Navigation – Plan du site

Les Cahiers d’études romanes

Les Cahiers d’Études Romanes réunissent les travaux présentés lors des journées d’études et des colloques organisés par le Centre Aixois d’Études Romanes (CAER, EA854, Aix-Marseille Université). Le CAER rassemble des enseignants-chercheurs et des doctorants italianistes, hispanistes, hispano-américanistes, lusistes et roumanistes. Le CAER étudie les représentations en mutation dans les cultures de l’aire romane. Ses recherches concernent plus particulièrement les transformations des représentations discursives, littéraires, linguistiques, génériques, artistiques, scéniques et intermédiales en lien avec les transformations des sociétés de l’aire romane (Italie, Espagne, Portugal, Roumanie, Amérique Latine). Ces recherches s’articulent suivant cinq axes spécifiques : « Penser et agir en politique », « Écriture, réécriture, intermédialité  », « Linguistique comparée des langues romanes », « Mémoire, mémoires » et « Roman policier ».

Dans la continuité d’une première série de « Cahiers » qui pendant des années a publié les travaux émanant de divers centres de recherche de l’Université de Provence, le premier numéro de la “nouvelle série” des Cahiers d’études romanes est sorti en 1998. Depuis lors, ils paraissent à raison de deux par an, sous forme de numéros simples ou doubles. Chaque numéro émane de l’un des cinq axes du CAER et porte un titre spécifique en relation avec le thème de recherche correspondant. Les axes et leurs thèmes de recherche ont évolué au fil des années.

  • Axe 1 : Jusqu’en 2011 a fonctionné un axe « Voyage », qui a étudié successivement les thèmes du naufrage, de Paris, du train, des auberges et enfin de la fuite (n° 1, 3, 6, 10, 17 et 22). En 2011, lui a succédé l’actuel axe « Penser et agir en politique », qui a travaillé sur les mots de la politique et notamment sur les représentations du peuple dans le discours politique.

  • Axe 2 : L’axe « Pratiques d’écriture », qui a travaillé d’abord sur la citation (n°2, 5), puis sur les diverses formes et sujets de réécriture (n°13, 20, 24, 27, 29), poursuit ses travaux de recherche sur les mythes et sur la parodie, mais s’intéresse aussi au thème nouveau et interdisciplinaire de la chanson (réécriture et chanson). Sa nouvelle dénomination, « Écriture, réécriture, intermédialité », reflète cet élargissement de son domaine de recherche.

  • Axe 3 : Après s’être longtemps penché sur la traduction et le plurilinguisme (n° 7, 14, 21), l’axe 3 se consacre désormais à la Linguistique comparée des langues romanes, s’intéresse au roman graphique, et comporte un volet philologique accueillant néo-latinistes et spécialistes des langues romanes anciennes.

  • Axe 4 : Jusqu’en 2014 a fonctionné un groupe axé sur les « Discours et pratiques littéraires et sociaux », devenu en 2008 « Discours et pratiques artistiques et sociaux », qui a centré son intérêt sur les « transformations discursives » (n°4), puis sur le thème de la ville (n°8, 11, 12, 16, 18, 19) et de l’ailleurs (n°23). En 2015, lui a succédé l’actuel axe « Mémoire, mémoires », au croisement de la littérature, de l’autobiographie et de l’histoire, qui étudie le concept de mémoire dans ses diverses acceptions et champs disciplinaires, intégrant littérature, histoire et arts.

  • Axe 5 : Le groupe de recherche sur le Roman policier a d’abord travaillé sur la subversion des règles traditionnelles du genre (n°9), puis, dans le droit fil de cette ligne, sur les relations entre roman policier et histoire (n°15), sur les phénomènes de réécriture liés au polar (n° 25), et, dernièrement, sur les « territoires hétérogènes du roman policier » (n° 31) et sur les origines du genre.

Le directeur des Cahiers d’Études Romanes est secondé par une rédaction et une équipe éditoriale. Le contenu scientifique des textes est soumis à l’expertise d’un comité de lecture.

Jusqu’en 2013 les Cahiers d’études romanes sont sortis sous la forme traditionnelle de la revue « papier ». Depuis 2013, l’impression de chaque numéro est systématiquement suivie de sa mise en ligne en libre accès. Toute la collection a été numérisée et tous les numéros de la revue sont donc accessibles.

Comme la revue papier, la revue électronique obéit à des règles de citabilité qui permettent, grâce à des URL simples et stables, de retrouver facilement une référence.

Les articles mis en ligne sont assujettis à la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org