Navigation – Plan du site
Hommages croisés en poésie

Une Smisurata réécriture. De Alvaro Mutis à Fabrizio De André

Giovanni Privitera
p. 409-428

Résumés

Comme tous les arts contemporains la chanson est un art de la synthèse : la combinaison d’un texte et d’une musique, ou tout au moins d’une mélodie, indissociables l’un de l’autre. Dans son œuvre Fabrizio De André pousse cet hybridisme intrinsèque de la forme chanson à son paroxysme : on décèle dans celle-ci des procédés de réécriture très variés (citations, traductions, variantes, parodies…) provenant de tous horizons chronologiques, géographiques et artistiques. Le dernier titre de son dernier album, Smisurata preghiera, est un cas très particulier d’intertextualité puisque la chanson n’est que juxtapositions de vers piochés dans toute l’œuvre du poète colombien Àlvaro Mutis. Nous proposons ici l’analyse comparative du texte et de ses sources.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Colombie

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

« Ce qu’il importe, ce n’est pas de dire, c’est de redire et, dans cette redite, de dire chaque fois encore une première fois. »
Maurice Blanchot, L’entretien infini

« L’artiste du futur comprendra qu’inventer une fable, une chanson émouvante, une comptine […] et dessiner une image capable de réjouir des dizaines de générations ou des millions d’enfants et d’adultes, est immensément plus important et fécond qu’écrire un roman ou une symphonie ou encore peindre une toile susceptible de distraire, pour quelque temps, un nombre réduit de personnes des classes riches, pour ensuite être oublié à jamais. »
Léon Tolstoï

Fabrizio De André : l’homme, l’œuvre

1Fabrizio De André est une figure incontournable de la culture italienne de la deuxième partie du XXe siècle. Il naît à Gênes le 18 février 1940 et décède le 11 janvier 1999 à Milan. La musique apparaît assez tôt dans sa vie : à huit ans, il commence les cours de violon ; à quatorze, les cours de guitare, ce qui deviendra par la suite et pour la suite de sa carrière, son instrument fétiche. En 1956, il intègre le Modern Jazz Group et il commence à écouter les chanteurs français : Piaf, Bécaud, Brel, Ferré et surtout Brassens. Il faut savoir que De André a traduit et adapté huit chansons du célèbre Sétois : Le gorille, Mourir pour des idées, Dans l’eau de la claire fontaine, Marche nuptiale, ou encore Les passantes pour ne citer que les plus connues. Il a également repris des morceaux de Bob Dylan et Leonard Cohen.

2C’est en 1960, alors qu’il n’a que 20 ans, qu’il écrit sa première chanson La ballata del Miché. Jusqu’en 1966 apparaissent sur le marché plus d’une dizaine de 45 tours et en 1966 sort son premier album, regroupant tous ses titres parus jusque là et quelques inédits.

3En trente ans de carrière il produit quatorze albums. C’est un artiste très productif durant les vingt premières années, puisqu’en 1984 avec la sortie de Creuza de ma il publie son douzième album. Les sorties des deux derniers disques sont, elles, plus espacées dans le temps. Le Nuvole paraît en 1990 après six ans d’absence sur le marché du disque. Son dernier album, Anime salve, sort trente ans après son tout premier, en 1996. Il conclut sa carrière par une tournée triomphale d’un an en Italie, de mars 1997 à mars 1998.

4Un événement très particulier marque la vie et surtout l’image publique de De André. En 1979 il est enlevé avec sa femme par des indépendantistes sardes. Suite à sa libération, fortement médiatisée, après quatre mois de captivité, il déclarera ne pas déposer plainte contre ses ravisseurs. Les thématiques de son album successif, L’Indiano, paru en 1981, seront d’ailleurs consacrées aux populations autochtones auxquelles on a volé l’indépendance.

5Il meurt prématurément d’un cancer le 11 Janvier 1999 à 2h30, à l’Istituto tumori de Milan.

Les cantautori, la chanson

6De André s’inscrit dans la catégorie de ceux que l’on appelle en Italie « cantautori », néologisme né dans les années 60 pour désigner les auteurs-compositeurs-interprètes. Même si ce terme a subi une inflation démesurée depuis, il est positivement connoté dans l’imaginaire collectif des Italiens comme l’est l’expression « chanson d’auteur » en France.

7Contrairement aux autres domaines artistiques qui, dans l’immédiat après-guerre, rompent immédiatement avec le régime fasciste, l’art de propagande et d’isolement de la réalité — au cinéma la saison néoréaliste est une des plus prolifiques du cinéma italien, en Littérature Cristo si è fermato a Eboli ou Cronache di poveri amanti par exemple, se confrontent directement avec la dure réalité sociale de l’après-guerre italien, quant à la Peinture un artiste comme Guttuso peint en ces années des toiles fortement revendicatives comme La fucilazione dei patrioti (1944) ou encore L’occupazione delle terre incolte in Sicilia (1949) —, la chanson elle, n’a jamais autant mérité l’adjectif de leggera que dans ces années là. Elle témoigne de la même envie d’évasion qu’elle montrait dans les années 30.

8C’est à partir de la naissance de Cantacronache à Turin en 1957, collectif de musiciens et d’auteurs créé dans le but de valoriser la chanson italienne par l’engagement social, et qui regroupe notamment Fausto Amodei, Sergio Liberovici, Michele Straniero ou encore Italo Calvino, que l’on commence à prendre conscience de la portée que peut avoir la chanson. L’année suivante tout s’enchaîne. La maison d’éditions musicales Nanni Ricordi ouvre une section Disques. C’est ce que nous explique la chanteuse Wilma dans l’ouvrage Paoli d’Arnaldo Bagnasco :

  • 1 Arnaldo Bagnasco, Paoli, Bologna, Muzzio editore, 2000.

Ed ecco che vi si sono presentati una quantità di ragazzi che conservavano fino ad allora nei loro cassetti le loro idee nuove, originali ed intelligenti. Le società editrici li hanno sentiti ed incoraggiati ed i migliori hanno avuto la possibilità di piazzarsi. È così che si è formata o meglio che si sta formando una piccola intellighenzia della musica leggera composta da giovani che cantano come gli pare, senza seguire schemi ne regole fisse, che si esprimono anche con parole difficili, che hanno il senso dell’umorismo e una poesia particolare che appartiene solo a loro.1

9Et puis en cette même année 1958, Domenico Modugno gagne le festival de San Remo avec une chanson révolutionnaire aussi bien dans la forme, le texte, que dans l’interprétation et la gestuelle du chanteur : Nel blu dipinto di blu.

10La chanson, qui naît elle-même d’un certain hybridisme, de l’assemblage de deux arts, la musique et la poésie, voit déferler dans son univers cette vague de jeunes cantautori, une catégorie d’artistes nouveaux, une figure hybride par définition, chanteur, auteur et acteur voire réalisateur de sa performance ; un artiste complexe à cheval entre les arts : l’écriture, la musique, le théâtre.

  • 2 Marcel Proust, Éloge de la mauvaise musique, dans Les plaisirs et les jour, Paris, Gallimard, 1962.
  • 3 Encyclopœdia Universalis, volume 4, article « chanson », 1980, p. 157.

11C’est peut-être cet hybridisme originel qui a longtemps valu à la chanson cet étiquetage de « culture inférieure », d’ « art mineur », de « mauvaise musique » comme l’appelait Proust2, d’activité bâtarde mélangeant musique, poésie et théâtre sans pour autant atteindre la plénitude ni de l’une ni des autres. Ce mépris qui colle à la chanson se répercute donc sur ceux qui s’y intéressent et qui y consacrent leurs recherches. « L’étude des phénomènes discrédités est elle-même discréditée » écrivait Edgar Morin3.

  • 4 Jean Guichard, La chanson dans la culture italienne, Paris, Editions Honoré Champion, 1999, 456 p.

12Cela dit, pour reprendre un célèbre titre de Bob Dylan The times are changing et cela est tout à fait vrai concernant la reconnaissance de la chanson d’auteur en général et en Italie tout particulièrement. La culture scolaire et universitaire commence à sortir de cet analphabétisme musical. De nombreux événements le prouvent. En 1997, Bob Dylan est candidat au Prix Nobel de Littérature. On étudie désormais dans les écoles primaires et même au collège des textes de chansons : Pierre Perret, Georges Brassens ou Renaud en France ; Lucio Dalla, Paolo Conte ou Fabrizio De André en Italie. Au niveau universitaire, on attribue désormais une place grandissante à la chanson, même si elle reste un domaine d’étude marginal : différentes thèses de doctorat en sociologie portent sur le rock ou le rap. Une thèse de Jean Guichard sur la chanson italienne a même été publiée en 19994.

13Les choses progressent mais le retard est loin d’être comblé, les barrières mentales qui voient automatiquement la chanson comme un domaine culturel de second plan ne sont pas encore tombées. L’ampleur des études dans ce domaine (pourtant en voie d’expansion) ne reflète toujours pas, et nous en sommes loin, l’importance culturelle ni la place que prend la chanson dans le panorama artistique et social d’un pays comme l’Italie. Dans « la Repubblica » du 30 Octobre 1996, Gino Castaldo, journaliste, linguiste et musicologue, écrivait ces mots qui résument parfaitement ce propos :

Se il resto della cultura non si rende conto che un disco di De André è un evento poetico importante per il nostro paese, per la nostra coscienza civica e letteraria, ebbene, questo segna un ritardo del nostro ambiente culturale ma per niente un ritardo della canzone.

14En effet, en ces temps de mass-media, on peut peut-être dire que la chanson a réussi là où le théâtre a échoué, conjuguant tant bien que mal art et marché, et passant du statut d’une des formes possibles de la culture populaire à représentant indiscutable de la tradition orale. À partir de la fin des années cinquante, la chanson d’auteur s’est peut-être même associée petit à petit au cinéma, sans conteste l’art majeur de l’après-guerre italien, en tant que reflet fidèle de la société, un reflet éblouissant bien plus que ne le sont désormais des champs culturels traditionnels tels que la peinture ou la poésie par exemple. De plus la chanson semble être un domaine artistique fédérateur de toute forme d’art. Nous avons noté tout au long de nos recherches, un lien profond et continu qui rattache la chanson aux autres formes d’art et de culture : littérature, poésie et musique, évidemment, mais aussi peinture et cinéma.

De André et la réécriture

15De André est incontestablement l’un des plus célèbres représentants de cette chanson d’auteur italienne des années 60 à nos jours. Et son œuvre est particulièrement représentative de cette tendance à l’ouverture vers d’autres formes d’art. Elle est hybride, on y décèle une multitude de références poétiques (François Villon, Charles Baudelaire…), narratives(Álvaro Mutis…), théâtrales (Aristophane…), picturales (Pieter Brueghel, Giotto…), ou encore cinématographiques (Pier Paolo Pasolini, Stanley Kubrick…) éparpillées sur plus de huit siècles, quatre continents et une vingtaine de pays. On y trouve également une grande hétérogénéité de procédés de réécriture : traduction, citation, variante, parodie ou encore comme pour sa Smisurata preghiera, la condensation de toute une œuvre en une chanson.

16Au cours de son dernier concert à Rome en 1998, en parlant des marins de la grande République de Gênes du XVIe siècle, l’auteur compositeur génois disait :

  • 5 De André, L’ultimo concerto al teatro Brancaccio di Roma 13 e 14 febbraio 1998, Milano, Mondadori, (...)

Non portavano dai loro viaggi solo merce e contropalanche, ma anche cultura, che adattavano alla propria.5

  • 6 D. Fasoli, Fabrizio De André. Passaggi di tempo : da Carlo Martello a Princesa, Roma, Edizioni asso (...)

17L'auteur semble avoir fait la même chose dans son œuvre, réemployant dans celle-ci une part de ce que lui ont apporté ses voyages, surtout à travers les livres (lui qui affirmait lire un livre par jour, qualifiant la littérature de « nonno che non ho mai avuto »6), mais aussi ses voyages proprement dits, ses rencontres. Cela se ressent aussi bien au niveau musical, par les apports d'instruments d'origines diverses et peu communes, qu'au niveau textuel, comme nous l'avons dit, par la diversité des sources mais aussi par l'utilisation de plusieurs langues (sarde, génois, langue rom...).

18Si toute grande œuvre artistique, littéraire ou non, se nourrit d’obsessions, Fabrizio De André dénoue, au fil de sa carrière, celles qui ne l’ont jamais quitté : désespérance et conscience de l’échec gouvernent inexorablement la destinée humaine. C’est pourquoi ses personnages sont des héros inversés, des mésaventuriers. Ils n’ont rien de surhumain, bien au contraire ce sont des héros à visage humain ; leur grandeur réside dans leur humanité poussée à l’extrême. À travers Marinella, Nancy, Bocca di rosa, Geordie ou Miché et l’errance de tant d’autres protagonistes, De André ne propose rien de surnaturel, il met simplement sous les feux des projecteurs la pratique difficile du métier d’Homme. Il faut cependant avouer que le panorama humain que propose De André dans son œuvre n’est pas forcément représentatif de l’espèce tout entière ; l’auteur a une insistante tendance à se focaliser sur les marginaux, les rejetés, les pauvres, les désœuvrés, pratiquant ante-litteram dans ses chansons une sorte de discrimination positive. Et il en est de même pour ce qui est du panel d’auteurs errant dans son œuvre. Il faut noter une pratique de réécriture de-andréenne, à la fois logique et particulière : la grande majorité des auteurs que De André traduit ou adapte, ceux dont il s’inspire, ont aussi chanté les démunis, les marginaux et ont eux-mêmes une réputation de non-conformistes. C’est une pratique qui prend tout son sens si l’on considère qu’il est logique qu’un auteur traite les mêmes thèmes que ses maîtres spirituels. Mais cette pratique prend une tournure toute singulière dans l’œuvre de De André, où elle est poussée à l’extrême et où l’on peut clairement déceler toute une paradoxale communauté d’auteurs marginaux, paradoxalement réunis sous un même étendard : la défense des miséreux.

Smisurata preghiera

  • 7 Álvaro Mutis, Empresas y tribulaciones de Maqroll el gaviero, Madrid, Alfaguara ediciones grupo San (...)
  • 8 In Dialogues avec Claire Parnet, Paris, Flammarion, 1977, 184 pages.
  • 9 Antoine Compagnon, La seconde main, Paris, Le Seuil, 1979, 408 pages.

19Le texte que nous allons analyser dans cet article, Smisurata preghiera, est à la fois le morceau qui clôt Anime salve, le dernier album de De André et donc toute sa production, son élégie finale, le condensé thématique de toute son œuvre, mais aussi un cas extrême d’intertextualité. En effet, la chanson est entièrement construite à partir de juxtapositions devers et de phrases tirées de l’œuvre de l’écrivain colombien Álvaro Mutis, la saga de Maqrol el gaviero7, pour former un tout unitaire et indépendant, car comme le dit Deleuze : « la citation suppose que quelqu’un d’autre s’empare du mot, l’applique à autre chose, parce qu’il veut dire quelque chose de différent »8. C’est une sorte de jeu auquel se livre De André, à la façon des poètes surréalistes. Concernant la réécriture, Antoine Compagnon parle d’un procédé de couper-coller9 ; Smisurata preghiera en est une démonstration des plus probantes.

20De plus, les textes de Mutis sont écrits en espagnol, il va donc falloir prendre en compte un autre aspect de réécriture : la traduction.

21Si en littérature et en poésie on traduit plutôt des textes que des langues — chaque texte représentant un cas particulier de l’utilisation de la langue —, la traduction de chanson doit forcément prendre en compte la prosodie et l’oralité. Cela dit, dans le cas qui nous intéresse, on ne peut pas vraiment parler d’une traduction de chanson, ni même de traduction d’un texte littéraire ; en ce sens que la traduction est opérée sur des vers de Mutis qui sont totalement extirpés de leur contexte originel et resémantisés. Cette resémantisation est donc complètement libre, De André n’a pas à rester fidèle à un quelconque contexte puisque d’un vers à l’autre on passe de la réécriture d’une certaine poésie à la réécriture d’un tout autre poème. Il s’agit donc d’un cas de traduction très particulier.

22Deux éventualités sont à envisager. Soit ces vers ont été choisis par l’auteur génois, non seulement pour leur signification, mais pour leur sonorité. Cela supposerait que De André ait pioché ces vers dans des traductions italiennes des œuvres de Mutis (les modifiant parfois), ou qu’il ait choisi ces vers dans les textes en langue originale en fonction de la traduction qu’il pouvait leur donner. Soit, autre possibilité, assez peu probable, De André aurait écrit sa chanson en espagnol dans un premier temps pour ensuite la traduire en italien.

23En écartant la deuxième possibilité (c’est l’option que nous choisissons) l’aspect traduction perd en quelque sorte de son importance. L’essentiel n’étant pas de savoir si De André est en mesure de traduire de l’espagnol à l’italien ou pas, mais de savoir à quel point la contrainte de la traduction a poussé l’auteur génois à la création. Si toute traduction suppose une interprétation, du sens et du contexte, dans le cas de Smisurata preghiera les vers sont si brefs et déracinés de leur contexte premier qu’il est impossible d’analyser la part d’interprétation. De André n’a pas à s’attacher à un certain sens ni à un certain contexte, il n’y a donc pas de contrainte de traduction ou du moins on ne peut pas déceler la part d’interprétation du traducteur.

24Ce qui reste, ce qui transparaît à la lecture du texte par rapport aux textes sources, c’est un certain esprit, une similitude thématique, un message allant dans le même sens. Comme nous l’avons dit plus haut, en plus d’être entièrement un remodelage des vers d’un autre auteur traduits en italien, cette chanson sonne comme la somme des parcours poétiques de toute la production du Génois ; parcours qui convergent en un même point qui semble être sa quintessence : la défense et la mise en avant de la dignité humaine des minorités contre un monde, une multitude dévastatrice et brutale qui tend à cataloguer et homologuer tout et tout le monde. C’est là que réside la forte analogie entre la Smisurata preghiera et La saga de Maqroll el gaviero.

25On perçoit en effet dans toute l’œuvre de chacun des deux auteurs, Mutis et De André, une fresque de la misère humaine sur laquelle ils portent un regard indulgent mais tout aussi impartial. Si l’œuvre du Colombien est peuplée de truands, de militaires, de prostituées, d’escrocs, de pauvres d’esprit, de grincheux, d’ivrognes sympathiques, de sages, de dandys, de gredins impliqués dans la traite des blanches ; celle de De André est tout aussi peuplée de marginaux, de clochards, de prostituées, de travestis, de déserteurs, de voleurs, d’assassins ou encore de suicidaires. En bref ces deux œuvres sont marquées par un tissu humain très dense, dont le destin est la même fin inéluctable.

26Avant l’étude comparative proprement dite, présentons en quelques paragraphes Álvaro Mutis ainsi que la saga de Maqroll el gaviero.

La saga de Maqroll el Gaviero en quelques mots

27Maqroll el Gaviero est un personnage qui est au cœur de toute l’œuvre d’Álvaro Mutis, des premiers poèmes jusqu’au dernier récit. Du propre aveu de l’auteur on ne peut pas concevoir l’un sans l’autre.

  • 10 Michèle Lefort, Álvaro Mutis et Maqroll el Gaviero, Rennes, Presses universitaires, 2001, quatrième (...)

28Comment caractériser Maqroll en quelques phrases ? Très rares sont les descriptions physiques de ce personnage. Son nom a été créé de toute pièce par l’écrivain colombien afin qu’il n’ait aucune attache, aucune origine. Maqroll est en quelques mots un marin errant qui voyage pour voyager, un peu comme la Bocca di Rosa de De André aime l’amour pour l’amour. Michèle Lefort écrit : « Maqroll naît de la solitude, du scepticisme voire du pessimisme de l’auteur »10. En effet, sa grande peur est de tomber dans l’oubli, dans un monde où les règles sociales effacent l’individu et uniformisent tout, si bien qu’il mène paradoxalement une vie solitaire, il voyage de mers en ports et se retrouve dans des lieux oubliés et secrets. La dénomination qui accompagne inlassablement son nom et qui en fait désormais partie, el Gaviero, indique la vigie, celui qui, sur un bateau, se trouve sur la hune et qui a la possibilité de voir plus loin que l’horizon.

  • 11 Álvaro Mutis, La nieve del almirante, Madrid, Alfaguara, 1986.
  • 12 Id., Llona llega con la lluvia, Barcelona, Oveja Negra, 1988
  • 13 Id., Un bel morir, Barcelona-Milano, Oveja Negra — Mondadori, 1989.
  • 14 Id., La última escala del tramp steamer, Mexico, El equilibrista, 1988.
  • 15 Id., Amirbar, Bogotà, Norma - Siruela, 1990.
  • 16 Id., Abdul Bashur, soñador de navío, Bogotà, Norma - Siruela, 1991.
  • 17 Id., Tríptico de mar y tierra, Madrid, Norma, 1993.

29Ce qu’on appelle la saga de Maqroll el gaviero, à laquelle De André extirpe les phrases qui constitueront sa chanson, est composée d’une œuvre poétique publiée en espagnol et entièrement regroupée sous le titre La summa de Maqroll el gaviero, et d’une œuvre narrative constituée de sept récits rassemblés dans Empresas y tribulaciones de Maqroll el Gaviero (La nieve del almirante11, Llona llega con la lluvia12, Un bel morir13, La última escala del tramp steamer14, Amirbar15, Abdul Bashur, soñador de navíos16, Tríptico de mar y tierra17).

La Smisurata preghiera de De André

30La chanson (voir Annexe) est composée de deux parties clairement distinctes. Une première partie sonnant comme une dénonciation de la majorité, de la société bourgeoise et une deuxième qui se présente comme une prière, une litanie en faveur de ceux qui avancent à contre-courant, qui ne suivent pas les règles imposées par la masse.

31Au niveau métrique, chacune des deux parties est composée de trois strophes suivies par une sorte de refrain qui varie légèrement d’une partie à l’autre.

32Les deux premiers vers :

  • 18 Smisurata preghiera. — « En hauteur par rapport aux naufrages / depuis les belvédères des tours ».

Alta sui naufragi
Dai belvedere delle torri.18

sont tirés du poème Estela para Arthur Rimbaud :

  • 19 Álvaro Mutis, Estela para Arthur Rimbaud, Summa de Maqroll el Gaviero, Mexico, Fondo de cultura eco (...)

Y desde el mirador de la torre más alta.19

33Si dans la poésie il s’agit du mirador de la plus haute des tours de guet depuis laquelle partent les ordres du seigneur des sables, tombant désormais dans l’oubli, trop loin des réalités du monde ; dans la chanson le mirador devient un belvédère qui prend un sens métaphorique désignant cette fois la majorité qui trône au-dessus des naufragés, les regardant sans pour autant faire quelque chose pour eux. C’est encore plus clairement rendu par les vers qui suivent.

  • 20 Álvaro Mutis, Los elementos del desastre, Summa de Maqroll el Gaviero, Mexico, Fondo de cultura eco (...)

34Du haut de sa place de privilégiée, cette masse à la fois « china e distante sugli elementi del disastro »20, observe et contrôle les dégâts qui s’opèrent sur et par la populace, tout en restant à distance, en évitant de s’en mêler. Los elementos del desastre, plus qu’un vers, est le titre d’une poésie de Mutis faisant partie du recueil éponyme. Les vers suivants :

  • 21 Smisurata preghiera. — « Depuis les choses qui arrivent / par-delà les mots ».

Dalle cose che accadono
Al disopra delle parole.
21

sont tirés de Desde el campo dans Trilogía :

  • 22 Álvaro Mutis, Trilogía, Summa de Maqroll el Gaviero, México, Fondo de cultura económica, 1990. — «  (...)

Si éstas y tantas otras cosas suceden
Por encima de las palabras.22

35La traduction est assez proche de l’original, à quelques variantes près. Tout d’abord le si donnant une forme hypothétique au vers disparait ; dans la chanson le vers est affirmatif. Même si en réalité ce si n’est que faussement hypothétique et nous allons expliquer pourquoi plus bas. Par ailleurs, dans le poème ces vers arrivent après une longue énumération d’actions de vie très variées. On retrouve d’ailleurs le pronom démonstratif éstas (ces) qui se réfère à toutes ces actions de vie précitées, et qui se transforme dans la chanson en préposition dalle. Si dans la poésie on se demande ce qu’elles sont (énumération) et combien elles sont (y tantas otras) — mais l’on sait qu’elles existent, voilà pourquoi on a à faire à une fausse hypothèse —, dans la chanson l’essentiel est que la maggioranza reste loin de ces cose che succedono al di sopra delle parole, des mots qui ont d’ailleurs peu d’importance puisqu’ils sont dans le vers qui suit : celebrative del nulla.

36Cette multitude observe donc ce qui se passe en dessous d’elle, comme par exemple :

  • 23 Smisurata preghiera. — « Le scandale métallique / d’armes qu’on utilise ou pas ».

(Sul)Lo scandalo metallico
Di armi in uso e in disuso.
23

  • 24 Álvaro Mutis, Fragmento, Summa de Maqroll el Gaviero, México, Fondo de cultura económica, 1990.

tirés du poème en prose Fragmento24 :

Con un escándalo metálico de oxidadas armas en desuso.

37De André détourne le sens du mot escándalo qui en espagnol peut signifier scandale mais qui, dans le contexte, serait plutôt à traduire par vacarme ; il joue sur la similitude sonore des mots ou peut-être traduit-il, volontairement ou non, le sens premier du mot escándalo.

38Et c’est cette majorité qui est là :

  • 25 Smisurata preghiera. — « Conduisant la colonne / de douleur et de fumée / qui émane des batailles i (...)

a guidare la colonna
di dolore e di fumo
che lascia le infinite battaglie
al calar della sera.
25

alors que dans Trilogía le vers est à la forme interrogative :

¿ Quien guía la columna de humo y dolor
Que dejan las batallas al caer de la tarde ?

39De plus, dans la chanson cette majorité dirige et manipule les dégâts causés par cette lutte quotidienne qu’est la vie du peuple, alors qu’il s’agit d’une fausse question dans le poème, démontrant que personne ne retient rien des efforts quotidiens.

40Mais il est intéressant de noter que dans la chanson ces vers (tirés donc de Trilogia) suivent les vers tirés de la poésie en prose Fragmento, puisqu’ils ressemblent étrangement aux vers suivants de cette même poésie. On y retrouve la fumée ; on y brûle les draps qui ont enveloppé les malades et la fumée qui en émane obscurcit le ciel.

41Dans la troisième et dernière strophe de cette première partie, De André dénonce l’hypocrisie et l’arrogance de cette société bourgeoise, camouflées sous un semblant de bienséance symbolisé par la religion :

  • 26 Smisurata preghiera. — « En récitant un chapelet / d’ambitions mesquines / de peurs millénaires / d (...)

Recitando un rosario
Di ambizioni meschine
Di millenarie paure
Di inesauribili astuzie.
Coltivando tranquilla
L’orribile varietà
Delle proprie superbie.
26

42Le premier vers est tiré de A un retrato de su católica Majestad Don Felipe II a los cuarenta y tres años de su edad, pintado por Sánchez Coello, in Crónica regia y Alabanza del Reino :

Desgranando [...] un rosario de cuentas ambarinas.

43Si dans la poésie il s’agit de l’objet qui est « desgranado » selon le rite catholique, dans la smisurata preghiera le mot rosario renvoie au scettro posticcio que l’on retrouve plus loin dans la chanson, et il est à entendre cette fois comme prière. Il n’est plus « égrené » mais récité, comme si l’on faisait semblant de prier, comme si l’on récitait de « mesquines ambitions ».

44De André se sert d’ailleurs de ce mot (qui est important dans l’œuvre de Mutis, on le retrouve par exemple dans le récit Un bel morir : rosario de sordidos desastres) pour emboîter ce vers à ceux qui suivent. En effet ce rosario est également extrait d’un autre poème de Mutis, Caravansary, tout comme le sont les trois vers suivants qui sont à peu de chose près la traduction exacte de l’espagnol :

  • 27 Álvaro Mutis, Caravansary, Fondo de cultura económica, México, 1981. — « Un sordide chapelet d’astu (...)

Un sórdido rosario de astucias,
Mezquinas ambiciones,
Cansada lujuria,
Miedos milenarios.
27

45Seule la luxure disparaît dans le texte de De André, et cela parce que c’est un thème trop éloigné de ceux abordés dans la chanson.

46Le dernier vers par contre se réfère au rapport de peur ou plutôt faudrait-il dire de crainte qu’entretient le pouvoir, ou ce qui le symbolise, envers Dieu, parce qu’il sait avoir mené une existence pleine « di ambizioni meschine e di inesauribili astuzie, coltivando tranquilla l’orribile varietà delle proprie superbie ».

47Les deux derniers vers sont eux tirés de Hospital de los Soberbios du recueil Reseña de los Hospitales de Ultramar et traduits fort fidèlement :

La horrible variedad de sus soberbias.

48La deuxième partie de la chanson est, elle, consacrée aux servi disobbedienti et elle débute comme une claire invocation :

  • 28 Smisurata preghiera. — « Pour ceux qui voyagent obstinément / en direction contraire ».

Per chi viaggia in direzione ostinata e contraria.28

que l’on retrouve dans Los viajes :

  • 29 Álvaro Mutis, Los viajes, Summa de Maqroll el Gaviero, Fondo de cultura económica, México, 1990. — (...)

Los que viven en mitad del mar
Desde hace siglos y que nadie conoce
Porque siempre viajan
En dirección contraria a la nuestra.29

49Dans la version du Génois un nouvel adjectif, ostinata, accompagne contraria pour qualifier la direction de ces marginaux ; une insistance donc qui dénote de façon encore plus nette leur volonté d’aller à contre-courant.

50Chez De André la conscience de l’échec caractérise ces « servi disobbedienti » qui avancent :

  • 30 Smisurata preghiera. — « Avec leur signe spécial / de désespoir spécial ».

Col (suo) [loro] marchio speciale
Di speciale disperazione.
30

51Tout comme chez Mutis dans Pregón de los hospitales :

  • 31 Álvaro Mutis, Pregón de los hospitales, Summa de Maqroll el Gaviero, Fondo de cultura económica, Mé (...)

Con su signo de especial desesperanza.31

52On peut noter la répétition de l’adjectif speciale dans la chanson qui a une valeur rythmique plus que sémantique, même si elle marque une insistance quant à la singularité de ces gens.

53Ils traversent la vie dans des conditions extrêmes :

  • 32 Smisurata preghiera. — « Dans le vomi des rejetés / fait ses derniers pas ».

E tra il vomito dei respinti
Muove gli ultimi passi.
32

54On retrouve une phrase semblable dans le premier roman de Mutis La nieve del almirante, qui est le livre à travers lequel De André affirme avoir découvert l’écrivain colombien :

  • 33 Álvaro Mutis, La nieve del almirante, Madrid, Alfaguara, 1986. — « Où le vomi des rejetés se fige c (...)

En donde el vómito de los rechazados se cuaja como un señal de infortunio.33

55Et ils se dirigent vers la mort avec authenticité :

  • 34 Smisurata preghiera. — « Pour donner à la mort / une goutte de splendeur / d’humanité, de vérité ».

Per consegnare alla morte
Una goccia di splendore
Di umanità, di verità.
34

56Une authenticité que l’on perçoit aussi dans les vers du Colombien qui, lui, ne mentionne pas la mort :

  • 35 Álvaro Mutis, La nieve del almirante, Madrid, Alfaguara, 1986. — « c’est d’eux que dépend / l’ultim (...)

De ellos depende
La ultima gota de esplendor.35

57L’idée de mort est tout de même présente dans la poésie puisque le substantif gota est accompagné de l’adjectif ùltima.

58Cette smisurata preghiera invoque implicitement Dieu, lui demandant de se souvenir des marginaux, malgré leur vie de péchés :

  • 36 Smisurata preghiera. — « Pour ceux qui à Aqaba soignèrent la lèpre / avec un sceptre postiche ».

Per chi ad Aqaba curò la lebbra
Con uno scettro posticio.
36

vie qui leur a valu les foudres des gens autour d’eux :

  • 37 Smisurata preghiera. — « De jalousies dévastatrices et de fils / aux improbables noms/ de chanteurs (...)

Di gelosie devastatrici e di figli
Con improbabili nomi
Di cantanti di Tango.
37

59Les deux premiers vers sont repris de Caravansary et De André n’a modifié que la localité géographique certainement pour des questions musicales et métriques :

  • 38 Álvaro Mutis, Caravansary, México, Fondo de cultura económica, 1981. — « À Abidjan / il soigna la l (...)

En Abijan curó la lepra
Tocando a los enfermos
Con un cetro de utilería.38

60L’autre ajout de De André est le Per chi qu’on ne retrouve pas dans le poème et qui a clairement une valeur de vocatif, reprenant le per chi du premier vers de cette deuxième partie, rappelant implicitement en faveur de qui cette prière est scandée.

61On retrouve Aqaba dans une autre poésie de Mutis, el Hospital de los Soberbios, dans le recueil Reseña de los Hospitales de Ultramar :

En Akaba dejó la huella
de su mano en la pared de los abrevaderos.

  • 39 Álvaro Mutis, Amirbar, Bogotà, Norma-Siruela, 1990.

62Les trois vers suivants ont été extirpés d’une œuvre en prose de Mutis, Amirbar39 :

Tragedias de celos devastadores y hijos con nombres de improbables cantantes de tango.

63L’unique différence à relever est la fonction de l’adjectif improbable qui dans un cas se réfère aux noms des chanteurs et dans l’autre aux chanteurs eux-mêmes. Puis viennent les derniers mots de cette chanson, qui font explicitement d’elle une prière :

  • 40 Smisurata preghiera. — « Souviens-toi Seigneur / de ces serviteurs désobéissants / aux lois du trou (...)

Ricorda Signore
Questi servi disobbedienti
Alle leggi del branco
Non dimenticare il loro volto.
40

  • 41 Álvaro Mutis, Oración de Maqroll, Summa de Maqroll el Gaviero, México, Fondo de cultura economica, (...)

64Dans Oración de Maqroll41, le marin solitaire s’adresse à Dieu ainsi :

  • 42 Ibidem. — « Souviens-toi Seigneur / que ton serviteur / a patiemment suivi / les lois du troupeau. (...)

Recuerda Señor
Que tu siervo
Ha observado pacientemente
las leyes de la manada.
No olvides su rostro.42

65Deux variantes sont à relever. Tout d’abord le passage du singulier au pluriel, simplement parce que dans un cas c’est Maqroll qui s’adresse à Dieu en parlant de soi, alors que De André crée une prière pour tous les servi disobbedienti. Il est intéressant de noter que si De André parle au pluriel, il dit il loro volto et non pas i loro volti comme si ces marginaux avaient un visage commun.

66L’autre différence, et c’est la plus importante, c’est que si De André plaide pour les désobéissants, Maqroll, lui, dit avoir patiemment observé les lois du troupeau. Ce qui peut sembler une différence fondamentale et même une opposition entre le texte original et la chanson, en fait n’en est pas une. Les mots du personnage fétiche de l’auteur colombien sont à prendre avec ironie ; en effet Maqroll représente par antonomase le voyageur qui ne se cantonne pas aux lois de la terre ferme.

67Puis cette infinie prière se conclut par ces vers :

  • 43 Smisurata preghiera. — « Après avoir tant dérapé / la moindre des choses / c’est que la chance les (...)

Che dopo tanto sbandare
È appena giusto
Che la fortuna li aiuti.
43

68Des vers que l’on retrouve dans le roman Amirbar :

Despues de tanto andar y tanto escarbar, es apenas justo que la suerte nos ayude.

69L’unique différence à relever est le changement du pronom ; le nos qui se réfère à Maqroll et Eulogio qui demande un coup de pouce au Seigneur après que leur projet relatif à l’exploitation d’une minière ait failli, se transforme en li et non en ci puisque De André formule cette prière en ne s’incluant pas dans les possibles bénéficiaires. Une prière qui se termine comme une requête. La chance, qui dans la chanson de De André peut aussi se comprendre comme la mort, doit venir en aide à ces déshérités, en compensation au sort difficile qui leur est incombé, comme quelque chose de dû.

70Voilà donc un cas très particulier d’intertextualité dans lequel De André met en œuvre un procédé de réécriture qui nécessite à la fois la traduction de l’espagnol à l’italien et le montage de ces vers les uns après les autres, formant un ensemble sensé et unitaire.

71Deux actions, d’ailleurs, qui ne sont pas indépendantes l’une de l’autre. La traduction interfère sur le montage et le montage pèse sur la traduction, donnant pourtant naissance à un texte limpide de sens sans aucune trace apparente de ces remodelages.

72Si l’on part du postulat que la réécriture consiste à se servir d’un texte source pour mettre en avant ses idées — soit en le prenant à contre-pied (en le tournant en dérision, en démontrant son absurdité ou tout simplement en le réfutant) soit en s’appuyant sur celui-ci, en allant dans son sens, faisant de lui le plaidoyer de notre propre message, le texte source étant souvent un texte connu servant de terrain d’entente, de connaissance commune entre le lecteur et l’écrivain —, dans le cas de Smisurata preghiera on peut supposer que cette épreuve de réécriture n’est peut-être qu’un hommage à Álvaro Mutis, mais aussi un jeu fait de contraintes pour De André, car l’auteur colombien est certes renommé mais son œuvre n’est pas une référence universelle, et elle n’est pas très connue en Italie. On ignore si De André avait conscience de la chose, mais de même que ses traductions de Brassens ont contribué à faire connaître le chanteur français dans la péninsule, la notoriété du Génois et la Smisurata preghiera ont été en Italie un moyen d’attirer la curiosité sur la saga de Maqroll.

73En 1999, Mutis déclarait :

Seule une grande âme pouvait écrire un texte comme celui-là, une prière infinie, vraiment… L’élégance, la force, la grâce de ces vers, habillés d’une musique de rêve, ne pouvaient venir que du cœur d’un immense artiste. Je crois qu’entre nous deux, c’est à moi d’être flatté de l’avoir rencontré.

Smisurata preghiera

Une prière infinie

Alta sui naufragi

Bien au-dessus des naufrages

dai belvedere delle torri

du haut des tours

china e distante

à la fois penchée

sugli elementi del disastro

sur les éléments du désastre

dalle cose che accadono

et distante des choses qui arrivent

al di sopra delle parole

au-dessus des mots

celebrative del nulla

célébrant le néant

lungo un facile vento

tout au long d’un courant facile

di sazietà, di impunità

de satiété, d’impunité.

Sullo scandalo metallico

Au dessus du scandale

di armi in uso e in disuso

d’armes en état de marche ou non

a guidare la colonna

conduisant la colonne

di dolore e di fumo

de douleur et de fumée

che lascia le infinite battaglie

qui émane des batailles interminables

al calar della sera

à la tombée de la nuit

la maggioranza sta

la majorité stagne là,

la maggioranza sta

la majorité stagne là.

Recitando un rosario

Récitant un chapelet

di ambizioni meschine

d’ambitions mesquines

di millenarie paur

de peurs millénaires

di inesaurabili astuzie

d’astuces sans fin

coltivando tranquilla

cultivant tranquillement

l’orribile varietà

l’horrible variété

delle proprie superbie

de ses propres vanités

la maggioranza sta

la majorité stagne là.

Come una malattia, come una sfortuna

Comme une maladie, comme une malchance

come un’anestesia, come un’abitudine

comme une anesthésie, comme une habitude.

Per chi viaggia in direzione

Pour celui qui voyage obstinément

ostinata e contraria

en sens inverse

col suo marchio speciale

avec son signe particulier

di speciale disperazione

de désespoir particulier

e tra il vomito dei respinti

et qui, dans le vomi des rejetés

muove gli ultimi passi

fait ses derniers pas

per consegnare alla morte

pour offrir à la mort

una goccia di splendore

une goutte de splendeur,

di umanità, di verità

d’humanité, de vérité.

Per chi ad Aqaba curò la lebbra

Pour celui qui, à Aqaba, soigna la lèpre

con uno scettro posticcio

avec un sceptre postiche

E seminò il suo passaggio

et parsema son chemin

di gelosie devastatrici e di figli

de jalousies dévastatrices et de fils

con improbabili nomi

aux improbables noms

di cantanti di tango

de chanteurs de tango

In un vasto programma di eternità

dans un vaste programme d’éternité.

Ricorda, Signore

Souviens-toi, Seigneur,

questi servi disobbedienti

de ces serviteurs désobéissant

alle leggi del branco

aux lois du troupeau

non dimenticare il loro volto

n’oublie pas leur visage

che dopo tanto sbandare

après avoir tant dérapé

è appena giusto

la moindre des choses

che la fortuna li aiuti

c’est que la chance les aide.

Come una svista, come un’anomalia

Comme une bévue, comme une anomalie

come una distrazione, come un dovere

comme une distraction, comme un devoir.

Haut de page

Notes

1 Arnaldo Bagnasco, Paoli, Bologna, Muzzio editore, 2000.

2 Marcel Proust, Éloge de la mauvaise musique, dans Les plaisirs et les jour, Paris, Gallimard, 1962.

3 Encyclopœdia Universalis, volume 4, article « chanson », 1980, p. 157.

4 Jean Guichard, La chanson dans la culture italienne, Paris, Editions Honoré Champion, 1999, 456 p.

5 De André, L’ultimo concerto al teatro Brancaccio di Roma 13 e 14 febbraio 1998, Milano, Mondadori, 2006 — « Ils ne ramenaient pas de leurs voyages uniquement de la marchandise et de l’argent, mais aussi de la culture, qu’ils adaptaient à la leur ».

6 D. Fasoli, Fabrizio De André. Passaggi di tempo : da Carlo Martello a Princesa, Roma, Edizioni associate, 2001, p. 34 — « Le grand-père que je n’ai jamais eu ».

7 Álvaro Mutis, Empresas y tribulaciones de Maqroll el gaviero, Madrid, Alfaguara ediciones grupo Santillana, 2001.

8 In Dialogues avec Claire Parnet, Paris, Flammarion, 1977, 184 pages.

9 Antoine Compagnon, La seconde main, Paris, Le Seuil, 1979, 408 pages.

10 Michèle Lefort, Álvaro Mutis et Maqroll el Gaviero, Rennes, Presses universitaires, 2001, quatrième de couverture, 2001.

11 Álvaro Mutis, La nieve del almirante, Madrid, Alfaguara, 1986.

12 Id., Llona llega con la lluvia, Barcelona, Oveja Negra, 1988

13 Id., Un bel morir, Barcelona-Milano, Oveja Negra — Mondadori, 1989.

14 Id., La última escala del tramp steamer, Mexico, El equilibrista, 1988.

15 Id., Amirbar, Bogotà, Norma - Siruela, 1990.

16 Id., Abdul Bashur, soñador de navío, Bogotà, Norma - Siruela, 1991.

17 Id., Tríptico de mar y tierra, Madrid, Norma, 1993.

18 Smisurata preghiera. — « En hauteur par rapport aux naufrages / depuis les belvédères des tours ».

19 Álvaro Mutis, Estela para Arthur Rimbaud, Summa de Maqroll el Gaviero, Mexico, Fondo de cultura economica, 1990. — « Depuis le mirador de la plus haute tour ».

20 Álvaro Mutis, Los elementos del desastre, Summa de Maqroll el Gaviero, Mexico, Fondo de cultura económica, 1990.

21 Smisurata preghiera. — « Depuis les choses qui arrivent / par-delà les mots ».

22 Álvaro Mutis, Trilogía, Summa de Maqroll el Gaviero, México, Fondo de cultura económica, 1990. — « Si celles-ci et tant d’autres choses arrivent / au-delà des mots ».

23 Smisurata preghiera. — « Le scandale métallique / d’armes qu’on utilise ou pas ».

24 Álvaro Mutis, Fragmento, Summa de Maqroll el Gaviero, México, Fondo de cultura económica, 1990.

25 Smisurata preghiera. — « Conduisant la colonne / de douleur et de fumée / qui émane des batailles infinies / à la tombée de la nuit ».

26 Smisurata preghiera. — « En récitant un chapelet / d’ambitions mesquines / de peurs millénaires / d’astuces inexorables ».

27 Álvaro Mutis, Caravansary, Fondo de cultura económica, México, 1981. — « Un sordide chapelet d’astuces / de mesquines ambitions / de luxure usée / de peurs millénaires ».

28 Smisurata preghiera. — « Pour ceux qui voyagent obstinément / en direction contraire ».

29 Álvaro Mutis, Los viajes, Summa de Maqroll el Gaviero, Fondo de cultura económica, México, 1990. — « Ceux qui vivent en pleine mer / depuis des siècles et que personne ne connaît/ Parce qu’ils voyagent toujours / dans une direction opposée à la nôtre ».

30 Smisurata preghiera. — « Avec leur signe spécial / de désespoir spécial ».

31 Álvaro Mutis, Pregón de los hospitales, Summa de Maqroll el Gaviero, Fondo de cultura económica, México, 1990. — « Avec son signe de désespoir spécial ».

32 Smisurata preghiera. — « Dans le vomi des rejetés / fait ses derniers pas ».

33 Álvaro Mutis, La nieve del almirante, Madrid, Alfaguara, 1986. — « Où le vomi des rejetés se fige comme un signe de malchance ».

34 Smisurata preghiera. — « Pour donner à la mort / une goutte de splendeur / d’humanité, de vérité ».

35 Álvaro Mutis, La nieve del almirante, Madrid, Alfaguara, 1986. — « c’est d’eux que dépend / l’ultime goutte de splendeur ».

36 Smisurata preghiera. — « Pour ceux qui à Aqaba soignèrent la lèpre / avec un sceptre postiche ».

37 Smisurata preghiera. — « De jalousies dévastatrices et de fils / aux improbables noms/ de chanteurs de Tango ».

38 Álvaro Mutis, Caravansary, México, Fondo de cultura económica, 1981. — « À Abidjan / il soigna la lèpre / en touchant les malades / avec un sceptre postiche ».

39 Álvaro Mutis, Amirbar, Bogotà, Norma-Siruela, 1990.

40 Smisurata preghiera. — « Souviens-toi Seigneur / de ces serviteurs désobéissants / aux lois du troupeau / N’oublie pas leur visage ».

41 Álvaro Mutis, Oración de Maqroll, Summa de Maqroll el Gaviero, México, Fondo de cultura economica, 1990.

42 Ibidem. — « Souviens-toi Seigneur / que ton serviteur / a patiemment suivi / les lois du troupeau. / N’oublie pas son visage ».

43 Smisurata preghiera. — « Après avoir tant dérapé / la moindre des choses / c’est que la chance les aide ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Privitera, « Une Smisurata réécriture. De Alvaro Mutis à Fabrizio De André », Cahiers d’études romanes, 20 | 2009, 409-428.

Référence électronique

Giovanni Privitera, « Une Smisurata réécriture. De Alvaro Mutis à Fabrizio De André », Cahiers d’études romanes [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/1903 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1903

Haut de page

Auteur

Giovanni Privitera

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org