Navigation – Plan du site

Les universaux linguistiques

Sophie Saffi
p. 47-82

Résumés

Notre article se propose d’aborder les principales hypothèses proposées autour de la notion d’universaux : de la grammaire universelle des Cartésiens à Noam Chomsky et son hypothèse génétique aujourd’hui relancée par les récentes découvertes (gène FOX P2), en passant par les apports de Joseph Greenberg et de Roman Jakobson, mais aussi de Marcel Locquin, de Zoltan Gombocz et Aurélien Sauvageot, et encore de Merritt Ruhlen, de Gustave Guillaume, des recherches en I.A., pour conduire le lecteur à mener une réflexion sur les questions transversales que suscite le débat sur les universaux.

Haut de page

Texte intégral

1La notion d’universaux, dans la linguistique d’aujourd’hui, est un objet de controverses et là réside son intérêt : le débat soulève des questions qui sont au cœur des théories sur le langage. Historiquement, la grammaire universelle des Cartésiens abordait le problème de l’ordre naturel des pensées humaines en posant l’innéisme comme axiome de départ. Noam Chomsky a proposé lui aussi une hypothèse génétique dans les années soixante. Et la polémique sur l’origine innée du langage est aujourd’hui relancée par la découverte du gène FOX P2. Le débat méthodologique se poursuit depuis toujours entre les tenants du rationalisme et ceux de l’empirisme. La question des universaux nous confronte au problème de la définition de l’objet d’étude qu’ils représentent et de la strate dans laquelle les chercher. Des contributions importantes comme les universaux morpho-syntaxiques de Joseph Greenberg, la hiérarchie universelle des phonèmes de Roman Jakobson, la représentation ontophylogénique du langage de Marcel Locquin, l’histoire universelle des relations syntaxiques de Zoltan Gombocz et Aurélien Sauvageot, ou encore la langue mère universelle de Merritt Ruhlen, mais aussi la théorie liant le fonctionnement de la pensée humaine et la genèse du mot de Gustave Guillaume, les recherches en intelligence artificielle, nous conduisent à mener une réflexion sur les questions transversales que suscite le débat sur les universaux : quels liens unissent l’histoire et la structure des langues avec les possibles universaux que présentent ces dernières ? Ces universaux sont-ils le fruit d’un héritage unique ? Sont-ils le résultat d’un parcours d’acquisition du langage et de la langue maternelle commun à tous les hommes ? Ou représentent-ils des réalisations superficielles similaires d’un psychisme profond partagé par tous les locuteurs ? Autant de questionnement et de suppositions que nous aborderons au fil de notre exposé, pour vous aider modestement, cher lecteur, à vous forger une opinion.

1. La grammaire universelle des Cartésiens

  • 1 Sylvain AUROUX, La raison, le langage et les normes, Paris, Puf, 1998, p. 21.

2Dès le Moyen-âge, des universitaires se sont préoccupés d’affirmer l’idée que la grammaire puisse être une science. Ainsi, le traité De modis significandi sive Grammatica Speculativa (circa 1300) de Thomas d’Erfurt dont la méthode se veut scientifique puisque déterminant une connaissance à partir de principes, ou encore la discussion qui ouvre le traité des Quaestiones Alberti de modis significandi, texte pour lequel la grammaire étant une science suppose entre autres qu’elle dérive de principes universels et qu’elle est la même pour toutes les langues1.

  • 2 Sylvain AUROUX, op. cit., p. 31 ; Jean DUBOIS et alii, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larouss (...)
  • 3 Jean DUBOIS et alii, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse, 1989, p. 280.
  • 4 GRÉVISSE, D’après Robert DE FLERS, « La langue française » in La force de l’orthographe, Bruxelles, (...)
  • 5 N. BEAUZÉE et J. F. MARMONTEL (dir.), Encyclopédie méthodique, grammaire et belles lettres, 1786, t (...)

3La problématique est reprise au XVIIIe siècle : les Cartésiens défendent l’idée que toutes les langues ont quelque chose en commun et leur projet de grammaire universelle (ou générale) se propose de rassembler des observations qui conviennent à toutes les langues, et pour se faire, d’étudier des mécanismes nécessaires et communs à toutes les langues, les universaux du langage2. Cependant, l’innéisme cartésien portant à la croyance en un « ordre naturel des pensées », les règles universelles du discours qu’ils définissent relèvent plus de la logique que de la linguistique. « Le préjugé culturel [des Cartésiens] en faveur du français vient conforter cette tendance : l’ordre naturel des pensées, c’est de façon générale celui de la phrase française. Dès lors, la grammaire universelle étant concrétisée dans la langue française, la grammaire des autres langues pourra s’édifier par considération des écarts constatés au regard de ce modèle »3. Le préjugé favorable au français est encore relayé au XXe siècle par un académicien comme Robert de Flers : « Parmi les langues qui ont mérité d’être appelées universelles, on se plaît à citer la grecque, la romaine et la française. La grecque, toute ailée et toute vibrante du chant des déesses et des cigales, on l’a nommée la langue de la beauté, tandis que la langue romaine, formée par l’effort ambitieux des juristes et des soldats, on l’a volontiers regardée comme celle de l’autorité. La langue française, elle, est la langue de la grâce et du bon sens réconciliés dans son harmonie et dans sa clarté »4. Parmi les Cartésiens du XVIIIe, N. Beauzée soutient que les parties du discours sont des éléments nécessaires dans le langage, par exemple, le verbe : « Puisque les Verbes sont absolument nécessaires pour exprimer les objets de nos jugements, qui sont nos principales et peut-être nos seules pensées ; il n’est pas possible d’admettre des langues sans Verbes, à moins de dire que ce sont des Langues avec lesquelles on ne saurait parler »5. E. B. de Condillac dans sa Grammaire de 1775 ne leur reconnaît pas un caractère nécessaire mais seulement suffisant à l’expression de toutes les pensées.

2. Les Rationalistes et les Empiristes

  • 6 Sylvain AUROUX, op. cit., pp. 31-32.
  • 7 Encyclopedia Universalis.

4Cette discussion sur le statut des universaux a séparé les linguistes en deux factions : les tenants du rationalisme et ceux de l’empirisme. « Pour l’empirisme, il peut y avoir langage sans universalité, ce qui correspond parfaitement à l’idée d’une genèse des systèmes de signes, c’est-à-dire au fait que l’universel n’est pas coextensif à la classe des langages. […] Pour le rationalisme, il peut y avoir universalité sans langage, ce qui signifie tout simplement que l’existence de l’universel ne dépend de celle d’aucun langage »6. Ramenée à l’essentiel, la question est de savoir si derrière la diversité des langues, leurs systèmes sont régis par des lois qui s’appliquent universellement ? En Europe, la théorie de l’arbitraire du signe de Ferdinand de Saussure (le lien qui unit le signifiant au signifié est arbitraire), en Amérique, l’hypothèse de Sapir-Whorf (les langues découpent la réalité selon des critères qui sont propres aux groupes sociaux et non superposables d’une civilisation à l’autre) sont les théories dominantes jusque dans les années 60 et elles font la part belle à la diversité au sein du langage. Si l’on ajoute à cela le but pragmatique, parfois avoué, que se donne la linguistique descriptive (faciliter le contact avec d’autres cultures), on comprendra que c’est en général la démarche empiriste qui l’emporte, surtout outre-Atlantique, jusqu’aux développements plus récents du rationalisme innéiste de Chomsky7.

  • 8 Sylvain AUROUX, op. cit., p. 39.
  • 9 Roman JAKOBSON, Essais de linguistique générale, Paris, Editions de Minuit, 1963, p. 84.
  • 10 Ibidem.
  • 11 Sylvain AUROUX, op. cit., p. 87.

5La discussion sur la problématique du sujet des universaux a traversé les siècles et c’est un débat relevant surtout de la philosophie du langage. Ainsi, on cite souvent la polémique opposant J. Katz, J. Fodor, P. Postal à U. Weinreich autour de la structure d’une théorie sémantique. Sylvain Auroux classe Katz et Postal parmi les rationalistes : « Si l’on suit Katz et Postal, pour qu’il y ait du nécessaire dans la théorie linguistique, il faut non seulement qu’il y ait du nécessaire dans le langage, mais encore que cette nécessité s’impose aux choses elles-mêmes »8. Il propose comme garde-fou aux « débordements sémantiques du rationalisme à la Katz » une remarque de Roman Jakobson : « Les langues diffèrent essentiellement par ce qu’elles doivent exprimer, et non par ce qu’elles peuvent exprimer »9. Et il ajoute en forme de défense de la démarche empirique : « Ce qui appartient proprement à la sémantique d’une langue c’est ce que je ne peux pas ne pas dire lorsque je la parle. Si je parle français, je ne peux pas faire que “lune” soit du masculin, ou que “l’assassinat de Pierre” n’inclut pas la “mort de Pierre”. Ne peuvent être comptés comme universaux sémantiques linguistiques que ce que doivent exprimer toutes les langues, à supposer que de tels éléments existent. […] Dès lors, la recherche de telles propriétés ne peut être qu’empirique et a posteriori »10. Sylvain Auroux fait remarquer que le rationalisme innéiste commet souvent un sophisme qui consiste à poser une équivalence entre le fait qu’une connaissance universelle ne peut pas être logiquement validée par l’expérience (« la faillibilité de l’induction ») et le fait qu’une connaissance universelle ne peut avoir l’expérience pour origine. « La faillibilité de l’induction n’implique pas que logiquement l’universel ne puisse avoir sa source dans l’expérience »11.

6On remarquera que la question des universaux est plus souvent traitée d’un point de vue théorique et méthodologique – voire philosophique – que dans le but de définir et recenser les dits universaux.

3. Les différents types d’universaux

  • 12 Dans les langues isolantes d’Extrême-Orient, la distinction verbe/nom ne se réalise pas morphologiq (...)
  • 13 Jean DUBOIS et alii, op. cit., p. 280.
  • 14 Ibidem, p. 504.

7Un objectif remis au goût du jour quand la question de l’universalité est reprise, dans les années 60, par la grammaire générative et les recherches visant à la réalisation de traducteurs automatiques qui s’attèlent à l’élaboration d’un traitement des universaux du langage. On distingue alors les universaux de substance, comme certaines catégories syntaxiques (verbe, nom) que l’on retrouverait dans toutes les langues12, et les universaux de forme, comme le fait que, dans toutes les langues, la dénomination des objets utilitaires ne prend pas en considération leurs qualités physiques mais se fait en fonction de l’activité humaine. C’est surtout la première catégorie qui a fait l’objet d’études13. Par exemple, au premier rang des universaux proposés par Joseph Greenberg – nous y reviendrons -, la règle selon laquelle l’ordre sujet nominal – objet nominal est le seul qui régit les phrases affirmatives dans les langues sans morphologie nominale, et dans les langues présentant des distinctions morphologiques, il fait office d’ordre non marqué. À côté des universaux syntaxiques, et concernant eux-aussi le signifiant du signe, on distingue les universaux phonologiques : « chaque langue comportant un inventaire limité de phonèmes (entre 20 et 50), les traits binaires nécessaires à réaliser la trentaine de formes exploitées par une langue pour ses oppositions phonologiques devraient être peu nombreux : on constate qu’ils sont, dans toute langue, à peu près deux fois plus nombreux que nécessaire […] On peut parler d’un universel du langage (sous réserve de vérification totale) consistant en ce que les langues tendent à n’exploiter les oppositions de leurs traits phonologiques qu’avec un rendement moyen de 50 % »14. Un autre exemple illustrant les universaux phonologiques est la loi générale de Roman Jakobson que nous allons vous présenter ci-après.

  • 15 Claude HAGÈGE, La structure des langues, Paris, PUF, « Que sais-je ? » n° 2006, 2ème édition corrig (...)

8Les universaux grammaticaux et les universaux sémantiques quant à eux, se rapportent au signifié du signe, qu’il soit morphologique ou notionnel. En tant que catégories de base, les primitives sémantiques sont particulièrement utilisées en intelligence artificielle (I. A.), notamment à travers les réseaux sémantiques. Elles sont employées dans les recherches en linguistique informatique pour doter les ordinateurs d’un « sens commun » et leur permettre d’interpréter (de « désambiguïser ») le langage naturel. Claude Hagège voit dans la possibilité de passage d’une langue à l’autre grâce à la traduction, la preuve d’un fonds sémantique commun : « Un fait, en tout cas, sollicite la réflexion : il est universellement possible de traduire. L’exercice de traduction, avec toutes ses insuffisances, est aussi vieux que les plus vieilles cultures. Il faut bien que les langues aient de sérieuses homologies pour pouvoir être ainsi converties les unes dans les autres. Mieux, on peut en faire une propriété fondamentale, et dire que la traduction est la seule garantie que nous ayons d’une substance sémantique au moins en partie commune à toutes les langues. Cette dernière est elle-même liée à l’unité partielle du milieu physico-culturel. Le caractère non total de cette unité fournit une mesure du degré d’universalité : on peut dire qu’un (groupe de) mot(s) porte un sens d’autant plus proche de l’universel que son emploi est moins affecté par des restrictions contextuelles et culturelles susceptibles de se diversifier d’une langue à une autre »15.

  • 16 Jean DUBOIS et alii, op. cit. Voir aussi sur la même question : Sophie DUBAIL-SAFFI, « Un autre reg (...)

9D’autre part, les universaux symboliques qui concernent le lien entre le signifiant et le signifié : « Ainsi dans de nombreuses langues le mot désignant la mère possède une consonne nasale ; et le schéma hypothétique d’acquisition des oppositions phonologiques tel que l’ont dressé N. Troubetzkoy et R. Jakobson établit le caractère privilégié de la nasale labiale : aussi certains ont été jusqu’à mettre en rapport ce phonétisme minimal avec la conceptualisation minimale, celle de l’autre, donc la mère »16.

10Depuis on a multiplié les distinctions. Comme exemple d’universaux linguistiques, le dictionnaire de Dubois et alii cite la double articulation du langage humain définie par André Martinet. Pour d’autres (Encyclopédie-enligne.com), établissant un parallèle avec le postulat de Paul Eckman sur l’existence de six émotions de bases présentes chez tous les êtres humains, quelle que soit leur culture, les universaux linguistiques constitueraient des unités de sens primitives liées à l’expérience commune que font les êtres humains du monde (où participeraient à la fois les structures innées et les connaissances acquises). Quelques exemples de ces unités de sens minimales sont : animé, inanimé, action, propriété, etc. De nombreux chercheurs multiplient d’ailleurs les taxonomies et font varier les listes de ces termes. Cette variation de la division des universaux tend à montrer que le choix des classifications est lié à la problématique posée et à la méthodologie choisie.

  • 17 Catherine KERBRAT-ORECCHIONI, Les interactions verbales, Paris, Armand Colin, 1994, tome 3, pp. 127 (...)
  • 18 Sophie SAFFI, « Le féminin, un accord décalé », in Italies, Revue d’études italiennes, Université d (...)

11Ainsi, l’emploi de la forme de politesse correspond dans toutes les langues au marquage d’une distance avec l’interlocuteur : « […] si les modalités du vouvoiement (c’est-à-dire les moyens d’exprimer à la fois [une] certaine distance et [une] certaine déférence vis-à-vis de son interlocuteur) sont en apparence très variables d’une société à l’autre, elles se ramènent toutes en réalité aux deux procédés fondamentaux suivants : pluralisation du « tu », et/ou recours à la troisième personne, ces deux procédés ayant pour effet commun d’estomper ce que la relation interlocutive peut avoir de trop brutal, lorsqu’elle s’exprime au moyen de la deuxième personne du singulier »17. La courtoisie emploie universellement les mêmes procédés linguistiques en créant un décalage entre la personne psychique (l’interlocuteur) et la personne sémiologique (sa représentation dans le discours)18. Sont-ils des universaux d’ordre linguistique ou bien psychologique ?

4. Les premiers universaux de Joseph Greenberg

  • 19 Joseph H. GREENBERG et alii, Universals of Language, Cambridge Massachusetts/London England, The M. (...)
  • 20 Joseph H. GREENBERG, « Some universals of grammar with particular reference to the order of meaning (...)
  • 21 Roman JAKOBSON, « Implications of language universals for linguistics », in Universals of Language, (...)

12En avril 1961, se tient à New York la première conférence internationale sur le sujet. L’anthropologue Joseph H. Greenberg et les psychologues E. Osgood et James J. Jenkins y présentent un « Memorandum concerning language universals » qui sera publié avec les actes de la conférence en 196319. Cette conférence historique est l’aboutissement de l’idée lancée en 1948, par les anthropologues Burt et Ethel Aginsky, de travaux interdisciplinaires sur les universaux exprimés dans les diverses langues du monde. La conférence de New York est l’occasion de discuter et de confronter les points de vue d’anthropologues, de psychologues et de linguistes de renom comme Roman Jakobson. Joseph Greenberg propose une liste de 45 universaux morphologiques et syntaxiques sur la base de l’étude de 30 langues, parmi lesquelles l’italien, le japonais, l’hébreu, le basque, le swahili et le maya20. Roman Jakobson souligne dans sa contribution21 l’aspect fondamental et la puissance de fonctionnement pour la construction des pensées de l’homme, de ce qui est universel dans le langage par rapport à ce qui différencie les langues. L’orientation méthodologique et théorique est radicalement différente de celle des philologues indo-européanistes : ce que l’on cherche à mettre en valeur ce sont les ressemblances plutôt que les différences. Cette opposition méthodologique est la marque du grand anthropologue décédé récemment.

  • 22 Joseph H. GREENBERG, Les langues indoeuropéennes et la famille eurasiatique, Paris, Belin, 2003 pou (...)

13Joseph H. Greenberg (1915-2001) a été directeur du département d’anthropologie de l’Université de Stanford et membre de l’Académie des sciences des Etats-Unis. Il a rénové la classification génétique des langues et est le découvreur de la moitié des douze macro-familles qui regroupent l’ensemble des langues humaines. Dans son dernier ouvrage22, il s’attaque au dogme de l’isolement de la famille des langues indoeuropéennes et démontre que l’indo-européen est apparenté à d’autres familles (ouralo-youkaghire, altaïque, coréenne-japonaise-aïnoue, tchouktchi-kamtchatkienne, eskimo et guiliake) qu’il réunit en une macro-famille eurasiatique. Il se heurte à la linguistique indo-européaniste comme son élève et héritier intellectuel Merritt Ruhlen dont nous reparlerons plus avant.

  • 23 « Greenberg’s paper treats the universals of grammar “with particular reference to the order of mea (...)
  • 24 « Greenberg’s statements on universals in the “order of meaningful elements” rightly put forward th (...)
  • 25 Ibidem, pp. 268-269.

14Roman Jakobson souligne aussi que l’article de Greenberg traite des universaux grammaticaux avec une référence particulière à l’ordre des éléments porteurs de sens (constituants syntaxiques ou morphologiques)23 et qu’il met à juste titre en avant la notion d’ordre dominant en rappelant que l’idée de dominance n’est pas fondée sur la plus grande fréquence d’un ordre donné. En fait, d’après Jakobson, la notion de dominance utilisée par Greenberg pour sa typologie des ordres, est un critère stylistique24. Jakobson illustre son propos par l’exemple des six possibilités syntaxiques d’ordonner une phrase composée d’un sujet nominal, d’un verbe et d’un objet nominal (SVO, SOV, VSO, VOS, OSV et OVS). Les six occurrences sont représentées en russe mais SVO est le seul ordre initialement employé par les enfants russes. Il précise que dans une phrase comme Mama ljubit papu (Maman aime papa), si l’ordre des mots est inversés, Papu ljubit mama, et malgré les désinences morphologiques marquant le sujet et l’objet, les jeunes enfants ont tendance à mal interpréter le message et à comprendre « papa aime maman » comme si on avait prononcé Papa ljubit mamu. Ainsi « Greenberg’s first universal » peut être restitué comme suit : dans des phrases affirmatives avec un sujet nominal et un objet nominal, le seul ordre ou bien l’ordre non marqué est presque toujours celui dans lequel le sujet précède l’objet. Dans une langue où le sujet et l’objet ne présentent pas de caractéristiques morphologiques distinctives, en français par exemple, l’ordre SO est le seul admissible. Cet ordre est obligatoire dans une langue comme le russe, quand le sujet et l’objet perdent leur marque morphologique : Mat’ ljubit doč’ (La mère aime sa fille), la signification changeant si l’ordre s’inverse25.

15À la même période, sur le continent européen, le hongrois Zoltán Gombocz travaille à démontrer une universalité dans l’évolution historique des relations syntaxiques de différentes langues. Nous y reviendrons.

  • 26 Ibidem, p. 265 et p. 270.

16Dans son article, Roman Jakobson aborde les thèmes de l’apprentissage et de l’aphasie26, des travaux qui vont le conduire à définir une loi générale et universelle.

5. Roman Jakobson et la hiérarchie universelle des phonèmes

  • 27 Roman JAKOBSON, Langage enfantin et aphasie, Paris, Les éditions de Minuit, 1969.
  • 28 Ibidem, pp. 55 et svtes.
  • 29 Ibidem, p. 51.
  • 30 Ibidem, p. 57.

17Roman Jakobson27 a observé et décrit une chronologie d’apparition des sons chez l’enfant, et une succession inverse équivalente de disparition des sons chez l’aphasique. Il a défini des « lois générales de solidarité irréversibles »28 représentatives de la hiérarchisation universelle des phonèmes : « Le [a] émerge comme première voyelle du langage enfantin et une occlusive labiale en général comme première consonne. La première opposition consonantique se produit entre une labiale et une nasale (ainsi, par exemple, papa – mama) ; elle est suivie par celle des labiales et des dentales (comme, par exemple, papa – tata et mama – nana) »29. « L’acquisition des constrictives présuppose celle des occlusives dans le langage enfantin et dans aucune langue les premières ne peuvent exister sans les secondes /…/ L’acquisition par l’enfant des consonnes postérieures présuppose celle des consonnes antérieures »30.

  • 31 Sophie SAFFI, « La faute de conjugaison, une conséquence de l’exercice de traduction ou le reflet d (...)
  • 32 Roman JAKOBSON, Langage enfantin et aphasie, cit., p. 60.
  • 33 Ibidem, p. 62.

18Or, ce qui est appelé « consonnes postérieures » est en fait à mi-chemin entre les consonnes antérieures et les nasales. Les conclusions de Roman Jakobson révèlent que nous n’apprenons pas à repérer des points fixes mais des écarts31. La première opposition correspond à l’acquisition des deux limites qui permettent la formation de la syllabe : la consonne la plus fermée et la voyelle la plus ouverte. La première opposition consonantique permet la mise en place des deux limites du domaine consonantique : limites interne (résonateur nasal) et externe (résonateur buccal). L’espace ainsi délimité est divisé en deux, puis encore en deux et ainsi de suite (apparition des occlusives avant celle des constrictives). Quand une opposition n’existe pas, c’est-à-dire quand un écart donné n’est pas scindé une fois de plus, l’articulation du phonème correspondant peut  sans que le phonème perde son identité  occuper tout l’espace que représente cet écart et tous les points d’articulation qui y sont possibles. Par exemple, « en l’absence d’opposition entre constrictive antérieures et postérieures, le son [s] n’est cependant pas nettement délimité par rapport à l’articulation, pas plus dans les langues naturelles que dans le langage enfantin »32. L’ordre universel qui apparaît s’explique par le fait qu’un espace est plus aisément concevable à l’intérieur de limites. Les oppositions les plus rares correspondent à des points d’articulation qui supposent des écarts très fins. Certaines langues peuvent se spécialiser sur un endroit donné de l’espace buccal, le diviser de nombreuses fois afin d’en tirer des écarts minimes. Mais l’ordre de succession des divisions impose à ces écarts minimes deux caractéristiques : ce sont des acquisitions à la fois rares et tardives. Les voyelles nasales, par exemple, surviennent en dernier, alors que les consonnes nasales font partie des premières articulations33. Dans le système des consonnes, les nasales sont les plus intérieures. Elles constituent, avec les labiales, les limites du domaine consonantique. Voilà pourquoi les consonnes nasales apparaissent très tôt lors de la mise en place du système phonologique d’une langue. Par contre, les voyelles nasales sont une main tendue du système vocalique vers le système consonantique : l’abaissement du voile du palais n’est pas une fermeture, mais en privant l’espace buccal d’une partie de l’air disponible, ce mouvement provoque une sensation d’imperfection en ce qui concerne la libre expulsion de l’air. On peut comparer les voyelles nasales aux consonnes liquides par exemple, [r] et [l] qui, en sens inverse, sont une main tendue vers le système vocalique. Les voyelles nasales  comme les consonnes liquides  sont des acquisitions tardives car elles se définissent par rapport aux deux systèmes vocalique et consonantique. Ceux-ci doivent être presque complets pour servir de référence afin que ces sons puissent être enfin différenciés.

  • 34 Ibidem, p. 53.
  • 35 Ibidem, p. 54.
  • 36 Ibidem, p. 60.
  • 37 Ibidem, p. 61.

19En ce qui concerne les voyelles, la première opposition vocalique apparaît quand un système consonantique minimal, opposant les occlusives aux nasales et les labiales aux dentales, est établi. Alors une voyelle étroite vient s’opposer à la voyelle large (par exemple, papa – pipi). La seconde opposition vocalique offre un choix entre le triangle de base [a, i, u] et le vocalisme linéaire [a, e, i] 34. Cette variante illustre les deux possibilités de scinder l’écart [a - i] : « Les deux variantes du vocalisme minimal comme le consonantisme minimal se caractérisent fondamentalement par l’existence de phonèmes combinant deux qualités distinctives »35. Mais dans les deux cas, le déterminant est le degré d’aperture, et les voyelles de même aperture sont des variantes : par exemple, [lolo] indistinctement pour l’eau et le lait. Les voyelles suivent, elles aussi, des règles de solidarité irréversibles : « L’enfant ne peut acquérir d’opposition entre deux voyelles de même degré d’ouverture s’il n’a pas déjà acquis l’opposition correspondante entre voyelles de degré d’aperture plus étroit »36. D’abord [i] vs [u] puis [é] vs [ó] et puis [è] vs [ò]. De plus, « Les degrés d’aperture ne peuvent servir à distinguer les voyelles arrondies dans le langage enfantin, tant que la même opposition n’est pas acquise pour les voyelles non arrondies »37. D’abord [i] vs [é] vs [è], puis [y] vs [œ] vs [ø].

20Les modalités d’apparition des phonèmes lors de l’acquisition du langage sont liées à l’apprentissage d’écarts de plus en plus fins : elles sont dépendantes d’une seconde prise de conscience de l’espace buccal  la première ayant eu lieu lors du babil  qui réorganise cet espace selon une systématique en prise directe avec l’organisation de la pensée et du langage.

6. Marcel Locquin et la récapitulation ontophylogénique du langage

  • 38 Marcel LOCQUIN, Quelle langue parlaient les ancêtres préhistoriques ?, Paris, Albin Michel, 2002, p (...)
  • 39 « “L’ontogenèse récapitule la phylogenèse”, disent les biologistes depuis Haeckel. L’ontogenèse, c’ (...)

21Marcel Locquin38 qualifie la récapitulation ontophylogénique39 de « règle la plus universellement connue en biologie ». Et il étend cette règle qui se vérifie pour le développement corporel lors de l’embryogenèse, au développement des productions sonores émises par le bébé lors du babil.

  • 40 Ibidem, pp. 28-30.

22« Par le canal de notre langue maternelle, nous projetons une partie de notre stock mémoriel dans l’oreille de nos interlocuteurs. […] J’ai donc cherché à savoir si le babil du bébé récapitulait les toutes premières étapes de l’histoire du langage articulé humain. […] Dans un premier stade, écoutons attentivement le bébé faire des vocalises dès les premiers mois de sa vie. C’est son larynx qui les produit, comme il produira plus tard les voyelles du langage chanté ou parlé qui en sont issues. Pour l’évoquer, pensons à une vocalise célèbre, celle du chant de Lakmé dans l’opéra de même nom de Léo Delibes. La chanteuse se comporte probablement comme un Australopithèque qui vivait il y a cinq millions d’années en Afrique ! […] Puis, dans un deuxième stade, le bébé s’affirme en faisant, disent ses parents, des clics et des bulles. Ce sont des consonnes pures, générées par les claquements de sa langue contre son palais et ses dents, le sifflement entre ses dents, l’écartement brusque de ses lèvres et les changements de configuration de sa cavité buccale, le tout sans émission simultanée de sons par le larynx. […] Ce faisant il invente comment produire les dix premières consonnes universelles dont il aura besoin plus tard. Ayant quitté le stade voyellique pur, il est ainsi arrivé au stade consonantique pur qui signe la véritable émergence du langage articulé humain. Ceci s’est produit entre -2,5 millions d’années environ et -500 000 ans, lorsque les premiers vrais hommes mutants d’Australopithèques, sont apparus, puis se sont diversifiés. Les deux premiers stades précités sont communs à tous les bébés, quelle que soit la langue maternelle des parents. »40.

  • 41 Ainsi, du latin aux langues romanes, on observe un mouvement évolutif d’antéposition dans les prépo (...)
  • 42 Marcel LOCQUIN, op. cit., pp. 34-35.

23Le troisième stade qui recouvre partiellement le deuxième, évoque pour Marcel Locquin celui d’Homo habilis (environ un million d’années) : le bébé associe aux consonnes qu’il sait produire les sons des cinq voyelles [e, a, i, u, o] dans des constructions voyelle-consonne [am, ab, ar] dont le résultat sonore porte beaucoup plus loin dans l’espace que les consonnes pures. Le quatrième stade est celui de l’inversion de la construction : [am, ab, ar] deviennent [ma, ba, ra]. Le bébé fonctionne comme un Homo presapiens (environ -500 000 ans). Il faut remarquer que ce phénomène d’inversion se retrouve à d’autres niveaux (morphologique, syntaxique) dans l’histoire de l’évolution des langues41. Cette quatrième étape servirait alors à appréhender une manipulation basique (l’inversion de structure) en vue d’une ultérieure gestion de la syntaxe de phrase. Le cinquième stade est celui du redoublement syllabique [mama, papa, baba] et de la diversification vocalique [bebe, meme, mimi, pipi, dodo, toto, lulu]. Ce stade est assimilé à l’Homo presapiens de -400 000 ans. Le sixième stade est celui des associations variées [mami, bato, gato, tati, minu], bébé a déjà dix-huit mois à deux ans et construit un véritable langage articulé comme l’Homo sapiens sapiens (-30 000 ans) qu’il est. « Le bébé ne fait que parcourir en accéléré, environ en deux ans, ce que les premiers hommes ont mis plus d’un million d’années à inventer et à développer »42.

24Les hommes, d’après Locquin et Jakobson, suivent le même parcours d’apprentissage du langage mais, chaque langue ayant un système phonologique différent, à un moment donné les routes de l’acquisition divergent. L’ensemble de phonèmes que les langues du monde ont en commun est-il le fruit d’un apprentissage similaire ? Ou ces phonèmes communs ont-ils une autre origine ? Pourraient-ils être le résiduel d’une ancienne langue commune ?

7. Merritt Ruhlen et la langue mère universelle

25La majorité des linguistes s’accordent sur l’existence de plusieurs familles de langues à travers le monde mais ils s’opposent sur l’idée d’une quelconque parenté entre ces grandes familles.

  • 43 Aaron DOLGOPOLSKI, « The Indo-European Homeland and Lexical Contacts of Proto-Indo-European with Ot (...)

26Pourtant, dans les années soixante, les soviétiques Vladislav Illych-Svitch et Aaron Dolgopolsky comparent les racines de toutes les langues connues et inventent le Nostratique43. Cette langue-mère aurait enfanté six proto-langues : l’indo-européen, le dravidien en Inde du sud-est, le géorgien dans le sud du Caucase, l’ouralien auquel se rattache le finnois et le samoyède, l’altaïque en Turquie et en Mongolie et l’afro-asiatique comprenant l’arabe et le berbère.

  • 44 Les langues indoeuropéennes et la famille eurasiatique, Paris, Belin, 2003, p. 10.

27Par ailleurs, comme le souligne Pierre Bancal, le traducteur du dernier ouvrage de Greenberg : « En soixante années d’une carrière exceptionnelle, Joseph H. Greenberg avait déjà ému plusieurs fois la communauté des linguistes en produisant des classifications d’échelle continentale. Il avait ainsi groupé en quatre familles les deux mille langues d’Afrique (Greenberg 1963), réuni en un seul embranchement les sept cents langues papoues (Greenberg 1971) et rassemblé le millier de langues des Amériques en trois phylums dont la gigantesque famille amérinde (Greenberg1987). Il frayait ainsi la voie à l’idée de l’origine unique des langues humaines, récemment défendue et illustrée par Merritt Ruhlen, avec un apport notable de John D. Bengtson, dans The Origin of Language (Ruhlen 1994) »44.

  • 45 Merritt RUHLEN, op. cit., pp. 233-271.
  • 46 Pour une information plus complète sur l’histoire des langues, consulter les articles de Gwen-Haël (...)

28Dans le sillage des œuvres pionnières de Trombetti, Swadesh, Greenberg, Illitch-Svitytch, Dolgopolski et Starostine, qui ont identifié de nombreuses racines à large distribution, Merritt Ruhlen de l’Université de Stanford, ancien élève de Greenberg, détermine quant à lui vingt-sept racines mondiales : 1 aja mère, parent féminin plus âgé ; 2 bu(n)ka genoux, courber ; 3 bur cendres, poussière ; 4 čun(ga) nez, sentir ; 5 kama tenir (à la main) ; 6 kano bras ; 7 kati os ; 8 k’olo trou ; 9 kuan chien ; 10 ku(n) qui ? ; 11 kuna femme ; 12 mako enfant ; 13 maliq’a sucer, têter, allaiter, poitrine ; 14 mana rester (sur place) ; 15 mano homme ; 16 mena penser (à) ; 17 mi(n) quoi ? ; 18 pal deux ; 19 par voler (dans les airs) ; 20 poko bras ; 21 puti vulve ; 22 teku jambe, pied ; 23 tik doitg, un ; 24 tika terre ; 25 tsaku jambe, pied ; 26 tsuma poil, cheveux ; 27 aq’wa eau45. Ses travaux démontrent que les langues actuellement parlées sur terre sont toutes les descendantes d’une seule langue ancestrale et date cette proto-langue unique de –50 000 ans. Malgré le refus de nombreux linguistes de considérer l’hypothèse d’une origine commune, l’existence d’une langue-mère défendue par Ruhlen est parfaitement compatible avec les arguments fournis par l’archéologie et la génétique en faveur de l’origine unique de l’homme46.

  • 47 Merritt RUHLEN, op. cit., p. 234.

29On observe que les racines identifiées par Ruhlen utilisent principalement les phonèmes limitrophes du système phonologique défini par Jakobson (l’affriquée [č] et les consonnes éjectives [k’] et [q’] mises à part), c’est-à-dire les étapes d’acquisition que partagent la majorité des langues. Cette remarque peut être interprétée différemment : soit elle est la conséquence d’une sélection des points communs à toutes les langues, on retrouve donc les premiers phonèmes acquis qui sont communs à toutes les langues ; soit elle est due au fait que ces racines font partie du vocabulaire originel commun, toutes les langues étant alors issues d’une seule langue mère à partir de laquelle elles se sont spécialisées. Ruhlen souligne que « les vint-sept racines mondiales […] sont représentées dans au moins six de ces familles [les 32 familles intermédiaires], mais, en moyenne, une racine est représentée dans douze familles, et la plus répandue, ku(n), « qui ? », est représentée dans vingt-trois ou vingt-quatre familles »47.

30Les racines de Ruhlen appelle une seconde remarque : elles pourraient bien illustrer un symbolisme de base universelle. Ce qui va au-delà des neuf concepts de base déterminés par Joseph Greenberg pour ses classifications (les chiffres 1, 2 et 3, la tête, l’œil, l’oreille, le nez, la bouche, la dent) parce qu’ils constituent un ensemble de signifiés qui ne sont jamais soumis à l’emprunt du fait de leur apparition précoce dans la dénomination du monde. Ruhlen est en désaccord avec l’hypothèse d’un symbolisme sonore dans les termes de parenté papa et mama. Ce qui est logique car une remise en cause – même partielle – de l’arbitraire du signe détruirait sa démonstration de l’existence d’une langue-mère unique.

  • 48 Gustave GUILLAUME, Principes de linguistique théorique, Paris, Klincsieck, 1973, pp. 121-122.

31Pourtant les deux thèses, dont les méthodes de démonstration s’excluent mutuellement, nous paraissent aussi séduisantes l’une que l’autre car elles ont le mérite de toucher du doigt le lien psychique qui unit les locuteurs des diverses langues du monde : les humains au-delà de leurs différences sociologiques et culturelles, partage un fonds commun. Est-il dû à un héritage linguistique commun comme le montre Merritt Ruhlen ou est-il la conséquence de notre humanité, du fait que nous partageons la même physiologie ? En effet, nous utilisons le même outil pour communiquer et l’outil a un impact sur son emploi, ne serait-ce que par les limites qu’il impose. Les limites humaines de réalisations de signifiants ne suffisent cependant pas à expliquer les ressemblances. La réponse est-elle dans le rapport signifiant-signifié ? « Le langage physifie, si l’on ose dire ainsi, le mental. Le mental y appelle le physique qui le fera sensible, par vision ou par audition – c’est-à-dire par un recours à un moyen sensoriel dont le rôle, limité, est de produire une représentation physifiée du mental, représentation qui ne sera jamais une image trop fidèle du mental auquel elle s’ajuste »48. Nous revenons de manière récurrente sur la question de l’universalité linguistique liée intrinsèquement à l’universalité psychique des locuteurs.

  • 49 « L’évolution suivie par l’homme au cours des 200 000 dernières années ne semble pas cadrer avec le (...)

32Les universaux seraient-ils la conséquence d’une manière commune de penser ou tout au moins – pour établir un parallèle avec le parcours commun d’acquisition des phonèmes de Jakobson – d’un cheminement partagé dans l’acquisition des concepts ? En effet, ce qui différencie les humains des chimpanzés, c’est leur patrimoine culturel et technique. Nous avons développé cet atout grâce à une capacité particulière : à partir de 4 ans, un enfant peut se mettre à la place d’une autre personne, lui attribuer des intentions, ce dont est incapable un singe ou un enfant de 3 ans49. C’est aussi à cet âge que l’humain développe des capacités syntaxiques qui restent inaccessibles au singe, même quand on lui enseigne un langage comme la langue des signes.

8. Zoltan Gombocz et Aurélien Sauvageot : histoire universelle des relations syntaxiques

  • 50 Aurélien SAUVAGEOT, La structure du langage, Publications de l’Université de Provence, « Langues et (...)
  • 51 Ibidem, p. 38.
  • 52 Ibidem, p. 37.
  • 53 Ibidem.

33Dans les années cinquante, le linguiste hongrois Zoltán Gombocz propose la thèse, reprise ensuite par son élève Aurélien Sauvageot, selon laquelle toutes les langues reconnaissent les relations syntagmatiques et toutes les langues les possèdent50, et suppose, après de nombreuses observations des langues existantes et restitutions des langues disparues, que le développement diachronique des relations syntagmatiques a vu apparaître en premier le syntagme prédicatif, puis successivement les syntagmes qualificatif, déterminatif et objectal51. « Si l’on se rappelle que le langage de la première enfance ne comporte que le syntagme prédicatif seul, il y a lieu de se demander si le syntagme prédicatif n’a pas surgi le premier dans l’histoire du langage. Le syntagme qualificatif l’aurait suivi. C’est ce qui semble corroboré par la grammaire comparée. Ainsi, le professeur finlandais Paavo Ravila a été amené à restituer pour l’ouralien commun deux syntagmes : le prédicatif et le qualificatif et c’est également ce que suggèrent les travaux poursuivis pour la restitution du turc commun et, plus généralement, de l’altaïque commun »52. Voici une courte démonstration d’Aurélien Sauvageot sur l’histoire du complément d’objet : « La comparaison des autres langues attestées à date ancienne et plus particulièrement l’étude de la grammaire comparée indo-européenne suggèrent d’autre part que le syntagme objectal pourrait bien être issu du syntagme déterminatif. Il ne fait pas de doute que l’accusatif indo-européen, par exemple, a servi pour indiquer la direction du mouvement. Tous les latinistes, même débutants, connaissent les locutions du type eo Romam « je vais à Rome », eo Lugdunum « je vais à Lyon » qui sont des archaïsmes en latin mais peuvent être considérés comme des survivances d’un état de choses ancien. Ce que nous concevons désormais comme objet est souvent traité dans beaucoup de langues comme une dépendance circonstancielle quelconque et, sans quitter le français moderne, nous savons que des locutions du genre de : Je mange du pain, Il boit du vin, Ils aperçoivent des avions. Où nous interprétons les locutions du pain, du vin, des avions comme autant de compléments d’objet ne sont historiquement que des constructions avec la préposition latine de indiquant originellement la provenance et qui a peu à peu servi de substitut à l’ablatif. N’avons-nous pas d’ailleurs une identité de construction dans des énoncés comme : Il mange du pain, Il parle du pain. Alors que la fonction de la séquence du pain nous semble jouer grammaticalement un rôle différent ? »53.

  • 54 Ibidem, p. 31.

34Sauvageot constate que le facteur sémantique intervient d’une manière variable selon les cas et selon les langues tant dans la réalisation des syntagmes que dans l’analyse des relations syntagmatiques. « Il est des langues où ce facteur est essentiel, il en est d’autres où l’emploi de procédés morphologiques ou syntaxiques en réduit d’autant l’importance »54. Mais aussi au sein d’une même langue. Ainsi il compare en français les séquences l’élève travaille la nuit et il étudie la nuit où le groupe la nuit est interprété comme un complément circonstanciel de temps, avec les séquences l’élève travaille le chant et il étudie la leçon, dans lesquelles le chant et la leçon sont des compléments d’objet.

  • 55 Ibidem, p. 33.
  • 56 Ibidem, p. 34.

35Il souligne d’autre part le caractère indispensable de la relation syntagmatique : « Sans elle, il n’y a pas d’expression articulée, il n’y a que des vocables isolés qui ne portent que leur concept isolé et ceci dans le meilleur des cas, celui où le vocable isolé est identifiable sans ambiguïté, ce qui est un cas privilégié. Le plus souvent, le sens intrinsèque d’un vocable donné ne se dégage que de la construction où il figure, c’est-à-dire que cette signification ou valeur sémantique n’existe qu’en fonction de la relation syntagmatique »55. Il donne l’exemple du mot par qui ne prend son sens que lorsqu’il forme un syntagme avec au moins un autre vocable : je pars, une part, par hasard. « Il ne faut donc pas enseigner comme l’a fait Ferdinand de Saussure que le lien entre le signifiant (vocable ou plus exactement phtonguème) et le signifié (signification, concept) est indissociable. Le lien entre le support phonique et le concept ne s’établit dans bien des cas que si la relation syntagmatique vient éclairer le sens du phtonguème. Les vocables à acceptions multiples n’acquièrent de signification précise qu’à cette condition. On peut même affirmer que dans certaines langues, le concept n’est jamais lié à un phtonguème isolé mais seulement à l’ensemble des termes qui composent avec lui le syntagme où il figure. C’est en particulier vrai du chinois où la langue parlée a fini par développer, pour expliciter les mots, un procédé d’accouplement en unités syntagmatiques minimales »56. Il donne un autre exemple : Son ami voit juste, Son ami a la voix juste.

36Cette vision des rapports sémantiques et syntaxiques est en accord avec la théorie psychosystématique développée par le linguiste français Gustave Guillaume (1883-1960), où chaque mot-en-puissance, valeur de langue, est conçu comme le signe d’un mouvement de pensée inconscient, produisant différents effets de sens selon qu’il est intercepté par la conscience plus ou moins près de son début et donnant lieu à différents résultats, les mots-en-effet. On a l’habitude de qualifier la linguistique de Guillaume de linguistique de position par rapport à la linguistique d’opposition de Saussure. Guillaume associe langage et pensée, ce qui lui permet de lire sous les résultats de surface du discours, les mouvements de pensée universels et humains qui fondent la langue et que sont la particularisation et la généralisation. Leur utilisation donne lieu à des faits de discours particuliers, culturels, sociaux. On pourrait peut-être envisager un troisième niveau, après les deux premiers définis par Saussure : 1. la parole individuelle, 2. la langue sociale, et 3. la pensée universelle. Il faudrait alors chercher dans ces mouvements de pensée communs à tous les hommes – et qui restent encore à déterminer avec précision et dans le détail – un parcours historique commun des différentes langues.

9. La typologie des langues et les universaux

  • 57 Claude HAGÈGE, La structure des langues, Paris, PUF, 2ème éd. 1982, pp. 4-9.
  • 58 Ibidem, p. 3.

37Au cours de nos diverses lectures sur le thème des universaux, il ne nous a pas échappé qu’histoire des structures et universalité étaient souvent associées ou reliées à l’idée de classement des langues. Il nous faut maintenant aborder la typologie des langues. Pour une Histoire des typologies linguistiques nous renvoyons à Claude Hagège57, qui éclaire ce maillage histoire-typologie-universaux : « La structure des langues /…/ peut être étudiée de deux points de vue différents, qui, même, paraissent d’abord contradictoires ; A un pôle, la typologie range les langues en types, différents par définition, même si à l’intérieur d’un type donné c’est une parenté de structure qui commande les regroupements. À l’opposé, la recherche d’universaux s’attache aux traits qui sont supposés propres à la totalité des langues, connues ou non. Mise en relief des différences ici, quête des homologies là, les deux entreprises ne paraissent pas conciliables. Pourtant, on se rend compte, à la réflexion, qu’elles sont liées, mieux, que l’une est un préalable à l’autre : pour classer les langues en types, il faut d’abord des critères »58. La typologie se heurte la plupart du temps à une objection méthodologique fondamentale concernant les traits pertinents à retenir : doit-on prendre en compte des faits de discours, manifestations de surface contingentes, ou les structures profondes des mécanismes linguistiques ? Si l’on s’intéresse à l’organisation profonde du système de langue, il devient alors nécessaire d’élaborer une théorie des universaux de langage.

  • 59 Annie BOONE et André JOLY, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris, L’Harm (...)
  • 60 Gustave GUILLAUME, Leçon inédite O6/11/41, in Ibidem, p. 432.
  • 61 Gustave GUILLAUME, Leçon inédite 19/03/42, in Ibidem., p. 110.
  • 62 Gustave GUILLAUME, L’architectonique du temps dans les langues classiques, Paris, Champion, 1945, p (...)
  • 63 Annie BOONE et André JOLY, op. cit., pp. 431-432.

38André Joly définit la typologie comme une « classification structurale des langues, abstraction faite de l’histoire. L’objet de toute typologie linguistique est de réduire la diversité des langues du monde à un nombre limité de types en ramenant la multiplicité des faits particuliers observés à quelques faits généraux intellectivement reconstruits »59. Gustave Guillaume tente de « prouver que toutes les langues […] ont, pour se constituer, à poser et à résoudre, et en résolvant à poser de nouveau […] des problèmes qui ont leur racine au plus profond de l’entendement humain »60. Contrairement à d’autres analystes, qui fondent leur typologie sur le seul examen des formes observables, pour Guillaume, dans la perspective dynamique de l’acte de langage, c’est fondamentalement sur la langue et non sur le discours que doit porter l’analyse. Car sur le temps opératif de l’acte de langage, la phase de construction du discours est seconde, elle succède à la phase de construction de langue dont les résultats (les mots) deviennent à leur tour les briques, les éléments formateurs de la construction de discours. On peut observer la phrase et les mots, mais pour les évaluer il est nécessaire d’en comprendre la genèse. Dans la langue elle-même, il faut distinguer la structure sémiologique et la structure psychique, la première étant subordonnée à la seconde, car les signes sont une extériorisation du psychisme. Et il faut chercher à déterminer cet ajustement du sémiologique au psychique dans la langue. « Une idée qui m’est chère parce que je la crois éminemment juste, c’est que le véritable objet de la linguistique n’est pas expressément ni le fait de parole ni le fait de pensée considérés séparément, mais le rapport de convenance institué entre les faits de parole et les faits de pensée. Toute langue est faite entièrement de la congruence de ces deux ordres de faits »61. Or la construction des langues repose sur « la recherche ininterrompue d’une congruence de plus en plus marquée – et dont la marque ne sera jamais excessive – entre le fait de parole et le fait de pensée »62. Ainsi, la typologie de Guillaume se fonde sur une théorie générale de la structure linguistique63, ce qui permet d’en extraire des modèles de fonctionnement, comme l’acte de langage, expliquant les variations d’un type de langue à l’autre et les réunissant dans une systématique universelle.

  • 64 Ibidem.

39Cependant, ne nous y trompons pas, Guillaume ne conçoit pas une typologie généalogique comme la grammaire comparée traditionnelle dont « l’objectif est de faire remonter l’origine des langues à un prototype restitué »64, l’universalité de son modèle théorique est la conséquence de la manipulation sans cesse renouvelée des structures de langues par la pensée humaine, c’est « l’entendement humain » qui est cause d’universalité.

10. Guillaume : la pensée humaine et la genèse du mot

  • 65 Gustave GUILLAUME, Temps et verbe, Paris, Champion, 1945, pp. 132-133.
  • 66 Annie BOONE et André JOLY, op. cit., p. 433.
  • 67 Gustave GUILLAUME, Principe de linguistique théorique, Paris, Klincksieck, 1973, p. 200.
  • 68 Gustave GUILLAUME, Leçons de linguistique 1948-49, Paris, Klincsieck, 1971, p. 215.
  • 69 Annie BOONE et André JOLY, op. cit., pp. 422-423.

40Gustave Guillaume considère que « la vraie réalité d’une forme, ce ne sont pas les effets de sens multiples et fugaces qui résultent de son emploi, mais l’opération de pensée, toujours la même, qui préside à sa définition dans l’esprit »65. Selon lui, l’universel et le singulier sont les deux pôles entre lesquels se déplace constamment la pensée et la mise en rapport de ces deux pôles fonde la structure des langues66. « […] la pensée tient sa puissance de ce qu’elle est habile à particulariser et à généraliser. Privée de cette double aptitude – qui constitue un entier (un entier intérieurement binaire) – la pensée humaine serait sans force et inopérante. Or si de ces deux opérations […] on ne retient abstractivement que ce qu’elles comportent de mécanique, elles se réduisent à deux mouvements de pensée, l’un allant du large à l’étroit (inhérent à la particularisation), l’autre allant de l’étroit au large (inhérent à la généralisation) »67. Ce double mouvement offre une immense variété d’applications : dans la catégorie du nombre, les limites sont le pluriel pour le large et le singulier pour l’étroit ; dans la catégorie de l’article issue de celle du nombre par transformation du discontinu en continu, ces limites sont l’universel et le singulier. C’est ce même mouvement qui selon Guillaume fait varier les mots en compréhension et en extension : « La marche à l’étroit livre, en sémantèse, la compréhension, la marche au large l’extension. Chien est plus compréhensif qu’animal par une marche plus prolongée à l’étroit »68. Dans une perspective plus large encore, si la limitation du double mouvement est faite de l’opposition entre l’infinitude et la finitude, on obtient la distinction fondamentale entre l’espace et le temps69.

  • 70 Gustave GUILLAUME, Langage et science du langage, Paris, Nizet, 1964, p. 99.
  • 71 Gustave GUILLAUME, Leçon inédite 16/12/43, in Annie Boone et André Joly, op. cit., p. 434.

41Le mouvement de pensée qui va du singulier à l’universel et celui inverse sont considérés par Guillaume comme des « faits souverains dominants » sur lesquels il construit sa théorie de la construction du mot : « La pensée, en tout ce qu’elle entreprend, inscrit et développe son action entre deux limites, qui sont ses bornes : le singulier et l’universel. C’est donc entre ces deux limites – peut-être dirait-on mieux ces deux pôles attractifs – que la pensée opère en elle la genèse du mot, acte essentiel de l’esprit »70. Ce double mouvement entre l’universel et le singulier n’est pas la caractéristique des seules langues indo-européennes : « qu’on examine les faits français, les faits romans, les faits latins ou grecs, ou iranien, ou germaniques, ou, en dehors du domaine indo-européen, les faits finno-ougriens, ou ceux des langues du Caucase, ou bien les faits sémitiques ou les faits chinois, ou encore ceux des langues bantoues ou des langues américaines, on ne sort pas de là »71.

  • 72 Arturo MARTONE, professeur du département de philosophie et de politique de l’Institut universitair (...)
  • 73 Temps et verbe, cit., pp. 133-134.

42Les objectifs et les finalités de la psychomécanique du langage de Gustave Guillaume sont d’après Arturo Martone72 résumés de façon particulièrement efficace dans cet extrait de l’appendice méthodologique de Temps et verbe : « le domaine de l’esprit […] étant celui, non pas de la pensée pensée, où les choses se présentent conçues et déjà formées, mais celui, plus profond, et en quelque sorte préexistant, de la pensée pensante, où les choses, encore en genèse, n’ont pas assez de corps pour que la mémoire puisse les imprimer en elle. Au fond, toute la nouveauté de ce livre vient de ce qu’on a fait nettement le départ [la distinction] entre ces deux domaines, séparés l’un de l’autre par le langage même qui, pour ainsi dire, fait muraille entre eux. Dès l’instant, en effet, que le langage est exprimé, ce qu’on a devant soi est de la pensée pensée. La pensée pensante, qui a créé cette pensée pensée, est close, morte. Et le linguiste qui se fie aux seules ressources de l’observation directe arrive inéluctablement trop tard pour s’en saisir »73.

43L’intérêt de Guillaume se porte sur la phase génétique des formes, celle qui précède leur actualisation dans la parole, actualisation qui est elle-même antérieure à la réalisation, phase ultime et seule directement observable. Sa recherche de moyens analytiques appropriés à un tel objectif en fait un précurseur des objectifs que se donnent aujourd’hui les chercheurs impliqués en intelligence artificielle.

11. Noam Chomsky et l’hypothèse génétique

  • 74 Noam CHOMSKY, La linguistique cartésienne suivi de La nature formelle du langage, Paris, Éditions d (...)
  • 75 Jean-Philippe BRICKA, « Une grammaire innée ? », in Science&Vie, n° 227 hors-série « Découvertes : (...)
  • 76 Ibidem.

44Noam Chomsky propose une description générative pour toute phrase, par une suite de règles de réécriture aboutissant à une structure profonde, et une suite de transformations conduisant à une structure superficielle, celle qui réalise phonologiquement la parole. La théorie chomskienne de la grammaire générative repose sur l’hypothèse de l’origine innée du langage procédant du développement de schémas fixes innés, et de l’universalité des structures profondes74. « Si le but de la grammaire générative est de déterminer l’ensemble des règles permettant de générer toutes les phrases d’une langue donnée, elle tente également depuis près de cinquante ans de montrer qu’il existe un stock d’invariants commun à différentes langues, sinon à toutes : ce que Chomsky a appelé la grammaire universelle. Prenons un exemple concret : en français, il est possible de séparer certains types de quantifieurs, comme tous, du groupe nominal qu’il quantifie lorsque ce dernier est un pronom. Ainsi, la phrase je les ai tous lus dans laquelle tous et les ne sont pas adjacents est tout à fait correcte. On observe donc qu’il existe une certaine latitude de positionnement de tous par rapport au pronom qu’il quantifie. Mais cela n’est vrai que des pronoms. En effet, la phrase *j’ai tous vu les bateaux n’est pas correcte »75. On peut donc décrire les restrictions d’emploi de tous en français : 1) il peut quantifier à distance des pronoms mais pas des groupes nominaux pleins ; 2) tous et son pronom peuvent être séparés par des subordonnées infinitives et subjonctives (il a tous dû les rencontrer et il faut tous qu’ils partent), mais pas par une subordonnée à l’indicatif (*je crois tous qu’ils partent). Or, ces limitations d’emploi des quantificateurs ne sont pas spécifiques au français. « Les mêmes contraintes se retrouvent également dans une langue amérindienne, le mohawk, étudiée en détail par le linguiste américain Mark Barel. Il existe par ailleurs toutes sortes de différences massives entre le français et le mohawk. Mais le fait est que dans cette langue on trouve aussi des quantifieurs flottants comme tous, et ce exactement dans les mêmes conditions qu’en français, c’est-à-dire avec les mêmes contraintes. Sachant qu’il est impossible de faire valoir un quelconque lien de parenté entre ces deux langues, il ne semble y avoir d’autres choix que d’émettre l’hypothèse que les contraintes qui régissent le déplacement de quantifieurs comme tous sont les mêmes dans les deux langues parce qu’elles reflètent des propriétés universelles du langage »76.

  • 77 Bruce Bradley’s Archaeology Page (http://www.primtech.net/).

45Il faut cependant remarquer que le même type de rapprochement entre le français et le mohawk, qui permet ici la déduction de propriétés universelles, aboutirait dans une démarche comme celle de Merritt Ruhlen à la conclusion d’une parenté éloignée. Surtout depuis que la découverte du crâne de l’homme de Kennewick en 1996 a relancé l’hypothèse de Bruce Bradley77 du Smithsonian Institute qui, se basant sur l’étude de la technique de taille des pointes de Clovis (-9500 ans), une technique particulière (éclat outrepassé) très différente de celle employée en Asie, mais très proche de la technologie des Solutréens (- 17 000 ans, Sud-Ouest de la France), propose un premier peuplement du continent américain par des Européens qui auraient traversé l’océan Atlantique en faisant du cabotage le long de la banquise qui descendait très bas à cette période (-10 000 ans). Ce qui nous place à nouveau devant le dilemme : les langues du monde partagent des invariants parce qu’elles ont une origine commune ou parce que le langage humain présente des invariants ? Ou les deux ?

  • 78 Jean-Philippe BRICKA, op. cit.
  • 79 Ibidem, p. 24.

46« D’autre part, il apparaît peu probable que l’assimilation de ces règles par les jeunes enfants soit le simple fait d’un apprentissage tiré du discours de leurs parents. Pour cela, il faudrait non seulement que l’enfant ait, avant l’âge de trois ou quatre ans, entendu suffisamment de phrases contenant des quantifieurs flottants comme tous pour repérer l’ensemble des contraintes qui lui sont liées, mais aussi qu’il soit exposé à des contre-exemples susceptibles de l’aider dans cet apprentissage. Or, il apparaît clair qu’aucun parent n’emploie des phrases du type *je crois tous qu’ils partent »78. « Avant l’âge de cinq ans, les enfants sont pourtant capables, sans enseignement formel, d’utiliser de façon inconsciente cette grammaire complexe pour produire et interpréter avec cohérence des phrases qu’ils n’ont jamais rencontrées auparavant. Cela est vrai en dépit des aptitudes inégales des individus, des disparités dans l’environnement culturel et affectif, mais aussi et surtout en dépit d’une exposition très partielle de l’enfant aux variantes syntaxiques permises par sa langue »79. C’est ce que Chomsky appelle « l’argument par la pauvreté de l’apport ».

47L’enfant peut acquérir très vite des règles parfois tellement complexes que les linguistes eux-mêmes peinent à les mettre à jour. Mais la complexité n’est peut-être que superficielle, de l’ordre du discours, et elle correspond peut-être à une simplicité des structures profondes, de l’ordre de la langue. Ce qu’illustrent les théories de Gustave Guillaume, sans pour autant nécessiter comme axiome de départ l’innéisme des structures profondes. Ces dernières, une fois mises en place, basculeraient dans l’inconscient pour des raisons fonctionnelles et de protection. Ce qui expliquerait les difficultés rencontrées par les scientifiques pour les retrouver.

  • 80 Roman JAKOBSON, Essais de linguistique générale, Paris, Les éditions de Minuit, 1973, p. 49.
  • 81 Reportage de Jean-Pierre ROGEL et Pascal GÉLINAS, Radio Canada, mai 2005.
  • 82 Sylvain AUROUX, op. cit., p. 86.

48La pensée théorique de Roman Jakobson a influencé celle de Noam Chomsky. Pourtant Jakobson écrit dans les années 70 : « Les lois d’implication qui régissent la constitution de la masse des universaux phonologiques et grammaticaux et sous-tendent la typologie des langues sont dans une grande mesure inhérentes à la logique interne des structures linguistiques et ne présupposent pas nécessairement “d’instructions génétiques” spéciales »80. La grammaire universelle de Chomsky a toujours suscité le débat autour de l’aptitude universelle et du caractère inné du langage qu’elle présuppose. Partout dans le monde, dans toutes les cultures, les enfants humains se mettent à parler au même âge, naturellement, spontanément, comme s’ils étaient programmés pour le faire. Le linguiste Denis Bouchard, de l’UQAM, est un disciple de Chomsky : « Pour lui, essentiellement, la faculté du langage relève, en bout de compte, de la biologie. Donc, c’est dans le cerveau que tout se passe […] un enfant arrive, face au langage auquel il est exposé, avec une espèce de boîte à outils qui lui permet de saisir les choses beaucoup plus rapidement qu’il ne le fait pour d’autres types d’apprentissage. En fait, ce que dit Chomsky, c’est que nous n’apprenons pas vraiment le langage : nous le découvrons, car nous l’avons déjà en nous, d’une certaine façon »81. Mais pour le philosophe Sylvain Auroux, accoler l’universel et l’innée ne suffit pas à la démonstration : « Or l’universalité n’est pas une preuve pour l’innéisme. Il ne s’agit ni d’une condition nécessaire (l’innéité impliquerait l’universalité), ni d’une condition suffisante (l’universalité impliquerait l’innéité). Elle n’est pas nécessaire, car il y a manifestement, en fonction de l’hérédité, des traits innés non universaux. Elle n’est pas suffisante. […] Il pourrait bien se faire qu’il y ait de l’universel (ou plutôt du général) non inné, concernant tel type d’élément, qu’on expliquerait, par exemple, par l’identité des fonctions ou celle du monde »82.

  • 83 Jean-Pierre ROGEL et Pascal GÉLINAS, op. cit.

49L’hypothèse d’une base génétique du langage avancée par Noam Chomsky dans les années 60, est relancée en 2001. En Angleterre, parce que des troubles d’acquisition du langage affectaient la moitié des membres de trois générations d’une même famille, la neuropsychologue Faraneh Varga-Khadem et l’équipe des généticiens de l’Université d’Oxford, ont compris que ce problème était transmis, de manière dominante, par une mutation sur un seul gène. L’équipe du professeur Anthony Monaco a d’abord identifié un chromosome, puis une région de ce chromosome portant la mutation recherchée et enfin elle l’a repérée sur un gène précis, inconnu jusqu’à présent et auquel fut donné le nom de FOX P2. En octobre 2001, elle annonçait la découverte du premier gène identifié directement lié au langage en ce sens qu’il établit une relation privilégiée entre le cerveau et la bouche pour une mobilisation et un contrôle moteurs très fins. « Le FOX P2 affecte l’articulation, la capacité de contrôler la bouche (par exemple, de souffler et d’aspirer avec une paille) […] et affecte aussi des propriétés du langage telles que la compréhension de phrases complexes, les accords des verbes, les formes actives et passives. La compréhension et le jugement étant touchés, cela suggère que le gène a plusieurs effets reliés entre eux »83 fait remarquer le psychologue Steven Pinker qui considère cependant qu’il reste beaucoup à faire avant de comprendre la base génétique du langage.

50En effet, les facultés associées à ces gènes sont utilisées pour le langage mais le sont-elles exclusivement ? Tout comme il n’y a pas d’organe préformé pour le langage mais seulement des organes empruntés, détournés pour celui-ci. L’ensemble de l’appareil phonatoire ne présente aucun organe spécialisé prévu pour le langage, tous ont une fonction première fondamentale : respiration, nutrition, déglutition, cri, toux, fermeture de la glotte pour protéger l’appareil respiratoire, etc.

51La protéine que le gène commande s’exprime très tôt dans le développement, dans l’embryon et dans le fœtus. C’est une des raisons qui font penser aux chercheurs que c’est bien un gène essentiel au langage normal. Selon Denis Bouchard, les singes qui n’accèdent qu’à un langage symbolique assez limité et jamais à la parole, n’ont pas la capacité d’organiser les choses de la même façon que les humains le font quand ils parlent. Or cette capacité d’organisation syntaxique semble dépendre du gène FOX P2 qui n’a pas la même forme chez l’homme et chez le chimpanzé, le gène humain possédant deux acides aminés de plus.

  • 84 Marcel LOCQUIN, op. cit., p. 94.
  • 85 Yves COPPENS, « Préhistoire du langage », in Le singe, l’Afrique et l’homme, Paris, Fayard, 1983.
  • 86 Marcel LOCQUIN, op. cit., p. 86.

52D’après un calcul du taux de mutation, les chercheurs estiment que FOX P2 ne se serait généralisé dans l’espèce humaine que lors des derniers 200 000 ans, soit la période d’apparition d’Homo sapiens et la fin des Néandertaliens. Ainsi, se verraient associés la diversification des outils lithiques et la deuxième articulation du langage (syntaxe). “On […] prête [à Homo sapiens], du fait de l’extension bipariétale de sa vascularisation cérébrale, le développement du langage articulé, avec la double articulation sémantique et syntaxique, qui deviendra celui de l’homme moderne. Cela est conforté par le développement de sa cavité buccale et la descente de son larynx, actuellement visible de l’extérieur sous forme de la « pomme d’Adam », ce qui démontre une parenté anatomique et fonctionnelle avec l’homme actuel : nous sommes toujours des Homo sapiens”84. Tout cela reste éminemment spéculatif, le débat sur la datation de l’apparition du langage étant loin d’être clos comme le rappelle Yves Coppens : “Disons pour information, que la plupart des auteurs parlent du langage de manière plus confortable, à propos de la forme humaine suivante, Homo erectus (-1 500 000 ans) et que certains d’entre eux souhaitent même n’en parler qu’à partir d’Homo sapiens [-160 000]. Une longue fréquentation d’Homo habilis me fait penser cependant que c’est bien à lui que l’on doit de s’être posé la question de savoir qui nous étions, d’où nous venions et où nous allions. Son triomphe soudain dans les conditions d’existence que l’on a vues, mangeant « ingénieusement » de tout, construisant des huttes et aménageant l’outil tout en diversifiant les formes parce qu’il diversifiait ses activités, me paraît si brillant, si extraordinaire et si nouveau que je choisirais volontiers cette espèce, cette époque [-3,5 millions d’années] et cette région du monde [l’Afrique australe] pour situer l’apparition de la réflexion et celle du langage”85. L’enthousiasme du préhistorien est plus tempéré chez Marcel Locquin : « L’Homo habilis montrait des prédispositions à un langage primitif par vocalisations modulées, car l’anatomie de sa boite crânienne, l’irrigation de son cerveau par les vaisseaux méningés au niveau des aires du langage, ainsi que la forme de sa cavité buccale le permettaient. Mais ses possibilités langagières étaient encore limitées par sa faible capacité cérébrale »86.

  • 87 Présentation d’une série de conférences Les origines du langage et la construction du sens, Cité de (...)
  • 88 Frédéric KAPLAN, L’hypothèse du langage égoiste, cours du 9 novembre 2002, même site. A propos de l (...)
  • 89 Frédéric KAPLAN, L’anatomie du langage, cours du 16 novembre 2002, même site.

53À la question de savoir si la capacité langagière est le fruit de mutations génétiques ou de l’évolution culturelle, Luc Steels, professeur à l’université de Bruxelles et directeur du laboratoire Sony Computer Science à Paris répond que « le cerveau est pré-adapté pour le langage et que ce dernier évolue de façon culturelle »87. Son collègue, Frédéric Kaplan, docteur en intelligence artificielle et chercheur dans le même laboratoire défend la même idée : « Qu’est-ce qui nous distingue de nos plus proches ancêtres et de tous les autres animaux ? Je prétends que c’est notre capacité à construire des représentations : des dessins, des activités où on joue à faire semblant, et plus précisément le langage et les histoires. Mais d’où vient cette capacité ? Peut-on l’expliquer par une série de mutations génétiques ou une évolution culturelle ? En d’autres termes, est-ce que le cerveau humain a changé pour rendre le langage humain possible ou a-t-il été colonisé par le langage ? J’avancerai l’idée que le cerveau est pré-adapté pour le langage et toutes autres formes de représentation, donc que le langage évolue de façon culturelle plutôt que génétique. Cependant, une réorganisation du cerveau a eu lieu (et se poursuit chez chaque enfant) pour qu’il s’adapte au mieux au langage. Je défendrai aussi l’idée que le cerveau a internalisé la formation de réentrances pour favoriser l’émergence de l’imagination visuelle, de la répétition mentale et de la voix intérieure. Ainsi les représentations sont devenues le fondement de la construction collective de la culture, de la construction individuelle du soi et de la conscience de soi »88. Il ajoute dans un autre cours « [qu’]une étude approfondie du langage naturel révèle que bien qu’il y ait beaucoup de tendances universelles dans les différents langages qui existent sur la terre, il existe aussi une variété surprenante de mécanismes spécifiques à tous les niveaux : la parole, le lexique, la grammaire et le sens »89.

12. Les récentes pistes envisagées pour la recherche en I.A

  • 90 Xavier MULLER, « S.M.A. Vers une nouvelle intelligence artificielle », in Science&vie n° 1039, Avri (...)

54L’un des principaux représentants de la piste de l’émotion est le programme informatique d’Alain Cardon, directeur du laboratoire d’informatique du Havre et membre de celui de Paris VI, qui exploite le système multi-agents. Le SMA a été intégré dans le robot-chien Aibot, développé par Sony, ainsi que dans des robots humanoïdes comme l’HRP2 (Humanoid Robotics Project du gouvernement japonais). Alain Cardon déclare que son futur objectif est de créer de l’émotion artificielle en représentant les émotions et les sensations par la géométrie, et, à partir de cette capacité à ressentir des émotions, de créer une véritable conscience artificielle90.

  • 91 « Le point sur la prise de décision », in Science&vie, n° 1036, p. 98.
  • 92 Sophie SAFFI, « Discussion de l’arbitraire du signe », in Italies, n°9, Figures et jeux du hasard, (...)

55L’autre protagoniste important dans cette voie est Antonio Damasio, directeur du département de neurologie de l’université de l’Iowa et chef de file d’un courant de pensée qui fait de l’émotion, perception première du monde par le corps, le soubassement de la conscience, au détriment d’un processus purement rationnel91. On peut discuter l’opposition faite entre approche émotionnelle et approche rationnelle, la seconde s’appuyant à notre avis sur la première par l’intermédiaire du langage (Cf. mouvements premiers associés aux sons par le biais du sens tactile92).

56La seconde piste est celle de la modélisation des interactions avec l’environnement. Le projet du roboticien Owen Holland de l’université de Sussex en Angleterre est de construire un robot qui se modélisera lui-même et qui modélisera aussi son environnement et l’interaction qu’il entretient avec lui. Le robot produirait ces modèles par apprentissage, par confrontation à un environnement de plus en plus complet, ce qui lui permettrait de développer successivement toute une série de système de contrôle produisant un comportement de plus en plus intelligent.

  • 93 Frédéric KAPLAN, La construction collective du sens : expériences robotiques, cours du 30 novembre2 (...)
  • 94 Ibidem. Lire aussi : Jean-Paul Baquiast et Cristophe Jacquemin, Des bactéries aux robots. De la coo (...)

57Enfin, la piste langagière de Luc Steels, professeur en informatique à l’université de Bruxelles et directeur du Sony Computer Science Laboratory à Paris, nous semble réunir plusieurs caractéristiques des objectifs précédents. Luc Steels explore l’apprentissage et la maîtrise du langage, selon lui le véritable véhicule de la conscience. Son équipe s’intéresse aux mécanismes qui peuvent permettre la construction collective du sens. Elle montre que ce qui permet, dans une population donnée, la stabilisation du sens des mots de manière à rendre la communication possible, est avant tout « une série de compétences pré-linguistiques, comme le partage de l’attention ou la capacité à s’engager dans des interactions structurées »93. Elle cherche « les processus qui peuvent conduire des robots à développer ces compétences au fil d’interactions avec l’environnement » en étudiant « les dynamiques collectives qui, sur l’échelle d’une population, assurent la convergence vers des notions partagées »94.

  • 95 René CARRÉ et alii, Langage humain et machine, Paris, Presses du CNRS, 1991, p. 276.
  • 96 Ibidem, p. 280.

58Steels et son équipe semble répondre aux attentes de René Carré qui, en 1991, dans son état des lieux de la recherche sur le langage artificiel, écrivait : « Pour que les industries de la langue parviennent à un développement conséquent, deux grandes classes de problèmes doivent, en particulier, trouver des solutions. L’une concerne la formalisation des mécanismes de “compréhension”, l’autre le passage du signal de parole à des entités plus abstraites permettant de connaître la phase de transition qui mène des sons aux phonèmes et réciproquement” »95. Et : « Le franchissement de l’étape de la compréhension automatique impliquerait que l’on fasse au préalable une formalisation fine des phénomènes encore largement incompris (et que l’on peut regrouper sous les termes de sémantique et pragmatique) »96.

  • 97 Jean CAELEN, « À l’écoute de la parole humaine », in La Recherche, n° 285 mars 1996, cité par Ranka (...)

59Jean Caelen, directeur de recherche au CNRS, laboratoire « Communication langagière et interaction personne-système », à Grenoble, dresse la liste des principales difficultés rencontrées dans la reconnaissance automatique de la parole : « On voit que les énoncés ne fournissent pas en eux-mêmes assez d’informations pour comprendre. [Vous reste-t-il des places pour Paris ? = Je voudrais un billet.] Il faut y adjoindre les énoncés précédents (co-texte) ainsi que la situation et les connaissances d’arrière-plan (contexte). Ils contiennent aussi parfois des informations inutiles et bruyantes. [S’il vous plaît !, euh, je cherche une… non je désire aller à Paris par le premier train.] Cela veut dire qu’il faudrait à une machine des capteurs sur le monde et des connaissances d’arrière-plan, ou posséder des représentations explicites de la tâche pour appréhender totalement la situation correspondant à l’énonciation. Comprendre c’est donc plus que reconnaître, c’est être potentiellement capable de fournir une réplique à un énoncé »97.

  • 98 René CARRÉ et alii, op. cit., p. 274.

60L’apport de la recherche en robotique et en I.A. à la linguistique, hormis l’originalité et la richesse d’un regard pluridisciplinaire, est la modélisation informatique qui permet de soumettre un modèle à l’épreuve de son fonctionnement. Sachant que l’intérêt d’un modèle réside dans sa simplicité. En effet, un modèle qui fonctionnerait pour les robots, même s’il ne rendait pas compte directement de la réalité humaine pourrait aider les linguistes à se poser les bonnes questions, à envisager les phénomènes sous-jacents simples du langage. René Carré rappelle dans ses conclusions la citation de Jean Perrin, prix Nobel de physique en 1926, « la science remplace du visible compliqué par de l’invisible simple »98. A laquelle répond comme un écho le modèle théorique guillaumien. A quand sa modélisation informatique ?

13. Conclusion

61Après avoir passé en revue les principales contributions à l’étude de la part d’universalité du langage humain qui perdure dans ses différentes solutions d’expression que sont les langues du monde, un constat s’impose : il reste à démêler ce qui est intimement lié et constitue le nœud de la question des universaux en déterminant la part qui revient respectivement à la physiologie humaine, à la pensée humaine (généralisation, particularisation), à la motivation du signe et, par héritage, à la langue mère.

62Merritt Ruhlen s’appuie sur l’arbitraire du signe pour bâtir son hypothèse de langue mère qui nous paraît très convaincante dans les échos qu’elle trouve en génétique des populations et en paléonthologie. Pourtant – et ce n’est pas la moindre des contradictions soulevées dans cet article – la motivation du signe permet aussi d’expliquer l’existence et de délimiter l’étendue d’un socle commun (premières acquisitions phonémiques) et des diverses extensions qui particularisent les différentes langues (dernières acquisitions phonémiques). Mais on peut voir les choses sous un autre angle : le fonctionnement commun de la pensée humaine et les acquisitions phonémiques communes peuvent être les conséquences de l’héritage commun que représente notre langue mère.

63Le dilemme se poursuit si l’on se demande laquelle, de la pensée humaine ou de la langue mère, est à l’origine de l’autre. Elles pourraient aussi être concomitantes ou tout du moins constituer un faisceau de causes pour un même résultat.

64La récapitulation ontophylogénique se lit dans la construction de notre organisme et dans sa physiologie, lors de l’embryogenèse, mais aussi après la naissance, dans l’élaboration des bases du système phonologique et dans son fonctionnement, lors du babil. Parallèlement à la mise en place de ce socle langagier commun, continuent de se développer les perceptions sensorielles et les liens de signification entre elles et les sons émis ou entendus. Le langage exige l’élaboration d’une coordination sensorielle et motrice. La signification régit-elle et fonde-t-elle cette coordination ? Ou bien en est-elle le résultat ?

65Soit en schéma :

Haut de page

Bibliographie

AUROUX, S., La raison, le langage et les normes, Paris, Puf, 1998.

BEAUZÉE, N., et MARMONTEL, J. F., (dir.), Encyclopédie méthodique, grammaire et belles lettres, 1786.

BIJELJAC, R., et BRETON, R., Du langage aux langues, Paris, 1997.

BOONE, A., et JOLY, A., Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris, L’Harmattan, 1996.

CARRÉ, R., et alii, Langage humain et machine, Paris, Presses du CNRS, 1991.

CAVALLI-SFORZA, L.L., Gènes, peuples et langues, Odile Jacob, Paris, 1996.

CHEVOROCHKINE,V. , (éd.), Reconstructing Languages and Cultures, Bochum, Brockmeyer, 1989.

CHOMSKY, N., La linguistique cartésienne suivi de La nature formelle du langage, Paris, Éditions du Seuil, 1969 (original paru en 1966).

COPPENS, Y., « Préhistoire du langage », in Le singe, l’Afrique et l’homme, Paris, Fayard, 1983.

DARWIN, C., On the Origin of Species, Murray, Londres, 1871.

DOLGOPOLSKI, A., « The Indo-European Homeland and Lexical Contacts of Proto-Indo-European with Other Languages », in Mediterranean Language Review, n° 3, 1988, pp. 7-31.

DUBAIL-SAFFI, S., « Un autre regard sur les travaux de Roman Jakobson », in La place et la fonction de l’accent en italien, thèse de Doctorat, Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 1991, pp. 407-425.

ID., “Le féminin, un accord décalé”, in Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, Aix-en-Provence, n° 3 « Femmes italiennes », Hommage à Marie-Anne RUBAT DU MÉRAC, juin 1999, pp. 351-366.

ID., « La faute de conjugaison, une conséquence de l’exercice de traduction ou le reflet de l’évolution du système verbal ? » in Cahiers d’études romanes, Université de Provence, n° 7/1, pp. 125-166 (L’apprentissage des écarts : pp. 148-152).

ID., « Discussion de l’arbitraire du signe », in Italies, n° 9 « Le hasard », à paraître.

DUBOIS, J., et alii, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse, 1989.

FONAGY, I., La vive-voix : essais de psycho-phonétique, Paris, Payot, 1983.

GREENBERG, J. H., et alii, Universals of Language, Cambridge Massachusetts/London England, The M.I.T. Press, 1963.

ID., Les langues indoeuropéennes et la famille eurasiatique, Paris, Belin, 2003 pour la traduction française, l’original a été publié en 2000.

GUILLAUME, G., Temps et verbe, suivi de L’architectonique du temps dans les langues classiques, Paris, Champion, 1945.

ID., Langage et science du langage, Paris, Nizet, 1964.

ID., Leçons de linguistique 1948-49, Paris, Klincsieck, 1971.

ID., Principes de linguistique théorique, Paris, Klincsieck, 1973, traduction italienne Principi di linguistica teorica, Naples, Liguori editore, 2000.

HAGÈGE, C., La structure des langues, Paris, PUF, « Que sais-je ? » n° 2006, 2ème édition corrigée, 1986.

ILLYCH-SVITCH, V., « Materialy k sravnitelnomou slovariou nostratitcheskix iazykov », in Etymologuia, Moscou, 1965, pp. 321-396, traduction anglaise dans V. CHEVOROCHKINE, (1989).

JAKOBSON, R., Essais de linguistique générale, Paris, Editions de Minuit, 1963.

ID., Langage enfantin et aphasie, Paris, Les éditions de Minuit, 1969.

KERBRAT-ORECCHIONI, C., Les interactions verbales, Paris, Armand Colin, 1994.

LOCQUIN, M., Quelle langue parlaient les ancêtres préhistoriques ?, Paris, Albin Michel, 2002.

MULLER, X., « S.M.A. Vers une nouvelle intelligence artificielle », in Science&vie n° 1039, Avril 2004, pp. 58-61.

ROCCHETTI, A., « De l’indo-européen aux langues romanes : apparition, évolution et conséquences de la subordination verbale » dans un recueil en l’honneur des 80 ans de Bernard Pottier, à paraître.

RUHLEN, M., L’origine des langues. Sur les traces de la langue mère, Paris, Belin, 1997 pour la traduction française, original publié en 1994.

SAUVAGEOT, A., La structure du langage, Publications de l’Université de Provence, « Langues et Langage », collection du Cercle Linguistique d’Aix-en-Provence, n° 2, 1992.

Science&Vie, n° 227 hors-série « Découvertes : du langage aux langues », Juin 2004.

TROMBETTI, A., L’unità d’Origine del Linguaggio, Bologna, 1905.

Sites internet :

BAQUIAST, J. P., et JACQUEMIN, C., Des bactéries aux robots. De la coopération au langage, 12/12/2004.

http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2004/60/ecagents.htm

BLACKMORE, S., La mémétique.

(http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2003/48/blackmore.htm).

BRADLEY, B., Bruce Bradley’s Archaeology Page.

http://www.primtech.net/

KAPLAN, F., Série de conférences sur Les origines du langage et la construction du sens, Cité des Sciences, Paris, L’hypothèse du langage égoïste, cours du 9 novembre 2002, L’anatomie du langage, cours du 16 novembre 2002, La construction collective du sens : expériences robotiques, cours du 30 novembre2002.

http://www.cite-sciences.fr/français/ala_cite/college/02-03/cours/09-02-cerveau/11-steels/accueil.htm

WEBER, T., Institut d’écologie animale de l’Université de Lund, Les différentes facettes de l’évolution.

http://www.arte-tv.com/fr/connaissance-decouverte/aventure-humaine/

Haut de page

Notes

1 Sylvain AUROUX, La raison, le langage et les normes, Paris, Puf, 1998, p. 21.

2 Sylvain AUROUX, op. cit., p. 31 ; Jean DUBOIS et alii, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse, 1989, p. 280.

3 Jean DUBOIS et alii, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse, 1989, p. 280.

4 GRÉVISSE, D’après Robert DE FLERS, « La langue française » in La force de l’orthographe, Bruxelles, De Boeck Duculot, 3ème éd. revue par André Goosse, 1996, p. 140.

5 N. BEAUZÉE et J. F. MARMONTEL (dir.), Encyclopédie méthodique, grammaire et belles lettres, 1786, t. 3, p. 623.

6 Sylvain AUROUX, op. cit., pp. 31-32.

7 Encyclopedia Universalis.

8 Sylvain AUROUX, op. cit., p. 39.

9 Roman JAKOBSON, Essais de linguistique générale, Paris, Editions de Minuit, 1963, p. 84.

10 Ibidem.

11 Sylvain AUROUX, op. cit., p. 87.

12 Dans les langues isolantes d’Extrême-Orient, la distinction verbe/nom ne se réalise pas morphologiquement, mais elle existe dans le système de ces langues : elle est tributaire du sens, elle n’est pas morphologique ou syntaxique mais sémantique.

13 Jean DUBOIS et alii, op. cit., p. 280.

14 Ibidem, p. 504.

15 Claude HAGÈGE, La structure des langues, Paris, PUF, « Que sais-je ? » n° 2006, 2ème édition corrigée, 1986, pp. 9-10.

16 Jean DUBOIS et alii, op. cit. Voir aussi sur la même question : Sophie DUBAIL-SAFFI, « Un autre regard sur les travaux de Roman Jakobson », in La place et la fonction de l’accent en italien, thèse de Doctorat, Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 1991, pp. 407-425.

17 Catherine KERBRAT-ORECCHIONI, Les interactions verbales, Paris, Armand Colin, 1994, tome 3, pp. 127-128.

18 Sophie SAFFI, « Le féminin, un accord décalé », in Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, Aix-en-Provence, n°3, Femmes italiennes, Hommage à Marie-Anne RUBAT DU MÉRAC, juin 1999, pp. 351-366.

19 Joseph H. GREENBERG et alii, Universals of Language, Cambridge Massachusetts/London England, The M.I.T. Press, 1963 (« Memorandum concerning language universals »: pp. XV-XXVii).

20 Joseph H. GREENBERG, « Some universals of grammar with particular reference to the order of meaningful elements », in Universals of Language, pp. 73-113.

21 Roman JAKOBSON, « Implications of language universals for linguistics », in Universals of Language, pp. 263-278.

22 Joseph H. GREENBERG, Les langues indoeuropéennes et la famille eurasiatique, Paris, Belin, 2003 pour la traduction française, l’original a été publié en 2000.

23 « Greenberg’s paper treats the universals of grammar “with particular reference to the order of meaningful elements” (syntactic or morphological constituents) » (Roman JAKOBSON, Universals of Language, cit., p. 270)

24 « Greenberg’s statements on universals in the “order of meaningful elements” rightly put forward the notion of a “dominant” order. We are reminded that the idea of dominance is not based on the more frequent occurrence of a given order: actually what is here introduced into the “order typology” by the notion of dominance is a stylistic criterion. » (Ibidem, p. 268.)

25 Ibidem, pp. 268-269.

26 Ibidem, p. 265 et p. 270.

27 Roman JAKOBSON, Langage enfantin et aphasie, Paris, Les éditions de Minuit, 1969.

28 Ibidem, pp. 55 et svtes.

29 Ibidem, p. 51.

30 Ibidem, p. 57.

31 Sophie SAFFI, « La faute de conjugaison, une conséquence de l’exercice de traduction ou le reflet de l’évolution du système verbal ? » in Cahiers d’études romanes, Université de Provence, n° 7/1, pp. 125-166 (L’apprentissage des écarts : pp. 148-152).

32 Roman JAKOBSON, Langage enfantin et aphasie, cit., p. 60.

33 Ibidem, p. 62.

34 Ibidem, p. 53.

35 Ibidem, p. 54.

36 Ibidem, p. 60.

37 Ibidem, p. 61.

38 Marcel LOCQUIN, Quelle langue parlaient les ancêtres préhistoriques ?, Paris, Albin Michel, 2002, pp. 25-37 et aussi pp. 77-104.

39 « “L’ontogenèse récapitule la phylogenèse”, disent les biologistes depuis Haeckel. L’ontogenèse, c’est tout le processus de développement d’un individu à partir d’un œuf fécondé ; la phylogenèse, c’est le développement évolutif d’une lignée. Dire que ”l’ontogenèse récapitule la phylogenèse” signifie que tout être vivant, dans les premiers stades de son développement, repasse par les principales premières étapes de la vie dans sa lignée. » (Marcel LOCQUIN, op. cit., p. 25).

40 Ibidem, pp. 28-30.

41 Ainsi, du latin aux langues romanes, on observe un mouvement évolutif d’antéposition dans les prépositions et les déterminants, de l’information morphologique auparavant portée par les désinences casuelles. Et encore, de l’indo-européen de type agglutinant aux langues romanes, on constate des mouvements dans l’ordonnance syntaxique comme le souligne Alvaro Rocchetti à l’occasion d’une comparaison des syntaxes de phrases turque et française : “[…] la structure syntaxique en miroir entre les deux langues est due au fait que chacune d’entre elles représente, dans sa propre famille, la langue la plus proche du modèle idéal : celle du type agglutinant pour le turc, celle du type à formes antéposées pour le français. L’obligation, en français, à la différence des autres langues romanes, d’antéposer les pronoms sujets, les articles, le partitif, etc. et, à l’inverse, la démarche tendant à postposer ce qui était antéposé (ex. : la négation latine « non », antéposée, devenant la négation du français parlé « pas », postposée) montre que la restructuration syntaxique, commencée lors du passage de l’indo-européen au latin, se continue encore sous nos yeux. Le renoncement à l’ordre syntaxique strict de l’indo-européen a conduit à la grande liberté syntaxique du latin, puis, les langues romanes ont retrouvé – plus exactement ‘reconstruit’ – une syntaxe de plus en plus contraignante.” (Alvaro Rocchetti, « De l’indo-européen aux langues romanes : apparition, évolution et conséquences de la subordination verbale » dans un recueil en l’honneur des 80 ans de Bernard Pottier, à paraître.

42 Marcel LOCQUIN, op. cit., pp. 34-35.

43 Aaron DOLGOPOLSKI, « The Indo-European Homeland and Lexical Contacts of Proto-Indo-European with Other Languages », in Mediterranean Language Review, n° 3, 1988, pp. 7-31.
Vladislav ILLYCH-SVITCH, « Materialy k sravnitelnomou slovariou nostratitcheskix iazykov », in Etymologuia, Moscou, 1965, pp. 321-396, traduction anglaise dans V. CHEVOROCHKINE, (éd.), Reconstructing Languages and Cultures, Bochum, Brockmeyer, 1989. Pour connaître l’historique de ces travaux lire : Merritt RUHLEN, L’origine des langues. Sur les traces de la langue mère, Paris, Belin, 1997 pour la traduction française, original publié en 1994, pp. 84-85.

44 Les langues indoeuropéennes et la famille eurasiatique, Paris, Belin, 2003, p. 10.

45 Merritt RUHLEN, op. cit., pp. 233-271.

46 Pour une information plus complète sur l’histoire des langues, consulter les articles de Gwen-Haël DENIGOT, « L’origine des langues », p. 122-135, « Enquête sur le lointain passé des langues d’Europe », pp. 136-145, et de François Lassagne « Les langues au régime des gènes », pp. 146-153, in Science&Vie, n° 227 hors-série « Découvertes : du langage aux langues », Juin 2004.

47 Merritt RUHLEN, op. cit., p. 234.

48 Gustave GUILLAUME, Principes de linguistique théorique, Paris, Klincsieck, 1973, pp. 121-122.

49 « L’évolution suivie par l’homme au cours des 200 000 dernières années ne semble pas cadrer avec le concept darwinien de mutation lente et progressive. Pourtant, point n’est besoin de faire intervenir des forces surnaturelles pour expliquer l’évolutionnisme de l’homme. Il est vraisemblable que l’homme a développé une capacité d’adaptation qui lui a permis de substituer une évolution culturelle accélérée à des mutations biologiques lentes : l’aptitude à se mettre à la place d’autres individus – le rendant ainsi capable d’apprentissage social et, du même coup, de développer progressivement des traditions culturelles complexes. Les singes anthropoïdes peuvent faire preuve d’inventivité. Mais à l’évidence, ces espèces ne sont pas en mesure de prêter à d’autres individus des intentions, des objectifs et des motivations, ni de reconnaître ces aptitudes mentales à travers les outils et les symboles. » (Thomas Weber de l’Institut d’écologie animale de l’Université de Lund, Les différentes facettes de l’évolution, http://www.arte-tv.com/fr/connaissance-decouverte/aventure-humaine/).

50 Aurélien SAUVAGEOT, La structure du langage, Publications de l’Université de Provence, « Langues et Langage », collection du Cercle Linguistique d’Aix-en-Provence, n° 2, 1992, p. 34.

51 Ibidem, p. 38.

52 Ibidem, p. 37.

53 Ibidem.

54 Ibidem, p. 31.

55 Ibidem, p. 33.

56 Ibidem, p. 34.

57 Claude HAGÈGE, La structure des langues, Paris, PUF, 2ème éd. 1982, pp. 4-9.

58 Ibidem, p. 3.

59 Annie BOONE et André JOLY, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 430.

60 Gustave GUILLAUME, Leçon inédite O6/11/41, in Ibidem, p. 432.

61 Gustave GUILLAUME, Leçon inédite 19/03/42, in Ibidem., p. 110.

62 Gustave GUILLAUME, L’architectonique du temps dans les langues classiques, Paris, Champion, 1945, p. 31.

63 Annie BOONE et André JOLY, op. cit., pp. 431-432.

64 Ibidem.

65 Gustave GUILLAUME, Temps et verbe, Paris, Champion, 1945, pp. 132-133.

66 Annie BOONE et André JOLY, op. cit., p. 433.

67 Gustave GUILLAUME, Principe de linguistique théorique, Paris, Klincksieck, 1973, p. 200.

68 Gustave GUILLAUME, Leçons de linguistique 1948-49, Paris, Klincsieck, 1971, p. 215.

69 Annie BOONE et André JOLY, op. cit., pp. 422-423.

70 Gustave GUILLAUME, Langage et science du langage, Paris, Nizet, 1964, p. 99.

71 Gustave GUILLAUME, Leçon inédite 16/12/43, in Annie Boone et André Joly, op. cit., p. 434.

72 Arturo MARTONE, professeur du département de philosophie et de politique de l’Institut universitaire oriental de Naples, a rédigé une présentation à la publication italienne des Principes de linguistique théorique de Gustave Guillaume (Gustave GUILLAUME, Principi di linguistica teorica, Naples, Liguori editore, 2000, pp. XI-XX), dont il a supervisé la traduction réalisée par Roberto SILVI.

73 Temps et verbe, cit., pp. 133-134.

74 Noam CHOMSKY, La linguistique cartésienne suivi de La nature formelle du langage, Paris, Éditions du Seuil, 1969 (pour la traduction française, original paru en 1966), 183 p.

75 Jean-Philippe BRICKA, « Une grammaire innée ? », in Science&Vie, n° 227 hors-série « Découvertes : du langage aux langues », Juin 2004, p. 27.

76 Ibidem.

77 Bruce Bradley’s Archaeology Page (http://www.primtech.net/).

78 Jean-Philippe BRICKA, op. cit.

79 Ibidem, p. 24.

80 Roman JAKOBSON, Essais de linguistique générale, Paris, Les éditions de Minuit, 1973, p. 49.

81 Reportage de Jean-Pierre ROGEL et Pascal GÉLINAS, Radio Canada, mai 2005.

82 Sylvain AUROUX, op. cit., p. 86.

83 Jean-Pierre ROGEL et Pascal GÉLINAS, op. cit.

84 Marcel LOCQUIN, op. cit., p. 94.

85 Yves COPPENS, « Préhistoire du langage », in Le singe, l’Afrique et l’homme, Paris, Fayard, 1983.

86 Marcel LOCQUIN, op. cit., p. 86.

87 Présentation d’une série de conférences Les origines du langage et la construction du sens, Cité des Sciences, Paris, les 9, 16 et 30 novembre 2002 et 8 février 2003. On peut écouter les cours sur le site suivant : http://www.cite-sciences.fr/français/ala_cite/college/02-03/cours/09-02-cerveau/11-steels/accueil.htm

88 Frédéric KAPLAN, L’hypothèse du langage égoiste, cours du 9 novembre 2002, même site. A propos de l’évolution culturelle, la mémétique de Susan Blackmore semble une voie intéressante à explorer (http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2003/48/blackmore.htm).

89 Frédéric KAPLAN, L’anatomie du langage, cours du 16 novembre 2002, même site.

90 Xavier MULLER, « S.M.A. Vers une nouvelle intelligence artificielle », in Science&vie n° 1039, Avril 2004, pp. 58-61.

91 « Le point sur la prise de décision », in Science&vie, n° 1036, p. 98.

92 Sophie SAFFI, « Discussion de l’arbitraire du signe », in Italies, n°9, Figures et jeux du hasard, 2005, pp. 345-394.

93 Frédéric KAPLAN, La construction collective du sens : expériences robotiques, cours du 30 novembre2002, même site.

94 Ibidem. Lire aussi : Jean-Paul Baquiast et Cristophe Jacquemin, Des bactéries aux robots. De la coopération au langage, 12/12/2004, à l’adresse suivante : http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2004/60/ecagents.htm

95 René CARRÉ et alii, Langage humain et machine, Paris, Presses du CNRS, 1991, p. 276.

96 Ibidem, p. 280.

97 Jean CAELEN, « À l’écoute de la parole humaine », in La Recherche, n° 285 mars 1996, cité par Ranka BIJELJAC et Roland BRETON, Du langage aux langues, Paris, 1997, pp. 116-117.

98 René CARRÉ et alii, op. cit., p. 274.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/2424/img-1.png
Fichier image/png, 6,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Saffi, « Les universaux linguistiques », Cahiers d’études romanes, 14 | 2005, 47-82.

Référence électronique

Sophie Saffi, « Les universaux linguistiques », Cahiers d’études romanes [En ligne], 14 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/2424 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2424

Haut de page

Auteur

Sophie Saffi

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org