Navigation – Plan du site
Miroir aux mille facettes

La France : un intermédiaire culturel pour les Espagnols au tournant du siècle (1875-1918)

Paul Aubert
p. 11-38

Résumés

Par-delà la dépendance matérielle, diplomatique et culturelle de l’Espagne vis-à-vis du pays voisin, sur laquelle se fondent des relations inégalitaires, et la cristallisation de représentations stéréotypées, qui réapparaissent en période de crise, un malentendu franco-espagnol demeure. Celui-ci persiste tout au long du régime de la Restauration, tant au niveau officiel que dans les milieux intellectuels. Le débat passionné qu’il suscite cache une perte d’influence de la France à la veille de la Première Guerre mondiale. Cependant, si un séjour à Paris de nombreux intellectuels et artistes espagnols les oblige, par contraste, à jeter un regard nouveau sur la société espagnole, la vision qu’ils ont de la capitale française (perçue à la fois comme capitale européenne, ville latine et ville cosmopolite) les fait entrer dans la modernité, et donne à l’Espagne des raisons d’assumer son présent.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

ville, intellectuel, artiste

Palabras claves :

ciudad, intelectual, artista

Index géographique :

Paris, Espagne

Index chronologique :

XIXe, XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gérard Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière dans l’Europe du XIXe siècle, Madrid, Casa de Vel (...)

1Jusqu’au milieu du XIXe siècle, le sud de la France, l’Italie et l’Espagne font partie de ce grand tour que la haute bourgeoisie européenne, et notamment britannique, conseille à ses enfants. Cependant, vers 1860 on constate que, si l’Espagne fait toujours rêver les Européens, le rêve n’est plus le même. Les Espagnols exploitent assez mal le filon touristique. Les villes thermales espagnoles rapportent quatre fois moins que les françaises. Des représentants de commerce parcourent aussi la péninsule qui, si elle ne cesse pas d’être une réserve exotique (Rémy de Gourmont vit en elle “le Tibet de L’Europe”), est perçue désormais comme un marché à prospecter : les voyageurs romantiques ont fait place aux hommes d’affaires. Une relation de dépendance s’instaure entre une Europe industrielle et une Espagne périphérique pourvoyeuse de matières premières. Devenue front pionnier – premier exportateur mondial de matières minérales non énergétiques1 –, pays semi-colonisé qui exporte des matières premières et importe des produits manufacturés, l’Espagne, qui cherche à imiter, par un développement scientifique, le redressement d’autres pays européens victimes d’une humiliation au cours du siècle, comme la Prusse de 1808 et la France de 1870, se tourne vers Paris.

  • 2 Esquisse psychologique des peuples européens, Paris, s. e., 1903, 283 p.
  • 3 Psicología del pueblo español, Barcelone, Minerva, 1917. Ce courant inspirera également Salvador de (...)

2L’Europe est plus qu’une panacée ou un objet d’émulation, c’est une réalité économique et technique qui exerce une forte influence en Espagne. Par-delà l’attraction pour la pratique néo-positiviste de la psychologie comparée des peuples, récemment mise à la mode en France par Alfred Fouillée2 et en Espagne par certains krausistes, comme Manuel Sales y Ferré, et ensuite par Rafael Altamira3, la nouvelle génération s’efforce de situer le pays dans l’Europe de son temps. La Psicología del pueblo español de Rafael Altamira, qui paraît en 1902, la même année que la traduction espagnole de l’ouvrage d’Alfred Fouillée, porte la marque du Discours à la nation allemande de Fichte. L’interrogation du groupe de 98 sur la place de l’Espagne dans les évolutions du monde et du continent s’inscrit dans ce mouvement d’introspection inauguré en France par Les origines de la France contemporaine d’Hyppolite Taine ou La réforme intellectuelle et morale d’Ernest Renan. Enfin, les idées de la Révolution française sont la référence suprême qui alimente, en Espagne, le discours réformiste de la plupart des hommes de progrès.

  • 4 J. Ortega y Gasset, “Pidiendo una biblioteca”, El Imparcial, février 1908 ; Obras Completas, Madrid (...)

3Plusieurs facteurs contribuent, au début du siècle, à changer la vision que les Espagnols ont du monde extérieur. D’une part, depuis 1905, les grands quotidiens disposent d’un réseau de correspondants dans les grandes capitales européennes. D’autre part, dès 1907, la Junta para Ampliación de Estudios, fruit de la ténacité de José Castillejo et de la collaboration de Francisco Giner de los Ríos et de Romanones envoie les meilleurs étudiants travailler avec les grands maîtres européens. L’objectif était, selon Ortega, de “nationaliser les influences européennes”4. C’était moins ambitieux mais plus réaliste que le souhait d’Unamuno qui consistait à exiger une réciprocité immédiate.

De la “chronique de Paris” à la constitution d’un réseau de correspondants

4Les premières années du XXe siècle représentent une période au cours de laquelle l’information internationale, qui arrive en Espagne, change de nature. Cette transformation s’explique pour des raisons techniques mais elle illustre également la volonté des directeurs de journaux d’en finir avec le monopole de l’agence Havas.

  • 5 Le télégraphe fut employé dès 1845 – huit ans après son invention par Morse – et les agences de pre (...)

5Grâce à la création des agences de presse, au milieu du XIXe siècle et au développement des moyens techniques d’information5, l’événement s’est transformé en nouvelle. Celle-ci est devenue une marchandise aux mains des agences de presse qui contrôlent le marché journalistique mondial qu’elles se sont réparties vers 1870 : Havas en France, Reuter en Angleterre, Wolff en Allemagne et la Associated Press aux États-Unis. Avec la constitution des grandes entreprises et la concentration capitaliste, qui permettent l’acquisition de nouvelles rotatives, le tirage des journaux augmente et leur présentation graphique change. Les grands titres peuvent occuper cinq colonnes à la une ; la masse de l’information, jusqu’alors disposée verticalement, acquiert une dimension horizontale, qui permet de souligner le caractère extraordinaire des événements commentés. Les correspondants à l’étranger s’efforcent de satisfaire la soif d’information née au tournant du siècle pendant le conflit hispano-américain ou lors du siège de Pékin, et amplifiée par la Grande Guerre. Le public est soudain projeté en pleine contemporanéité, assailli par une grande quantité d’informations et d’images qui proviennent souvent de pays dont il ignore jusqu’à l’existence.

6Au début du siècle, les grandes agences alimentent la plupart des journaux, qui ne parviennent pas à se doter de leurs propres sources d’information. Ces entreprises monopolistes sont donc courtisées par les gouvernements, qui insistent pour voir diffusées les versions qui leur sont le plus favorables, et par les journaux qui exigent la communication de nouvelles toujours plus sensationnelles.

7Or l’Espagne est en retard, à cet égard, sur le reste de l’Europe. Ses journaux négligent la diffusion des notices universelles constituées le plus souvent par les guerres ou les différends diplomatiques. Les nouvelles brèves qui constituent l’information internationale sont signées par l’agence Fabra, succursale d’Havas. La chronique étrangère de quelques grands journaux est de bonne tenue : La Correspondencia de España, El Imparcial, El Liberal et Heraldo de Madrid, à Madrid et El Diario de Barcelona sont comparables, à cet égard, à leurs homologues européens. Ils reçoivent un traitement de faveur de l’agence Havas qui leur fournit – au prix de soixante francs les mille mots – des dépêches qui ne figurent pas dans la sélection donnée à Fabra. Mais ce monopole était devenu gênant. Par exemple, l’Espagne fut informée de la Guerre de Cuba à travers l’agence Havas et Paris avait fini par se convertir en plaque tournante de l’information internationale. À tel point que certains rédacteurs avaient mis au point une méthode de substi­tution qui consistait à attendre l’arrivée du train de nuit de Paris afin d’em­prunter au contrôleur la presse parisienne de la veille au soir.

8Vers 1880, les revues et les quotidiens espagnols se font un devoir d’inclure dans leurs colonnes une “Chronique de Paris” rédigée par un corres­pondant installé dans la capitale française. C’est ainsi qu’au début du siècle, Ricardo Blasco est à Paris pour La Correspondencia de España, Enrique Gómez Carrillo pour El Liberal, Mar pour El Imparcial, Louis Bonafoux pour Heraldo de Madrid. Ces journalistes affirment leur indépendance par rapport aux agences (à l’exception de Blasco qui collabore avec Havas) et leurs chroniques supplantent, dans les pages des journaux, les dépêches fournies par Nilo Fabra.

9C’est pourquoi, en 1900, les journaux sont décidés à mettre un terme au monopole d’Havas et utilisent les services de ces correspondants, qui envoient souvent une information plus détaillée et davantage conforme au goût et à l’idéologie du journal, pour faire pression sur cette agence de presse. Les directeurs des quatre grands quotidiens précédemment cités résilient, à la fin de 1900, leur abonnement auprès des agences Havas et Fabra pour le renouveler au printemps 1901, après que l’agence parisienne a réduit ses tarifs. Cet épisode illustre le rôle prépondérant d’Havas – qui dura jusqu’en 1940 – mais confirme le rapprochement des journaux du futur “trust” libéral. Ce n’est qu’après 1900 que des journaux ou des revues comme El Imparcial, La Lectura, Nuestro Tiempo etc. envoient des informateurs à Berlin ou à Londres (Ramiro de Maeztu fut l’un d’eux). C’est un véritable réseau qui se met en place. La Correspondencia de España, qui couvre, dès 1905, la guerre russo-japonaise fait à cet égard figure de pionnier. Ensuite, en 1907, Pérez de Ayala est à Londres où il est remplacé, en 1908, par Ramiro de Maeztu. Grâce à leurs chroniques, les lecteurs espagnols purent avoir une autre vision de la société occidentale que celle qui parvenait jusqu’alors exclusivement de Paris.

  • 6 V. Raquel Asún, “El europeísmo de La España Moderna”, La España de la Restauración, Madrid, Siglo X (...)

10Auparavant, les comptes rendus de revues se limitent le plus souvent à un catalogue commenté de titres français : l’exemple de l’éphémère Revista Nueva (1899) est à cet égard presque caricatural. L’entreprise de José Lázaro Galdiano, fondateur, en 1889, de La España Moderna, dont l’ambition est, d’une part, de doter son pays d’une revue de taille internationale, comparable à la Revue des deux mondes, et d’autre part, d’introduire en Espagne, en créant une maison d’édition, les œuvres significatives du mouvement intellectuel européen, mais aussi les difficultés qu’il rencontra, faute de public, n’en sont que plus exemplaires6.

  • 7 P. Aubert, “La propagande étrangère en Espagne dans le premier tiers du XXe siècle”, Mélanges de la (...)
  • 8 À la fin de la première décennie, Julio Camba est à Constantinople, et Guillermo Rittwagen à Rome. (...)

11L’Espagne perçoit donc le monde à travers un regard français, celui de l’agence Havas qui a le monopole des nouvelles qui parviennent dans la péninsule7. Après l’échec de la tentative des journaux espagnols pour mettre un terme à cette situation, au tournant du siècle, l’Allemagne organise, en 1905, son propre service d’information, à l’issue de la crise d’Agadir, afin de contrecarrer l’hégémonie française. Notre propos n’est pas de revenir sur ce changement d’attitude de l’Allemagne ni sur l’organisation de son œuvre de propagande, mais de souligner que c’est au même moment que les journaux espagnols commencent à accorder une attention plus grande aux nouvelles qui viennent de l’étranger et s’efforcent d’avoir leurs propres informateurs8.

12Les correspondants de presse, ces jeunes gens qui, à leurs débuts, n’avaient pas trouvé leur place dans la société espagnole, furent donc, au cours du premier tiers du XXe siècle, des vecteurs d’idéologie qui contribuèrent à l’ouverture idéologique de l’Espagne et forgèrent une vision sublimée de l’Europe. Ils diffusèrent depuis Paris l’image d’une France perçue comme lieu de culture, de science, de justice et de démocratie.

La France : symbole de la modernité

13La prolifération de ces correspondants de presse illustre le désir d’ouverture d’une Espagne qui, sans renoncer au protectionnisme économique que lui impose l’évolution de l’économie européenne vers 1890, est lasse de l’attitude de repli définie par Labra, mise en pratique par Antonio Cánovas del Castillo et Segismundo Moret, puis théorisée par Ganivet au nom de la géopolitique et d’une conception essentialiste de l’Histoire. Ce mouvement d’ouverture vers l’Europe s’accompagne, à la fin de la première décennie, de la création de la Junta para Ampliación de Estudios qui, en envoyant les meilleurs étudiants finir leurs études à l’étranger, entend former une élite capable de mettre la culture espagnole au niveau européen.

14La concession du Prix Nobel de Médecine à Ramón y Cajal en 1906 (plus sans doute que celle du Prix Nobel de Littérature à José Echegaray en 1904 et à Jacinto Benavenete en 1906) symbolise la reconnaissance internationale de ce renouveau scientifique et culturel que la création du Ministère de l’Instruction Publique en 1900 prétendait provoquer, tandis que Giner de los Ríos toujours en marge du système insistait sur la nécessité d’une réforme morale en des termes qui semblaient issus de l’essai intitulé, La réforme intellectuelle et morale de la France, qu’Ernest Renan publia en 1871, après la défaitre de Sedan et suggéraient que cette réforme serait le fruit de l’assimilation de la culture européenne.

15La création de La Junta para Ampliación de Estudios en 1907, indique que cet idéal a encore progressé. Elle envoie à partir de 1910 cent vingt étudiants étudier à l’étranger. Si ceux qui étudièrent la philosophie en Allemagne furent sans doute ensuite les plus influents, on attribua, entre 1910 et 1919 autant de bourses pour aller en France (277) que pour se rendre dans ce pays (271). Contrairement à une idée reçue, la philosophie occupa une place quantitativement négligeable parmi les matières pour lesquelles une bourse fut octroyée, au premier rang desquelles figuraient la pédagogie et la médecine. La junta permit également à des universitaires prestigieux de participer à des congrès internationaux.

  • 9 “En lugar de sus obras Francia ha empezado a enviarnos las que antes había importado de otras liter (...)
  • 10 V. par exemple, José Miguel Guardia, “La misère philosophique en Espagne”, Revue Philosophique, 189 (...)

16La dépendance de l’Espagne vis-à-vis de la France est autant technique et intellectuelle que littéraire. Presque tous les mouvements d’idées, sauf, il est vrai, le krausisme, viennent de France (même Hegel a été lu en Espagne grâce à une traduction française). Lorsque celle-ci n’est pas le modèle à imiter, elle reste l’intermédiaire nécessaire. Au moins jusqu’en 1900, tous les auteurs, même ceux qui comme Giner de los Rios ne se sentent pas attirés par l’esprit français, le reconnaissent. Presque tous les manuels de droit, de médecine, de sciences sont français. Et l’on se résout à hispaniser par une opération de traduction un savoir étranger. Même les dictionnaires sont importés de France, de chez Garnier (où travailleront, en 1899, les frères Machado). La France symbolise donc, en Espagne, la culture occidentale, voire cosmopolite. C’est elle qui transmet les influences étrangères et leur donne forme. Presque toutes les traductions passent par la France, même si l’on remarque, après la défaite de Sedan, en 1870, que celle-ci ne transmet presque plus rien de sa propre production9. La connaissance de la littérature française donne toujours accès aux valeurs culturelles modernes, absentes de la production espagnole10. Le jeune Clarín en est conscient, lorsqu’il dresse, en 1881, le portrait de sa génération :

  • 11 Solos de Clarín, Prefacio a manera de sinfonía, Madrid, Alianza ed., 1971, p. 19.

Ahora los muchachos españoles somos como la isla de Santo Domingo en tiempo de Iriarte : mitad franceses, mitad españoles ; nos educamos mitad en francés y mitad en español, y nos instruímos completamente en francés. La cultura moderna que es la que con muy buen acuerdo procuramos adquirir, aún no esta traducida al castellano…11

  • 12 La Lectura, 1902, t. II, p. 250.
  • 13 Il s’agit de la traduction de Entartung parue en 1894 sous le titre de Dégénérescence (V. “Nietzsch (...)

17Unamuno, par exemple, reconnaît également avoir découvert la pensée européenne à travers les auteurs français12. Et l’on sait que Pío Baroja lut Nietzsche pour la première fois dans une traduction française de Max Nordau13. Si bien que Díez Canedo, traducteur de poètes français, conseillait la résignation à ceux qu’irritait cette influence prépondérante :

  • 14 “El oro extranjero y la literatura francesa”, España, n° 145, 17 janvier 1918.

No nos indignemos, pues contra los influjos que vienen de Francia, sobre todo porque apenas podemos recibir otros. Los que en España aman a Tolstoi a Nietzsche, a Carlyle, a Ibsen, copnfiesen si no los han leído en francés, al principio por lo menos. Los que hayan podido gozar de las otras literaturtas en las lenguas que nos son propias, declaren si no han visto a Rousseau en Tolstoi, a Stendhal en Nietzsche, a Hugo en Carducci, a los naturalistas franceses en Hauptmann. Huímos dede Francia y con Francia nos encontramos por todas partes.14

  • 15 Le socialisme utopique espagnol avait trouvé ses sources chez Lamennais, St.-Simon, Fourrier et Cab (...)
  • 16 Non seulement Mesa contribua à la création d’un parti ouvrier en Espagne mais il assura le lien ent (...)
  • 17 Mesa traduisit notamment Le Capital (deuxième section, Lettre-préface à l’édition française, préfac (...)
  • 18 Charles Maurras est d’abord un disciple de Frédéric Mistral, et à ce titre il fut, avec Frédéric Am (...)

18La plupart des doctrines se constituent par rapport à des influences idéologiques reçues de France : fédéralisme (Pi y Margall, qui étudia les matérialistes et socialistes utopiques français, est le traducteur de Proudhon) ; libéralisme, républicanisme, socialisme15, puis marxisme, après le séjour à Paris de José Mesa16, traducteur de Marx et Engels17, et à travers Guesde, Deville et Lafargue ; catholicisme social, représenté notamment par Eduardo Sanz y Escartín, Pedro Sangro y Ros de Olano et le Vicomte de Eza, au niveau théorique, et par les Cercles Catholiques du Père Vicent, sur le plan pratique ; mais aussi traditionalisme, depuis l’influence de Joseph de Maistre, de Louis de Bonald, sur Donoso Cortés et Jaime Balmes, en particulier, ou d’Hyppolite Taine, dont l’œuvre fut la Bible des conservateurs, jusqu’à celle de “L’Action Française”18. La pénétration des idées européennes fut favorisée par la libéralisation du régime et la reconnaissance de la liberté d’expression, après l’arrivée de Sagasta au pouvoir en 1881.

  • 19 C’est en France que se trouve l’origine et la diffusion des constitutions écrites. La Constitution (...)
  • 20 A.M.A.E., Nouvelle Série, Espagne, n° 9, Affaires de Catalogne 1906-1917, 22 janvier 1907, Le Consu (...)
  • 21 “En el tradicionalismo pervive España”, El Correo Español, 2 mai 1891, Juan Vázquez de Mella, El tr (...)
  • 22 V. Los Institutos del Trabajo, Notas de viaje por J. Uña y Sarthou, auxiliar de la Biblioteca del S (...)

19La France est à la fois un modèle politique (la reconnaissance du principe constitutionnel, la définition des garanties constitutionnelles, sont le fruit d’une influence française19, comme la Constitution de 1876, la loi Sagasta de 1883 sur la presse ou celle de 1887 sur les associations, présentée par les traditionalistes comme un héritage de la Révolution Française, “un plagiat de la loi jacobine française”20) et administratif (les gouvernements espagnols sont soupçonnés de pratiquer, après 1875, un centralisme inspiré de l’exemple français – le carliste Vázquez de Mella accusera Cánovas d’être un continuateur de la politique de Murat21 – et admirent un temps l’armée de Lyautey ou de Pétain). On doit également à la France – mais conjointement avec d’autres pays européens – l’exemple du réformisme social et de l’intervention de l’État, avec l’élaboration d’une législation ouvrière, à laquelle s’intéressera le gouvernement espagnol. La création du Musée Social de Paris en 1894, par le Comte de Chambrun, puis celle du Ministère du Travail en 1899, et de l’Office du Travail par lesquelles la bourgeoisie manifestait sa préoccupation pour les questions sociales et son désir de faire quelques concessions aux idées socialistes, trouvent un écho favorable en Espagne, après le voyage en Europe de J. Uña y Sarthou en mai 190222, avec la fondation de l’Instituto de Reformas Sociales, en avril 1903, par Silvela qui reprenait à son compte un projet de Canalejas, et prolongeait l’œuvre de la Comisión de Reformas Sociales, d’ascendance krausiste, créée en décembre 1883 par Moret dont la tâche était d’informer les gouvernants sur la situation du mouvement ouvrier.

  • 23 A. Posada, “La filosofía y la pedagogía de Alfredo Fouillée”, Boletín de la Institución Libre de En (...)
  • 24 V. J. Majault, Le Musée Pédagogique. Origines et fondation (1872-1879), Paris, C.N.R.D.P., 1978, p. (...)
  • 25 Ballesteros, Historia de España, t. 9, Barcelone, Salvat, 1936, p. 136.
  • 26 Antonio Machado qui avait bénéficié en 1911 d’une bourse pour aller suivre à Paris quelques cours d (...)

20L’influence étrangère se manifeste également dans le domaine des sciences sociales et en matière d’éducation, d’autant plus que l’intellectuel réformiste est persuadé que la solution aux maux de la patrie est essentiellement pédagogique. Bien qu’il soit abusif de croire que cette européanisation constitue, dans ce domaine, une nouveauté – elle s’affirme, en premier lieu, à travers l’Institución Libre de Enseñanza – et encore moins une panacée et bien que cette influence semble être d’abord allemande (les idées de Froebel sur l’enfant sont essentielles, celles de Natorp sur la socialisation de l’enseignement également), on ne peut négliger l’apport initial d’un double courant d’origine française, positiviste utilitariste et néo-humaniste représenté par des personnalités comme Michel Bréal, pour l’enseignement des langues, ou Alfred Fouillée, pour la psychologie (auquel s’intéressa Posada23), ni celui des partisans de la réforme pédagogique comme Pécaut, Compayré, Buisson, Guillaume, Bert, Marion, Spuller, Gréard, Jaurès, Binet etc., grâce à l’action du Museo Pedagógico Nacional, créé par Cossío, en 1882 (sur le modèle de ceux qui avaient été projetés en Europe, en Allemagne dès 1851 avant sa fondation en 1877 à Berlin ou en France en 1872 avant sa création par Jules Ferry en 187924) et qui fut en contact permanent avec les grands pédagogues européens. Nombreux furent, par ailleurs, les universitaires espagnols qui complétèrent, à la fin du XIXe siècle, leur formation en France, depuis Machado Núñez, le grand-père des poètes (qui étudia à Paris avec Mateo Orfila et fut l’un des introducteurs du darwinisme en Espagne), jusqu’au docteur Simarro (également darwiniste notoire qui contribua au succès du positivisme en Espagne et fonda le premier laboratoire d’Anthropologie expérimentale appliquée à l’éducation), élève de Charcot en psychiatrie25 et de Ranvier en histologie ; sans oublier plus tard les boursiers de la Junta para Ampliación de Estudios, créée en 1907 par le ministre libéral Amalio Gimeno, afin de permettre à une élite de mettre la culture espagnole au diapason de la culture européenne, Manuel Azaña, Julián Besteiro, Antonio Machado26, Luis de Zulueta, Luis Jiménez de Asúa ou Salvador de Madariaga (diplômé de l’École des Mines de Paris), etc.

  • 27 V. Conrado Vilanou, “Laicismo y espiritualismo : dos ejemplos del reformismo pedagógico francés en (...)
  • 28 “En el cincuentenario de la República francesa. La obra pedagógica de Francia”, El Sol, 7 octobre 1 (...)

21Les allusions constantes au mouvement de rénovation pédagogique français eurent l’avantage de donner pour exemple aux régénérationnistes espagnols – et ceci jusqu’après 1898 – le sursaut national qui se manifeste sous l’égide d’Ernest Renan et d’Edgar Quinet, qui publient respectivement en 1872, La réforme intellectuelle et morale et La République. Conditions de la régénération de la France. D’autant plus que cette crise de conscience trouva une expression politique dans un républicanisme, qui postulait une éducation scientifique et laïque, et une traduction philosophique dans un courant néo-humaniste, qui ne manquèrent pas d’impressionner les rénovateurs espagnols27. Cette influence fut amplifiée et diversifiée par la présentation de la thèse de Luis de Zulueta sur Rousseau, en 1910, ainsi que par ses traductions des essais pédagogiques de Montaigne en 1916, ou par les observations faites par Lorenzo Luzuriaga, en 1913, au cours de ses voyages en France et en Allemagne ou par Castillejo en Allemagne et en Angleterre. Après avoir dressé un bilan de la situation scolaire espagnole et confronté les budgets de l’État espagnol à ceux des autres pays européens, Luzuriaga se livre à une étude comparée des problèmes qui s’y posent et des solutions qui y sont apportées, à un moment où l’Angleterre et la France reconnaissent la supériorité du système centralisé et où certains pédagogues allemands luttent pour obtenir une éducation plus libérale. Mais il préfère cependant les réalisations françaises aux théories allemandes, car la pédagogie française lui semble plus sociale. C’est pourquoi, bien qu’il soit persuadé que le système éducatif français a toujours été l’unique source d’inspiration des réformes réalisées en Espagne, il reprochera aux responsables des départements ministériels de n’avoir jamais pris la peine de lire les auteurs français28.

  • 29 Sans oublier l’impact du félibrige et surtout de son courant fédéraliste en Catalogne et sur le mou (...)
  • 30 C’est ainsi, par exemple, que l’œuvre de Taine, Les origines de la France contemporaine (1876-1896)(...)
  • 31 “Problemas culturales, III. Francia, poder conservador”, La Prensa, Buenos Aires, 15 août 1911 ; O. (...)

22La France est donc aussi une référence – il est sans doute exagéré de parler de modèle – philosophique et culturelle qui en fait le symbole de la modernité, sinon la détentrice d’une mission civilisatrice. D’origine française, comme le positivisme, le naturalisme ou le symbolisme, ou non, comme le romantisme ou le darwinisme, tous les mouvements parviennent en Espagne29 grâce à la médiation française, souvent d’ailleurs tardivement, avec tous les inconvénients que suppose l’anachronisme, car les textes fondamentaux sont reçus bien après les impressions ou les critiques qu’ ils ont suscitées30 (ainsi, par exemple, le roman de Zola L’Assommoir, critiqué dès 1877, ne fut traduit en Espagne qu’en 1880). À tel point que l’on avait fini par oublier, comme Ortega ne manquera pas de le rappeler, que le XIXe siècle politique français, malgré les apparences, fut plutôt conservateur31. Il n’en reste pas moins que l’on assiste, sous le poids de l’influence française, à une véritable révolution des idées en Espagne entre 1875 et 1885 environ, même si celle-ci traduit davantage l’aboutissement d’inquiétudes autochtones ou d’analogies qu’un véritable mimétisme.

Une perte d’influence de la France

  • 32 Gaston Bonnier, “Les fêtes d’Oviedo et le mouvement intellectuel en Espagne”, Revue Hebdomadaire, n (...)

23Cependant, du côté français on n’observe – en dehors de la colonisation du Maroc, qui occupe la presse de 1905 à 1912 – l’affirmation d’aucune politique vis-à-vis de l’Espagne. Au mieux, celle-ci est encore considérée comme un marché à conquérir. De surcroît, on a l’impression que le gouvernement de Paris ne s’intéresse à l’Espagne que de façon indirecte, lorsqu’il s’agit de contrecarrer les visées d’autres puissances et surtout l’influence allemande (guerre de 1870 pour ne pas avoir un Hohenzollern sur le trône d’Espagne, développement de l’œuvre de propagande alliée après 1916). Le cri d’alarme lancé en 1908 par un intellectuel français qui vient d’assister à Oviedo aux fêtes du tricentenaire de l’Université, semble résumer l’enjeu réel de ces relations bilatérales : “Ne nous laissons pas, en Espagne, primer par les Allemands”32. Cette obsession explique aussi que l’alliadophilie soit le plus souvent dans la péninsule une anti-germanophilie.

  • 33 Les psychiatres Nicolás Achúcarro et Gonzalo Rodríguez Lafora, par exemple, vont encore travailler (...)
  • 34 Achúcarro à Wiesbaden et à Marbourg en 1899, Negrín, plus tard à Kiel, etc.
  • 35 J.M. López Piñero, Thomas F. Glick, Víctor Navarro Brotons, Eugenio Portela Marco, Diccionario hist (...)

24Si, jusqu’à la fin du XIXe siècle, les scientifiques se formèrent surtout en France et eurent des contacts prolongés avec les milieux médicaux français (Pedro Mata Fontanet, fondateur de la psychiatrie en Espagne, vers 1860, ou son élève José María Esquerdo, se formèrent à Paris ; Aureliano Maestre de San Juan fut influencé par l’école histologique française ; le chirurgien Federico Rubio, étudia à Montpellier puis à Paris avec Alfred Velpeau et Pierre Paul Broca), les scientifiques et les médecins de la nouvelle génération font certes toujours un séjour à Paris33, mais ils font maintenant précéder celui-ci d’une période plus longue de formation en Allemagne34 surtout dans le domaine de la psychiatrie où celle-ci est pionnière au début du siècle35.

  • 36 R. Altamira, Cuestiones modernas de Historia, Madrid, 1904, p. 213 ; A. Posada, Para América desde (...)

25Il en est de même dans le domaine littéraire et dans celui des sciences humaines. Si leurs aînés font, jusqu’en 1900 environ, le voyage obligatoire à Paris, comme Unamuno en 1889, Baroja en 1897 etc., les intellectuels les plus connus de la génération de 1914 (à l’exception sans doute d’Azaña ou de Madariaga, qui complétèrent leurs études en France) vont plutôt étudier – grâce aux bourses de la Junta para Ampliación de Estudios –, en Allemagne vers laquelle s’est déplacé le centre de gravité de la pensée philosophique. Divers témoignages, comme ceux de l’historien du droit Rafael Altamira, du politologue Adolfo Posada ou du pédagogue Luis André, révèlent une attitude critique envers l’inévitable médiation française36. Ces jeunes intellectuels tenteront une synthèse entre le socialisme et le néo-kantisme, tout comme leurs aînés avaient cherché à concilier le krausisme allemand et le positivisme français. Ils rêveront parfois de libérer l’Espagne de la tutelle intellectuelle française et s’efforceront de modérer la passion collective qu’ils ont éprouvée un temps pour la Ville-lumière. D’autant plus que l’influence française semble décroître et cesse en tout cas d’être exclusive.

26Cependant à l’invective et au dénigrement systématiques des milieux réactionnaires répondent les louanges et l’émerveillement des éléments progressistes qui voient dans la “ville lumière”, le symbole de la distinction et de la liberté, sinon la capitale de l’art et de la civilisation. Paris attire, en effet, de nombreux artistes barcelonais ou valenciens à la fin du XIXe siècle. Toutefois, même lorsque l’on accepte la prépondérance française, on ne manque pas de souligner que cette fébrilité intellectuelle ou ce raffinement, qui caractérisent la capitale du pays voisin, s’accompagnent d’une certaine perversion des mœurs.

27L’attraction qu’exerce la France du champagne et du “Moulin Rouge” sur la bohème littéraire et artistique espagnole, en particulier, et sur l’imagination bourgeoise, en général, l’usage préférentiel et tenace de l’adjectif “français” dans le vocabulaire érotique ou pornographique, renvoient de la France une image exclusivement sensuelle – celle de l’érotisme et de la cuisine raffinés – qui a l’avantage de contraster avec les représentations traditionnelles de l’austère Castille. Car, selon Unamuno, cette façon désinvolte de concevoir la vie est vraiment anti-espagnole. “No son castizos ni el sentimiento obsceno ni los aderezos artificiosos del onanismo imaginativo del amor baboso. No sale de esta casta un marqués de Sade, que en su vejez venerable suelta con voz suave una ordure “avec une admirable politesse”, s’exclame-t-il dans En torno al casticismo. Mais par-delà l’évocation de cette “vie parisienne” frivole et polissonne complaisamment décrite dans la littérature du Boulevard, le journaliste souligne le cosmopolitisme de la capitale française, son exceptionnelle capacité d’assimilation, pour mieux remarquer le caractère impersonnel de celle-ci. “Los grandes pueblos, como las grandes posadas, es muy difícil que guarden personalidad”, note Claudio Frollo (pseudonyme hugolien de Ernesto López), qui observe que Paris ne fait que reproduire, “comme la Seine” les images qui s’approchent d’elle. “A las cuatro cocotas, a los cuatro artistas raros, a los cuatro mommartreses que se atribuyen la representación de la “ville lumière”, podéis decirles que ellos no son París”. D’autres intellectuels, comme Clarín, iront plus loin en reprochant au pays des Droits de l’Homme d’avoir dilué, dans un universalisme hâtif, les traits de sa personnalité. “Francia, cuyo patriotismo exaltado no sabe ser egoísta, estuvo a punto de perecer por la locura de su gran revolución de aspiraciones universales, de tendencia cosmopolita”, note-t-il.

Images dominantes et représentations stéréotypées

  • 37 A. Sawa, “De moral”, Alma Española, n° 13, 31 janvier 1904.

28Le rappel de la réalité socio-économique ne changera rien à ce jeu complexe de représentations stéréotypées : “Francia no es la cocotte, como España no es el torero o el fraile, ni Inglaterra es el pick-pocket. Francia es la industria de Lyon, el comercio de Marsella o del Havre, la agricultura de Turena o de la Beauce, la gran alma universalista de París : Francia no es el despilfarro, sino el ahorro ; ni la orgía, sino el trabajo. Francia es en lo moderno la augusta matrona del género humano, y París su corazón y su cerebro”, précise Alejandro Sawa37. Car cette mise au point alimente toujours une polémique qui va bien au-delà du malaise que cause le rappel de la prépondérance française en matière culturelle. La francophilie est revendiquée à usage interne comme une bannière libérale certes, mais aussi comme un symbole de moralité publique. C’est ce qu’à propos de la révision du procès Dreyfus ou des affaires Caillaux, Bolo, Malvy, etc., des écrivains aussi divers que Sawa, Araquistain, Manuel ou Antonio Machado, par exemple, (“por esto mereció Francia la admiración del mundo”, s’exclame encore ce dernier, en 1913, à propos de la révision du procès Dreyfus) se plairont à rappeler, afin de prouver que seule une démocratie est assez forte pour reconnaître ses erreurs et lutter au grand jour contre une corruption que la pratique raisonnée du caciquisme et des élections falsifiées a fini par institutionnaliser dans leur pays. Et Araquistain de souligner, au contraire, que le fonctionnement du régime espagnol éloigne de la vie politique tous les incorruptibles, qui veulent renoncer à l’intrigue et faire valoir leurs propres mérites.

29Toutefois ces conseils réitérés en matière de civisme et de démocratie, ce rappel constant de l’immaturité politique de l’Espagne, et surtout ce jeu complexe de représentations réciproques que l’on brandit opportunément – en puisant dans une imagerie ancienne et toujours disponible – en fonction d’objectifs de politique intérieure, finissent par lasser et irriter jusqu’à ceux qui n’ont pas manqué d’y recourir. Unamuno, le premier – qui ne cacha pas son indignation après l’appel lancé, en 1909, par Anatole France à la jeunesse espagnole et s’insurgea contre cette conception abusive de l’Espagne comme terre de mission des anciens dreyfusards – en a décrit le mécanisme (avant d’utiliser, lui aussi, le débat sur la politique extérieure, et l’antigermanophilie qu’il a suscitée, pour galvaniser les forces démocratiques nationales, en renvoyant des milieux réactionnaires germanophiles une image belliqueuse et barbare) : “España viene sirviendo desde hace algún tiempo de cabeza de turco para querellas intestinas de otros pueblos. Unas veces enarbolan su nombre los de la extrema izquierda que dicen querer ayudar a los que aqui luchan por emancipar a su patria de no sé qué inquisición y no sé qué horrores que aseguran padecemos los Españoles, y otras veces lo enarbolan los de la extrema derecha que ven en España, tampoco sé bien por qué, el último baluarte del catolicismo”. Et le philosophe de conclure : “El nombre de España es un arma de combate, ya en manos de radicales, ya en manos de reaccionarios”.

30En réalité, c’est sur un jeu de représentations justificatrices de l’action politique, qui servent à élaborer une histoire nationale emblématique, avec des exemples négatifs tirés de celle du pays voisin, que chaque discours se constitue. Ainsi l’image sanglante de l’autre, que l’on retient ou déforme à des fins idéologiques, sert-elle à désigner, pour mieux l’identifier et le contenir, le péril à la frontière. Le rappel de la “Légende noire” vient opportunément justifier l’anticléricalisme des milieux radicaux et socialistes français, tandis que le mythe de la Terreur révolutionnaire, et le souvenir de l’invasion napoléonienne, sont habilement entretenus par les intégristes espagnols pour combattre dans leur pays toute montée du sentiment démocratique et toute velléité de réforme de l’ordre établi.

31La revue des pères Augustins de l’Escorial, par exemple, n’hésite pas à dénoncer “los infames, traidores y afrancesados del “trust” El País y España Nueva” et à accuser les autorités françaises d’avoir fomenté un complot contre leur pays : “Lo que nosotros creemos es que Ferrer ha sido un instrumento escogido por la Masonería francesa, si no por el mismo Briand, como hay quien dice, para trastornar el régimen de España e implantar la República, según han decretado los masones franceses”.

32Antagonisme statique et commode, négation de la dialectique, qui débouche sur une impeccable dramaturgie : une France conservatrice et une Espagne en proie à l’agitation sociale, qui vont précisément utiliser, comme propagande, en l’interprétant négativement, l’image de l’autre que l’on cherche à leur opposer. Un tel discours idéologique, que l’on a du mal à rationaliser, car il se réduit à un langage axiologique, qui dénigre ou glorifie, fonde sur un temps cyclique une parole mythique. Telle est sans doute la principale cause de la persistance du malentendu franco-espagnol : l’évolution inégale d’une série d’images complexes qui vont s’appauvrissant du côté français alors que les représentations de la France s’enrichissent du côté espagnol de tous les symboles du débat sur la modernité. La conséquence de ce déséquilibre est l’absence d’une politique relationnelle clairement définie, puisque les chancelleries réagissent en fonction de l’idée qu’elles ont de l’autre, et les stéréotypes ne sont pas moins nombreux – à quelques exceptions près – dans la correspondance diplomatique qu’ailleurs, qui renferme quelques pages d’anthologie sur la paresse des Espagnols.

33Lorsque la France prétend donner des leçons de morale en provoquant une pression de la conscience internationale sur une Espagne apparemment indifférente à ses propres errements, par exemple, lors de l’Affaire Ferrer – et dans une moindre mesure après le procès de Montjuich, de 1896 à 1899 (ou dans d’autres moments de répression : événements de Jérez en 1892, procès de “la Mano Negra” en 1902, procès des protagonistes des événements d’Alcalá del Valle en 1903, etc., qui suscitent davantage d’indignation auprès du public parisien ou londonien qu’en Espagne même) –, elle est accusée de fomenter un complot international (anarchiste ou franc-maçon). D’autant plus que les mouvements d’opinion en faveur des condamnés se transforment vite en campagnes contre l’Espagne, son gouvernement, son régime et son roi, qui ravivent les vieux clichés, opposant une Espagne inquisitoriale, qui pratique volontiers l’assassinat politique, à une France qui symbolise, davantage encore après l’Affaire Dreyfus, la lutte victorieuse de la raison collective contre la raison d’État.

34L’Affaire Dreyfus eut de nombreux échos en Espagne, dans la presse, parmi les intellectuels et les hommes de lettres, qui se forgèrent une conscience critique face aux rebondissements de la polémique française. Ainsi Blasco Ibáñez, “Clarín”, Unamuno, Pardo Bazán, José Martínez Ruíz ou Rodrigo Soriano, et tant d’autres vont-ils se prononcer contre le militarisme, le cléricalisme ou l’anti-sémitisme et pour le droit, que symbolise la figure de Zola. D’autant plus que le développement de cette affaire coïncidait en Espagne avec le procès de Montjuich auquel elle ne manqua pas de servir de référence. De fait, ces deux événements contribuèrent presque simultanément dans les deux pays à l’apparition de la figure de l’intellectuel (après la substantivation de l’adjectif et le recours à l’autodéfinition dans le célèbre Manifeste, publié, le 14 janvier 1898, dans “L’Aurore”) dès lors que celui-ci sut utiliser à des fins politiques la renommée qu’il avait acquise dans le domaine littéraire ou scientifique. Ensuite c’est à la lumière de l’Affaire Ferrer que l’on considérera l’Affaire Dreyfus pour regretter d’autant plus que rien n’ait pu vaincre en Espagne la raison d’État.

De l’affaire Dreyfus à l’affaire Ferrer

35Cette campagne avait fort contrarié les autorités espagnoles, qui y avaient vu une ingérence dans les affaires intérieures du pays. Un article de Heraldo de Madrid, du 3 décembre 1909, intitulé “Tutela depresiva”, suffit à rappeler la susceptibilité ibérique en la matière : “Reconozcamos la necesidad de corregir nuestras costumbres políticas ; queremos democratizarnos, queremos avanzar pero solitos, sin la tutela de los que nos desconocen, sin que labren nuestro jardín unos jardineros que ignoran cómo es nuestra tierra y cómo son nuestras plantas”. Le roi Alphonse XIII n’avait pas répondu autre chose aux cent cinquante-quatre intellectuels français du comité qui s’était constitué – sous la présidence des professeurs Séailles, professeur de Lettres à la Sorbonne, et Monod, professeur de Théologie – pour demander la révision du procès de Francisco Ferrer, et protester ensuite contre l’exécution de celui-ci : “À entendre certains Français, il semblerait que nous fussions un pays de sauvages. Où en êtes-vous donc de notre histoire ? À cette Inquisition dont vos journaux parlent si facilement ? Eh bien !, et vos guerres de religion ? […] Il serait souhaitable que l’étranger épargnât aux nations qu’il connaît imparfaitement ses critiques et ses conseils”. Le roi d’Espagne rangeait donc la France dans la catégorie des pays qui méconnaissaient la réalité espagnole. Et le Monarque de préciser que les développements de la récente Affaire Dreyfus – dont l’Espagne ne s’était pas mêlée – devraient inciter les Français à faire preuve de modération. Mais il rappelait aussi sa francophilie, afin de pouvoir faire, à son tour, des reproches à la France : “Les critiques françaises m’ont attristé plus qu’aucune autre, car j’aime votre pays”. De ce point de vue, défendre Ferrer revenait à attaquer l’Espagne.

36Unamuno, qui n’avait pas manqué d’exalter, en 1895, l’esprit de la Commune, est irrité par ce qu’il nomme : “la leyenda ferrerista”. C’est pourquoi il réagit à une série de jugements français sur son pays qui lui semblent hâtifs, en même temps qu’il prend un malin plaisir à rappeler ce que la France de Voltaire doit à l’influence anglaise et germanique. Il craint d’abord que le goût de la France pour l’Espagne, et même la récente apparition de l’hispanisme, ne soit en réalité que l’expression d’une mode. Il va même jusqu’à reprocher à Angel Marvaud d’avoir eu recours, pour la rédaction de son étude, La question sociale en Espagne, à des sources espagnoles, peu dignes de foi, selon lui : “Se ha puesto unas gafas negras de fabricación española”. Par delà le mouvement d’humeur et la caricature, reste cependant l’idée, également chère à certains traditionalistes tels que Menéndez Pelayo, qu’un peuple ne peut vivre éternellement de mimétisme et de science importée, ni de l’amère sensation de contribuer à l’exotisme fin de siècle. Mais surtout il est clair que le philosophe juge inconvenante l’utilisation qui est faite en France de l’Affaire Ferrer, pour dénoncer, comme l’a fait Jaurès, les méfaits du cléricalisme, et qu’il est prêt à revendiquer, jusqu’à la provocation, tous les maux dont on accuse son pays. “Azorín” de son côté, séduit par “L’Action Française”, s’en prend aux défenseurs français, belges et allemands de Ferrer, tels que Anatole France, Maurice Maeterlinck ou Ernst Haeckel. L’article qu’il leur dédie, le 12 septembre dans les colonnes d’ABC, sous le titre agressif de “Colección de farsantes”, lui vaut trois jours plus tard une chaleureuse approbation d’Unamuno que publie le même quotidien :

¡ Bien, muy bien, muy bien ! Hora es de reaccionar. Son muchos aquí los papanatas que están bajo la fascinación de esos europeos. Hora es ya de decir que en no pocas cosas valemos tanto como ellos y aún más ; […] ¡ Bien, bien, muy bien ! Así. así. España es víctima de una sistemática campaña de difamación.

37Ortega lui fera savoir aussitôt qu’il n’apprécie guère ces insultes contre les partisans de l’européanisation de l’Espagne. La charge idéologique de tout article sur les pays européens et l’exaspération des auteurs espagnols sont telles qu’elles induisent une polysémie.

  • 38 Julián Juderías, La leyenda negra, (1ère éd, 1914), Barcelone, éd. Araluce, 8ème édition, 1917, pp. (...)

38Alors qu’Unamuno et Azorín sont irrités par les campagnes hostiles à leur pays suscités par l’Affaire Ferrer et que Julián Juderías revient sur les conséquences de la “légende noire”38, d’autres francophiles notoires, Machado (il est professeur de Français), Araquistain, Azaña ou Alomar, y regardent de plus près. Machado cherche à limiter les effets positifs de l’influence française aux deux siècles précédents, afin de mieux dénoncer le mimétisme hispanique présent. 

Deux France : la réactionnaire et la libérale

Y nosotros que formamos un pueblo lleno de vitalidad, de barbarie y de porvenir, simpatizamos con ese viejo verde, podrido hasta la médula, por su maestría en el arte cosmética. Error gravísimo y afición nefanda. Nuestras almas necesitan quien les enseñe a lavarse la cara, no a pintarse de colorete. ¿ Qué absurda ceguedad nos lleva a imitar todo lo francés ?

  • 39 “Algunas consideraciones sobre libros recientes. Contra esto y aquello de Miguel de Unamuno”, La Le (...)

s’exclame-t-il39.

  • 40 Lettre à Unamuno, 16 janvier 1915, O.P.P., op. cit., p. 920.
  • 41 “Algunas consideraciones sobre libros recientes”, art. cit.
  • 42 Ibidem.
  • 43 Nuevo Tablado de Arlequín, cit., p. 214.

39Machado se plaît à distinguer deux France opposées : la France réactionnaire et néo-catholique) qu’il déteste, celle de “L’Action Française” qui attire Azorín, et celle de la Révolution Française, dont il n’hésite pas à revendiquer l’héritage40. Mais le prestige actuel de ce présomptueux voisin (“este gran pueblo espiritualmente agotado”41) lui semble bien exagéré. Et Machado de noircir encore le tableau, en dressant cet inventaire hétéroclite des apports culturels français : “Hoy recibimos de Francia productos de desasimilación, toda clase de géneros averiados y putrefactos : sensualismo, anarquismo, pornografía, decadentismo y pedantería aristocrática”42, que Baroja, qui mettait également en garde ses concitoyens contre l’immoralité et le cynisme français, n’aurait pas renié. “Francia proyecta hacia nosotros una porción de cosas inutiles o perjudiciales : modas, libros pornográficos, literatura de bulevar, vinos, licores ; en cambio, guarda todo lo que tiene de bueno : sabios, ingenieros, médicos, mecánicos…”43, écrivait, à son tour, le romancier.

40Mais à travers l’irritation qu’engendre le caractère ostentatoire d’une suprématie culturelle française de plus en plus discutée, c’est le manque de discernement de l’Espagne officielle, dépourvue de tout prestige international, autant que celui d’une société prompte à céder dans tous les domaines aux effets de l’imitation la plus superficielle, que l’on dénonce.

  • 44 “Toda la generación española que ahora llega a las preocupaciones intelectuales ha sido educada, ma (...)
  • 45 “Alemán, latín y griego”, El Imparcial, 10.septembre 1911, en O.C., t. I, op. cit., pp. 206-210.
  • 46 Historia de las ideas estéticas, Madrid, 1883, livre 5, p. 134.
  • 47 Ibidem, livre 8, p. 219.
  • 48 “El hombre inactual que camina por la existencia merced a un impulso que queda atras de él no puede (...)

41Pour Ortega, très critique à l’égard de l’influence qu’a exercée Taine sur sa génération44, les temps de Cousin ou de Renan sont révolus. La philosophie – celle de Bergson (qu’admirait tant Unamuno) – est devenue “semi mondaine”, si bien que, selon lui, si la France symbolise toujours l’élégance, c’est l’Allemagne – pays de la science, de la philosophie et du socialisme – qui représente désormais la pensée45. Ortega y Gasset reprend à son compte, à son retour d’Allemagne, une ancienne critique de Menéndez Pelayo, qui se disait persuadé que la distinction et l’habileté des Français n’étaient que légèreté et superficialité46. Celui-ci, qui semble redouter cependant, dans bien des domaines, une opinion critique des auteurs du pays voisin, corrigera ensuite nombre de ses jugements. Mais il passe au crible toute la production littéraire française, depuis la Chanson de Roland, en opposant volontiers la France moderne à la France médiévale, pour trouver dans la culture classique – ou plutôt dans l’attitude spirituelle du rationalisme qui créa son esthétique – une uniformité que seul à ses yeux un génie comme Molière sut éviter. Pour le reste il approuve Taine, qui insistait sur le caractère prosaïque du Français, et se moque de ce désir de tout ordonner qu’il perçoit comme une insulte à la complexité de la vie, car il produit le plus souvent, à son sens, un ordre apparent et une fausse clarté47. Ortega se défiera à son tour du cartésianisme et de son art de raisonner. “En el pensar, pues – écrit-il – no ha de buscarse la claridad latina, como no se llame claridad a esa vulgar prolijidad del estilo francés, a ese arte del développement que se enseña en los liceos.” Mais ce qui préoccupe surtout le philosophe, c’est le fait que cette France décadente continue d’exercer un réel ascendant sur une Espagne qu’il estime privée de tradition culturelle et de liberté civile48. Or si décadence il y a, pense Ortega, ce phénomène culturel est propre aux peuples méditerranéens. Par conséquent, l’Espagne et la France sont également atteintes, à la différence près que la France a eu l’habileté de donner un nom artistique à ce glissement vers l’archaïsme : le décadentisme.

42L’Espagne et la France sont couramment représentées comme deux pays que tout oppose (la première incarnant l’obscurantisme, la monarchie, le cléricalisme et la réaction, donc le passé ; la seconde symbolisant, toujours de ce point de vue, la science, l’industrie, la démocratie, la laïcité et le progrès, donc l’avenir) mais qui réagissent conformément à l’image qu’ils ont, ou croient avoir, dans le pays voisin. La description des pavillons français et espagnols lors des expositions universelles parisiennes (1855, 1867, 1878, 1889 et 1900) est à cet égard significative : les visiteurs espagnols voient dans la France le symbole de la civilisation industrielle, tandis que les français trouvent dans la représentation espagnole l’image traditionnelle d’un pays-musée. Mais l’on pourrait aussi bien opposer une France catholique à une Espagne des conspirateurs, en proie à l’agitation sociale. “Le pays, si calme et si endormi en apparence, vit sous la menace continuelle d’une révolution”, note Marvaud au terme de l’une de ses missions en Espagne. De fait, par-delà les péripéties de l’Histoire, chaque camp va retenir de la France l’image qui lui convient. Si celle-ci incarne, pour Castelar ou Blasco Ibáñez, la République, elle symbolise toujours, pour Araujo Costa, la tradition catholique.

43Il y eut bien une francophilie conservatrice, celle qui opposa en particulier, l’héritier du carlisme, Don Jaime, et le Comte de Melgar, au germanophile Vázquez de Mella. La mission du Recteur de l’Institut Catholique de Paris, Mgr. Baudrillart, en Espagne du 20 septembre au 20 octobre 1917, visait précisément à rassurer cette partie de l’opinion ainsi qu’un haut clergé souvent germanophile – mais surtout un public catholique effarouché par la réputation anticléricale de la France, souvent exploitée par la propagande allemande, qui représentait volontiers la France comme l’Antéchrist.

44Mais c’est l’image de la France républicaine qui reste prépondérante et entretient ce manichéisme à toutes épreuves qui est, dans l’Espagne de la Restauration, l’arme principale des intellectuels opposés au régime, si l’on en juge par le rappel que fait, en 1904, Luis Morote d’une péroraison de Salmerón :

Democracia y Monarquía son incompatibles, y lo son fundamentalmente. El uno tiene por base la herencia, el otro la elección y la soberanía nacional ; el uno es el poder anterior y superior a la voluntad del pueblo, el otro es la voluntad del pueblo hecha carne ; el uno es el pasado, con todo su peso muerto ; el otro es el presente y el porvenir ; el uno es Maximiliano en Querétaro, el otro es Washington en el Capitolio, el uno es Suiza y es Francia y la América libre e independiente, el otro es Rusia y es Turquía y es China, es Marruecos y es el Dahomey ; el uno es el progreso que avanza, el otro es la reacción que se resiste ; el uno es en España la Inquisición, el otro es en Francia la Declaración de los Derechos del Hombre ; el uno se condensa en el Tratado de París, el otro en la emancipación del mundo ; el uno es el gobierno de los menos aptos y de los privilegiados, el otro es el gobierno de los mejores ; el uno es el derecho divino de los reyes, aunque atenuado por los tiempos ; el otro es el único sistema compatible con la dignidad humana […].

45La France républicaine devient donc une terre d’asile pour les révolutionnaires, les républicains espagnols vaincus – qui avaient eux-mêmes reçu auparavant quelques exilés de la Commune, dont Paul Lafargue et sa femme Laura Marx – et certains dirigeants du mouvement ouvrier ; tandis que l’Espagne monarchiste accueille les membres des congrégations religieuses expulsées de France. En 1916, par exemple, les missions culturelles échangées par les deux pays seront composées de personnalités susceptibles de mieux communiquer avec l’autre partie, telle que chacun se l’imagine : intellectuels progressistes pour la délégation espagnole, académiciens, monarchistes, ou membres de l’Action Française, pour la délégation française.

Complot en deçà, répression au-delà des Pyrénées

46Dans les moments de fébrilité sociale (en 1896, en 1902-1905, en 1909 ou en 1917), c’est la France qui est généralement soupçonnée de fomenter toutes les conspirations de l’extérieur et de vouloir favoriser l’implantation d’un régime républicain ou l’action des mouvements revendicatifs en Espagne, alors que par tous les moyens elle cherche à éviter d’encourager les campagnes des partis progressistes qui pourraient nuire aux intérêts de ses nationaux dans la péninsule. À tel point qu’en 1917, au moment de la grève générale, elle sera partagée entre le désir de ne pas nuire à ses amis révolutionnaires et celui de préserver ses investissements.

47On constate, en effet, une interaction de l’économie, de la politique et de l’idéologie. Deux exemples, bien que d’inégale importance, sont à cet égard significatifs. La vague d’hostilité que sa politique viticole vaut à la France à partir de 1891, après la reconstitution du vignoble languedocien, s’accompagne d’une nette régression des achats espagnols, en général, mais aussi des importations de soieries et de livres, en particulier. L’essor de la vente de l’article dit de Paris est stoppé à cette époque. Mais il faut tenir compte toutefois, pour l’importation, en analysant l’évolution de la balance commerciale espagnole, de la constante dépréciation de la peseta depuis 1881, qui s’accélère en 1892 jusqu’à un effondrement tragique en 1898. Les produits français étaient devenus trop chers. Par la suite la politique déflationniste, inaugurée par Fernández Villaverde, permit, en maintenant l’équilibre budgétaire jusqu’en 1909, de revaloriser la peseta qui retrouva son taux de change de 1890 avec la livre sterling. Inversement, les protestations françaises et étrangères contre l’exécution de Ferrer font subir un grave préjudice à la ville de Barcelone – crise du commerce et de l’industrie, baisse du prix des terrains, arrêt des constructions, absence de touristes – qui sera suivi d’un déclin relatif des intérêts français, car la presse de Catalogne rend la France responsable de la campagne faite partout en Europe et en Amérique contre les actes du gouvernement espagnol.

48L’Affaire Ferrer explique en partie la détérioration des relations franco-espagnoles. Elle change, au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale, la vision positive que de nombreux intellectuels ont jusque-là de la France. Mais, il est vrai, que le pays voisin est souvent le refuge des exilés politiques espagnols, où abrite la plupart de leurs activités subversives, et qu’une certaine solidarité s’affirme entre militants des deux côtés des Pyrénées. Tous les “pronunciamientos” républicains de Ruiz Zorrilla sont préparés en France. Le Docteur Luis Simarro, Grand Maître du Grand Orient Espagnol et protagoniste important de toutes les manifestations auxquelles prennent part les intellectuels entre 1909 et 1917, se rend fréquemment à Paris. Melquíades Álvarez et Alejandro Lerroux s’efforceraient d’obtenir en 1917 de l’argent d’une mystérieuse française qui passe pour avoir aidé certains révolutionnaires russes, sans parler de l’héritage de Ferrer quelques années plus tôt. Autant de faits ou de rumeurs qui contribuent pourtant à accréditer l’image ou la légende d’une France favorable aux révolutionnaires espagnols. Le procès de Montjuich, il est vrai, semble avoir rapproché les anarchistes espagnols et français qui sont soupçonnés de préparer conjointement des coups de main en Espagne. “Une bande internationale doit passer les Pyrénées pour donner aux Espagnols le signal de l’insurrection… Kropotkine s’occupe de préparer des meetings de protestation contre les condamnations de Montjuich”, note, le 4 janvier 1897, le Directeur de la Sureté Générale, qui conclut : “Le monde révolutionnaire international a les yeux fixés sur l’Espagne”. Ce sentiment d’ingérence du pays voisin est accentué en Catalogne par la création, en 1901, d’un comité pour la “Confédération Franco-Ibérique”, qui milite pour l’annexion pure et simple de l’Espagne à la France sous régime fédératif (l’Amiral Fournier, chef de l’escadre française, en visite à Barcelone, est accueilli, en 1903, aux cris de “Vive la Catalogne française”), et par la fondation l’année suivante, à Paris, par Díaz Capdevila de la “Ligue Nationale Catalane”, qui adhère à l’“Union Catalaniste” (Par la suite francophilie et catalanisme furent mêlés au point que quelques douze mille volontaires catalans luttèrent aux côtés de la France dans le cadre de la Légion Étrangère). Plus tard, les socialistes et les anarchistes espagnols résidant en France sont accusés respectivement de vouloir faire échec au projet d’une expédition espagnole au Maroc et de se livrer à une active propagande anti-militariste dans les casernes de la péninsule. Il existe, de surcroît, depuis 1898 à Paris, un groupe socialiste espagnol, organisé autour de Fabra Ribas, qui a pour but d’établir des liens entre tous les militants espagnols domiciliés en France. Il fut un moment soupçonné d’être l’instigateur de la grève de Barcelone.

Attraction et répulsion

  • 49 “El español siente una mezcla de admiración y de desdén por los franceses”, écrit le romancier (Nue (...)
  • 50 Op. cit., p. 187.
  • 51 “Nuestro españolismo”, Ibidem, p. 130.
  • 52 “Libros y folletos”, Revista Nueva, n° 6, 5 mai 1899.
  • 53 “Algunas consideraciones sobre libros recientes. Contra esto y aquello de Miguel de Unamuno”, O.P.P (...)

49Cependant, la France reste la norme positive ou la référence négative qui provoque un mouvement d’attraction ou de répulsion et parfois, d’ailleurs, les deux à la fois, comme le note Baroja49. Modèle à imiter, la francophilie est souvent conçue ou perçue par les démocrates comme une forme de patriotisme supérieur, objet d’une mode dont il faut combattre les excès, ou, tout simplement, voisin encombrant par ses prétentions à l’hégémonie politique ou au magistère culturel (Manuel Machado fait remarquer, en 1918, que c’est à Paris qu’il vit pour la première fois les meilleurs tableaux de Sorolla et de Zuluoga50) : autant de représentations de la France qui ne manquent pas d’engendrer ou de ranimer, à la veille de la Première Guerre mondiale, et malgré un attachement profond aux valeurs de la France jacobine, un sentiment de gallophobie jusque dans les milieux intellectuels traditionnellement acquis aux idées françaises (qui explique en partie la récente germanophilie de Baroja51). La série de jugements ambigus sur la décadence française, émis par Unamuno, A. Machado ou Ortega, par exemple, suffit à le rappeler. Toute une controverse sur la nature et la portée de l’influence française sépare, en effet, l’exclamation émerveillée de Bernardino de Candamo, en 1899 : “Hoy la luz llega de París. ¡ Abrid la ventana, dejad que penetren los rayos del sol de Francia !”52, du souhait courroucé d’Antonio Machado, en 1913 : “¡ Oh, si los Pirineos se convirtiesen en el Himalaya !”53

  • 54 “Un progreso que no se nos debe ni nos entusiasma… Nada de esto es muy alegre…, pero es lo menos ma (...)

50La constante affirmation des prétentions hégémoniques françaises en matière idéologique, politique et culturelle, surtout lorsque celles-ci paraissaient exagérées, n’avait donc pas manqué d’irriter certains intellectuels réputés progressistes et francophiles (comme jadis Larra ou plus récemment le jeune “Clarín”, peu enthousiasmés par ce progrès qu’il faut bien se résoudre à recevoir de l’étranger54), soucieux de voir leur pays se définir et se situer lui-même, et non par rapport au pays voisin, dans le concert des nations européennes. L’attitude condescendante de la France, officielle ou non, sa volonté mal affirmée d’être le tuteur de l’Espagne nouvelle, ont fini par provoquer jusque chez ses amis une certaine exaspération (incompréhension suscitée par un effet d’imitation ou de domination sans réciprocité, autant que par une médiation à sens unique de la part de la France qui prétend transmettre à l’Espagne toute la culture européenne et ne veut recevoir de celle-ci que quelques notes d’exotisme). Les francophiles les plus convaincus insistent sur le fait qu’il n’est pas humiliant de s’ouvrir aux influences de l’étranger, ou d’aller chercher, comme l’ingénieur Torres Quevedo, une reconnaissance à Paris, et que l’esprit français, son sens de la vie collective, peut apporter une méthode susceptible de résoudre en Espagne bien des problèmes.

51Ce débat passionné, qui cache une perte d’influence de la France, à la veille de la Première Guerre mondiale, n’entame pas, chez ses amis, son prestige de berceau de la démocratie. Les intellectuels de la nouvelle génération obtiennent des chaires à l’Université, vers 1910. Ils se sont formés dans les universités européennes ou dans les rédactions des journaux, après une expérience dans les capitales étrangères, comme correspondants de presse. La plupart sont dotés d’une nouvelle pensée internationaliste et contribuent à ouvrir leur pays aux idées européennes. À l’issue de la déclaration de la neutralité de l’Espagne, au début de la Première Guerre mondiale, ils se jettent corps et âme dans la polémique qui oppose alliadophiles et germanophiles.

  • 55 M. de Unamuno, “Nada de pretensiones”, “La Nación”, Buenos Aires, 29 avril 1916.

52Alors Unamuno découvre que, derrière la France frivole et polissonne des romanciers du Boulevard – Jean Lorrain, Pierre Louys, sans parler des “Claudines” de Willy – demeure une autre France courageuse, chrétienne et jacobine, “qui croit dans l’éternel destin de l’homme”55.

53Les intellectuels espagnols projettent sur la réalité de leur pays (du procès de Montjuich à l’Affaire Ferrer ou à la crise de 1917) la conscience critique qu’ils se sont forgée face un contexte international et, surtout, face aux événements de la vie politique française (Commune de Paris, proclamation de la IIIe République, Affaire Dreyfus, Guerre de 14-18). Lorsque leur enthousiasme, au moment de la Grande Guerre, s’éloigne de l’expression nuancée de l’analyse pour devenir manichéen, il permet de mesurer à quel point le mythe de la Révolution française est toujours fécond. C’est lui qui structure dans l’Espagne de la Restauration, le discours politique de gauche comme de droite.

  • 56 “París-Madrid. Un viaje en el año 19”, El Sol, 11, 12, 13 et 14 juillet 1919 ; “Un viaje en el año (...)

54Après la Première Guerre mondiale, la fascination se déplace vers les États-Unis qui incarnent une nouvelle modernité. Grâce au développement de la technique et des moyens de communication dans le domaine des transports et de l’information s’interposent de nouvelles images qui annoncent un nouveau mode de vie. La perception de la vie s’élargit et s’accélère au rythme de la diffusion des informations internationales. La jeune génération de la classe aisée découvre des mots nouveaux venus des États-Unis, qui désignent des boissons et des danses nouvelles ; tandis que la possibilité d’aller de Séville à Pernambuco à deux cents mètres d’altitude à bord du dirigeable allemand le Zeppelin56 suggère aux plus candides, par-delà ce nouveau rapprochement entre l’Europe et l’Amérique, une possible fraternité universelle. D’autres préfèrent oublier la vieille Europe pour se tourner vers la Russie dont ils perçoivent les échos de la grande révolution. Ce débat les occupera jusqu’au début des années Trente.

Conclusion

55L’intelligentsia espagnole, lasse de voir tous les secteurs rentables, les mines, le textile, l’énergie hydro-électrique, les chemins de fer, les tramways, les télécommunications aux mains des capitaux étrangers, s’assigne une mission civique et culturelle – dans une Espagne qui semble victime d’un marasme croissant – et trouve dans ses relations avec Paris, considérée comme la capitale du monde latin, la clé d’un développement original. C’est aussi pour la bourgeoisie catalane la meilleure manière de court-circuiter les prétentions centralisatrices de Madrid et d’avoir accès directement à la culture européenne. Pour être parfois intenses, ces relations ne sont pas toujours réciproques car elles se fondent sur un développement économique et un intérêt politique inégaux. Elles confirment cependant le rôle de la France dans la formation de l’image du monde extérieur que perçoit l’Espagne, la permanence de la francophilie comme profession de foi démocratique, et la primauté de Paris comme capitale artistique de l’Europe.

Haut de page

Notes

1 Gérard Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière dans l’Europe du XIXe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2000, 1170 p.

2 Esquisse psychologique des peuples européens, Paris, s. e., 1903, 283 p.

3 Psicología del pueblo español, Barcelone, Minerva, 1917. Ce courant inspirera également Salvador de Madariaga qui publiera une dizaine d’années plus tard un ouvrage plus superficiel : Ingleses, Franceses, Españoles. Ensayo de psicología colectiva comparada, Madrid, 1929.

4 J. Ortega y Gasset, “Pidiendo una biblioteca”, El Imparcial, février 1908 ; Obras Completas, Madrid, Alianza, 1983, t. I, cit., p. 84.

5 Le télégraphe fut employé dès 1845 – huit ans après son invention par Morse – et les agences de presse Havas et Reuter furent créées, respectivement en 1835 et 1850. En Espagne, la première agence fondée fut celle de Nilo Fabra en 1865.

6 V. Raquel Asún, “El europeísmo de La España Moderna”, La España de la Restauración, Madrid, Siglo XXI, 1985, pp. 469-487. Entre 1891 et 1894, Lázaro publia notamment, et souvent pour la première fois en Espagne, Dostoievski, Tolstoï, Tourgueniev, Barbey d’Aurevilly, Flaubert, Gautier, Baudelaire, Goncourt, Mérimée etc., parmi les romanciers ; et Renan, Taine, Quinet, Prévost-Paradol, Lombroso, Spencer, Schopenhauer, Stuart Mill, Nietzsche etc., parmi les penseurs (V. le catalogue publié par Raquel Asún, “La editorial, La España Moderna”, Oviedo, Archivum, XXXI-XXXII, 1981-1982, pp. 133-199.).

7 P. Aubert, “La propagande étrangère en Espagne dans le premier tiers du XXe siècle”, Mélanges de la Casa de Velázquez, n° XXXI (3), Madrid, 1995, pp. 103-176.

8 À la fin de la première décennie, Julio Camba est à Constantinople, et Guillermo Rittwagen à Rome. Ángel Guerra signe une chronique intitulée “Diario de París”, Ramiro de Maeztu envoie ses “Ecos de Londres”. En mai 1915, Juan Pujol, ancien correspondant d’ABC à Londres et en Bel­gique, est envoyé sur les lignes allemandes de Pologne et jusqu’aux Car­pates. José Juan Cadenas part, pour ce même journal, à Rome où l’on pressent l’entrée en guerre de l’Italie, tandis qu’Antonio Azpeitua parcourt les lignes allemandes du nord de la France et que Salaverría rédige ses chroniques depuis Paris, tout comme Fabián Vidal et Corpus Barga pour España, Corpus Barga pour La Correspondencia de España et ensuite El Sol, Manuel Az­nar pour El Imparcial ou Enrique Gómez Carrillo pour El Liberal. ABC a envoyé Julio Camba à Londres (où se trouve Luis Araquistain pour le compte de El Liberal et d’où Salvador de Madariaga, correspondant de La Publicidad et de El Imparcial, envoie des articles à España), Franco Franchi à Rome, Sofía Casanova à Varsovie et publie des reportages qu’un professeur espagnol, qui signe Danubio, lui adresse depuis Vienne. Entre 1918 et 1923, Salvador de Madariaga et Manuel Azaña sont correspondants de El Imparcial à Paris etc.

9 “En lugar de sus obras Francia ha empezado a enviarnos las que antes había importado de otras literaturas. Una vez abierto el portillo, entra en España la inundación de una cultura que ya no es francesa, y a los franceses debemos agradecerles este último servicio”, notait Luis Bello en 1907 (El tributo a París, Madrid, 1907, p. 23).

10 V. par exemple, José Miguel Guardia, “La misère philosophique en Espagne”, Revue Philosophique, 1893, pp. 287-293 ; Hans Juretschke, España ante Francia, Madrid, Editora Nacional, 1940, 243 p.

11 Solos de Clarín, Prefacio a manera de sinfonía, Madrid, Alianza ed., 1971, p. 19.

12 La Lectura, 1902, t. II, p. 250.

13 Il s’agit de la traduction de Entartung parue en 1894 sous le titre de Dégénérescence (V. “Nietzsche y su filosofía”, Vida Nueva, n° 1, 1899, p. 21).

14 “El oro extranjero y la literatura francesa”, España, n° 145, 17 janvier 1918.

15 Le socialisme utopique espagnol avait trouvé ses sources chez Lamennais, St.-Simon, Fourrier et Cabet, principalement dans les années 1848-1850. L’influence des cabétistes est manifeste essentiellement chez des auteurs comme Monturiol à Barcelone, celle des fourrièristes chez Sixto Cámara ; on trouve enfin trace des idées de Pecqueur et de Colins chez Ramón de La Sagra. (V. Socialismo utópico español, selección, prólogo y notas de Antonio Elorza, Madrid, Alianza, 1970, 240 p).

16 Non seulement Mesa contribua à la création d’un parti ouvrier en Espagne mais il assura le lien entre Marx, Engels, Guesde et Pablo Iglesias. Ces contacts aboutirent en mai 1879 à la création du Partido Socialista Obrero Español (P.S.O.E.) qui ne pourra avoir une existence légale qu’après l’arrivée au pouvoir de Sagasta en 1881 et la promulgation de sa loi sur les associations, en juin 1887 (L’Association Générale des Travailleurs Allemands, fondée en 1863 par Ferdinand Lassalle, le premier grand mouvement socialiste ouvrier créé en Europe, a également exercé une influence importante sur le nouveau parti socialiste espagnol). Les relations de Mesa et de Guesde furent étroites à partir de 1876 (V. Santiago Castillo, “Las relaciones entre el socialismo español y francés a principios del siglo XX”, Españoles y Franceses en la primera mitad del siglo XX, cit., pp. 23-39). Mesa signe ensuite la chronique “Lettres d’Espagne” dans l’hebdomadaire parisien Le Socialiste (2e série, juin 1887). Par ailleurs d’autres militants socialistes espagnols connaissaient le français, comme Mariano García Cortés, Antonio García Quejido, Juan José Morato, Jaime Vera, etc. et contribuèrent par leurs traductions à la diffusion des oeuvres de Marx, Engels, Lafargue, Deville ou Guesde. Les Principes Socialistes de Deville paraissent notamment en Espagne en 1898 dans une traduction attribuée à Iglesias. Sur la vie et l’oeuvre de José Mesa, v. Santiago et Juan José Castillo, “José Mesa y Leompart (1831-1904) y el socialismo español”, Revista de Estudios Sociales, n° 14-15, mai-décembre 1975, pp. 77-126. Sur son séjour en France et son rôle dans l’introduction du marxisme tant en Espagne qu’en France, v. Jean-Louis Guereña, “Un socialiste espagnol en France : José Mesa et L’Égalité de Jules Guesde”, Travaux de l’Institut d’Etudes Hispaniques et portugaises de l’Université de Tours, 1979, pp. 103-122.

17 Mesa traduisit notamment Le Capital (deuxième section, Lettre-préface à l’édition française, préface à la première édition allemande), De la Guerre Civile en France, Le Manifeste Communiste, un extrait de Misère de la Philosophie (2ème chap., 7ème observation), dans La Emancipación, en 1872, et publia ensuite une traduction complète de l’ouvrage en 1891 (Madrid, tip. de Ricardo Fé, 1891, LIX-174 p.). L’Adresse inaugurale de l’A.I.T., divers articles d’Engels tirés du Volkstaat et des documents du Conseil général et d’Engels, alors secrétaire pour l’Espagne. (Jean-Louis Guereña, La Emancipación, (1871-1873), Thèse de 3ème cycle, Université de Besançon, 1977, vol. I, p. 264-276. ; “Les traductions de Marx et d’Engels dans La Emancipación, 1871-1873”, Hommage à Louise Bertrand, Université de Nice, 1982, pp. 187-201).

18 Charles Maurras est d’abord un disciple de Frédéric Mistral, et à ce titre il fut, avec Frédéric Amouretti et Auguste Marin, l’un des jeunes félibres signataires du manifeste autonomiste (“la liberté pour nos communes”) et fédéraliste, paru, le 7 mars 1892, dans L’Aïoli – l’un des meilleurs organes de la presse félibréenne, fondé l’année précédente sous l’inspiration directe de Mistral – auquel se rallia l’avignonnais Marius André (lauréat des Jeux Floraux septénaires de 1892, célébrés aux Baux de Provence) lié aux milieux catalanistes. Marius André fut l’un des premiers à s’inquiéter de l’organisation méthodique de la propagande germanophile en Espagne pendant la Guerre de 14 (V. “La propagande germanophile en Espagne”, L’Information, 6 mars 1915, ainsi que La Catalogne et les germanophiles, Paris, Librería española, s.d., 152 p.). La création de “L’Action Française”, en 1908, ne pouvait qu’intéresser les milieux réactionnaires espagnols, certains jeunes “mauristas” ou “ciervistas” comme “Azorin”, mais aussi de nombreux catalanistes qui retrouvaient dans la doctrine de Maurras (“l’ordre et la nation”, “autonomie locale et fédéralisme”) leurs idées régionalistes opposées à la tradition jacobine. De surcroît, l’Action Française, qui était autant une esthétique (v. note 36) qu’une doctrine, ne pouvait qu’intéresser certains milieux littéraires catalans.

19 C’est en France que se trouve l’origine et la diffusion des constitutions écrites. La Constitution Française de 1791 marque le moment initial du Droit Constitutionnel européen. Ensuite le principe constitutionnel fut transmis par Napoléon à toute l’Europe. (“La concepción del Derecho político actual, como derecho definido y distinto del de los demás órdenes de la vida, ha alcanzado el maximum de su intensidad y de su fuerza expansiva merced al influjo de Francia.” note Adolfo Posada, citant volontiers, Borgeaud, Hauriou ou Duguit. (Tratado de Derecho Político, tomo 2°, Madrid, Lib. gal. de Victoriano Suarez, 1916, p. 20.) Mais il est intéressant de constater que les autres influences juridiques, celle de l’Allemand Jellinek, en particulier, se manifestent également à partir de traductions françaises.

20 A.M.A.E., Nouvelle Série, Espagne, n° 9, Affaires de Catalogne 1906-1917, 22 janvier 1907, Le Consul Général de France à Barcelone à M. S. Pichon, Ministre des Affaires Etrangères. Manifestation Catholique à Barcelone.

21 “En el tradicionalismo pervive España”, El Correo Español, 2 mai 1891, Juan Vázquez de Mella, El tradicionalismo Español, ideario social y político, estudio prelimar, selección y notas de Rafael Gambra, Buenos Aires, ed. Dictio, 1980, p. 193. Ce reproche sera aussi celui des régionalistes catalans. “Des discours furent prononcés d’une violence inouïe contre les traditions centralisatrices importées de France en Espagne.”, note l’Ambassadeur de France en Espagne, Jules Cambon, après une manifestation de “Solidarité Catalane” à Barcelone, qui “réunit près de 150.000 à 200.000 personnes pour protester contre les lois d’exception”. (L’Ambassadeur de France en Espagne à M. Léon Bourgeois, Ministre des Affaires Etrangères, le 24 mai 1906). Lors de la manifestation catholique du 22 janvier 1907, les orateurs attribuèrent à la France la responsabilité de l’agitation anti-religieuse qui se produisait dans leur pays. “Depuis qu’en France – a dit l’orateur Estanyol – ont été proclamés les droits de l’Homme, qui sont la négation des Droits de Dieu, on a commencé à soulever le peuple pour chasser les moines et s’emparer de leurs biens”. Albo, député aux Cortès, a déclaré que “les auteurs de la loi sur les associations étaient les dignes descendants de ces Espagnols francisés qui, tandis que nos ancêtres luttaient pour l’indépendance de la Patrie sur les rochers del Bruch et sous les murs de Gérone, se faisaient, à Madrid et à Bayonne, les courtisans de l’usurpateur et comparaient au Cid le Maréchal Suchet en le félicitant d’avoir vaincu le rebelle catalan.” (Le Consul Général de France à Barcelone à M. S. Pichon, Ministre des Affaires Etrangères, cit.).

22 V. Los Institutos del Trabajo, Notas de viaje por J. Uña y Sarthou, auxiliar de la Biblioteca del Senado, El Instituto del Trabajo, Datos para la historia de la Reforma Social en España, Madrid, Ministerio de Trabajo, 1986, ed. facsimil, prol. de Santiago Castillo, Apéndice octavo, p. 263-342. ; V. Eduardo Dato, “El Instituto del Trabajo”, Heraldo de Madrid, 1er décembre 1912.

23 A. Posada, “La filosofía y la pedagogía de Alfredo Fouillée”, Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, n° 352 et 353, 15 et 31 octobre 1981.

24 V. J. Majault, Le Musée Pédagogique. Origines et fondation (1872-1879), Paris, C.N.R.D.P., 1978, p. 24.

25 Ballesteros, Historia de España, t. 9, Barcelone, Salvat, 1936, p. 136.

26 Antonio Machado qui avait bénéficié en 1911 d’une bourse pour aller suivre à Paris quelques cours de Bédier et de Bergson, craignait cependant que ce désir “d’européaniser” la culture espagnole ne fît oublier l’urgente nécessité d’étudier la réalité nationale. (V. “Sobre pedagogía”, El Porvenir Castellano, 10 mars 1913 (publié par Carlos Beceiro dans La Torre, Universidad de Puerto Rico, n° 6, juillet-septembre 1968). Il écrivait la même année à Unamuno : “Yo no me atrevo a decir en público ciertas cosas, por miedo a que se me crea defensor de la barbarie nacional, pero temo también que se forme en España cierta superstición de la cultura que puede ser funesta. Me parece muy bien que se mande a los grandes centros de cultura a la juventud estudiosa, pero me parece muchísimo mejor la labor de usted cuando nos aconseja sacar con nuestras propias uñas algo de nuestras mismas entrañas.”, (O.P.P., op. cit., p. 915) avant de conclure sévérement à l’encontre de quelques contempteurs phraséologues formés à l’étranger : “A esos jóvenes los llevaría yo a la Alpujarra y los dejaría un par de años allí. Creo que esto sería más útil que pensionarlos para estudiar en la Sorbona. Muchos seguramente desparecerían del mundo de las letras, pero acaso algunos encontrarían acentos más hondos y verdaderos.”

27 V. Conrado Vilanou, “Laicismo y espiritualismo : dos ejemplos del reformismo pedagógico francés en la España de la Restauración”, Historia de la Educación, ed. Universidad de Salamanca, n° 4, janvier-décembre 1985, pp. 159-168.

28 “En el cincuentenario de la República francesa. La obra pedagógica de Francia”, El Sol, 7 octobre 1920.

29 Sans oublier l’impact du félibrige et surtout de son courant fédéraliste en Catalogne et sur le mouvement catalaniste, depuis que Félix Gras a remplacé Roumanille à la tête du mouvement (mais il faut sans doute parler dans ce cas d’influences réciproques). En 1876, fut créée une Maintenance catalane à côté des trois autres (Provence, Languedoc, Aquitaine) qui fut dissoute en 1893 par le nouveau Capoulié Félix Gras. Dès cette date, les relations entre les Provençaux et les Catalans, scellées par l’envoi de la fameuse Coupe en 1867, à laquelle fut consacré un hymne qui deviendra le chant symbolique de l’Assemblée, ne cesseront de s’intensifier après la fondation officielle du félibrige par Mistral en 1877. Le catalan J. Marti y Folguera sera le poète-lauréat des Jeux Floraux ou Fêtes Latines de 1878, célébrés à Montpellier. Victor Balaguer, exilé de 1867, futur Président du Sénat espagnol, présidera en 1886 les Jeux Floraux de Sceaux ; en 1888, ce sera le tourde Ruiz Zorrilla. Il y avait, en 1876, vingt et un majoraux catalans. De nombreuses oeuvres de Mistral, de Gras, etc., furent traduites en catalan. (v. G. Jourdanne, Histoire du Félibrige, Raphèle-lès-Arles, Marcel Petit, rééd.1980 - 1ère éd., 1897-, 320 p.).

30 C’est ainsi, par exemple, que l’œuvre de Taine, Les origines de la France contemporaine (1876-1896) ne fut traduite qu’entre 1900 et 1912, que l’œuvre de Nieztche, Ainsi parlait Zarathoustra, ne le fut qu’en 1900, c’est-dire vingt-cinq ans après sa publication ; ou que le théâtre espagnol accueillit vers 1890, avec un décalage aussi important, les œuvres du Second Empire (V. Gonzalo Sobejano, Nietzsche en España, Madrid, Gredos, 1967 ; ou Jean-Marie Lavaud, “Ibsen et le théâtre d’idées à Madrid à la fin du XIXe”, Théâtre et société, Université de Pau, Cahiers de l’Université, n° 4, 1977, p. 61.). Par ailleurs les lecteurs espagnols découvrirent en même temps Balzac, Flaubert, Zola et Daudet, c’est-à-dire tout d’un coup près d’un demi siècle de production romanesque.

31 “Problemas culturales, III. Francia, poder conservador”, La Prensa, Buenos Aires, 15 août 1911 ; O.C., Madrid, Alianza ed.-Revista de Occidente, t. I, 1983, pp. 549-550.

32 Gaston Bonnier, “Les fêtes d’Oviedo et le mouvement intellectuel en Espagne”, Revue Hebdomadaire, novembre 1908, p. 59.

33 Les psychiatres Nicolás Achúcarro et Gonzalo Rodríguez Lafora, par exemple, vont encore travailler avec les disciples de Charcot, Pierre Marie à la Salpétrière, Babinski à la Pitié ou Valentin Magnan etc.

34 Achúcarro à Wiesbaden et à Marbourg en 1899, Negrín, plus tard à Kiel, etc.

35 J.M. López Piñero, Thomas F. Glick, Víctor Navarro Brotons, Eugenio Portela Marco, Diccionario histórico de la ciencia moderna en España, Barcelone, Peninsula, 1983, 2 vol. , 554 p. et 574 p.

36 R. Altamira, Cuestiones modernas de Historia, Madrid, 1904, p. 213 ; A. Posada, Para América desde España, Paris, 1910, p. 89 ; L. André, “Mirando a España desde Alemania”, Nuestro Tiempo, décembre 1911, p. 298.

37 A. Sawa, “De moral”, Alma Española, n° 13, 31 janvier 1904.

38 Julián Juderías, La leyenda negra, (1ère éd, 1914), Barcelone, éd. Araluce, 8ème édition, 1917, pp. 433-437. Une première version de cet essai parut dans La Ilustración Española y Americana des 8, 15, 22, 30 janvier et 8 février 1914. La huitième édition, de 1917, est dédiée au Roi Alphonse XIII. En 1967 parut la 15ème édition).

39 “Algunas consideraciones sobre libros recientes. Contra esto y aquello de Miguel de Unamuno”, La Lectura, Madrid, año XIII, n° 151, juillet 1913. Obras, Poesía y Prosa, Buenos Aires, Losada,1963, ed. de Aurora de Albornoz et Guillermo de Torre, p. 783.

40 Lettre à Unamuno, 16 janvier 1915, O.P.P., op. cit., p. 920.

41 “Algunas consideraciones sobre libros recientes”, art. cit.

42 Ibidem.

43 Nuevo Tablado de Arlequín, cit., p. 214.

44 “Toda la generación española que ahora llega a las preocupaciones intelectuales ha sido educada, mal educada por Hipolito Taine” (A. Aulard, “Taine, historien de la Révolution française”, Lunes de El Imparcial, 11 mai 1908, in O.C., op. cit., t. I, p. 86).

45 “Alemán, latín y griego”, El Imparcial, 10.septembre 1911, en O.C., t. I, op. cit., pp. 206-210.

46 Historia de las ideas estéticas, Madrid, 1883, livre 5, p. 134.

47 Ibidem, livre 8, p. 219.

48 “El hombre inactual que camina por la existencia merced a un impulso que queda atras de él no puede tener tampoco sensibilidad para la actualidad circundante”, note-t-il. (“Problemas culturales”, “III. Francia poder conservador”, La Prensa, Buenos Aires, 15 août 1911, O.C., ibidem., p. 550).

49 “El español siente una mezcla de admiración y de desdén por los franceses”, écrit le romancier (Nuevo Tablado de Arlequín, Madrid, Caro Raggio, 1917, p. 208). V. José Corrales Egea, Baroja y Francia, Madrid, Taurus, 1969, 250 p.

50 Op. cit., p. 187.

51 “Nuestro españolismo”, Ibidem, p. 130.

52 “Libros y folletos”, Revista Nueva, n° 6, 5 mai 1899.

53 “Algunas consideraciones sobre libros recientes. Contra esto y aquello de Miguel de Unamuno”, O.P.P., op. cit., p. 783.

54 “Un progreso que no se nos debe ni nos entusiasma… Nada de esto es muy alegre…, pero es lo menos malo que se puede escoger” (Nueva campaña, Madrid, 1887, p. 12).

55 M. de Unamuno, “Nada de pretensiones”, “La Nación”, Buenos Aires, 29 avril 1916.

56 “París-Madrid. Un viaje en el año 19”, El Sol, 11, 12, 13 et 14 juillet 1919 ; “Un viaje en el año 30”, La Nación, Buenos Aires, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 25 et 27 mai 1930.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aubert, « La France : un intermédiaire culturel pour les Espagnols au tournant du siècle (1875-1918) », Cahiers d’études romanes, 6 | 2001, 11-38.

Référence électronique

Paul Aubert, « La France : un intermédiaire culturel pour les Espagnols au tournant du siècle (1875-1918) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 6 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 15 août 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/203 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.203

Haut de page

Auteur

Paul Aubert

Aix Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org