Navigation – Plan du site
Le rapport aux modèles

La vision du monde dans le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena, réécriture de la représentation du monde dans le De Imagine Mundi d’Honorius Augustodunensis

France Autesserre
p. 127-170

Résumés

La vision du monde, présente au début du poème de Juan de Mena, le Laberinto de Fortuna, prend son origine dans un texte latin, le De Imagine Mundi (d’abord attribué à saint Anselme puis à Honorius Augustodunensis). Dès les premiers éditeurs critiques, le trajet commun suivi dans les deux œuvres et la reprise par l’auteur d’un grand nombre de toponymes ont conduit à surestimer cet emprunt. Les critiques successifs ont laissé de côté tout l’arrière-plan de théologie naturelle qui sous-tendait le De Imagine Mundi et négligé l’important travail de déconstruction du texte latin auquel s’est livré Juan de Mena pour écrire ce passage. La confrontation des deux textes permet de mieux comprendre comment, à partir de l’image d’un monde providentiel que lui offrait le De Imagine Mundi, l’auteur du Laberinto de Fortuna a pu montrer le rôle désorganisateur de la Fortune dont la situation chaotique de l’Espagne de son temps lui fournissait l’exemple.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gomez Manrique, Pero Guillen de Segovia et fray Jerónimo Olivares.
  • 2 Le poème a été achevé en 1444.

1Parmi les poètes espagnols du XVe siècle, Juan de Mena est l’un de ceux qui se prêtent le mieux à une analyse dans une perspective de réécriture. En effet, cet auteur s’est lui-même confronté à une réécriture explicative, en prose, de la première de ses œuvres majeures, en vers, la Coronación, dédiée à un autre poète, le marquis de Santillana. Après sa mort, un autre poème, les Coplas de los siete pecados mortales, resté inachevé, a été complété par trois auteurs différents1. Mais c’est certainement, pour le Laberinto de Fortuna2que l’analyse en termes de réécriture apparaît la plus appropriée, notamment pour le passage placé au début de l’œuvre, la vision du monde.

  • 3 Las .CCC. del famosissimo poeta Juan de Mena con glosa, Sevilla, agosto 1499, 190 fols.
  • 4 Cette hésitation sur la datation de l’œuvre sera commentée plus loin lorsque nous présenterons le p (...)
  • 5 « […] one of those geographical outlooks which were so dear to the medieval mind, here constituting (...)

2En effet, quelles que soient les éditions critiques du Laberinto, y compris la toute première, celle de Hernán Núñez3, tous les éditeurs s’accordent à signaler, pour ce passage, l’emprunt de Mena à une œuvre très connue du XIe ou XIIe siècle4, le De Imagine Mundi. Un rapprochement, souvent superficiel, de ces deux textes a pu conduire à dévaloriser cette partie du Laberinto en remettant fortement en question son originalité. Par contre-coup, cette surestimation de l’emprunt a occulté l’importance de la vision du monde dans le déroulement du poème en ne la considérant que comme une très longue digression5.

3À partir de l’analyse conjointe et approfondie des deux textes nous essaierons de parvenir à une meilleure compréhension du traitement que le poète a fait subir à sa source et, par là même, de dégager la spécificité du passage réécrit par rapport à son modèle.

Un abord biaisé de la réécriture

  • 6 Dès son premier éditeur-commentateur Hernán Nuñez.
  • 7 Après les travaux pionniers de Joseph Anton Endres (Das St. Jakobsportal in Regensburg und Honorius (...)

4Si la source de la vision du monde dans le Laberinto de Fortuna a été très tôt reconnue6, la comparaison des deux œuvres est souvent restée sommaire non seulement en raison de l’absence d’une édition critique satisfaisante du De Imagine Mundi mais aussi de la permanence d’un certain nombre d’obscurités entourant la diffusion de cette œuvre et l’identification de son auteur. Les résultats disponibles de recherches accumulées ces dernières décennies7, concernant à la fois le texte, l’auteur et l’époque à laquelle il a vécu, nous permettent d’entreprendre, sur des bases plus assurées, une étude de la réécriture de cette présentation du monde dans le poème de Juan de Mena.

Une rencontre insolite

Le Laberinto de Fortuna, œuvre écrite dans une période troublée de l’histoire de l’Espagne

  • 8 D’où son autre titre, Las Trescientas, car composé de presque trois cents strophes.
  • 9 Maxim P. A. M. Kerkhof, Laberinto de Fortuna, Madrid, Castalia, 1995, 431 p., p. 24. Nous citerons (...)

5Le Laberinto de Fortuna est un poème allégorique de 297 strophes8, écrit en castillan, à une époque de troubles et de désordres, qualifiée de « labyrinthique »9, dans laquelle se trouve l’Espagne de la première moitié du XVe siècle. Il s’adresse à un public restreint et cultivé, le roi Jean II de Castille et sa cour de lettrés. Son auteur, Juan de Mena, secrétaire de lettres latines du roi, s’y montre très critique à l’égard d’une aristocratie (à laquelle il n’appartient pas) dont il fustige l’immoralité qui met en péril l’intégrité du royaume. Profondément patriote, il prétend par son poème, miroir des princes, inciter le roi, homme faible et velléitaire, à prendre en main les destinées du royaume gouverné par son puissant et cupide favori, le Connétable Álvaro de Luna. Il l’enjoint de réprimer les vices, de faire cesser les luttes intestines qui affaiblissent le royaume et de terminer la reconquête du territoire, encore occupé par les Maures, afin de redonner à l’Espagne la gloire qu’elle a connue à l’époque des Goths.

  • 10 Strophe 24, vers 5-6 « así que tú eres la governadora / e la medianera de aqueste grand mundo ». Il (...)
  • 11 Strophe 25, vers 3 à 8 « suplico tú seas la mi guiadora / en esta gran casa que aquí nos paresçe, / (...)

6Le poème commence par une dédicace au roi et se poursuit, dans les strophes suivantes, par une violente diatribe contre la Fortune « changeante ». L’apostrophant de manière véhémente, le poète lui demande de lui montrer sa demeure où fonctionne la roue par laquelle elle dérègle nos vies. Mais c’est alors qu’apparaît une belle jeune fille couverte de fleurs. Surpris, il la questionne et l’apparition lui révèle son rôle ainsi que son nom « divine Providence ». Le poète, se ralliant alors à ses affirmations convient qu’elle est « la gouvernante et la médiatrice de ce grand monde »10. Il la supplie alors d’être son guide dans la grande demeure qui leur apparaît et lui semble appartenir plus légitimement à la Providence qu’à la Fortune qui n’est qu’une usurpatrice11. Sur ce, la Providence dit au poète de la suivre et ils franchissent ensemble le seuil de cette demeure du haut de laquelle on peut voir le monde terrestre, « le centre de la sphère ».

  • 12 Juan de Dios Mendoza Negrillo a bien montré aux pages 82 et suivantes de son ouvrage Fortuna y Prov (...)

7Ainsi, cette vision du monde qui fait l’objet de notre analyse est précédée d’une évaluation réciproque de l’intervention de la Providence et de la Fortune. Mais le poète maintient une certaine équivoque concernant la demeure où le conduit la Providence et dans laquelle il pénètre : appartient-elle à la Fortune ou à la Providence ? N’est-ce pas le monde ?12

L’œuvre source, le De Imagine Mundi, image d’un monde paisible, épris de savoir

  • 13 Soit, essentiellement, les chapitres 6 à 35 figurant aux pages 51 à 66 de l’édition de Valérie I. J (...)

8La façon dont est introduite la présentation du monde dans le De Imagine Mundi apparaît totalement différente, comme l’est l’œuvre elle-même. Cet ouvrage de nature encyclopédique, écrit en prose latine, est composé de trois livres : le premier traite principalement de la présentation de la terre dans le monde et des quatre éléments, le second de l’organisation du temps en général et le troisième, une chronologie, est consacré au temps des hommes. C’est dans le premier livre concernant la terre, son origine, sa place dans l’univers, que se trouve la présentation du monde terrestre13qui a servi de source à l’auteur du Laberinto.

  • 14 Ibidem, p. 48 : « Incipit epistolam cuiusdam ad Honorium solitarium ». Il n’existe pas de traductio (...)
  • 15 Ibidem, p. 49 : « Ad instructionem itaque multorum quibus deest copia librorum, hic libellus edatur (...)

9Comme nous l’avons fait précédemment pour cette œuvre, il convient de bien replacer le passage concerné dans le De Imagine. La situation s’avère plus complexe. L’incipit de l’ouvrage est constitué par deux lettres. La première s’adresse « à Honorius le solitaire »14. Le destinateur lui demande de l’éclairer de sa science en lui présentant le monde « comme sur un tableau ». Le destinataire lui répond dans la seconde lettre et acquiesce à sa requête. L’œuvre proprement dite commence alors. Dans un certain nombre de manuscrits, cet échange de lettres est absent et seule la séquence finale présente dans la seconde lettre est rappelée15. De ce fait, le nom d’Honorius, qui orientait l’attribution du texte vers un auteur portant ce nom, n’apparaît plus.

  • 16 Ibidem, p. 51, chapitre 5 : « Fundata est enim super stabilitatem suam. »
  • 17 Ibidem : « Abyssus sicut vestimentum amictus eius. »

10Que les lettres de préface soient présentes ou non, après un premier chapitre consacré à la « forme du monde », un deuxième se réfère à la « création du monde » selon les Saintes Ecritures dont l’auteur nous fournit des citations extraites, bien sûr, de la Genèse mais aussi de l’Évangile de Jean et de l’Apocalypse. Il insiste sur deux points : tout ce que Dieu a créé est bon et tout ce qui est nouveau, c’est lui qui le fait. C’est donc un monde totalement régi par la Providence divine qui va nous être présenté. Ainsi, contrairement à la démarche de Juan de Mena, qui abordait le monde avec un sentiment d’incertitude, l’auteur du De Imagine nous engage à partager ses certitudes. Plus encore, le chapitre 5, qui précède immédiatement la présentation du monde, et sous un titre anodin « de la forme de la terre », apparaît comme une véritable profession de foi. C’est même le monde vu avec les yeux de la foi qui va nous être présenté. En effet, l’auteur se place sous l’égide du Psaume 103 qui est, rappelons-le, un hymne à la création divine et dont il reprend deux citations explicites. L’une fait référence à la stabilité de la terre16, l’autre au fleuve océan qui l’entoure d’un vêtement protecteur17selon la conception médiévale du microcosme qui renvoie au macrocosme. Cette allégorisation se poursuit par la comparaison de la circulation de l’eau dans le monde avec celle du sang dans les veines du corps humain. Cette eau qui baigne le monde, principe de vie, provient d’une source unique située au Paradis, ce qui, dans la symbolique chrétienne, renvoie aussi à la diffusion de la parole de Dieu.

Les aléas d’une méprise

11En l’absence des lettres de préface, mentionnant un certain Honorius, les chapitres introductifs, à forte orientation théologique, donnaient malgré tout à penser que l’auteur ne pouvait être qu’un théologien.

L’attribution du De Imagine Mundi à saint Anselme

  • 18 Le manuscrit MM1 cité par Maxim P. A. M. Kerkhof, op. cit., pp. 41-42 et daté des années 1460-1480.
  • 19 « en toda esta cosmographía Juan de Mena immita y sigue el santo Anselmo en un libro que compuso de (...)
  • 20 Salamanca, 1582.

12Ceci permet de comprendre pourquoi, à l’époque de Juan de Mena, le De Imagine est attribué à Anselme, archevêque de Cantorbéry. Sa formule souvent rappelée « credo ut intelligam », « je crois afin de comprendre », correspond bien à cet arrière plan théologique de la connaissance du monde. La première attestation du nom d’Anselme se trouve déjà dans un manuscrit du Laberinto18. Mais c’est surtout dans la première édition critique du poème, celle de Hernán Núñez, en 1499, que l’attribution du De Imagine à Anselme apparaît clairement19. Toutes les éditions critiques, y compris celles du XXe siècle, reprennent en note les citations de Hernán Núñez ou de l’autre éditeur-commentateur qui l’a suivi, Francisco Sánchez de las Brozas, dit « el Brocense »20, dans lesquelles les passages du De Imagine sont aussi attribués à saint Anselme.

  • 21 C’est ce que souligne, à propos de ce théologien du XIe siècle, Alain de Libera dans son ouvrage co (...)

13La reprise des citations du texte latin, avec l’attribution à saint Anselme, sous le couvert des premiers éditeurs, est tout à fait légitime de la part d’éditeurs modernes. En effet, l’important est qu’à une époque proche de celle à laquelle Juan de Mena a vécu, et probablement aussi à la sienne, le De Imagine était considéré comme une œuvre de saint Anselme avec tout le prestige attaché au nom d’un des grands théologiens du Moyen Âge21. Juan de Mena pouvait bien trouver en lui non seulement un modèle mais aussi une caution lorsqu’il aborde dans son poème une question aussi fortement marquée par la réflexion théologique que celle de la Providence.

  • 22 Le catalogage du De Imagine Mundi, dans de nombreuses bibliothèques, fait apparaître, aujourd’hui e (...)

14Lors des premières éditions du De Imagine Mundi, comme celle de Bâle en 1497, l’attribution à saint Anselme est explicite. Elle va perdurer jusqu’au XIXe siècle au moins22.

La cohérence d’une œuvre et son attribution à Honorius (Augustodunensis)

  • 23 Honorius Augustodunensis : de Neocosmo. A critical Edition of the Text, with Introduction and Notes(...)
  • 24 Nous renvoyons aux arguments, bien fondés, présentés par Marie-Odile Garrigues dans sa thèse L’œuvr (...)

15L’identification du véritable auteur du De Imagine Mundi ne va pas résulter d’une meilleure connaissance de sa vie mais de la cohérence d’ensemble de l’œuvre qui lui est attribuée. En effet, dès le dernier tiers du XIIe siècle, plusieurs manuscrits, tous copiés dans la haute vallée du Danube, transmettent un ouvrage intitulé De Luminaribus Ecclesiae. Ce traité se termine par une liste présentée comme étant celle des écrits du même auteur « Honorius Augustodunensis ecclesiae presbyter et scholasticus ». En douzième position figure ce titre : Imaginem mundi de dispositione orbis. Ce témoignage précoce nous permet de cerner d’un peu plus près, sinon la personne, qui demeure assez mystérieuse, « l’énigme du XIIe siècle » selon R. D. Crouse23, du moins les fonctions de cet Honorius. C’est un moine, certes, mais avec un rôle pastoral qu’il ne cesse de revendiquer. Nous pouvons aussi, par les manuscrits, connaître le foyer de diffusion de son œuvre, le sud de l’Allemagne24.

  • 25 Édition de Jean Herold, chez les héritiers de Andreas Cratander.

16Mais c’est seulement dans la quatrième édition du De Imagine Mundi, imprimée à Bâle, en 154425, que l’attribution à saint Anselme est explicitement rejetée et remplacée par celle de « D. Honorii Augustodunensis Presbiteri ». Il faudra cependant attendre la cinquième édition, imprimée à Spire, en Rhénanie Palatinat, en 1583 chez Bernard Albin, pour que l’ouvrage complet, c’est-à-dire les trois livres réunis, apparaisse dans son intégralité, sous le titre de Mundi Synopsis de imagine mundi libri tres, ab Honorio solitario Augustodunense. La seule précision apportée sur le manuscrit ayant servi à cette édition est qu’il s’agit d’un « vieux codex écrit à la main » mais rien n’est dit de sa provenance. Comme cela a été souvent le cas des premières éditions de manuscrits, l’éditeur a voulu rester très proche de leur présentation : il a placé, en plus des titres de chapitres, des titres en marge, des “marginalia”, sortes de repères jalonnant la lecture.

17Or, c’est cette édition de Spire qui sera reproduite dans les grandes Patrologies qui vont se succéder depuis 1575, celle de Marguerin de la Bigne, à Paris, puis en 1618, les Bibliothecae Veterum Patrum de Cologne, ensuite celle de Lyon en 1677 sous le titre de Maxima Bibliotheca Veterum Patrum et Antiquorum Scriptorum Ecclesiasticorum. Dans cette dernière parution, le texte de la Patrologie est présenté sur deux colonnes encadrées, dans les marges de droite et de gauche, par des titres marginaux. Sans être Père ni Docteur de l’Eglise catholique, Honorius Augustodunensis y est considéré à la fois comme un philosophe et un théologien, son œuvre étant classée, au tome XX, sous la rubrique « Philosophica ac theologica ».

La réécriture à l’épreuve de la variance textuelle

Le texte du De Imagine Mundi retenu : rejet de l’édition de J.-P. Migne, choix de l’édition critique de Valérie Flint

  • 26 Elle comporte 217 tomes de textes auxquels s’ajoutent des tables, les tomes 218 à 221, et couvre un (...)
  • 27 Par exemple, dans la monographie consacrée à son auteur par María Rosa Lida de Malkiel, Juan de Men (...)

18Nous sommes redevables à J.-P. Migne de la somme remarquable que constitue son édition de la Patrologia latina26. Elle a permis une plus grande diffusion des textes, écrits en latin, des Pères, docteurs et théologiens de l’Eglise catholique les rendant ainsi plus accessibles. Le tome 172, publié à Paris en 1854, est consacré, en grande partie, à l’œuvre d’Honorius Augustodunensis. Cependant, c’est toujours ce même texte figé, sans manuscrit clairement identifié et sans indication de variantes, issu de l’édition de Spire et repris par les autres Patrologies, qui paraît à nouveau. Mais, certainement dans le but de favoriser la consultation de l’œuvre et sa diffusion, l’éditeur utilise un format inférieur à celui de la Patrologie de Lyon, ce qui entraîne une modification de la mise en page. Le texte reste présenté sur deux colonnes mais les titres marginaux sont déplacés et figurent maintenant comme sous-titres de chapitres. Une accumulation de titres et de sous-titres précède ainsi la lecture du texte proprement dit. Or, c’est cette édition d’un texte figé, dépourvu de variantes et où le paratexte éditorial finit par masquer le texte, qui va constamment servir de référence, pour citer la source de la vision du monde du Laberinto de Fortuna27.

  • 28 Op. cit., vol. 40, p. 174.

19Comme pour bien renforcer l’orientation de la lecture qui accompagne cet avatar de l’édition, le De Imagine Mundi est maintenant classé, dans la Patrologie de Migne, parmi les œuvres historiques et didactiques d’Honorius Augustodunensis. Ceci a pour effet de remettre en question « l’équilibre entre les exigences pédagogiques et celles de la recherche théologique » qui caractérise légitimement l’œuvre d’Honorius, comme le rappelle Marie-Odile Garrigues28.

  • 29 Op. cit.

20Pour retrouver de meilleures conditions de comparaison des œuvres, en nous détachant de ces projections parasites, qui nous éloignent de la perception qu’a pu avoir Mena du texte latin, il nous a paru nécessaire de rechercher une édition critique du De Imagine Mundi fondée sur plusieurs manuscrits authentifiés. Il se trouve que Valérie Flint, spécialiste reconnue de l’œuvre d’Honorius Augustodunensis, avait fait paraître, dès 1982 mais dans une revue peu diffusée et surtout connue d’historiens des religions, les « Archives d’Histoire Doctrinale et Littéraire du Moyen Âge », la première édition critique du texte complet sous le titre Honorius Augustodunensis : Imago mundi29.

  • 30 Il s’agit du manuscrit provenant de Prül (Rhénanie) conservé sous la cote clm. 536 à la Bayerische (...)

21Valérie Flint analyse quarante-deux manuscrits du texte dont vingt sont anciens, du XIIe siècle, et complets, c’est-à-dire comprenant les trois livres et les lettres de préface. L’examen de ces manuscrits la conduit à déterminer plusieurs périodes dans l’élaboration du texte sur lequel l’auteur serait revenu au cours de sa vie. Aussi choisit-elle d’éditer un manuscrit ancien, du XIIe siècle, et appartenant à la dernière période de la vie de l’auteur30. Elle retient également cinq autres manuscrits pour l’établissement des variantes du texte.

  • 31 « Notons que les éditions critiques établies d’après les manuscrits du XIIe siècle corrigent fort s (...)

22L’édition de Valérie Flint est, à notre connaissance, la seule édition critique complète du De Imagine Mundi disponible actuellement, fondée sur un manuscrit de base bien identifié et dont le choix est clairement justifié ainsi que les cinq autres manuscrits dont sont extraites les variantes. C’est la raison pour laquelle nous la retiendrons et abandonnerons le texte de Migne dépourvu d’apparat critique et reprenant une édition ancienne établie à partir d’un manuscrit tardif dont le choix est, selon Marie-Odile Garrigues, très discutable31.

  • 32 Strophe 45, vers 3 « Boeçia : Beocia ; Mena altera el nombre por exigencia de la rima ». Nous citon (...)
  • 33 Comme pour nommer les lacs Méotides transformés en « lagos Metroes » et l’Etna en « Edneo », respec (...)

23Pour appuyer l’affirmation de cette dernière et la nécessité, dans notre perspective de réécriture, de disposer d’une édition fiable, notons la présence, dans le texte de Migne, de formes erronées comme par exemple « Hirnia » qui ne correspond à aucun nom de pays connu des Anciens mais constitue une mauvaise lecture de « Hunia », “le pays des Huns”. Mentionnons également le toponyme « Beocia ». Selon John Cummins, s’appuyant sur l’édition de Migne, Mena l’aurait altéré en « Boeçia »32(avec métathèse des deux voyelles) pour les besoins de la rime avec « Greçia » au vers précédent. Même si ailleurs dans le poème Mena a pris semblable liberté33, cela nous semble une affirmation hâtive. En effet, les six manuscrits retenus par Valérie Flint comportent tous la forme « Boetia ». Il ne s’agit certes pas de la forme latine classique, qui est « Bœotia ». Mena, excellent latiniste, ne pouvait s’y tromper. Cependant, s’il a eu sous les yeux un manuscrit comportant cette forme, il a bien pu l’utiliser, sans avoir besoin de la modifier, puisqu’elle servait son propos.

  • 34 Seuils, Paris, Seuil, 2002 (1ère édition 1987), collection Points Essais, 426 p. & table, p. 413.
  • 35 Honorius Augustodunensis et l’Italie, in Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge, Temps Mo (...)
  • 36 « ad pro paucis reserenda mysteria », cité par Marie-Odile GARRIGUES, op. cit., vol. 38, p. 23.
  • 37 Celle-ci, ne l’oublions pas, était attribuée, à son époque, à saint Anselme.

24Une autre raison, majeure, d’écarter l’édition de Migne s’ajoute aux précédentes : l’importance prise par le paratexte éditorial. Nous nous trouvons dans la situation extrême signalée par Gérard Genette où « le paratexte tend parfois à déborder sa fonction et à se constituer en écran, et dès lors à jouer sa partie au détriment de celle du texte »34. Et en effet, la profusion des sous-titres, dans l’édition de Migne, ne fait que brouiller la lecture du texte en lui donnant une orientation par trop pédagogique. Car si l’auteur du De Imagine Mundi a voulu écrire pour l’instruction du grand nombre de ceux auxquels les livres font défaut, son image du monde prend place dans une œuvre théologique dont les critiques ont souligné la cohérence. Si, comme l’écrit Marie-Odile Garrigues, « il a cherché à couler la haute théologie dans la catéchèse et s’est préoccupé de sa réception au niveau populaire »35, son œuvre ne s’adresse pas moins également à une élite intellectuelle36et requiert de ce fait une profondeur de lecture à laquelle a dû être sensible Juan de Mena et qui a pu intervenir dans le choix de sa source37.

Choix de l’édition critique du Laberinto de Fortuna de Maxim Kerkhof

  • 38 Juan de Mena. Laberinto de Fortuna, Salamanca, ediciones Anaya,1968 (1era ed.), 146 p.
  • 39 Las treçientas de juan de mena llamadas laborynto de fortuna, fols. 2r-76v, Catalogue des manuscrit (...)
  • 40 Op. cit., p. 81.

25Nous disposons, pour le Laberinto de Fortuna, d’une excellente édition, celle de Maxim Kerkhof, de 1995, qui continue la tradition moderne, initiée par John Cummins38, d’édition du manuscrit de base 22939de la Bibliothèque Nationale de France. Mais, de plus, Maxim Kerkhof est le premier à tenir compte, pour l’édition critique du texte du Laberinto, de la totalité des dix-sept manuscrits connus ainsi que des éditions primitives40.

  • 41 Nous renvoyons à l’ouvrage de Bernard Cerquiglini, Eloge de la variante. Histoire critique de la ph (...)

26Cette édition, que l’on peut qualifier de complète, montre, certes, lamouvance des textes du Moyen Âge mais permet surtout, par l’étendue des variantes données et leur classement, de faire des hypothèses mieux fondées sur les relations entre la vision du monde du Laberinto de Fortuna et la source dans laquelle l’auteur a puisé. Une analyse solide de la réécriture des œuvres médiévales se doit de prendre en compte les variantes des manuscrits présentes dans les meilleures éditions critiques disponibles41.

À l’origine du rapprochement des deux textes : le parcours dans le monde connu

  • 42 Dans son ouvrage Histoires contre les païens.
  • 43 Étymologies, livre XIV.

27C’est à partir de la ressemblance entre le trajet suivi dans le De Imagine Mundi pour la représentation du monde et celui repris par Mena dans sa vision que le rapprochement entre les deux textes a pu s’établir de manière précoce. En effet y sont mentionnés successivement les trois continents, selon l’ordre initié par Orose42, Asie, Europe, Afrique puis les îles, et repris par Isidore de Séville43, avec la présence de toponymes communs, noms de pays, provinces ou régions.

  • 44 Cité par María Rosa Lida de Malkiel, op. cit., p. 32.
  • 45 ibidem.
  • 46 Op. cit., pp. 34-35. Lida De Malkiel rejette par là même la proposition de C. R. Post, ibidem, pp. (...)
  • 47 Op. cit., note 265, p. 113.

28Pour Hernán Núñez, premier éditeur critique du poème, Mena suit, de manière assez servile ce texte latin : « En toda esta cosmographía Juan de Mena imita e sigue a San Anselmo en un libro que compuso de imagine mundi, tanto que en quasi cosa ninguna se aparta del »44. Cette opinion sera confirmée au siècle suivant par el Brocense : « Solamente advierto que nuestro Poeta no sigue en esta descripción de las tierras a Pomponio, ni a Plino, ni a Ptolemeo, sino casi al pie de la letra traslada a Sant Anselmo en un libro que compuso De imagine mundi »45. Bien plus tard, au XXe siècle, dans la monographie qu’elle consacre à l’auteur du Laberinto, María Rosa Lida de Malkiel revient sur cette identification de la source, dont elle prouve l’authenticité46avec des arguments que Maxim Kerkhof jugera « irréfutables »47.

  • 48 Nous renvoyons à l’ouvrage de Umberto Eco, Les limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992, 4 (...)
  • 49 « vi más contra mí venir al encuentro / bestias e gentes d’estrañas maneras, / mostruos e formas fe (...)

29Cependant, si les éditeurs critiques ou commentateurs du Laberinto, se sont accordés à reconnaître la ressemblance existant entre les deux œuvres, principalement dans leur aspect géographique, ils ne les ont pas replacées dans le contexte différent de l’intention48qui a présidé à leur écriture. En effet, le De Imagine présente un monde ordonné, providentiel et rassurant, sous l’égide du psaume 103. Mena, en revanche, après s’être livré dans les strophes qui précèdent à une violente diatribe contre la Fortune, nous fait pénétrer dans un monde qui dès l’abord apparaît inquiétant : viennent en effet à la rencontre du poète, « des bêtes et des gens aux manières étranges, des monstres et des formes fictives et vraies »49.

30L’orientation différente des deux textes, qui n’a pas été suffisamment prise en compte, transparaît déjà dans les trajets suivis par les deux auteurs dans la présentation du monde, que l’on ne doit réduire ni chez l’un ni chez l’autre à un simple parcours géographique.

Déplacement général dans le monde terrestre

  • 50 Si cette présentation du monde est immédiatement suivie du chapitre 36 consacré à l’Enfer, celui-ci (...)

31C’est un long trajet que nous fait parcourir l’auteur du De Imagine Mundi, dans un monde créé par Dieu, depuis le Paradis situé aux confins de l’Asie, à l’est, jusqu’à l’océan Atlantique à l’ouest50. Cette direction générale selon laquelle est présenté le monde terrestre, du levant au couchant, a pu aussi attirer le poète pour cet emprunt en raison de la forte charge allégorique qu’elle comporte : la vie humaine, de la naissance à la mort.

Le De Imagine Mundi : la continuité privilégiée

32Le De Imagine déroule un parcours continu où les zones habitées de la terre, au nombre de trois, l’Asie, l’Europe et l’Afrique, auxquelles il faut ajouter les îles, sont présentées successivement en commençant par les zones mal connues de l’Extrême Orient, où serait situé le Paradis, jusqu’aux îles, certaines mythiques, de l’Atlantique. Soit un trajet bien ordonné où la continuité est recherchée par l’auteur, avec des transitions bien ménagées, lorsqu’il envisage successivement les vastes régions ou les différents pays dont il rend compte à l’intérieur des continents.

  • 51 Nous renvoyons au chapitre 5, cité plus haut, en ce qui concerne le fondement allégorique de l’eau, (...)
  • 52 « Ab Indo flumine usque ad Tigrim, est Parthia ». Du fleuve Indus jusqu’au Tigre est la Parthie.
  • 53 « A Tygri flumine usque ad Eufrate est Mesopotamia ». Du fleuve Tigre jusqu’à l’Euphrate est la Més (...)
  • 54 « Ab Eufrate usque ad mare Mediterraneum est Syria ». De l’Euphrate jusqu’à la mer Méditerranée est (...)

33Honorius s’appuie sur des limites naturelles, fleuves surtout51pour localiser les pays. Ainsi, au chapitre 13, il délimite la Parthie, vaste région de l’Asie, par les fleuves Indus (qu’il a déjà mentionné pour l’Inde) et le Tigre52. Poursuivant, au chapitre 14, son trajet vers l’ouest, il reprend la limite précédente, le Tigre, et ajoute l’Euphrate pour situer la Mésopotamie53. Progressant toujours vers l’ouest, au chapitre 15, c’est cette fois-ci l’Euphrate qui sert de limite à la grande région de Syrie, bordée par la Méditerranée54. La continuité géographique est parfaitement assurée, dans cette direction est-ouest, par la reprise constante d’une limite naturelle antérieure.

  • 55 « A flumine Rheno est Gallia Belgica. […] Hęc a monte Iovis surgit, et versus aquilonem Britannicum (...)

34Lorsque son trajet est-ouest oblige Honorius à inclure une nouvelle direction, par exemple pour passer de l’Italie (chapitre 26) à l’Espagne (chapitre 28) sans omettre la Gaule (chapitre 27), dont la localisation est plus septentrionale, il suit le cours d’un fleuve, le Rhin, des Alpes où il naît jusqu’à l’Océan dans lequel il se jette. Cela lui fournit au passage avec la montagne du Jura, proche, les limites naturelles de la Gaule belge55.

  • 56 « Post decursam Asiam, transeamus ad Europam », fin du chapitre 20, « Europam perambulavimus, ad Af (...)

35Pour passer d’un continent à l’autre, de l’Asie à l’Europe, de l’Europe à l’Afrique et ensuite aux îles (présentées elles aussi d’est en ouest mais traitées à part, comme il était d’usage), l’auteur utilise des transitions formulées linguistiquement56au lieu de repères physiques pas toujours présents ou discutés.

  • 57 Selon son intention “charitable” formulée dans la seconde lettre de préface et dans une perspective (...)

36Honorius, guidé par sa foi, se comporte en pasteur entraînant avec lui ses ouailles en un véritable pèlerinage dans le vaste monde qui reflète l’œuvre de Dieu dont il souhaite leur faire partager la connaissance57.

Le Laberinto de Fortuna : discontinuité et ruptures

  • 58 « e tierra de Partia vi entre los ríos / Tigris e Indo […] », vers 2-3.
  • 59 « E çerca de Eufrates vi los moabitas, / e Mesopotania cómo se tendía », vers 1-2.
  • 60 « Vi, de Eufrates al Mediterrano, / a Palestina e Feniçia la bella, », vers 1-2.

37Dans le Laberinto, tout en suivant la même direction est-ouest dans l’ordre de présentation du monde, le poète ne délimite pas systématiquement, comme le fait l’auteur du De imagine, les grandes régions ou les pays. À la strophe 35, la Parthie est bien encadrée par les deux fleuves, repris du De Imagine, mais ils sont cités dans l’ordre inverse, d’ouest en est58. La limite fournie par le Tigre n’est pas réutilisée pour la localisation de la Mésopotamie située seulement près de l’Euphrate59, à la strophe 36. De plus, le poète cite, avant même la grande région qu’il situe, un peuple particulier, les Moabites. Si la vaste région de Syrie « toda Siría » paraît bien délimitée entre l’Euphrate et la Méditerranée, son nom n’est mentionné qu’à la fin de la strophe 37, au vers 7, et c’est par les régions particulières de Palestine et de Phénicie que le poète commence sa présentation60.

  • 61 « aquésta [Françia] comiença de proçeder / del monte de Jovis, e tanto resalta / que tiende sus fin (...)
  • 62 Voir l’information donnée par Maxim KERKHOF qui précise que l’un des auteurs des gloses figurant su (...)
  • 63 Carla de Nigris, Juan de Mena, Laberinto de Fortuna y otros poemas, Barcelona, Crítica, 1994, LXXXI (...)

38D’autres fois, le poète ne fournit plus aucun repère naturel pour passer d’un pays à l’autre, un simple et servant de transition. C’est le cas lorsqu’il va de l’Italie (mentionnée au second quatrain de la strophe 46) en Gaule dont la description commence par : « E vi las tres Galias […] » (strophe 47, vers 1). De plus, dans un premier temps, à la différence de son modèle, il omet de mentionner la Gaule belge privilégiant ainsi les trois Gaules qui constitueront la France, la Gaule lyonnaise, l’Aquitaine et la Narbonnaise : « Ludunia, Aquitania e la de Narbona » (vers 2). Pourtant, au second quatrain de la strophe, il revient à la localisation fournie dans le De Imagine, en mentionnant le mont de Jupiter, où la France commence pour s’étendre jusqu’à la mer de [Grande] Bretagne61. Cette reprise du mont de Jupiter, placée dans la strophe seulement après la mention de la Gaule Narbonnaise a égaré les critiques qui, depuis l’édition de Hernán Núñez, font du « monte de Jovis », non pas le Jura, mais Montjuich en Catalogne62ou une cime des Pyrénées63, le lien avec la Gaule belge n’ayant pas été rappelé par le poète. La continuité dans la présentation des régions ou des pays se trouve ainsi brouillée et peut conduire à des erreurs d’interprétation.

39Nous ne rencontrons pas non plus, dans le Laberinto, de transition lorsque la vision de l’auteur se déplace d’un continent à l’autre. Ainsi, par exemple, le passage de l’Asie à l’Europe, explicité linguistiquement dans le De Imagine, se fait à nouveau, au vers 1 de la strophe 42, simplement par l’expression « Et j’ai vu ».

40Si l’ordre général de présentation des continents, des vastes régions ou pays, suivi par l’auteur du De Imagine est plutôt respecté par Mena, leurs limites géographiques ne sont pas toujours bien précisées et les transitions mal ou pas du tout assurées. Ceci entraîne une certaine imprécision du parcours et laisse une impression de discontinuité par rapport à son modèle.

La localisation des pays

Le repérage des pays par contiguïté dans le De Imagine Mundi

  • 64 « Huius [Affricae] prima provincia est Libia […]. Inde est Cirenaica […]. Hęc et Pentapolis, a .v. (...)
  • 65 « Deinde est Zeusis in qua est magna Kartago […]. Post hanc est Getulia, inde Numidia […]. Inde est (...)

41En l’absence de repères géographiques ou lorsque la région est moins bien connue, comme par exemple le nord de l’Afrique, l’auteur du De Imagine s’attache à faire une présentation continue où la contiguïté géographique des pays est rendue par l’ordre de présentation des toponymes et renforcée, dans certains cas, linguistiquement, par l’expression d’adverbes, de prépositions ou même de verbes qui précisent cette relation. L’orientation demeure plutôt est-ouest. Par exemple, aux chapitres 30 et 31, l’auteur présente les régions de la côte africaine, depuis la Libye, à l’est, en passant successivement par la Cyrénaïque, appelée aussi Pentapole de ses cinq villes, et la Bizacène (actuelle Tunisie)64. Puis, ayant nommé la Zeugitane et rappelé l’histoire de sa ville, Carthage, il continue son périple vers l’ouest par la Gétulie, la Numidie pour le terminer en Mauritanie65. Il convient de souligner combien cette présentation est ordonnée, selon une logique rigoureuse faisant intervenir de manière conjointe une grande direction de déplacement et la contiguïté des pays nommés à l’intérieur de la région concernée.

  • 66 « Ciprus, insula contra Siriam ».
  • 67 « Hęc [Creta] sita est contra Libicum mare ».
  • 68 « Sunt autem .liiii. contra Asiam positę ». Sont d’autre part cinquante [îles] situées en face de l (...)
  • 69 « harum prima Rhodos […] ad orientem est posita. […] Tenedos ad septentrionem eius posita […]. Carp (...)

42La présentation des îles, de la Méditerranée à l’Atlantique, aux chapitres 33 à 35, toujours effectuée d’est en ouest, présente la difficulté de leur donner une localisation fondée sur une contiguïté qui n’existe pas. Honorius la résout en se référant à la côte la plus proche ou en positionnant relativement une île par rapport à une autre. Il part donc de l’île de Chypre, placée en face de la Syrie66, puis nomme la Crète, en face de la mer Libyenne67. Il s’engage ensuite en mer Égée pour présenter différentes îles qu’il situe principalement par rapport à la côte d’Asie Mineure68ou l’une par rapport à l’autre. Parmi celles-ci, Rhodes, placée à l’est, sert de repère à Tenedos, placée au nord de celle-ci, qui elle-même sert de nouveau repère à Carpathos située au sud de la précédente et face à la côte égyptienne69. L’auteur poursuit ensuite son trajet vers l’ouest jusqu’aux îles mythiques de l’océan Atlantique en utilisant les mêmes procédés de localisation.

43Malgré toute la difficulté que pouvait présenter l’entreprise, suivre un trajet cohérent et organisé dans les îles, l’auteur du De Imagine maintient de manière globale l’orientation est-ouest de son parcours, de la côte syrienne à l’océan Atlantique.

Remise en question de la localisation par contiguïté dans le Laberinto de Fortuna

44Par contre, dans le Laberinto de Fortuna, les trajets visuels effectués par le poète sont bouleversés par de fréquents retours en arrière, des va-et-vient constants. Ils sont en totale opposition avec les trajets bien ordonnés du De Imagine Mundi. Nous retiendrons les deux mêmes exemples, particulièrement éclairants pour cette comparaison, celui de l’Afrique et celui des îles.

  • 70 « Vimos allende lo más de Etiopia, / e las provincias de Africa todas », strophe 49, vers 1-2.
  • 71 « la Sereneica, región de paganos, / e toda la tierra de los numidanos […], / Pentapolín conosçimos (...)

45Pour décrire sa vision du continent africain, aux strophes 49 et 50, lepoète commence par nommer l’Éthiopie70qui n’est envisagée qu’après les régions de la côte africaine dans le De Imagine, au chapitre 32. Il remet en outre en question l’ordre de présentation de ces contrées antiques en inversant plusieurs fois son parcours. Ainsi, à la strophe 50, il va de la Cyrénaïque, à l’est, en Numidie, à l’ouest, pour revenir dans cette première région appelée cette fois Pentapole mais sans indiquer leur identité commune comme prenait soin de le faire l’auteur du De Imagine. Il dirige ensuite son regard vers l’ouest et nomme successivement la Gétulie et la Bizacène71.

  • 72 « Las Estegades vi nueve por cuenta », strophe 51, vers 5.
  • 73 « Rodas e Creta la centipolea, / Cicladas […] », strophe 51, vers 6-7.
  • 74 « e vimos las islas Eolias estar, / Icaria […] », strophe 52, vers 5-6.
  • 75 « Mostróse Samos e las Baleares, / Córçega, Bozis e las Vulcaneas, / las Gorgonas […] », strophe 53 (...)
  • 76 Nom poétique que lui a donné Ovide dans ses Métamorphoses en raison de ses trois pointes et que rep (...)
  • 77 Nous avons analysé avec précision l’ordre de cette énumération toponymique, à laquelle se livre Men (...)

46Ces va-et-vient s’accentuent dans la vision des îles de la Méditerranée, présentée dans les trois dernières strophes du passage, 51 à 53. De plus, contrairement à l’auteur du De Imagine, Mena ne fournit aucune localisation précise des îles, qui permettrait au lecteur de se repérer, ni aucune orientation définie de son trajet. Il ne fait que nommer les îles (dont il supprime un grand nombre) auxquelles il adjoint parfois un commentaire. Son point de départ est à l’ouest, et non pas à l’est comme dans le texte latin, avec les Staechades72, situées en face de Marseille, mais il ne le dit pas. De là, il se rend en Méditerranée orientale, toujours sans le préciser, et voit Rhodes, la Crète et les Cyclades73ainsi que d’autres îlesde la mer Égée sans l’identifier (strophe 52). Il inverse alors son parcours pour s’approcher des côtes de Sicile, à l’ouest, en nommant simplement les îles Éoliennes, puis repart immédiatement à l’est, sans signaler cette nouvelle direction prise, vers l’île d’Icarie74. Il aborde ensuite Samos, à la strophe 53, et change à nouveau de direction pour un grand déplacement vers l’ouest jusqu’aux Baléares, sans s’arrêter sur son passage en Sicile. Des Baléares il se dirige vers l’est, en Corse, pour revenir près des Baléares à l’île d’Ibiza (« Bozis »). Il repart ensuite vers la Sicile à l’est, qu’il évite encore une fois tout en se rapprochant de ses côtes avec la mention des îles Vulcaniennes, autre nom des Éoliennes, ce qu’il ne précise pas. Il atteint ensuite l’océan pour nommer les Gorgones75. À la différence de son modèle qui terminait son parcours dans l’Atlantique, Mena revient en Méditerranée, en son centre, la Sicile nommée « Trinacria »76, qu’il aborde enfin77.

  • 78 Op. cit., p. 35 « Sólo en una enumeración copiosa, donde el orden pierde importancia tal como la en (...)

47Contrairement à ce qu’ont dit, ou laissé entendre, certains critiques, dont María Rosa Lida de Malkiel, le trajet visuel dans les îles, si bouleversé soit-il par rapport à son modèle, n’est pas incohérent78. Il traduit l’intention du poète qui est de désorganiser, volontairement, le trajet est-ouest suivi dans le texte latin, en de constants va et vient en Méditerranée autour de son île centrale, la Sicile. Cela, afin d’allégoriser le dérèglement que fait subir la Fortune à l’ordre du monde voulu par la Providence divine et, par ce parcours labyrinthique initiatique, la difficulté humaine de conduire sa vie pour accéder à un centre, un but, celui que devra atteindre le roi auquel l’auteur dédie son poème.

  • 79 Le poète le lui reprochait déjà au vers 4 de la strophe 12 : « faziendo non çierta ninguna corrida  (...)

48Ainsi, l’analyse comparée et approfondie des deux textes nous montre la différence mais aussi la complémentarité des deux œuvres au travers des deux déplacements dans le monde. De cette manière nous accédons aussi à une meilleure compréhension du rôle conjoint de la Providence et de la Fortune dans le poème. La Providence ordonne le monde, la Fortune s’ingénie à le désorganiser rendant incertain le [par]cours de la vie humaine79.

Un traitement différent des informations relatives aux lieux géographiques

49Une fois la localisation géographique effectuée, des informations sont apportées par l’auteur du De Imagine Mundi afin de caractériser les continents, les régions, plus ou moins grandes, les pays ou provinces avec leurs villes ainsi que les fleuves, les mers et les montagnes précédemment repérés. Cet apport d’informations varie, dans le texte latin, en fonction des connaissances de l’auteur en relation avec leurs références culturelles d’origine gréco-latine et judéo-chrétienne. Ses sources, surtout livresques, proviennent essentiellement de la Bible (qu’il cite au chapitre 2) ou d’auteurs de compilations encyclopédiques tels que Plinel’Ancien, Solin, Bède le Vénérable ou Isidore de Séville. À ce dernier Honorius emprunte ce recours constant à l’étymologie qui lui fournit une trame sur laquelle les toponymes concernés se trouvent projetés dans des temps plus anciens par la mention de leur étymon. Associés à ces références étymologiques, dont certaines sont pour le moins discutables, les rappels des dénominations successives des pays forment un ensemble qui complète la présentation géographique et lui confère une profondeur temporelle. Le De Imagine Mundi prend ainsi un caractère de géographie historique et culturelle du monde, matière abondante dans laquelle l’auteur du Laberinto de Fortuna viendra puiser.

L’étymologie : la remontée vers l’origine ou sa déconstruction

L’étymologie-généalogie

  • 80 Nous renvoyons à l’ouvrage de Paul Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975, 267 p. & tab (...)

50Dans le De Imagine, le but visé par ce recours à l’étymologie80, outre celui de fournir une trame organisatrice des connaissances, est de donner une origine prestigieuse à un toponyme d’après le nom d’un personnage illustre qui y a séjourné, grand dignitaire politique, reine ou roi, héros de la mythologie, membre d’une des grandes familles de l’Histoire Sainte, et dont la filiation est le plus souvent précisée.

  • 81 « Asia, a regina eiusdem nominis appellatur », chapitre 8. L’Asie est appelée de la reine du même n (...)
  • 82 « Syria, a quodam Syro rege dicta », chapitre 15. La Syrie dite d’un certain roi Syrus.
  • 83 « Epirus, a filio Achillis Pyrro sic dicta », chapitre 25. L’Épire est dite ainsi du fils d’Achille (...)
  • 84 « Tracia, a Tiras filio Iaphet dicta », chapitre 24. La Thrace, dite du fils de Japhet, Tiras. Hono (...)
  • 85 Mélanges offerts à Claude Lévi-Strauss à l’occasion de son 60e anniversaire, édités par Jean Pouill (...)
  • 86 Problèmes de linguistique générale, cit., p. 278.

51Dans un certain nombre de cas, le toponyme a la même forme que le nom de la personne éponyme, une reine pour l’Asie81, ou est seulement féminisé pour désigner une région, comme la Syrie82. Les noms de certaines provinces proviennent, par dérivation, du nom d’un personnage éponyme appartenant, par exemple dans le cas de l’Épire, à l’histoire grecque83. Relevons aussi, formée selon le même procédé, l’étymologie du nom de la Thrace à partir d’un personnage issu de l’Histoire Sainte (un petit-fils de Noé)84. L’étymologie d’un grand nombre de villes est reconstruite selon les mêmes procédures que pour les pays, à partir de l’étymon rappelant le nom du roi qui l’a édifiée : « civitas Nicomedia, a Nicomede rege constructa et dicta » (chapitre 19). Des exemples semblables, introduits par le terme « civitas », font écho aux conclusions auxquelles parvenait Émile Benveniste dans son article consacré à Deux modèles linguistiques de la cité85. L’insistance constante sur l’ancrage politique de la cité donne à penser que, sous la forme latine « civitas » c’est en fait la signification du mot grec « polis » qui est valorisée en tant que « centre de l’autorité »86.

  • 87 La Médie, dite du roi Medus, qui nomma Media la ville qu’il construisit, à laquelle aussi la région (...)

52La volonté de conférer aux régions, aux pays, aux villes une assise politique apparaît encore mieux dans ce qu’on peut appeler des étymologies en chaîne, lorsqu’un roi donne son nom à une ville qui, à son tour, donne son nom à une région. C’est le cas, par exemple, pour la Médie au chapitre 13 : « Media a Medo rege dicta, qui civitatem contruens Mediam nominavit, de qua et regio nomen mutuavit »87.

  • 88 « Italia […] postea a Saturno est Saturnia appellata, mox Latium, eo quod Saturnus pulsus a Iove ib (...)
  • 89 Honorius ne fait là que reprendre son modèle, les Etymologiae d’isidore de Séville. Voir XIV, 4, 18 (...)
  • 90 Le rappel du Psaume 103 au chapitre 5 est éloquent « Non timeas me ait Dominus qui suspendi terram (...)

53Certes, les rapprochements opérés par l’auteur s’avèrent quelquefois pour le moins contestables comme l’est, au chapitre 26, l’étymologie du « Latium »88ainsi nommé parce que Saturne, chassé de l’Olympe par Jupiter, s’y est rendu « latuit »89 ! Mais ces quelques excès ne remettent pas en question une démarche conduite selon une logique rigoureuse. Ce monde, politiquement bien organisé, est l’œuvre de Dieu. Son organisation, son ordre, plus encore sa stabilité voulue par Dieu, doivent nous rassurer90.

Le jeu étymologique

54L’auteur du Laberinto de Fortuna ne remet pas en question cette confiance dans la divine Providence puisqu’il en fait son guide tout au long du poème. Cependant, la situation chaotique dans laquelle se trouve l’Espagne en cette première moitié du XVe siècle, plus particulièrement la Castille de Jean II, ne lui permet pas de partager la vision optimiste présentée dans le De Imagine Mundi et l’engage à s’interroger sur le rôle de la Fortune. Ceci est bien marqué, à nouveau, par la façon dont il aborde les étymologies et la fonction qu’il leur attribue dans une perspective totalement différente de celle de l’auteur du De Imagine Mundi.

  • 91 « […] Feniçia la bella, / dicha de fenis que se cría en ella, / o quiçá de Fenis, de Cadino er mano (...)
  • 92 « E vi más aquélla que Europa dixeron, / de la que robada en la taurina fusta / […] », strophe 42, (...)

55Les étymologies, que contient le passage de la vision du monde dans le Laberinto sont en nombre limité et leur formulation est souvent tronquée par absence de mention de l’étymon. Remarquons aussi qu’aucune n’utilise explicitement le terme de “roi” alors qu’il intervient très souvent dans le De Imagine. Ainsi, par exemple, Mena reprend la double étymologie de la Phénicie, un oiseau ou un personnage, mais ce dernier n’est plus désigné comme roi91. L’étymologie double du nom du continent Europe, un roi ou un personnage mythologique, est réduite à cette dernière étymologie et encore Europe, l’étymon, n’est pas directement nommée mais seulement évoquée par son rapt92. L’absence du terme de “roi”, qui contraste avec sa présence massive dans les étymologies du De Imagine, conduit à s’interroger : est-on roi seulement par sa place dans un lignage ?

  • 93 Voir la note 91.
  • 94 « lançó los hermanos por causa tan justa / en la demanda que fin non pusieron », vers 3-4.

56Plus encore, la remontée dans le temps, vers l’origine, qui conduisait bien à un roi dans le texte latin, est bloquée dans les étymologies du Laberinto. Les modifications constantes des relations de parenté par rapport à son modèle favorisent plutôt des liens collatéraux que la filiation directe. Phénix n’est plus le fils d’Agénor, comme dans le De Imagine, mais le frère de Cadmée93. Pour Europe, sa filiation avec Agénor n’est plus rappelée. C’est le lien collatéral qui l’emporte, évoqué par la mention de ses frères envoyés à sa recherche94. Ils ont échoué dans la mission que leur avait confiée leur père mais cet échec dans la sphère privée deviendra réussite dans la vie publique de héros civilisateurs puisqu’ils fonderont des villes et des pays. Ces chemins détournés que prend la Fortune (ou la Providence ?) apparaissent encore avec l’exemple de Saturne, à la strophe 46, lui qui, chassé par son fils, donne à un pays, l’Italie, une période heureuse, un âge d’or.

  • 95 Il s’agit de l’épisode hagiographique de saint Maurice, chef de la légion thébaine et martyr de sa (...)

57Il est incontestable que Juan de Mena s’écarte, dans ces exemples, de la fonction qu’Honorius accordait à l’étymologie : une organisation des connaissances par un retour à l’origine, bien explicité dans sa formulation. Le poète se livre même à un véritable jeu à partir des étymologies comme le montre la création, en Egypte, de la ville de « Mauriçia » (strophe 38, vers 7) à partir d’un étymon absent, Mauritius, que le lecteur lettré doit retrouver en puisant dans les références culturelles qu’il partage avec l’auteur95.

  • 96 « ¿Tú non farías lo qu’el cielo faze, / e fazen los tiempos, las plantas e rosas ? / […] / non nos (...)

58Ces modifications apportées aux étymologies du De Imagine s’insèrent dans un projet d’ensemble : à la désorganisation spatiale, à laquelle s’est livré le poète, lors de sa vision du monde, s’ajoute cette remise en question de l’organisation linéaire du temps depuis l’origine, voulue par la Providence divine, bouleversée par la Fortune « changeante » dont Mena stigmatisait, dès les premières strophes du poème, l’inconstance96.

L’apport d’informations complémentaires

59Les différents sites localisés géographiquement, les étymologies simples ou complexes, ont fourni une organisation spatiale et temporelle de ces mêmes lieux que le poète s’est employé à déconstruire. D’autres informations vont venir s’y greffer et les compléter.

Encyclopédisme dans le De Imagine Mundi

  • 97 Nous renvoyons à l’ouvrage de Bernard Ribemont, La « Renaissance » du XIIe siècle et l’Encyclopédis (...)
  • 98 Dernière phrase de la seconde lettre : « Nichil autem in eo pono nisi quod majorum commendat tradit (...)

60Dans la perspective encyclopédique qui est celle d’Honorius, en accord avec la période à laquelle il écrit97, des informations complémentaires viennent s’intégrer dans cette organisation spatio-temporelle de la présentation du monde. L’auteur transmet à son lecteur un savoir issu d’auteurs qui font autorité dans la double tradition gréco-latine et judéo-chrétienne (surtout les Saintes Ecritures). Par là même, il ne présente pas le monde tel qu’il pouvait être vu au XIIe siècle, résultant d’une autopsie récente, mais en donne une image, un “miroir”, qui reflète un savoir livresque hérité. Protégé par cette référence à l’autorité, qu’il rappelle dans la seconde lettre de préface98, Honorius n’hésite pas à faire aussi de multiples incursions dans le domaine de l’imaginaire, en relatant des faits merveilleux, des mirabilia, et quelquefois même fabuleux ou légendaires.

  • 99 Th. Mommsen, C. Ivlii Solini. Collectanea rerum memorabilium, Berlin, Weidmannos, 1895, CV & 276 p.
  • 100 « Deinde est maximus oceanus, qui solis calore dicitur fervere ut cacabus. », chapitre 32.

61Ces informations complémentaires précisent parfois celles qui sont apportées par les étymologies. Par exemple, la ville de Jérusalem (chapitre 15), à l’étymologie complexe et discutée, fait l’objet d’un long développement et ce sera aussi le cas pour Rome (chapitre 26). Mais la plupart du temps, il s’agit d’informations brèves visant à caractériser une ville, une région ou un pays par ce qu’ils ont de plus mémorable, selon le modèle des « memorabilia » de Solin99. Cette présentation n’est assortie d’aucun jugement de valeur quelle que soit l’étrangeté des faits rapportés. L’auteur, bien que ne citant pas ses sources, s’abrite derrière l’autorité de la chose écrite en utilisant des formules telles que « fertur » (il est rapporté) ou « dicitur » (il est dit). Ainsi, il situe à l’extrême sud de l’Éthiopie « le très grand océan dont il est dit qu’il bout comme une marmite sous l’effet de la chaleur du soleil »100.

  • 101 « In Epyro est fons in quo faces accensę extinguuntur, et iterum exstinctę accenduntur », chapitre (...)

62Honorius mentionne fréquemment fontaines et sources pour la valeur qu’elles ont prise dans le symbolisme chrétien : au Paradis (chapitre 8), première région de l’Asie, se trouve la source commune des quatre grands fleuves irriguant le monde comme la parole de Dieu. S’il développe les propriétés merveilleuses de la fontaine d’Épire101, en Grèce, c’est qu’elle évoque la résurrection du Christ.

63La visée encyclopédique de l’auteur l’engage à donner des informations succinctes relevant de tous les domaines, végétal, minéral, animal, etc., auxquels appartiennent les caractéristiques mémorables pour les lieux cités. Il indique ainsi que l’ébène se développe dans l’île de Méroé sur le Nil (chapitre 35), la pierre d’Arbeste ou Amiante se trouve en Arcadie (chapitre 25), en Sardaigne (chapitre 35) vit la tarentule, sorte d’araignée, dont la morsure est mortelle pour les hommes. Les animaux monstrueux, que la tradition place aux confins du monde connu, sont regroupés dans un chapitre particulier (chapitre 12 « De bestiis ») parmi les trois consacrés à l’Inde. On y retrouve les habituels animaux fabuleux des bestiaires médiévaux depuis la bête « Ceucocrota » jusqu’au « Monoceros » (la licorne) en passant par l’ » Eale » et la « Mantichora ».

  • 102 Ils montrent même l’étendue du pouvoir créateur de Dieu. On les retrouvera décorant les tympans des (...)

64Pour ce qui est de la diversité humaine, les peuples variés sont surtout rappelés à partir des tribus d’Arabie (chapitre 14) ou des populations du Caucase (chapitre 18) qui cohabitent avec les Amazones dont il mentionne l’existence en ces lieux. Mis à part ces dernières, les peuples fabuleux ou monstrueux sont regroupés dans le chapitre 11 « De Monstris », l’un des trois chapitres consacrés à l’Inde. On y retrouve ces peuples des confins qui, depuis l’Antiquité grecque seront continuellement repris au Moyen Âge : les hommes à tête de chien, les Cyclopes, les Scénopodes qui se font de l’ombre avec leur unique pied, les hommes sans tête aux yeux dans les épaules et avec deux trous dans la poitrine en guise de nez et de bouche et bien d’autres encore. Quelle que soit leur difformité physique, ils ne sont pas exclus de ce monde providentiel102.

65Honorius mentionne aussi des caractéristiques culturelles, certaines anecdotiques comme la présence autrefois à Rhodes du colosse d’airain, haut de douze coudées. Plus en rapport avec la perspective de recherche des origines, bien représentée par l’étymologie, une place importante est accordée aux inventions : la magie en Perse (chapitre 13), l’astronomie en Chaldée (chapitre 14), la comédie en Sicile (chapitre 34) ou encore les frondes aux îles Baléares (chapitre 35).

66Les personnages historiques ou mythologiques dont le nom n’a pas servi à une élaboration étymologique sont cités en même temps que les différents lieux dont ils sont originaires, où ils ont vécu ou se sont illustrés. Par exemple, à propos de l’île de Samos sont mentionnés la Sibylleet Pythagore (chapitre 33), ou, pour l’Égypte, Mauricius qui a commandé à Thèbes (chapitre 17). Ce sont surtout les représentants de l’histoire religieuse qui marquent de leur présence des sites déterminés. En premier lieu, le mont Sinaï où Moïse a reçu la loi (chapitre 14), ainsi que des villes rendues célèbres par la présence d’un personnage religieux,telles Éphèse, où repose Jean l’évangéliste (chapitre 19), Tarse où a résidé l’apôtre Paul (chapitre 20), ou encore Hippone dont saint Augustin a été l’évêque (chapitre 31). Le légendaire chrétien n’est pas oublié avec l’épisode de l’île Perdue de saint Brandan (chapitre 35).

  • 103 Il y est fait toutefois allusion par la mention de la ville de Nazareth (où il a passé une grande p (...)
  • 104 On retrouve là l’influence de Jean Scot Érigène, déjà signalée par Marie-Odile Garrigues, op. cit.
  • 105 L’évocation de la ville de Troie ne donne pas lieu à la mention de la guerre, pourtant mémorable, q (...)
  • 106 « Ignea inferni loca inspeximus, ad refrigerium aquarum confugiamus ». Nous avons passé en revue le (...)

67Il importe de remarquer qu’il n’y a aucune mention du Christ, là où l’on s’y attendrait, au chapitre 16 consacré à la Palestine et plus précisément dans la région de Galilée103. La présence du Christ, dans la conception théologique qui conduit à cette représentation du monde, ne peut être limitée à une région particulière, c’est le monde dans sa totalité qui renvoie son image104. Le lecteur reste sur une vision optimiste d’un monde paisible et serein105. Nous en voulons pour preuve deux exemples montrant bien cette volonté de dédramatisation. D’abord, au tout début, dans la présentation du Paradis terrestre (chapitre 8). Certes, il demeure interdit aux hommes, mais l’auteur ne rappelle pas le péché originel qui les en a chassés. L’image de l’enfer même, dans ce qu’elle représente pour un chrétien, est atténuée : il y a sur terre ou dans les îles des lieux semblables, tels les volcans. D’ailleurs, sitôt la description des différentes formes d’enfer, païen et chrétien, terminée (chapitre 37), Honorius nous invite à trouver refuge dans la fraîcheur de l’eau106 !

Choix d’informations exemplaires dans un miroir des princes

  • 107 Op. cit.

68Cette profusion d’informations présentes dans le De Imagine Mundi, même si celles-ci apparaissent souvent succinctes ou réduites à la mention d’événements exposés de manière parfois elliptique, ne pouvait pas être reprise telle quelle dans les vingt strophes qu’occupe la vision du monde dans le poème de Juan de Mena. En effet, celle-ci se caractérise par une réduction drastique du nombre d’informations retenues, comme l’avait déjà signalé María Rosa Lida de Malkiel107.

  • 108 « […] Júpiter alto dispuso, / quando al prinçipio formó cada cosa », strophe 43, vers 3-4.
  • 109 En revanche, à la différence du De Imagine, Mena mentionne le Christ à propos du fleuve Jourdain où (...)
  • 110 Ceci n’est pas étonnant de la part du secrétaire de lettres latines du roi Jean II, vivant à la fin (...)

69La majorité des informations anecdotiques est supprimée, tant au niveau des faits relevant de la géographie physique que de ceux concernant les minéraux, les végétaux ou les animaux. Toute la cosmologie ou la géographie théologique est réduite à quelques allusions distribuées différemment dans le poème. Il n’est plus question du Paradis comme première région de l’Asie, mais d’âge d’or, à propos du séjour de Saturne en Italie (strophe 46, vers 7-8). L’enfer est évoqué par l’Etna où se manifeste Typhon avec son souffle de feu (strophe 53, vers 6-7). S’il y a bien mention de la création du monde, elle n’apparaît pas au début du passage, comme c’était le cas dans le texte latin, mais dans la strophe centrale et transposée dans la mythologie : c’est le dieu païen, Jupiter, qui en est l’auteur108. Les personnages de l’Histoire Sainte, tels Moïse, Jean l’évangéliste ou l’apôtre Paul ne sont plus nommés109. Les lieux saints restent évoqués mais la ville de Jérusalem, qui avait donné lieu à l’un des commentaires les plus développés par Honorius, n’est même pas citée. Cet ensemble de suppressions valorise, par contre coup, les références provenant de la culture gréco-latine au détriment de la culture judéo-chrétienne110.

  • 111 Voir la note 49.
  • 112 « Epiro e su fuente muy singular, / en la qual, si fachas queriendo quemar / muertas metieren, se e (...)
  • 113 Car elle peut donner le feu et le reprendre, vers 8.
  • 114 Voir le vers 8 de la strophe 9, cité à la note 96.

70Il est possible de constater aussi l’élimination d’un grand nombre de références légendaires, fabuleuses ou relevant plus généralement du merveilleux. Ainsi, les deux chapitres consacrés aux monstres et aux bêtes de l’Inde, dans le De Imagine, sont réduits à une simple allusion, située au début de la vision du poète et qui revêt une signification totalement différente. Il n’est plus question de constater l’étrangeté des êtres vivant aux confins du monde connu et réaffirmer par là l’étendue du pouvoir créateur de Dieu mais de connoter négativement l’entrée dans le monde que l’on peut interpréter alors comme une entrée dans la demeure de la Fortune111. Une référence merveilleuse est cependant bien conservée et développée en cinq vers, celle de la fontaine d’Épire. Mais le poète lui fait subir une importante modification : si les flambeaux allumés qu’on y plonge s’éteignent pour se rallumer ensuite, dans le texte latin, l’effet est inversé dans le poème112. Et le vers par lequel se conclut la description « ca puede dar fuegos e fuegos robar »113est bien le rappel du caractère versatile de la Fortune que le poète fustigeait déjà, par un chiasme, au début du poème114.

  • 115 À la phrase « […] Chaldea in qua primum inventa est astronomia », chapitre 14, répondent les vers « (...)
  • 116 « […] mons Olimpus qui excedit nubes », chapitre 25, et « y el Olinpo monte […] / el qual en altura (...)

71Si certains thèmes ont été délibérément écartés d’autres ont donné lieu à une reprise avec une formulation quasi identique. Ainsi, le rappel de l’astronomie en Chaldée est exprimé d’une manière extrêmement proche dans les deux textes115. Il en est de même du rappel de la hauteur du mont Olympe qui, dans les deux œuvres, « dépasse les nuages »116. De telles attestations, s’ajoutant au parcours géographique général commun aux deux œuvres, ont contribué à faire reconnaître, de manière indiscutable, le De Imagine Mundi comme la source principale de la vision du monde du Laberinto de Fortuna.

  • 117 « fasta las lindes del grand Oçeano », vers 6.
  • 118 Hernán Nuñez, le premier éditeur commentateur du Laberinto a dû être étonné de cette formulation po (...)

72Mais la plupart du temps les reprises ne sont que partielles, assorties de réélaborations plus ou moins importantes, d’ajouts quelquefois, de suppressions souvent. L’Italie en est l’exemple le plus net. Par un effet de contraste, qui ne peut être fortuit, le pays qui était le plus longuement décrit, après la Grèce, dans le De Imagine, n’occupe plus que deux vers dans le Laberinto (strophe 46, vers 7-8) sous la forme d’une étymologie suggérée, c’est-à-dire sans mention de l’étymon, à partir du nom qu’elle a porté à l’âge d’or : « Italia, la qual del pueblo romano / Saturnia fue dicha en la era dorada ». Cette dernière information n’était pas présente dans le texte latin et revêt de ce fait un certain relief. Le poète a-t-il voulu souligner l’existence, passée, d’une époque heureuse, dont il souhaite le retour pour l’Espagne ? La vision biaisée qu’a le poète de l’Italie qui s’étend des Alpes « jusqu’aux limites du grand Océan »117nous porte à le croire d’autant plus que son modèle n’utilisait pas cette dénomination mais celle de « grande mer », « in magno mari »118. Cette importante réduction d’informations apportées, par rapport à son modèle, sur un pays où pourtant il a séjourné dans sa jeunesse et pourrait connaître mieux qu’aucun autre pays étranger, montre clairement que son point de vue est totalement différent. Ce n’est pas une description du monde à visée encyclopédique mais un argumentaire soigneusement préparé à partir d’exemples choisis, servant de modèles, dans le cadre d’un miroir des princes et, dans la plupart des cas, détachés du lieu à propos duquel ils ont été mentionnés.

  • 119 « […] civitas Nicea, in qua magna synodus est facta », chapitre 19. La ville de Nicée dans laquelle (...)
  • 120 Paul Veyne, a bien montré le rôle joué par Constantin dans la diffusion et la défense du christiani (...)

73Dans ce but, les informations, lorsqu’elles sont reprises par le poète, sont réélaborées pour mieux servir son propos. Cette mise en valeur d’informations, servant d’exemples-modèles, est d’autant plus visible que le domaine a fait l’objet de réductions importantes. C’est le cas de l’histoire religieuse dont Juan de Mena n’a retenu que quelques faits qui prennent par contraste une signification particulière. Retenons surtout le rappel du concile de Nicée qui, mentionné très succinctement dans le De Imagine119, attire l’attention, par son développement dans le poème, sur les dangers de l’hérésie : « […] Niçea, do juntada fue / la sínodo santa que libró la fe / de otros peores que los manicheos » (strophe 40, vers 6 à 8). En effet l’hérésie arienne, que le concile avait condamnée parce qu’elle rejetait le dogme de la trinité, mettait en péril non seulement l’unité religieuse mais aussi et surtout la cohésion politique de l’empire de Constantin120. C’est une manière détournée d’indiquer au roi le danger que représente la présence d’infidèles sur le territoire espagnol et par conséquent l’importance qu’il y a à poursuivre la guerre de Reconquête.

74Toujours dans une perspective politique, il importe de citer la réélaboration importante de l’information concernant la Gaule. La Gaule belge, par laquelle commençait le chapitre 27 du texte latin, n’est plus mentionnée. Ce ne sont plus que trois Gaules, que le poète voit dès le premier vers de la strophe 47, les trois provinces romaines dont la réunion, sous une même couronne, a permis la création d’un seul état, la France : « E vi las tres Galias, […] / Ludunia, Aquitania, e la de Narbona, / que del primer franco que tovo corona / en Françia su nombre les quiso bolver » (premier quatrain). L’intention du poète est bien alors d’insister sur l’unité politique d’un pays, qui émane d’une volonté royale, et qui atteint le degré le plus accompli de l’unité pour un chrétien, celui exprimé symboliquement par la réunion du trois en un, déjà évoqué par le rappel du concile de Nicée.

  • 121 Op. cit., p. 35.
  • 122 « Retia, Germania la superïor, / Mesia, Panonia e, para mejor, / todas las partes del reino d’Ungrí (...)
  • 123 Strophe 138, vers 2 « do vimos los reyes en la justa guerra », strophe 152, vers 1 « ¡O virtüo sa m (...)

75Mais c’est lorsque Juan de Mena ajoute des éléments totalement nouveaux par rapport à son modèle et dans un contexte géographique qui n’est pas remis en question, que l’effet est d’autant plus flagrant. Sur ce point, nous voulons nuancer cette affirmation de Lida de Malkiel : « Comparado con lo suprimido, es insignificante lo que el poeta agrega en cuanto a datos concretos »121. Et elle cite comme exemples « Ungría » et « Vandalia ». Certes, le poète ajoute peu, c’est donc insignifiant sur le plan de la quantité mais combien signifiant sur le plan du message qu’au travers de cette vision du monde il adresse déjà au roi. En effet, le terme de Hongrie, « Ungría », qui est mentionnée par le poète à l’issue de l’énumération de provinces romaines, reprises du De Imagine, constitue un anachronisme qui détache ce pays par rapport aux précédents122. Le nom de Hongrie n’apparaît qu’en l’an mille, au terme de la réunion de plusieurs tribus par Etienne pour constituer un royaume chrétien unifié. Ce recours à l’anachronisme en vue d’attirer l’attention sur un pays pour ce qu’il représente, apparaît encore avec la substitution du nom de la province romaine de Bétique dans le texte latin, par « Vandalia » pour désigner l’Andalousie (strophe 48, vers 4). Cette région de l’Espagne est encore, en cette première moitié du XVe siècle, occupée par un envahisseur, non plus bien sûr les Vandales, auxquels renvoie sa dénomination, mais les Maures. Cette occupation qui perdure doit conduire le roi à mener une guerre, qualifiée ailleurs dans le poème de « juste », « courageuse » et « magnifique »123.

  • 124 « Numidia, in qua regnavit Iugurta », chapitre 31.
  • 125 « allí do Jugurta se fizo valiente », vers 4.
  • 126 « desque Juba les fue prepotente », vers 8.

76Dans ce but sont ajoutées des références guerrières. L’exemple qui se détache et implique le plus le roi Jean II est l’ajout du personnage de Juba à celui de Jugurtha dans les informations concernant les provinces africaines à la strophe 50. Jugurtha avait bien été signalé par Honorius comme roi de Numidie124. Il est qualifié par Mena de « valiente » ce qui laisse entendre sa vaillance dans les combats125. Le poète ajoute, dans cette même strophe, la mention d’un autre personnage dont le nom lui fait écho, celui de Juba qu’il qualifie de « prepotente »126. Or deux Juba ont existé, l’un, Juba Ier roi de Numidie, a obtenu une victoire en luttant contre l’armée d’occupation romaine. L’autre, Juba II roi de Mauritanie, proche des Romains, était un lettré de renom. Le poète a voulu réunir, par ce nom propre, dans une même personne, un fin lettré et un chef de guerre. L’adjectif « prepotente », qui qualifiait le roi dans la dédicace du poème, est là pour faciliter le rapprochement avec Jean II.

  • 127 « los montes Rifeos e lagos Metroes, / los quales te ruego, lector, que tú loes / porque vezinos de (...)
  • 128 Comme l’avait fait avant lui Isidore de Séville (VIe-VIIe siècles) dans sa Chronique universelle, t (...)

77Mais ces adjonctions culminent dans cette amplification majeure où Juan de Mena, partant de la simple mention du pays dans le De Imagine, « Gothia » (chapitre 22), évoque en une strophe et demie la gloire du peuple goth. Il sollicite d’abord l’attention de son lecteur sur les monts Ryphées et les lacs Méotides qu’il convient de louer parce que voisins de la Gothie127. Il développe ensuite, tout au long de la strophe 43, un panégyrique de cette région et du peuple qu’elle a engendré, les Goths128, car ils ont donné à l’Espagne une glorieuse lignée de rois :

E vi la provincia muy generosa
qu’es dicha Gothia segund nuestro uso,
d’allí donde Júpiter alto dispuso,
quando al prinçipio formó cada cosa,
saliese de tierra tan mucho famosa
la gótica gente que el mundo vastase,
por que la nuestra España gozase
d’estirpe de reyes atán glorïosa.

  • 129 Dans un long passage consacré à la généalogie de Jean II la Providence assurera le poète de la gloi (...)

78Et s’il est fait allusion à la création du monde par Dieu, sous le nom de Jupiter, c’est aussi et surtout de la naissance d’un peuple à la glorieuse descendance qu’il s’agit. Ainsi, Mena, qui avait dévoyé, dans ses étymologies, cette remontée vers l’origine, bien présente dans son modèle, l’exprime ici avec force (mais sans recourir à l’étymologie), plaçant le roi dans une lignée et une histoire qu’il se doit de poursuivre. L’auteur reprendra et développera ce thème à la fin du poème sous le couvert des paroles prophétiques de la Providence129. Ces huit vers constituent l’écart maximal par rapport à sa source, tant sur le plan de l’extension du texte qu’il consacre à la Gothie que par ses implications politiques auxquelles la position centrale de cette strophe dans le passage (la dixième) donne toute leur importance.

De l’écriture à la lecture

79L’examen des choix opérés par le poète dans l’ensemble immense d’informations que lui offrait le texte du De Imagine, la réduction de leur nombre, l’ajout parfois de certains faits, pays ou personnages, ne donne pas toute la mesure de la réécriture du texte latin à laquelle s’est livré Mena. Nous devons le compléter par une approche du style des deux œuvres et de l’accès au sens qu’elles proposent, tous deux très différents et qui ne sont pas seulement conditionnés par le passage de la prose à la poésie mais aussi par l’intention qui en sous-tend l’écriture comme le public auquel elles s’adressent.

L’apport complémentaire du style à l’écart entre les deux textes

Un style au service de la visée encyclopédique

80La présentation des nombreuses informations, qui méritent toutes d’être retenues, apparaît dans le De Imagine Mundi très organisée et hiérarchisée. Cette logique organisatrice est servie par un modèle syntaxique récurrent, reproduit inlassablement avec des variations contrôlées. Il est en effet nécessaire pour que ces informations puissent être mémorisées qu’elles soient soigneusement rattachées à un pays, une province, une ville ou tout autre lieu particulier. S’il y a bien une continuité générale, souvent soulignée linguistiquement, dans la mention des lieux géographiques, il est important aussi que des relations plus ponctuelles favorisent des regroupements partiels rendant plus facile et plus sûre la mémorisation des informations concernant ces lieux. Pour y parvenir, l’auteur utilise un certain nombre de procédés, faisant appel majoritairement à des déictiques, qui vont donner à son style un caractère très particulier.

  • 130 « Huic [Bactriae] coniungitur Hircania […]. Huic coniungitur Scythia et Hunia […]. Hanc sequitur Al (...)

81À l’intérieur d’une vaste région, pour passer d’un pays ou d’une province à l’autre, Honorius utilise des relations anaphoriques, en rappelant le lieu précédemment cité par un pronom démonstratif, le plus souvent, ou quelquefois relatif. Ces pronoms qui assurent la cohésion du parcours d’un lieu à l’autre sont souvent accompagnés et renforcés par des verbes à la forme passive, en -itur, et de sens proche, « est joint(e) à », « est relié(e) à », « suit ». Le chapitre 18 décrivant les régions de l’Orient nous en fournit un exemple130. Ces régions, nombreuses et difficiles à localiser avec précision, sont ainsi bien reliées et l’on passe insensiblement de l’une à l’autre comme lorsqu’on égraine un chapelet.

  • 131 « Ibi est et Peloponensis […]. Ibi et Macedonia […]. In hac est mons Olimpus […]. In hac est et The (...)

82Parfois, l’adverbe de lieu « ibi » (là) alterne avec la séquence « in hac » (dans celle-ci) pour renvoyer, soit au pays tout entier soit à l’un des lieux précédemment cités. Honorius procède ainsi au chapitre 25 pour la localisation des régions, villes ou encore montagne de la Grèce131. L’auteur différencie, par cette alternance, les régions composant la Grèce de lieux plus précis situés dans l’une ou l’autre d’entre elles, comme le mont Olympe et la ville de Thessalonique en Macédoine et Corinthe en Achaïe.

  • 132 « Italia olim Magna Grecia est dicta, postea a Saturno est Saturnia appellata, mox Latium eo quod S (...)

83À ces relations spatiales s’ajoutent des relations temporelles, en particulier lorsqu’il s’agit de fournir les noms successifs qu’un pays a portés au cours de son histoire. C’est le cas, par exemple, pour les différents noms sous lesquels est connue l’Italie (chapitre 26). La relation temporelle de succession est assurée par l’emploi d’adverbes de temps qui l’indiquent et la précisent, « olim » (autrefois), « postea » ou « deinde » (ensuite), « mox » (bientôt après), « tandem » (enfin). Là encore, la répétition de verbes sémantiquement proches, cette fois sous la forme de participes passés terminés en -ta (dite, appelée, nommée), accompagne ces différents noms132. On retrouve là, sur le plan temporel, cette volonté de cohésion qui s’exprime par cet enchaînement de noms de pays et se manifeste par un procédé équivalent à celui utilisé sur le plan spatial.

84L’emploi récurrent de ces structures syntaxiques scande l’énonciation et lui donne un rythme particulier. Avec le autre retour, celui de terminaisons phonétiquement identiques provenant de la morphologie latine (formes verbales en -itur ou en -ta), cet ensemble conduit à une prose rythmo-rimée qui prend l’allure de litanies.

  • 133 Honorius Augustodunensis Imago Mundi, 1, 1-57, mis en ligne en mars 2000, http://12koerbe.de/arche/ (...)
  • 134 Au chapitre 10, Zimmerman met en évidence, dans sa présentation du texte, une série de rimes plates (...)
  • 135 Aucun des spécialistes de l’œuvre d’Honorius, ni Marie-Odile Garrigues ni Valérie Flint, ne signale (...)
  • 136 S’ils se sont développés au Moyen Âge ils retrouvent aujourd’hui un regain d’intérêt, comme l’ont s (...)

85En s’appuyant sur cette double caractéristique de la prose du De Imagine Mundi, Hans Zimmermann133a proposé une présentation particulière des chapitres 1 à 57 du livre premier (d’après l’édition de Valérie Flint) valorisant à la fois le découpage rythmique et la terminaison rimée des séquences dégagées134. Cette mise en forme ne s’appuie, à notre connaissance, sur aucune organisation du même type dans aucun manuscrit connu135. La démarche de Hans Zimmermann n’en demeure pas moins intéressante. Elle montre, à l’évidence, qu’il y a dans le texte une base d’éléments rythmiques facilitant sa mémorisation. De ce point de vue, la tentative de Zimmermann paraît tout à fait légitime et prend place dans l’ensemble des travaux sur l’« ars memoria »136.

Orienter l’attention dans un miroir des princes

  • 137 Nous renvoyons à la première étude importante du mètre utilisé par le poète dans le Laberinto, cell (...)
  • 138 « Mena maneja y altera la materia que saca de sus fuentes, unas veces siguiéndola muy de cerca, otr (...)

86Dans le Laberinto de Fortuna, la réduction importante du nombre d’informations retenues par rapport au De Imagine Mundi s’accompagne d’une mise en relief de certaines d’entre elles servant d’exemples-modèles à visée politique. C’est par son style particulier, renforcé par le recours au vers sonore d’ » arte mayor »137que Juan de Mena, en accord avec ce point de vue, s’éloigne encore plus de sa source. Et il le fait non pas seulement à des fins poétiques, qui sont indéniables, ou parce qu’il doit se plier aux contraintes spécifiques du cadre métrique qu’il utilise, comme l’indique John Cummins138, mais aussi et surtout parce qu’il veut par son expression orienter l’attention du roi sur certaines informations, autant de modèles passés destinés à le conduire à agir dans le présent.

  • 139 « E vi las tres galias, […] / […] / que del primer franco que tovo corona / en Françia sunombre les (...)
  • 140 « dexo más otros rincones de ebreos, / de los capadoçes e los amorreos / e de Niçea […] », vers 4 à (...)
  • 141 « e de Niçea, do juntada fue / la sínodo santa que libró la fe / de otros peores que los manicheos  (...)

87Sur la toile de fond qu’il emprunte à sa source, le poète détache les informations qu’il veut valoriser en désorganisant la phrase par des inversions et le vers par des rejets. Ce caractère heurté que revêt à certains endroits son expression l’éloigne à nouveau de son modèle. Ainsi, au vers 4 de la strophe 47, par une succession d’inversions ou d’hyperbates, le terme « Françia » se retrouve placé en début du vers, sous son premier accent, ce qui contribue à souligner ce qu’indique le quatrain, l’unification des trois Gaules en un seul pays, la France, au terme d’une réorganisation politique voulue139. L’épisode du concile de Nicée, simplement signalé dans le De Imagine par sa tenue dans cette ville d’Asie Mineure, est développé, amplifié à la strophe 40 du poème. Une rupture spatiale met déjà en relief le nom de cette ville : en effet, Mena qui vient de mentionner une tribu de Syrie, les Amorrhéens, au vers 5, détourne brutalement son regard vers l’Asie Mineure, au vers suivant. Cette rupture spatiale est soulignée par le rejet de « Niçea » au début du vers suivant, au terme d’une énumération de peuples140. Suit un commentaire explicatif (qui demeure allusif) de l’importance de Nicée formulé avec l’inversion du sujet de la proposition relative « la sínodo santa » par rapport à la séquence verbale « juntada fue », elle-même inversant l’auxiliaire et le participe passé. Cela permet un nouveau rejet qui rappelle et renforce le précédent141. La construction semblable (mêlant inversions et rejets) de ces deux exemples-modèles montrent bien comment les procédés stylistiques de Mena servent son intention : insister sur la nécessité d’une unité religieuse et politique de l’Espagne dont l’artisan serait le roi.

  • 142 « Este cabalga sobre la Fortuna / e doma su cuello con ásperas riendas », strophe 235, v. 1-2.

88Mais le poète reconnaît que la tâche n’est pas aisée en raison de l’action désorganisatrice d’une Fortune versatile bien montrée par l’exemple de la fontaine d’Épire. À la strophe 45, le rejet du nom désignant une région de Grèce, l’Épire, se produit au terme d’une énumération dont l’harmonie et la musicalité permettent un contraste majeur entre les noms des régions citées au vers précédent et celui de l’Epire : « […] vimos toda Greçia / Cahonia, Molosia, Eladia, Boeçia, / Epiro […] » (vers 2 à 4). À partir du quatrain suivant, c’est toute l’énonciation qui est désorganisée par une succession d’inversions qui culminent au dernier vers en un chiasme résumant les propriétés particulières, précédemment décrites, de la fontaine d’Épire qui, à l’instar de la Fortune, peut donner et reprendre : « ca puede dar fuegos e fuegos robar ». Mais si la Fortune compromet l’ordre providentiel du monde, ce dont la Castille de Jean II fournit un exemple, on peut et on doit agir contre elle. Plus loin, dans le poème, Mena développera longuement cette conduite à tenir qu’exemplifie Álvaro de Luna, le favori du roi, qui « dompte » la Fortune142.

89Les procédés stylistiques au service de la visée différente des deux textes concourent aussi à une orientation particulière de leur lecture.

Les orientations différentes de lecture

Accessibilité et transparence : un lecteur-récepteur

90L’auteur du De Imagine Mundi s’attache à bien diriger son lecteur dans le monde qu’il lui présente, tel un pasteur conduisant ses ouailles, et à lui fournir au fur et à mesure de ce déplacement les informations mémorables concernant ces lieux, rendues plus aisément mémorisables par les divers procédés de sa prose rythmo-rimée. Les informations apportées sont présentées de manière explicite et ne nécessitent pas pour être appréhendées par le lecteur une mobilisation importante de connaissances préalables.

  • 143 Nous renvoyons à l’ouvrage de Bernard RIBEMONT déjà cité.

91En effet, l’auteur de cette image du monde est un religieux préoccupé par la formation des clercs à un moment où sa nécessité se révèle avec acuité143. Dans ce but, Honorius prend soin d’éviter à son lecteur toute méprise, tout risque d’erreur dans l’acquisition des connaissances qu’il lui fournit, même s’il n’engage pas sa propre responsabilité vis-à-vis de leur véracité.

  • 144 « […] Frigia, a filia Europe Frigia nominata. Hęc et Dardania, a Dardano Iovis filio dicta », chapi (...)
  • 145 « […] Sarraceni a Sarra dicti, qui et Agareni a Agar […] », chapitre 16. Les Sarracènes dits de Sar (...)

92Ainsi, lorsque dans sa présentation du monde il aborde un lieu connu sous deux noms différents, il les mentionne tous deux en faisant clairement précéder le second de la formule « celle-ci/celui-ci [est] aussi » ou sa variante « qui [est] aussi ». Ce procédé est constamment employé par l’auteur tout au long de son texte. Il l’utilise pour les régions144, pour les peuples ou tribus145, les villes, les montagnes, les fleuves, etc.

  • 146 « […] Galatia a Gallis dicta, quos Bythinus rex in auxilium evocavit, et post victoriam eisterram d (...)

93Le plus souvent, il s’efforce de justifier ces différents noms d’un même lieu, ou plus exactement de les motiver (au sens linguistique du terme) par un recours massif à l’étymologie. De plus, la relation étymologique n’est pas seulement fournie avec la mention de l’étymon, accompagné souvent, lorsqu’il s’agit d’un personnage, de celle de sa filiation, elle est fréquemment explicitée, plus ou moins longuement, par l’évènement historique, religieux ou la légende mythologique qui en est à l’origine. Citons par exemple la Galatie, cette province d’Asie Mineure qui doit son nom aux mercenaires gaulois que le roi de Bithynie a récompensés de leur aide en leur donnant cette terre146.

94L’effort d’Honorius visant à la transparence de l’information apportée se manifeste plus encore dans le cas d’homonymie, source d’ambiguïté et partant de possible méprise. Au chapitre 17, il mentionne l’Égypte et la ville de Thèbes pour laquelle il fournit un ensemble d’informations : c’est la ville fondée par Cadmée lors de sa venue dans ce pays. C’est aussi la ville dans laquelle commandait « Mauricius », Maurice, le chef de la légion thébaine (devenu martyr et saint). Mais il précise bien le nom de ses habitants, « Thebei », car Thèbes, il le rappelle, est aussi le nom de l’autre ville édifiée plus tard en Grèce par le même Cadmée. Et, lorsqu’au chapitre 25 il abordera la présentation des provinces de Grèce, il mentionnera de nouveau Thèbes et le nom de ses habitants en soulignant bien la différence de dénomination existant en latin entre les Thébains d’Égypte, « Thebei », et ceux de Grèce, « Thebani ».

95Ainsi, l’auteur du De Imagine Mundi ne demande rien d’autre à son lecteur que de recevoir l’information qu’il lui transmet en le suivant dans le monde sur ce chemin qu’il a déjà tracé à son intention, dans l’espace et dans le temps, pour accéder au sens.

Opacité et équivocité : un lecteur-acteur

  • 147 Op. cit., fol. 5 recto.
  • 148 Il le précise à la strophe 33 (vers 6-7) qui introduit ce passage.

96Tout autre est la relation entretenue avec le sens par le lecteur du Laberinto de Fortuna. La compréhension de ce poème est difficile, ce qui, selon Hernán Núñez, son premier éditeur-commentateur, justifierait son titre : « […] llama juan de mena a esta obra labyrintho porque es obscura y contiene muchos lugares difficiles de entender que no son obvios ni abiertos a todos »147. Que le sens ne soit ni clair ni évident et que son accès ne soit pas « ouvert à tous », l’auteur ne s’en cache pas. La vision du monde proposée ne s’offre pas directement au regard du lecteur ; elle doit être construite par un acte d’entendement. Juan de Mena ne s’adresse pas à des « grosseros » mais à des « entendidos »148. Son public n’est pas aussi large que celui d’Honorius. Mena vise un auditoire plus restreint et cultivé, le roi Jean II de Castille et sa cour de lettrés et de poètes.

  • 149 « […] vimos toda Greçia, / Cahonia, Molosia, Eladia, Boeçia », strophe 45, vers 2-3. Cette énumérat (...)
  • 150 « la Sereneica, región de paganos, / […] / […] / Pentapolín conosçimos siguiente ».

97Peu lui importe alors l’identification précise ou la localisation des lieux qu’il mentionne. Contrairement à l’auteur du De Imagine qui indiquait, clairement et de façon constante, les différents noms portés par un même lieu, Mena les utilise comme s’ils désignaient des endroits différents. C’est le cas des provinces de Grèce, la Chaonie et la Molossie, qu’il voit successivement149ou encore du Pentapole d’Afrique qu’il mentionne au vers 5 de la strophe 50 comme une vision différente de celle de la Cyrénaïque (vers 2) et qui n’est pourtant que son autre dénomination dans le De Imagine150.

  • 151 « […] aquella Galacia, do fueron / las gentes que al rey Bitinio vinieron, / dando socorros bien ga (...)

98Quand il reprend ou ajoute des épisodes concernant un lieu, que le texte latin avait motivé par le recours à l’étymologie, Mena, le plus souvent, ne mentionne pas le terme propre et unique, l’étymon. C’est au lecteur de le retrouver à partir de la formulation périphrastique, allusive, qu’en donne l’auteur en s’aidant des indices placés dans le commentaire. Ainsi, dans le cas de la Galatie, les Gaulois éponymes du texte latin, évoqués de manière vague par « las gentes », « les gens », ne peuvent être retrouvés que si le lecteur connaît l’histoire de la Galatie. Certes, deux indications sont fournies dans la proposition relative qui suit mais sans que soient précisés ni le type de secours apporté au roi de Bithynie ni la récompense reçue en retour151. Le lecteur doit s’efforcer de combler les lacunes volontaires de la formulation comme il devait le faire dans le trajet visuel à l’intérieur du monde.

  • 152 « más desolada que Estaçio no allega », vers 8.
  • 153 « Parece aquí auer hallucinado juan de Mena en tomar las Thebas de Egypto por las de Boecia », cité (...)
  • 154 « Vi a la Tebas antigua, aun más desolada que la Tebas de Beocia cuya ruina describe Estacio », op. (...)

99Mais c’est certainement dans le cas d’homonymie que la relation au sens qu’entretiennent les deux termes identiques acquiert le plus de distance par rapport à son modèle. Tel est l’exemple fourni par le toponyme Thèbes. Mena ne cherche pas à lever l’ambiguïté que pouvait entraîner l’existence d’un seul terme pour désigner deux villes, bien au contraire, il s’emploie à la renforcer. Lorsque, dans sa vision du monde, il dirige son regard vers l’Égypte et voit Thèbes, il la mentionne d’abord sous un nom qu’elle n’a jamais porté, un nom qu’il crée, « Mauriçia », et que seule la connaissance préalable du texte latin ou la culture du lecteur, permet d’associer à ce lieu : « do vi a Mauriçia, e l’antiga Thebas » (strophe 38, vers 7). La mention du véritable nom de la ville coordonné au précédent fait douter le lecteur de cette interprétation. Le poète ne l’envoie-t-il pas dans deux directions différentes ? Ne s’agit-il pas de deux visions successives de deux villes distinctes, la Thèbes égyptienne sous le nom dérivé du chef de la légion thébaine, « Mauricius » et l’autre Thèbes, la grecque ? Le doute est entretenu par l’auteur qui semble même orienter le lecteur vers la seconde interprétation par la mention au vers suivant de Stace152. Le public érudit auquel s’adresse Mena ne pouvait ignorer le célèbre poème épique, la Thébaïde, récit d’une lutte fratricide entre deux Grecs thébains pour la domination de la ville. Aussi Hernán Núñez n’hésite-t-il pas à croire à une confusion de la part de l’auteur entre les deux Thèbes153. Mais une lecture plus attentive révèle la présence de la négation qui change du tout au tout l’interprétation de ce vers telle que la propose John Cummins154et à laquelle adhère Maxim Kerkhof. La référence à Stace agit comme un aiguillon pour maintenir le lecteur en éveil et lui rappeler qu’un conflit fratricide conduit un pays à la désolation. Le parallèle est alors possible avec la situation que connait la Castille de Jean II en proie à des guerres civiles et le message ne deviendra clair pour le roi qu’après en avoir déchiffré le sens.

  • 155 On pourrait approfondir l’analyse de ces réseaux selon le modèle proposé par Julia Kristeva dans (...)

100Le poème n’est pas d’un abord facile. Envoyé dans différentes directions par l’auteur, le lecteur doit constamment rectifier son parcours interprétatif pour trouver sa voie. Mais cette progression malaisée doit, justement, le rendre attentif à la signification sous-jacente au texte, au message que, sous les mots ou à travers eux, le poète met déjà en place dès cette vision du monde, par petites touches, à divers moments du passage et dont le sens se construit et se renforce peu à peu au cours de la lecture en de véritables « réseaux de signification »155.

101Cette orientation d’une lecture plus en profondeur du texte, qui ne s’arrête pas à la surface des mots mais s’attache au sens, était requise dès la strophe introduisant la vision du monde, « miremos al seso, mas non al vocablo » (strophe 33, vers 3). Elle semble bien exemplifiée par la référence à Lyncée à la strophe 38. Nous avions indiqué que Mena, dans les étymologies qu’il empruntait à sa source, n’utilisait pas pour caractériser l’étymon la filiation directe mais privilégiait des relations collatérales. Dans le cas du nom de l’Égypte par contre, au lieu de reprendre cette relation collatérale (frère de), présente dans le De Imagine, il choisit la filiation directe (père de) : « la tierra de Egipto […] / de Egipto así dicha, padre de Linçeo » (vers 3-4). L’on peut se demander pourquoi. Simplement pour marquer sa distance par rapport à son modèle ? Peut-être mais pas seulement. Cela lui permet de jouer sur l’homophonie et renvoyer à un autre référent que celui désigné. En effet, si Lyncée est bien le fils d’Egyptus, l’époux de l’une des filles de Danaos son oncle, il existe un autre Lyncée, l’argonaute à la vue perçante. Ce n’est que plus loin dans la strophe, au vers 6, que le choix de cette filiation prend tout son sens. La reformulation du texte latin « Hanc [Egyptum] nubes non obscurant […] », « les nuages ne l’obscurcissent pas », par cette métaphore « do el cielo sereno jamás non se çiega », « où le ciel serein n’est jamais aveuglé », oppose, de manière antinomique, la vue perçante, c’est-à-dire la clairvoyance, à l’aveuglement. Il y a là un rappel qui renforce l’attitude requise par le poète vis-à-vis de ses lecteurs, surtout le premier d’entre eux, le roi Jean II. Il s’emploie à le rendre acteur en lui demandant de regarder le monde qu’il lui présente, de lire le poème qu’il lui dédie non pas seulement avec « les yeux du corps », pour reprendre la formule d’Honorius, mais, pourrait-on dire, avec ceux de l’esprit pour en construire le sens.

Conclusion

102La vision du monde du Laberinto de Fortuna est loin d’être une imitation servile de la représentation du monde que donne l’auteur du De Imagine Mundi. Ces deux textes entrent dans une relation d’interaction l’un avec l’autre, en une sorte de connivence qu’établit Juan de Mena avec ses lecteurs, à tel point que l’on est en droit de penser que le De Imagine Mundi, ou à tout le moins le passage concerné, était bien connu du public érudit auquel s’adressait le poète. Quoi qu’il en soit, la référence au modèle permet aux lecteurs actuels de mieux apprécier le travail auquel s’est livré l’auteur dans toute la complexité de sa création et approfondir par là même la compréhension du sens de ce passage.

103Alors qu’il semble parcourir du regard le monde stable et organisé dont le De Imagine Mundi lui fournissait l’image providentielle, le poète porte sur celui-ci un regard décalé. C’est l’Espagne qu’il voit à travers lui, une Espagne soumise à l’action perturbatrice de la Fortune. Aussi ne peut-il demeurer au stade contemplatif qui était celui de l’auteur du De Imagine Mundi. Poète engagé, il puise dans ce miroir du monde des exemples-modèles destinés à orienter l’action du roi. C’est par l’action, celle du légitime héritier d’un lignage au passé glorieux, que l’Espagne retrouvera sa place dans ce monde providentiel.

  • 156 Au premier vers de la dernière strophe, le poète demande instamment au roi « Fazed verdadera la gra (...)
  • 157 L’Histoire nous apprendra que la Fortune en diffèrera la réalisation mais aussi que la Providence l (...)

104Cette analyse de la vision du monde du Laberinto de Fortuna, dans une optique de réécriture, met bien en évidence l’attitude ambivalente de Juan de Mena par rapport au De Imagine Mundi. Il s’en éloigne pour rendre compte de la situation « infortunée » de l’Espagne de son temps. Il s’en rapproche cependant, mais comme d’un idéal à atteindre que la Providence, à la fin du poème, mettra à la portée du roi qui devra rendre vraies156ses paroles prophétiques157.

Haut de page

Notes

1 Gomez Manrique, Pero Guillen de Segovia et fray Jerónimo Olivares.

2 Le poème a été achevé en 1444.

3 Las .CCC. del famosissimo poeta Juan de Mena con glosa, Sevilla, agosto 1499, 190 fols.

4 Cette hésitation sur la datation de l’œuvre sera commentée plus loin lorsque nous présenterons le problème de l’identification de son auteur.

5 « […] one of those geographical outlooks which were so dear to the medieval mind, here constituting a digression of inordinate length », C. R. Post, The sources of Juan de Mena, « Romanic Review », 3, 1912, pp. 223-279, p. 225. Un « largo y fatigoso viaje » selon Marcelino Menendez y Pelayo, Antología de poetas líricos castellanos, ed. E. Sanchez Reyes, parte I, La poesía en la Edad Media, (5 tomos) 1944, t. II, p. 184.

6 Dès son premier éditeur-commentateur Hernán Nuñez.

7 Après les travaux pionniers de Joseph Anton Endres (Das St. Jakobsportal in Regensburg und Honorius Augustodunensis : Beitrag zur Ikonographie und Literaturgeschichte des 12. Jahrhunderts,, Kempten, J. Kösel’schen, 1903, 78 p. et Honorius Augustodunensis : beitrag zur Geschichte des geistigen Lebens im 12. Jahrhunderts, Kempten, München, J. Kösel, 1906) il faut citer, parmi les plus importants, ceux de E. M. Sanford (Honorius, “Presbyter” and “Scholasticus”, « Speculum », 23, 1948, pp. 397-425), Valérie I. J. Flint et Marie-Odile Garrigues. Nous fournirons plus loin les références des différentes publications de ces deux dernières auteures.

8 D’où son autre titre, Las Trescientas, car composé de presque trois cents strophes.

9 Maxim P. A. M. Kerkhof, Laberinto de Fortuna, Madrid, Castalia, 1995, 431 p., p. 24. Nous citerons les vers du Laberinto à partir de cette édition du texte.

10 Strophe 24, vers 5-6 « así que tú eres la governadora / e la medianera de aqueste grand mundo ». Il n’existe pas de traduction française du Laberinto. Nous fournirons donc notre propre traduction lorsque cela s’avèrera nécessaire à la compréhension du sens des vers cités.

11 Strophe 25, vers 3 à 8 « suplico tú seas la mi guiadora / en esta gran casa que aquí nos paresçe, / la qual toda creo que más obedesce / a ti, cuyo santo nombre convoco, / que non a Fortuna, que tiene allí poco, / usando de nombre que nol’ pertenesçe ».

12 Juan de Dios Mendoza Negrillo a bien montré aux pages 82 et suivantes de son ouvrage Fortuna y Providencia en la literatura castellana del siglo XV, Madrid, Anejos del Boletín de la Real Academia Española, anejo XXVII, 1973, 481 p., que cette partie du poème, qui introduit la vision du monde, est un moment clé dans la définition des rôles respectifs de la Providence et de la Fortune dans la destinée humaine.

13 Soit, essentiellement, les chapitres 6 à 35 figurant aux pages 51 à 66 de l’édition de Valérie I. J. Flint, Honorius Augustodunensis, Imago mundi, « Archives d’Histoire Doctrinale et Littéraire du Moyen Âge », vol. 49, 1982, pp. 7-153. Les citations du texte seront faites à partir de cette édition.

14 Ibidem, p. 48 : « Incipit epistolam cuiusdam ad Honorium solitarium ». Il n’existe pas de traduction française complète du texte latin du De Imagine Mundi. Nous fournissons donc dans cette étude, lorsque c’est nécessaire, notre propre traduction littérale des termes ou passages cités.

15 Ibidem, p. 49 : « Ad instructionem itaque multorum quibus deest copia librorum, hic libellus edatur ». Pour l’instruction du grand nombre de ceux auxquels une copie des livres fait défaut, ce petit traité est composé.

16 Ibidem, p. 51, chapitre 5 : « Fundata est enim super stabilitatem suam. »

17 Ibidem : « Abyssus sicut vestimentum amictus eius. »

18 Le manuscrit MM1 cité par Maxim P. A. M. Kerkhof, op. cit., pp. 41-42 et daté des années 1460-1480.

19 « en toda esta cosmographía Juan de Mena immita y sigue el santo Anselmo en un libro que compuso de imagine mundi », cité par José Manuel Blecua, El Laberinto de Fortuna o las Trescientas, Madrid, Espasa Calpe, 1951 (1ère édition 1943), CIII & 159 p., à la page LIII du prologue.

20 Salamanca, 1582.

21 C’est ce que souligne, à propos de ce théologien du XIe siècle, Alain de Libera dans son ouvrage consacré à La Philosophie médiévale, Paris, PUF, 2006 (1ère édition 1993), XVI & 547 p., à la page 233 : « Avec Anselme, le travail théologique acquiert une dimension conceptuelle, un élan et une impulsion spécifiques : le monde chrétien latinophone trouve grâce à lui son identité intellectuelle. Pour la première fois depuis Augustin un penseur chrétien latinophone construit une œuvre, forge des instruments, invente une langue ».

22 Le catalogage du De Imagine Mundi, dans de nombreuses bibliothèques, fait apparaître, aujourd’hui encore, le nom de saint Anselme.

23 Honorius Augustodunensis : de Neocosmo. A critical Edition of the Text, with Introduction and Notes, Thèse dactylographiée, Harvard, 1970.

24 Nous renvoyons aux arguments, bien fondés, présentés par Marie-Odile Garrigues dans sa thèse L’œuvre d’Honorius Augustodunensis : inventaire critique, université de Montréal, 1978, 2 vol. (1er vol. XV & 477p., 2ème vol. XI & 111p.). L’essentiel de sa thèse a été publié dans trois articles de la revue « Abhanlungen der Braunschweigischen Wissenschaftlichen Gesellschaft », band 38, 1986, pp. 7-136, band 39, 1987, pp. 123-228, band 40, 1988, pp. 129-190. Nous renvoyons également à l’article de synthèse de Valérie I. J. Flint Honorius Augustodunensis of Regensburg figurant aux pages 95 à 183 de l’ouvrage édité par Patrick G. Geary, Authors of the Middle Ages. Historical and Religious Writers of the Latin West, vol. II, nos 5-6, Aldershot, Variorum, 1995, 183 p.

25 Édition de Jean Herold, chez les héritiers de Andreas Cratander.

26 Elle comporte 217 tomes de textes auxquels s’ajoutent des tables, les tomes 218 à 221, et couvre une période d’environ mille ans.

27 Par exemple, dans la monographie consacrée à son auteur par María Rosa Lida de Malkiel, Juan de Mena, poeta del prerrenacimiento español, México, Publicaciones de la « Nueva Revista de Filología Hispánica », 1950, 589 p., dans la réédition du texte du Laberinto de John G. Cummins, Juan de Mena, Laberinto de Fortuna, Madrid, ediciones Cátedra, 1979, 206 p. (avec appendices) ou encore dans l’édition critique de Maxim P. A. M. Kerkhof de 1995.

28 Op. cit., vol. 40, p. 174.

29 Op. cit.

30 Il s’agit du manuscrit provenant de Prül (Rhénanie) conservé sous la cote clm. 536 à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich.

31 « Notons que les éditions critiques établies d’après les manuscrits du XIIe siècle corrigent fort souvent les erreurs de la Patrologie Latine qui publie une édition princeps exécutée le plus souvent d’après un seul manuscrit tardif (XIIIe ou XIVe siècle) emprunté presque toujours au fonds de Melk ou de Gaming, témoins d’une tradition qui ne s’avère jamais l’originale ni la meilleure », op. cit., vol. 40, p. 172.

32 Strophe 45, vers 3 « Boeçia : Beocia ; Mena altera el nombre por exigencia de la rima ». Nous citons la note 355 d’après l’édition du Laberinto de John Cummins, Madrid, Cátedra, 1990, 206 p.

33 Comme pour nommer les lacs Méotides transformés en « lagos Metroes » et l’Etna en « Edneo », respectivement aux strophes 42, vers 6, et 53, vers 6.

34 Seuils, Paris, Seuil, 2002 (1ère édition 1987), collection Points Essais, 426 p. & table, p. 413.

35 Honorius Augustodunensis et l’Italie, in Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge, Temps Modernes, 1972, vol. 84, n° 2, p. 514.

36 « ad pro paucis reserenda mysteria », cité par Marie-Odile GARRIGUES, op. cit., vol. 38, p. 23.

37 Celle-ci, ne l’oublions pas, était attribuée, à son époque, à saint Anselme.

38 Juan de Mena. Laberinto de Fortuna, Salamanca, ediciones Anaya,1968 (1era ed.), 146 p.

39 Las treçientas de juan de mena llamadas laborynto de fortuna, fols. 2r-76v, Catalogue des manuscrits espagnols. Il est référencé PN7 chez Maxim Kerkhof.

40 Op. cit., p. 81.

41 Nous renvoyons à l’ouvrage de Bernard Cerquiglini, Eloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, collection Des Travaux, 123 p.

42 Dans son ouvrage Histoires contre les païens.

43 Étymologies, livre XIV.

44 Cité par María Rosa Lida de Malkiel, op. cit., p. 32.

45 ibidem.

46 Op. cit., pp. 34-35. Lida De Malkiel rejette par là même la proposition de C. R. Post, ibidem, pp. 33-34, selon laquelle la source de ce passage serait le Speculum Naturale de Vin-cent de Beauvais. Il est certain que le De Imagine Mundi, très diffusé durant tout le MoyenÂge a servi de modèle aux images du monde qui l’ont suivi. L’on peut donc s’attendre à trouver certaines réminiscences chez des auteurs postérieurs à Honorius Augustodunensis.

47 Op. cit., note 265, p. 113.

48 Nous renvoyons à l’ouvrage de Umberto Eco, Les limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992, 406 p. (édition originale 1990). Aux pages 29 à 32 l’auteur distingue trois types d’intention, celles de l’auteur, de l’œuvre et du lecteur.

49 « vi más contra mí venir al encuentro / bestias e gentes d’estrañas maneras, / mostruos e formas fengidas e veras, / cuando delante la casa más entro. », strophe 34, vers 5 à 8.

50 Si cette présentation du monde est immédiatement suivie du chapitre 36 consacré à l’Enfer, celui-ci n’est pas sur la terre mais dans ses profondeurs.

51 Nous renvoyons au chapitre 5, cité plus haut, en ce qui concerne le fondement allégorique de l’eau, parole de Dieu qui se répand dans le monde.

52 « Ab Indo flumine usque ad Tigrim, est Parthia ». Du fleuve Indus jusqu’au Tigre est la Parthie.

53 « A Tygri flumine usque ad Eufrate est Mesopotamia ». Du fleuve Tigre jusqu’à l’Euphrate est la Mésopotamie.

54 « Ab Eufrate usque ad mare Mediterraneum est Syria ». De l’Euphrate jusqu’à la mer Méditerranée est la Syrie.

55 « A flumine Rheno est Gallia Belgica. […] Hęc a monte Iovis surgit, et versus aquilonem Britannicum oceanum incidit ». À partir du fleuve Rhin est la Gaule Belge. Celle-ci surgit du mont de Jupiter et vers l’aquilon s’interrompt à l’océan de Bretagne. Notons la substitution de Ioris, ou Iuris (du Jura) par Iovis (de Jupiter). Mena reprendra cette forme ce qui conduira à une méprise sur le toponyme mentionné.

56 « Post decursam Asiam, transeamus ad Europam », fin du chapitre 20, « Europam perambulavimus, ad Affricam transmigremus », fin du chapitre 29, et « Peragratis Africę finibus, ad insulas maris tendamus », fin du chapitre 32. Une fois l’Asie parcourue, passons en Europe ; Nous avons visité l’Europe, transportons-nous en Afrique ; les limites de l’Afrique une fois atteintes, dirigeons-nous vers les îles.

57 Selon son intention “charitable” formulée dans la seconde lettre de préface et dans une perspective de théologie naturelle.

58 « e tierra de Partia vi entre los ríos / Tigris e Indo […] », vers 2-3.

59 « E çerca de Eufrates vi los moabitas, / e Mesopotania cómo se tendía », vers 1-2.

60 « Vi, de Eufrates al Mediterrano, / a Palestina e Feniçia la bella, », vers 1-2.

61 « aquésta [Françia] comiença de proçeder / del monte de Jovis, e tanto resalta / que tiende sus fines fasta la mar alta, / que con los britanos tiene que fazer. »

62 Voir l’information donnée par Maxim KERKHOF qui précise que l’un des auteurs des gloses figurant sur le manuscrit PN7 avait pourtant bien identifié le Jura, op. cit., note 374, p. 123.

63 Carla de Nigris, Juan de Mena, Laberinto de Fortuna y otros poemas, Barcelona, Crítica, 1994, LXXXIX & 330 p., note 47 f « Hernán Núñez consideraba que la referencia fuera al Monjuïc de Barcelona pero es más probable que se trate de una cima de los Pirineos ».

64 « Huius [Affricae] prima provincia est Libia […]. Inde est Cirenaica […]. Hęc et Pentapolis, a .v. civitatibus est dicta […]. Post hanc Bisace […]. » La première province de celle-ci est la Libye […]. À partir de là est la Cyrénaïque […]. Celle-ci est dite aussi Pentapole des cinq villes […]. Après celle-ci est la Bizacène […].

65 « Deinde est Zeusis in qua est magna Kartago […]. Post hanc est Getulia, inde Numidia […]. Inde est Mauritania […] ». Ensuite est la Zeugitane dans laquelle est la grande Carthage […]. Après celle-ci est la Gétulie, à partir de là la Numidie […]. À partir de là est la Mauritanie […].

66 « Ciprus, insula contra Siriam ».

67 « Hęc [Creta] sita est contra Libicum mare ».

68 « Sunt autem .liiii. contra Asiam positę ». Sont d’autre part cinquante [îles] situées en face de l’Asie.

69 « harum prima Rhodos […] ad orientem est posita. […] Tenedos ad septentrionem eius posita […]. Carpathos ad meridiem ipsius contra Egyptum posita ».

70 « Vimos allende lo más de Etiopia, / e las provincias de Africa todas », strophe 49, vers 1-2.

71 « la Sereneica, región de paganos, / e toda la tierra de los numidanos […], / Pentapolín conosçimos siguiente, / Getulia e Bisace […] », vers 2-3 et 5-6.

72 « Las Estegades vi nueve por cuenta », strophe 51, vers 5.

73 « Rodas e Creta la centipolea, / Cicladas […] », strophe 51, vers 6-7.

74 « e vimos las islas Eolias estar, / Icaria […] », strophe 52, vers 5-6.

75 « Mostróse Samos e las Baleares, / Córçega, Bozis e las Vulcaneas, / las Gorgonas […] », strophe 53, vers 1-3.

76 Nom poétique que lui a donné Ovide dans ses Métamorphoses en raison de ses trois pointes et que reprend l’auteur du De Imagine.

77 Nous avons analysé avec précision l’ordre de cette énumération toponymique, à laquelle se livre Mena à l’intérieur de chaque strophe de ce passage, dans notre thèse à laquelle nous renvoyons : France Calmels Autesserre, La rhétorique du labyrinthe dans le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena, Université d’Aix-Marseille I, 2003, 2 tomes, 586 p. & table, pp. 58 et suivantes.

78 Op. cit., p. 35 « Sólo en una enumeración copiosa, donde el orden pierde importancia tal como la enumeración de las islas, aparece alterada la secuencia del original ».

79 Le poète le lui reprochait déjà au vers 4 de la strophe 12 : « faziendo non çierta ninguna corrida ».

80 Nous renvoyons à l’ouvrage de Paul Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975, 267 p. & table. L’auteur y rappelle, à juste titre, que l’étymologie en tant que recherche spécifique sur l’histoire des mots est une pratique linguistique récente. Voir, plus précisément, le chapitre « Etymologies », pp. 144 à 160. Rappelons également que l’ouvrage célèbre d’Isidore de Séville, Etymologies, est aussi connu sous le nom de Origines.

81 « Asia, a regina eiusdem nominis appellatur », chapitre 8. L’Asie est appelée de la reine du même nom.

82 « Syria, a quodam Syro rege dicta », chapitre 15. La Syrie dite d’un certain roi Syrus.

83 « Epirus, a filio Achillis Pyrro sic dicta », chapitre 25. L’Épire est dite ainsi du fils d’Achille, Pyrrus.

84 « Tracia, a Tiras filio Iaphet dicta », chapitre 24. La Thrace, dite du fils de Japhet, Tiras. Honorius reprend le repeuplement du monde, relaté dans la Genèse, après le Déluge, par les fils de Noé, Sem, japhet et Cham. Notons à propos de cette étymologie que la différence d’orthographe ne gêne pas l’auteur du rapprochement de ces deux formes, pas plus qu’elle n’avait gêné son modèle, Isidore de Séville, auquel il emprunte de nombreuses étymologies. Voir XIV. 4. 6, pp. 1011-1012 de l’édition bilingue latin-espagnol, San Isidoro de Sevilla, Etimologías, Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 2004, 1465 p.

85 Mélanges offerts à Claude Lévi-Strauss à l’occasion de son 60e anniversaire, édités par Jean Pouillon et Pierre Maranda, La Haye, Mouton, 1970, pp. 489-596. Article repris dans Problèmes de linguistique générale, 2e volume, Paris, Gallimard, NRF, 1974, 286 p. & table, chapitre XX, pp. 272-280.

86 Problèmes de linguistique générale, cit., p. 278.

87 La Médie, dite du roi Medus, qui nomma Media la ville qu’il construisit, à laquelle aussi la région emprunta le nom.

88 « Italia […] postea a Saturno est Saturnia appellata, mox Latium, eo quod Saturnus pulsus a Iove ibi latuit dicta ». L’Italie […] est appelée ensuite Saturnie de Saturne, dite bientôt après Latium, parce que Saturne chassé par Jupiter s’y rendit. Par métonymie le Latium en vient à désigner toute l’Italie.

89 Honorius ne fait là que reprendre son modèle, les Etymologiae d’isidore de Séville. Voir XIV, 4, 18, à la page 1014 de l’édition bilingue citée.

90 Le rappel du Psaume 103 au chapitre 5 est éloquent « Non timeas me ait Dominus qui suspendi terram in nichilo. Fundata est enim super stabilitatem suam », Ne me crains pas dit Dieu [moi] qui ai suspendu la terre dans le néant. Elle est établie sur sa propre stabilité. Texte traduit du manuscrit C1 retenu par Valérie Flint.

91 « […] Feniçia la bella, / dicha de fenis que se cría en ella, / o quiçá de Fenis, de Cadino er mano », strophe 37, vers 2 à 4.

92 « E vi más aquélla que Europa dixeron, / de la que robada en la taurina fusta / […] », strophe 42, vers 1-2.

93 Voir la note 91.

94 « lançó los hermanos por causa tan justa / en la demanda que fin non pusieron », vers 3-4.

95 Il s’agit de l’épisode hagiographique de saint Maurice, chef de la légion thébaine et martyr de sa foi.

96 « ¿Tú non farías lo qu’el cielo faze, / e fazen los tiempos, las plantas e rosas ? / […] / non nos fatigues con vezes alternas, / alegres agora e agora enojosas. », strophe 9, vers 3-4 et 7-8. Ne ferais-tu pas ce que fait le ciel et font le temps, les plantes et les roses ? ne nous éprouves pas par des actions alternantes, qui tantôt nous réjouissent et tantôt nous affligent.

97 Nous renvoyons à l’ouvrage de Bernard Ribemont, La « Renaissance » du XIIe siècle et l’Encyclopédisme, Paris, Honoré Champion, « Essais sur le Moyen Âge », 27, 2002, 218 p.

98 Dernière phrase de la seconde lettre : « Nichil autem in eo pono nisi quod majorum commendat traditio. » Je ne mets rien dans celui-ci [ce livre] si ce n’est ce que recommande la tradition des Anciens.

99 Th. Mommsen, C. Ivlii Solini. Collectanea rerum memorabilium, Berlin, Weidmannos, 1895, CV & 276 p.

100 « Deinde est maximus oceanus, qui solis calore dicitur fervere ut cacabus. », chapitre 32.

101 « In Epyro est fons in quo faces accensę extinguuntur, et iterum exstinctę accenduntur », chapitre 25. Il est en Epire une fontaine dans laquelle les flambeaux allumés s’éteignent et ensuite, une fois éteints, se rallument.

102 Ils montrent même l’étendue du pouvoir créateur de Dieu. On les retrouvera décorant les tympans des églises comme celle de Vézelay. S’ils sont reconnus comme hommes, et non comme animaux, ils participeront au salut au même titre que les autres hommes. Voir saint Augustin, La cité de Dieu, pp. 660-663 de l’édition dirigée par Lucien Jerpagnon, Saint Augustin. La cité de Dieu, Œuvres II, Paris, Gallimard, La Pléïade, 2000, XXVIII & 1308 p. (traduction française).

103 Il y est fait toutefois allusion par la mention de la ville de Nazareth (où il a passé une grande partie de sa vie terrestre) et surtout par celle du mont Thabor (lieu de sa transfiguration).

104 On retrouve là l’influence de Jean Scot Érigène, déjà signalée par Marie-Odile Garrigues, op. cit.

105 L’évocation de la ville de Troie ne donne pas lieu à la mention de la guerre, pourtant mémorable, qui l’a détruite.

106 « Ignea inferni loca inspeximus, ad refrigerium aquarum confugiamus ». Nous avons passé en revue les lieux de feu de l’enfer, réfugions-nous dans la fraîcheur des eaux. Cette invitation de l’auteur sert de transition à la description suivante des différentes formes de l’élément eau.

107 Op. cit.

108 « […] Júpiter alto dispuso, / quando al prinçipio formó cada cosa », strophe 43, vers 3-4.

109 En revanche, à la différence du De Imagine, Mena mentionne le Christ à propos du fleuve Jourdain où il a reçu le baptème. Il le fait par la périphrase « fils de Marie » qui n’est pas sans évoquer le rôle maternel que joueront dans le poème la femme et la sœur du roi, toutes deux prénommées Marie. Nous renvoyons à l’analyse de la première description du roi entourée de celle des deux reines, traitée aux pages 232 à 321 de notre thèse, cit.

110 Ceci n’est pas étonnant de la part du secrétaire de lettres latines du roi Jean II, vivant à la fin du Moyen Âge et que Lida de Malkiel, dans l’importante monographie qu’elle a consacrée à son œuvre, présente dès le titre comme un « pré-renaissant », op. cit.

111 Voir la note 49.

112 « Epiro e su fuente muy singular, / en la qual, si fachas queriendo quemar / muertas metieren, se ençienden de fuego, / si bivas las meten, amátanse luego », strophe 45, vers 4 à 7.

113 Car elle peut donner le feu et le reprendre, vers 8.

114 Voir le vers 8 de la strophe 9, cité à la note 96.

115 À la phrase « […] Chaldea in qua primum inventa est astronomia », chapitre 14, répondent les vers « [Caldea], do el astronomía / primero fallaron […] », strophe 36, vers 3-4.

116 « […] mons Olimpus qui excedit nubes », chapitre 25, et « y el Olinpo monte […] / el qual en altura las nubes exçede », strophe 46, vers 2-3.

117 « fasta las lindes del grand Oçeano », vers 6.

118 Hernán Nuñez, le premier éditeur commentateur du Laberinto a dû être étonné de cette formulation pour désigner la Méditerranée car il a cru devoir l’expliquer (de façon peu convaincante) : nous le citons d’après la note 366 de l’édition de Maxim Kerkhof, cit. : « el grand Oçeano : « El que llama Anselmo el Mar grande quiere dezir el Mar Mediterráneo. Llama Juan de Mena Occéano porque el Mar Occéano quando entra por meatad de la tierra pierde el nombre de Océano y llámase Mediterráneo o Mar grande » (Nuñez). »

119 « […] civitas Nicea, in qua magna synodus est facta », chapitre 19. La ville de Nicée dans laquelle s’est tenu le grand synode. Il s’agit de celui de l’an 325.

120 Paul Veyne, a bien montré le rôle joué par Constantin dans la diffusion et la défense du christianisme, ciment de son empire, dans son ouvrage Quand notre monde est devenu chrétien, Paris, Albin Michel, 2007, 319 p.

121 Op. cit., p. 35.

122 « Retia, Germania la superïor, / Mesia, Panonia e, para mejor, / todas las partes del reino d’Ungría », strophe 44, vers 6 à 8.

123 Strophe 138, vers 2 « do vimos los reyes en la justa guerra », strophe 152, vers 1 « ¡O virtüo sa magnífica guerra ! ».

124 « Numidia, in qua regnavit Iugurta », chapitre 31.

125 « allí do Jugurta se fizo valiente », vers 4.

126 « desque Juba les fue prepotente », vers 8.

127 « los montes Rifeos e lagos Metroes, / los quales te ruego, lector, que tú loes / porque vezinos de Gótica fueron », strophe 42, vers 6 à 8.

128 Comme l’avait fait avant lui Isidore de Séville (VIe-VIIe siècles) dans sa Chronique universelle, tome 1, Histoire de l’Espagne wisigothique, édition bilingue de Nathalie Desgrugillers-Billard, Clermont-Ferrand, éd. Paleo, 2009, 138 p..

129 Dans un long passage consacré à la généalogie de Jean II la Providence assurera le poète de la gloire future de son roi. Celle-ci, obtenue par ses exploits guerriers éclipsera même celle de ses ancêtres goths : « Será rey de reyes e rey de señores, / sobrando vençiendo los títulos todos, / e las façañas de reyes de godos, / e rica memoria de los sus mayores ; / e tal e tan alto favor de loores / sus fechos ilustres al tu rey darán / qu’en su claro tiempo del todo serán / con él olvidados sus anteçesores. » (strophe 272).

130 « Huic [Bactriae] coniungitur Hircania […]. Huic coniungitur Scythia et Hunia […]. Hanc sequitur Albania […]. Cui connectitur Armenia […] ». À celle-ci [la Bactriane] est jointe l’Hyrcanie[…]. À celle-ci est jointe la Scythie et le pays des Huns […]. Suit celui-ci […] l’Albanie […]. À laquelle est reliée l’Arménie.

131 « Ibi est et Peloponensis […]. Ibi et Macedonia […]. In hac est mons Olimpus […]. In hac est et Thessalonica […]. Ibi est et Achaia […]. In hac est Corinthus […]. ». Là [en Grèce] est aussi le Péloponnèse. Là aussi la Macédoine. Dans celle-ci [la Macédoine] est le mont Olympe. Dans celle-ci est aussi Thessalonique. Là [en Grèce] est aussi l’Achaïe. Dans celle-ci [l’Achaïe] est Corinthe. Remarquons que l’auteur place l’Olympe en Macédoine et non en Thessalie ce que rectifiera le poète. En fait l’Olympe se trouve au nord de la Thessalie, à la limite de la Macédoine.

132 « Italia olim Magna Grecia est dicta, postea a Saturno est Saturnia appellata, mox Latium eo quod Saturnus pulsus a Iove ibi latuit dicta, deinde Ausonia ab Ausone rege vocata, tandem ab Italo rege Siculorum italia nominata ». L’Italie est dite autrefois Grande Grèce, ensuite de Saturne [elle est] appelée Saturnie, bientôt après [elle est] dite Latium parce que Saturne chassé par Jupiter s’y rendit, ensuite [elle est] désignée Ausonie du roi Auson, enfin d’Italus le roi des Sicules [elle est] nommée Italie.

133 Honorius Augustodunensis Imago Mundi, 1, 1-57, mis en ligne en mars 2000, http://12koerbe.de/arche/imago.htm

134 Au chapitre 10, Zimmerman met en évidence, dans sa présentation du texte, une série de rimes plates en -itur ainsi qu’une amorce d’anaphore (et ad, et ab) : « qui ad septentrionem de monte Caucaso nascitur / et ad meridiem cursum suum dirigens a Rubro mari excipitur. / hoc India ab occidente clauditur / et ab hoc indicus oceanus dicitur. ». De même, au chapitre 16, il fait apparaître, outre la rime, une double anaphore par la présence réitérée (5 occurrences) de la même séquence « in hac » alternant avec la répétition du pronom relatif sous des formes déclinées polyptotiques « in qua », « quo », « qui », « quorum ».

135 Aucun des spécialistes de l’œuvre d’Honorius, ni Marie-Odile Garrigues ni Valérie Flint, ne signale ce découpage.

136 S’ils se sont développés au Moyen Âge ils retrouvent aujourd’hui un regain d’intérêt, comme l’ont signalé plusieurs auteurs avec l’importante diffusion de connaissances permises par l’utilisation d’Internet. Nous renvoyons aux publications de Yannick Maignien, La bibliothèque virtuelle ou de l’Ars Memoria à Xanadu, « Bulletin de la Bibliothèque de France », vol. 40, n° 2, 1995 et David Pujante, Memoria y conocimiento : la enciclopedia contra el teatro de la memoria, in Miguel Àngel Garrido Gallardo et Emilio Frechilla Diaz, Teoría/Crítica, Homenaje a la profesora Carmen Bobes Naves, Madrid, CSIC, 2007, 460 p.

137 Nous renvoyons à la première étude importante du mètre utilisé par le poète dans le Laberinto, celle de R. Foulche-Delbosc, Etude sur le ‘Laberinto’ de Juan de Mena, Revue Hispanique, 1902, 9e année, pp. 75-138. Citons également la contribution de Fernando Lázaro Carreter, La poética del arte mayor castellano, in Studia hispánica in honorem R. Lapesa, I, Cátedra-Seminario Menéndez Pidal y Gredos, Madrid, 1972, pp. 334-378.

138 « Mena maneja y altera la materia que saca de sus fuentes, unas veces siguiéndola muy de cerca, otras seleccionándola y modificándola con fines poéticos, a menudo bajo la influencia de las exigencias del ritmo del arte mayor. », op. cit., édition de 1990, « Appendices », p. 189.

139 « E vi las tres galias, […] / […] / que del primer franco que tovo corona / en Françia sunombre les quiso bolver ; ». Le vers 4 réordonné selon la syntaxe habituelle pourrait être *quiso bolver / les / su nombre / en Françia. Il voulut changer leur nom en celui de France.

140 « dexo más otros rincones de ebreos, / de los capadoçes e los amorreos / e de Niçea […] », vers 4 à 6.

141 « e de Niçea, do juntada fue / la sínodo santa que libró la fe / de otros peores que los manicheos », vers 6 à 8.

142 « Este cabalga sobre la Fortuna / e doma su cuello con ásperas riendas », strophe 235, v. 1-2.

143 Nous renvoyons à l’ouvrage de Bernard RIBEMONT déjà cité.

144 « […] Frigia, a filia Europe Frigia nominata. Hęc et Dardania, a Dardano Iovis filio dicta », chapitre 20. La Phrygie, nommée de Phrygia la fille d’Europe. Celle-ci [est] dite aussi Dardanie de Dardanus fils de Jupiter.

145 « […] Sarraceni a Sarra dicti, qui et Agareni a Agar […] », chapitre 16. Les Sarracènes dits de Sarra, qui [sont] aussi les Agaréens d’Agar.

146 « […] Galatia a Gallis dicta, quos Bythinus rex in auxilium evocavit, et post victoriam eisterram divisit », chapitre 20.

147 Op. cit., fol. 5 recto.

148 Il le précise à la strophe 33 (vers 6-7) qui introduit ce passage.

149 « […] vimos toda Greçia, / Cahonia, Molosia, Eladia, Boeçia », strophe 45, vers 2-3. Cette énumération de noms de lieux confère au vers une résonnance poétique indéniable.

150 « la Sereneica, región de paganos, / […] / […] / Pentapolín conosçimos siguiente ».

151 « […] aquella Galacia, do fueron / las gentes que al rey Bitinio vinieron, / dando socorros bien galardonados », strophe 41, vers 2 à 4.

152 « más desolada que Estaçio no allega », vers 8.

153 « Parece aquí auer hallucinado juan de Mena en tomar las Thebas de Egypto por las de Boecia », cité par Maxim Kerkhof, op. cit., note 304, p. 117.

154 « Vi a la Tebas antigua, aun más desolada que la Tebas de Beocia cuya ruina describe Estacio », op. cit, édition de 1990, note 303-304, p. 73.

155 On pourrait approfondir l’analyse de ces réseaux selon le modèle proposé par Julia Kristeva dans Sèméiôtikè. Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, 1978 (1ère édition 1969), 318 p.

156 Au premier vers de la dernière strophe, le poète demande instamment au roi « Fazed verdadera la grand Providencia ».

157 L’Histoire nous apprendra que la Fortune en diffèrera la réalisation mais aussi que la Providence l’emportera : la fille de Jean II, Isabelle de Castille, achèvera la Reconquête et l’arrière petit-fils du roi, Charles Quint, donnera à l’Espagne, au sein d’un vaste empire, une gloire plus grande encore que celle qu’elle avait connue à l’époque des Goths.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

France Autesserre, « La vision du monde dans le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena, réécriture de la représentation du monde dans le De Imagine Mundi d’Honorius Augustodunensis », Cahiers d’études romanes, 20 | 2009, 127-170.

Référence électronique

France Autesserre, « La vision du monde dans le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena, réécriture de la représentation du monde dans le De Imagine Mundi d’Honorius Augustodunensis », Cahiers d’études romanes [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1799 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1799

Haut de page

Auteur

France Autesserre

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org