Navigation – Plan du site
Cent fois sur le métier

Variantes du récit familial : la réécriture dans l’œuvre d’Attilio Bertolucci

Yannick Gouchan
p. 43-59

Résumés

Attilio Bertolucci (1911—2000) figure parmi les grands poètes italiens de la seconde moitié du XXe siècle. Il est le père des réalisateurs Bernardo et Giuseppe Bertolucci. Le problème de la réécriture dans son œuvre poétique peut être étudié en termes de variantes et d’intertextualité. Bertolucci est l’auteur de plusieurs recueils de poèmes (ou “liriche” en italien), d’un poème long (ou “poemetto”) et d’un “roman en vers”. La circulation à l’intérieur de ces trois formes poétiques permet en effet de repérer des variantes autour du récit familial. Nous montrerons ainsi comment certains micro-récits inclus dans un poème bref sont repris et amplifiés dans les formes longues, ou encore comment des parties du “roman familial” La camera da letto (1984-1988) subissent une sorte de réécriture dans les recueils suivants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’édition de référence des œuvres complètes est : Opere, a cura di P. Lagazzi e G. Palli Baroni, Mi (...)

1Attilio Bertolucci (1911-2000) figure parmi les grands poètes italiens de la seconde moitié du XXe siècle. Il est le père des réalisateurs Bernardo et Giuseppe Bertolucci. Profondément attaché à sa ville natale de Parme et à la province émilienne où il vécut la moitié de sa vie, le poète choisit par la suite de s’installer à Rome, du début des années cinquante jusqu’à sa mort. Son premier recueil date de 1929 (Sirio), sous l’influence de Toulet, puis suivront deux autres livres dans les années trente (Fuochi in novembre et Lettera da casa), plus tard inclus dans une anthologie qui ouvrira véritablement la réception critique et la renommée de l’auteur (La capanna indiana, 1951). La seconde moitié des années cinquante et les années soixante ne connaissent aucune publication en volume, malgré l’intense travail du poète qui mène une double tâche d’écriture : un recueil fondamental qui va devenir un chef-d’œuvre de la poésie italienne contemporaine (Viaggio d’inverno, 1971) en même temps qu’un poème de 9500 vers. Viaggio d’inverno fut en effet composé dans une synchronie étroite avec l’autre projet, démesuré, mais nécessaire, comme nous le verrons. L’écriture de ce long poème, appelé tantôt « roman en vers » tantôt « roman non romanesque » par l’auteur, couvre près de trois décennies, avant sa publication partielle puis définitive en 1988. Il s’agit de La camera da letto, épopée du quotidien familial, récit fortement proustien de formation d’un homme et d’un poète, portrait de l’Emilie rurale au tournant des mutations socio-économiques, mais aussi portrait de la ville de Parme1.

  • 2 S. Giovannuzzi a notamment étudié cette forme de réécriture dans Invito alla lettura di Attilio Ber (...)
  • 3 Pour approfondir le proustisme de Bertolucci on pourra consulter deux de nos contributions critique (...)

2Le problème de la réécriture dans cette œuvre poétique originale peut d’emblée se poser en termes de variantes ou d’intertextualité. Il est possible d’étudier comment Bertolucci utilise un micro-récit inclus dans un poème bref pour le développer dans plusieurs des chapitres de son roman en vers2. Les échos intertextuels multiples permettent également d’établir une dynamique de la réécriture selon l’influence déterminante de Proust, dont certains épisodes de La Recherche font l’objet d’une imprégnation du propre matériau autobiographique, sans parler, bien entendu, du style de la phrase proustienne, parfaitement intégrée dans la mesure calculée des vers de La camera da letto3.

3La réécriture du contenu d’un poème dans un ou plusieurs chapitres du roman en vers implique, chez Bertolucci, d’une part la dissémination et d’autre part l’autocitation. La reprise lexicale et le choix stylistique président à une série de variantes pour réutiliser les poèmes brefs dans le vaste chantier ultérieur. Nous souhaitons plus particulièrement montrer comment s’exerce une catégorie de la variante, à savoir la reprise amplificatrice de certains éléments constitutifs de l’autobiographie et de l’histoire familiale, autrement dit la variante du souvenir ou du portrait d’une figure de l’histoire privée.

4L’intérêt de l’étude de cette reprise réside dans la nature même du rapport qui s’est instauré entre les différents livres de Bertolucci, car le poids et l’importance du roman en vers exerce une force sur tous les autres recueils, et donc sur la réécriture. La composition lente mais assidue de La camera da letto, entre le début des années cinquante et le début des années quatre-vingt, commença par la volonté de poursuivre un manuscrit familial retrouvé par hasard dans un coffre de la maison ancestrale des Bertolucci, à Casarola, petit village de l’Apennin émilien. L’écriture des souvenirs familiaux devint progressivement une mission familiale de restitution du passé, mais aussi, et surtout, une entreprise littéraire de conciliation extrême entre le vers et le récit, entre la mesure et la narration, un dépassement considérable de la réduction de la poésie au lyrique exclusif, dans la lignée lointaine des épopées ferraraises de la Renaissance, mais plus précisément dans le droit fil de deux grands Poèmes, Eugène Onéguine de Pouchkine et le Prélude de Wordsworth, en partie traduit par Bertolucci. La camera da letto présente ainsi quarante-six chapitres chronologiques de plusieurs centaines de vers, depuis la “rêverie” initiale qui revisite par la poésie l’installation des ancêtres du poète dans l’Apennin, trois siècles auparavant, jusqu’à l’évocation des grands parents, des parents et du protagoniste lui-même.

5Le matériau autobiographique et familial constitue dès le second livre, Fuochi in novembre, un thème essentiel de la poésie bertoluccienne, et ce thème ne cessera de s’amplifier avec le temps, en suivant la progression de l’écriture qui se dirige lentement mais avec détermination vers le grand poème. La notion de variante appliquée au parcours poétique de Bertolucci signifie par conséquent une progression : progression du texte d’une œuvre à l’autre, qui s’amplifie selon des modalités d’écriture différentes, selon un mouvement général, mais pas exclusif, qui peut, pour l’instant, se résumer à la transformation d’un poème bref en un chapitre du roman en vers.

6Les représentations stylistiques et les enjeux de la réécriture du récit familial bertoluccien impliquent une prise en compte du livre central La camera da letto comme générateur de la réécriture. Ce poème, qui est un roman familial et mémoriel, motive la variante au sein du macrotexte. Si l’absence d’activité fantasmatique sur les parents et de réorganisation de la généalogie ne permet pas d’utiliser l’expression “roman familial” dans son acception psychanalytique freudienne, Bertolucci a quand même choisi d’intituler la première partie de son poème « Romanzo famigliare [al modo antico] », à savoir l’histoire de ses parents et grands parents sur l’exemple des livres de famille. L’écriture agence la vie familiale par une reformulation poétique d’épisodes marquants de l’histoire des Bertolucci, y compris celle antérieure à la naissance du poète lui-même. Le narrateur du livre de famille n’est ni Attilio Bertolucci, ni son double poétique à peine déguisé par l’initiale A. Le narrateur en revanche s’identifie à plusieurs reprises comme un chroniqueur et un annaliste. Le chroniqueur rapporte les faits marquants de l’histoire familiale tandis que l’annaliste témoigne des détails du quotidien à l’intérieur d’une chronologie. Dans le mouvement global de réécriture de certains éléments du récit familial, ce narrateur, doublement capital, reprend le contenu de poèmes antérieurs et autonomes, au cœur des recueils, pour les inscrire dans la temporalité d’un livre de famille dont la mission première reste strictement privée (écrire l’histoire des Bertolucci et une autobiographie d’Attilio jusqu’à la moitié de son existence), mais dont la fonction ultime devient une entreprise littéraire de construction d’une durée autonome, une réponse par le langage à l’angoisse du temps qui obsède de manière presque pathologique le poète.

  • 4 On pourra consulter notre travail Temps, incertitude et écriture poétique : construction d’une duré (...)

7L’étude qui va suivre tentera d’articuler l’histoire familiale sur l’écriture poétique, et plus largement d’analyser le rapport complexe entre la poésie et le récit dans la perspective d’un mouvement de réécriture. La définition de la fonction du souvenir familial dans la configuration d’une durée autonome du temps objectif prend une connotation thérapeutique chez Bertolucci, et la réécriture entre dans la stratégie générale de « lutte contre le temps »4.

  • 5 « […] una corrente, mai tradita, che guida dalle poesie alla Camera da letto […] », S. Gio-vannuzzi(...)

8Le problème de la réécriture permettra en premier lieu de prendre en considération la variante des textes relatifs aux membres de la famille proche du poète (sœur, mère, enfants), puis des textes relatifs à des événements de l’histoire familiale. Ces modifications s’opèrent suivant des mouvements bien particuliers d’arythmie, de ralentissement et d’expansion qui président à la reprise du contenu des poèmes brefs. La reprise indique un mouvement unidirectionnel des recueils antérieurs ou simultanés vers La camera da letto, interprété comme l’aboutissement d’une recherche poétique de récit autobiographique et familial5.

9Dans un second temps, et à partir d’autres exemples, la variante sera considérée comme le résultat d’un conditionnement stylistique des textes par le roman en vers, à savoir un mouvement de réécriture qui traverse La camera da letto pour aboutir aux recueils successifs.

Prolongement des figures et des souvenirs de famille

10Les membres de la famille du poète habitent de nombreux textes et font souvent l’objet de considérations inquiètes sur le temps qui s’écoule en ravissant le bonheur d’un instant. L’épouse, Ninetta, les deux fils, Bernardo et Giuseppe, et les parents occupent un espace relativement important dans la poésie de Bertolucci. Mais avant de s’intéresser à ces figures majeures, un exemple de réécriture du récit familial se trouve dans l’évocation d’une figure de l’au-delà, inconnue du poète, sa sœur aînée Elsa, disparue à trois ans, avant la naissance d’Attilio.

  • 6 Per una sorellina morta a sei anni, in Fuochi in novembre, in Opere, cit., p. 50.
  • 7 La camera da letto, « Elsa », in Opere, cit., p. 498.

11Le poème Per una sorellina morta a sei anni6imagine que la fillette a vécu trois ans de plus, avec un lapsus temporel que l’on retrouve d’ailleurs dans l’autobiographie, puisque le protagoniste de La camera da letto naît un an après le poète. La prolongation littéraire de la vie de la fillette donne lieu à onze vers libres consacrés aux changements atmosphériques qui accompagnent la course d’Elsa dans le jardin de la propriété. L’absence de toute référence à la mort laisse le champ libre à un portrait imaginaire de la sœur joyeuse, objet de l’admiration de sa famille. Ce poème, composé au début des années trente, connaît une réécriture avec amplification de son contenu dans le chapitre V du roman en vers, dont le titre reprend justement le prénom de la fillette7. Le chapitre comporte 207 vers en majorité hendécasyllabiques, et il relate le bonheur domestique et maternel de Maria, la mère du poète, avec son premier enfant, Elsa (qui est en réalité son troisième, car les deux premiers sont morts peu de temps après leur naissance). Si le sujet et les images des deux textes sont bien les mêmes, le poète n’a pas corrigé une inexactitude probablement due au fait qu’il n’a jamais connu sa sœur et que le souvenir de ses parents devient imprécis avec le temps. En effet, dans le poème Elsa a les cheveux noirs et des yeux de pervenche, tandis que dans le chapitre la fillette est blonde aux yeux noirs. Le vocatif qui sert à s’adresser à la sœur aînée mais morte indique que le narrateur (et le poète, bien sûr) imagine un portrait dont l’exactitude importe moins que l’impression qu’a laissée la fillette dans les esprits des membres de la famille. On signalera enfin que ce vocatif, dans le chapitre, reprend explicitement l’emploi de la seconde personne du singulier dans le poème bref.

  • 8 « Le temps passe si lentement durant les jeunes / années du mariage […] », « Elsa », v. 1-2.

12Les images du poème bref réapparaissent dans le chapitre du roman en vers avec un rythme qui insiste sur le ralentissement, notamment par la dilatation d’hendécasyllabes en vers qui dépassent souvent les treize syllabes, occasionnée par la répétition de termes identiques dans un même vers, ou encore par la présence de points de suspension. D’ailleurs le premier vers du chapitre place immédiatement le texte dans une durée autonome, sur le plan sémantique et rythmique (grâce à l’enjambement) : « Il tempo va così lento negli anni / giovani del matrimonio […] »8.

  • 9 « Laissez l’annaliste anticiper : la douleur / causée par la mort de la petite Elsa / dura, dura [… (...)
  • 10 « La saison pudique / vint, et vint la nouvelle lune. », Per una sorellina morta a sei anni, v. 1-2

13Les deux textes, séparés par plus de vingt ans, insistent tous deux sur l’image laissée par la fillette, grâce à l’expression poétique de la rémanence des couleurs, des gestes, de la lumière ; la figure familiale s’inscrit dans un souvenir éternel et figé, alors même que le chapitre du roman en vers élude l’événement de sa disparition par un choix délibéré du narrateur “annaliste” qui fait avancer le récit après une ellipse : « Lasciate che l’annalista anticipi : il dolore / per la morte della bambina Elsa / durò, durò […] »9. On remarquera que l’anticipation amorcée par le narrateur à la troisième personne subit immédiatement un ralentissement symptomatique de l’angoisse du poète face au temps, avec la répétition du verbe « durer » qui constitue une réduplication en rejet, en tête de vers. Il est curieux de remarquer que la réduplication et le rejet au début du vers se trouvaient déjà dans le poème bref, avec le verbe « venir », répété pour marquer l’évolution atmosphérique, et donc la progression du temps : « La pudica stagione / venne, e venne la luna nuova »10.

14Le chapitre du grand poème effectue une amplification du contenu micro-narratif du poème bref par de longues laisses d’une trentaine de vers. La variante autour de la figure sororale disparue, issue de l’imagination du poète et des souvenirs de ses parents, permet de décrire la course de la fillette dans le jardin avec une dilatation plus importante de la durée, des détails picturaux, des personnages qui gravitent autour d’elle, si bien que le chapitre transforme l’implicite et le suggéré du poème bref en véritable roman de l’enfance, car de nombreux vers sont consacrés aux rapports affectifs entre Elsa et les membres de la famille ainsi qu’aux conséquences de sa disparition sur chacun. Le passage du poème au chapitre a permis d’étendre le récit familial avec une dimension presque généalogique, car Elsa fournit aussi l’occasion de rappeler et d’évoquer les deux premiers enfants de la mère du poète, puis son frère aîné, Ugo.

  • 11 « Maria est morte l’avant-veille / de Noël […] », La camera da letto, « Maria », in Opere, cit., p. (...)
  • 12 A sua madre che aveva nome Maria, in In un tempo incerto, in Opere, cit., p. 155.
  • 13 « […] rose sur le point de doucement se faner […] », ibidem, v. 6.
  • 14 Ibidem, v. 5 (« eternamente giovane in virtù della morte ») et « Maria », v. 74 (« il corpoancora g (...)

15Le cinquième chapitre du premier livre du roman en vers est consacré à la disparition de la sœur Elsa, et le cinquième chapitre du second livre est quant à lui consacré à la disparition de Maria, la mère. Cette fois-ci la mort ouvre explicitement la première laisse : « Maria è morta all’antivigilia / di Natale […] »11. L’incipit narratif du chapitre XXXIV déplace le contenu lyrique d’un poème antérieur vers le domaine du récit familial amplifié. Ainsi, la variation autour de la figure maternelle disparue permet de reprendre le poème A sua madre che aveva nome Maria12dans le roman, en exauçant la prière formulée par le poète. Dans le poème, une reprise anaphorique de « Sei tu » indique la volonté de revoir la mère chaque soir, comme lors des instants du baiser maternel, et de la garder, grâce au souvenir et à l’écriture, éternellement jeune : « rosa sul punto dolce di sfioritura »13. L’allusion à la jeunesse de la mère fauchée par la mort donne lieu à une reprise lexicale du poème vers le chapitre14.

  • 15 « toi, l’origine de chaque névrose et de chaque angoisse qui me torture. », ibidem, v. 7.
  • 16 Alla madre, in Lettera da casa, in Opere, cit., p. 88.

16Le chapitre du roman en vers inscrit la figure de Maria dans le récit de ses dernières semaines, puis la dimension narrative cède la place à des laisses entre guillemets, avec l’emploi de la première personne, qui immobilisent la durée textuelle, pour laisser s’exprimer la conscience du protagoniste du roman, le jeune homme nommé par l’initiale A. C’est à l’intérieur de cet espace poétique intime et préservé que le poème antérieur surgit. La variante qui préside à un mouvement de reprise prend ici une tout autre signification que celle du chapitre consacré à Elsa. Les deux derniers vers du poème sur la mère expliquent, avec un accent psychanalytique indéniable, la responsabilité bénéfique de Maria sur la névrose actuelle de son fils, le poète : « tu, l’origine di ogni nevrosi e ansia che mi tortura »15. Or, les laisses entre guillemets peuvent s’interpréter comme un développement et un commentaire de ce vers antérieur. Ce rapport de commentaire a posteriori explique également comment l’expression du regret et de la tristesse du fils qui voudrait revoir sa mère se transforme, dans le roman, en conscience apaisée et lucide de la séparation. Le distique final du poème Alla madre16renforce le souvenir douloureux ravivé par la perte, mais dans le chapitre XXXIV de La camera da letto, ce même souvenir pacifié se transforme en « rite nécessaire », car la mère se trouve sur une autre rive, inaccessible. Les instants d’angoisse qui motivent l’écriture de poèmes trouvent ainsi une pacification verbale grâce à l’amplification dans le roman en vers, résultat d’une longue élaboration du récit familial reformulé à partir d’innombrables éclats disséminés dans les différents recueils antérieurs. La construction d’un livre de famille tend à solidifier les fragments lyriques de l’autobiographie familiale éparse.

  • 17 At home, in Lettera da casa, ibidem, p. 97.
  • 18 La camera da letto, « Lo spaniel custode », ibidem, p. 750.

17Un dernier exemple de variante sur une figure familiale s’observe entre un poème domestique sur la douceur inquiète et le chapitre XXXIX du roman en vers. Ce chapitre amplifie par la réécriture l’image du chien Flush à peine ébauchée dans un poème publié en 1945, At home17. La seconde strophe évoque la lumière du milieu de journée et le repos du chien sur la brique chaude, tandis que le chapitre intitulé « Lo spaniel custode »18effectue une reprise lexicale de ces éléments, mais à l’intérieur d’un portrait affectif du chien, devenu gardien du jeune fils du protagoniste, Bernardo.

18Si les figures d’Elsa, de Maria et du chien fidèle ont fait l’objet de variantes entre des poèmes brefs et des chapitres du roman auxquels ils donnent leur titre, on ne peut encore parler véritablement de réécriture dans la mesure où le contenu du premier texte est considérablement amplifié et surtout modifié par des digressions sur d’autres figures et d’autres événements. Ce type de reprise, beaucoup plus significatif qu’une simple relation d’intertextualité, fait écho à une autre stratégie de réécriture du récit familial, nettement plus structurée.

  • 19 Il s’agit de Verso Casarola, Così sul finire, et I rastrellatori in Viaggio d’inverno, in Opere, ci (...)

19Trois poèmes évoquent une période difficile de la famille du poète, entre 1943 et la Libération, lorsque l’armée allemande occupe le nord de l’Italie. Pour éviter les dangers du passage des soldats ennemis dans la plaine du Pô, le poète, son épouse, leur fils Bernardo, une domestique et leur chien Flush, quittent la ville de Parme et se réfugient dans l’Apennin, à Casarola, le village des ancêtres. Le voyage à pied vers le village de montagne et les longs mois d’immobilité passés à attendre la Libération ont fourni la matière à trois poèmes qui eux-mêmes trouvent une variante dans quatre chapitres du roman19. Les trois poèmes contiennent un matériau narratif considérable qui se transforme en potentialité de roman avec les 400 vers des quatre chapitres postérieurs.

  • 20 « […] ville / en flammes […] », Così sul finire, cit., v. 4-5.

20Le poème Verso Casarola présente en 57 vers d’une mesure relativement longue la fuite de la famille du poète de Parme vers un village de montagne. La dimension narrative est évidente et l’on peut sentir l’influence indéniable de la composition contemporaine de La camera da letto, autour des années 1955-1957. Pour établir la nature et le fonctionnement de la variante entre les deux textes le point de départ serait par exemple la mention explicite et complète d’une date qui les relie : le poème se déroule le « 9 septembre 1943 » et le chapitre XLI indique le « 25 septembre 1943 », ce qui implique une poursuite du récit autour de l’événement central. Ce récit de fuite trouve une reprise et une suite dans les deux premiers chapitres de « Nell’alta valle del Bràtica ». L’amplification amorcée par la variation autour de l’événement de la fuite permet de ce fait de laisser une large place à Bernardo, l’enfant, et à sa nourrice (à peine mentionnée dans le poème initial). Le chapitre XLI ouvre une digression à l’intérieur du poème, car il relate la nuit passée chez des parents, sur le chemin de Casarola. Il s’agit bien de ralentir la durée du récit en ouvrant des espaces narratifs inexplorés ou absents du poème. La suite du poème constitue le chapitre suivant, lorsque la famille s’installe dans la maison ancestrale. La référence aux ancêtres venus dans la montagne, trois siècles auparavant (et qui donne lieu au premier chapitre du roman), est justement la conclusion du poème Così sul finire, qui évoque les incendies perpétrés au loin par l’occupant (« città / in fiamme »20).

21Le poème I rastrellatori évoque par contre le moment le plus difficile de cette période. L’armée allemande incendie plusieurs villages de l’Apennin et n’épargne pas Casarola. La microsociété des villageois de Casarola, menée par le poète, héros malgré lui, fuit sur les hauteurs du mont Navert. Le poème condense l’événement en une seule période syntaxique de 24 vers, interrompue seulement par des signes d’assise, qui déverse le flux de langage en établissant une analogie entre le passage d’oiseaux migrateurs et celui des soldats. L’analogie se déploie ensuite en un chapitre, La fuga a Monte Navert, qui approfondit l’événement par de nombreux détails.

  • 21 G. Raboni, Dissanguamento e altre metafore nella poesia di Attilio Bertolucci, « Paragone », dicemb (...)

22La potentialité narrative du poème s’épanouit dans le chapitre du “poema”, répondant au poète et critique Giovanni Raboni qui voyait dans les textes de Viaggio d’inverno une dense matière narrative sous-jacente21.

23Le mouvement qui tend à amplifier le contenu de certains poèmes dans l’espace narratif et lyrique des chapitres du roman montre que La camera da letto aspire les bribes du récit familial pour les structurer en chapitres d’un livre de famille. Attilio Bertolucci pratique cette opération de variante sur des figures et des souvenirs familiaux avec la fonction de ralentir la durée du texte. L’évolution de l’écriture suit un lent cheminement de construction de la durée autonome pour répondre à l’angoisse (pour le poète il s’agit de l’ » ansia », dont le sens ne peut se réduire à l’angoisse, car elle suppose des états intermédiaires d’inquiétude et d’incertitude). Le projet de livre de famille, amorcé par les poèmes, trouve son accomplissement dans l’œuvre gigantesque des 9500 vers ; le problème de la réécriture contribue à faire comprendre comment fonctionne ce projet ambitieux à l’intérieur du corpus intégral de Bertolucci.

Conditionnement des textes par le roman en vers

24Si La camera da letto représente sans aucun doute un aboutissement du langage bertoluccien qui amplifie les éléments autobiographiques de la poésie antérieure, son rôle ne se réduit pas à ce seul mouvement unidirectionnel. Dans une perspective qui prend en considération tous les recueils, le roman en vers agit également sur les textes postérieurs à sa composition et à sa publication, à savoir les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, marquées par les deux derniers livres du poète, Verso le sorgenti del Cinghio et La lucertola di Casarola. L’étude des formes et des enjeux de la réécriture concerne donc également l’autre versant du grand livre.

25Dans le vaste programme autobiographique du poète, la composition et la publication de La camera da letto exercent une influence considérable d’ordre stylistique et métrique. Ainsi, l’analyse d’un épisode d’initiation au cœur de l’enfance du poète va montrer comment un contenu autobiographique évolue au gré de trois modalités différentes, dans trois livres différents mais complémentaires.

26Dans un premier temps, le souvenir d’une excursion wordsworthienne dans la campagne parmesane donne lieu à une première expérience poétique de texte long et structuré en plusieurs grandes parties chronologiques, il s’agit de La capanna indiana, « poemetto » de 460 vers, tournant majeur dans la carrière et dans l’existence de Bertolucci, entre la fin des années quarante et le début des années cinquante. Cette forme intermédiaire entre le poème bref (en italien, la “lirica”) et le roman en vers (ici, le “poema”), laboratoire poétique du grand livre à venir, permet d’amplifier le souvenir déjà lointain d’une promenade effectuée avec le frère aîné, à la découverte des merveilles de la nature.

  • 22 « explorateurs domestiques », La camera da letto, Viaggio alla terra dei sigari, in Opere, cit., p. (...)

27Le même souvenir revient, après variante, dans le chapitre XIV de La camera da letto, sous le titre : « Viaggio alla terra dei sigari ». La dimension merveilleuse est accentuée dans le titre qui fait référence à des feuilles d’arbustes que l’on roule pour imiter les cigares fumés par les adultes. Dans le second texte, le frère aîné est mentionné de manière explicite, comme guide de la promenade dont l’itinéraire consiste à remonter un cours d’eau jusqu’aux sources du canal qui irrigue la propriété familiale. On constate donc une explicitation des indicateurs diégétiques dans le chapitre du roman, là où le “poemetto” antérieur restait indéterminé, d’autant que l’insertion de fragments de discours direct, pour entendre les paroles du frère qui justifie l’excursion, ancre le récit dans une structuration narrative forte du souvenir. Le second texte n’est certes pas une réécriture pure et simple du premier, mais l’événement identique donne lieu à une reprise fort intéressante des modalités de l’excursion, dont l’aspect initiatique pour le jeune adolescent se trouve renforcé. L’épisode crucial dans la mythologie privée du poète est repris selon une modalité qui accentue encore les références explicites, car la promenade est placée sous l’égide de Salgari, l’auteur de romans d’aventure, abondamment lu par des générations de petits Italiens, à cette époque-là. De manière générale, la variante de l’excursion a transformé le caractère allusif propre à la rêverie du “poemetto” pour forger un récit poétique riche d’éléments référentiels et presque ironiques, car les enfants découvrant l’inconnu et l’étrangeté de la nature dans La capanna indiana deviennent de simples « esploratori domestici »22dans La camera da letto.

  • 23 Verso le sorgenti del Cinghio, in Verso le sorgenti del Cinghio, ibidem, p. 299.
  • 24 « cibo e coltellini multipli » dans Verso le sorgenti del Cinghio, v. 6 et « il pane tagliato con c (...)
  • 25 « proprietà sconosciute » dans Verso le sorgenti del Cinghio, v. 11 et « piante sconosciute », dans (...)
  • 26 « Nous voulions remonter aux sources du Cinghio […] », Verso le sorgenti del Cinghio, v. 1.
  • 27 Ibidem, v. 5-6

28Toutefois, la réécriture se poursuit au-delà du roman, contrairement aux exemples étudiés plus haut concernant les figures familiales. Le recueil qui suit la publication du roman en vers s’intitule justement Verso le sorgenti del Cinghio, autrement dit il effectue le retour vers l’excursion des deux enfants, la résurrection du souvenir, la reprise d’un contenu poétique essentiel. Le premier poème du recueil, homonyme du titre du livre23, présente vingt-six vers qui évoquent à leur tour une promenade aux sources du même canal. Si la réminiscence proustienne de la vaine promenade à la recherche des sources de la Vivonne ne fait aucun doute, il s’agit surtout de la fameuse excursion en compagnie du frère aîné, ici accompagné d’autres enfants. Ce troisième texte sur le même sujet a subi le conditionnement du roman en vers. Les détails matériels sont repris, alors que l’atmosphère rêveuse et suspendue de La capanna indiana n’est pas oubliée pour autant. Par exemple, le troisième texte cite le couteau suisse pour couper le pain de la collation, comme le chapitre XIV24, tandis que l’allusion à l’inconnu spatial cite le ‘poemetto’25. D’autres échos du lexique permettent d’établir des correspondances entre les trois textes, mais le plus récent témoigne d’une transformation opérée par le roman en vers. En effet, la mesure des vers restait plus ou moins confinée dans l’hendécasyllabe pour le premier, puis la dilatation métrique a imposé des amplifications ou des contractions du vers définissant une arythmie constitutive dans La camera da letto. Le poème ultérieur a traversé cette évolution par l’emploi du mètre supérieur à quinze syllabes, par le caractère narratif instauré dès le premier vers (« Volevamo risalire alle sorgenti del Cinghio […]26 ») et par la reprise du terme « esploratori », mais sans la coloration légèrement ironique du chapitre XIV, car désormais les explorateurs sont « fuggitivi »27.

  • 28 Ancora il taglio dei riccioli, in La lucertola di Casarola, in Opere, cit., p. 386, v. 11.
  • 29 « Il taglio dei riccioli », in La camera da letto, ibidem, p. 799, v. 142.

29Parmi les figures familiales auxquelles sont consacrés des poèmes faisant eux-mêmes l’objet d’une réécriture, celle de Giuseppe, le second fils du poète, offre un bel exemple de réécriture, non plus des recueils vers le roman, mais du roman vers un recueil. Le conditionnement de l’écriture dans le récit familial concerne le poème Ancora il taglio dei riccioli, reprise du chapitre XLV, « Il taglio dei riccioli ». Le titre du poème, affecté de l’adverbe qui indique la réitération, implique une nouvelle façon d’évoquer le souvenir. Il s’agit d’un autre moment important pour le récit familial, car le fils cadet du poète, âgé de trois ans, subit sa première coupe de cheveux. Chacun des deux textes indique clairement par des références chronologiques, toponymiques et lexicales l’espace et la période dans lesquels s’est déroulé l’événement : le bord de mer toscan de la Versilia à l’occasion des vacances d’été (la région maritime est nommée telle quelle dans l’Argumentum du chapitre, puis reprise par « pini » et « rena » dans le poème postérieur28), et l’année 1950 (indiquée explicitement dans le chapitre XLV29).

  • 30 « ainsi le garçon perd sa première virginité à trois ans », Ancora il taglio dei riccioli, v. 3.
  • 31 « […] une résistance vive / mais inutile de A. », Il taglio dei riccioli, v. 143-144.
  • 32 « son père en est consterné […] », Ancora il taglio dei riccioli, v. 4.

30L’analyse des éléments inclus dans l’opération de réécriture montre d’une part l’importance de l’événement de la coupe des boucles brunes, considéré comme un sacrifice, et d’autre part la réticence paternelle avant la coupe proprement dite. Là où le roman en vers déploie la comparaison avec l’agneau tondu qui semble amoindri, affaibli, privé de sa toison qui semblait lui garantir sa force (comme Samson), le poème de La lucertola di Casarola réduit l’idée de sacrifice à la perte d’une première virginité : « così perde la prima verginità il maschio a tre anni »30, en remplaçant au passage le prénom de son fils (Giuseppe) par le terme générique « maschio ». En ce qui concerne la réticence du père, le chapitre du roman insiste sur l’impossible intervention pour empêcher le sacrifice : « molta ma inutile / resistenza di A. »31, tandis que le poème fait juste allusion à sa réaction : « ne è costernato il padre […] »32. Il semble que le chapitre du roman ait conditionné l’écriture du poème par un mouvement inverse de celui observé plus haut. Ce n’est plus l’amplification verbale de l’événement familial qui aboutit au roman en vers, mais la condensation d’un matériau autobiographique familial issu du roman qui aboutit à un poème de 12 vers regroupés en distiques. Nous avons remarqué que la variation par amplification tendait à ralentir la durée du texte, or dans le cas présent la réécriture de l’événement familial condense au lieu d’amplifier, mais l’implication sur la durée reste malgré tout sensiblement la même. Si le contenu narratif a été considérablement réduit, le texte postérieur n’en garde pas moins un rythme lent qui cherche à fixer le souvenir de manière durable. Ainsi, la réduplication de « mai più » à la fin du premier vers, renforce la volonté d’éterniser par le langage.

  • 33 Le problème des fragments exclus de La camera da letto, publiés ou inédits, se révèle passionnant p (...)
  • 34 « […] la chevelure châtain de Giuseppe / tondue presque par trahison contre moi », Frammento esclus (...)

31La variante chez Bertolucci ne consiste pas seulement à modifier par une forme de réécriture le contenu d’un texte pour l’inclure dans le roman en vers, mais elle tient aussi, bien que dans une moindre mesure, de la reformulation à partir du roman. Dans les deux cas de figure le roman en vers agit comme un catalyseur du récit familial, un noyau autour duquel gravitent les poèmes consacrés aux membres de la famille, voire un générateur de textes satellites. En effet, l’épisode de la coupe des cheveux de Giuseppe revient dans un troisième texte, contemporain de la composition du chapitre XLV et donc antérieur au poème étudié. La camera da letto dissémine en effet plusieurs textes non retenus dans la version définitive mais publiés dans les trois autres recueils, le poète les nomme souvent « fragment exclu »33. Un fragment exclu propose justement une variation sur l’épisode des cheveux de l’enfant, avec la même idée de sacrifice et de réticence paternelle : « […] Giuseppe tonduto quasi / a tradimento contro di me nella chioma castana »34.

  • 35 Pagina di diario, in Fuochi in novembre, ibidem, p. 64.
  • 36 Publication dans « Il Girasole », n° 3, maggio, 1985.
  • 37 La lucertola di Casarola, in Opere, cit., p. 419.

32Pour conclure les exemples sur la reprise de textes qui subissent le conditionnement de La camera da letto, le cas du poème Pagina di diario35se révèle très intéressant. Episode mineur mais constitutif de l’histoire sentimentale privée du poète, le texte évoque un couple de jeunes fiancés qui entrent dans la salle à manger d’un hôtel à Bologne. Poème emblématique de la première période de Bertolucci, Pagina di diario donne naissance à un micro-récit dont les éléments référentiels (lieu, temps, personnes, action) sont à peine ébauchés dans les trois quatrains. Un demi siècle plus tard, Bertolucci publie dans un journal une réécriture de ce poème intitulée La fontanina36, dont le nom constituait déjà le second hémistiche du premier vers du poème de 1934. Ce second texte sera par la suite inclus dans le dernier recueil du poète, sous le titre beaucoup plus métatextuel de Nota tarda e forse inutile a « Pagina di diario » (1934)37. L’analyse de la réécriture entre les deux textes révèle une démarche évidente de narration par amplification du matériau initial. En effet, chaque élément est repris puis inclus dans un système métrique qui privilégie les vers très longs, supérieurs au dodécasyllabe, dans une seule laisse de 41 vers. L’épisode autobiographique (à cause de l’emploi de pronoms personnels à la première personne du pluriel) et familial (car la future épouse du poète en fait partie) déploie une série de détails sensitifs sur la couleur, l’odeur, l’aspect de l’hôtel qui sert de cadre à une rencontre amoureuse. Chaque ébauche du tableau dressé en 1934 donne lieu à une description sur plusieurs vers, comme pour le verre de vin blanc (avec, au passage, la réduction narrative du lyrique « vino d’oro » qui illumine les verres par le plus prosaïque « vino bianco », comparé à un philtre ou une drogue).

  • 38 On remarquera justement que La lucertola di Casarola présente un Capitolo perduto e ritrovato de “L (...)

33En premier lieu, le lexique subit l’amplification par la réitération (« amore » aux vers 14 et 37) ou la variante (« stanza […] vuota » repris par « sala da pranzo »), alors que le texte de 1934, qui mentionne déjà « amore » et « stanza vuota » ne les répète pas. On remarque également que le portrait synthétique du serveur du restaurant (« un cameriere furbo e liso ») a subi une amplification dans la réécriture grâce à la séparation du substantif et de son épithète, désormais éloignés d’une quinzaine de vers et englobés dans une proposition relative pour le premier (« un cameriere che senza una parola ci introduce […] »), puis dans une périphrase métaphorique pour le second (« assegnato / per il rito da un liso sacerdote / che non vogliamo contrastare »). De plus, le cadre spatial et temporel, réduit au minimum dans le texte initial, avec la mention de la ville et de « la Fontanina », a été transformé suivant les éléments naturels de l’espace intime bertoluccien, progressivement élaboré au long d’un demi-siècle d’écriture. Les fameux acacias, qui font partie de la mythologie privée du poète, ouvrent le poème de 1985 pour introduire un long préambule descriptif sur la route qu’empruntent les fiancés, la détermination de l’heure et de l’atmosphère, l’aspect de l’enseigne de l’hôtel, etc. On ajoutera enfin que l’écriture de ce second texte accentue visiblement le ralentissement de sa durée par des signes d’assise et des points de suspension, eux-mêmes inclus dans les guillemets qui ouvrent et ferment l’intégralité du texte. Les signes d’assise ont ici pour fonction de contracter le temps logique et de dilater le temps psychique, pour une autonomie de la durée textuelle. Mesure du vers dilaté à l’extrême, amplification narrative de l’épisode autobiographique, richesse descriptive et arsenal de ponctuation qui agit sur le rythme témoignent inévitablement d’un conditionnement de la réécriture par le roman en vers. Cette seconde version de Pagina di diario est en réalité un fragment exclu de La camera da letto, mais non intitulé comme tel, contrairement aux autres exemples cités plus haut3838. Il devient, dans une prise en compte macrotextuelle, un poème indépendant du roman, un appendice du poème des années trente qui montre comment l’écriture a évolué, comme un échantillon pour le laboratoire qui transforme les fragments du récit autobiographique et familial.

34Plusieurs cas de passage dans ou à travers le livre poétique de la famille démontrent que la réécriture pour Bertolucci tient autant de la re-configuration que du commentaire. Une reconfiguration dont la direction consiste à dilater les éclats d’une histoire privée dans une vaste construction narrative et lyrique à la fois. Personnages et événements du quotidien passé habitent une œuvre dont la progression ne cesse d’établir des barrières par le langage contre le temps qui s’écoule. Si la réécriture chez Bertolucci traduit surtout une extension du domaine de la narration en vers (ou de la poésie narrative, mais cela reste à définir ultérieurement), elle fonctionne aussi comme révélatrice de premier ordre dans l’effort de raconter l’histoire familiale et de se raconter en vers, aspect à notre avis essentiel d’une partie de la poésie italienne du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 L’édition de référence des œuvres complètes est : Opere, a cura di P. Lagazzi e G. Palli Baroni, Milano, Mondadori, I Meridiani, 1997. Elle comprend tous les recueils cités ainsi que La camera da letto.

2 S. Giovannuzzi a notamment étudié cette forme de réécriture dans Invito alla lettura di Attilio Bertolucci, « La strategia della riscrittura nella Camera da letto », Milano, Mursia, 1997, pp. 160-171.

3 Pour approfondir le proustisme de Bertolucci on pourra consulter deux de nos contributions critiques : Y. Gouchan, La scène du baiser maternel : Proust chez le poète italien Attilio Bertolucci, « Bulletin Marcel Proust », n° 53, 2003, pp. 67-73 et Proust dans la vie et dans l’œuvre d’Attilio Bertolucci, in Proust en Italie, « Transalpina », n° 7, 2004, pp. 95-114.

4 On pourra consulter notre travail Temps, incertitude et écriture poétique : construction d’une durée textuelle dans La camera da letto d’Attilio Bertolucci, thèse de doctorat sous la direction de J.-C. Vegliante, Paris III-Sorbonne Nouvelle, 2002, 465 pages.

5 « […] una corrente, mai tradita, che guida dalle poesie alla Camera da letto […] », S. Gio-vannuzzi, Invito alla lettura di Attilio Bertolucci, cit., p. 160.

6 Per una sorellina morta a sei anni, in Fuochi in novembre, in Opere, cit., p. 50.

7 La camera da letto, « Elsa », in Opere, cit., p. 498.

8 « Le temps passe si lentement durant les jeunes / années du mariage […] », « Elsa », v. 1-2.

9 « Laissez l’annaliste anticiper : la douleur / causée par la mort de la petite Elsa / dura, dura […] », « Elsa », v. 129-131.

10 « La saison pudique / vint, et vint la nouvelle lune. », Per una sorellina morta a sei anni, v. 1-2.

11 « Maria est morte l’avant-veille / de Noël […] », La camera da letto, « Maria », in Opere, cit., p. 721, v. 1-2.

12 A sua madre che aveva nome Maria, in In un tempo incerto, in Opere, cit., p. 155.

13 « […] rose sur le point de doucement se faner […] », ibidem, v. 6.

14 Ibidem, v. 5 (« eternamente giovane in virtù della morte ») et « Maria », v. 74 (« il corpoancora giovane »).

15 « toi, l’origine de chaque névrose et de chaque angoisse qui me torture. », ibidem, v. 7.

16 Alla madre, in Lettera da casa, in Opere, cit., p. 88.

17 At home, in Lettera da casa, ibidem, p. 97.

18 La camera da letto, « Lo spaniel custode », ibidem, p. 750.

19 Il s’agit de Verso Casarola, Così sul finire, et I rastrellatori in Viaggio d’inverno, in Opere, cit., pp. 201, 249 et 252, puis les chapitres XLI à XLIV de La camera da letto, ibidem, pp. 767-790, regroupés dans la partie intitulée « Nell’alta valle del Bràtica ».

20 « […] ville / en flammes […] », Così sul finire, cit., v. 4-5.

21 G. Raboni, Dissanguamento e altre metafore nella poesia di Attilio Bertolucci, « Paragone », dicembre 1971, puis dans Poesia degli anni sessanta, Roma, Editori riuniti, 1976.

22 « explorateurs domestiques », La camera da letto, Viaggio alla terra dei sigari, in Opere, cit., p. 562, v. 241.

23 Verso le sorgenti del Cinghio, in Verso le sorgenti del Cinghio, ibidem, p. 299.

24 « cibo e coltellini multipli » dans Verso le sorgenti del Cinghio, v. 6 et « il pane tagliato con cura dal temperino automatico » dans le chapitre XIV, v. 197.

25 « proprietà sconosciute » dans Verso le sorgenti del Cinghio, v. 11 et « piante sconosciute », dans La capanna indiana, v. 176. Mais l’inconnu se trouve aussi dans le chapitre XIV : « alberi non prima osservati », v. 212, et « territorio ignoto », v. 229.

26 « Nous voulions remonter aux sources du Cinghio […] », Verso le sorgenti del Cinghio, v. 1.

27 Ibidem, v. 5-6

28 Ancora il taglio dei riccioli, in La lucertola di Casarola, in Opere, cit., p. 386, v. 11.

29 « Il taglio dei riccioli », in La camera da letto, ibidem, p. 799, v. 142.

30 « ainsi le garçon perd sa première virginité à trois ans », Ancora il taglio dei riccioli, v. 3.

31 « […] une résistance vive / mais inutile de A. », Il taglio dei riccioli, v. 143-144.

32 « son père en est consterné […] », Ancora il taglio dei riccioli, v. 4.

33 Le problème des fragments exclus de La camera da letto, publiés ou inédits, se révèle passionnant pour comprendre le temps de l’écriture et la structuration du récit. Peu de recherches leur ont été consacrées, et l’on pourra consulter notre travail Temps, incertitude et écriture poétique…, cit., pp. 172-178.

34 « […] la chevelure châtain de Giuseppe / tondue presque par trahison contre moi », Frammento escluso da “La camera da letto”, in Verso le sorgenti del Cinghio, in Opere, cit., p. 328, v. 23-24.

35 Pagina di diario, in Fuochi in novembre, ibidem, p. 64.

36 Publication dans « Il Girasole », n° 3, maggio, 1985.

37 La lucertola di Casarola, in Opere, cit., p. 419.

38 On remarquera justement que La lucertola di Casarola présente un Capitolo perduto e ritrovato de “La camera da letto”, in Opere, cit., p. 405.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Variantes du récit familial : la réécriture dans l’œuvre d’Attilio Bertolucci », Cahiers d’études romanes, 20 | 2009, 43-59.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Variantes du récit familial : la réécriture dans l’œuvre d’Attilio Bertolucci », Cahiers d’études romanes [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1774 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1774

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org