Navigation – Plan du site
Cent fois sur le métier

Écriture et réécriture de Dei delitti e delle pene : le cas Beccaria

Raymond Abbrugiati
p. 33-42

Résumés

L’écriture de Dei delitti e delle pene pose la question auctoriale : convient-il de considérer Beccaria comme l’auteur ou comme le simple scribe d’un livre élaboré collectivement ? La traduction-réécriture de Morellet, remarquable par ses infidélités et responsable d’une vulgate qui défigure le texte, change-t-elle la nature du livre ? Dans le sillage des travaux de Franco Venturi, Jean Pandolfi, Luigi Firpo, Gianni Francioni, le propos est ici d’éprouver l’intérêt opératoire d’une approche sous l’angle des pratiques d’écriture et de la réécriture.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XVIIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Transfuge de l’Accademia dei Trasformati, Pietro Verri fonde au début des années 1760, avec quelque (...)
  • 2 Cesare Beccaria, Traité des délits et de peines, traduit de l’italien d’après la troisième édition (...)

1La première édition italienne de Dei delitti e delle pene est publiée anonymement en 1764. Bien que rapidement levé, cet anonymat initial a pu faire planer, quant à l’identité de l’auteur, un doute, auquel invite aussi le cadre collectif de l’écriture : c’est, en effet, dans l’atmosphère amicale et intellectuellement stimulante de l’Accademia dei Pugni1que le jeune Cesare Beccaria rédige son livre. Ce pamphlet philosophique se présente comme une application de la conceptualité des Lumières au domaine du droit pénal. Beccaria fonde sa pensée sur la théorie du contrat social, entendue comme modèle susceptible de rendre compte de toute l’organisation de la cité. De cette théorie, il déduit toutes ses propositions, qui s’organisent en un véritable projet de réforme du système pénal d’ancien régime, parmi lesquelles la suppression de la torture et celle de la peine de mort sont les plus connues. Ce projet réformiste suscite l’intérêt de Voltaire et des philosophes parisiens qui assurent immédiatement la promotion du livre, tandis que la traduction française de l’abbé Morellet2lui permet, dès 1766, une diffusion internationale. Le succès justifie des rééditions italiennes corrigées et enrichies par l’auteur, ainsi que des rééditions de la traduction. L’instabilité du texte au cours de ses débuts éditoriaux complique la tâche du philologue. Phénomène remarquable : la traduction française est, du fait de son succès, à l’origine d’une vulgate italienne, calquée sur la version de Morellet, qui prévaudra sur l’original pendant deux siècles.

2À ce stade se pose une double question. D’abord, celle de l’écriture du livre par Beccaria : convient-il de le considérer comme l’auteur ou comme le simple scribe d’un livre élaboré collectivement ? Ensuite, celle de sa réécriture par Morellet : en quel sens l’infidélité patente du traducteur a-t-elle changé la nature du livre ?

  • 3 Franco Venturi (a cura di), Dei delitti e delle pene, con una raccolta di lettere e documenti relat (...)
  • 4 Jean Pandolfi, Montesquieu et Beccaria, in « Europe », février 1977, numéro spécial Montesquieu, Pa (...)
  • 5 À la suite de Luigi Firpo, Gianni Francioni a dirigé l’Edizione nazionale des œuvres de Beccaria (M (...)

3Dans le sillage des analyses qui, des travaux de Franco Venturi3et Jean Pandolfi4à ceux de Luigi Firpo et Gianni Francioni55, ont contribué de façon significative à la connaissance du texte beccarien, de sa fortune et de son histoire, mon propos est d’éprouver l’intérêt opératoire d’une approche sous l’angle des pratiques d’écriture et de la réécriture.

La question de l’écriture du livre par Beccaria

4Cette question amène à réfléchir sur l’idée d’auteur. L’examen du texte et de son processus de rédaction suggère, au niveau des idées ainsi qu’à celui du sujet de l’écriture, une dilution de l’instance auctoriale, à laquelle invite également la réception critique.

Les idées

  • 6 Melchior Grimm, Sur le traité des Délits et des Peines, par Beccaria, article publié dans le numéro (...)
  • 7 Voltaire, Lettre à Damilaville du 16 octobre 1765, in Correspondance, édition Théodore Besterman, t (...)
  • 8 Voltaire, Commentaire sur le livre Des délits et des peines, in L’affaire Calas et autres affaires, (...)
  • 9 Voltaire, Lettre à Beccaria du 30 mai 1768, in Correspondance, éd. cit., t. IX, p. 500.

5Le succès du livre auprès des philosophes français est dû, pour une large part, au fait qu’ils y retrouvent, avec une satisfaction narcissique non dissimulée, leurs propres idées. Les Lumières ont franchi les Alpes, se réjouit Melchior Grimm dans sa recension de la « Correspondance littéraire », ironisant sur les rumeurs qui ont fait de Dei delitti e delle pene un livre français : « Les ennemis de la philosophie ont prétendu que le livre Des délits et des peines a été fabriqué en France ; qu’ensuite il a été envoyé en Italie pour y être traduit en italien, et publié en cette langue afin d’en pouvoir être retraduit en français […]. Cela n’est pas si sot pourtant qu’on le croirait bien » ; la dette conceptuelle de Beccaria vis-àvis de Montesquieu, en particulier, est lourdement soulignée : « Sans le livre de l’Esprit des lois, le livre de M. Beccaria n’aurait vraisemblablement jamais existé »6. Avec infiniment plus de délicatesse, Voltaire fait écho, dans sa correspondance : « Cela me paraît philosophique ; l’auteur est un frère »7 ; avant d’honorer le livre d’un Commentaire8et d’adresser à Beccaria le plus flatteur des éloges : « Que n’ai-je, pu, Monsieur, avoir l’honneur de vous voir, de vous embrasser, j’ose dire de pleurer avec vous ! J’ai du moins la consolation de vous dire à quel point je vous estime, je vous aime et vous respecte »9.

6De son côté, Beccaria se reconnaît volontiers comme l’héritier des philosophes français : dans sa lettre à Morellet, il déclare s’être formé à l’école de Montesquieu, Diderot, D’Alembert, Buffon, Condillac, Helvétius et, plus généralement, des Encyclopédistes — suggérant, en substance, que les idées qu’il défend dans Dei delitti e delle pene ne sont pas de lui, et que son livre résulte davantage de la réécriture d’un fonds conceptuel commun que d’un acte de création.

Le sujet de l’écriture

  • 10 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 122 : « Beccaria si annoiava e annoia (...)
  • 11 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 123 : « è tanto laborioso per lui lo (...)
  • 12 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 122 : « Ma egli nulla sapeva dei nost (...)
  • 13 Alessandro Verri, Lettera a Isidoro Bianchi du 16 avril 1803, in Venturi1981, p. 125 : « quanto era (...)

7Une conception romantique, attachée au mythe du génie solitaire doté d’une énergie créatrice qui le pousse irrésistiblement à écrire et le distingue du commun des mortels, pose l’auteur en sujet unique et indiscutable de l’écriture. Rien de tel chez Beccaria. « Il s’ennuyait et ennuyait les autres »10, raconte (sans doute avec une pointe de malveillance) Pietro Verri, qui déclare lui avoir fourni le thème de réflexion et l’avoir énergiquement incité au travail, nourrissant ainsi l’image d’un Beccaria dépourvu d’élan individuel : « écrire est pour lui si laborieux et lui coûte un tel effort qu’au bout d’une heure il tombe de fatigue, incapable de résister »11. Il souligne l’incompétence de Beccaria en matière de pratique pénale et l’assistance technique que lui a prêtée Alessandro Verri en sa qualité de protecteur des prisonniers : « mais il ne savait rien de nos méthodes criminelles. Alessandro, qui a été protecteur des prisonniers, lui promit assistance »12. Des années plus tard (l’imprécision du souvenir autorisant une certaine ambiguïté), Alessandro reviendra sur l’incompétence de Beccaria et sur sa réticence au travail d’écriture : « autant il était à la hauteur de cette œuvre, autant lui répugnait l’assiduité nécessaire à sa composition »13. Cette réticence se manifeste, dans la calligraphie, par la grande quantité de repentirs et de ratures qui caractérise ses brouillons ; la mise au propre est abandonnée à la bonne volonté de Pietro Verri, au point que les manuscrits de sa main ont pu le faire prendre pour l’auteur du livre :

Comment se trouve parmi les écrits de mon célèbre frère défunt Pietro tout le traité De’ delitti e delle pene écrit de sa main, je ne le sais pas avec certitude. Il me semble, entre autres réminiscences, que, au fur et à mesure que le marquis Beccaria composait l’œuvre en l’écrivant de sa main, comme il la laissait pleine de repentirs et de ratures, mon frère, par amitié, la recopia au propre

  • 14 Alessandro Verri, Lettera a Isidoro Bianchi du 16 avril 1803, in Venturi1981, pp. 124-125 : « Come (...)

[…]. Il encourageait toujours Beccaria à la poursuivre et il pronostiquait pour elle les applaudissements de l’Europe.1414

  • 15 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 123 : « lo secondammo con entusiasmo, (...)
  • 16 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 123 : « Cominciò Beccaria a scrivere (...)
  • 17 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 123 : « Ammassato che ebbe il materia (...)

8La rédaction de Dei delitti e delle pene s’est, sans aucun doute, abondamment nourrie des conversations et discussions qui se tenaient au sein de l’Accademia dei Pugni, le moteur de l’écriture consistant davantage dans l’enthousiasme collectif du groupe que dans celui de Beccaria lui-même : « Nous le secondâmes avec enthousiasme — écrit Pietro Verri —, nous l’incitâmes tellement à la tâche qu’il écrivit une grande foule d’idées »15. Pietro Verri abandonne à Beccaria le mérite d’avoir mis les idées noir sur blanc : « Beccaria commença à écrire des idées sur des feuilles volantes »16 ; mais l’ambiguïté de son témoignage est troublante : « Une fois que [Beccaria] eut amassé le matériel, je l’écrivis, on mit de l’ordre et on forma un livre »17 ; la formulation de Pietro Verri (« io lo scrissi », « je l’écrivis ») entretient, à son bénéfice, la confusion entre le travail de copie, occasionné par la mise au propre, et le travail rédactionnel, qui est le fait de l’écrivain ; l’indéfini (« si diede un ordine, e si formò un libro », « on mit de l’ordre et on forma un livre ») dessaisit Beccaria du mérite de l’opération au profit de l’ensemble du groupe, pour ne pas dire à son propre profit.

  • 18 Ferdinando Facchinei, Note e osservazioni sul libro intitolato Dei delitti e delle pene, Venezia, 1 (...)
  • 19 Il s’agit de la Risposta ad uno scritto che s’intitola Note ed osservazioni sul libro Dei delitti e (...)

9Le fait le plus troublant est constitué par la Réponse aux dangereuses accusations de subversion et d’impiété lancées par le moine Ferdinando Facchinei dans ses Notes et observations18 : publiée sous la signature de l’auteur anonyme de Dei delitti e delle pene, la Réponse19à ces attaques a, en fait, été rédigée (on l’apprendra par la suite) par Pietro et Alessandro Verri.

  • 20 Pietro Verri, Lettre à ses amis milanais du 1er novembre 1765, in Venturi1981, p. 122 : « Prima di (...)
  • 21 Alessandro Verri, Lettre à Isidoro Bianchi du 16 avril 1803, in Venturi1981, p. 124 : « Invano ment (...)

10Tous ces éléments tendent à diluer l’instance auctoriale dans un sujet collectif dont Beccaria n’aurait été que le scribe, sinon le porte-plume. Ceux-là même qui entretiennent l’ambiguïté reconnaissent pourtant le mérite et la singularité de Beccaria : « Le livre est du marquis Beccaria »20, écrit Pietro Verri. À ceux qui en doutent encore, Alessandro écrira plus tard : « En vain, tant qu’il fut en vie, mon frère a-t-il inlassablement répété que cette œuvre n’est pas de lui ; en vain l’ai-je clamé moi-même, témoin oculaire et digne de foi […]. Le marquis Beccaria, jeune alors, n’était pas connu comme il le méritait »21. Je suivrai donc Franco Venturi dans sa conclusion, jugement équilibré qui reconnaît à la fois la part du singulier et celle du collectif :

  • 22 Franco Verri, Introduzione, in Venturi1981, p. XI : « Inconcepibile dunque all’infuori di quel grup (...)

Inconcevable, donc, hors de ce groupe milanais qui, précisément à cette époque, était en train de se transformer en la rédaction du « Caffè », né de ses discussions internes, des suggestions et des conseils que Beccaria reçut de Pietro Verri, de son frère Alessandro et d’autres encore, le livre Dei Delitti e delle pene demeurait une œuvre toute personnelle, certes liée à un milieu, à une atmosphère, mais jamais complètement réductible son environnement.22

La réception critique et la proposition de réécriture de Grimm

  • 23 Ferdinando Facchinei, Note e osservazioni…, cit., p. 5 : « quest’operetta […] mi sembra una vera fi (...)
  • 24 Ferdinando Facchinei, Note e osservazioni…, cit., p. 252 : « Si vede che ambisce di voler essere cr (...)

11L’accueil des philosophes français est, ai-je dit plus haut, très favorable. Avec, toutefois, des réserves qui justifient des propositions de réécriture. Les recensions de Grimm sont à cet égard remarquables. Dans la Correspondance littéraire, le critique fait l’éloge de Beccaria et de ses idées mais lui demande de renoncer à la théorie du contrat social qui fonde toute la réflexion du philosophe milanais. Se posant en donneur de leçon, Grimm lui propose explicitement de reprendre son livre « sous-œuvre », en substance, de le réécrire. Il s’agit, du point de vue idéologique, de dégager le livre de Beccaria de l’hypothèque rousseauiste : Du contrat social, paru en 1762, est en effet lourd d’implications révolutionnaires, qui ne sont guère du goût des philosophes, et que Facchinei, cité plus haut, a cru percevoir dans Dei delitti e delle pene, au point d’y voir « un véritable enfant du Contrat social »23, faisant de Beccaria un subversif qui aurait « l’ambition de se faire passer pour le Rousseau des Italiens » et de « troubler et corrompre la société »24. Dans un tel contexte, on comprend la portée idéologique de la proposition de réécriture de Grimm : privé de référence au contrat social, le livre de Beccaria offrirait moins de prise aux interprétations révolutionnaires et serait donc plus conforme au réformisme des Encyclopédistes. Du point de vue de la méthode, cette solution impliquerait le renoncement à la démarche hypothético-déductive adoptée par Beccaria au profit d’un empirisme plus conforme à l’orthodoxie épistémologique des Lumières.

La traduction-réécriture de Morellet

  • 25 Cesare Beccaria, Traité des délits et de peines, traduit de l’italien, cit.
  • 26 Jean Pandolfi, Beccaria traduit par Morellet, in « Dix-huitième siècle », n° 9, Paris, Garnier frèr (...)

12À la demande de D’Alembert, Morellet fournit une traduction française du livre2525 qui, avec sept éditions en six mois, se révèle déterminante pour la fortune du texte beccarien. Il s’agit, en fait, d’une véritable opération de réécriture. Jean Pandolfi en a effectué une analyse2626 dont je me contente de donner ici les grands résultats. Les macrostructures sont affectées de façon très visible : certains chapitres sont scindés en plusieurs ; d’autres sont, au contraire, regroupés ; leur ordre est modifié : le chapitre VIII (Divisione dei delitti) devient le chapitre XXV ; les chapitres XVI (Della tortura) et XXVIII (Della pena di morte) deviennent respectivement les chapitres XII et XVI. Les structures moyennes sont également bouleversées : à l’intérieur des chapitres, Morellet modifie l’ordre des paragraphes ; certains paragraphes sont extraits de leur chapitre d’origine et insérés dans d’autres. Le traducteur justifie ces changements par un souci de cohérence et de clarté d’exposition. Ainsi écrit-il dans la Préface du traducteur :

  • 27 André Morellet, Préface du traducteur, in Cesare Beccaria, Traité des délits et des peines, Milano, (...)

Il nous semble — que c’est là le mérite de notre auteur, d’unir la force du raisonnement à la chaleur du sentiment. Mais cette chaleur lui fait perdre quelquefois de vue l’ordre le plus naturel.27

  • 28 Ibidem.

13Morellet décide donc « de rétablir, par quelques simples transpositions de chapitres ou de parties de chapitres, l’ordre ainsi troublé »28. L’argument de l’ordre et de la clarté reparaît dans sa lettre à Beccaria du 3 janvier 1766 :

  • 29 André Morellet, Lettre à Beccaria du 3 janvier 1766, in Venturi1981, p. 349.

Pour les lecteurs ordinaires, moins instruits, et surtout pour des lecteurs français plus difficiles sur la méthode, votre ouvrage traduit uno tenore, aurait été moins facile à saisir. Or j’ai cru et je crois encore avoir suivi une marche plus régulière, et qui rend l’ouvrage plus clair.29

  • 30 Dans ses Mémoires, Morellet ne manquera pas de citer le compliment de Benjamin Franklin : « L’abbé (...)

14Brillant sorbonnard, Morellet est en effet connu et reconnu pour son aptitude à ordonner les idées et les arguments, pour son art de la disposition3030. Soucieux d’ordre et de cohérence, il réorganise le livre autour des deux grandes catégories du droit pénal : la procédure (c’est dans la partie consacrée à la procédure qu’il place, logiquement, le chapitre sur la torture) ; la pénologie (c’est dans cette partie qu’il place le célèbre plaidoyer contre la peine de mort). La conséquence de ces manipulations est résumée par le titre français : Traité des délits et des peines. Le pamphlet philosophique qui exprimait le jaillissement d’une pensée bouillonnante de passion est devenu un Traité, c’est-à-dire l’exposé paisible, ordonné et pédagogique d’une pensée préexistante : le texte a changé de nature.

  • 31 « Sa traduction — écrit D’Alembert — est très bien écrite, et ne fera, je crois, rien perdre à votr (...)
  • 32 Cesare Beccaria se déclare particulièrement « honoré en apprenant que [son] œuvre est traduite dans (...)
  • 33 Melchior Grimm, article du 1er décembre 1765, in Correspondance littéraire, éd. cit., pp. 423-424.

15Le travail de Morellet reçoit l’approbation de D’Alembert31 ; celle de Beccaria lui-même32, trop heureux de bénéficier de l’appui des philosophes parisiens et de la puissance véhiculaire de la langue française. Grimm et Diderot, en revanche, le critiquent violemment. Développant le thème du traduttore / traditore, Grimm estime que l’abbé Morellet « a cruellement gâté le livre de M. Beccaria », qu’en « vassal téméraire et déloyal, [il] s’est rendu coupable de félonie envers son seigneur et suzerain », qu’il faut « avoir la tête étroite comme une ruelle pour tomber dans une tentation de cette espèce »33. Sur le plan idéologique, la réécriture de Morellet va pourtant dans le sens de la proposition de Grimm, dans la mesure où elle gomme, à sa façon, le potentiel révolutionnaire du livre de Beccaria pour le ramener à l’orthodoxie réformiste des Lumières. Quant à Diderot, sensible à la littérarité et à la charge passionnelle du texte de Beccaria, il affirme sans ambages que

  • 34 Denis Diderot, Œuvres complètes, éd. de J. Assézat, vol. IV, Paris, Garnier, 1875, p. 60 ; cité par (...)

M. l’abbé Morellet a bien tué [le livre Des délits et de peines] dans sa traduction en voulant introduire le protocole de la méthode dans un morceau où les idées philosophiques, colorées, bouillantes, tumultueuses, exagérées, conduisent à chaque instant l’auteur à l’enthousiasme […]. Il fallait donc laisser l’ouvrage de M. Beccaria tel qu’il était ; ou si l’on se déterminait à l’assujettir à la méthode, il en fallait absolument supprimer les morceaux de poésie et de verve, ou savoir s’échauffer peu à peu et les amener.34

16C’est une façon d’admettre Beccaria dans le cercle des philosophes et, en même temps, de rappeler que Dei delitti e delle pene fait pleinement partie du patrimoine littéraire.

17L’examen des aspects les plus concrets de l’acte d’écriture tend, dans le cas de Beccaria, à diluer l’instance auctoriale dans une dimension plurielle, mettant en évidence l’enracinement de l’œuvre dans un courant de pensée, dont elle devient aussitôt le texte emblématique, et dans une époque, dont elle reflète les tensions et nourrit les débats.

18Mise en relation avec la réception critique, la question de la réécriture, invitant à prendre en compte tous les aspects et toutes les approches du texte, permet, en même temps, de saisir sa spécificité et de reconnaître la singularité de son auteur : en l’occurrence, elle permet de saisir avec précision le positionnement de Dei delitti e delle pene entre le contractualisme révolutionnaire de Rousseau et le réformisme des Lumières, mais aussi entre l’empirisme qui caractérise l’épistémê des philosophes et la démarche hypothético-déductive qui reconnaît et exploite la puissance du modèle théorique. Les débats suscités par la traduction-réécriture de Morellet mettent remarquablement en évidence la valeur littéraire du texte source et ce que Diderot n’a pas hésité à appeler sa poésie.

Haut de page

Notes

1 Transfuge de l’Accademia dei Trasformati, Pietro Verri fonde au début des années 1760, avec quelques amis — dont Beccaria —, l’Accademia dei Pugni qui, avec son périodique « Il Caffè » (1764-1766), devient rapidement le fer de lance des Lumières italiennes.

2 Cesare Beccaria, Traité des délits et de peines, traduit de l’italien d’après la troisième édition revue, corrigée et augmentée par l’auteur, avec des additions de l’auteur qui n’ont pas paru en italien, Lausanne, 1766 : ainsi se présente la traduction de Morellet ; Lausanne est un lieu d’édition fictif. Une réédition de cette traduction indique Philadelphie, lieu également fictif.

3 Franco Venturi (a cura di), Dei delitti e delle pene, con una raccolta di lettere e documenti relativi alla nascita dell’opera e alla sua fortuna nell’Europa del Settecento, Torino, Einaudi, 1981. Le texte est précédé d’une très riche Introduzione. Cette édition sera mentionnée ci-dessous par l’abréviation Venturi1981 .

4 Jean Pandolfi, Montesquieu et Beccaria, in « Europe », février 1977, numéro spécial Montesquieu, Paris, 1977.

5 À la suite de Luigi Firpo, Gianni Francioni a dirigé l’Edizione nazionale des œuvres de Beccaria (Milano, Mediobanca) dont le premier volume, Dei delitti e delle pene, est paru en 1984.

6 Melchior Grimm, Sur le traité des Délits et des Peines, par Beccaria, article publié dans le numéro d’août 1765 de la « Correspondance littéraire ». Signalons aussi l’article Examen de la traduction du Traité des Délits et des Peines de Beccaria par Morellet, du 1er décembre 1765. On trouvera ces articles in Correspondance littéraire, philosophique et critique, tome VI, Paris, Garnier frères, 1878, respectivement pp. 329-337 et 422-429.

7 Voltaire, Lettre à Damilaville du 16 octobre 1765, in Correspondance, édition Théodore Besterman, t. VIII, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1983, p. 220.

8 Voltaire, Commentaire sur le livre Des délits et des peines, in L’affaire Calas et autres affaires, éd. de Jacques Van den Heuvel, Paris, Gallimard, 1988.

9 Voltaire, Lettre à Beccaria du 30 mai 1768, in Correspondance, éd. cit., t. IX, p. 500.

10 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 122 : « Beccaria si annoiava e annoiava gli altri. Per disperazione mi chiese un tema, io gli suggerii questo ».

11 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 123 : « è tanto laborioso per lui lo scrivere, e gli costa tale sforzo che dopo un’ora cade e non può reggere ».

12 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 122 : « Ma egli nulla sapeva dei nostri metodi criminali. Alessandro, che fu il protettore dei carcerati, gli promise assistenza ».

13 Alessandro Verri, Lettera a Isidoro Bianchi du 16 avril 1803, in Venturi1981, p. 125 : « quanto era capace dell’opera, altrettanto ripugnava alla assiduità di comporla ».

14 Alessandro Verri, Lettera a Isidoro Bianchi du 16 avril 1803, in Venturi1981, pp. 124-125 : « Come si trovi fra gli scritti del defunto mio fratello Pietro di chiara memoria tutto il trattato De’ delitti e delle pene di suo proprio pugno, io non ne ho sicura contezza. Per altro mi sembra di avere qualche reminiscenza che, di mano in mano che il marchese Beccaria componeva l’opera di suo pugno scrivendola, ed essendo pieno di pentimenti e di cancellature, mio fratello per amicizia la trascrisse in netto […]. Esso animava sempre Beccaria a proseguirla e ne pronosticava gli applausi dell’Europa ».

15 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 123 : « lo secondammo con entusiasmo, lo fomentammo tanto che scrisse una gran folla di idee ».

16 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 123 : « Cominciò Beccaria a scrivere su dei pezzi di carta staccati delle idee ».

17 Pietro Verri, Lettera agli amici milanesi, in Venturi1981, p. 123 : « Ammassato che ebbe il materiale, io lo scrissi e si diede un ordine, e si formò un libro ».

18 Ferdinando Facchinei, Note e osservazioni sul libro intitolato Dei delitti e delle pene, Venezia, 1765. On pourra lire le texte dans l’édition ultérieure : Bassano, Remondini, 1797.

19 Il s’agit de la Risposta ad uno scritto che s’intitola Note ed osservazioni sul libro Dei delitti e delle pene. Pietro e Alessandro Verri ont rédigé cette Réponse à Milan en janvier 1765 et en ont confié l’impression à la maison Agnelli de Lugano ; la distribution a commencé en février 1765.

20 Pietro Verri, Lettre à ses amis milanais du 1er novembre 1765, in Venturi1981, p. 122 : « Prima di chiudere vi soddisferò sul proposito del libro Dei delitti e delle pene. Il libro è del marchese Beccaria ».

21 Alessandro Verri, Lettre à Isidoro Bianchi du 16 avril 1803, in Venturi1981, p. 124 : « Invano mentre mio fratello visse non si stancò di ripetere che quell’opera non è sua, invano ho sempre declamato io stesso testimonio di vista e meritevole di fede […]. Il marchese Beccaria allora giovane non era conosciuto quanto meritava ».

22 Franco Verri, Introduzione, in Venturi1981, p. XI : « Inconcepibile dunque all’infuori di quel gruppo milanese che proprio in quel periodo stava trasformandosi nella redazione del « Caffè », nato dalle discussioni interne di esso, dai suggerimenti e consigli che a Beccaria vennero da Pietro Verri, da suo fratello Alessandro e da altri ancora, Dei delitti e delle pene restava opera tutta personale, legata a un ambiente, a un’atmosfera, e pur non mai completamente assimilabile a ciò che le stava intorno ».

23 Ferdinando Facchinei, Note e osservazioni…, cit., p. 5 : « quest’operetta […] mi sembra una vera figliuola dirò così del Contratto sociale di Rousseau.

24 Ferdinando Facchinei, Note e osservazioni…, cit., p. 252 : « Si vede che ambisce di voler essere creduto il Rousseau degli Italiani [e di] turbare e guastare la Società ».

25 Cesare Beccaria, Traité des délits et de peines, traduit de l’italien, cit.

26 Jean Pandolfi, Beccaria traduit par Morellet, in « Dix-huitième siècle », n° 9, Paris, Garnier frères, 1977.

27 André Morellet, Préface du traducteur, in Cesare Beccaria, Traité des délits et des peines, Milano, Comune di Milano, 1988, p. 32.

28 Ibidem.

29 André Morellet, Lettre à Beccaria du 3 janvier 1766, in Venturi1981, p. 349.

30 Dans ses Mémoires, Morellet ne manquera pas de citer le compliment de Benjamin Franklin : « L’abbé Morellet […] est raisonneur subtil, comme Scot ou saint Thomas, et il met ses arguments en si bon ordre, qu’ils deviennent presque irrésistibles ». Benjamin Franklin, Lettre à Mme Helvétius, in André Morellet, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1988, p. 150.

31 « Sa traduction — écrit D’Alembert — est très bien écrite, et ne fera, je crois, rien perdre à votre ouvrage. Les raisons d’après lesquelles il s’est déterminé à quelques transpositions m’ont paru bien fondées ». D’Alembert, Lettre à Beccaria du 3 janvier 1766, in Venturi1981, p. 353.

32 Cesare Beccaria se déclare particulièrement « honoré en apprenant que [son] œuvre est traduite dans la langue française qui est la maîtresse de l’Europe et qui a été la [sienne] », in Lettre à Morellet du 26 janvier 1766, in Venturi1981, p. 363.

33 Melchior Grimm, article du 1er décembre 1765, in Correspondance littéraire, éd. cit., pp. 423-424.

34 Denis Diderot, Œuvres complètes, éd. de J. Assézat, vol. IV, Paris, Garnier, 1875, p. 60 ; cité par Franco Venturi in Venturi1981, p. 405.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Abbrugiati, « Écriture et réécriture de Dei delitti e delle pene : le cas Beccaria », Cahiers d’études romanes, 20 | 2009, 33-42.

Référence électronique

Raymond Abbrugiati, « Écriture et réécriture de Dei delitti e delle pene : le cas Beccaria », Cahiers d’études romanes [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1768 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1768

Haut de page

Auteur

Raymond Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org