Navigation – Plan du site

La ville, espace d’une rencontre. Le marin et la putain dans En construcción, de José Luis Guerin

Myriam Mayer
p. 115-127

Résumés

« Comment trouver nos marques dans la construction symbolique d’un quartier? ». Le film En construcción nous offre de nombreux points de repères spatiaux permettant de nous situer dans l’espace physique du Barrio Chino de Barcelone. Mais il nous offre surtout une image de ses habitants. Le film nous installe alors dans un quartier populaire, un espace social, culturel, humain. Le marin et la putain en sont les deux grands représentants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J. Terrasa, « Les vanités enfouies » in Cahiers d’études romanes nº12, “La ville, lieux et limites (...)

1La ville que nous voyons dans le documentaire est, « au terme du montage, la construction symbolique d’un territoire urbain, dans lequel nous recherchons des points d’ancrage1. » Il y a deux ans, Jacques Terrasa s’était intéressé à la « matrice urbaine » représentée dans En construcción. Dans ce travail, il observait la présence d’icônes architecturaux permettant de nous situer dans l’espace filmique : L’Église Sant Pau, les trois cheminées du Paral.lel, l’horloge tournante du BBVA.

2Pour ce colloque, j’ai décidé de reprendre cette question posée par Jacques Terrasa : « Comment trouver nos marques dans la construction symbolique d’un quartier ? », en m’intéressant, cette fois, au paysage humain du film. Car, si En construcción nous offre de nombreux points de repères spatiaux permettant de nous situer dans l’espace physique du Barrio Chino ; ce qu’il nous offre surtout, c’est une image de ses habitants. Une image qui nous permet alors de nous situer dans un quartier populaire, dans un espace social, culturel, humain. Dès lors, nos repères sont des silhouettes, des voix, des visages qui, par la construction filmique, nous sont rendus familiers.

3Pour étudier ce quartier populaire reconstruit symboliquement par le montage du film, j’ai choisi de « déconstruire » une courte séquence de En construcción. Cette séquence se situe une demi-heure après le début du film. Nous avons eu le temps de trouver nos marques, de rencontrer quelques personnages. Nous connaissons déjà Antonio (l’ancien marin), Juani et Iván (le couple d’adolescents) et les ouvriers du chantier (Abdel, Santiago, le chef de chantier, son fils…), des personnes avec qui nous avons pu voyager dans les rues étroites et animées du Chino. Sous nos yeux ébahis, sont apparus les squelettes du cimetière romain (vers la quinzième minute). Le puits du temps que les ouvriers avaient commencé à creuser, est alors devenu le terrain de travail d’autres ouvriers. Dans l’épaisseur du sol les archéologues retrouvaient la consistance des époques ; les squelettes romains émergeaient et s’exprimaient depuis les profondeurs du Chino nous révélant, dès lors, l’âme du quartier et du film : ses habitants, les personnages.

4Au XXIe siècle, le Chino s’apprête, pour la ixième fois, à recevoir un nouveau quartier, une nouvelle population, une nouvelle culture. Devant le cimetière romain, nous percevons les traces, les empreintes du passé et, dans le même temps, nous faisons face à une brèche ouverte vers un futur proche : la mort annoncée du Chino « que nace y muere con el siglo », comme il est dit au début d’En construcción. Tout au long du film, nous sommes face à cette brèche, nous assistons à la réécriture du palimpseste urbain.

5Mais, après la mort, la vie : les ouvriers et les habitants du quartier reprennent leur activité. José Luis Guerin décide alors de nous faire entrer dans un bar avec Antonio, l’ancien marin (notre guide dans le Barrio Chino) qui rejoint deux amis pour déjeuner.

Le bar, l’intérieur du Barrio

6En entrant et en sortant du bar, nous constatons la situation du Chino à la fin du siècle : un lieu bruyant, défiguré, décimé. Le chantier, les grues dévoreuses et les pioches assassines des promoteurs rythment la vie du quartier qui court à sa mort. Nous traversons les rues d’un espace saturé, bruyant et sombre ; un lieu qui rend difficile tout contact, toute discussion.

  • 2 J. Breschand, Le documentaire, l’autre face du cinéma, Les petits Cahiers du Cinéma, Paris, 2002, p (...)

7Le bar du quartier devient alors un lieu privilégié permettant le dialogue et la rencontre. C’est en réduisant l’espace à une échelle humaine (le bar face au terrain vague, au chantier) que José Luis Guerin arrive à nous faire entrer dans la réalité quotidienne du quartier. Le fait de partager un repas, une discussion avec les vétérans du Chino nous fait pénétrer dans les profondeurs d’une réalité : la leur. C’est en suivant les « acteurs sociaux » du Barrio Chino que nous pouvons suivre les mutations d’une société, « découvrir comment les remous de l’histoire traversent les vies ordinaires, forment l’écume des jours »2.

  • 3 Je remercie Ovideo TV (particulièrement Esther López, pour son amabilité) pour l’autorisation donné (...)

8Le premier plan de l’intérieur du bar permet au spectateur de trouver ses repères (Cf. Planche 13). En lisant les lettres écrites à l’extérieur de la vitre nous comprenons que nous sommes dans un bar de Tapas Variadas. C’est également entre ces lettres que l’on peut apercevoir l’ouvrier du plan précédent qui, de sa pioche, scandait les secondes… Le clair-obscur des surcadrages (les portes dans le plan, cadres dans le cadre) tout comme les sons du bar nous font ressentir la division de l’espace extérieur/intérieur. La porte de gauche s’ouvre. Entre Antonio, que l’on reconnaît au timbre de sa voix, et la porte se referme. Nous passons alors face à une télévision (plan 2), puis à table, avec, à notre gauche, deux hommes (plan 3) et Antonio, à notre droite (plan 4).

9Il n’y a aucun plan d’ensemble cadrant tous les personnages (y compris la télévision) mais cela n’empêche pas le spectateur de repérer empiriquement des relations spatiales logiques : dans un bar de Tapas Variadas du Barrio Chino un téléviseur et, face à lui trois hommes avec qui nous sommes attablés : l’espace narratif est construit dans notre perception. Le bar devient alors un espace filmique et imaginaire dans lequel nous trouvons nos marques et un espace narratif où pourra prendre place le discours des habitants du quartier.

  • 4 Question que je suis allée poser à Antonio Atar (l’ancien marin), Núria Esquerra (la monteuse), Abd (...)

10Nous sommes donc attablés avec ces trois hommes. Notre regard sur eux est ainsi celui d’un compagnon et non celui d’un voyeur qui aurait pu observer ces mêmes personnes depuis la table d’à côté... Mais d’ailleurs, il n’y a pas de table autour d’eux !… En une belle journée ensoleillée, à l’heure du déjeuner, une table isolée dans la cour d’un bar de Tapas Variadas du Barrio Chino : on pourrait légitimement penser que cela relève plutôt de la fiction ! Et, dès lors, nous serions tentés de nous interroger sur la construction de cette scène : Comment et pourquoi a-t-elle été construite4 ? Que nous révèle-t-elle ?

11Si le documentaire est avant tout une expérience humaine, le résultat de nombreuses rencontres, dans cette scène, le film est la trace d’une rencontre « précipitée » par le tournage.

Le bar, l’espace d’une rencontre

  • 5 « Partager un vécu, connaître et filmer », José Luis Guerin, dans un article de Javier Frutos « Rea (...)

12En effet, pour réaliser une telle scène il a fallu au préalable qu’une relation humaine et amicale s’établisse entre les personnages et l’équipe du film (José Luis Guerin et six étudiants de l’Université Pompeu Fabra, Barcelone). La relation tissée, il fallait que les personnages se familiarisent avec les caméras. Ce n’est qu’après ce long travail de préparation que l’équipe a pu donner naissance à une scène qui, dans une spontanéité surprenante, nous offre la banalité quotidienne du Barrio Chino. Trois années furent nécessaires à la réalisation de ce film. « Convivir, conocer y rodar5 » sont, selon José Luis Guerin, les pas à suivre lors de la création filmique — on reconnaîtra l’influence de Robert Flaherty, père du documentaire.

13Pour les besoins du récit (tant il est vrai qu’il n’existe pas de cinéma sans récit), l’équipe du film a pris soin de délimiter un espace : quelques rues du Chino, et un arc temporel : celui de la construction de l’immeuble. Il était également nécessaire de rencontrer des personnes qui pourraient devenir des personnages et rendre le film vivant, poétique, humain. Le choix d’Antonio (comme d’Abdel, Santiago, Juani et les autres) n’est donc pas né du hasard. C’est le fruit d’un long travail, le résultat de nombreuses rencontres.

14La scène dans le bar n’est pas un scène « attrapée sur le vif », « directe », comme celle que nous pourrions attendre de la part d’un reportage. Cette séquence a été pensée, étudiée, et montée pour donner ce résultat. Si construire un documentaire, c’est transmettre une réalité à travers un récit, pour construire un récit, il est besoin de s’attacher à des personnages, ici aux habitants du Chino.

15Antonio est un des rares survivants du quartier, il a connu la belle époque du Chino, a voyagé : c’est un ancien marin, une population qui été très présente dans le quartier. De plus, Antonio aime raconter des histoires, partager son vécu, ses connaissances, démontrer son savoir. Antonio se distingue par son élégance, sa générosité, il se présente lui-même comme un homme très spécial, différents des autres : « ¡Yo soy un hombre diferente a los demás, di-fe-ren-te ! », dit-il dans une des séquences suivantes, dans un autre bar. Toutes ces raisons — et bien d’autres encore — font qu’après un « casting » dans le quartier, Antonio ait été choisi, comme un des représentants du quartier (pour ne pas dire LE).

16Toutefois, le fait de tourner dans le réel conduit à s’adapter au milieu dans lequel se déroule le tournage. Antonio est un homme de la rue, son terrain est celui des ouvriers, du chantier ; son monde : celui des chevaliers errants. Pour qu’ait lieu cette rencontre entre Antonio et le spectateur et afin que notre regard sur sa dure réalité ne soit pas celui d’un voyeur mais plutôt celui empathique d’un compagnon, il fallait l’isoler un minimum de ce chaos. C’est ainsi que le cinéaste décida d’inviter Antonio à un déjeuner avec les deux hommes que nous retrouvons dans la scène du bar. Cependant, un bar populaire à l’heure du déjeuner dans le Barrio Chino n’est pas un des lieux les plus tranquilles pour filmer une séquence intime, familière (obscurité, bruits, monde…). Pour tourner cette scène, José Luis Guerin a convenu un arrangement avec le patron d’un bar fermé.

Le bar, espace de création où le local devient universel

  • 6 Cité dans François Niney, L’épreuve du réel à l’écran. Essais sur le principe de réalité documentai (...)
  • 7 D’où la polysémie du titre, En construcción, Work in progress dans sa version anglaise, titre s’app (...)

17Ce qui nous semble être l’arrière-cour du bar de Tapas Variadas dans lequel entre Antonio ne l’est pas, il s’agit de deux lieux différents. C’est par un processus de « transformation de la réalité en réalité filmable », comme le dirait Jean Louis Comolli6, que cette scène a pu être créée, construite. Dans En construcción, José Luis Guerin construit une certaine réalité fidèle à celle qu’il a vécue dans le quartier durant les trois années de réalisation du film. C’est en soulevant le voile des apparences, en créant un dispositif, une trame imaginaire, que le cinéaste nous permet de pénétrer le réel sans se limiter à sa surface7.

18Le point de vue que nous avons sur cette scène est celui de « l’homme à la caméra » : José Louis Guerin était à table avec les trois hommes. La caméra n’était alors plus devant lui mais à ses côtés… Les regards des commensaux que nous jugeons comme tournés vers le poste de télévision étaient, en fait, destinés au cinéaste. Le poste de télévision a été rajouté au montage (voilà pourquoi aucun plan d’ensemble ne présentait cet espace, construit au montage) : la reformulation des informations du journal est en fait la réponse des personnages aux interventions du cinéaste. Le dialogue était celui de quatre hommes.

19Le fait de remplacer son intervention par les informations du journal télévisé permet à José luis Guerin de situer historiquement le présent filmique de En construcción, d’englober les personnages du film dans une réalité historique. Car, comme le montre ce journal télévisé, au moment où l’on déterre les squelettes découverts dans les profondeurs du Chino, un typhon ravage la Chine. Et si les économistes analysent la flambée des prix de l’immobilier, les habitants du Chino en souffrent et constatent, eux, l’envolée des prix de la prostitution qui accompagne ce problème de logement.

20La rumeur du monde pénètre le quotidien du Chino et donne une dimension universelle au repas des trois hommes. À la fin des années 90, Barcelonais, Chinois, Yougoslaves et squelettes romains sont délogés, expulsés et cherchent un nouveau logement dans un monde où l’espace se fait rare et précieux. Il va sans dire que chaque spectateur ajoute à cela la situation que lui même peut constater dans sa propre ville : à Marseille, Aix, Madrid, Paris ou encore Lyon, la situation est la même…

Le bar, caisse de résonance du film

  • 8 La comique vient d’une confusion d’un des amis d’Antonio qui confond le typhon et le siphon, siphon (...)

21Cette séquence tient une fonction importante dans la structure globale du film. En effet, au terme de la construction filmique que nous venons de mettre à jour, cette scène regroupe les thèmes et motifs importants du film : la transformation du quartier, la montée des prix du logement, la prostitution. Elle nous rappelle également, avec l’arrivée du typhon qui apporte un souffle comique à la séquence8, le fait qu’Antonio était marin.

  • 9 Subtil montage de trois films des années 1950 : Filmaciones en 8 mm (1959), de Joan Colom ; El aleg (...)

22Partant de la conversation d’Antonio et ses amis, nous pouvons nous rappeler d’autres plans du film qui viendraient illustrer leur discours. En confrontant les images d’archives du début du film9aux images tournées par José Luis Guerin, nous pouvons constater l’évolution humaine qu’a subie le quartier au cours des quarante dernières années, cette évolution dont nous parlent les trois hommes.

23Les plans en noir et blanc des images d’archives tout comme le discours des trois hommes nous présentent un quartier emblématique des villes portuaires : des prostitués, des bodegas, des marins titubants sous l’effet de l’alcool…

Donc : (Cf. Planche 2)

Marins et prostituées dans les images d’archives.

Marins et prostituées dans le discours des vétérans du Chino.

Mais également marin et prostituée dans le film de José Luis Guerin.

  • 10 Au moment même où avait lieu ce colloque La ville dans le documentaire espagnol (25 et 26 novembre (...)

24Antonio (ancien marin) et Juani (jeune prostituée), deux personnages de En construcción, sont les survivants emblématiques de la culture portuaire du Chino10.

25En suivant leur évolution dans la structure filmique nous pouvons obtenir une fresque représentative de l’évolution du quartier. Le Chino vit ses dernières heures, le marin et la putain n’y ont plus leur place…

Le marin et la putain

26Le marin apparaît dès le début du film, dans les images d’archives. C’est en suivant ses pas, au détour d’un coin de rue, que nous découvrons Antonio. Devant un mur rouge arborant l’image d’un rat dévoreur d’immeuble, il commente la réhabilitation qu’est en train de subir le Chino, ce vieux quartier aux rues étroites. Comme contre-exemple architectural de son quartier, il nous décrit alors Londres qu’il a connu lors des ses voyages sur les transatlantiques : « Londres es una gran ciudad. Tiene plazas árboles, plazas árboles… y aquí pues nos dedicamos a construir a construir a construir y no hay lo que debe de haber : una ciudad moderna… » La voix du marin résonne alors dans les plans du Chino que nous offre le cinéaste. Dans un habile jeu de montage en alternance José Luis Guerin nous présente tour à tour Antonio et des bouts de rues du Barrio Chino. Le discours du marin nous fait alors naviguer dans l’espace filmique.

27Au fil du film nous découvrirons qu’Antonio vit de pensions en pensions, en perpétuelle errance dans les rues du Chino. Chargé de son bardât, l’ancien marin peine a trouver où jeter son encre dans cette société qui ne veut plus de lui. Un de ses camarades lui fera cette remarque très poétique : « Ahora, estás en un barco de tierra ». Un marin dans un bateau à terre qui nous fait voguer dans l’espace symbolique construit par le film. (Cf. Planche 3)

28Dans notre séquence, Antonio se rappelle son passé de marin, ses voyages à Buenos Aires, en Uruguay, au Brésil… et se souvient des belles filles qu’il a pu y rencontrer : « mujeres señoriales, de buen aspecto ». Usant de sa voix entraînante et jouant de son caractère Chaplinesque, Antonio nous amuse toujours, nous éloignant, ainsi, de sa dure réalité. Cependant, le ton froid du journal télévisé de notre déjeuner : « Comprar una casa es cada vez más caro », semble souffler sur les plans où l’on découvre Antonio Atar dans ses moments de silence. Le discours entendu dans le bar trouve des échos dans toute la structure du film.

29C’est ainsi que l’arrivée des nouveaux habitants, à la fin du film, sera ressentie par le spectateur comme un bouleversement agressif. Si ces personnages nous sont antipathiques, c’est parce qu’ils représentent la mort effective du Barrio Chino, un quartier duquel ils espèrent d’ailleurs ne pas voir la moindre trace. Cependant, la grande majorité des spectateurs – tout comme l’équipe du tournage – serait plus proche, dans la réalité sociale, des nouveaux habitants que des anciens. Ce n’est qu’après avoir partagé, durant près de deux heures, le quotidien des maintenant « anciens habitants » du Chino, que le spectateur peut ressentir cette « réforme urbaine » comme une transformation violente de l’espace humain, social et culturel du Chino. Le bar, notre rencontre avec les vétérans du Chino est une étape essentielle dans cette expérience humaine. Ici, le film n’est pas une preuve de la réalité, il en est plutôt une épreuve.

30En construcción nous offre une rencontre avec les habitants du Chino, avec ce quartier que la mairie de Barcelone a décidé de (dixit) « higienizar », « nettoyer ». José Luis Guerin ne montre pas ce que cette réforme urbanistique a prévu de nous montrer. Le cinéaste préfère nous placer aux côtés de ceux qu’elle voudrait nous cacher : ces habitants qui font « tâche » dans l’image que Barcelone veut donner d’elle : « Barcelona posa’t guapa » dit un slogan affiché par la mairie sur de nombreux balcons de la ville. En construcción nous dévoile le décor et les coulisses de cette ville qui tient à contrôler ce qu’elle laisse paraître d’elle même.

31Mais revenons à nos personnages : le marin et la putain, donc… Que nous dit, maintenant le parcours de Juani ?

32Nous la connaissons également dès les premières minutes du film (cf. Planche 4). Elle est une jeune adolescente qui joue au ballon sur une place du quartier. Un peu plus tard, dans une séquence très intime, nous la retrouvons fumant un joint dans son appartement en compagnie de son petit ami Iván. Lors de la découverte du cimetière, Juani est encore avec nous. Elle est alors à la recherche de travail et se propose comme manoeuvre sur le chantier, affichant sa force en exhibant ses biceps. Elle ne sera pas embauchée. Après quelques mois, elle se retrouve prostituée et sans domicile. Nous la voyons pour une dernière fois dans un travelling qui ouvre sa marche et ferme le film. Juani quitte le quartier avec pour seul bagage Iván, qui, à son tour, charge Juani sur son dos : ils n’ont plus de toit mais restent unis et continuent leur chemin en souriant, en interpellant la caméra, le cinéaste, nous. Ce dernier plan est l’unique moment du film où la caméra se met en mouvement. Au fil des saisons (soleil, grosse chaleur, pluie, neige, et retour du soleil), le film suit l’évolution d’un quartier, de ses habitants (Juani devient une femme), de notre société, le chemin sur lequel nous avançons. Le cinéaste est lui aussi sur ce chemin, sa caméra se met donc en mouvement.

  • 11 La ville au cinéma, encyclopédie parue sous la direction de Thierry Jousse et Thierry Paquot, Paris (...)

33Stéphane Bouquet (écrivain, scénariste et critique de cinéma) a proposé dans l’encyclopédie La ville au cinéma11, une interprétation intéressante sur l’épisode romain du film Paisà (1946) de Roberto Rossellini. Une séquence de cet épisode montre une jeune prostituée et un soldat américain dans l'Italie misérable de la Libération. Stéphane Bouquet a pu voir dans ces personnages une référence à la fondation de Rome par Rémus et Romulus : fils d’un militaire et d’une Lupa qui en latin veut tout aussi bien dire Louve que Prostituée.

34Juani et Iván forment un couple de même nature : une jeune femme prostituée et un futur légionnaire. Seraient-ils la métaphore d’une possible renaissance de la ville, du quartier ? Qu’on y voit ou pas cette référence, ce couple qui va de l’avant symbolise toutefois la marche vers l’avenir : « caminante no hay camino, se hace el camino al andar ». Ce dernier plan inscrit le film dans un mouvement dynamique, positif (loin de la nostalgie que certain on a pu lui trouver).

35Juani, comme tous les habitants du Chino, est actrice de sa propre vie et, à la fin du film, son chemin se poursuit. La bande son qui accompagne ce travelling final est un mixage de tous les motifs sonores qui ont marqué le Chino de En construcción : cris par les fenêtres, voix des ouvriers, bruits des travaux, chansons populaires… Si, dès les premières minutes, c’est Antonio, l’ancien marin qui nous faisait voyager dans les méandres du Chino, à la fin du film, c’est Juani qui nous fait parcourir l’univers sonore du quartier.

36Du début à la fin, le marin et la putain nous guident dans l’espace urbain et humain du Chino, dans l’espace filmique de En construcción.

37Le travail de création, de construction filmique apparaît comme fondamental pour qu’ait lieu cette rencontre entre les habitants du quartier et les spectateurs du film. Pas à pas nous pénétrons dans les rues du Chino, nous nous rapprochons de ses habitants. La séquence du bar que nous avons visionnée au début de mon intervention, est un de ces pas qui nous conduit vers l’autre, qui nous fait pénétrer dans le quotidien d’une réalité.

38Le temps d’un déjeuner, l’espace d’une rencontre, José Luis Guerin nous offre le récit du Barrio Chino. Le monde, la ville, le Chino nous sont racontés par ses habitants. Dans ce documentaire, la ville est une immense fresque en mouvement composée de tout ce qui la forme (édifices, places, bars, commerces…) et de tous ceux qui la fondent, qui lui donnent vie (travailleurs, chômeurs, vagabonds, hommes d’affaires, touristes, immigrés, squelettes, prostituées…). Finalement, la ville, c’est tout ce qui la rend si confuse, si fragile, si instable, si humaine … Dans En construcción, la ville, ce sont ses habitants, des hommes ! (Cf. Planche 5).

Haut de page

Annexe

Planche 2

Planche 2

Le panorama de Barcelone n’est plus le même, les cheminées se sont éteintes et de nouveaux ouvriers sont apparus. Nous sommes passés de l’usine au chantier.

La bodega est devenue un théâtre. Le terrain de jeu des enfants est passé de la rue au chantier…
Les bulldozers passent, mais certains comportements restent…

Le quartier a changé, les murs et les habitants ont vieilli, le marin est resté à terre…

Les attitudes demeurent et perdurent.
La prostitution a sans doute augmenté ses prix mais elle n’a pas disparu.

Haut de page

Notes

1 J. Terrasa, « Les vanités enfouies » in Cahiers d’études romanes nº12, “La ville, lieux et limites 2”, Aix-en-Provence, Université de Provence, Equipe d’accueil « Etude Romanes », 2005, p. 146.

2 J. Breschand, Le documentaire, l’autre face du cinéma, Les petits Cahiers du Cinéma, Paris, 2002, p. 33.

3 Je remercie Ovideo TV (particulièrement Esther López, pour son amabilité) pour l’autorisation donnée de reproduire dans mes travaux des photogrammes de En construcción.

4 Question que je suis allée poser à Antonio Atar (l’ancien marin), Núria Esquerra (la monteuse), Abdel Aziz El Mountassir (un des ouvriers) et José Luis Guerin lors de mes recherches pour la réalisation de mon mémoire de Maîtrise, Marinero en tierra : El personaje de Antonio en el documental de José Luis Guerin, En construcción, sous la direction de Jacques Terrasa, Université de Provence, Aix-Marseille I, Département d’études hispaniques, 2003-2004.

5 « Partager un vécu, connaître et filmer », José Luis Guerin, dans un article de Javier Frutos « Realidad y construcción » in Academia nº 32, 2002, p. 137.

6 Cité dans François Niney, L’épreuve du réel à l’écran. Essais sur le principe de réalité documentaire, Bruxelles, De Boeck Université, 2000, p. 119.

7 D’où la polysémie du titre, En construcción, Work in progress dans sa version anglaise, titre s’appliquant au « sujet » du film comme à sa forme en mouvement (due aux trois années de tournage) et à son élaboration, son écriture. Un film que l’on pourrait alors qualifier d’essai cinématographique.

8 La comique vient d’une confusion d’un des amis d’Antonio qui confond le typhon et le siphon, siphon d’ailleurs présent dans chaque plan du bar : sur la table, sur le poste de télévision…

9 Subtil montage de trois films des années 1950 : Filmaciones en 8 mm (1959), de Joan Colom ; El alegre Paralelo (1960), de Enrique Ripoll y Freixes ; Sin la sonrisa de Dios (1955), de Julio Salvador. J’ai analysé plus profondément ces images d’archives, le début du film, dans mon mémoire de Maîtrise, Marinero en tierra…, op. cit.

10 Au moment même où avait lieu ce colloque La ville dans le documentaire espagnol (25 et 26 novembre 2005), un livre s’apprêtait à sortir en vente La ville au cinéma, Artois Presses Université, 4° semestre 2005. Quelques temps après mon intervention j’ai donc pu le consulter : Françoise Heitz y a écrit un article sur En construcción de José Luis Guerin, « La ville en chantier », dans lequel elle analyse de façon globale la construction filmique à l’œuvre dans ce documentaire. Elle étudie également le « casting » opéré par le cinéaste pour trouver les « protagonistes » de son film… Je profite donc du temps que l’on dispose entre la présentation d’un article et sa publication pour citer cet article et cet ouvrage.

11 La ville au cinéma, encyclopédie parue sous la direction de Thierry Jousse et Thierry Paquot, Paris, Cahiers du Cinéma, 2005, p. 191. Stéphane Bouquet développa cet article lors de la présentation de l’ouvrage dans le cadre du festival « la ville au cinéma » qui se déroula à Paris, au Forum des images, du 25 au 28 octobre 2005. Chercheurs, critiques et cinéphiles (de Paris à Dijon en passant par Aix-en-Provence) étaient, à la fin de cette année 2005, absorbés par ce sujet de la ville au cinéma !

Haut de page

Table des illustrations

Titre Planche 1
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/2142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Planche 2
Légende Le panorama de Barcelone n’est plus le même, les cheminées se sont éteintes et de nouveaux ouvriers sont apparus. Nous sommes passés de l’usine au chantier.
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/2142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende La bodega est devenue un théâtre. Le terrain de jeu des enfants est passé de la rue au chantier… Les bulldozers passent, mais certains comportements restent…
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/2142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Le quartier a changé, les murs et les habitants ont vieilli, le marin est resté à terre…
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/2142/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Les attitudes demeurent et perdurent. La prostitution a sans doute augmenté ses prix mais elle n’a pas disparu.
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/2142/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Planche 3
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/2142/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Planche 4
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/2142/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Planche 5
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/2142/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Mayer, « La ville, espace d’une rencontre. Le marin et la putain dans En construcción, de José Luis Guerin », Cahiers d’études romanes, 16 | 2007, 115-127.

Référence électronique

Myriam Mayer, « La ville, espace d’une rencontre. Le marin et la putain dans En construcción, de José Luis Guerin », Cahiers d’études romanes [En ligne], 16 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/2142 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2142

Haut de page

Auteur

Myriam Mayer

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org