Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le cinéma du réel suscite en Espagne, depuis quelques années, un intérêt croissant de la part des distributeurs de films, de la critique, du public. Presque absent durant le franquisme (en dehors des documentaires de propagande), il connaîtra un certain dynamisme durant les années de transition vers la démocratie (avec les films de Basilio Martín Patino, Jaime Chávarri, Joaquim Jordà…), avant de retrouver un public à partir des années 1990, en particulier avec El Sol del membrillo (1992) de Víctor Erice ou En Construcción (2001) de José Luis Guerin. Parallèlement, il suscite l’intérêt des chercheurs universitaires, avec les Notas sobre el documental en España publiées en 2001 par le Festival de Cine de Málaga et le congrès organisé à Grenade en 2004 par la Asociación Española de Historiadores del Cine sur le thème El Documental, carcoma de la ficción.

  • 1 Dans La ville dans la photographie espagnole, journée d’étude du 24 mai 2003 ou La ville, lieux et (...)

2En proposant la « ville » comme axe principal d’un colloque international consacré au documentaire espagnol, l’Équipe d’accueil « Études Romanes » (EA 854) a choisi de prolonger l’étude de problématiques déjà abordées par l’équipe de recherche1 : la ville-palimpseste, la ville « non-lieu », mais aussi les signes d’identité individuelle ou collective dans une appropriation symbolique des lieux urbains, la question des limites de son territoire, ou encore celle de ses rythmes et rites. Ajoutons à cela la forte relation métonymique entre espace urbain et espace humain, propre au référent, mais aussi à l’image cinématographique, où la contextualisation des visages et des corps rend difficile la dissociation entre la ville et ses habitants, entre le cadre topographique et l’activité humaine qui y est représentée (ouvrière, domestique, artistique…). Enfin, l’euphémisme « village planétaire » ne serait-il pas l’expression d’une symbolique urbaine devenue universelle, dans le cadre d’une économie mondialisée qui repousse à l’extrême les limites traditionnelles entre ville et campagne ?

3Le film de Mercedes Álvarez, El Cielo gira (2004), primé à Rotterdam et à Paris, traite en contrepoint de cette urbanité généralisée, de cette perte d’un monde rural dont ne subsisterait que la mémoire. La réalisatrice était l’une des invitées d’honneur du colloque. Dans la communication qu’elle lui a consacrée, Anne-Marie Jolivet a largement développé cette problématique de la présence/absence de la ville dans ce film, tandis que le passage de l’espace périurbain à l’espace rural analysé par Efrén Cuevas ouvrait le corpus à d’autres documentaires contemporains de El Cielo gira : La casa de mi abuela, Aguaviva et Fuente Álamo.

4L’autre réalisateur invité était José Luis Guerin. Son film En Construcción, sur le Barrio Chino de Barcelone, est devenu l’un des documentaires de référence sur la ville ; cité à de nombreuses reprises par les participants au colloque, le film de Guerin a été au centre de trois communications : celle de Jacques Terrasa sur l’incipit du film ; celle de Myriam Mayer sur la présence, dans l’espace du film, du marin et de la putain, deux personnages caractéristiques du Barrio ; celle de Francisco Javier Gómez Tarín, qui, à partir du film, s’interroge sur les relations entre non-lieux et caméra urbaine dans la ville d’aujourd’hui.

5L’espace des deux villes espagnoles par excellence — Madrid et Barcelone — est représenté dans quatre films de trois réalisateurs qui ont marqué l’histoire du documentaire espagnol : Víctor Erice, Basilio Martín Patino et Joaquim Jordà. Le Madrid montré par Erice dans El Sol del membrillo (étudié par Pascale Thibaudeau) ou par Patino dans Madrid (étudié par Nancy Berthier) se situe dans un ailleurs : de l’autre côté des murs du jardin où Antonio López essaie de peindre les fruits d’un jeune cognassier, lorsque Madrid apparaît, au début et à la fin du film, dans six séries de plans consacrées à des vues urbaines ; et pour Patino, dans un passé distant d’un demi-siècle, avec le personnage d’un documentariste allemand qui recherche, dans le Madrid des années 1980, des images de la ville durant la Guerre civile. Les frontières entre passé et présent, entre film de fiction et documentaire se brouillent, comme à l’accoutumée chez Patino, dans ce film-essai où l’objectif n’est pas de montrer le Madrid en guerre, mais de s’interroger sur sa représentation — de le penser, en quelque sorte.

6La Barcelone de Jordà est ouvrière. Elle l’était, du moins, en 1979, lorsque le documentariste filmait – à la demande de l’Assemblée des Travailleurs de l’entreprise Númax – la fin de l’expérience autogestionnaire mise en place par les employés en grève après la fermeture de leur usine. Un quart de siècle plus tard, Jordà a retrouvé les « acteurs » de Númax presenta ; le film Veinte años no es nada (2003) clôt ainsi, pour les anciens travailleurs de Númax, une période pendant laquelle l’Espagne s’est profondément transformée. À travers ces deux films, c’est toute une réflexion sur la représentation de la classe ouvrière que nous propose Jean-Paul Aubert.

7Ce sont deux documentaires, radicalement opposés dans leur démarche, qu’analyse longuement Sonia Kerfa ; deux films tournés dans la Barcelone des années 1960 par des cinéastes amateurs, Aspectes i personatges de Barcelona de Carles Barba et No se admite personal, de A. Luchetti et A. Corominas. Le premier est une galerie de portraits sur toile de fond urbaine filmée par un riche commerçant, tandis que le second, tourné clandestinement par deux militants anti-franquistes, montre les journaliers urbains qui vendent leur force de travail, chaque matin, sur la place d’Urquinaona.

8D’autres villes et d’autres époques ont été évoquées lors du colloque. Pour les deux jeunes chercheurs madrilènes Javier Ortiz-Echagüe etÁlvaro Matud, les représentations de la ville franquiste (Un día en Santiago, tourné en 1944) et de la ville fasciste (Carbonia, tourné en Sardaigne en 1941dans la ville minière du même nom), montrent une ville moderne, tournée vers le futur pour l’Italie mussolinienne, et l’image d’une ville tournée vers le passé, vers une hispanité mythique, dans l’Espagne de la posguerra. Enfin, la Séville invisible étudiée par Jean-Luc Lioult est celle des quartiers Sud de la ville – des logements sociaux des tres mil viviendas –, où Dominique Abel tourne Polígono Sur (2003). D’autres problématiques urbaines, liées au cinéma du réel, pouvaient être abordées ; mais lors de ces deux journées de colloque à Aix-en-Provence, davantage que la poursuite d’une exhaustivité illusoire, nous avons voulu, par la rencontre de doctorants, de cinéastes et de chercheurs confirmés, français et espagnols, favoriser une dynamique universitaire autour de ces territoires aux limites imprécises. Car dans l’espace référentiel, où s’arrête la ville, et dans la construction filmique, où s’arrête la fiction ? Enfin, comment – avec l’image numérique – les nouveaux modes de production et de réception des films changent-ils, depuis quelques années, notre relation au Réel ?

Haut de page

Notes

1 Dans La ville dans la photographie espagnole, journée d’étude du 24 mai 2003 ou La ville, lieux et limites, colloque des 12 et 13 décembre 2003, en attendant Rites et rythmes urbains, un colloque prévu en novembre 2007…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Terrasa, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 16 | 2007, 7-9.

Référence électronique

Jacques Terrasa, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 16 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/2082

Haut de page

Auteur

Jacques Terrasa

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org