Navigation – Plan du site
Resémantiser les mythes

La réécriture d’événements de l’Ancien et du Nouveau Testament dans les poèmes « Allá lejos » (Anteparaíso, 1982) du Chilien Raúl Zurita

Benoît Santini
p. 227-247

Résumés

Cette étude s’attachera à démontrer comment certains événements contenus dans l’Ancien et le Nouveau Testament sont adoptés et réexploités par le poète chilien Raúl Zurita, afin d’évoquer subrepticement, et par le biais de l’implicite, la violence mise en œuvre par la dictature du Général Pinochet (1973-1990), ainsi que les drames et la souffrance endurés par le peuple chilien. Nous verrons entre autres que cette adaptation du texte sacré n’est qu’un prétexte servant au poète à dénoncer habilement la situation politique de l’époque.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Zurita (Raúl), Biblia, Pinochet, dictadura

Index géographique :

Chili

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Raúl Zurita (Chili, 1950) a commencé sa production poétique dans les années 1970 ; son premier recueil, Purgatorio, est publié en 1979. Viennent ensuite Anteparaíso (1982), La vida nueva (1993), Poemas militantes (2000), Las ciudades de agua (2007). Auteur prolifique et polémique, il écrit des poèmes dans le ciel de New York en 1982, fait creuser un vers dans le désert d’Atacama en 1993, se brûle la joue avec un fer incandescent en 1975, ou s’injecte de l’ammoniaque dans les yeux en 1980. Son objectif est de faire de la vie une œuvre d’art et, pour ce faire, il utilise tous les supports et se sert de la riche expressivité des mots et des silences.

2Son écriture poétique, dans Anteparaíso et dans la plupart de ses recueils, se caractérise par une intertextualité biblique : il récupère les événements de l’Ancien et du Nouveau Testament, réécrit La Bible et le Calvaire du Christ et fait du Chili un grand corps meurtri. Il met ainsi en œuvre un véritable devoir de mémoire, et propose dans ses œuvres un témoignage de la situation politique des années 1973-1990 : la dictature du Général Pinochet. L’objectif de la réécriture est donc fortement expressif, elle ne se limite pas à une répétition, une redite, une parodie, mais dénonce et a un objectif éthique.

  • 1 Précisons également que le poème « CII » apparaît aussi comme une réécriture d’une chanson de Bob D (...)
  • 2 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Editions du Seuil, coll. « Poi (...)
  • 3 Selon Gérard Genette, un hypertexte est « tout autre texte dérivé d’un texte antérieur par transfor (...)

3Ainsi, le thème de ce groupe de recherche, qui s’intéresse entre autres à la variation, la parodie, à l’intertextualité ou interculturalité, semble applicable à l’écriture de Raúl Zurita qui, dans trois de ses poèmes contenus dans Anteparaíso (« Allá lejos », « Là-bas au loin », poèmes « CI », « CII », « CIII ») reprend et réélabore des récits de l’Ancien et du Nouveau Testament, non pas sous la forme d’une citation, mais d’une véritable réécriture puisque ton, style et thème sont modifiés par le poète en question1. Il ne s’agit pas d’une réécriture générique, mais plus largement d’une réélaboration, d’une transposition (c’est le terme que nous utiliserons), qui effectue non seulement une « transformation thématique » et une « translation spatiale », pour reprendre les termes employés par Gérard Genette, mais aussi une transformation énonciative et une translation temporelle2. Cette transposition est construite sur la base d’une désacralisation du langage, donnant aux trois poèmes une valeur parodique, dont l’objectif est de faire de la poésie un outil accessible à tous, malgré les silences et les allusions, et de transformer un texte sacré en un texte accusateur des réalités et des contingences vécues par le Chili dans les années 1980. La question qui se pose est de savoir comment le poète parvient à dénoncer dans ces « hypertextes » les actes de la dictature par le biais d’une réécriture d’événements de l’Ancien et du Nouveau Testament3. Pour y répondre, et après avoir rapidement esquissé le contexte de la situation politique et sociale des années 1980 au Chili (en nous centrant sur la répression mise en place par la dictature), nous observerons la réécriture du sacrifice d’Abraham, de Josué conduisant les Hébreux en terre promise et de la fuite en Egypte dans les poèmes « CI », « CII » et « CIII » intitulés collectivement « Allá lejos », et enfin vérifierons que l’objectif de la réécriture de Raúl Zurita n’est autre que la dénonciation et l’engagement. Citons tout d’abord le poème en langue originale, traduit en note :

/CI/
Se hacía tarde ya cuando tomándome un hombro
me ordenó :
« Anda y mátame a tu hijo »
Vamos — le repuse sonriendo — ¿me estás tomando
el pelo acaso ?
« Bueno, si no quieres hacerlo es asunto tuyo,
pero recuerda quien soy, así que después no
te quejes »
Conforme — me escuché contestarle — ¿y dónde
quieres que cometa ese asesinato ?
Entonces, como si fuera el aullido del viento
quién hablase, Él dijo :
« Lejos, en esas perdidas cordilleras de Chile »

/CII/
Con la cara ensangrentada llamé a su puerta :
Podría ayudarme — le dije — tengo unos amigos afuera
« Márchate de aquí — me contestó — antes de que
te eche a patadas »
Vamos — le observé — usted sabe que también
rechazaron a Jesús.
« Tú no eres Él — me respondió — ándate o te
rompo la crisma.
Yo no soy tu padre »
Por favor — le insistí — los tipos que están
afuera son hijos suyos...

  • 4 « /CI/ Il se faisait tard quand en me prenant par l’épaule / il m’ordonna : / “Va et tue-moi ton fi (...)

« De acuerdo — contestó suavizándose — llévalos
a la tierra prometida »
Bien : ¿pero dónde queda ese sitio ? — pregunté —
Entonces, como si fuera una estrella la que
lo dijese, me respondió :
« Lejos, en esas perdidas cordilleras de Chile »

/CIII/
Despertado de pronto en sueños lo oí tras la
noche
« Oye Zurita — me dijo — toma a tu mujer y a tu
hijo y te largas de inmediato »
No macanees — le repuse — déjame dormir en paz,
soñaba con unas montañas que marchan...
« Olvida esas estupideces y apúrate — me urgió —
no vas a creer que tienes todo el tiempo del
mundo. El Duce se está acercando »
Escúchame, — contesté — recuerda que hace mucho
ya que me tienes a la sombra, no intentarás
repetirme el cuento. Yo no soy José.
« Sigue la carretera y no discutas. Muy pronto
sabrás la verdad »
Está bien — le repliqué casi llorando — ¿y dónde
podrá ella alumbrar tranquila ?
Entonces, casi como si fuera la misma Cruz la que se
iluminase, El contestó :
« Lejos, en esas perdidas cordilleras de Chile ».
4

L’adaptation de la réécriture à un contexte : le Chili des années 1970-1980

4Ces trois poèmes, extraits d’Anteparaíso (1982), sont publiés en pleine dictature du Général Pinochet (1973-1990), et les expressions « tue-moi ton fils » (« mátame a tu hijo »), « cet assassinat » (« este asesinato »), « va t’en » (« Márchate »), et « barre-toi » (« te largas ») renvoient implicitement à deux aspects de cette période historique : les crimes de la dictature (notamment les tortures dans les centres de détention) et l’exil des opposants, les deux aspects que nous nous proposons d’étudier. Ainsi, le poète est en prise avec l’actualité du moment, il devient témoin de son époque et met en œuvre un véritable devoir de mémoire afin que ne soient pas oubliés ces événements. Ces poèmes comportent donc une forte charge autoréférentielle. Au début de la dictature, le poète lui-même vit directement la répression à la suite du 11 septembre 1973, date du Coup d’Etat du Général Pinochet : il est en effet incarcéré par les militaires du régime puisqu’il participait aux mouvements étudiants universitaires des années 1970 ; cette expérience le marque et aiguise sa conscience critique. Il explique d’ailleurs lors d’un entretien :

  • 5 « Nos llevaron a la Escuela de Ingeniería Naval, que está en Salinas […]. Lo que más les interesaba (...)

On nous emmena à l’Ecole d’Ingénierie Navale, qui se trouve à Salinas. […] Ce qui les intéressait le plus c’était de repérer les chefs et les dirigeants de la Fédération des Etudiants. Moi j’avais été membre des Jeunesses Communistes à la fac, mais un militant de base, sans aucune importance. […] À partir de là, ils nous ont répartis dans deux navires de la Compagnie Sudaméricaine de Navires à Vapeur, le Maipo et le Lebu, ainsi que deux détenus importants dans l’Esmeralda.5

5Ces conditions terribles de détention sont expliquées dans un rapport d’Amnesty International datant de 1981 où Luis Vega Contreras raconte son expérience vécue à bord de L’Esmeralda, l’un des trois navires utilisés à des fins d’incarcération, en septembre 1973 :

  • 6 Amesty international, Chili : rapport sur la torture et sur les prisonniers « disparus », Paris, EF (...)

Le samedi 15, la plupart des hommes, à l’exception de quelques-uns, furent emmenés en file indienne, entourés de gardes, à bord du navire marchand le MAIPO. En chemin, nous vîmes des centaines d’hommes attachés et torturés qui gisaient sur le sol, sur les ponts et dans les cales du MAIPO, une foule d’hommes à genoux, les mains derrière la tête.6

  • 7 Luis Sepulveda, « L’infâme histoire de l’infamie », La folie de Pinochet, Paris, Editions Metailié, (...)
  • 8 Pierre Riado, L’Amérique latine de 1945 à nos jours, Paris, Masson Histoire, coll. « Un siècle d’hi (...)
  • 9 Sergio Zamora, arrêté le 15 mai 1975, fait part de son expérience de sept heures dans un centre de (...)
  • 10 La seule différence entre la DINA et la CNI est que la première dépend de la Junte, tandis que la s (...)
  • 11 Adriana Castillo De Berchenko, ‘Hot line’ de Luis Sepúlveda et la transition chilienne à la démocra (...)

6Ce témoignage corrobore les propos de Raúl Zurita qui évoque cette expérience comme un événement marquant et particulièrement douloureux dans son parcours existentiel. Si le poète vit de près la répression et les arrestations sommaires, il faut rappeler que cette situation est courante entre 1973 et 1990. La répression se met rapidement en place et prend diverses formes : tout d’abord, une unité militaire, portant le nom de « Caravane de la Mort », parcourt le Chili en octobre 1973 et élimine 73 opposants au régime, basant ses actes sur la méthode de la terreur et la volonté de dominer un pays7. La volonté de maîtriser un peuple par la peur et la répression se confirme par l’instauration d’une « police politique » : la DINA (Direction de l’Intelligence Nationale), entre 1974 et 1977, persécute les opposants au régime, faisant entre 3 000 et 8 000 victimes, et torturant plusieurs dizaines de milliers de Chiliens8. Cet organe souhaite maîtriser l’information et maintenir l’ordre. Ainsi, « la DINA se dote immédiatement de centres de détention secrets où la torture est systématiquement appliquée », éliminant essentiellement les militants de gauche9. Les activités répressives se poursuivent dès 1977, année où la CNI (Centrale Nationale de l’Information) remplace la DINA, muselle l’opinion publique et ne divulgue que la réalité officielle ; elle réunit toutes les informations utiles au régime et sauvegarde, par la brutalité, la sécurité nationale10. Au cours des années 1981 à 1987 (époque à laquelle est composé Anteparaíso) s’accroissent à la fois les manifestations populaires et la répression du régime autoritaire : entre 1982 et 1985, les protestations populaires s’intensifient à Santiago du Chili et des groupes paramilitaires clandestins, liés au régime militaire, répriment les dissidents et séquestrent les opposants11. Le poète Raúl Zurita, marqué par ces événements (il ne quitte pas le Chili au cours de ces années) est le témoin de cette violence, qu’il nous transmet par la suggestion, dans ses recueils.

  • 12 Lire : Loreto Rebolledo, María Elena ACUÑA, Narrativas del exilio chileno, « Proyecto DID », n° 314 (...)
  • 13 Ainsi, Marcelo Coddou souligne que « la situation du poète en exil l’oblige également à prêter atte (...)
  • 14 En exil s’organise une véritable lutte contre la dictature. Ainsi, de nombreux poètes chiliens, com (...)

7La répression, pratique quotidienne au cours des dix-sept ans de dictature, s’accompagne d’un exil des opposants et en particulier des artistes. Ces derniers, parmi lesquels des poètes, quittent leur terre d’origine afin d’échapper aux actes répressifs du Gouvernement autoritaire. Entre 1973 et 1987, on dénombre plus de 260 000 interdictions de retour au Chili, et il a même été dit qu’un million de Chiliens étaient partis en exil12. Les poètes exilés, éloignés des événements de leur pays d’origine, ne souhaitent pas escamoter les contingences vécues au Chili13. L’isolement et l’éloignement de la terre d’origine créent des conditions de production particulières auxquelles se soumettent les poètes, mais une plus grande liberté est possible pour eux, puisque l’expression peut se faire plus directe, et sans tous les subterfuges adoptés par les poètes de l’intérieur. Dans le cas du Chili (mais cela est valable pour d’autres situations d’exil en Amérique latine), une véritable scission, une séparation se créent entre la poésie de l’intérieur et celle écrite en exil. Le sentiment d’abandon et de désorientation, ressenti par les exilés, est perceptible dans de nombreux poèmes de la diaspora chilienne. S’il est évoqué par les poètes exilés, il l’est aussi par Raúl Zurita qui, bien qu’il n’ait pas quitté son pays au cours de la dictature, se sent proche des intellectuels qui ont fui le pays, comme nous le verrons dans les poèmes que nous nous sommes proposé d’étudier, dans lesquels l’auteur réélabore des textes de l’Ancien et du Nouveau Testament et devient le témoin d’événements de son temps14.

La réécriture d’épisodes de la Genèse, de Josué, de l’Évangile selon saint Matthieu

8Raúl Zurita, qui a découvert la Bible en langue italienne grâce aux lectures que lui en faisait sa grand-mère, en apprécie les récits. D’ailleurs, lors de notre communication épistolaire avec lui, il nous a confié :

  • 15 Cette correspondance inédite est contenue dans notre thèse de Doctorat, soutenue le 4 juillet 2008, (...)

Je ne suis pas croyant, mais cela ne signifie pas grand chose, le mot Dieu est un mot incrusté dans les langues romanes et le castillan est la langue de la Contre-Réforme et de l’évangélisation de l’Amérique, les langues ont une mémoire différente de celle des hommes qui les parlent et ôter le catholicisme de la langue espagnole est impossible, ce ne serait plus la même langue […]. Dans la poésie que j’écris je laisse parler cette mémoire de la langue, elle est beaucoup plus forte que moi. La Bible est l’utopie de toute littérature, du moins en Occident. Un livre écrit par de multiples générations, et de multiples auteurs. C’est la représentation maximale du littéraire [...]. Je lis beaucoup les poètes bibliques, Isaïe, Jérémie, Oseas qui sont, avec Homère, la base de notre existence, de nos noms [...]. Je n’ai jamais cru en Dieu, même enfant, mais les histoires de l’Ancien Testament m’ont marqué bien avant que je ne sache lire.15

  • 16 Nous optons pour le terme générique de « transposition » qui nous permettra d’insister sur l’idée d (...)
  • 17 Gérard Genette, Palimpestes, cit., p. 292.

9Selon lui, le catholicisme signifie traumatisme pour les peuples d’Amérique latine car il est lié à l’évangélisation forcée des peuples indiens et à l’imposition d’une langue sur une autre ; en outre, la Bible, l’œuvre par excellence, renferme la mémoire des peuples (Histoire et langue) et les utopies de l’être humain (prophéties) y sont exprimées. C’est ce que souhaite faire le poète lui aussi dans cette réécriture et dans son recueil Anteparaíso : conserver la mémoire d’un peuple traumatisé (les Chiliens pendant la dictature) par le biais de la langue et du discours poétique, évoquer les utopies de ce même peuple (espoir d’une démocratie rêvée en 1982). Voilà pourquoi le poète a recours à une sorte de transposition16. Selon Gérard Genette, « la transposition […] peut s’investir dans des œuvres de vastes dimensions […] dont l’amplitude textuelle et l’ambition esthétique et/ou idéologique va jusqu’à masquer ou faire oublier leur caractère hypertextuel, et cette productivité même est liée à la diversité des procédés transformationnels qu’elle met en œuvre »1717. Le poète réélabore, réécrit et réadapte des textes préalables, en modifiant le ton, le lieu de l’action et l’époque. Quelques constantes vont toutefois perdurer, et ce dans un objectif expressif.

10Le poète transpose donc, en respectant une chronologie et un ordre, mais sans se soucier de la longueur du texte originel, certains psaumes contenus dans l’Ancien et le Nouveau Testament (Genèse, Josué, Évangile selon saint Matthieu). Il numérote ses poèmes, les apparentant ainsi aux psaumes bibliques, numérotés eux aussi. En premier lieu, il reprend et réadapte, dans le poème « CI », l’épisode du Sacrifice d’Abraham, dont nous pouvons rappeler le substrat : Abraham et sa femme Sarah ont eu un fils, Isaac, après avoir longtemps attendu cette naissance. Dieu avait promis qu’Abraham aurait un héritier, et même une nombreuse descendance. Quelques psaumes plus loin, on lit :

  • 18 Cf. Genèse, La Bible de Jérusalem, Paris, Les Éditions du Cerf, 2008, p. 44. Ce poème rappelle égal (...)

Après ces événements, il arriva que Dieu éprouva Abraham et lui dit : « Abraham ! ». Il répondit : « Me voici ! ». Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, que tu chéris, Isaac, et va-t’en au pays de Moriyya, et là tu l’offriras en holocauste sur une montagne que je t’indiquerai ». Abraham se leva tôt, sella son âne et prit avec lui deux de ses serviteurs et son fils Isaac.18

11Le poète s’inspire de cet épisode et du ton employé par l’Etre Suprême : en effet, dans le poème « CI », l’apostrophe et l’injonction par le biais de l’impératif sont conservés : « Prends ton fils […] va-t’en […] » deviennent « Va et tue-moi ton fils ». Le ton de sermon et l’admonestation sont eux aussi identiques, voire plus concis et fermes chez le poète chilien, qui souhaite donner une solennité aux actes évoqués et à l’énonciation, au ton employé. Néanmoins, cette réécriture s’accompagne d’ajouts, et l’Abraham du poète, qui n’est autre que Zurita lui-même, est récalcitrant, subversif et n’hésite pas à faire usage d’un discours désacralisateur et irrespectueux : « tu te fous / de moi sans doute ? ». Le profond respect que manifeste Abraham envers Dieu dans les psaumes suivants (« Que mon Seigneur ne s’irrite pas […] Je suis bien hardi de parler à mon Seigneur ») disparaît dans les poèmes qui nous intéressent. Cette rébellion du sujet lyrique n’est pas anodine, et sert au poète à véhiculer son message accusateur, comme nous en reparlerons plus loin. Enfin, le pays de Moriyya et la montagne, lieux sacrés (la maison de l’Eternel est construite sur le mont Moriyya à Jérusalem), deviennent concrets et clairement identifiés puisque le sacrifice du fils de Raúl Zurita doit avoir lieu « Loin, dans ces cordillères perdues du Chili ». Le poète, par sa réécriture et ses modifications, fait d’un lieu concret (les cordillères du Chili) un lieu mythique, magnifié et symbolique.

12Le poème « CII » semble être, quant à lui, une réécriture du début du livre de Josué dans l’Ancien Testament ; on y lit :

  • 19 Le livre de Josué, La Bible de Jérusalem, cit., p. 308.

Après la mort de Moïse, serviteur de Yahvé, Yahvé parla à Josué, fils de Nûn, l’auxiliaire de Moïse, et lui dit : « Moïse, mon serviteur, est mort ; maintenant, debout ! Passe le Jourdain que voici, toi et tout ce peuple, vers le pays que je donne aux Israélites ».19

13Le Seigneur, encourageant, protecteur et plutôt bienveillant dans le texte biblique, devient agressif et menaçant dans le poème de Raúl Zurita (« Va t-en d’ici — me répondit-il — avant que / je ne te fasse partir à coups de pied », « fiche le camp / ou je te casse la figure »). Le pays donné par Dieu est la terre promise, que l’on retrouve dans le poème de l’auteur chilien et qui correspond, une fois encore, aux cordillères du Chili, comme le précise le dernier vers, véritable refrain des trois poèmes d’ « Allá lejos ». Le peuple évoqué par Dieu (les Hébreux) devient « les gars qui sont / dehors » (périphrase qui, de façon subreptice, désigne les exilés chiliens). Le sujet lyrique, acteur de l’énonciation dans le poème, congédie son interlocuteur, il change de ton et d’attitude à son égard, et le Dieu originel semble avoir abandonné le peuple qu’il protégeait. Ainsi, un véritable renversement s’opère.

14Enfin, le poème « CIII » reprend l’allusion à la fuite en Egypte, contenue dans l’Évangile selon saint Matthieu (Nouveau Testament) ; cette fois-ci, il s’agit de la voix d’un ange qui conseille et protège Joseph et sa famille :

  • 20 L’Évangile selon saint Matthieu, La Bible de Jérusalem, cit., p. 1641. On trouve aussi dans la Genè (...)

Après leur départ, voici que l’Ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi, prends avec toi l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte ; et restes-y jusqu’à ce que je te dise. Car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr ». Il se leva, prit avec lui l’enfant et sa mère, de nuit, et se retira en Égypte ; et il resta là jusqu’à la mort d’Hérode.20

  • 21 On lit : « Entendant cela, tous dans la synagogue furent remplis de fureur. Et, se levant, ils le p (...)

15Le moment de l’apparition est identique (sans doute la nuit ou le petit matin, car on lit dans l’Évangile « l’Ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph » et dans le poème zuritien « je l’entendis en rêve après la nuit »). Le ton est fortement anti-poétique dans le poème de l’auteur chilien (« Hé, Zurita — me dit-il — prends ta femme et ton / fils et barre-toi sur le champ », « Oublie ces âneries et dépêche-toi ») et dans son énonciation, l’ange ou l’apôtre ou le Dieu de Zurita presse son interlocuteur, et le renvoie sans ménagement à une cruelle réalité. Quant à la voix lyrique Zurita, elle emploie un langage familier, lui aussi anti-poétique (« Ne dis pas de bêtises — lui répondis-je — laisse-moi dormir en paix »). Une grande honnêteté intellectuelle du poète l’amène à faire dire à son sujet lyrique, qui n’est autre que l’auteur lui-même, « vous savez aussi qu’on a rejeté Jésus », en référence à l’épisode du Ministère de Jésus en Galilée où le Christ, après sa prédication, est poussé hors de la ville de Nazareth afin d’être précipité du haut d’une colline21. Le sujet lyrique s’écrie aussi : « Je ne suis pas Joseph », afin d’insister sur le procédé de réécriture et la réadaptation de l’événement biblique à la réalité chilienne des années 80. Il s’agit d’un véritable clin d’œil au lecteur, invité à établir une différence mais aussi un lien étroit entre l’hypotexte (la Bible) et l’hypertexte (« Allá lejos »).

  • 22 « La fácil fluidez que logra Zurita entre las palabras de San Lucas y una especie de lingua franca (...)

16Dans ces trois poèmes, Raúl Zurita met donc en œuvre une réécriture du temps, de l’espace et de l’énonciation lyrique. En effet, il procède à une transposition temporelle puisque le temps biblique, mythique et sacré devient un temps concret, contemporain, correspondant aux contingences vécues par le poète (années 1980). Les lieux évoqués dans les textes de l’Ancien et du Nouveau Testament (Israël, Egypte) laissent place à un espace latino-américain clairement énoncé (les cordillères du Chili). Enfin, l’on constate des changements de voix : le dialogue entre Dieu et Abraham et celui entre l’ange et Joseph deviennent un dialogue entre Dieu ou un apôtre et Raúl Zurita : le poète donne ainsi une grandeur à son discours poétique. Le tutoiement est maintenu, dans les poèmes « CI » et « CIII », tout comme les apostrophes et les impératifs dans les trois poèmes : le poète conserve une certaine proximité entre les deux interlocuteurs, il désacralise la langue théologale, mais il garde une solennité, une grandiloquence, le ton de l’admonestation et du sermon. La voix toute-puissante est présente pour prévenir, menacer ou conseiller la voix poétique, souvent confondue avec le poète lui-même. Ainsi, certains poèmes représentent une véritable fusion des genres et des registres de langue, comme le souligne Anthony Cussen dans son analyse du poème « CIII » : il évoque « une espèce de langue franche hispanique », qui comprend « des expressions argentines et espagnoles traditionnelles », ainsi qu’ » un ton évocateur de série télévisée mexicaine »22. Ce mélange entre le langage biblique, théologal, et le langage familier crée un renouvellement de l’écriture poétique, et une réadaptation au contexte chilien des événements de l’Ancien et du Nouveau Testament. Le discours lyrique se mêle à la familiarité conversationnelle (« se barrer »), et le lecteur constate, grâce aux nombreux latino-américanismes (« macanear » : « se foutre de quelqu’un » ; « tener a la sombra » : « avoir à l’œil, garder en taule ») une adaptation du discours biblique aux contingences chiliennes : il se sent saisi par l’action dans des poèmes en vers libres, rythmés et dynamiques. Tous ces procédés de réécriture ne sont pas anodins : ils permettent en effet au poète de dénoncer et de manifester un véritable engagement empreint de courage.

L’objectif de la réécriture de Raúl Zurita : la dénonciation et l’engagement

17L’Ancien Testament relate des événements antérieurs à la vie de Jésus, et le Nouveau Testament narre la vie de Jésus ainsi que ses miracles ; si nous nous intéressons à l’étymologie de Testament, nous découvrons que ce mot signifie « témoignage ». C’est l’objectif que s’assigne Raúl Zurita : écrire un « nouvel Ancien » et un « nouveau Nouveau Testament », proposer un témoignage des événements qu’il vit au Chili pendant la dictature du Général Pinochet, chanter une ère antérieure à la vie nouvelle du Chili, utopique en 1982, et prévoir un renouveau démocratique pour le pays. Pour ce faire, il se sert, dans sa réécriture, de nombreux procédés d’occultation, d’une richesse expressive, ainsi que de bouleversements énonciatifs et sémantiques.

18Les ajouts que propose l’auteur par rapport au texte originel sont des outils qui lui servent à manifester son engagement ; il peut ainsi évoquer la violence vécue au quotidien par le peuple chilien. L’allusion au « visage ensanglanté » et aux « types qui sont dehors » (« CII ») renvoient de façon subreptice aux actes de torture et aux exilés chiliens ; d’autre part, la répétition de l’adverbe de lieu « afuera » (« au-dehors ») fait directement allusion à l’espace extérieur, à l’exil (les deux adverbes sont d’ailleurs mis en relief en fin et début de vers). La prudence incite l’auteur à utiliser certaines expressions basées sur des imprécisions comme « des amis » (« unos amigos »), « les types » (« los tipos ») qui, pour un lecteur averti, équivalent effectivement aux exilés. Ces ajouts s’accompagnent aussi d’un non-dit et d’un implicite efficaces : Raúl Zurita souhaite égarer son lecteur car dans le titre « Allá lejos », les adverbes de lieu « là-bas au loin » devraient en fait être remplacés par « ici tout près », à savoir le Chili des années 80 ; mais cette expression est polysémique, et elle suggère l’idée d’un long chemin à parcourir avant d’atteindre la liberté espérée, qui se trouve « là-bas au loin ». L’on constate une réelle volonté de la part de Raúl Zurita de masquer son discours, et la recherche d’un lecteur actif, capable de combler le silence et d’élucider l’énigme dissimulée derrière cette autocensure que s’impose le poète. Voilà pourquoi l’expression « le Duce est en train de s’approcher » (« el Duce se está acercando ») renvoie implicitement au dictateur, qui se cache derrière le surnom attribué habituellement à Mussolini. Le lecteur déchiffre le message transmis par le poète par un processus actif de dévoilement du sens caché.

  • 23 Marco Antonio De la Parra, Lettre ouverte à Pinochet. Monologue de la classe moyenne chilienne avec (...)
  • 24 Tel est le cas du discours du 11 mars 1981, où Pinochet affirme : « Je demande à Dieu Tout Puissant (...)

19Les changements d’énonciation sont tout autant signifiants que les ajouts que s’autorise le poète. Ainsi, la voix de l’apôtre/Dieu devient celle du Dictateur-démon, du Dieu-Pinochet. Le ton employé par le sujet lyrique-Zurita est bien distinct de celui d’Abraham, comme nous l’avons dit plus haut. En effet, la voix poétique zuritienne manifeste une profonde rébellion dans ses réponses aux demandes du Dieu-Pinochet. Cette rébellion est emblématique des réactions des opposants au cours des années 1980 au Chili, qui n’hésitent pas à affronter les autorités par les armes, et dont le sujet poétique devient le représentant. Le visage ensanglanté du Moi lyrique renvoie de façon voilée aux actes barbares du régime autoritaire, qui réprime sévèrement les dissidents. Voilà pourquoi le Dieu zuritien des poèmes « CI » et « CII » est un être cruel, qui ordonne à un père de lui sacrifier son fils, qui abuse de son autorité (« rappelle-toi qui je suis, alors après ne viens pas te plaindre », « avant que je ne te fasse partir à coups de pied », « ou je te casse la figure »). Le poète, en sus de la réécriture biblique, effectue une nouvelle réécriture : celle du discours officiel, basé sur l’injonction et la violence. Ainsi, le surnom attribué par Marco Antonio de la Parra à Pinochet, qu’il qualifie de « maître de la Peur » et d’ » artiste de la menace », nous semble tout à fait adapté à cette réalité et au sujet lyrique divin des poèmes23. L’intertextualité biblique fonctionne comme une parodie du discours officiel car le dictateur cite constamment Dieu. Ces références à Dieu dans les discours officiels du Général servent à justifier et à légitimer les exactions du régime24. D’ailleurs, Miguel Rojas Mix, dans son ouvrage El Dios de Pinochet. Fisonomía del fascismo iberoamericano, publié en 2007, écrit :

  • 25 « Comencé a escribir El Dios de Pinochet el 11 de septiembre de 1973. Tenía que explicarme lo que e (...)

J’ai commencé à écrire El Dios de Pinochet (Le Dieu de Pinochet) le 11 septembre 1973. […]. En lisant des harangues, des discours, des proclamations, en consultant les citations des dictateurs, en consultant des images, j’en suis arrivé à la conclusion que rien ne montrait mieux leur raisonnement que les mythes de légitimation. Ces derniers ont été largement développés au moment du coup d’Etat afin de convaincre les citoyens de la nécessité de briser l’ordre démocratique […]. Le titre est né six mois plus tard, lors d’un discours triomphateur de Pinochet où il a cité le « Dieu Tout-Puissant ». J’ai vécu avec horreur l’impunité de ses crimes.25

20Selon lui, le discours officiel de Pinochet en particulier se base sur des références à la religion et au Dieu des catholiques. En leurrant ainsi le peuple, en l’aveuglant par des allusions constantes à l’Etre Suprême, le dictateur justifie ses crimes et leur donne une raison d’être. C’est pourquoi Raúl Zurita détourne à son tour le discours officiel, transformant le dictateur en un Dieu Tout Puissant : le Chef d’Etat devient, en quelque sorte, le Dieu qu’il invoque dans ses harangues, mais il lui ôte sa bonté, sa bienveillance et le diabolise en en adoptant un masque déformé.

21Néanmoins, si des changements d’énonciation sont visibles dans les trois poèmes, l’auteur reste fidèle à l’emploi de la première personne du singulier qui le compromet ; il n’hésite pas, en 1982, à s’identifier à un Moi lyrique, critique par rapport au régime en place. En bref, Raúl Zurita est membre d’une communauté et porte-parole d’un groupe (les opposants chiliens, les exilés), puisqu’il parle en leur nom, faisant ainsi preuve d’un grand courage. Dans le poème « CIII », enfin, il semblerait que le Dieu zuritien ait laissé sa place à un apôtre ou un ange, qui annonce l’arrivée imminente du « Duce », alors que dans l’Évangile selon saint Matthieu, l’ange invite Joseph à fuir avec sa famille en Egypte, afin de protéger son fils du massacre d’Hérode ; dans ce cas, le sujet poétique conseille son interlocuteur et l’invite à échapper aux griffes de la dictature et à ses assassinats. L’ange zuritien joue donc un rôle de protection, qui s’oppose à la menace contenue dans les propos du Dieu des poèmes « CI » et « CII ».

22Les registres de langue de ces trois poèmes sont aussi fort signifiants. En effet, pour ce qui est du style employé par le Moi lyrique-Zurita, on constate une grande familiarité envers le Seigneur du poème « CI » et l’ange du poème « CIII » : le poète met en œuvre une profonde désacralisation du langage par le biais de l’oralité, afin de reproduire un langage concret et quotidien, celui du peuple, et de confirmer, une fois encore, son courage et sa rébellion par un lexique usuel. Les expressions « Tu te fous de moi sans doute », « Ne dis pas de bêtises », « rappelle-toi qu’il y a longtemps déjà que tu me racontes des salades, n’essaie pas de me répéter ces histoires » en sont la preuve : le sujet poétique manifeste une méfiance envers l’Etre Suprême et l’ange qui lui rendent visite, intensifiée par l’accumulation de négations. Ainsi, il désacralise certaines figures bibliques afin d’adapter les événements de l’Ancien et du Nouveau Testament à la réalité concrète, quotidienne, du Chili de Pinochet. Enfin, dans le poème « CII », on note que le sujet lyrique s’adresse au Seigneur en employant la troisième personne du singulier (« Usted », vouvoiement de politesse) : cela ne signifie pas un changement d’interlocuteur (il semblerait que ce soit toujours le Dieu-dictateur), mais le Moi poétique manifeste une certaine déférence : il a, en effet, une demande à formuler et tente de faire aboutir sa requête en adaptant son discours, s’éloignant de la familiarité qu’il a manifestée dans le poème précédent.

  • 26 Dans les années 1980, les montagnes et cordillères du Chili étaient connues comme étant de possible (...)
  • 27 Ces propos sont extraits de notre correspondance électronique avec le poète, ainsi que ce qui suit  (...)

23La translation spatiale se met, elle aussi, au service du message transmis par le poète. Le refrain : « Loin, dans ces cordillères perdues du Chili » (« Lejos, en estas perdidas cordilleras de Chile ») présente un espace concret et symbolique à la fois, car les cordillères deviennent sacrées. Chez Raúl Zurita, elles sont polysémiques et ambivalentes : elles représentent à la fois le lieu du crime, du sacrifice car, rappelons-le, lors des massacres de la Caravane de la Mort, certains corps furent jetés depuis les airs dans la cordillère26 : le poète savait les drames qui se jouaient, sans toutefois en connaître tous les détails, et selon lui « la cordillère me parut être un cadre très fort pour situer ces trois actions, c’est pourquoi je l’ai mise là »27. Mais cet espace est aussi la nouvelle terre promise, un nouveau « locus amoenus », qui équivaut à une utopie d’un monde meilleur ; la voix du Dieu et celle de l’ange annoncent une prophétie : une nouvelle ère, un espace libéré de l’emprise des militaires, le retour d’une démocratie. Le Dieu-dictateur des poèmes « CI » et « CII » semble annoncer et prévoir sa propre fin, qui apparaît, dans le poème, comme imminente (rappelons toutefois que la dictature de Pinochet perdure jusqu’en 1990, et que la mort du dictateur a lieu en décembre 2006). La terre promise change de lieu et d’époque : cette Terre est désignée dans la Bible comme « Terre d’Israël », elle fut promise aux patriarches hébreux Abraham, Isaac, et Jacob par Dieu. Cette notion désigne aussi chez les Chrétiens le paradis, ou une terre nouvelle. Donc ces trois poèmes sont profondément politiques, engagés, par le biais de l’implicite, puisque derrière l’évocation des cordillères en tant que nouvelle terre promise, se cache en réalité le souhait d’un régime démocratique, et l’espoir de la fin du totalitarisme au Chili. Le temps et l’espace sacrés bibliques deviennent un temps et un espaces concrets : les années 80 au Chili.

  • 28 Le lien avec le biographique s’arrête là : le poète n’a pas perdu ses enfants pendant la dictature, (...)
  • 29 Au premier millénaire avant notre ère, la Palestine connaît une forte poussée démographique. Une pr (...)
  • 30 L’holocauste est le sacrifice d’un animal qui doit être, sur l’autel, tout entier consumé par le fe (...)

24Quant à la translation temporelle, elle possède une forte valeur symbolique. Le poète transpose les liens familiaux unissant, tout d’abord, Abraham et son fils, et ensuite ceux unissant Joseph, son épouse et son fils à sa propre réalité familiale : ainsi, le fils d’Abraham (Isaac) et le fils de Joseph (Jésus) deviennent le fils de Raúl Zurita, et l’épouse de Joseph (Marie) devient celle du poète. Ces trois poèmes sont donc en étroite relation avec la biographie de l’auteur chilien : ce dernier a eu trois fils avec sa première épouse, Míriam Martínez et il vit une relation torturée et intense avec la romancière chilienne Diamela Eltit entre la fin des années 1970 et 198528. Par cette réécriture des liens familiaux d’Abraham et de Joseph, il donne une valeur de grandeur à l’expérience de son sujet lyrique, celle-ci acquérant une valeur symbolique : elle devient collective, et emblématique de la situation de nombreux Chiliens pendant la dictature, séparés de leurs familles (disparitions, exil…). La diaspora des Juifs devient celle des exilés chiliens29. C’est sans doute aux habitants de Judée que fait allusion implicitement le sujet lyrique du poème « CII », en les propulsant au XXe siècle et en procédant donc à une translation spatiale et temporelle : l’exil des habitants de Judée à Babylone devientl’exil des Chiliens en Europe ou États-Unis, et l’on passe du premier millénaire avant notre ère aux années 1973-1982. Le poète magnifie le cas chilien, présentant les persécutions à leur encontre comme un supplice comparable à celui vécu en Judée. En outre, l’idée de sacrifice acquiert à son tour une dimension symbolique : le Dieu-Pinochet reçoit ses victimes sur son autel, et il semblerait que ces supplices permettent la naissance d’une nouvelle ère pour le Chili. Les persécutions et les innombrables victimes du régime sont considérées par des sous-entendus comme un holocauste, au sens premier du terme30.

  • 31 Pour reprendre les termes de Frédéric Rouvillois, l’utopie est le « ’’lieu qui n’est pas’’ (utopia) (...)

25Malgré les drames prévus par les voix toutes-puissantes du Dieu et de l’ange, les différentes prophéties contiennent un message d’espoir : en effet, si dans La Bible, certaines prophéties annoncent la venue d’un Sauveur, dans ces trois poèmes, l’utopie et le rêve sont aussi à l’honneur, et annoncent l’avènement d’une nouvelle ère et d’un espace identique à une Terre promise3131. Ce qu’espère le Moi poétique d’ » Allá lejos » est un Chili débarrassé des crimes, et il oppose le « Chili idéal » (utopique) et le « Chili imparfait » (celui dominé par la Junte militaire). Le sujet lyrique-poète, plongé dans son inspiration et dans la création poétique (rappelons qu’il chante : « je rêvais de montagnes qui marchent... »), est ramené à la réalité par une voix suprême qui lui rappelle le danger imminent (« el Duce se está acercando »), tout en lui annonçant un avenir davantage prometteur. Ces sortes d’hallucinations, de cauchemars, de rencontres surnaturelles se situent à mi-chemin entre le rêve et la réalité, entre la conscience d’une réalité historique et l’espoir d’un futur démocratique. Quoique le Moi lyrique souhaite s’évader par la poésie et le rêve, l’utopie, il est obligé de se confronter à la réalité historique, étroitement liée à la création poétique : le rêve est salvateur, mais il ne faut pas oublier pour autant les contingences historiques immédiates. Tel semble être le message du poète dans ces trois poèmes qui réécrivent les événements bibliques que nous avons cités.

Conclusion

  • 32 Jean Franco, De Fuentes à Taibo II : continuités et ruptures, in Néstor Ponce (coord.), Ecrire le M (...)

26La réécriture possède ainsi une fonction expressive et militante indéniable ; Raúl Zurita ne réécrit pas les événements bibliques afin de démontrer sa culture ou uniquement dans un objectif de beauté lyrique, mais plutôt comme outil de dénonciation des crimes, tortures, disparitions, commis par la Junte militaire. Ainsi, pour citer Jean Franco, « contre l’imposture du langage officiel, l’art élève une barrière du langage vrai »32. L’écriture, et plus encore la réécriture, servent de lien avec la mémoire et l’Histoire. Elles jouent le rôle de conservation de la mémoire collective, de révélation de vérités tues par la Junte militaire, et c’est par la parole poétique que l’auteur se libère des tourments personnels et collectifs qui l’assaillent. Le poète lui-même déclare, lors d’un entretien début 2008 :

  • 33 « Detrás de las capas de aparente tranquilidad en que viven los escritores de nuestro tiempo, hay c (...)

Derrière les strates de tranquillité apparente où vivent les auteurs de notre époque, se trouvent des conflits plus profonds et des choses qu’on ne montre pas, mais qui y sont bel et bien. L’art va toujours fouiller dans ces zones : l’inégalité absolue, la violence, la condamnation de tant d’êtres humains à mener des vies terribles, dans un monde qui a toutes les ressources pour répondre aux besoins basiques de tous.33

  • 34 Fernando Moreno écrit d’ailleurs : « La littérature fouille dans le passé, elle veut sauver ce pass (...)

27L’auteur met ainsi en avant l’importance de l’évocation de réalités concrètes et cruelles dans les œuvres d’art (les poèmes), mais aussi l’espoir et l’utopie d’un monde capable de protéger et d’épanouir ses habitants. Ecriture et réécriture sont catharsis et, en même temps, elles permettent de mettre en œuvre le devoir de mémoire que s’assigne le poète, en reconstruisant une réalité historique grâce au langage poétique34. En outre, le sujet lyrique auquel s’adresse la voix toute-puissante est capable de sauver son peuple, en le conduisant à la nouvelle terre promise, le Chili démocratique, par le biais d’images utopiques et de rêves : telle est la mission de la poésie, selon Raúl Zurita. Par conséquent, la parole poétique zuritienne possède une fonction de libération, elle apporte un réconfort à ses lecteurs et livre un véritable combat contre la répression du régime autoritaire.

Haut de page

Notes

1 Précisons également que le poème « CII » apparaît aussi comme une réécriture d’une chanson de Bob Dylan, le chanteur folk nord-américain. En effet, il existe un lien et des similitudes (que le critique chilien José Christian Páez qualifie de façon réductrice de plagiat) entre les deux textes ; il conviendrait de parler de « réécriture » : « “Le rêve 115 de Bob Dylan”, 6e strophe : J’ai frappé à la porte d’une maison, le drapeau de l’Union déployé. J’ai dit : “Pourriez-vous m’aider, j’ai des amis à l’ombre”. L’homme répondit : “Hors d’ici ou je te réduirai en morceaux”. Je répondis : “Vous savez qu’on a aussi rejeté Jésus”. Il dit : “Toi tu n’es pas Lui. Va-t’en d’ici avant que je ne te brise les os. Je ne suis pas ton père”. Je décidai que l’on devait l’arrêter et je suis allé chercher un policier » (la traduction nous appartient). « “El sueño 115 de Bob Dylan”, Estrofa 6ª : Llamé a una casa con la bandera de la Unión desplegada. Dije : “Podría ayudarme, tengo a unos amigos a la sombra”. El hombre dice : “Fuera de aquí o te haré pedazos”. Dije : “Usted sabe que también rechazaron a Jesús”. Dijo : “Tú no eres Él. Vete de aquí antes de que te rompa los huesos. Yo no soy tu padre”. Decidí que tenían que arrestarle y fui a buscar a un policía ». « “Bob Dylan’s 115th dream” : Well I rapped upon a house / with the U. S. flag upon display / I said, could you help me out / I got some friends down the way / The man says, you know they refused Jesus too / He said, you’re not him / Get out of here before I break your bones / I ain’t your pop / I decided to have him arrested / and I went lookin’ for a cop ». Cf. José Christian PÀEZ, El plagio de Raúl Zurita, « La Semana » (« Las últimas noticias »), Santiago du Chili, 8 août 1993, pp. 12-13.

2 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Editions du Seuil, coll. « Points/Essais », 1982, p. 292.

3 Selon Gérard Genette, un hypertexte est « tout autre texte dérivé d’un texte antérieur par transformation simple (nous dirons désormais transformation tout court) ou par transformation indirecte : nous dirons imitation ». Cf. Gérard Genette, Palimpsestes, cit., p. 16.

4 « /CI/ Il se faisait tard quand en me prenant par l’épaule / il m’ordonna : / “Va et tue-moi ton fils” / Allons — lui répondis-je en souriant — tu te fous / de moi sans doute ? / “Bon, si tu ne veux pas le faire c’est ton problème, / mais rappelle-toi qui je suis, alors après ne / viens pas te plaindre” / D’accord — m’entendis-je lui répondre — et où / veux-tu que je commette cet assassinat ? / Alors, comme si c’était le hurlement du vent / qui parlait, Il dit : / “Loin, dans ces cordillères perdues du Chili”. /CII/ Le visage ensanglanté je frappai à sa porte : / Pour-riez-vous m’aider — lui dis-je — j’ai des amis dehors / “Va t-en d’ici — me répondit-il — avant que / je ne te fasse partir à coups de pied” / Allons — lui fis-je remarquer — vous savez qu’on a aussi / rejeté Jésus. / “Toi tu n’es pas Lui” — me répondit-il — fiche le camp / ou je te casse la figure. Je ne suis pas ton père” / S’il vous plait — insistai-je — les gars qui sont / dehors sont vos fils... / “D’accord — répondit-il en se calmant — emmène-les à la terre promise” / Bien : mais où se trouve cet endroit ? — demandai-je — / Alors, comme si c’était une étoile qui / le disait, il me répondit : / “Loin, dans ces cordillères perdues du Chili”. /CIII/ Réveillé soudain je l’entendis en rêve après la / nuit / “Hé, Zurita — me dit-il — prends ta femme et ton / fils et barre-toi sur le champ” / Ne dis pas de bêtises — lui répondis-je — laisse-moi dormir en paix / je rêvais de montagnes qui marchent... / “Oublie ces âneries et dépêche-toi — me pressa-t-il — / tu ne penses tout de même pas que tu as tout le temps du / monde. Le Duce est en train de s’approcher” / Ecoute-moi — répondis-je — rappelle-toi qu’il y a longtemps / déjà que tu me racontes des salades, n’essaie pas / de me répéter ces histoires. Je ne suis pas Joseph. / “Suis la route et ne discute pas. Très bientôt / tu sauras la vérité” / “D’accord — lui répliquai-je presque en pleurant — et où / pourra-t-elle donner le jour tranquillement ? / Alors, presque comme si c’était la Croix elle-même / qui s’illuminait, Il répondit : / “Loin, dans ces cordillères perdues du Chili” » (la traduction nous appartient). Cf. Raúl ZURITA, « Allá lejos », Anteparaíso, Madrid, « Visor de Poesía », n° 268, 1991, pp. 77-81.

5 « Nos llevaron a la Escuela de Ingeniería Naval, que está en Salinas […]. Lo que más les interesaba era ubicar a los jefes y dirigentes de la Federación de Estudiantes […]. Yo había sido miembro de las Juventudes Comunistas en la universidad, pero un militante de base, sin ninguna importancia […]. De ahí nos distribuyeron en dos barcos de la Compañía Sudamericana de Vapores, el Maipo y el Lebu, y también a dos detenidos importantes en La Esmeralda » (la traduction nous appartient). Juan Andrés PIÑA, « Raúl Zurita : abrir los ojos, mirar hacia el cielo », in Conversaciones con la poesía chilena, Santiago du Chili, Pehuén Editores, octobre 1990, pp. 205-206.

6 Amesty international, Chili : rapport sur la torture et sur les prisonniers « disparus », Paris, EFAI, septembre 1981, p. 21.

7 Luis Sepulveda, « L’infâme histoire de l’infamie », La folie de Pinochet, Paris, Editions Metailié, 2003, pp. 67-68.

8 Pierre Riado, L’Amérique latine de 1945 à nos jours, Paris, Masson Histoire, coll. « Un siècle d’histoire », 1992, p. 298. Nous apprenons aussi que : « La DINA est créée officiellement le 14 juin 1974 par le Décret-loi 521. Elle y est présentée comme ‘‘un organisme militaire de caractère technico-professionnel dépendant directement de la Junte militaire dont la mission sera de réunir toute l’information nécessaire pour la formation des politiques, la planification et l’adoption des mesures indispensables pour sauvegarder la sécurité du pays’’ ». Jac Forton, L’affaire Pinochet. La justice impossible, Paris, L’Entreligne, coll. « Monde contemporain », mai 2002, Amnesty International, pp. 42-43.

9 Sergio Zamora, arrêté le 15 mai 1975, fait part de son expérience de sept heures dans un centre de torture de la DINA : « Ils me frappèrent sauvagement les chevilles avec un objet dur, à plusieurs reprises. Avec le même objet, ils me frappèrent la partie supérieure du bras. C’était le traitement que la DINA réservait à tous les détenus. Avec quelques variantes, cela faisait systématiquement partie de la torture. Tous ceux que je connaissais et qui avaient été arrêtés auparavant avaient connu le même sort ». Sergio Zamora, Sept heures entre les mains de la DINA, Paris, Editions Florent Massot, 1993, p. 48.

10 La seule différence entre la DINA et la CNI est que la première dépend de la Junte, tandis que la seconde dépend du Ministère de la Défense, mais la violence de leurs actes est très proche.

11 Adriana Castillo De Berchenko, ‘Hot line’ de Luis Sepúlveda et la transition chilienne à la démocratie, « Cahiers d’études romanes », nouvelle série, n° 15/2, Roman policier et Histoire. Amérique latine, 2006, pp. 143-151.

12 Lire : Loreto Rebolledo, María Elena ACUÑA, Narrativas del exilio chileno, « Proyecto DID », n° 314/1999, El exilio y el retorno en la experiencia de hombres y mujeres chilenos : del recuerdo individual a la memoria colectiva, 19 p.

13 Ainsi, Marcelo Coddou souligne que « la situation du poète en exil l’oblige également à prêter attention à d’autres réalités, qui s’ajoutent […] à ce qui se passe dans le pays lointain, mais qui constituent un champ propre d’expériences : la distance effective du front de Résistance, le sentiment de solitude et d’abandon dans un milieu jamais hostile mais en tout cas étranger, l’éloignement des sources matérielles et quotidiennes de son écriture » — « La situación del poeta en exilio le obliga también a atender a otras realidades, unidas [...] a lo que pasa en el país lejano, pero que constituyen un campo propio de experiencias : la distancia efectiva del frente de Resistencia, el sentimiento de soledad y abandono en medio de un ámbito nunca hostil pero sí extraño, [...] el alejamiento de las fuentes materiales y cotidianas de su escritura » (la traduction nous appartient). Cf. Marcelo Coddou, Poesía chilena en el exilio, « Araucaria de Chile », Madrid, Ediciones Michay, n° 14, 1981, p. 104.

14 En exil s’organise une véritable lutte contre la dictature. Ainsi, de nombreux poètes chiliens, comme Óscar Hahn (1938), Gustavo Mujica (1948), Roberto Bolaño (1953), ou encore Jorge Montealegre (1954), fuient en exil, et continuent leur travail créatif et leur dénonciation à l’extérieur. Au cours de ces mêmes années, le poète Óscar Hahn (qui commence à écrire dans les années 1950, et ne fait donc pas partie, à proprement parler, de la génération de Raúl Zurita), exilé aux États-Unis, écrit « Hotel de las nostalgias », publié dans la revue « Araucaria de Chile » en 1981, et considéré comme étant un « poema del Golpe ».

15 Cette correspondance inédite est contenue dans notre thèse de Doctorat, soutenue le 4 juillet 2008, et la traduction nous appartient. « Yo no soy creyente, pero eso significa muy poco, la palabra Dios es una palabra incrustada en las lenguas romances y el castellano es el idioma de la contrarreforma y de la evangelización de América, las lenguas tienen una memoria diferente que la de los hombres que las hablan y quitar el catolicismo de la lengua castellana es imposible, no sería este idioma [...]. En la poesía que yo escribo dejo hablar esa memoria de la lengua, ella es mucho más fuerte que yo. La Biblia es la utopía de toda literatura, al menos en Occidente. Un libro escrito por múltiples generaciones y por múltiples autores. Es la máxima representación de lo literario. [...]. Leo mucho a los poetas bíblicos, a Isaías, a Jeremías y a Oseas, son, junto a Homero, la base de nuestras existencias, de nuestros nombres [...]. Nunca creí en Dios, ni de niño, pero las historias del Viejo Testamento me marcaron desde antes de que supiera leer ». Cf. Benoît Santini, Le discours poétique de Raúl Zurita : entre silence et engagement manifeste dans le Chili des années 1975-2000, Thèse de Doctorat nouveau régime d’Etudes latino-américaines, Université de Provence, 2008, sous la direction du Professeur Adriana Castillo de Berchenko, 508 pages + Annexes.

16 Nous optons pour le terme générique de « transposition » qui nous permettra d’insister sur l’idée de transformation, sur les ajouts et les modifications énonciatives, temporelles et spatiales dont se sert le poète afin de transmettre son message.

17 Gérard Genette, Palimpestes, cit., p. 292.

18 Cf. Genèse, La Bible de Jérusalem, Paris, Les Éditions du Cerf, 2008, p. 44. Ce poème rappelle également l’épisode d’Hérode qui ordonne de tuer tous les enfants de moins de deux ans en Judée. Vu que dans cet épisode, Hérode ne s’exprime pas directement puisque l’événement est narré au style indirect, la comparaison nous semble moins pertinente.

19 Le livre de Josué, La Bible de Jérusalem, cit., p. 308.

20 L’Évangile selon saint Matthieu, La Bible de Jérusalem, cit., p. 1641. On trouve aussi dans la Genèse un épisode où Loth, patriarche biblique, neveu d’Abraham, doit emmener sa femme et ses deux filles afin d’échapper à la destruction de la ville. « Lot alla parler à ses fu turs gendres, qui devaient épouser ses filles : “Debout, dit-il, quittez ce lieu, car Yahvé va détruire la ville”. Mais ses futurs gendres crurent qu’il plaisantait. Lorsque pointa l’aurore, les Anges insistèrent auprès de Lot, en disant “Debout ! prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent là, de peur d’être emporté par le châtiment de la ville” ». La Genèse, La Bible de Jérusalem, cit., p. 41.

21 On lit : « Entendant cela, tous dans la synagogue furent remplis de fureur. Et, se levant, ils le poussèrent hors de la ville et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline sur laquelle leur ville était bâtie, pour l’en précipiter ». Cf. L’Évangile selon saint Luc, La Bible de Jérusalem, cit., p. 1729.

22 « La fácil fluidez que logra Zurita entre las palabras de San Lucas y una especie de lingua franca hispánica en la cual aparecen expresiones argentinas, chilenas y españolas tradicionales — dichas todas en un tono evocador de teleserie mexicana constituye un gran acierto. En poemas como éste hay una fricción entre lenguas y experiencias distintas » (la traduction nous appartient). Cf. Anthony Cussen, El “Anteparaíso” de Zurita y la situación de la crítica en Chile, « Realidad », n° 43, décembre 1982, p. 24.

23 Marco Antonio De la Parra, Lettre ouverte à Pinochet. Monologue de la classe moyenne chilienne avec son père, Paris, Le serpent à Plumes, 1998, p. 79.

24 Tel est le cas du discours du 11 mars 1981, où Pinochet affirme : « Je demande à Dieu Tout Puissant, avec l’humilité du soldat et la foi du gouvernant, de m’illuminer dans la difficile tâche de conduire notre chère Patrie sur le chemin de sa meilleure tradition et de continuer à nous accorder sa protection face à l’action destructrice et mal intentionnée, aussi bien intérieure qu’extérieure » (la traduction nous appartient). Cf. Augusto Pinochet, Discurso presidencial 11 de marzo de 1981. Discurso pronunciado por S.E. el Presidente de la República, General de Ejército Don Augusto Pinochet Ugarte, con ocasión del inicio del período presidencial establecido en la Constitución política de la República de Chile del año 1980, Santiago du Chili, CEPCO, División de Comunicación Social, 1981, 13 p.

25 « Comencé a escribir El Dios de Pinochet el 11 de septiembre de 1973. Tenía que explicarme lo que estaba ocurriendo, porque no se correspondía para nada con la imagen del país que yo conocía y amaba […]. Leyendo arengas, discursos, proclamas, revisando las citas de los dictadores, revisando imágenes, llegué a la conclusión de que nada mostraba mejor su raciocinio que los mitos de legitimación. Ellos fueron desarrollados ampliamente en el momento del golpe para convencer a la ciudadanía de la necesidad de romper el orden democrático. (…). El título nació seis meses después, con un triunfador discurso de Pinochet en que invocó al “Dios Todopoderoso”. Viví con horror la impunidad de sus crímenes » (la traduction nous appartient). Consulter le site :
http://www.prometeolibros.com.ar/MainSite/Libro/el-dios-de-pinochet/miguel-rojas-mix/ IdLibro381352

26 Dans les années 1980, les montagnes et cordillères du Chili étaient connues comme étant de possibles cimetières clandestins : citons par exemple Montegrande (ville des Andes), Lonquén (Région métropolitaine de Santiago) ou la cordillère Nahuelbuta au sud du pays. Les personnes qui travaillaient au sein des associations de défense des Droits de l’Homme, et les gens de gauche étaient au courant, tout comme les militaires et gens de droite. Les personnes de tous bords politiques écoutaient « Radio Moscú » — cette radio émettait depuis Moscou, et avait été lancée par des syndicalistes, des intellectuels et des dirigeants communistes exilés — qui rapportait ces faits, notamment dans l’émission « Escucha Chile ». De plus, les secteurs progressistes de l’Eglise Catholique (par le biais de l’organisme « Vicaría de la Solidaridad ») dénonçaient ces actes aux tribunaux de justice qui n’agissaient guère. Un exemple précis de ces actes est rapporté par le lieutenant-colonel Olagier Benavente qui explique lors d’une entrevue que « Certains de ces corps ont été jetés à la mer et d’autres ont été jetés dans les hauts sommets de la Cordillère » — « Algunos de esos cuerpos fueron lanzados al mar y otros fueron tirados en las altas cumbres de la Cordillera » (la traduction nous appartient.). Pour la citation, cf. Pedro VEGA, Ex intendente militar de Talca habla sobre desaparecidos, « La Tercera », 25 juin 1999,
www.memoriaviva.com/culpables/criminales %20b/Benavente1.htm

27 Ces propos sont extraits de notre correspondance électronique avec le poète, ainsi que ce qui suit : « Je n’étais pas au courant de la Caravane de la Mort à ce moment-là, nous savions ce qui s’était passé, mais pas les détails. Cela s’est su par la suite au Chili grâce au livre de la journaliste Patricia Verdugo. Mais nous savions bel et bien que le Chili tout entier était un territoire de mort. » — « No sabía en ese momento el dato de la Caravana de la Muerte, lo que había sucedido lo sabíamos, pero no los detalles. Eso en Chile se supo después por el libro de la periodista Patricia Verdugo. Pero sí sabíamos que todo Chile era un territorio de muerte. La cordillera me pareció un marco muy fuerte para situar esas tres acciones, por eso la puse allí » (la traduction nous appartient).

28 Le lien avec le biographique s’arrête là : le poète n’a pas perdu ses enfants pendant la dictature, et ne part pas en exil.

29 Au premier millénaire avant notre ère, la Palestine connaît une forte poussée démographique. Une première vague d’émigration se dirige vers les autres contrées du Moyen Orient et de la Méditerranée : c’est ce que l’on appelle diaspora (diaspora en grec signifie dispersion). Elle est parfois contrainte, par exemple lorsque Nabuchodonosor, roi de Babylone, déporte les habitants de la Judée à Babylone.

30 L’holocauste est le sacrifice d’un animal qui doit être, sur l’autel, tout entier consumé par le feu, après avoir été égorgé s’il est de gros ou petit bétail : veau ou taureau, mouton ou chèvre. Moins couramment semble-t-il, l’holocauste pouvait être aussi le sacrifice d’une tourterelle ou d’un pigeon. Comme il s’agit d’un présent offert à Dieu, la victime devait être sans défaut, prise parmi les jeunes mâles. Le rituel de l’holocauste est décrit au livre du Lévitique, au chapitre 1. La victime brûlait sur du bois disposé sur l’autel des holocaustes.

31 Pour reprendre les termes de Frédéric Rouvillois, l’utopie est le « ’’lieu qui n’est pas’’ (utopia) » ou « le ‘‘lieu du Bien’’ (Eu-topia), la Cité idéale faisant ressortir par contraste l’imperfection de l’ordre existant ». Lire : Frédéric Rouvillois, « Introduction », L’Utopie, Paris, GF Flammarion, coll. « Corpus », 1998, p. 9.

32 Jean Franco, De Fuentes à Taibo II : continuités et ruptures, in Néstor Ponce (coord.), Ecrire le Mexique : La región más transparente. Carlos Fuentes. Sombra de la sombra. La vida misma. Paco Ignacio Taibo II, Paris, Editions du Temps, coll. « CAPES et Agrégation d’Espagnol », 1998, p. 29.

33 « Detrás de las capas de aparente tranquilidad en que viven los escritores de nuestro tiempo, hay conflictos muy profundos y cosas que no se muestran, pero que ahí están. El arte siempre va a indagar en esas zonas : la absoluta desigualdad, la violencia, la condena a tantos se res humanos a llevar vidas terribles, en un mundo que tiene todos los recursos para satisfacer las necesidades básicas de todos » (la traduction nous appartient). Consulter le site : http://rie.cl/ ?a=131945, 3 janvier 2008.

34 Fernando Moreno écrit d’ailleurs : « La littérature fouille dans le passé, elle veut sauver ce passé depuis la perspective d’une éthique de sauvegarde de la mémoire historique, de l’expérience et de la mémoire individuelle et collective, afin de construire ainsi, grâce à l’imagination et au langage, un territoire qui contribue à l’accroître et à la consolider » — « La literatura indaga en el pasado, quiere rescatar ese pasado desde la perspectiva de una ética de salvaguarda de la memoria histórica, de la experiencia y de la memoria individual y colectiva, para construir así, con imaginación y lenguaje, un territorio que contribuya a acrecentarla y a consolidarla » (la traduction nous appartient). Cf. Fernando Moreno, « Presentación », in Fernando Moreno (dir.), La memoria de la dictadura. Nocturno de Chile, Roberto Bolaño, Interrupciones 2, Juan Gelman, Paris, Ellipses, coll. « Agrégation Espagnol », 2006, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Santini, « La réécriture d’événements de l’Ancien et du Nouveau Testament dans les poèmes « Allá lejos » (Anteparaíso, 1982) du Chilien Raúl Zurita », Cahiers d’études romanes, 20 | 2009, 227-247.

Référence électronique

Benoît Santini, « La réécriture d’événements de l’Ancien et du Nouveau Testament dans les poèmes « Allá lejos » (Anteparaíso, 1982) du Chilien Raúl Zurita », Cahiers d’études romanes [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1824 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1824

Haut de page

Auteur

Benoît Santini

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org