla e trarne frutto : verbigrazia uno popolo che goda la libertà, quanto piú la vuole usare tanto manco la gode e tanto piú cade o nella tirannide, o in uno vivere che non è migliore che la tirannide ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Zancarini, « Écriture et réécriture des Ricordi : règles et expérience », Cahiers d’études romanes, 20 | 2009, 23-32.

Référence électronique

Jean-Claude Zancarini, « Écriture et réécriture des Ricordi : règles et expérience », Cahiers d’études romanes [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1760 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1760

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org