Navigation – Plan du site
Le rapport aux modèles

Réminiscences et échos pseudo-cicéroniens dans les Regole per far la memoria locale de Francesco Panigarola

Utzima Benzi
p. 103-126

Résumés

Les Regole per far la memoria locale, traité de mnémotechnique composé entre 1575 et 1578 par Francesco Panigarola, célèbre prédicateur de la Contre-réforme, s’inscrivent dans la tradition cicéronienne et pseudocicéronienne de l’ars memoriae, qui connut une vaste fortune tout au long des XVe et XVIe siècles. L’auteur, qui reprend les règles et doctrines exposées de nombreux siècles auparavant dans la Rhetorica ad Caium Herennium, propose à ses destinataires, les étudiants du studium de Santa Maria in Aracoeli à Rome, un manuel au caractère fonctionnel visant exclusivement à seconder la construction et la déclamation des prêches. Après avoir évoqué la querelle sur l’imitatio ciceroniana, qui s’approfondira, après le Concile de Trente, en querelle de légitimité chrétienne à propos de l’imitation des formes païennes, puis présenté l’auteur et son œuvre, notre propos sera de montrer que la pratique de l’emprunt et de la réécriture implique, dans le cas des Regole per far la memoria locale, une reproduction quasi-littérale basée sur des unités réduites du texte-source.

Haut de page

Texte intégral

La réécriture du culturel et le débat sur l’imitation

  • 1 À ce jour, la source d’informations biographiques la plus riche sur Lodovico Dolce est encore E. A. (...)
  • 2 Sur la réécriture proposée par Lodovico Dolce du Congestorium artificiosae memoriae, se référer à l (...)

1Au cours du Cinquecento, le phénomène de l’écriture-réécriture, au sein duquel s’insère aussi la traductio — comprise comme un transfert de notions, de structures et de formes et non comme la traduction fidèle du texte originel — connut une fortune exceptionnelle. Pour l’étude de ce principe de répétition et de transformation du même en autre, le XVIe siècle offre assurément un champ d’observation privilégié : nombreux furent en effet, à cette époque, les commentaires sur la Rhétorique et la Poétique d’Aristote, les traductions de traités antiques, les relectures du texte biblique, les pastiches, les imitations livresques, les travestissements d’œuvres proposées sous une forme littéraire différente, qui nous renseignent sur les pratiques de rédaction et de composition et sur les goûts dominants du public en matière de livres et de lectures. Le milieu de l’édition vénitienne, particulièrement dynamique, atteste significativement de la floraison de ces formes de réinvestissement d’écrits antérieurs qui devinrent, à la Renaissance, un véritable rituel constitutif de la culture. La production de Lodovico Dolce1, protagoniste controversé du monde culturel et intime collaborateur de Gabriele Giolito, en offre un témoignage éloquent : entre 1545 et 1568, il réécrivit en langue vulgaire, la plupart du temps sans indiquer les textes-sources de son “inspiration”, le De Institutione foeminae christianae (Basilée, Winter, 1538) de Lodovico Vives, le Speculum Lapidum (Venise, Sessa, 1516) de Camillo Leonardi, le Libellus de coloribus (Venise, [s.e.], 1528) d’Antonio Telesio, adaptations qui aboutirent respectivement au Dialogo della institution delle donne (Venise, Giolito, 1545), au Trattato delle gemme (Venise, Sessa, 1565) et au Dialogo nel quale si ragiona della qualità, diversità e proprietà dei colori (Venise, Sessa, 1565). De la même manière, son Dialogo del modo di accrescere e conservar la memoria (Venise, Sessa, 1562) n’est en réalité que le remaniement sous forme dialogique du Congestorium artificiosae memoriae, manuel de mnémotechnie publié quelques décennies plus tôt par le dominicain allemand Johannes Host von Romberch2.

  • 3 G. Ruscelli, Tre discorsi a Messer Lodovico Dolce, Venezia, Plinio Pietrasanta, 1553, pp. 47-48.
  • 4 M. Celse-Blanc, « Alessandro Piccolomini disciple d’Aristote ou les détours de la réécriture », in (...)
  • 5 « Sogliono dire gli uomini prudenti, e non a caso né immeritamente, che chi vuole vedere quello che (...)

2Si Girolamo Ruscelli, l’irréductible rival de Dolce, reprochait avec virulence au Vénitien d’avoir « fatto del mantello saio »3, si Alessandro Piccolomini voyait dans la confiscation abusive du savoir dont les lettrés s’étaient rendus coupables le symptôme le plus alarmant de la crise qui affectait la culture de leur temps4, cette position était loin de refléter l’avis général des lettrés. Machiavel avait déjà noté, dans ses Discorsi, qu’en raison de l’aspect cyclique de l’Histoire et de l’inaltérabilité de la nature humaine, la littérature ne pouvait être que reprise et éternelle redite5. C’est une opinion que l’on retrouve aussi dans la bouche de Peretto, l’un des interlocuteurs du Dialogo delle lingue, auquel Sperone Speroni fait dire :

  • 6 Ibidem, p. 629.

Natura in ogni età, in ogni provincia e in ogni abito esser sempremai la medesima.6

  • 7 Claude Gruget, le traducteur français des Dialoghi de Speroni — se faisant l’interprète de la comun (...)
  • 8 Voir M. Pozzi, cit., pp. 30 et sq.
  • 9 Voir M. Fumaroli, L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil (...)

3Les positions de Machiavel et de Speroni ne sous-entendent pas, comme certains l’ont pensé, l’idée d’une imitation servile et vaine, mais une conception particulière de la littérarité sans laquelle le mouvement de lecture et de redécouverte des textes antiques n’aurait jamais eu la prégnance qu’il connut à la Renaissance. Dans le climat historicoculturel du Cinquecento, le mécanisme de la réécriture, où le produit est appelé à une nouvelle vie et reprend sous une nouvelle apparence et avec de nouveaux mots d’anciennes formes, était considéré comme un fait nécessaire et inévitable, sans pour autant que cette littérature fût stigmatisée pour son manque d’originalité7. Bien au contraire, la reproductibilité du texte devint une valeur. Pour la plupart des intellectuels, faire revivre le passé après une période de décadence impliquait en effet un désir de renouvellement et de transformation, une volonté de réactualiser avec profit l’enseignement des Anciens8. C’est le principe que Pietro Bembo défend dans son Epistola de Imitatione où, après avoir plaidé l’application du toscan à la discipline oratoire cicéronienne, il exhorte à la création d’une langue moderne, conçue sur le modèle antique et accessible « al villano come al gentiluomo »9.

  • 10 Trattatisti del Cinquecento, cit., p. 611.

4Aussi au XVIe siècle, les débats s’orientèrent-ils rapidement moins vers la question posée par la notion de réécriture que vers le problème des frontières du champ dévolu à l’imitatio, car le risque majeur qu’encouraient savants et intellectuels était de s’attacher avec trop de fidélité au prototype et de tomber ainsi dans les excès dénoncés par Speroni au sujet des cicéroniens : leurs œuvres ne seraient, allègue-t-il, « che Cicerone trasposto più tosto da carta a carta che da materia a materia »10. L’illustre grammairien ne conteste pas la nécessité d’assimiler la pensée des Anciens, mais s’interroge sur une forme d’imitation qui permettrait d’éviter deux écueils pareillement condamnables : une fidélité excessive aux modèles, qui entraînerait la création d’œuvres sans originalité, de simples copies, et une assimilation trop libre, qui trahirait au contraire l’essence des œuvres classiques. La question du vol littéraire et du plagiat ne se pose donc pas puisqu’Aristote, Quintilien et Cicéron de même que Dante, Pétrarque et Boccace, appartiennent à un patrimoine culturel commun, dont il s’agira de réadapter les doctrines à un climat politique, idéologique et intellectuel différent.

  • 11 Voir M. Fumaroli, op. cit., pp. 227-230.

5Notons que la querelle sur l’imitatio ciceroniana, lancée par Politien, partisan d’une expressivité personnelle, et reprise ensuite par Érasme dans son Ciceronianus, devait s’approfondir, après le Concile de Trente, en querelle de légitimité chrétienne à propos de l’imitation des formes païennes11. D’une part, les contempteurs de la rhétorique rejetaient cet art de l’illusion en lui opposant l’idéal d’une parole sobre et antiostentatoire, affranchie des formes rhétoriques classiques de l’oraison de la Renaissance, tandis que ses partisans, d’autre part, cherchaient à démontrer que les artifices rhétoriques engendraient l’imprégnation suave de la sensibilité et conféraient à la parole de l’orateur une force persuasive qu’un discours nu et froid ne pouvait avoir. À la densité du vrai, les cicéroniens opposaient les grâces d’un style capable d’émouvoir et de toucher l’auditoire, d’une parole délibérément séduisante.

  • 12 Rappelons qu’il n’y a aucun paradoxe à faire d’Aristote et de Cicéron les modèles de la bonne prose (...)
  • 13 Comme pour Sperone Speroni — auteur des Dialogues (1542) dont Eugenio Garin a déjà souligné l’origi (...)
  • 14 C’est le courant qui conduit d’Isaïe à saint Ambroise, de Jean Chrysostome à saint Bonaventure et q (...)
  • 15 À ce propos, voir l’analyse proposée par Christian Mouchel in Cicéron et Sénèque dans la rhétorique (...)
  • 16 Cf. F. Panigarola, Il Predicatore […], overo parafrase, commento, e discorsi intorno al libro dell’ (...)

6C’est dans ce courant que s’ancre l’esthétique oratoire du mineur observant Francesco Panigarola, pour qui l’Antiquité — notamment Aristote et Cicéron — était à la fois topique et modèle12. Prédicateur acclamé et fougueux polémiste, le franciscain, qui bénéficia de l’enseignement de Bernardino Tomitano à Padoue13, se posa rapidement en défenseur de la doctrine cicéronienne de l’éloquence contre les tenants d’une antirhétorique de la simplicité. Sa fiorita eloquenza, tributaire de celle des prédicateurs-virtuoses — profonds connaisseurs des préceptes de l’art oratoire14— permettait au public, car elle le faisait exister sur la scène du discours, de transformer une proposition saisie sous l’angle de la beauté formelle en une proposition voulue comme nécessaire au salut15. Ennemi d’un style austère et grave, dans lequel il retrouvait secrètement l’antiromanisme de Luther et de Calvin, le franciscain posa la nécessité de la grâce et de l’élégance, d’un langage capable de s’emparer de l’auditeur, de le transformer et de rendre sa réforme intérieure durable et effective. Panigarola cultivait en effet un certain rapport de l’orateur à la vérité qu’il devait transmettre : si le prédicateur est assuré qu’il adhère pleinement à la vérité telle qu’il la conçoit, alors son éloquence ne peut être que bonne, même si, aux yeux des rhétoriciens, elle possède toutes les apparences de la sophistique16.

  • 17 Deux décrets furent promulgués, durant le Concile de Trente (1545-1563), en matière de prédication. (...)
  • 18 Sur les spécificités de l’asianisme sacré, nous renvoyons au chapitre que Christian Mouchel consacr (...)
  • 19 Luca Baglione, de l’ordre des Mineurs Observantins, fut l’auteur du premier traité de rhétorique sa (...)
  • 20 Auteur du De Christianorum eloquentia, discours publié en 1562 à Venise chez les Alde, Marcantonio (...)

7Or, la diffusion des décrets du Concile de Trente en matière d’éloquence, qui imposaient aux prédicateurs de recourir à un langage simple et clair (cum brevitate et facilitate sermonis) et de se limiter à l’enseignement des rudimenta fidei17, avait entraîné, de la part des théologiens, la condamnation des studia humanitatis, du modus oratorius et donc de la présence manifeste du style dans la parole de l’orateur. De ce fait, en tant que porte-parole de l’Église et de ses dogmes, Panigarola fut amené à légitimer sa rhétorique asianiste18, dont le technicisme excessif suscitait bien des attaques parmi les partisans d’une juste mesure. À l’instar de Luca Baglione19et de Marcantonio Natta20, il chercha à trouver un compromis entre l’éloquence réformée par Trente et l’humanisme cicéronien, en une lutte tendant à prouver, malgré le scrupule dévot de saint Augustin et la condamnation érasmienne du concept de delectatio, la validité d’un langage où — par les métamorphoses d’une réappropriation mettant l’éloquence profane au service de l’art oratoire sacré — la profondeur du contenu serait revivifiée par la beauté de la forme. Panigarola considérait en effet que les emprunts à l’art et aux artifices rhétoriques cicéroniens, appliqués à la prédication de la chaire, n’étaient en toutes choses que des moyens indiqués par la nature de l’homme et par une expérience littéraire pluriséculaire pour atteindre un but spécifique, la conversion des âmes. Il fallait donc combattre ce mépris de la technique, cette suspicion envers l’art qui caractérisait la plupart des rhétoriques sacrées du XVIe siècle, en montrant que l’éloquence de la chaire pouvait se parer des ornements de la rhétorique profane sans pour autant se corrompre. De la sorte, bien qu’il eût toujours soutenu la subordination de l’éloquence profane au genre de l’éloquence sacrée — cette dernière étant présentée comme plus noble parce qu’elle préservait la justesse de la doc trine chrétienne et ne pouvait défendre le vrai comme le faux, le bien comme le mal — son idéal rhétorique était avant tout de matrice cicéronienne, et s’opposait donc tant au style franciscain des origines qu’aux directives du Concile de Trente. En cette époque marquée par l’exaspération des guerres de religion et la propagation des doctrines luthérienne et calviniste, sa revendication du droit de réemployer le corpus rhétorique antérieur eut donc pour visée dominante de conférer à l’éloquence sacrée la force persuasive indispensable à la reconquête des âmes.

Art de la mémoire, théologie et prédication : aperçu historique

  • 21 Il existe plusieurs copies manuscrites du Trattato della memoria locale de Francesco Panigarola. No (...)
  • 22 F. Panigarola, Vita scritta da lui medesimo [désormais : Autobiografia], a cura di F. Giunta, Bolog (...)
  • 23 M. Fumaroli, op. cit., p. 301.

8Héritier, en matière d’éloquence, de Pietro Bembo, de Bernardino Tomitano et de Cornelio Musso, Panigarola était depuis quelques années déjà un orateur à succès lorsqu’il entreprit d’écrire, pour les séminaristes du studium de l’Aracoeli, son traité de mnémotechnique, les Regole perfar la memoria locale21. L’ouvrage du franciscain, « tanto desiderato e tenuto caro »22, s’ancre dans un projet de grande ampleur, qu’il complétera progressivement : celui d’enrichir l’éloquence sacrée de l’instrumentation qui avait caractérisé la production littéraire profane antérieure, et de définir les limites d’une éloquence chrétienne moderne, épurée de ses abus et de ses excès mais qui, au lieu de s’opposer au renouveau des souches antiques, y verrait un signe de vitalité digne d’être encouragé, « quitte à soumettre ces pousses désordonnées et naturelles au bel ordre de l’espalier chrétien »23. S’insèrent également, dans le cadre des initiatives linguistiques, stylistiques et méthodologiques qu’il promut, trois autres traités, qui marquent l’introduction, au niveau théorique, de la prédication dans le domaine de la littérature italienne : le Modo di comporre una predica, Il Predicatore, les Questioni intorno alla favella del predicatore italiano.

  • 24 Pour un approfondissement des thématiques liées aux différentes traditions de l’ars memoriae, outre (...)

9Modifiant la configuration traditionnelle des ouvrages de rhétorique sacrée et profane, où la matière des cinq partitiones oratoriae était réunie en un même volume — agencement que suivront encore la plupart des rhétoriques sacrées et ecclésiastiques du Seicento — le franciscain choisit de procéder différemment : Il Predicatore ne traite en effet que de l’elocutio, le Modo di comporre una predica combine à la fois l’inventio et la dispositio tandis que les Regole per far la memoria locale, comme l’atteste le titre, est une exposition des préceptes relatifs à l’ars memoriae24. La complémentarité des différentes parties de la rhétorique classique est toutefois soulignée expressément dans l’Epître dédicatoire du Modo di Comporre una predica, où Panigarola, s’adressant à ses étudiants, leur rappelle :

  • 25 F. Panigarole, « Epistre aux religieux qui estudient en la maison d’Araceli de Rome », in Art de pr (...)

Vous eustes l’année passée quelques miens advis sur toute la matière de l’Elocution & de l’ornement, & vous avez quasi tous en un petit traitté de la mémoire locale, que i’ay fait, la forme de laquelle i’ay accoustumé de mettre & asseoir les sermons en ma memoire, quand la memoire naturelle ne me suffit pas : de manière que hors mis la prononciation de laquelle nous avons parlé aussi quelque-fois, vous aurez en ceste manière deduite au mieux que i’ay peu, toutes les parties de Rhetorique, comme les Orateurs les appellent.25

  • 26 J. Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, p. 123.
  • 27 Ibidem, p. 127.

10Élaboré à partir de l’une des cinq parties dont était traditionnellement composée l’éloquence classique, l’art de secourir la mémoire par des moyens artificiels fut connu, dans le monde hellénique, dès l’époque archaïque. Dans l’analyse anthropologique qu’il a proposée du passage, dans la Grèce antique, de la mémoire orale à la mémoire écrite et de la reconquête par l’homme de son passé individuel, et par le groupe social de son passé collectif, Jacques Le Goff remarque : « Divinisation, puis laïcisation de la mémoire, naissance de la mnémotechnie, tel est le riche tableau qu’offre la mémoire collective grecque entre Hésiode et Aristote, entre le VIIIe et le IVe siècle »26. D’après la Chronique de Paros, gravée sur une table de marbre vers 264 avant J.-C., c’est à Simonide de Céos (v. 556-468), poète lyrique de l’âge présocratique, que l’on devrait l’invention des arts de mémoire27. Cette paternité légendaire est évoquée dans la plupart des traités d’ars memoriae des XVe et XVIe siècles, placés pour la plupart sous le signe de la Rhétorique pour Hérennius (86-82 avant J.-C.), du De l’orateur de Cicéron (55 av. J.-C.) et de l’Institution oratoire de Quintilien (fin du Ier siècle de notre ère). Ces trois textes mirent au point la doctrine classique de la mémoire artificielle et restituèrent les techniques de remémoration de la Grèce ancienne, dont aucun traité n’est parvenu à la postérité : ni l’œuvre du sophiste Hippias, que Platon évoque dans son Hippias mineur (368 b sqq), ni celle du lettré Métrodore de Sceptis, qui s’illustra à la cour de Mithridate, roi du Pont, au Ier siècle avant J.-C. Ils permirent en outre à la mémoire de s’insérer dans le vaste système de la rhétorique qui allait dominer la culture antique, renaître au cours des XIIe-XIIIe siècles, et connaître son épanouissement majeur lors de cet « Âge de l’éloquence » décrit par Marc Fumaroli et qui est justement l’époque à laquelle appartient Francesco Panigarola.

11Dans le second livre du De oratore, Cicéron — après avoir rapporté le récit du banquet offert par le Thessalien Scopas à ses convives, dont le dénouement tragique aurait permis à Simonide de Céos, qui y participa, d’appréhender les principes fondateurs de l’ars memoriae — tire de l’histoire du poète grec la conclusion suivante :

  • 28 M. T. Cicerone, Dell’oratore, a cura di A. Pacitti, Bologna, Zanichelli, 1975, lib. II, 86, p. 266  (...)

Aussi, pour exercer cette partie de l’intelligence, il faut choisir des lieux distincts, se faire une image dans l’âme des choses qu’on veut garder en mémoire, puis ranger ces images dans ces lieux. De cette façon, l’ordre des lieux conserve l’ordre des choses et la représentation des choses dénote les choses elles-mêmes.28

12Simonide aurait donc fixé les préceptes-clés de la mémoire artificielle selon les Anciens : l’attribution, à des lieux définis, de signes ou d’images reliés entre eux de telle manière que le parcours virtuel de ces lieux reconstitue d’un même mouvement l’ordre discursif des choses qu’ils localisent. La Rhétorique pour Hérennius, attribuée un temps à Cicéron en raison des analogies avec le De l’invention, et l’Institution oratoire de Quintilien développeront, sans rapporter l’anecdote de Simonide (pour le premier traité), ou en émettant des réserves sur sa véridicité (dans le second traité), les conclusions positives du poète grec : l’opportunité de choisir un ensemble de lieux et d’y placer, selon un ordre précis, les images des événements ou des notions dont on souhaite se souvenir.

  • 29 M. Carruthers, Machina memorialis. Méditation, rhétorique et fabrication des images au Moyen Âge, t (...)
  • 30 Aristote, De anima, 427 b : « La faculté noétique pense les formes dans les images […] » ; ou encor (...)

13Depuis le siècle précédant l’âge d’or de la civilisation grecque, l’art de mémoire s’articule donc autour du binôme lieux/images, lui-même englobé dans la notion d’ordre : les lieux sont destinés à conserver l’ordre des symboles tandis que les images, équivalents figurés des faits ou des idées, permettent, par la force de suggestion plastique qu’elles exercent, de frapper les facultés d’imagination. D’où le nom d’imagines agentes, c’est-à-dire d’images « agissantes » ou « en action », donné par la rhétorique antique aux images de mémoire29. Ces images, dont la création découle de plusieurs types d’association (allégorique, métonymique, homonymique etc.), se cristallisent en réseaux de relations, en systèmes de correspondances, qu’il est ensuite possible d’invoquer promptement lorsqu’on cherche à faire revivre certains faits. Comme l’a noté Aristote dans le De anima30, le recours aux images mentales est d’ailleurs une opération spontanée de l’esprit, surtout s’il souhaite évoquer des notions abstraites telles que le temps, l’espace ou la mort, qui n’ont rien de palpable et qu’il serait malaisé, autrement, de se représenter. Instrument de savoir assujetti à des règles précises, l’ars memoriae embrasse donc à la fois le domaine de la mémoire naturelle, celui de l’imagination, et celui de la méthode : la mémoire, par la réactualisation des impressions ou des informations passées ; l’imagination, par le biais des formes corporelles sous lesquelles elle représente les faits ou les idées ; la méthode, par la disposition des lieux dans lesquels ces images sont placées selon un agencement rigoureux et systématique.

  • 31 Sur cette thématique, voir G. A. Zinn, Hugh of Saint Victor and the Art of Memory, dans « Viator », (...)
  • 32 Cf. « Introduction » de M. Gabriele à : L’arte della memoria per figure, con il fac-simile dell’Ars (...)
  • 33 Le traité de Giovanni Gorini fut publié à Venise en 1499 : Summa de exemplis et similitudinibus rer (...)
  • 34 Dans ses Ammaestramenti degli antichi (dist. 9, ch. 8, 28) Bartolomeo da San Concordio expose huit (...)

14Dans le domaine de l’éloquence de la chaire, la mémoire était indispensable à l’orateur : non seulement elle conférait richesse et variété à sa parole, mais elle donnait à celle-ci toute l’apparence de la spontanéité. De ce fait, les techniques héritées de l’Antiquité visant à développer la mémoire naturelle en utilisant la faculté de mobiliser des « images agissantes » firent l’objet de réflexions approfondies de la part des théologiens, notamment des frères dominicains. Nombre de représentants des clergés régulier et séculier furent ainsi les auteurs d’ouvrages sur l’ars memoriae, de réflexions sur son rôle au sein des pratiques d’oraison et de méditation, ou de commentaires sur les sources classiques qui en avaient théorisé les fondements. Le chanoine Hugues de Saint-Victor, protagoniste de la « renaissance » culturelle du XIIe siècle, marquée par l’essor des arts du langage et de la logique, conféra à la mnémotechnique, dans le De tribus maximis circumstantiis gestorum, un statut de pratique mystique et dévotionnelle, permettant de visualiser l’ascension progressive de l’âme à Dieu31. Il souligna, en outre, l’utilité de l’ars memoriae afin « d’apprendre à “peindre” la dimension contemplative à travers un système de loci et d’imagines sacrés, liés à la prière, à la lecture ininterrompue à voix basse et à la méditation »32. Au XIIIe siècle, Albert le Grand et Thomas d’Aquin attribuèrent eux aussi à la mémoire un rôle privilégié. Conjuguant les sources de la rhétorique antique, les considérations de saint Augustin et les spéculations d’Aristote et d’Avicenne, ils firent de la memoria, à côté de l’intelligentia et de la providentia, l’une des trois parties de la vertu appelée prudence : Albert le Grand dans le De Bono (IV, 2), dans le De Anima et dans son commentaire du De memoria et reminiscientia, et saint Thomas dans la secunda secundae de la Summa (II, II, 49) et dans son exégèse du traité d’Aristote. S’inspirant des deux philosophes médiévaux, Giovanni Gorini di San Gemigniano († 1323) offrit, dans sa Summa de exemplis ac similitudinibus rerum, une synthèse des sources cicéronienne et thomiste en matière de mémoire. Il y recommande, à quiconque veut accroître sa mémoire naturelle, de « disposer dans un ordre déterminé les choses dont il veut se rappeler », de « s’y attacher avec intérêt », de « les ramener à des symboles inhabituels » et, enfin, de « les répéter en les méditant fréquemment »33. Une série de préceptes similaires figurent également dans le chapitre que le dominicain Bartolomeo da San Concordio († 1347) choisit de consacrer, dans ses Ammaestramenti degli Antichi, aux « choses qui servent à une bonne mémoire »34. Le XVIe siècle compte lui aussi une vaste production de traités de mnémotechnique, destinés à seconder les finalités de l’éloquence religieuse, qui s’inspirent encore, pour la plupart, de la Rhétorique pour Hérennius. Rappelons que la mnémotechnique du Ps-Cicéron, comme celle des textes de Cicéron et de Quintilien, s’ancre dans un terrain purement « rhétorique », différent du niveau spéculatif de la psychologie aristotélicienne : son rôle, limité au seul domaine du caractère fonctionnel, est de mettre en œuvre les différentes parties de l’art oratoire et de seconder l’élaboration du discours et son énonciation.

  • 35 J. Romberch, Congestorium artificiosae memoriae […], Venetijs, in aedibus Georgij Rusconibus, 1520. (...)
  • 36 Sur la vie et les oeuvres d’Agostino del Riccio, cf. D. Heikamp, « Agostino del Riccio. Del giardin (...)
  • 37 Florence, Biblioteca nazionale centrale di Firenze, cod. Naz. II, I, 13 (ex Magliab. Cl. V, 9), Ago (...)
  • 38 Arte della memoria locale, cit., f. 1r.
  • 39 Ibidem, f. 11v.
  • 40 Ibidem, ff. 11v-12: « Chi ha la memoria natural buona, et ancora la memoria locale buonissima, gl (...)

15Parmi les ouvrages d’inspiration cicéronienne, liés aux finalités pratiques de la rhétorique, le Congestorium artificiosae memoriae du prédicateur de Cologne Johannes Host von Romberch, qui circulait à Venise dès 152035, fut l’un des plus diffusés à l’échelle européenne. En atteste la réécriture en langue vulgaire que le Vénitien Lodovico Dolce, vulgarisateur d’Ovide et de Giulio Camillo, proposa du traité quelques années après sa parution, dans la forme dialoguée qui était alors à la mode. Peu après, un autre dominicain du couvent de Santa Maria Novella, Agostino del Riccio36, reprit les préceptes de la mnémotechnique classique et s’employa à transmettre, dans son Arte della memoria locale37, une technique d’apprentissage méthodique et progressive, agrémentée d’un grand nombre d’exemples, souvent tirés des Écritures. Bien que dédié, dans l’ouverture, à la « jeunesse florentine étudiant les Lettres »3838, c’est aux représentants du clergé régulier, spécialement aux prédicateurs, que le manuel de Riccio s’adresse tout particulièrement : la maîtrise des préceptes de l’Art leur permettra, assure notre auteur, d’exposer avec spontanéité les « concepts nobles, [les] sentences des Pères de l’Église, [les] diverses histoires rapportées par de nombreux textes sacrés, par les conciles et les décrets »39. Notons que le modèle eccelso évoqué par Riccio, le prototype de l’orateur ayant réussi à soumettre magistralement les préceptes de l’ars memoriae aux finalités de l’éloquence de la chaire n’est autre que Francesco Panigarola, « predicator rarissimo a’ nostri tempi, il quale aveva cento mila luoghi », selon le témoignage du dominicain40. Les théories d’Agostino del Riccio et de Romberch, si elles présentent quelques nouveautés, s’éloignent rarement des indications données par le rhéteur latin de l’Ad Herennium dans la section qu’il consacre à la mémoire. Certes, les préceptes s’y trouvent amplifiés, mais aucune réflexion sur les facultés internes de l’âme, par exemple, n’y est développée. L’art de mémoire pseudo-cicéronien est simplement soumis aux exigences de la prédication, et conçu comme un outil qui permettra à l’orateur de ne pas oublier un article du sermon à prononcer et de ne pas hésiter lors de la déclamation publique.

De la Rhetorica ad Herennium aux Regole per far la memoria locale de Panigarola

  • 41 Autobiografia, cit., pars I, ch. 17 (« Lettura di teologia in Bologna »), p. 97 : « Quivi pure [à B (...)

16C’est à ce même courant traditionaliste qu’appartiennent les Regole per far la memoria locale, dont Panigarola entreprit la rédaction entre 1575 et 1578, lors de son séjour à Bologne41. Dans son Autobiografia, composée à Paris en 1590, le franciscain reconnaît d’ailleurs ouvertement le tribut qu’il doit à l’Ad Herennium :

  • 42 Ibidem, pars II, ch. 13 (« Memoria naturale e locale »), p. 218.

Fatto frate nell’anno stesso del noviziato, senza che persona alcuna ve lo indrizasse, da sé medesimo vi attese [à la mémoire locale], e da quelle poche parole che l’autore ad Herennium ne scrive, compitissimo ne cavò l’artificio.42

  • 43 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 64r-64v.

Sans chercher à faire preuve d’originalité, le franciscain respecte la configuration habituelle des manuels d’ars memorativa ancrés dans le terrain exclusivement “rhétorique” qui est celui des textes de Cicéron, de Quintilien et du pseudo-Cicéron. L’art de la mémoire s’y trouve réduit à une technique dont le rôle se limite à son seul caractère fonctionnel, en vue des fins particulières de la prédication. Après avoir proposé une définition de la mémoire artificielle, il spécifie qu’en matière d’éloquence, les sermons devant s’adapter à la liturgie du jour, il ne s’agit pas de fixer définitivement dans la mémoire un ensemble de données, mais de disposer d’une structure formelle, d’un théâtre intérieur, au sein duquel les images des choses seront déposées ponctuellement, puis remplacées par d’autres, comme il advient proprement en ces petits livres Alemands, & tablettes, esquelles nous n’escrivons pas, avec une pointe de leton, choses perpetuelles, pource qu’en ceste manière, s’emplissans ces petites feuilles, ne nous resteroit où nous puissions escrire […].43

  • 44 Jacopo Publicius, Ars memorativa, Venezia, Erhardus Ratdolt, 1485, f. 14: « Ne diuturno iugique l (...)
  • 45 Jacopo Ragone, Artificialis memoriae regulae, in G. Zappacosta, Studi e ricerche sull’Umanesimo ita (...)
  • 46 L. Dolce, op. cit., p. 79 : « Ad alcuni piace che per noi si finga che una cortina verde nasconda l (...)
  • 47 Ibidem, p. 79 : « Ad altri, che riputiamo i vòti luoghi esser ripieni di paglie ».
  • 48 U. Eco, Sulla difficoltà di costruire un’Ars oblivionalis, dans Memento. Techniche della memoria e (...)

17L’apprentissage de l’ars memoriae se double ainsi, dans le traité de Panigarola, de la nécessaire maîtrise d’un ars oblivionalis qui permette d’éviter la recherche incessante de nouveaux loci et consente de réemployer les lieux déjà sélectionnés, après les avoir vidés de leur contenu d’images, selon les nécessités de la célébration liturgique. Si cette clause est absente de l’Ad Herennium, elle figure néanmoins dans bon nombre de traités de mnémotechnique, dont l’Ars memorativa de Jacopo Publicio44, ou l’Artificialis memoriae regulae de Jacopo Ragone da Vicenza45, par exemple. Les méthodes conseillées afin d’effacer les imagines agentes des loci où l’esprit les avait placées présentent une diversité surprenante : on peut aussi bien imaginer « qu’un rideau vert cache les images premières »46, ou faire en sorte que « les lieux vides soient remplis de paille »47, ce qui permettra d’y aménager un nouveau cabinet d’allégories. Bien qu’Umberto Eco ait montré — en partant des affinités que présentent la sémiotique et la mnémotechnique en tant que mécanismes de présentification — l’impossibilité d’une telle démarche intérieure48, la procédure qui consiste à « effacer les caractères, afin que le livret puisse servir une autre fois » semble pour Panigarola chose aisée :

  • 49 Mémoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 74r.

[…] après avoir recité les choses qui nous ont esté figurees és lieux, ou nous ne tournons plus la pensee à ces figures là, ou nous retournons à courir par l’imagination, deux ou trois fois les lieux nets & vuides sans figures.49

  • 50 Retorica ad Erennio [Désormais : Ad Herennium ], a cura di G. G. Locatelli, Milano, Società Anonima (...)
  • 51 Mémoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 64v.

18Le préambule sur lequel s’ouvre le traité de Panigarola est suivi d’un bref paragraphe où les correspondances entre mémoire et écriture, énoncées dans l’Ad Herennium, sont reprises et développées. Pour le rhéteur romain, les lieux étaient semblables à des tablettes de cire, les images aux lettres de l’alphabet, la disposition des images à l’écriture et la prononciation à la lecture50. Chez le franciscain aussi, et ce sans réélaboration originale, l’œil est assimilé au livre, les loci aux « espaces où se puissent escrire les charactères qui nous representent les choses »51, le fait d’écrire à la lecture, l’intellect à la mémoire et l’imagination à la charpente du livre. Graver un ensemble de données dans la mémoire équivaut donc au fait d’écrire et les rappeler au souvenir au fait de lire : les parois de l’édifice mnémonique correspondent aux feuilles de papier destinées à recevoir l’impression, les signes en sont les caractères, leur disposition respective équivaut à l’arrangement des lettres et l’opération de l’esprit, qui se rapporte successivement à cette série de caractères, à l’acte de lire.

  • 52 Ibidem, f. 65r.
  • 53 Ad Herennium, cit., III, 16, p. 174 : « Locos appellamus eos, qui breviter, perfecte, insignite aut (...)

19Quant aux lieux, qui devront être nombreux car « tant plus grande quantité de lieux, nous aurons fichée en la mémoire, d’autant plus grand nombre de choses y pourrons nous colloquer »52, ce sont ordinairement des édifices publics ou particuliers, des rues, des colonnades, des portiques, des palais, des églises ou des couvents choisis entre ceux qui sont les plus familiers et les plus propres à être classés méthodiquement dans la mémoire53. Quelquefois aussi, ce sont des édifices imaginaires, que chacun est en mesure de se construire mentalement et dont il pourra ensuite disposer à son gré, quoiqu’il soit plus commode de leur préférer des édifices connus et réellement existants. Leur choix est soumis à un ensemble de règles, qui varient peu d’un traité à l’autre. Celles que donne Panigarola suivent à la lettre les consignes de l’Ad Herennium : tout d’abord, qu’ils ne soient ni trop étendus ni trop resserrés, afin d’éviter la dispersion des images dans un espace trop vaste ou leur enchevêtrement dans un lieu trop étroit, car :

  • 54 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., ff. 65r-65v.

comme si nous escrivions seulement une lettre, en une grande feuille de papier, ou bien si nous voulions agencer ou coucher une harangue en deux doigts de papier, nous ne relirions trop distinctement ou promptement ce que nous y aurions escrit : ainsi qui appresteroit le lieu ou trop grand, ou trop petit, pour y colloquer les images, sans doute auroit telle & semblable proportion.54

  • 55 Ad Herennium, cit., III, 16, pp. 176-178 : « Nam et praeter modum ampli vagas imagines reddunt et n (...)
  • 56 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 65v.

20Le rhéteur romain avait en effet spécifié que les lieux trop grands « rendent les images confuses, et que ceux trop petits ne peuvent bien souvent les contenir »55. Il faut en outre qu’ils ne soient ni trop sombres ni trop lumineux afin que l’obscurité ou le grand jour ne nuisent pas à l’examen des images, « comme seroit à dire, qu’un huis privé de toute lumiere ne se doit eslire, ny un autre où perpetuellement frappent les rayons du Soleil »56. Pour des raisons de lisibilité, le dispositif spatial élaboré par l’utilisateur doit donc baigner dans une clarté diffuse et constante, comme la page d’un livre sous une lampe. Autre recommandation : qu’ils ne soient pas trop distants les uns des autres pour que l’imagination puisse aisément les embrasser et les réunir :

  • 57 Mémoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 66r.

que les lieux ne soyent pas trop proches, ny trop esloignez et distants aussi car comme quand les paroles escrites sont trop proches, aucune d’icelle, bien souvent, est obmise et se laisse à lire ; et quand elles sont trop esloignees, elles rendent le lecteur tardif : ainsi et non autrement en adviendroit-il des lieux.57

  • 58 Ibidem, f. 66r.

21Il convient enfin qu’ils soient disposés « tout en une enfilature, et enfilature telle, que nous y puissions atteindre et arriver avec les mains »58. En d’autres termes, l’utilisateur doit avoir un accès direct à chacun de ces lieux et pouvoir en même temps les lire comme s’il s’agissait d’une ligne d’écriture. Panigarola insiste d’ailleurs sur la nécessité que le parcours mental s’effectue de gauche à droite, dans le sens de lecture d’un texte, prolongeant ainsi l’analogie initiale entre la mémoire locale et le livre. C’est à l’intérieur de cette galerie de lieux convenablement disposés que l’imagination se reportera, une fois que l’exercice aura stabilisé la mémoire, pour y retrouver les faits ou les perceptions qu’elle y aura déposés sous l’apparence de formes sensibles.

22La spécificité de Panigarola réside peut-être dans le fait que son intérêt s’attache principalement à l’examen des techniques de composition des imagines agentes, qui sont des représentations visuelles dont le caractère brutal ou malséant, voire la monstruosité, est destiné à frapper durablement l’imagination. Pour revêtir de formes sensibles les idées, les paroles ou les choses qu’il souhaite mémoriser, l’utilisateur doit apprendre, au préalable, à différencier les champs hétérogènes du « mémorisable ». Tandis que le rhéteur de l’Ad Herennium s’était limité, dans son traité, à évoquer la distinction entre la mémoire des choses (« memoria rerum ») et celle des mots (« memoria verborum »), auxquelles correspondent respectivement les imagines rerum et les imagines verborum, Panigarola procède à des subdivisions plus complexes. Il sépare ainsi la mémoire d’une action ou d’un concept (« Don Juan d’Autriche a vaincu les Maures en Grenade »), celle d’un nom propre (« le pape Grégoire »), celle d’un nombre simple ou d’un nombre composé, la mémoire d’une action immanente (« Pierre aime »), et enfin la mémoire d’une notion abstraite à laquelle ne peut correspondre, dans le réel, aucune action ou aucune chose mais qu’il est possible de représenter par un élément extérieur à celle-ci (tel le concept de « justice », qui sera ainsi figuré sous les traits d’une femme munie d’une balance et d’un glaive). Pour lui, le processus le plus laborieux consiste à transformer des « œuvres non manentes » en images de mémoire. Afin de surmonter les difficultés inhérentes à ce genre de transposition, il faudra que

  • 59 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 71r-71v.

[…] l’on cherche un acte exterieur, qui vueille suivre ordonnément en ces effects intrinseques, & par le moyen d’icelui se represente l’interne : pour exemple, si ie veux dire que Pierre ayme : si ie le mets tout bleu & souspirant qui baye & attend une petit faveur, qui baise une lettre, cela sera-t-il pas chose par laquelle ie le recognoisse amant ? Si ie veux dire que Paul croye, aussi tost que ie le feray lever ce doigt (demonstrant) qui est signe de foy, paravanture se representera à moy ma conception, & ainsi discourant.59

23L’auteur énonce ensuite les fonctions principales des imagines agentes : condenser, animer, surprendre. Ce sont ces figures “osées” et “déplacées” qui auront pour tâche de fixer dans le souvenir les concepts, les paroles et les faits. Les menus faits du quotidien se déroulent en effet sous le regard sans être remarqués tandis que les événements et les objets inusités émeuvent vivement l’âme. Panigarola transfère ainsi au champ des images ce que l’auteur de l’Ad Herennium n’avait pas manqué de souligner à propos des données du réel à retenir, en affirmant :

  • 60 Ad Herennium, cit., III, 22, p. 182 : « Nam si quas res in vita videmus parvas, usitatas, quotidian (...)

si au cours de notre existence nous voyons des choses petites, usuelles, quotidiennes, nous ne nous en souvenons presque jamais car l’esprit n’est frappé d’aucun élément nouveau ou merveilleux, alors que si nous voyons ou nous entendons quelque chose d’exceptionnellement infâme ou de vertueux, de singulier ou de magnifique, d’incroyable, de ridicule, nous nous en souvenons longtemps.60

24Pour faciliter la mémorisation des images, il importe donc de les choisir parmi celles qui seront les plus aptes à ébranler fortement l’imagination, soit qu’elles tiennent cette propriété d’elles-mêmes, soit que l’utilisateur leur transmette cette aptitude par les formes qu’il leur prête, par les actions dont il les anime, par des proportions prises dans les extrêmes, par leur bizarrerie ou leur contraste. C’est la raison pour laquelle, à l’instar de l’Ad Herennium, Panigarola ne manque pas de rappeler, dans la troisième règle concernant les figures, l’intérêt de recourir à ces « images actives » à l’efficacité contrôlée :

  • 61 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 68v.

Il sera tres-utile que les figures soyent à elles mesmes ridicules ou deshonnestes, ou au moins en acte ridicule ou sale, attendu que ces deux choses sont fort propres à y ficher l’imagination.61

25Aussi invite-t-il l’utilisateur, dans l’une de ses exemplifications, à faire « extravaguer » le crucifix, pour que l’impression reçue par cette image, banalisée par l’habitude, puisse retrouver toute sa force évocatrice. L’un des loci préférés de l’orateur sacré qu’était Panigarola — locus immédiatement présent à la vue du prédicateur en pleine action oratoire

26— est l’autel majeur, et la figure la plus propre à s’y inscrire, le crucifix. Or, cette image et ce lieu, du fait qu’ils s’inséraient dans le quotidien des séminaristes, des prêtres et des religieux, n’étaient plus en mesure de stimuler l’imagination et de réveiller les trésors endormis de la mémoire. Il fallait donc, pour leur redonner la puissance de suggestion nécessaire, bousculer leur relation habituelle de co-présence. Dans ce but, Panigarola propose divers expédients : l’utilisateur pourra aussi bien placer le crucifix ailleurs que sur l’autel, en un lieu insolite, ou bien le maintenir à sa place habituelle mais « avec les pieds tournez au ciel, ou avec autre acte extravaguant ». De la sorte,

  • 62 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 68v.

asseurément nous nous appercevrions, et bien tost, qu’il a esté colloqué là, non pour aorner l’autel, mais pour nous mouvoir la mémoire.62

27Dans l’exposition du système de lieux, le moyen le plus efficace offert à l’orateur est de se représenter un édifice distribué en différentes pièces, de partager ces pièces en plusieurs parties et de disposer dans chacune une image, à laquelle il attachera ensuite, par un rapport analogique quelconque, l’objet ou la chose qu’il veut confier à sa mémoire. Une fois cette topographie symbolique établie, il devra placer, bien en évidence, une série d’objets tels que meubles, tableaux et statues, chargés d’évoquer, par un semi-automatisme de la pensée, les paroles ou les choses dont ils sont le simulacre, le reflet analogique. La structure de l’édifice et la division interne d’une pièce en plusieurs parties vont établir avec évidence que les images fixées dans chacune de ces parties peuvent, à l’aide de procédés variés, s’appliquer à toutes les classes de mots, de faits ou de choses que l’on voudra retenir. Ainsi, pour se souvenir des différentes parties d’un discours — mais aussi des phrases et des mots composant chacune de ces parties — l’orateur n’avait qu’à se représenter la configuration spatiale d’une maison, sa division en plusieurs pièces, puis à transformer les parties du sermon en autant de symboles qu’il plaçait ensuite, méthodiquement, sur la topographie virtuelle qu’il avait sélectionnée.

  • 63 Cf. F. Lestringant et D. Menager, Études sur la Satyre Ménippée, Genève, Droz, 1987, p. 58 (« Une t (...)

En reparcourant par la pensée cet édifice conçu d’après ses souvenir ou son imagination, le détenteur d’une telle “mémoire locale ou artificielle” sera à même de retrouver, de proche en proche, et au moment précis où il parle, les moindres circonstances de sa harangue.63

28Notons que l’aboutissement du processus de métamorphose des composantes du discours en « lieux » et en « images actives » est souvent surprenant. Voici, à titre d’exemple, l’opération mnémonique suggérée dans l’Ad Herennium afin de mémoriser les données d’un procès où l’accusé avait été inculpé d’avoir empoisonné un tiers pour s’approprier son héritage et d’avoir été secondé dans son action par de nombreux complices :

  • 64 Ad Herennium, cit., III, 20, p. 180 : « aegrotum in lecto cubantem faciemus ipsum illum, de quo age (...)

[…] si nous connaissons les traits de la victime, nous imaginerons qu’elle est allongée dans son lit ; si nous ne la connaissons pas, nous imaginerons un autre malade, d’une singularité suffisante pour qu’il nous revienne promptement à l’esprit et nous placerons l’accusé au chevet du lit, tenant dans la main droite une tasse, dans la gauche des tablettes et sur l’annulaire les testicules d’un bélier. De cette manière, nous nous souviendrons des témoins, de l’hérédité et de l’homme empoisonné.64

29La transcription “hiéroglyphique” que propose Panigarola des combats victorieux livrés par Don Juan d’Autriche, fils naturel de Charles Quint et demi-frère de Philippe II, fait appel à la même technique de transposition allégorique :

  • 65 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., ff. 70r-70v.

30[…] tu veux te souvenir qu’il a vaincu les Maures en Granate, et desfaict les Turcs en Grece, apres que tu te les auras imaginé occis, figure toy un Maure qui ait une grenade en la main, au premier lieu, et frappant un Turc, avec un petit livre Grec en main, en second lieu.65

31L’application d’une telle méthode aux fins de l’éloquence sacrée — la lecture du sermon étant interdite — peut certes déconcerter mais semble avoir présenté de grands avantages. La mnémotechnique conserva en effet un large usage pratique à l’heure de la Réforme et au début de l’âge classique, usage que le renouveau de la prédication après le Concile de Trente avait contribué à favoriser. Le succès rencontré par les Regole per far la memoria locale, ouvrage qui connut plusieurs éditions en français et en italien entre 1603 et 1624, atteste de la pérennité de règles, de doctrines et de préceptes qui remontent à de nombreux siècles auparavant et que les auteurs du Cinquecento ne firent que reprendre et réadapter.

Conclusion

32Ainsi, lorsque l’on examine les traités d’ars memoriae composés entre le milieu du XIVe siècle et le début du XVIIe siècle, on est frappé par la référence constante, insistante, à la section consacrée à la mémoire dans l’Ad Herennium, à la psychologie aristotélicienne développée dans le De memoria et reminiscentia et aux commentaires d’Albert le Grand et de saint Thomas. En dépit de variantes d’ordre stylistique et narratologique, ces manuels donnent une impression d’identité, de refonte du donné antérieur, qui tient à la fois au traitement thématique et à la présence d’un même schème de contenu, suivi jusque dans sa disposition discursive et rhétorique : énonciation des caractéristiques de la mémoire locale, techniques de recherches des lieux, prescriptions relatives à la composition des images, exemplifications. Hormis les manuels de la Renaissance liés à la résurrection du lullisme, où l’art de mémoire se transforme en une véritable Clavis universalis, en un vecteur permettant de dépasser les apparences phénoménales pour accéder aux « ombres des idées », les autres traités de mnémotechnique s’en tiennent à des pratiques concrètement repérables de réécriture fidèle du patrimoine antique. Notons toutefois que l’absence de variations importantes des Regole per far la memoria locale par rapport à leur texte-source, l’Ad Herennium, n’atteste aucunement d’un conformisme de leur auteur, mais de l’application particulière d’une méthode : Panigarola n’envisage la pratique de la mémoire artificielle qu’à des fins instrumentales, comme un auxiliaire de la prédication, ce dont atteste significativement la position des Regole per far la memoria locale en appendice de l’Art de prescher, et bien faire un sermon que Gabriel Chappuys choisit de leur attribuer, en 1604, dans la traduction qu’il proposa des deux manuels du franciscain.

Haut de page

Annexe

Francesco Panigarola, Vita scritta da lui medesimo, a cura di Fabio Giunta, Bologna, Mulino, 2008, parte II, cap. 13 (« Memoria naturale e locale ») pp. 217-220.

Cause della prontezza mirabile ch’egli aveva predicando furono la memoria naturale e la locale, una delle quali perfettissima gli fu donata dal nascimento e l’altra, con arte e studio acquistò da sé medesimo. Fanciullo, a scuola tutti i suoi uguali nella prestezza avanzò dell’imparar a mente ; e dal padre essendogli proposto premio all’imparar le tali cose, così gran numero se ne pose ad apprendere, che di scemare il premio fu mestieri.

A pena fece egli mai una sola volta qualsivoglia viaggio che, rattenutolo a mente, ritornarvi per sé stesso non avesse saputo. Era la naturale memoria di lui, nell’imparare e parole e cose, velocissima. Nel rattenere più delle cose che delle parole era tenace ; in modo che qualsivoglia autorità, per breve che fusse, ridire fra longo tempo a parola per parola non avrebbe così facilmente saputo, ma cosa non vide mai che perpetuamente non se ne ricordasse, e di più, del libro, e quasi del foglio, ove essa veniva trattata. In modo tale che sovvenendogli una volta non so che concetto né però raccordandosi ove l’avesse veduto, con un poco di tempo affissandovi se stesso si ridusse a mente, ove più di venti anni prima nella nuncupatoria d’un libro da lui non mai più veduto l’avesse ritrovato.

La memoria locale, o almeno i semi di lei, ebbe quasi inseriti dalla natura, poiché fanciullo a scuola molte volte i capi delle cose da recitarsi sopra pitture che nella camera erano collocò ed eccellentemente se ne servì. Fatto frate nell’anno istesso del noviziato, senza che persona alcuna ve lo indrizasse, da sé medesimo vi attese, e da quelle poche parole che l’autore ad Herennium ne scrive, compitissimo ne cavò l’artificio. La essercitò poi in maniera che niuno della sua età più prontamente se ne valse di lui, e a tanta perfezione arrivò che, ove altri di luoghi e di figure abbisognano, egli sopra i luoghi le cose istesse senza aiuto di figure accomodando più presto, e con la medesima securezza se ne prevaleva. Trovò modo, sotto il primo ordine de’ luoghi, di accomodare a ciascuno di loro alcuni altri quasi camarini di servigio, che in ogni occasione commodissimi furono e utilissimi. In Parigi trovò uno che publicamente faceva professione d’insegnare quest’arte, avendo di più in istampa appeso per gli canti, che era quella medesima di che il Panigarola si valeva. Di ciò sentì egli disgusto, né però risentimento alcuno ne fece, ma chiamato a sé il sopradetto e di molte cose interrogatolo, alle quali né pur parola seppe rispondere ; poiché egli dall’altro canto di tutte esperienza ebbe fatto in sua presenza, lo pregò a non prometter dunque di insegnare ciò che non sapeva. Tenendo una volta conclusioni con animo di confonderlo, gli propose un arguente gran copia d’argomenti, e lo pregò a reassumerli per ordine, il che fece egli subito, ma nel rispondere gli confuse cominciando per essempio dal 25 e poi venendo al 7, poi al 50 e così delli altri, e finalmente, pregando l’arguente a repplicar con l’ordine delle risposte ch’egli non avrebbe saputo far mai, confuso, lasciò quello che voleva confondere. Di questa medesima arte scrisse il trattato che per le mani di molti anch’oggi si vede. Ed ebbe tanta felicità nell’insegnarla ad altri che a donne per altro inettissime e a fanciulli di pochissima età, con istupore di quelli che sentivano, la fece compitamente apprendere.

Luoghi non ebbe egli continuati più di sessanta ma, con i sottoluoghi che dicemmo di sopra, e più d’una volta, sessanta in diverse parti. Né della memoria locale si valse mai per tutto il corso della predica, né mai per apprender parole, se non dove la necessità dei passaggi da noi di sopra detti lo constringeva. Certa cosa è che, ove se ne valeva, egli le collocate cose diceva di poter molto più securamente e molto più velocemente ripetere che se a lettere maiuscole scritte le avesse avute inanzi alli occhi.

Haut de page

Notes

1 À ce jour, la source d’informations biographiques la plus riche sur Lodovico Dolce est encore E. A. Cicogna, Memoria intorno la vita e gli scritti di messer Lodovico Dolce, in « Memorie dell’I. R. Istituto veneto di scienze, lettere ed arti », XI, 1862, pp. 93-200. Des contributions plus récentes ont également été offertes par : C. Di Filippo Bareggi, Il Mestiere di Scrivere. Lavoro intellettuale e mercato libraio a Venezia nel Cinquecento, Roma, Bulzoni, 1988 ; R. H. Terpening, Lodovico Dolce. Renaissance Man of Letters, Toronto, University of Toronto Press, 1997.

2 Sur la réécriture proposée par Lodovico Dolce du Congestorium artificiosae memoriae, se référer à l’ » Introduction » de A. Torre à L. Dolce, Dialogo del modo di accrescere e conservar la memoria, Pisa, Scuola Normale Superiore, 2001, XVII-XXVIII. Sur les moments principaux de la vie de Johannes Host, voir N. Paulus, Die deutschen Dominikaner im Kampfe gegen Luther (1518-1563), Freiburg, Herder, 1903, pp. 134-153.

3 G. Ruscelli, Tre discorsi a Messer Lodovico Dolce, Venezia, Plinio Pietrasanta, 1553, pp. 47-48.

4 M. Celse-Blanc, « Alessandro Piccolomini disciple d’Aristote ou les détours de la réécriture », in Scritture di scritture. Testi, generi, modelli nel Rinascimento, a cura di G. Mazzacurati e M. Plaisance, Roma, Bulzoni, 1987, pp. 109-116.

5 « Sogliono dire gli uomini prudenti, e non a caso né immeritamente, che chi vuole vedere quello che ha da essere, consideri quello che è stato ; perché tutte le cose del mondo, in ogni tempo, hanno il proprio riscontro con gli antichi tempi. Il che nasce perché, essendo quelle operate dagli uomini, che hanno ed ebbono sempre le medesime passioni, conviene di necessità che le sortischino il medesimo effetto » (I, 39). Cité par M. POZZI, « Dall’imitazione al "furto" : la riscrittura nella trattatistica e la trattatistica della riscrittura », in Scritture di scritture, cit., p. 24.

6 Ibidem, p. 629.

7 Claude Gruget, le traducteur français des Dialoghi de Speroni — se faisant l’interprète de la comunis opinio alors en vigueur — remarquait ainsi que « riens n’estre dit à présent qui n’ait esté dit paravant. Aussi quand on voudroit exactement rechercher ce qu’au iourd’huy on appelle invention l’on trouveroit que plutost se doit nommer adicion ou interpretacion sur les premiers labeurs d’autruy que vraye invention », cf. Trattatisti del Cinquecento, a cura di M. Pozzi, Milano-Napoli, Ricciardi, 1978, p. 1182.

8 Voir M. Pozzi, cit., pp. 30 et sq.

9 Voir M. Fumaroli, L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980, ch. III (« Le concile de Trente et la réforme de l’éloquence sacrée »), p. 117.

10 Trattatisti del Cinquecento, cit., p. 611.

11 Voir M. Fumaroli, op. cit., pp. 227-230.

12 Rappelons qu’il n’y a aucun paradoxe à faire d’Aristote et de Cicéron les modèles de la bonne prose puisque Cicéron, dans son De Oratore, s’était déjà appuyé sur le Stagirite pour défendre l’art oratoire de la critique platonicienne.

13 Comme pour Sperone Speroni — auteur des Dialogues (1542) dont Eugenio Garin a déjà souligné l’originalité et l’importance dans le contexte des recherches sur la langue au XVIe siècle (« Discussions sur la rhétorique », in Moyen-Âge et Renaissance, trad. fr., Paris, Gallimard, coll. TEL, 1969, pp. 108-110) — la réflexion sur la rhétorique est l’un des moteurs principaux de la culture humaniste de Bernardino Tomitano. Spectateur des débats de l’Academia degli Infiammati, qu’il rapporta d’ailleurs dans ses Ragionamenti della lingua toscana (1545), Tomitano partage avec Speroni et Bembo la même conception selon laquelle c’est la rhétorique qui donne à la littérature antique son caractère médiateur entre philosophie et politique, et c’est elle seule qui peut permettre à la langue vulgaire d’acquérir sa vraie grandeur. Sur ce point, la position de Tomitano rejoint celle que Panigarola expose dans ses quatre traités de rhétorique sacrée, le Demetrio (consacré à l’elocutio), le Modo di comporre una predica (consacré à l’inventio et à la dispositio), le Regole per far la memoria locale (consacré à la memoria) et les Questioni intorno alla favella del predicatore italiano.

14 C’est le courant qui conduit d’Isaïe à saint Ambroise, de Jean Chrysostome à saint Bonaventure et qui s’oppose à celui de Moïse, de Jérémie, d’Amos et des Apôtres.

15 À ce propos, voir l’analyse proposée par Christian Mouchel in Cicéron et Sénèque dans la rhétorique de la Renaissance, Marburg, Hitzeroth, 1990, ch. II (« Cicéron et Sénèque dans la rhétorique sacrée »), pp. 121-122.

16 Cf. F. Panigarola, Il Predicatore […], overo parafrase, commento, e discorsi intorno al libro dell’Elocutione di Demetrio Falareo, ove vengono i precetti, e gli esempi del dire, che già furono dati a’ Greci, ridotti chiaramente alla pratica del ben parlare in prose italiane. E la vana Elocuzione de gli autori profani accomodata alla Sacra Eloquenza de’ nostri Dicitori, e Scrittori Ecclesiastici, Venezia, Bernardo Giunti, Gio. Battista Ciotti, & Compagni, 1609, pp. 30-31 : « cioè, ch’essa [l’éloquence] sia in simplicità, e l’essere in simplicità, intendiamo, che niuna, né parola, né precetto retorico, né ornamento, o altro adoperiamo per altro fine, che perché ragionevolmente, e fondatamente crediamo, che egli adoperato, sia per giovare maggiormente all’anime di quelli, che ci sentono ».

17 Deux décrets furent promulgués, durant le Concile de Trente (1545-1563), en matière de prédication. Le premier (Super lectione et praedicatione) fut approuvé lors de la cinquième session conciliaire, le 17 juin 1546, et reprend substantiellement le XIe canon du IVe concile du Latran (1215) ; le second (IVe canon du Decretum de reformatione) fut ratifié lors de l’avant-dernière session, célébrée à Trente le 11 novembre 1563, cf. Conciliorum oecumenicorum decreta, par les soins de G. Alberigo, Bologna, Istituto per le Scienze Religiose, 1973, pp. 667-670 (pour le décret de 1546), p. 763 (pour celui de 1563). Sur le contenu de ces deux décrets, cf. R. Rusconi, « Rhetorica Ecclesiastica. La predicazione nell’età posttridentina fra pulpito e biblioteca », in La predicazione in Italia dopo il Concilio di Trento tra Cinquecento e Settecento, Atti del X Convegno di Studio dell’Associazione Italiana dei Professori di Storia della Chiesa (Napoli 6-9 settembre 1994), par G. Martina (S. J.) et U. Dovere, Roma, Dehoniane, 1996, pp. 18-24.

18 Sur les spécificités de l’asianisme sacré, nous renvoyons au chapitre que Christian Mouchel consacre à ce courant oratoire in Rome franciscaine : essai sur l’histoire de l’éloquence dans l’ordre des Frères Mineurs au XVIe siècle, Paris, Champion, 2001, ch. 3 de la 1e partie, (« La Rome des héros. Cornelio Musso et l’asianisme des Conventuels »), pp. 245-326.

19 Luca Baglione, de l’ordre des Mineurs Observantins, fut l’auteur du premier traité de rhétorique sacrée composé en langue vulgaire, l’Arte del Predicare contenta in tre libri (Vinegia, Andrea Trevisano, 1562). Partisan déclaré de Cicéron (voir f. 7r, Cicéron « principe di tutti li Oratori latini »), il s’opposa avec ferveur aux opinions de saint Augustin qui étaient contraires à celles du De Oratore.

20 Auteur du De Christianorum eloquentia, discours publié en 1562 à Venise chez les Alde, Marcantonio Natta plaide lui aussi la cause de l’humanisme cicéronien et tente, avec prudence, de réhabiliter la science du decorum face à la critique sévère que le De Doctrina Christiana fait du concept de delectatio, indissociable selon Natta de la bonne eloquentia. Au modus scholasticus, réservé à une élite, il oppose le modus oratorius, ranimé par la Renaissance des studia humanitatis, et « il réaffirme avec solennité la noblesse de l’idéal d’union de la philosophie et de l’éloquence, et la parfaite compatibilité entre la solidité du fond et la beauté de la forme, entre les res et les verba », cf. M. Fumaroli, op. cit., p. 126.

21 Il existe plusieurs copies manuscrites du Trattato della memoria locale de Francesco Panigarola. Nous nous baserons, dans notre étude, sur la traduction française donnée par Gabriel Chappuys in Art de prescher et bien faire un sermon. Avec la Memoire locale & artificielle faict par R.P.F. François Panigarole, Mineur Observantin, et traduit par Gabriel Chappuys, secretaire & interprete du Roy, A Paris, Chez Regnault Chaudiere, 1604 [désormais : Me-moire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola].

22 F. Panigarola, Vita scritta da lui medesimo [désormais : Autobiografia], a cura di F. Giunta, Bologna, Mulino, 2008, pars I, ch. 17 (« Lettura di teologia in Bologna »), p. 97.

23 M. Fumaroli, op. cit., p. 301.

24 Pour un approfondissement des thématiques liées aux différentes traditions de l’ars memoriae, outre les ouvrages canoniques de F. A. Yates (L’arte della memoria, Torino, Einaudi, 1993) et de P. Rossi (Clavis Universalis, trad. fr. de P. Vighetti, Grenoble, Millon, 1993) nous renvoyons à La fabbrica del pensiero. Dall’arte della memoria alle neuroscienze, a cura di L. Bolzoni e P. Corsi, Milano, Electa, 1989 ; M. Carruthers, The Book of Memory : A Study of Memory in Medieval Culture, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 ; L. Bolzoni, La stanza della memoria. Modelli letterari e iconografici nell’età della stampa, Torino, Einaudi, 1995 ; Memoria e memorie. Atti del Convegno Internazionale di Studi, Roma, Accademia dei Lincei 18-19 mai 1995, a cura di L. Bolzoni, V. Erlindo e M. Morelli, Firenze, Olschki, 1999 ; Seelenmaschinen. Gattungstraditionen, Funktionen und Leistun gsgrenzen der Mnemotechniken vom späten Mittelalter bis zum Beginn der Moderne, par J.J. Berns et W. Neuber, Wien, 2000 (Frühneuzeit-Studien, 2).

25 F. Panigarole, « Epistre aux religieux qui estudient en la maison d’Araceli de Rome », in Art de prescher et bien faire un sermon. Avec la Memoire locale & artificielle faict par R.P.F. François Panigarole, Mineur Observantin, et traduit par Gabriel Chappuys, secretaire & interprete du Roy, A Paris, Chez Regnault Chaudiere, 1604, [s.p.].

26 J. Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, p. 123.

27 Ibidem, p. 127.

28 M. T. Cicerone, Dell’oratore, a cura di A. Pacitti, Bologna, Zanichelli, 1975, lib. II, 86, p. 266 : « Itaque iis, qui hanc partem ingenii exercerent, locos esse capiendos et ea, quae memoria tenere vellent, effingenda animo atque in iis locis conlocanda : sic fore, ut ordinem rerum locorum ordo conservaret, res autem ipsas rerum effigies notaret ».

29 M. Carruthers, Machina memorialis. Méditation, rhétorique et fabrication des images au Moyen Âge, trad. fr. par F. Durand-Bogaert, Paris, Gallimard, 1998, p. 28 : « En rhétorique, les images mnémotechniques sont appelées imagines agentes parce qu’elles sont “en action” autant qu’elles “agissent” elles-mêmes sur d’autres choses ».

30 Aristote, De anima, 427 b : « La faculté noétique pense les formes dans les images […] » ; ou encore : « la vue est le sens par excellence » (429 a). Sur la thèse du recours nécessaire à l’image, voir L. Couloubaritsis, Le problème de l’imagination chez Aristote. Actes du XVIIIe Congrès des Sociétés de philosophie de langue française (1980), Paris, Vrin, 1982, pp. 153-158.

31 Sur cette thématique, voir G. A. Zinn, Hugh of Saint Victor and the Art of Memory, dans « Viator », V, 1974, pp. 211-234 ; J. B. Friedman, Les images mnémotechniques dans les manuscrits de l’époque gothique, in B. Roy et P. Zumthor (éd.), Jeux de mémoire. Aspects de la mnémotechnie médiévale, Paris-Montréal, Vrin, 1985, pp. 173-174 ; P. Sicard, Diagram mes médiévaux et exégèse visuelle : Le « Libellus de formatione arche » de Hugues de Saint-Victor, Paris, Turnhout, 1993, pp. 155-192.

32 Cf. « Introduction » de M. Gabriele à : L’arte della memoria per figure, con il fac-simile dell’Ars memorandi notabilis per figuras evangelistarum (1470), a cura di M. Gabriele et U. Rozzo, Trento, La Finestra., 2006, p. 12.

33 Le traité de Giovanni Gorini fut publié à Venise en 1499 : Summa de exemplis et similitudinibus rerum noviter impressa. Incipit summa insignis et perutilis praedicatoribus de quacunque materia dicturis fratris Johannis de Sancto Geminiano, Venetiis, per Johannem et Gregorium de Gregoris, 1499, lib. IV, cap. XIII.

34 Dans ses Ammaestramenti degli antichi (dist. 9, ch. 8, 28) Bartolomeo da San Concordio expose huit préceptes touchant à la mnémotechnique. Voir P. ROSSI, op. cit., p. 32.

35 J. Romberch, Congestorium artificiosae memoriae […], Venetijs, in aedibus Georgij Rusconibus, 1520. L’édition de 1533 est accessible dans le catalogue des imprimés numérisés (Gallica) de la B.N.F (N 072072).

36 Sur la vie et les oeuvres d’Agostino del Riccio, cf. D. Heikamp, « Agostino del Riccio. Del giardino di un re », in Il giardino storico italiano. Problemi di indagine sulle fonti letterarie e storiche, a cura di G. Ragionieri, Firenze, Olschki, 1981, pp. 59-64 ; P. Rossi, op. cit., pp. 238-239 ; F. Tani, Il manoscrito dell’Agricoltura sperimentale di Agostino Del Riccio della Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze, Università degli Studi di Pisa, Facoltà di Lettere e Filosofia, Tesi di laurea in Storia del disegno, dell’incisione e della grafica, Anno accademico 1989-90 ; L. Bolzoni, op. cit., p. 259 ; E. Olita, Giardino e orti del complesso monastico fiorentino di Santa Maria Novella negli scritti inediti del domenicano Agostino del Riccio (1542-1598), Università degli studi di Firenze, Facoltà di architettura, Tesi di laurea in Tutela e Recupero del Patrimonio Storico-Architettonico, Anno Accademico 1997-98 ; K. Kuwakino, Ut sapiens architectus : giardino, teatro, città come schemi mnemonici nell’età moderna (XVI-XVII secolo), Università degli Studi di Pisa, Facoltà di Lettere e Filosofia, Tesi di dottorato in Storia delle arte visive e dello spettacolo, Anno Accademico 2006-2007.

37 Florence, Biblioteca nazionale centrale di Firenze, cod. Naz. II, I, 13 (ex Magliab. Cl. V, 9), Agostino del Riccio, Arte della memoria locale, ff. 53.

38 Arte della memoria locale, cit., f. 1r.

39 Ibidem, f. 11v.

40 Ibidem, ff. 11v-12: « Chi ha la memoria natural buona, et ancora la memoria locale buonissima, gl‹i› riuscirà bene ogni cosa, sì come gli riusciva al Reverendo Padre Francesco Panigarola, predicator rarissimo a’ nostri tempi, il quale aveva cento mila luoghi, di più dicono, che egli ne prese di più dieci mila […] ».

41 Autobiografia, cit., pars I, ch. 17 (« Lettura di teologia in Bologna »), p. 97 : « Quivi pure [à Bologne], in uno di questi tre anni, scrisse il suo libretto, tanto desiderato e tenuto caro, della memoria locale ».

42 Ibidem, pars II, ch. 13 (« Memoria naturale e locale »), p. 218.

43 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 64r-64v.

44 Jacopo Publicius, Ars memorativa, Venezia, Erhardus Ratdolt, 1485, f. 14: « Ne diuturno iugique labore locorum indagine novorum : mentem animumque conficiamus confertis iam notis, novarum rerum adiunctione confundemus ut inde memoriae hinc oblivioni succurrere possimus ».

45 Jacopo Ragone, Artificialis memoriae regulae, in G. Zappacosta, Studi e ricerche sull’Umanesimo italiano, Bergamo, Minerva Italica, 1972, p. 54 : « Postremo non inutile mihi visum est pro illis maxime dumtaxat qui centum locos habebunt, modum dare sive regulam delendi imagines de locis ut alias de novo collocare possint, quia nisi hunc modum haberent, non possent aliquo pacto illis centum locis uti, nisi semel tantum. […] Voluit enim aliqui ut ad omnes locos quibus imagines appositae sunt, imagineris unam cortinam extensam cooperientem collocatas imagines iuxta parietem camere vel alterius loci ».

46 L. Dolce, op. cit., p. 79 : « Ad alcuni piace che per noi si finga che una cortina verde nasconda le primiere imagini ».

47 Ibidem, p. 79 : « Ad altri, che riputiamo i vòti luoghi esser ripieni di paglie ».

48 U. Eco, Sulla difficoltà di costruire un’Ars oblivionalis, dans Memento. Techniche della memoria e dell’oblio, numéro monographique de « Kos », III, 30, 1987, p. 41.

49 Mémoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 74r.

50 Retorica ad Erennio [Désormais : Ad Herennium ], a cura di G. G. Locatelli, Milano, Società Anonima Notari Villasanta, 1931, III, 17, p. 174 : « Quemadmodum igitur qui litteras sciunt, possunt id, quod dictatum est, iis scribere et recitare quod scripserunt, item qui mnemonica didicerunt, possunt, quod audierunt, in locis conlocare et ex his memoriter pronuntiare. Loci cerae aut cartae simillimi sunt, imagines litteris, dispositio et conlocatio imaginum scripturae, pronuntiatio lectioni ».

51 Mémoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 64v.

52 Ibidem, f. 65r.

53 Ad Herennium, cit., III, 16, p. 174 : « Locos appellamus eos, qui breviter, perfecte, insignite aut natura aut manu sunt absoluti, ut eos facile naturali memoria comprehendere et amplecti queamus : [ut] aedes, intercolumnium, angulum, fornicem et alia, quae similia sunt ».

54 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., ff. 65r-65v.

55 Ad Herennium, cit., III, 16, pp. 176-178 : « Nam et praeter modum ampli vagas imagines reddunt et nimis angusti saepe non videntur posse capere imaginum conlocationem ».

56 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 65v.

57 Mémoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 66r.

58 Ibidem, f. 66r.

59 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 71r-71v.

60 Ad Herennium, cit., III, 22, p. 182 : « Nam si quas res in vita videmus parvas, usitatas, quotidianas, meminisse non solemus [propterea quod nulla nova nec admirabili re commovetur animus] ; at si quid videmus aut audimus egregie turpe aut honestum, inusitatum, magnum, incredibile, ridiculum, id diu meminisse consuevimus ».

61 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 68v.

62 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., f. 68v.

63 Cf. F. Lestringant et D. Menager, Études sur la Satyre Ménippée, Genève, Droz, 1987, p. 58 (« Une topographie satirique »).

64 Ad Herennium, cit., III, 20, p. 180 : « aegrotum in lecto cubantem faciemus ipsum illum, de quo agetur, si formam eius detinebimus ; si eum non adgnoverimus, aliquem aegrotum non de minimo loco sumemus, ut cito in mentem venire possit, et reum ad lectum eius adstituemus, dextera poculum, sinistra tabulas, medico testiculos arietinos tenentem. Hoc modo et testium et hereditatis et veneno necati memoriam habere poterimus ».

65 Memoire locale et artificielle du Reverend Pere Panigarola, cit., ff. 70r-70v.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cahiers d’Études Romanes, n° 20, Traces d’autrui et retours sur soi. La réécriture 1, Le modèle et le métier, 2009, Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Référence électronique

Utzima Benzi, « Réminiscences et échos pseudo-cicéroniens dans les Regole per far la memoria locale de Francesco Panigarola », Cahiers d’études romanes [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1790 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1790

Haut de page

Auteur

Utzima Benzi

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org