Navigation – Plan du site

Du Madrid du franquisme au Madrid de la Movida

Bernard Bessière
p. 131-150

Résumés

Le général Franco (dictature 1939-1975) a longtemps entretenu avec Madrid des relations méfiantes, pour des raisons liées au souvenir d'un père frivole qui abandonna sa famille en Galice pour s'installer dans la capitale avec sa maîtresse, mais surtout pour des raisons politiques, Madrid ayant été jusqu'en 1939 le siège de la résistance républicaine. Par les changements radicaux introduits dans l'odonymie madrilène par le pouvoir franquiste (rues, places, avenues), par la multiplication des commémorations et des défilés à caractère idéologique, enfin par l'érection de quelques monuments qui prétendaient honorer le Caudillo et son régime (Arc de Triomphe de la Moncloa, Ministère de l'Air) Madrid vécut pendant quatre décennies au rythme de la dictature et dans ses rites. Plus tard, dans le contexte de la Movida, la Transition démocratique modifia profondément l'image et la réputation de la capitale. Mais est-on certain que les régimes politiques marquent durablement le visage d'une capitale ?

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Franco, franquismo, ideología, Movida

Index géographique :

Espagne, Madrid

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

Franco et Madrid : chronique d’une méfiance

  • 1 Tout autant que son gendre le marquis de Villaverde, l’épouse de Franco souhaitait prolonger la vie (...)

1Lorsque le général Franco s’éteignit, au terme d’une agonie que son entourage prolongea pour d’inavouables motifs politico-familiaux, Madrid avait été le siège du pouvoir dictatorial pendant 36 ans et 6 mois, à savoir depuis l’entrée victorieuse des troupes nationalistes, le 27 avril 1939, jusqu’à la disparition du chef de l’Etat, le 22 novembre 19751.

2Pendant cette longue période, les rues de la capitale, ses places, ses promenades et ses nouveaux édifices prétendirent exprimer la toute puissance du chef du Movimiento Nacional tant il est vrai que le franquisme, comme tous les régimes autoritaires, eut à cœur d’inscrire dans la ville les signes de son pouvoir. Depuis avril 1937, le Décret d’unification avait imposé une direction unique aux forces et aux secteurs qui avaient été favorables au coup d’Etat militaire. Pour les partis : la Falange de José Antonio, les carlistes partisans de don Javier de Bourbon-Parme, les intégristes de Fal Conde, les monarchistes de Renovación española favorables à Alphonse XIII ou à son fils don Juan, les réactionnaires de la CEDA ou encore les droites d’inspiration catholique ou ruraliste. Du côté des institutions : la majeure partie de l’Armée et de la Garde Civile et la quasi-totalité des évêques et du clergé. Par commodité, l’historiographie regroupe d’ordinaire ce conglomérat sous l’expression euphémistique des « familles du régime ».

3Une fois la victoire acquise, le dictateur renonça à emménager au Palais Royal qui jouissait pourtant d’une situation stratégique au cœur de la ville, et jugea prudent d’élire domicile dans une autre résidence royale située bien à l’écart. Le palais du Pardo présentait le double avantage d’être sis dans un parage isolé à 15 km du centre-ville et de compter sur la proximité d’une caserne de la Garde Civile apte à assurer la sécurité d’un bâtiment que Philippe II avait fait aménager à l’époque où il fit construire l’Escoriai. Au moment de l’installation du Caudillo au Pardo, la Seconde Guerre mondiale venait de commencer et la pérennité de son régime était alors incertaine dans le contexte international. Ainsi, à toutes fins utiles, le dictateur ordonna-t-il d’édifier un bunker dans l’une des tours du palais ... un espace aujourd’hui encore interdit à la visite.

4Pour des motifs idéologiques évidents, Franco avait un compte à régler avec la cité castillane qui, au lendemain de la chute de Barcelone et du tragique reflux vers la France de 500 000 républicains, était devenue l’ultime bastion de la résistance. C’est en effet dans la géographie urbaine de Madrid, dans ses ruelles comme sur son front nord ouvert sur la Cité Universitaire, que s’était illustré presque jusqu’au dernier moment l’héroïsme désespéré des combattants de la République.

5Aussi, le 19 mai 1939, dans le premier discours qu’il prononça sur l’immense avenue de la Castellana, le nouveau maître de l’Espagne n’avait pas hésité à culpabiliser la population madrilène et à la menacer en des termes explicites. Après avoir rendu hommage à ses troupes, il s’écria à l’adresse de la population locale : « Madrileños, haced examen de conciencia. ¿ Es que creéis que sin la frivolidad hubierais sufrido el dominio “rojo” ? [« Madrilènes, faîtes votre examen de conscience. Croyez-vous que sans votre frivolité vous auriez eu à supporter la domination des “rouges”. »]. Et d’ajouter : « Acabaron, pues, los dias faciles y frívolos, en que sólo se vivía para el presente [« C’en est fini des jours faciles et frivoles où l’on ne vivait que pour le temps présent »]. Les Madrilènes savaient désormais à quoi s’en tenir.

6Mais quels avaient été, jusqu’à cette date, les rapports que Franco avait entretenus avec la capitale ? On peut dire d’emblée qu’il la connaissait peu. Né en 1892 à El Ferrol, somnolente garnison de Galice, Franco fut admis à l’Académie militaire de Tolède en 1907. Á l’âge de 18 ans, il retourna à El Ferrol comme sous-lieutenant. Deux ans plus tard, il fut envoyé sur sa demande au Maroc où l’Espagne était engagée dans l’incertaine guerre du Rif puis il retourna dans les Asturies avec le grade de commandant. En 1920, âgé de 28 ans, il se vit confier la direction de la 1ère bandera de la Légion du Maroc et, trois ans plus tard, on nomma ce lieutenant-colonel à la tête de l’ensemble de la Légion du Protectorat. Après s’être fait remarquer lors du débarquement d’Alhucemas, il fut nommé général de brigade en 1926 et, deux ans plus tard, il dirigea l’Académie militaire de Saragosse. Enfin, le gouvernement de la République ayant fermé cette institution, Franco fut muté aux Baléares comme gouverneur militaire.

7Ce parcours montre que jusqu’en 1934, date à laquelle il fut nommé par le cabinet Lerroux conseiller technique au Ministère de la Guerre d’où il organisa la sanglante répression des Asturies, Franco ne connaissait pratiquement pas Madrid.

  • 2 E. Gonzalez Duro, Franco : una biografia psicológica, Barcelona, Temas de Hoy, 2000.

8De plus, pour cet homme jeune, la Villa y Corte conservait l’image d’une ville frivole et maudite. C’est là, en effet, que son père Nicolas Franco Salgado-Araujo avait achevé sa carrière d’intendant général de la Marine. Après avoir laissé sa famille à El Ferrol sans toutefois l’abandonner matériellement le père avait vécu dans la capitale où il avait eu une liaison sentimentale. Dans un ouvrage publié à l’occasion du centenaire de la naissance du Caudillo, le psychiatre Enrique Gonzalez Duro écrit des pages pénétrantes sur l’image désastreuse de libre-penseur, d’anticlérical et de coureur de jupons que, à tort ou à raison, le jeune Francisco s’était forgée de son Madrilène de père et qui explique bien des frustrations et bien des préjugés2. De là à avancer l’hypothèse que l’image sulfureuse du père ait pu nourrir le sentiment négatif qu’il avait de Madrid, ville de toutes les perditions, il n’y a qu’un pas que l’on peut raisonnablement franchir.

9Donc, d’abord pour des raisons idéologiques liées à l’acharnement de la résistance républicaine, puis pour d’autres motivations plus intimes, le rapport de Franco à Madrid fut d’emblée entaché de méfiance. On en trouve une illustration dans cet épisode peu connu : au début des années quarante, le régime envisagea de fixer le siège de la capitale sur les rives du Guadalquivir ! À la différence de Madrid, Séville ne s’était-elle pas associée dès le 18 juillet au soulèvement militaire sous la houlette fanatique du général Queipo de Llano ? C’est le beau-frère de Franco, le fidèle Serrano Suñer, alors ministre des Affaires étrangères, qui défendit cette idée lors d’un Conseil des ministres avec un luxe de détails portant sur le futur emplacement des ministères dans la cité andalouse. Toutefois, les difficultés matérielles d’une telle entreprise apparaissant insurmontables, ce projet saugrenu fut remisé aux oubliettes. Et puis, reconnaître que Franco renonçait à affronter la capitale de l’Espagne eût constitué un aveu de faiblesse incompatible avec la réputation d’un régime qui se définissait comme centraliste et totalitaire.

Madrid, une capitale devenue incontestable

10Pour se faire une idée de l’importance réelle de la cité du Manzanares dans le contexte de la vie politique nationale, un bref retour sur sa trajectoire de capitale est nécessaire.

11Née en 852 par la volonté de l’émir Mohammed Ier qui, au pied de l’alcázar construisit la medina ceinte d’une forte muraille, la almudayna, la Mayrit musulmane devra attendre sept siècles pour accéder à un statut « national » avant la lettre. Au terme de rudes combats, le roi de Castille Alphonse VI dit le Brave reconquit la ville en 1083, soit deux ans avant que Tolède ne redevienne elle aussi chrétienne. Au printemps 1561, pour des raisons politiques, religieuses et même écologiques, Philippe II décida de déplacer de 60 km plus au nord la Cour qui était alors sise à Tolède. Au XVIe siècle, la bourgade castillane faisait piètre figure comparée à Séville et à Tolède ou à la plupart des cités de Vieille Castille comme Ségovie, Burgos, Léon, Salamanque ou Valladolid. Ainsi dut-elle attendre le Siècle des Lumières pour prendre véritablement les allures d’une capitale européenne. Pourtant, quels que fussent la modestie de son architecture et le retard de son urbanisme, Madrid ne cessera plus d’être la capitale de l’Espagne, à l’exception d’une parenthèse de six années au cours de laquelle le duc de Lerma, tout puissant favori de Philippe III, contraignit ce dernier à fixer le siège de la Cour à Valladolid.

12Au début du XVIIIe siècle, la Guerre de Succession [1700-1714] mit aux prises le premier Bourbon d’Espagne, Philippe V, à l’archiduc Charles de Habsbourg qui revendiquait la couronne cédée aux Bourbons par Charles II disparu sans descendance et, au cours du conflit, c’est à Barcelone que le prétendant de la Maison d’Autriche installa durablement sa Cour. En tout cas, les avatars de cette guerre confirmaient déjà la fonction emblématique d’une capitale qu’il fallait coûte que coûte conquérir si l’on aspirait à dominer l’ensemble du pays, rassurant ainsi les chancelleries sur la pérennité du pouvoir. Du reste, un proverbe fameux du Siècle d’Or n’affirmait-il pas déjà : « Sólo Madrid es Corte », [« il n’y a de capitale que Madrid »] ?

13Signe qu’il entendait inscrire sa victoire dans la logique centraliste héritée de son grand-père Louis XIV, Philippe V, à travers ses « decretos de nueva planta » sonna le glas des institutions traditionnelles qui garantissaient une relative autonomie aux régions périphériques. Il trouva là le moyen idéal de les châtier pour avoir soutenu les prétentions de son ennemi autrichien. Lorsqu’en 1758 son deuxième fils, Charles III, arriva dans sa nouvelle capitale en provenance de Naples alors rattachée à la Couronne d’Espagne, il la jugea si rustique qu’il chargea sans tarder ses urbanistes italiens, Juvara et Sabatini notamment, de la doter de ses premiers édifices prestigieux. Entre autres chantiers, l’érection de la Porte d’Alcalá, de l’Hôpital, de la Poste, ainsi que l’embellissement du palais royal et l’innovation du tout-à-l’égoût, valurent à Charles III le titre de « meilleur maire de Madrid » qu’il a gardé jusqu’à aujourd’hui. Il n’est pas jusqu’au très versaillais Beaumarchais qui, de passage à Madrid en 1764, ne s’émerveillât de la propreté exemplaire des rues de la capitale espagnole !

14Au cours du règne accidenté de Joseph Bonaparte et de la Guerre d’Indépendance qui fut son corollaire [1808-1813], la présence ou l’absence du « roi intrus » dans les murs de la capitale fut l’indicateur le plus fiable de la réalité du pouvoir napoléonien ou, a contrario, de sa vacance. Dans les décennies suivantes, c’est depuis Madrid, plus que jamais siège de la Monarchie espagnole, qu’Isabelle II mena la lutte contre les prétentions des carlistes qui contestaient par le canon le centralisme madrilène et exigeaient le respect des fueros jadis octroyés au Royaume de Navarre et à la Couronne d’Aragon. Le long régime de la Restauration que Canovas mit en place en 1876 accentua encore la prééminence d’une capitale qui demeurait sourde aux revendications autonomistes sans cesse plus pressantes de la Catalogne et du Pays basque.

15Enfin, on l’a dit, c’est l’entrée des troupes franquistes dans les rues de Madrid en avril 1939 qui apporta, après la chute de Barcelone, la preuve incontestable de l’effondrement de la Seconde République. La dictature franquiste allait commencer.

Inscrire les rites du franquisme triomphant dans le tissu urbain

16Le bouleversement radical que connut la nomenclature des rues, des avenues et des places effaça de la mémoire collective les noms et les valeurs liés à la République et, au-delà, à la tradition libérale. S’il est vrai qu’une ville existe d’abord par ses monuments, ses perspectives et ses paysages, elle se révèle aussi à travers les noms qu’elle octroie à ses lieux de vie, d’où la nécessité d’un bref regard porté sur les mutations de son odonymie. La redéfinition du répertoire des rues de la capitale ne se fit pas attendre. Le 24 avril 1939, soit trois semaines après la fin des hostilités, l’autorité municipale fraîchement désignée rédigea un arrêté dans lequel elle annonçait :

17L’Alcaldía Presidencia fait savoir qu’il est urgent de purger Madrid de tous les symboles et des noms qu’y ont laissés un régime politique corrompu et néfaste pour la Patrie afin que prévalent les valeurs traditionnelles et saines de l’Espagne dans le sillage de grandeur dans lequel l’a inscrit l’héroïsme de ses enfants sortis vainqueurs de la barbarie.

18La tâche n’était pas mince car, au cours de la Guerre Civile, les autorités républicaines ne s’étaient pas privées de revisiter les odonymes en vigueur jusqu’au 14 avril 1936, date de la chute de la Monarchie. Ainsi, la Gran Via fut-elle brièvement nommée avenida de Rusia lorsque débarquèrent à Madrid les premiers conseillers militaires soviétiques puis surnommée en 1939 avenida de los obuses en raison des bombardements de l’artillerie franquiste qui harcelait sans répit le centre-ville.

19Au total, si l’on ajoute aux 48 premiers changements effectués en avril 1939 par la Municipalité franquiste une seconde liste rendue publique le 21 août 1941, près d’une centaine de noms de rues, d’avenues, de places et de ronds-points aura été modifiée.

20Regardons-y de plus près. Franco et Alphonse XIII sont les seules personnalités vivantes dont le nom figure dans le nouveau plan urbain de l’après-guerre : la avenida del Generalísimo remplace le paseo de la Castellana et le souverain exilé prend la place de ... Karl Marx ! Quant au reste des « promus », il s’agit le plus souvent de héros civils ou militaires de la cause nationaliste : la calle de las Cortes devient calle Calvo Sotelo, leader des droites, considéré comme le « protomartyr de la Croisade » ; le nom de José Antonio est donné à la Gran Via et celui de son père, l’ancien dictateur Miguel Primo de Rivera, désigne désormais la ronda de Atocha. Le général Mola, éminence grise du soulèvement, disparu dans un accident d’avion au début de la guerre, détrône un autre militaire, Espartero, principe de Vergara, qui avait triomphé des carlistes ; de même, le général Torrijos, fusillé en 1831 pour avoir fomenté un coup de force libéral, cède désormais sa place au consensuel comte de Peñalver, ancien maire conservateur de Madrid et urbaniste inspiré.

  • 3 Pour en savoir plus, on se reportera aux travaux de Luis Miguel Aparisi Laporta, notamment sa Topon (...)

21Quant aux allégories du répertoire révolutionnaire le concept de prolétariat ou la date emblématique du 1e r mai elles sont éradiquées mais de manière différenciée. La calle Proletarios se mue en calle Banderas de Castilla qui convoque l’image frémissante et solidaire des drapeaux de la Falange, des Juventudes de Ofensiva Nacional Sindicalista et des requetés carlistes ; quant à la calle Primero de Mayo, elle retrouve modestement le nom des propriétaires du terrain sur lequel elle avait été édifiée : les frères del Moral, dont le souvenir n’a laissé aucune trace dans l’histoire de l’Espagne3.

  • 4 Albert Speer [1905-1981] fut l’architecte préféré d’Hitler. On lui doit, entre autres réalisations (...)

22Mais rebaptiser les espaces ne suffisait pas. Il convenait également de construire ou plutôt de reconstruire afin, si possible, de décliner dans la pierre les goûts esthétiques du nouveau régime. Toutefois, ce projet avait ses limites car si Madrid offrait effectivement un vaste chantier — elle avait été durement touchée par les bombardements franquistes et la zone nord n’était que ruines, notamment Argüelles, Moncloa et la Cité Universitaire, lieux de contact entre les deux fronts — l’état pitoyable des finances publiques interdisait de rêver à un ambitieux programme de reconstruction. En d’autres termes, Franco n’eut pas son Speer4.

23Dans ce contexte, deux édifices nouveaux, typiques du franquisme de l’autarcie, méritent d’être mentionnés : dans le quartier de Moncloa, l’architecte Luis Gutiérrez Soto édifia en 1942 un Ministère de l’Air calqué sur l’Escoriai, situant ainsi le nouveau pouvoir dans le sillage esthétique de la Monarchie catholique de Philippe II. Treize ans plus tard, tout près de cet impressionnant bâtiment, Lopez Otero érigea un arc de triomphe à la gloire du Caudillo. Construit en pierre, il est orné de hauts reliefs dus aux sculpteurs Huerta et Orteils, et couronné d’un quadrige en bronze signé Arregui. Pourtant, le plus emblématique de tous les édifices de l’Espagne franquiste se situe extra muros : l’érection de l’imposante basilique du Valle de los Caídos, dont l’emplacement avait été choisi par Franco en personne à quelque 50 km de la capitale, fut confiée aux architectes Pedro Muguruza et Diego Méndez. Au terme de deux décennies de travaux qui coûtèrent la vie à plusieurs centaines de prisonniers républicains quasiment réduit en esclavage, cet ensemble grandiose situé à 15 km de l’Escoriai fut inauguré le 1er avril 1959 à l’occasion du vingtième anniversaire de la victoire de l’Espagne nationaliste.

  • 5 En 1913, le ministre Faustino Rodriguez-San Pedro [arrière-grand-père de Rodrigo Rato, président du (...)

24Dans cette capitale désormais auréolée des noms des héros de l’Estado Nuevo — officiers tombés au combat, victimes phalangistes, prélats, martyrs du national-catholicisme — les cérémonies se dérouleront au rythme du calendrier de la liturgie franquiste. Choisie tardivement, au milieu de la Restauration, la date du 12 octobre réalisait la synthèse idéale entre histoire et piété : commémoration de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb et apparition de la Vierge du Pilar de Saragosse5. À cette première date, le nouveau régime ajouta d’autres rendez-vous qui deviendront rituels : le 18 juillet [1936] rappelait le jour où Franco avait pris la tête du soulèvement depuis le Protectorat du Maroc ; le 1er octobre [1936], baptisé Fiesta del Caudillo, marquait son « exaltation » à la magistrature suprême en vertu du décret signé à Burgos par la Junta National de Defensa ; quant au 1eravril [1939], il rappelait la victoire sur la République. À ces commémorations, s’ajoutèrent celle du 20 novembre [1936], date de l’exécution de José Antonio dans sa prison d’Alicante, ainsi que celle du 9 février [1934], Día del estudiante caído. Cette dernière fête, qui saluait la mémoire du jeune Matías Montero, première victime phalangiste, deviendra el Dia del SEU, le syndicat unique étudiant fondé par José Antonio. Ainsi, en plus d’autres commémorations de moindre importance, ces six rendez-vous constituaient l’épine dorsale du calendrier du franquisme. Suspendant pour un jour le fil des activités urbaines ordinaires, de vastes concentrations étaient organisées à Madrid en présence du généralissime flanqué des dignitaires de l’Armée, de l’Eglise et surtout du Movimiento National au sein duquel les camisas viejas de la Phalange conservèrent longtemps un rôle prépondérant.

25Il va de soi que ce régime, qui couvre quatre décennies, connut des variations non négligeables, le plus souvent imposées par l’évolution du contexte international. Ainsi, les allures fascisantes et martiales qu’adopta le Madrid de l’après-guerre qui fut celui de l’autarcie, des restrictions et du marché noir, furent-elles beaucoup plus marquées que durant le tardo-franquisme où l’encadrement de la société était plus discret. En effet, le visage du Madrid du desarrollo des années 60-70, avec sa fièvre consumériste inspirée par les technocrates de l’Opus dei, était beaucoup plus amène et décontracté que celui de la capitale qui était sortie exsangue de la Guerre Civile.

  • 6 L’Espagne, et singulièrement les quartiers du Madrid de l’après-guerre, étaient soigneusement quadr (...)

26Quelles que fussent leurs modalités, ces manifestations, dont le caractère populaire « spontané » était difficilement appréciable6, voyaient Madrid se couvrir de drapeaux et vibrer aux échos des trois compositions musicales préférées du régime. À la traditionnelle Marcha real hymne national né en 1761 et que la République avait remplacé par l’Hymne de Riego de 1820 et au Cara al sol chant phalangiste dû à la plume de Rafael Sanchez Mazas était souvent associé l’Oriamendi qui évoquait le souvenir d’une victoire carliste remportée en 1837 sur les troupes isabélines. Musiques martiales, parades, défilés d’adolescents et de jeunes filles en uniforme, discours enflammés, saluts phalangistes et déploiements de bannières ponctuaient les grands rendez-vous du franquisme.

  • 7 On attribue souvent à José Antonio la paternité du choix du yugo et des flechas. En fait le fondate (...)

27Pour Lévi-Strauss, le concept de « rite » repose sur trois éléments indissociables : la « parole », le « geste » et l’ « objet ». Or, tout au long de la dictature, la figure combinée du joug et des flèches, métonymie majeure de l’Espagne franquiste, orna d’innombrables lieux de la capitale et fut rendue obligatoire à l’entrée de toutes les villes et les villages d’Espagne. Ainsi, à Madrid, au n° 44 de la calle de Alcalá, sur la façade du siège du Movimiento, un faisceau de cinq flèches haut de quatre étages imposa-t-il sa découpe colossale pendant 36 ans ... jusqu’à ce jour d’avril 1977 où un décret du président Suárez ordonna son démantèlement7.

Les Madrid de l’après-franquisme

28Après avoir renvoyé Arias Navarro, chef du gouvernement hérité de l’ancien régime, Juan Carlos désigna Adolfo Suárez en juillet 1976. Cette nomination risquée, audacieuse même, marque le début d’une période riche en événements et en mutations connue sous le nom de « Transition démocratique ».

29Avant de se demander quels rapports la movida entretint avec Madrid et s’il est légitime de dire qu’elle institua de nouveaux rites et de nouveaux rythmes dans la géographie de la capitale, il convient de préciser que la chronologie de la movida et celle de la Transition ne sont pas exactement superposables.

30C’est peu de dire qu’en termes de périodisations les avis divergent d’un auteur à l’autre. Toutefois, un consensus semble se faire sur le segment 1976-1982 comme dates limites de la Transition. Quant à la movida, l’affaire est encore plus complexe eu égard au caractère underground donc quasi insaisissable des prémices de cet élan polymorphe de création culturelle. Dans sa thèse, la première soutenue en France sur la movida, ici dans une perspective psychanalytique, Magali Dumousseau-Lesquer subdivise cette mouvance en trois phases :

  • le rrollo [contre-culture musicale] = 1970-1978 ;

  • la nueva ola = 1979-1981 ;

    • 8 M. Dumousseau-Lesquer, La movida : au nom du père, des fils et du todo vale. Expression d’un état d (...)

    la movida proprement dite, c’est-à-dire l’apogée commerciale du rrollo = 1982-19868.

31On voit donc que la movida précède puis déborde la Transition entendue dans son acception restrictive qui la fait débuter en 1976 avec la désignation de Suárez et s’achever en 1982, au moment où la gauche accède au pouvoir pour la première fois depuis le Front Populaire. Cet événement majeur, sept ans seulement après la mort du dictateur, fut un facteur indiscutable de normalisation sociale et politique.

32Pour ce qui est du déclin de la movida, la date de 1986 est peu contestable. Cette année-là, une suite d’événements symboliques affecta négativement le contexte de la culture populaire de la capitale : décès d’Enrique Tierno Galván surnommé el viejo profesor ou encore el alcalde de la movida ; disparition de la Luna de Madrid, revue phare de la mouvance ; fin brutale du programme télévisé de musique pop La Edad de oro dirigé par Paloma Chamorro, ou encore fermeture simultanée de plusieurs espaces d’expression et de création, comme la salle alternative Rock Ola où Almodóvar, Alaska Fabio MacNamara, los Pegamoides, Nacha Pop et bien d’autres artistes s’étaient fait connaître. Rien, désormais, ne serait plus pareil.

33Le présent travail s’inscrivant dans le contexte d’une réflexion croisée sur « rites et rythmes urbains », il convient de dire que l’espace urbain dans lequel s’exprima la pratique politique de la Transition démocratique et celui qu’investirent les artistes de la movida ne furent pas les mêmes. Il ne pouvait en être autrement, les acteurs de la movida s’étant tenus en marge du contexte politicien et si « récupération » il y eut, ce fut plus volontiers le fait des politiciens socialistes — notamment la Mairie de Madrid et le Ministère de la Culture — que des artistes, chanteurs, peintres, cinéastes et écrivains de la mouvance.

34Qu’en fut-il des espaces politico-institutionnels de la Transition et de leur configuration symbolique ?

35Outre le roi, demeuré dans son petit palais de la Zarzuela qu’il occupait déjà en sa qualité de « prince d’Espagne », le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif ou bien désertèrent les lieux trop marqués par la dictature ou bien leur donnèrent une destination nouvelle. Qu’elle fût aux affaires — UCD de Suárez et de Calvo Sotelo —, ou dans l’opposition — PSOE de Gonzalez, PCE de Carrillo ou AP de Fraga —, la classe politique fut prompte à délaisser les lieux les plus emblématiques de l’ancien régime. Le palais du Pardo où avait vécu Franco pendant 36 ans fut, dès 1976, aménagé en musée ; le siège de la Présidence du Gouvernement, érigé sur la Castellana à la fin XIXe siècle, exigu et fort mal agencé, fut réinstallé en 1977 au palais de la Moncloa au nord de la ville ; la même année, le siège du Consejo National del Movimiento, Plaza de la Marina, devint le Sénat ; quant aux Cortes, chambre d’enregistrement où avaient siégé les dociles procuradores désignés par le pouvoir, elles furent promptement rebaptisées Congreso de los Diputados ... une appellation plus conforme aux exigences d’une démocratie représentative.

36Deux autres édifices emblématiques, dans lesquels les pratiques les plus condamnables de la dictature s’étaient donné libre cours, connurent un nouveau destin. Sur la Castellana, le Ministerio de Informatión y Turismo, temple de la censure que dirigèrent des personnalités aussi marquantes que Gabriel Arias Salgado, Alfredo Sanchez Bella ou Manuel Fraga Iribarne, fut transformé en Ministère de la Défense. Quant au vénérable édifice de la Poste que Charles III ordonna de construire sur la Puerta del Sol et qui hébergeait la Direction générale de la Sécurité et la redoutable Brigada politico-social, il finit par accueillir en 1983 le premier gouvernement de la Communauté Autonome de Madrid. Belle revanche de l’histoire : plusieurs des nouveaux élus de gauche y avaient connu les affres de la détention et parfois la torture ...

37Comme pour exorciser le Madrid des défilés militaires et des réjouissances interdites, l’une des premières décisions prises par Tierno Galván une fois élu à la Mairie en 1977 fut de restaurer le carnaval. Cette tradition importée de Naples par Charles III avait été purement et simplement prohibée sur l’ensemble du territoire au lendemain de la victoire de Franco. Comme le rappelle Moncho Alpuente dans l’une de ses savoureuses chroniques récemment publiées sous forme monographique :

  • 9 « Los de Tomelloso », El Pais du 02/05/2005, in Gatomaquias, Madrid, Turpín, 2005.

Les carnavals de Madrid ressuscitèrent par la grâce d’un autre maire [que Charles III] éclairé, populiste et lui aussi un brin despote, Enrique Tierno Galván, promoteur de la movida et généreux pourvoyeur de panem et circenses, de concerts à succès sous les frondaisons dévastées du parque del oeste, de fêtes et de pèlerinages de la naissante et prétendue post-modernité.9

  • 10 En octobre 2007, pour marquer le centenaire de la Gran Via, un documentaire intitulé Scenario Gran (...)
  • 11 Après 32 ans d’hésitation, le vide juridique qui a entouré le statut du Valle de los caídos risque (...)

38Qu’en fut-il de la révision de l’odonymie madrilène ? Disons d’emblée qu’elle fut timide et sélective, l’esprit de la Transition — on l’a assez reproché aux politiques qui l’ont assumée — ayant reposé sur le consensus, la tolérance et la prudence. S’il est vrai que l’on rebaptisa sans tarder les deux principales avenues de la capitale — la avenida del Generalísimo redevint avenida de la Castellana et la calle José Antonio reprit son appellation traditionnelle de Gran Via — on ne retoucha guère à l’odonymie héritée du franquisme10. Si ce manque d’audace s’explique aisément pour les deux maires conservateurs qui se succédèrent à la Casa de la Villa dans les années 90 — Agustín Rodriguez Sahagún [UCD, 1989-1991] et José Maria del Manzano [PP, 1991-2003] — on comprend mal pourquoi les deux maires socialistes qui les avaient précédés — Enrique Tierno Galván [1979-1986] puis Juan Barranco [1986-1989] — n’ont pas fait grand-chose pour édulcorer la prégnance choquante de l’odonymie phalangiste et militariste ! Est-il acceptable qu’en 2007, une cinquantaine de rues, places, jardins et ronds-points rappelle le souvenir des héros et des hauts faits de la « Croisade ». Qu’on en juge : Plaza de Arriba Espana, Batalla de Belchite, General Yagüe, General Millán Astray, Héroes del Alcázar ou encore Caídos de la División Azul ? Une anecdote savoureuse à propos de cet ultime nom de rue : il y a quelques années l’ambassadeur de Russie, manifestement mal conseillé, fut à deux doigts d’installer le nouveau siège de son ambassade sur un terrain de la calle Caídos de la División Azul, un nom qui, rappelons-le, salue la mémoire des phalangistes ayant combattu aux côtés d’Hitler sur le front soviétique ...11

39On a dit plus haut que les principaux animateurs de la movida répugnèrent à hanter les allées du pouvoir et les nouveaux espaces du politique. Certains d’entre eux, même — la rédaction de la Luna de Madrid, par exemple — affichaient clairement leur hostilité à l’égard des progres, ces intellectuels de gauche des années 70 et 80 que le vote des citoyens avait propulsés aux affaires lors de la vague rose de 1982. Aussi n’est-il pas surprenant que les artistes de la movida aient opté pour investir les quartiers « de la marge », que celle-ci se situât en périphérie ou dans le centre-ville, quartiers qui avaient été ignorés par le franquisme et pour lesquels la classe politique de la Transition ne manifesterait guère d’intérêt.

  • 12 Le peuple adolescent, Paris, Juillard, 1994, pp. 95-100.

40Pendant la phase contre-culturelle du rrollo [1970-1978] les premiers groupes de heavy — rock sauvage et peu élaboré — ou punki, élirent domicile dans les quartiers défavorisés de la Elipa [cas de Burning], de Vallecas [cas de Ramoncín] ou encore de San Blas. C’est là, dans ce type d’espaces que le sociologue Michel Fize évoque comme étant des « interstices de la ville situés hors du lien social »12 que naquirent les premières salles alternatives et que furent projetés les premiers opéras rock comme The Rocky Horror Pictures Show, dont l’influence se fit sentir jusque dans Pepi, Luci, Bom, film « déjanté » tourné en 16 mm. par Pedro Almodóvar. Mais c’est un autre espace urbain au charme suranné qui devait s’affirmer pendant une décennie comme étant l’un des foyers de la movida : le Rastro dont Hans Magnus Enzensberger, grand amoureux de la capitale, déclara un jour qu’il était « la dernière frontière de l’Europe avec l’Afrique » ! Le quartier des puces madrilènes n’était-il pas, hier comme aujourd’hui, l’espace de tous les échanges, de toutes les expériences et de tous les projets ? Comme l’écrit Magali Dumousseau-Lesquer avec justesse :

Le Rastro est le centre névralgique de toute association, de toute création et de toute expression du rrollo. Les premiers films d’Almodóvar [générique de Laberinto de pasiones, début de Entre tinieblas], le film de Fernando Colomo Bajarse al moro ainsi que les didascalies de la pièce de José Luis Alonso de Santos dont ce film est une adaptation et qui précisent que les meubles de l’appartement du quartier populaire de Lavapiés proviennent du Rastro, nous donnent divers exemples de cette vie organisée autour du marché aux puces madrilène.

Et d’ajouter :

  • 13 Dumousseau-Lesquer, op. cit., pp. 23 et 42.

Ce quartier de la capitale se présente ainsi comme un lieu underground [loyers modérés, facilité d’approvisionnement en alimentation mais aussi en drogue...] et comme l’endroit privilégié de circulation des informations.13

  • 14 On lira les témoignages passionnants et parfois contradictoires des artistes de la movida dans J. L (...)

41Il le restera pendant la phase suivante [dite de la nueva ola : 1979-1981] avant que, surmédiatisée et célébrée même à l’étranger, la movida ne convoque d’autres lieux, moins marginaux et plus conformes à son nouveau standing. Le triomphe de la movida sera également celui de la nuit madrilène. S’il est une autre différence majeure entre le contexte des rites urbains du franquisme et celui des rites urbains des années 80 elle est bien d’ordre chronologique. Alors que les manifestations politiques et les immenses rassemblements de la dictature, même finissante — comme l’ultime rendez-vous du dictateur avec ses partisans le 1er octobre 1975 sur la plaza de Oriente — se déroulaient en plein jour, la movida marquera la victoire définitive de la nuit. Il ne peut être question de dévider ici l’écheveau fatalement incomplet des bars, des discothèques, des théâtres, des librairies, des cinémas, des centres d’art, des ateliers de peinture et de couture, des rédactions de fanzines ou encore des galeries où s’exprima à l’envi ce prurit de carpe diem qui fut l’âge d’or de la jeune création madrilène. En tout cas, le quartier de Malasaña, situé dans la zone Est de l’arrondissement d’Universidad, accompagna le Rastro dans son rôle d’avant-garde créative. En effet, la plupart des lieux musicaux de cette époque — La Via Láctea, le Teatro Martin, le Pentagrama, La Vaquería, El Sol, El Jardin ou encore le Marquee et surtout Rock Ola, ce dernier considéré comme le temple de la movida — étaient situés dans le périmètre de ce quartier qui tenait son nom d’une adolescente, Manuela Malasaña, exécutée le 2 mai 1808 pour s’être rebellée contre les soldats du maréchal Murat. C’est là, au n° 14 de la calle de la palma qu’un couple de peintres homosexuels, surnommés les Costus, avait ouvert un atelier. Inlassablement, Enrique Naya et Juan Carrero accueillirent chez eux tout ce que la cité du Manzanares comptait de créateurs. Ils le firent pendant la décennie des années 80, jusqu’à ce qu’ils fussent emportés par une maladie, le sida qui, au même titre que la drogue, décima les rangs de la movida14.

42Pour curieux que cela puisse paraître, avant-garde et attachement à la tradition furent deux versants indissociables de l’esprit de la movida. Moncho Alpuente, l’une de ses personnalités les plus attachantes, aime à rappeler que lui et ses amis avaient lutté de toutes leurs forces contre les projets de destruction des vieux quartiers. Le plan Malasaña, conçu à l’époque où Franco avait confié aux technocrates de l’Opus Dei la mission de « moderniser » l’Espagne, avait planifié la disparition de cet arrondissement ainsi que d’autres secteurs du centre jugés sans intérêt et non fonctionnels !

43Si la movida a été partie prenante du nouveau mode d’appropriation de l’espace urbain, le phénomène plus générique des « tribus urbaines », de par son caractère libertaire et insaisissable, déborde de beaucoup l’influence de la seule mouvance artistique madrilène, même s’il lui est en partie lié. Ces tribus urbaines, phénomène inconcevable sous le franquisme, qui intriguèrent les autorités municipales de la Transition, se virent attribuer soit des labels d’origine anglo-saxonne soit des noms puisés dans l’argot madrilène communément appelé le cheli. Cette taxinomie complexe rendait compte d’habitus sociaux, de goûts musicaux, d’orientations sexuelles ou d’usages vestimentaires spécifiques. Au fond, rien de bien nouveau sous le ciel madrilène : n’était-ce pas, en quelque sorte, la répétition du phénomène des majas, manolos et autres petimetres du Madrid de Goya ?

  • 15 Signe des temps : l’actuel maire de Madrid, Alberto Ruiz-Gallardón, qui représente l’aile progressi (...)

44Née dans le Londres des années 1960, la dichotomie bien connue mods versus rockers fut acclimatée au contexte castillan. Les premiers nommés avaient en commun une origine sociale et un niveau d’études moyens, une relative élégance vestimentaire, l’usage des drogues douces et une attirance pour les scooters. Quant aux rockers, de niveau social et scolaire plus modeste, ils manifestaient un goût prononcé pour les alcools forts, les drogues dures et les motos. Mais, dans le Madrid de l’après-franquisme, le kaléidoscope urbain s’était enrichi d’autres sous-groupes aux contours parfois imprécis : les skin-heads, les punkies, les post-modernes, les okupas — squatters à la mode madrilène —, les pijos — fils de bourgeois encanaillés —, ou encore le collectif gays-lesbiennes qui s’affirmait avec plus en plus de force15.

45Signe de l’importance de ce phénomène social inédit, le quotidien El País publia même une « carte des tribus urbaines de Madrid ». On y voyait les mods hanter les environ de Sol et de Gran Vía ; les rockers préférer Chamberí et Moncloa ; les punks opter pour Santa Ana et Dos de Mayo ; les heavies s’en tenir à Argüelles ; les okupas porter leur dévolu sur Lavapiés ; ou encore les pijos se regrouper à Arturo Soria. Parfois l’espace était « partagé », notamment à Princesa, Malasaña et Chueca et, finalement, la cohabitation était plutôt pacifique.

Empreintes éphémères

46Il est diverses façons d’aborder l’histoire d’une capitale européenne sur le long terme ou sur une période réduite de son vécu. Nous situant dans la perspective d’une manifestation scientifique qui s’attache à décrire les « rites » de la ville et à évoquer ses « rythmes », nous avons écarté diverses approches théoriques tels la dialectique entre sectorisation sociale, habitat et activités économiques, le rapport de force centre-périphérie, les échanges migratoires ou encore les mutations de l’urbanisme. Notre regard s’est voulu moins ambitieux, plus spécifique, et s’est limité à questionner l’empreinte supposée de l’idéologique et du culturel sur un demi-siècle de vie madrilène en nous centrant sur une phase passionnante de l’histoire récente de l’Espagne : le passage d’une dictature militaire — à l’époque la dernière d’Europe occidentale après la chute des colonels grecs et la « Révolution des œillets » au Portugal — à une aire de liberté.

47Cela dit, l’approche socio-culturelle de l’évolution d’une ville sur un segment réduit de son devenir ne se satisfait ni de découpages chronologiques confortables ni de clichés comportementaux. Au terme de ce bref regard diachronique que nous avons posé sur cinq décennies de la vie d’une capitale qui tarda à s’imposer comme centre incontestable de l’Etat, notre sentiment est qu’il convient de relativiser l’influence réelle des régimes politiques ou des phénomènes culturels sur le mode d’appropriation de l’espace urbain.

48Certes, la rupture majeure qu’a signifiée la disparition du Caudillo, le 20 novembre 1975, ouvrit une page nouvelle dans la vie politique, culturelle et sociale de la capitale et de l’ensemble de la nation. Mais tout ne bascula pas du jour au lendemain. Il fallut attendre la fin de l’année suivante et la Ley para la reforma politica — rédigée par Fernandez Miranda et soumise à référendum par Adolfo Suárez —, la tenue des premières élections générales en 1977, l’adoption triomphale de la Constitution de 1978, l’échec du coup d’Etat de Tejero en 1981 puis la victoire du PSOE pour croire en une normalisation politique définitive. Or, en amont, plusieurs années avant la mort du dictateur et la dilution concomitante de son régime, une double pré-transition était déjà en germe. Pré-transition politique, d’abord, dont les signes étaient la nouvelle vision économique impulsée par l’Opus Dei et son ouverture sur l’extérieur [début des années soixante], la Loi sur la presse de Manuel Fraga [1966], la désignation de Juan Carlos dans la Loi de succession [1969], enfin un autre événement dont le régime se serait bien passé : l’assassinat du premier ministre Carrero Blanco [1973], séisme institutionnel dont Franco ne se relèverait pas. Voilà pour l’événementiel.

  • 16 Reportage d’information politique obligatoire entre 1940 et 1976 dans toutes les salles de cinéma d (...)

49Pré-transition intellectuelle aussi. Sur le plan de l’histoire des idées et des mentalités, le Madrid des années 1968-1975 aspirait ardemment à une mutation culturelle dont les premiers signes étaient patents : lassitude croissante de la population face à la censure cinématographique, à la télévision d’Etat ou au sempiternel NO-DO16 ; entrisme des organisations clandestines de gauche au sein d’un « syndicalisme vertical » réputé imperméable ; revendications, à Madrid comme ailleurs, d’une authentique liberté de parole, notamment chez les jeunes, les artistes, les ouvriers et même le clergé ; volonté, dans les régions périphériques, de s’exprimer et de publier dans les trois grandes langues vernaculaires de l’Etat ; émergence d’un art contestataire [peinture, roman, cinéma, théâtre, poésie, chanson] ; lecture de moins en moins clandestine des ouvrages qui avaient inspiré le « mai 68 » français, etc.

50On l’a vu avec l’éveil du rrollo dans une ville encore austère et apparemment docile, les premières manifestations underground émergeaient déjà, annonçant l’épanouissement ultérieur de la movida. Au passage, celle-ci permettra à Madrid de prendre une revanche longtemps différée sur l’autre capitale, Barcelone, jusque là cité de toutes les avant-gardes. Le rayonnement de la movida, favorisé par une classe politique dont on a assez dit qu’elle fut opportuniste, sera tel que la plupart des médias étrangers multiplièrent les reportages, d’abord avec perplexité puis avec ravissement.

51Quel est au juste la pérennité de la trace de la movida dans le Madrid en ce début de XXIe siècle ? Et, d’un autre côté, les bribes de l’odonymie phalangiste laissés complaisamment au coin des rues de la cité du Manzanares expriment-ils la persistance du souvenir d’une dictature dans un Madrid où les adolescents ignorent à peu près tout de l’histoire récente ?

52S’il est vrai que pendant quatre décennies le franquisme inscrivit dans la capitale son empreinte fascisante puis national-catholique, enfin militaro-capitaliste, on a vu à quelle vitesse s’est effondré l’édifice de ce régime épuisé. De même que fut éphémère la flamboyance de la movida dans des espaces urbains réactivés, tout encouragée qu’elle fut par la génération de la Transition démocratique. N’est-il pas éclairant, à ce propos, d’observer que depuis vingt ans la population madrilène a porté successivement au pouvoir trois maires conservateurs, dont Alvarez del Manzano ... qui se vantait d’avoir enterré définitivement la movida !

53On n’insistera jamais assez sur la caducité des rites que prétend inscrire un pouvoir fort dans l’espace urbain à un moment précis de son continuum historique. Et que dire de la fugacité des rythmes capricieux et labiles de ce qu’Edgar Morin a appelé joliment « l’air du temps ».

Haut de page

Notes

1 Tout autant que son gendre le marquis de Villaverde, l’épouse de Franco souhaitait prolonger la vie du Caudillo au-delà du 26 novembre, terme du double mandat de Rodríguez de Valcárcel : président des Cortes et du Consejo del reino. Si Franco avait été encore vivant à cette date, il aurait pu, en théorie, reconduire dans ses fonctions ce dignitaire qui aurait mis la famille Franco à l’abri de toute menace d’après-régime. Mais les cardiologues décidèrent de mettre fin plus tôt aux souffrances du Caudillo qui décéda le 20 novembre ... date anniversaire de l’exécution de José Antonio Primo de Rivera. Si les plans de la famille Franco avaient bel et bien échoué, un symbole, au moins, aura échappé au naufrage.

2 E. Gonzalez Duro, Franco : una biografia psicológica, Barcelona, Temas de Hoy, 2000.

3 Pour en savoir plus, on se reportera aux travaux de Luis Miguel Aparisi Laporta, notamment sa Toponimia madriteña : proceso evolutivo, Madrid, Gerencia Municipal de Urbanismo, 2001 et la revue Anales del Instituto de Estudios madrileños, n° 33, 1993.

4 Albert Speer [1905-1981] fut l’architecte préféré d’Hitler. On lui doit, entre autres réalisations pharaoniques, l’esplanade de Nuremberg et la grande chancellerie de Berlin, détruite en 1945.

5 En 1913, le ministre Faustino Rodriguez-San Pedro [arrière-grand-père de Rodrigo Rato, président du FMI entre 2004 et 2007] proposa de baptiser le 12 octobre Dia de la Raza, appellation qui fut modifiée peu après en Dia de la Hispanidad. En 1918 cette date prit définitivement le caractère de fête nationale.

6 L’Espagne, et singulièrement les quartiers du Madrid de l’après-guerre, étaient soigneusement quadrillés par la Brigada politico-social, la Guardia Civil, les syndicats verticaux et les mouvements de jeunesse tels le Frente de Juventudes et la Sectión Femenina. Difficile dès lors, d’échapper à tous ces regards croisés !

7 On attribue souvent à José Antonio la paternité du choix du yugo et des flechas. En fait le fondateur de la Phalange reprit cet emblème des JONS, groupuscule fasciste avec lequel la Phalange fusionna en 1934. L’idée première d’utiliser les armes de Ferdinand et d’Isabelle germa dans l’esprit de deux intellectuels fascistes : le peintre Ernesto Giménez Caballero et le poète Rafael Sanchez Mazas, ce dernier auteur principal du Cara al sol.

8 M. Dumousseau-Lesquer, La movida : au nom du père, des fils et du todo vale. Expression d’un état de crise identitaire en période de transitions, thèse soutenue en 2001 à Montpellier-III sous la direction de Jean Tena.

9 « Los de Tomelloso », El Pais du 02/05/2005, in Gatomaquias, Madrid, Turpín, 2005.

10 En octobre 2007, pour marquer le centenaire de la Gran Via, un documentaire intitulé Scenario Gran Via fut réalisé par la Fundación Colegio de los Arquitectos de Madrid. Le titre des cinq épisodes montre bien que le destin de cette avenue est intimement associé à l’histoire événementielle et à l’histoire des mentalités des habitants de la capitale : Madriyork [1907-1930], Madrigrado [1931-1939], Madriles [1940-1959], Madriwood [1960-1975] et Madrivice [1976-2007].

11 Après 32 ans d’hésitation, le vide juridique qui a entouré le statut du Valle de los caídos risque enfin d’être résolu par la loi dite « de mémoire historique » que le gouvernement socialiste a fait adopter en novembre 2007. Il consisterait en la dépolitisation du site et sa transformation en un centre de recherches ouvert aux historiens.

12 Le peuple adolescent, Paris, Juillard, 1994, pp. 95-100.

13 Dumousseau-Lesquer, op. cit., pp. 23 et 42.

14 On lira les témoignages passionnants et parfois contradictoires des artistes de la movida dans J. L. Gallero, Sólo se vive una vez, Madrid, Ardora Visor, 2000. Lire aussi les toutes récentes publications qui reposent tantôt sur des témoignages, tantôt sur des analyses : S. Mendez, Corre, rocker. Crónica personal de los 80, Madrid, Booket, 2004 ; J. M. Lechón, La Movida, una crónica de los 80, Madrid, Algaba Ediciones, 2005 ; S. Grijalba, Dios salve a la Movida, Madrid, Espejo de tinta, 2006.

15 Signe des temps : l’actuel maire de Madrid, Alberto Ruiz-Gallardón, qui représente l’aile progressiste du Partido Popular, reconnaissait tout récemment que c’est à la communauté gay que l’on doit l’image dynamique et positive du quartier de Chueca, dans lequel lui-même a élu domicile.

16 Reportage d’information politique obligatoire entre 1940 et 1976 dans toutes les salles de cinéma du pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bessière, « Du Madrid du franquisme au Madrid de la Movida », Cahiers d’études romanes, 18 | 2008, 131-150.

Référence électronique

Bernard Bessière, « Du Madrid du franquisme au Madrid de la Movida », Cahiers d’études romanes [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/2046 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2046

Haut de page

Auteur

Bernard Bessière

Aix-Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org