Navigation – Plan du site
Les jeux du miroir

Le Paris d’Italo Calvino

Sylvie Barral
p. 331-348

Résumés

La ville de Paris occupe une place importante dans l’itinéraire professionnel de l’écrivain italien Italo Calvino. Elle devient entre 1967 et 1980, le point invisible, anonyme, à partir duquel il écrit, et sert de “pré-texte” à une réflexion sur l’histoire et la société, sur la littérature et sur l’écriture. Structurée par son passé, cette ville mythique apparaît d’abord comme une ville absolue, puis comme une ville de référence ou encore comme une gigantesque œuvre de consultation. Elle est enfin un centre de civilisation qui conditionne, génère l’écriture, et sert de support à l’activité littéraire. Cette interaction entre la ville et l’écriture permet de transformer Paris tour à tour en ville-roman, en ville-bibliothèque, en ville-catalogue, et nous incite à penser que Paris “ville de papier” se feuillette comme les pages d’un livre qui ne cesse de s’écrire.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Calvino (Italo), ville

Parole chiave :

Calvino (Italo), città

Index géographique :

Paris, Italie

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1La ville de Paris occupe dans l’itinéraire de l’écrivain italien Italo Calvino, une place pour le moins privilégiée dans la mesure où elle marque un véritable tournant dans sa carrière professionnelle. À partir de 1967, Calvino s’installe dans le 14e arrondissement de Paris, Square de Châtillon, et y restera jusqu’en 1980, tandis qu’il continue à occuper ses fonctions de conseiller auprès de la maison d’édition Einaudi de Turin.

  • 1 Italo CALVINO, « Eremita a Parigi » (1974), in Romanzi e racconti, Milano, Mondadori, « I Meridiani (...)

À Paris j’ai ma maison de campagne, dans le sens où exerçant la profession d’écrivain je peux passer une partie de mon travail dans la solitude, peu importe l’endroit, dans une maison isolée en pleine campagne, ou sur une île, et cette maison de campagne moi je l’ai en plein cœur de Paris.1

  • 2 Co-fondé en France en 1960 par Raymond Queneau et François Le Lionnais, l’Oulipo ou Ouvroir de Litt (...)

2Admis à l’Oulipo2 lors de la réunion du 30 octobre 1972, il entame de nouvelles collaborations, notamment avec Raymond Queneau – dont il était déjà le traducteur – et Georges Perec. Durant ces années parisiennes, Calvino sort peu, se rend toutefois par habitude chaque matin, en métro, à Saint-Germain-des-Prés pour y acheter des journaux italiens. Ses sorties se limitent à la fréquentation de la Bibliothèque Nationale, aux visites du Musée Carnavalet qu’il affectionne tout particulièrement, aux réunions de l’Oulipo...

  • 3 Italo CALVINO, op. cit., p. 106 : « punto invisibile, anonimo che è quello da cui si scrive, ed è p (...)

3Il ne correspond pas, pour ainsi dire, au promeneur ou au flâneur des rues de Paris. Cette ville, en fait, représente pour lui une sorte de “non lieu”, de « point invisible, anonyme qui est celui à partir duquel on écrit, et – ajoute-t-il – c’est la raison pour laquelle définir le rapport entre le lieu où j’écris et la ville qui l’entoure s’avère difficile pour moi »3.

  • 4 Pierre LAROCHE, « Calvino et la ville », in Italo Calvino, le défi au labyrinthe, a cura di Paolo G (...)

4Et tandis que de manière générale, les villes (qu’il s’agisse de San Remo, de Turin, de Venise, de Rome, de New York, ou encore de Kyoto) que cite ou décrit Calvino, aussi bien dans ses Saggi que dans ses écrits de fiction, peuvent jouer – comme le suggère Pierre Laroche – « divers rôles » comme « celui d’espace, de lieu, de cadre ou de décor », ou encore comme « celui de protagoniste, de sujet »4, la ville de Paris quant à elle apparaît d’abord comme repère géographique, mais ne fonctionne cependant pas dans l’œuvre de Calvino comme simple toile de fond.

5Elle n’a pas non plus, il est vrai, le rôle de ville-protagoniste, de ville-sujet qu’ont les villes dans Le città invisibili, mais elle apparaît en revanche comme une ville objet qui suscite une réflexion « d’ordre historique, culturel, économique, sociologique ».

  • 5 Italo CALVINO, op. cit., p. 110 : « Devo trarre la conclusione che la mia Parigi è la città della m (...)

J’en déduis que la ville de Paris est pour moi – dit Calvino – la ville de la maturité : dans le sens où je ne la vois plus avec cet esprit de découverte du monde qui est l’aventure de la jeunesse. Je suis passé dans mes rapports avec le monde de l’exploration à la consultation, c’est-à-dire que le monde est un ensemble de données qui est là, indépendamment de moi, données que je peux confronter, combiner, transmettre, et dont je peux de temps à autre profiter, modérement, mais toujours un peu de l’extérieur.5

Paris comme ville culturelle et historique, comme ville absolue

  • 6 Ibidem, p. 102 : « Da alcuni anni ho una casa a Parigi, e vi passo una parte dell’anno, ma finora q (...)

6Les éléments descriptifs concernant la ville de Paris sont disséminés dans différentes œuvres qui s’échelonnent dans la production de Calvino. « Depuis quelque temps j’ai une maison à Paris, et j’y passe une partie de l’année, mais jusqu’à présent cette ville n’apparaît jamais dans ce que j’écris »6, déclarait-il en 1974 dans les pages autobiographiques de Eremita a Parigi.

7Et il en donnait l’une des raisons :

  • 7 Ibidem : « Parigi è già stato il paesaggio interiore di tanta parte della letteratura mondiale, di (...)

Paris a déjà été le paysage intérieur d’une grande partie de la littérature mondiale, de nombreux livres que nous avons tous lus, et qui ont compté dans nos vies. Avant d’être une ville du monde réel, Paris, pour moi comme pour des millions d’autres personnes de chaque pays, a été une ville imaginée à travers les livres, une ville que l’on s’approprie en lisant. On commence tout jeune avec les Trois Mousquetaires, puis avec les Misérables ; pendant la même période, ou peu après, Paris devient la ville de l’Histoire, de la Révolution française ; plus tard au fil des lectures de jeunesse, elle devient la ville de Baudelaire, de la grande poésie [...], la ville de la peinture, la ville des grands cycles romanesques, Balzac, Zola, Proust...7

8Pour Calvino, la vision et la conception de la ville passent par le souvenir de ces lectures de “classiques” qui ont édifié le mythe de Paris, et qui ont contribué à la formation culturelle de chacun.

  • 8 Ibidem, p. 103 : « Parigi ha un grande spessore, ha tanta roba dietro, tanti significati. Forse mi (...)

9Il s’agit dans un premier temps d’une approche de la ville de Paris à travers le regard et l’imaginaire urbain de grands écrivains. Il en résulte que le nom de “Paris” évoque désormais à lui seul, pour la littérature mondiale, “la” ville culturelle et historique de référence. Une ville absolue, structurée par son passé, une ville entourée d’une certaine “aura”, une ville mythique découverte pas à pas, au fil des lectures, des intrigues, des complots, des batailles et autres duels, mais également au fil des descriptions fragmentées et morcelées de la ville. « Paris a une grande épaisseur, a beaucoup de choses derrière, beaucoup de sens. Peut-être m’intimide-t-elle un peu : je parle de l’image de Paris, non de la ville en elle-même... »8.

10Quoiqu’en dise Calvino, il est toutefois possible de discerner et de relever aussi bien dans ses œuvres narratives que dans les œuvres qu’il a commentées, un grand nombre d’allusions, d’observations et de descriptions relatives à la ville de Paris.

11D’abord, il a déjà utilisé l’image de Paris avant 1974 (c’est-à-dire bien avant qu’il ne prétende ne jamais avoir écrit “sur” cette ville), dans deux de ses romans. Il s’agit du Barone rampante (de 1957) et du Cavaliere inesistente (de 1959) dans lesquels l’auteur exploite l’image de Paris, pour son passé historique et ses références culturelles.

  • 9 Italo CALVINO, Il cavaliere inesistente, in Romanzi e racconti, cit., 1991, vol. I, p. 955 : « sott (...)

12Il cavaliere inesistente présente, sur le modèle de L’Orlando furioso de L’Arioste (et plus précisément de l’épisode de « Rodomont à la bataille de Paris »), une description historique de la ville de Paris au Moyen Âge, et s’ouvre sur la description de l’armée des Francs que Charlemagne passe en revue « sous les murs rouges de Paris »9 avant de partir guerroyer contre les Infidèles.

  • 10 Calvino qui souligne par ailleurs que dans un souci de précision géographique, l’Arioste opte pour (...)
  • 11 Ibidem : « Siede Parigi in una gran pianura / ne l’ombelico a Francia, anzi nel core ».

13Il faut savoir que Calvino a consacré de nombreux articles à L’Orlando furioso de l’Arioste, dont il s’est inspiré à plusieurs reprises et – comme le précise Pierre Laroche – quand il en étudie la structure, il en vient à cette double conclusion que « le siège de Paris est un peu comme le centre de gravité du poème, de même que la ville de Paris se présente comme son nombril géographique »10. La ville de Paris, alors décrite par l’Arioste comme un centre géographique (« Paris siège dans une grande plaine au nombril, ou plutôt au cœur de la France »11) est perçue par Calvino comme le centre de gravité du poème.

14Quant au roman, Il barone rampante, c’est au XVIIIe siècle qu’il transporte le lecteur, dans le Paris des Lumières, des salons littéraires et culturels, et met en scène plusieurs philosophes. Le protagoniste, Cosimo, figure emblématique de l’intellectuel, vit sur les arbres et entretient une correspondance épistolaire avec Rousseau, constitue une bibliothèque, suspendue dans les branchages, qui comprend notamment les volumes de l’Encyclopédie de Diderot et de D’Alembert. Il établit un “Projet de Constitution d’un État idéal fondé sur les arbres” qu’il envoie à Diderot, et tente d’instaurer un “cahier de doléances”.

15Lors d’un épisode de ce roman que l’on pourrait qualifier de “conte philosophique”, il rencontre également Voltaire qui affirme avoir maintes fois entendu parler de cet “homme sauvage” comme cas exemplaire du rapport entre Raison et Nature.

16Quant à la protagoniste féminine, Viola, elle multiplie les fréquentations des salons parisiens, tandis que l’aristocratie italienne ne manque jamais, dès qu’une occasion se présente, de marquer son étonnement ou son indignation en utilisant la langue française comme langage soutenu et soigné.

17Calvino utilise ainsi dans son œuvre l’image de la ville de Paris comme ville culturelle et historique, comme une ville structurée par son passé, par son histoire. Aussi, les références à Paris, disséminées, dispersées dans son œuvre abondante, nous présentent-elles systématiquement une ville “brillante” et “cultivée” qui constitue un centre de gravité où affluent toutes les sciences, un centre culturel et mondain qui irradie l’Europe.

  • 12 Italo CALVINO, « Il nome, il naso », Sotto il sole giaguaro, in Romanzi e racconti, cit., vol. III, (...)

18Cette même atmosphère raffinée des salons parisiens que nous découvrons dans Il barone rampante sera à nouveau décrite dans la nouvelle « Il nome, il naso »12 que Calvino, lors de son ample projet d’étude sur les cinq sens, avait décidé en 1972 de consacrer à l’Odorat. L’action se déroule dans une célèbre parfumerie des Champs-Élysées, dans un Paris hors du temps. Un homme du monde, Monsieur de Saint Caliste y recherche désespérément une fragrance, un parfum, ou plutôt l’identité d’une femme dont il ne connaît que le parfum “rencontré” lors d’un bal dans les salons du Faubourg Saint-Honoré...

  • 13 Italo CALVINO, « Guarda in basso dove l’ombra s’addensa », Se una notte d’inverno un viaggiatore, i (...)

19Une ville de Paris plus moderne figure également dans le début de roman « Guarda in basso dove l’ombra s’addensa » de Se una notte d’inverno un viaggiatore13 publié en 1979. Cette fois c’est dans le Paris mal famé du crime organisé, que se déroule l’histoire. Un “truand” notoire, Ruedi, et sa complice Bernadette transportent de nuit, dans leur voiture, le cadavre d’un autre malfaiteur, appelé Jojo, dont ils cherchent à se débarrasser en le jetant par-dessus le pont de Bercy. Une tentative qui échouera à cause de l’arrivée de deux policiers.

20Ils se lancent alors à la recherche d’un sac plastique pour envelopper le corps, et d’un bidon d’essence, afin de brûler le cadavre. Mais la recherche d’un endroit propice pour ce genre d’activité, même dans une métropole comme Paris, demeure infructueuse. Ils pensent alors que la forêt de Fontainebleau serait le lieu idéal. Mais sur le point de tomber en panne d’essence, à une heure où les distributeurs sont fermés, leur voiture se retrouve arrêtée sur le parking du faubourg Saint-Antoine, et il ne leur reste plus, s’ils ne veulent pas rester bloqués en pleine campagne, qu’à verser dans le réservoir le bidon d’essence destiné à arroser Jojo...

  • 14 Italo CALVINO, « La mano che ti segue », in Italo Calvino. Enciclopedia : arte, scienza e letteratu (...)

21Dans un texte intitulé « La mano che ti segue »14 paru dans le quotidien La Repubblica le 26 août 1980, Calvino raconte la mésaventure d’une jeune femme, pourchassée et agressée par une bande de loubards, une nuit, dans la ville de Paris, du côté de la Bastille. Ce fait divers (qui pourrait aussi bien être, précise Calvino, une légende urbaine) relate l’histoire d’une certaine Yvonne J. qui au volant d’une petite voiture s’apprête tout naturellement à rentrer chez elle, lorsque s’abattent soudainement sur son véhicule de très violents coups de chaînes. Ses agresseurs qui tous possèdent une moto, l’ont littéralement encerclée et font vrombir triomphalement leurs moteurs.

22Désormais ce sont ces mêmes motards qui vont orienter la direction du véhicule de cette jeune femme en l’obligeant à tourner à droite ou à gauche. Ils essaient alors de la conduire dans une localité déserte de la banlieue parisienne, et tandis que la voiture parvient à l’une des sorties de la ville, Yvonne réalise qu’il lui suffirait de tourner à droite ou à gauche pour déboucher sur les boulevards périphériques et prendre ainsi une autoroute quelconque. Elle espère profiter de l’affluence des camions qui, à cette heure-ci, se mettent en route, afin de rejoindre les villes de province, pour se faufiler dans le flux de la circulation qui sort de la ville et disparaître entre deux poids lourds ; mais les motos l’obligent à rester sur la voie du milieu, qui se dirige en revanche vers un faubourg de la banlieue parisienne.

  • 15 Ibidem, p. 101 : « Non s’impressioni tanto — così i poliziotti cercano di calmare la ragazza sconvo (...)

23Consciente du danger et bien résolue à ne pas céder, Yvonne sait que sa seule chance est de continuer à rouler, et lorsqu’elle arrive à un feu rouge et que l’un des motards recommence à donner des coups sur son pare-brise, elle décide de jouer le tout pour le tout et démarre sans tenir compte des motos qui l’encerclent. Un grand bruit se fait alors entendre, quelques motards ont très certainement dû tomber à terre. Peu importe : Yvonne est désormais hors d’atteinte, loin de ses agresseurs et après s’être assurée que les loubards ne la suivent plus, elle regagne son domicile et pénètre dans un parking souterrain. Elle se gare, éteint le moteur, essaie de retrouver son calme avant de descendre de voiture pour constater les dégâts. Ce qu’elle voit dans un premier temps est une simple chaîne accrochée accidentellement à l’une des roues de la voiture, mais elle s’aperçoit que quelque chose est attaché à l’extrémité de cette chaîne : il s’agit d’une main, sectionnée à la hauteur du poignet tenu serré dans un bracelet d’acier. La jeune femme téléphone à la police, à tous les hôpitaux de la ville, mais apparemment cette nuit-là personne n’a été admis pour un accident de la sorte. « Ne soyez pas si impressionnée – disent les policiers qui essaient de calmer la jeune femme bouleversée – chaque semaine à Paris sont retrouvés des mains et des pieds dont on ne sait à qui ils appartiennent et que personne ne vient réclamer »15.

24Calvino est également amené à voir la ville de Paris par l’intermédiaire de ses amis parisiens et confrères oulipiens : Raymond Queneau et Georges Perec, pour ne citer qu’eux.

  • 16 Italo CALVINO, « La filosofia di Raymond Queneau » (1981), in Saggi, cit., vol. I, pp. 1410-1430.

25Ainsi, dans un essai intitulé « La filosofia di Raymond Queneau »16, Calvino fait allusion aux romans du monde de la banlieue parisienne, aux jeux sur l’orthographe du français parlé quotidien, qui trouvent leur apogée dans le roman Zazie dans le métro. Et il rappelle à la mémoire, à partir de cette image, le Saint-Germain-des-Prés de l’immédiat après-guerre, de même que l’une des chansons chantées par Juliette Gréco et intitulée Fillette, fillette...

  • 17 Georges PEREC, Perec/rinations, Zulma, « Grain d’orage », 1997, 94 pages (Initialement publiées au (...)

26Quant à Perec, il brille dans ses multiples “tentatives d’épuisement de lieux parisiens”, et notamment avec ses Perec/rinations17 où il propose pour chaque arrondissement, ainsi que pour le métropolitain, des grilles de mots croisés, des itinéraires ludiques (par exemple le plus court trajet empruntant le maximum de rues), des jeux de logique et un petit questionnaire sur l’histoire de Paris.

27Une véritable visite guidée de la capitale à travers le temps (une visite qui part de l’assassinat d’Henri IV et arrive aux anciens présidents de la République en passant par l’Exposition universelle de 1900). Mais aussi, un parcours dans l’espace de la ville avec un itinéraire à thème (rues à noms d’oiseaux, de villes, de musiciens), et une déambulation alphabétique : il imagine un trajet idéal qui, partant d’une rue commençant par la lettre A, aboutirait à une rue commençant par la lettre Z, en passant successivement par toutes les lettres de l’alphabet. Une sorte de jeu de piste à l’intérieur de la ville de Paris, ou encore une sorte de “Paris, mode d’emploi”, qui transforme la ville en manuel d’histoire et qui établit un atlas du continent parisien.

  • 18 Italo CALVINO, « La città-romanzo in Balzac » (1973), in Saggi, cit., vol. I, pp. 775-781.

28Dans une même perspective d’approche de la ville vue comme langage, Calvino avait par ailleurs rédigé, en 1973, un essai sur le roman Ferragus de Balzac18, mettant en scène la ville de Paris, le monstre-Paris comme une cité-roman :

  • 19 Ibidem, p. 775 : « Far diventare romanzo una città : rappresentare i quartieri e le vie come person (...)

Faire d’une ville un roman : représenter les quartiers et les rues comme des personnages dotés chacun d’un caractère différent ; évoquer des figures humaines et des situations comme une végétation spontanée qui germe du pavé de telle ou telle rue, ou comme des éléments si dramatiquement opposés à leur cadre que les cataclysmes explosent en chaîne ; faire en sorte que, dans le cours mobile du temps, la vraie protagoniste soit la ville vivante, sa continuité biologique, le monstre-Paris : telle est l’entreprise à laquelle Balzac se sent appelé au moment où il se met à écrire Ferragus.19

29Ce qui intéresse Calvino, c’est le poème topographique de Paris vu comme langage, et il insiste tout particulièrement sur la méthode appliquée par Balzac afin de disposer et d’organiser ses descriptions de la vie urbaine.

30Balzac procède, selon Calvino, comme s’il s’agissait de dresser :

  • 20 Ibidem, p. 777 : « una specie d’enciclopedia parigina in cui trovino posto il trattatello sul segui (...)

une sorte d’encyclopédie parisienne où puissent prendre place le petit traité sur la façon de suivre les femmes dans la rue, le tableau de genre [...] des passants surpris par la pluie, la classification des vagabonds, la satire de la fièvre immobilière qui a envahi la capitale, la caractérisation de la “grisette”, l’enregistrement du parler des diverses catégories sociales....20

31À partir de ces tableaux urbains, de ces tableaux parisiens, une sorte d’étude sociologique est établie, ou bien peut-être s’agit-il d’une espèce de musée anthropologique des Parisiens divisés en classes sociales. Cette “encyclopédie parisienne”, cette classification sociologique et topographique transforment Paris de ville absolue en ville de “référence”.

  • 21 Italo CALVINO, « Eremita a Parigi », in Romanzi e racconti, cit., vol. III, p. 107 : « una gigantes (...)

32Une ville de Paris vue comme un immense musée, comme une collection et une classification d’éléments de la vie quotidienne apparemment sans importance, et pratiquement “invisibles” si l’on n’y prête pas attention. Une vision de la ville que l’on retrouve dans « Eremita a Parigi », qui dépeint une ville de Paris comme « une gigantesque œuvre de consultation »21.

Paris comme ville de référence ou œuvre de consultation

33Le numéro de la Carte de Lecteur de la Bibliothèque Nationale d’Italo Calvino était le n° 2516. Ce numéro, qu’il évoque avec résignation, comme s’il s’agissait d’une fatalité dans une société de consommation qui anéantit toute notion d’identité, est en fait bien plus qu’un simple “laisser-passer” pour la Bibliothèque Nationale, dans la mesure où ce que désirait Calvino, était de “consulter” la ville comme l’on consulte un important ouvrage de référence :

  • 22 Ibidem, p. 107 : « Potrei dire allora che Parigi [...] è una città che si consulta come un’enciclop (...)

Je pourrais dire alors que Paris [...] est une ville qui se consulte comme une encyclopédie : dès la première page elle vous donne toute une série d’informations, d’une richesse comme aucune autre ville. Prenons les magasins, qui constituent le discours le plus ouvert, le plus communicatif qu’une ville puisse exprimer : chacun d’entre nous lit une ville, une rue, un trait de trottoir en suivant la rangée des magasins. Il y a des magasins qui sont des chapitres d’un traité, des magasins qui sont des articles d’encyclopédie, d’autres qui sont des pages de journal.22

Et il ajoute :

  • 23 Ibidem, pp. 107-108 : « è anche soprattutto il trionfo dello spirito della classificazione, della n (...)

c’est aussi surtout le triomphe de l’esprit de classement, de nomenclature. Si demain je décide d’écrire à propos des fromages, je peux sortir pour consulter Paris comme une grande encyclopédie des fromages. Ou bien je peux consulter certaines épiceries dans lesquelles se reconnaît encore ce qu’était l’exotisme du siècle dernier, un exotisme marchand du premier colonialisme, disons un esprit d’exposition universelle.23

34La ville est ainsi représentée comme un gigantesque catalogue, comme une sorte d’index encyclopédique donnant accès à tous les articles, mais également comme un musée qui perpétue la mémoire collective.

  • 24 Italo CALVINO, « Il museo dei formaggi », Palomar, in Romanzi e racconti, cit., vol. II, pp. 933-93 (...)

35Écrire sur les fromages : c’est ce que Calvino décide de faire, douze ans plus tard, en 1982, dans une nouvelle intitulée « Il museo dei formaggi »24 où il met en scène un personnage autobiographique, un certain Monsieur Palomar qui se rend dans une crémerie parisienne de qualité pour y faire son marché.

36À Paris, observe Calvino,

  • 25 Italo CALVINO, « La poubelle agréée » (1977), in Romanzi e racconti, cit., vol. III, p. 75 : « la s (...)

le filet à provisions est suspendu [...] surtout au bras des hommes, ou du moins c’est ce qui semble à un Italien qui a l’habitude de voir dans son pays les marchés fréquentés essentiellement par des femmes, et il recommence à comprendre alors que rapporter la nourriture est la première tâche de celui qui gouverne dans la maison.25

  • 26 Italo CALVINO, « Il museo dei formaggi », Palomar, in Romanzi e racconti, cité, vol. II, p. 933 : « (...)
  • 27 Ibidem, p. 934 : « un’enciclopedia a un autodidatta ».

37Il remarque aussitôt que dans cette crémerie est conservé « l’héritage du savoir accumulé par une civilisation à travers toute son histoire et sa géographie »26, et le magasin se présente à lui comme « une encyclopédie à un autodidacte »27.

  • 28 Ibidem, pp. 934-935 : « una classificazione a seconda delle forme – a saponetta, a cilindro, a cupo (...)
  • 29 Ibidem, p. 935 : « una scala di gusti e preferenze e curiosità ed esclusioni. »

38Il essaie de mémoriser les noms des fromages, tente « une classification selon les formes – savon, cylindre, coupole, balle –, selon la consistance – sec, fondant, crémeux, veiné, compact –, selon les matériaux étrangers mêlés à la croûte ou à la pâte – raisins secs, poivre, noix, sésame, herbes, moisissures –,... »28. Et à partir de cette rapide étude il établit « une échelle de goûts, de préférences, de curiosités et d’exclusions »29.

39La crémerie se transforme ainsi en dictionnaire :

  • 30 Ibidem : « la lingua è il sistema dei formaggi nel suo insieme : una lingua la cui morfologia regis (...)

[sa] langue est le système des fromages dans son ensemble : une langue dont la morphologie comporte des déclinaisons et des conjugaisons aux variantes innombrables, et dont le lexique présente une richesse inépuisable en synonymes, usages idiomatiques, connotations et nuances de signification, comme toutes les langues nourries par l’apport de cent dialectes. C’est une langue faite de choses ; la nomenclature n’en est qu’un trait extérieur, instrumental...30

  • 31 Italo CALVINO, « Un chilo e mezzo di grasso d’oca », Palomar, in Romanzi e racconti, cit., vol. II, (...)

40Cette expérience sera réitérée, par ailleurs, dans d’autres magasins gastronomiques de la capitale avec les nouvelles « Il marmo e il sangue » et « Un chilo e mezzo di grasso d’oca » dans laquelle notamment nous retrouvons cette fois-ci Monsieur Palomar dans une grande charcuterie de Paris. Attendant son tour afin d’être servi, il se demande si sa gourmandise ne serait pas surtout mentale, esthétique, symbolique, et « transforme chaque met en un document de l’histoire de la civilisation, en un objet de musée »31.

41La ville de Paris est par conséquent perçue comme une encyclopédie dont les différents volumes, les différents tomes, ne sont autres que les magasins. Aussi, dans la nouvelle « Il nome, il naso », Calvino présente la parfumerie parisienne dont nous avons déjà parlé, comme un recueil olfactif, ou plus exactement comme un alphabet de l’odorat, ou encore un lexique précieux dont les vocables, constitués par les arômes musqués, les cédrats, l’ambre, le réséda, la bergamote... engendrent dans leurs accords de véritables phrases.

  • 32 Italo CALVINO, « Eremita a Parigi », in Romanzi e racconti, cit., vol. III, p. 109 : « anche il cin (...)

42Pour Calvino, à Paris, « même le cinéma [...] est un musée, ou une encyclopédie à consulter, pas seulement pour la quantité des films de la Cinémathèque, mais pour tout le réseau des Studios du Quartier Latin... »32

  • 33 Ibidem, p. 108 : « leggere la città come inconscio collettivo ».

43Une autre conception de la ville vient s’ajouter à cette idée de ville comme discours encyclopédique, comme mémoire collective : il s’agit de « lire la ville comme inconscient collectif »33.

  • 34 Ibidem : « L’inconscio collettivo è un grande catalogo, un grande bestiario ; possiamo interpretare (...)

L’inconscient collectif est un grand catalogue, un grand bestiaire ; nous pouvons interpréter Paris comme un livre des songes, comme un album de notre inconscient, comme un catalogue de monstres.34

44Et Calvino voit la ville de Paris

  • 35 Ibidem : « [che si apre] alle sue consultazioni con i bestiari del Jardin des Plantes, i serpentari (...)

[s’ouvrir] à ses consultations avec les bestiaires du Jardin des Plantes, les serpentaires et les fosses aux reptiles dans lesquelles se prélassent les iguanes et les caméléons, une faune des ères préhistoriques, et également la grotte des dragons que notre civilisation porte derrière elle.35

45Nous noterons ici une évolution qui nous conduit des bestiaires comme ouvrages encyclopédiques, aux “serpentaires” comme bestiaires spécialisés ou chapitres internes. Ce passage du général au particulier qui renvoie tantôt aux livres, tantôt à la réalité du zoo, crée par cette déformation esthétique de la réalité, une image surréaliste.

46À Paris, semble dire Calvino, rien n’est jamais perdu, tout est soigneusement classé, archivé, répertorié, catalogué, et on peut toujours espérer y trouver ce que l’on croyait perdu à jamais.

  • 36 Ibidem, p. 109 : « Dunque un altro modo ancora di vedere questa città : come un gigantesco ufficio (...)

Donc une autre façon encore de voir cette ville : comme un gigantesque bureau des objets trouvés, un peu comme la Lune dans L’Orlando furioso où est rassemblé tout ce qui a été perdu au monde.36

  • 37 Ibidem : « accumula e classifica e ridistribuisce, in cui si può cercare come in un terreno di scav (...)
  • 38 Italo CALVINO, « Ditelo coi nodi » (1983), Collezione di sabbia, in Saggi, cit., vol. I, pp. 469-47 (...)

47Les collectionneurs considèrent effectivement la ville de Paris comme une immense collection qui « accumule, classe et redistribue, dans laquelle on peut chercher comme dans un terrain de fouilles archéologiques »37, ou encore comme une bibliothèque idéale qui recense dans ses salles d’exposition toutes les collections possibles comme en témoignent les multiples comptes rendus calviniens “d’expositions et d’explorations” (recueillis dans l’ouvrage intitulé Collezione di sabbia) dans lesquels il explore notamment le “Grand Musée anatomique-ethnologique” du Dr. P. Spitzner (un musée de cire anatomique), et visite une première exposition au Grand Palais intitulée “Hier pour demain : Arts, Traditions et Patrimoine”, une seconde consacrée aux faits divers au Musée des Arts et Traditions Populaires ; puis il assiste aux rendez-vous des expositions “dossier” organisées par le Musée du Louvre, et se rend enfin à la Fondation Nationale d’Arts Graphiques et Plastiques de la Rue Berryer laquelle, lors d’une manifestation intitulée “Nœuds et ligatures”, propose pour sujet de réflexion : le langage des nœuds comme forme d’écriture primordiale...38

Le rapport entre la ville et l’écriture

48Reprenant un propos de Balzac, Calvino observe la ville de Paris

  • 39 Italo CALVINO, « La città-romanzo in Balzac », in Saggi, cit., vol. I, p. 777 : « come linguaggio, (...)

comme langage, comme idéologie, comme conditionnement de toute pensée, de toute parole, et de tout geste, où les rues « impriment par leur physionomie certaines idées contre lesquelles nous sommes sans défense ».39

49Si l’observation et l’organisation de la ville, remplissent les fonctions d’éléments générateurs d’écriture et de supports à toute activité littéraire (en effet, on écrit “à partir de” l’observation de la structure de la ville ; la ville étant alors perçue comme point de départ de la réflexion et de l’écriture), la ville réelle qui conditionne l’écriture, l’activité des hommes, y compris leur activité littéraire, est à son tour organisée par cette même écriture, par cet imaginaire urbain. Il s’agit donc d’une double fonction structurante. Et lorsque Calvino écrit “sur” la ville de Paris, la ville devient à la fois sujet et objet de son écriture qui, à son tour, la structure.

  • 40 Georges PEREC, « La ville », Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 1974, p. 83.

50En fait, l’une des structures qui fascine le plus Calvino, correspond à la partie cachée de la ville, à une ville vue “à l’envers”. Peut-être en souvenir de Raymond Queneau qui contemplait « les toits de Paris, couchés sur le dos, leurs petites pattes en l’air »40 ? Mais, tandis que la vision optique de l’envers, chez Queneau, équivaut à un renversement de situation, l’envers de la ville, chez Calvino, correspond à une sorte d’étagement des surfaces, des niveaux.

  • 41 Italo CALVINO, « La città-romanzo in Balzac », in Saggi, cit., vol. I, p. 777 : « La città [è] most (...)

51Pour Calvino, l’envers de Paris est une ville souterraine, “tentaculaire”41, organisée en réseaux. Des réseaux non plus de signes, mais de lignes, de rames de métro, qui enserrent la ville.

  • 42 Italo CALVINO, « Eremita a Parigi », in Romanzi e racconti, cit., vol. III, p. 105 : « una parentes (...)

52Calvino s’attarde ainsi sur ses parcours urbains dans le métro, considérés comme une « parenthèse sous terre »42 ; des itinéraires qu’il décrit encore en se référant à ses lectures de jeunesse :

  • 43 Ibidem : « Col métro ho sempre avuto confidenza da quando nella mia gioventù arrivai a Parigi la pr (...)

Le métro m’a toujours été familier depuis que dans ma jeunesse j’arrivai pour la première fois à Paris et découvris que ce moyen de transport aussi simple à utiliser mettait la ville entière à ma disposition. Et peut-être que dans ce rapport avec le métro intervient également ma fascination pour le monde souterrain : les romans de Verne qui me plaisent le plus sont Les Indes Noires et Voyage au centre de la Terre.43

  • 44 Italo CALVINO, « Lo specchio e il bersaglio », Prima che tu dica “Pronto”, in Romanzi e racconti, c (...)

53Cet autre réseau de lignes, de voies dans lesquelles circulent les rames du métro, sera par ailleurs repris dans la nouvelle « Lo specchio e il bersaglio »44.

  • 45 Italo CALVINO, « La poubelle agréée », in Romanzi e racconti, cit., vol. III, pp. 59-79.

54Nous retrouvons cette fascination pour le monde caché dans le récit « La poubelle agréée »45, consacré au thème de la déjection, du gaspillage, avec l’image d’une poubelle vue comme objet et comme métaphore de la vie humaine en général, et plus particulièrement de notre société occidentale.

55L’image centrale de ce récit est en fait celle de l’expulsion des ordures ménagères hors des maisons, puis hors des villes : expulsion et destruction des déchets par incinération, évitant à la société, selon Calvino, de replonger dans une perspective médiévale de déchéance et de pestilence.

  • 46 Ibidem, p. 68 : « nel ricordo d’una inimmaginabile Parigi dalle vie fangose, solcate dalle rotaie d (...)

56Les éboueurs, précise Calvino, sont appelés ainsi car ce sont ceux qui ôtent la boue, « en souvenir d’un Paris inimaginable aux rues pleines de fange, labourées par les ornières des voitures... »46

57Et il fait une constatation :

  • 47 Ibidem, pp. 68-69 : « La piramide sociale continua a rimescolare le sue stratificazioni etniche : a (...)

La pyramide sociale continue à brasser ses stratifications ethniques : à Paris, désormais, le travailleur italien est devenu petit patron, l’Espagnol ouvrier qualifié, le Yougoslave maçon, la main-d’œuvre la plus simple est portugaise et quand on arrive à ceux qui font des terrassements ou balaient les rues, c’est toujours l’Afrique mal décolonisée qui lève ses yeux tristes des pavés de la métropole sans les croiser avec vos regards, comme si une distance impossible à combler nous séparait encore.47

Ou bien encore :

  • 48 Ibidem, p. 71 : « l’uomo venuto dall’Africa a svuotare la mia poubelle ».

[cet] homme venu d’Afrique pour vider ma poubelle.48

58Cette poubelle tapissée d’une feuille du journal « Le Monde », ou bien revêtue d’une feuille de papier provenant d’autres quotidiens italiens au format plus spacieux, correspond plus exactement à une enveloppe de poubelle faite de papier (avant que ne soient utilisés les sacs en plastique) qui recueille à la fois les produits de la cuisine et ceux de l’écriture, c’est-à-dire à la fois le contenu du seau des déchets et celui de la corbeille à papiers.

  • 49 Ibidem, p. 79 : « Scrivere è dispossessarsi non meno che il buttar via, è allontanare da me un mucc (...)

Écrire c’est se déposséder non moins que jeter, c’est éloigner de soi un tas de feuilles roulées en boule et une pile de feuilles écrites jusqu’au bout, les unes et les autres ne m’appartenant plus, déposées, expulsées.49

59Et nous noterons dans ce changement de plan, le passage de faits ordinaires et insignifiants de caractère quotidien, à l’écriture.

  • 50 Cf., dans ce volume, l’article de Perle Abbrugiati.
  • 51 Marco BELPOLITI, « Calvino e l’antropologia del sacrificio », in Italo Calvino le défi au labyrinth (...)

60Ce texte mériterait à lui seul une longue analyse50, à partir du moment où il est – comme nous le rappelle Marco Belpoliti dans un article consacré à l’anthropologie du sacrifice chez Calvino51 – à la fois un récit et un essai (les deux activités chez Calvino étant difficilement séparables, dans la mesure où il avait pour habitude de développer une même thématique sur différents “tableaux”, selon différentes “clefs” d’écriture) et une histoire autobiographique qui est – souligne Belpoliti – non seulement l’élément central du récit mais aussi une réflexion générale sur l’ordre des sociétés occidentales et sur les formes du comportement humain, avec une allusion explicite au thème de la défécation.

  • 52 Italo CALVINO, « La poubelle agréée », in Romanzi e racconti, cit., vol. III, p. 79 : « il vivere p (...)

61Le thème de la construction littéraire comme déjection, dissipation, rebut et sacrifice de soi, présent à la base de chaque œuvre, de chaque texte, est en effet abordé dans ce récit-essai, comme le prouvent les dernières lignes, lorsque Calvino “montre” la feuille de notes dont il a extrait ce qu’il vient d’écrire. Cette feuille se termine effectivement sur cette phrase emblématique par laquelle Calvino semble adhérer à l’idée de l’écriture comme sacrifice de soi, comme dissipation... : « vivre pour l’œuvre ; on disparaît ; il y a l’œuvre inutilisable, et moi je n’y suis plus »52.

62En fait, Calvino traite systématiquement du rapport de l’écriture à la ville, parfois sous l’angle de la création du mythe de la ville de Paris par l’écriture, parfois sous celui de la structuration d’une œuvre par la ville.

  • 53 Pierre LAROCHE, « Calvino et la ville », cit., p. 66.

63La ville de Paris, chez Italo Calvino, est également perçue comme un dictionnaire encyclopédique que l’on consulte, comme « le sommaire de l’univers »53, et les images de la ville semblent ne servir que de “pré-texte” à une réflexion sur l’histoire et la société, sur la littérature et sur l’écriture.

  • 54 Ibidem, p. 61.
  • 55 Ibidem.

64De plus, et comme le souligne Pierre Laroche, « Calvino propose une vision historicisée de la ville : produit de l’histoire, la ville est en mouvement perpétuel parce qu’elle contient en elle un mouvement perpétuel »54. Mais – ajoute-t-il – cette vision se révèle également contradictoire car si Calvino évite le « poncif de la ville sale et corrompue opposée à une nature saine et pure », la ville représente pour lui – comme nous avons pu l’entrevoir dans les textes « Eremita a Parigi » et « La poubelle agréée » – « un lieu de pollution physique et social », et en même temps, comme en témoignent d’autres textes, « un centre de civilisation, un facteur qui structure les activités humaines et parmi celles-ci l’activité de l’écriture »55.

65En effet, la ville est ressentie en tant que langage, comme témoignage culturel et historique, et de ce fait dans sa fonction structurante de l’activité littéraire, tandis que l’écriture apparaît dans sa fonction organisatrice du réel ou de l’imaginaire.

66Cette interaction entre la ville et l’écriture permet de transformer Paris tour à tour en ville-roman, en ville-bibliothèque, en ville-catalogue... et nous incite à penser que Paris se feuillette comme les pages d’un livre qui ne cesse de s’écrire. On passe constamment du monde à l’écriture, et de l’écriture au monde, le monde pouvant être lu comme un livre.

67La ville de Paris ne serait-elle alors qu’une ville de papier ?

  • 56 Françoise WAGENER, « Paris, ville de papier ? », in Le monde des livres, 25/04/70, p. 1 : « Paris – (...)

68Il semblerait que oui. Calvino, lors d’une interview, tout en constatant que « Paris était l’une des rares villes entourées de forêts », estimait que c’était aussi « l’une des plus luxuriantes villes de papier écrit du monde »56.

Haut de page

Notes

1 Italo CALVINO, « Eremita a Parigi » (1974), in Romanzi e racconti, Milano, Mondadori, « I Meridiani », 1994, vol. III, p. 104 : « A Parigi ho la mia casa di campagna, nel senso che facendo lo scrittore una parte del mio lavoro la posso svolgere in solitudine, non importa dove, in una casa isolata in mezzo alla campagna, o in un’isola, e questa casa di campagna io ce l’ho nel bel mezzo di Parigi ». Comme le précise Claudio Milanini dans ses « Note e notizie sui testi », Ibidem, pp. 1212-1213, le titre « Eremita a Parigi » se réfère à un chapitre du Castello dei destini incrociati (plus exactement de la Taverna dei destini incrociati, publiée l’année précédente avec la version définitive du Castello...) : « Nel capitolo finale del Castello – déclare effectivement Calvino en 1978 lors d’un entretien avec Daniele Del Giudice (in « Un altrove da cui guardare l’universo », Paese sera, 7 gennaio 1978) – confronto la figura dell’eremita con quella del cavaliere uccisore di draghi. Ecco, negli anni ’70 sono stato soprattutto l’eremita. In disparte, ma mica lontanissimo [...]. L’eremita ha la città sullo sfondo, per me la città resta l’Italia. Parigi è più simbolo di un altrove che un altrove. E poi sarà proprio vero che abito a Parigi ? Un discorso su me a Parigi non sono mai riuscito a farlo, ho sempre detto che invece di una casa di campagna disponevo di una casa in una città estranea ».

2 Co-fondé en France en 1960 par Raymond Queneau et François Le Lionnais, l’Oulipo ou Ouvroir de Littérature Potentielle (qui est une émanation du Collège de Pataphysique d’Alfred Jarry), est constitué d’un groupe d’hommes de lettres, de logiciens et d’informaticiens qui se donne comme but principal l’innovation systématique et formelle des contraintes dans la manipulation et dans la production littéraires.

3 Italo CALVINO, op. cit., p. 106 : « punto invisibile, anonimo che è quello da cui si scrive, ed è per questo che definire il rapporto tra il luogo in cui scrivo e la città che lo circonda mi riesce difficile. »

4 Pierre LAROCHE, « Calvino et la ville », in Italo Calvino, le défi au labyrinthe, a cura di Paolo Grossi e Silvia Fabrizio-Costa, Caen, Presses Universitaires de Caen, 1998, pp. 61-71.

5 Italo CALVINO, op. cit., p. 110 : « Devo trarre la conclusione che la mia Parigi è la città della maturità : nel senso che non la vedo più con lo spirito di scoperta del mondo che è l’avventura della giovinezza. Sono passato nei miei rapporti col mondo dall’esplorazione alla consultazione, cioè il mondo è un insieme di dati che è lì, indipendentemente da me, dati che posso confrontare, combinare, trasmettere, magari ogni tanto, moderatamente, goderne, ma sempre un po’ dal di fuori. »

6 Ibidem, p. 102 : « Da alcuni anni ho una casa a Parigi, e vi passo una parte dell’anno, ma finora questa città non compare mai nelle cose che scrivo. »

7 Ibidem : « Parigi è già stato il paesaggio interiore di tanta parte della letteratura mondiale, di tanti libri che abbiamo tutti letto, che hanno contato nelle nostre vite. Prima che una città del mondo reale, Parigi, per me come per milioni d’altre persone d’ogni paese, è stata una città immaginata attraverso i libri, una città di cui ci si appropria leggendo. Si comincia da ragazzi, coi Tre moschettieri, poi coi Miserabili ; contemporaneamente, o subito dopo, Parigi diventa la città della Storia, della Rivoluzione francese ; più tardi, nel procedere delle letterature giovanili, diventa la città di Baudelaire, della grande poesia [...], la città della pittura, la città dei grandi cicli romanzeschi, Balzac, Zola, Proust... »

8 Ibidem, p. 103 : « Parigi ha un grande spessore, ha tanta roba dietro, tanti significati. Forse mi dà un po’ soggezione : l’immagine di Parigi, dico, non la città in sé... »

9 Italo CALVINO, Il cavaliere inesistente, in Romanzi e racconti, cit., 1991, vol. I, p. 955 : « sotto le rosse mura di Parigi ».

10 Calvino qui souligne par ailleurs que dans un souci de précision géographique, l’Arioste opte pour le cœur [de la France], au nord du nombril. Italo CALVINO, « Ariosto : la struttura dell’Orlando Furioso » (1974), in Saggi, Milano, Mondadori, « I Meridiani », 1995, vol. I, p. 765 : « l’assedio di Parigi è un po’ come il centro di gravità del poema, così come la città di Parigi si presenta come il suo ombelico geografico ».

11 Ibidem : « Siede Parigi in una gran pianura / ne l’ombelico a Francia, anzi nel core ».

12 Italo CALVINO, « Il nome, il naso », Sotto il sole giaguaro, in Romanzi e racconti, cit., vol. III, pp. 113-126.

13 Italo CALVINO, « Guarda in basso dove l’ombra s’addensa », Se una notte d’inverno un viaggiatore, in Romanzi e racconti, cit., 1992, vol. II, pp. 710-721.

14 Italo CALVINO, « La mano che ti segue », in Italo Calvino. Enciclopedia : arte, scienza e letteratura, a cura di Marco Belpoliti, « Riga » n° 9, Milano, Marcos y Marcos, 1995, pp. 98-101.

15 Ibidem, p. 101 : « Non s’impressioni tanto — così i poliziotti cercano di calmare la ragazza sconvolta — ogni settimana a Parigi vengono ritrovati qualche mano o qualche piede che non si sa di chi sia e che nessuno viene a reclamare ».

16 Italo CALVINO, « La filosofia di Raymond Queneau » (1981), in Saggi, cit., vol. I, pp. 1410-1430.

17 Georges PEREC, Perec/rinations, Zulma, « Grain d’orage », 1997, 94 pages (Initialement publiées au cours des années 1980 et 1981).

18 Italo CALVINO, « La città-romanzo in Balzac » (1973), in Saggi, cit., vol. I, pp. 775-781.

19 Ibidem, p. 775 : « Far diventare romanzo una città : rappresentare i quartieri e le vie come personaggi dotati ognuno d’un carattere in opposizione con gli altri ; evocare figure umane e situazioni come una vegetazione spontanea che germina dal selciato di queste o quelle vie, o come elementi di così drammatico contrasto con esse da provocare cataclismi a catena ; far sì che in ogni mutevole momento la vera protagonista sia la città vivente, la sua continuità biologica, il mostro-Parigi : questa l’impresa cui Balzac nel momento in cui comincia a scrivere Ferragus si sente chiamato. »

20 Ibidem, p. 777 : « una specie d’enciclopedia parigina in cui trovino posto il trattatello sul seguire le donne per strada, il quadretto di genere [...] dei passanti sorpresi dalla pioggia, la classificazione dei vagabondi, la satira della febbre edilizia che ha preso la capitale, la caratterizzazione della “grisette”, la registrazione del parlato delle varie categorie… »

21 Italo CALVINO, « Eremita a Parigi », in Romanzi e racconti, cit., vol. III, p. 107 : « una gigantesca opera di consultazione ».

22 Ibidem, p. 107 : « Potrei dire allora che Parigi [...] è una città che si consulta come un’enciclopedia : ad apertura di pagina ti dà tutta una serie d’informazioni, d’una ricchezza come nessuna altra città. Prendiamo i negozi, che costituiscono il discorso più aperto, più comunicativo che una città esprime : tutti noi leggiamo una città, una via, un tratto di marciapiede seguendo la fila dei negozi. Ci sono negozi che sono capitoli di un trattato, negozi che sono voci d’una enciclopedia, negozi che sono pagine di giornale. »

23 Ibidem, pp. 107-108 : « è anche soprattutto il trionfo dello spirito della classificazione, della nomenclatura. Ecco che se domani mi metto a scrivere di formaggi, posso uscire a consultare Parigi come grande enciclopedia dei formaggi. Oppure a consultare certe drogherie in cui si riconosce ancora quello che era l’esotismo del secolo scorso, un esotismo mercantile del primo colonialismo, diciamo uno spirito da esposizione universale. »

24 Italo CALVINO, « Il museo dei formaggi », Palomar, in Romanzi e racconti, cit., vol. II, pp. 933-936.

25 Italo CALVINO, « La poubelle agréée » (1977), in Romanzi e racconti, cit., vol. III, p. 75 : « la sporta della spesa pende [...] soprattutto da braccia d’uomini, o almeno così sembra all’italiano abituato a vedere al suo paese i mercati frequentati essenzialmente dalle donne, e qui torna a comprendere come il portar cibo sia la prima mansione del governo della casa. »

26 Italo CALVINO, « Il museo dei formaggi », Palomar, in Romanzi e racconti, cité, vol. II, p. 933 : « l’eredità d’un sapere accumulato da una civiltà attraverso tutta la sua storia e geografia. »

27 Ibidem, p. 934 : « un’enciclopedia a un autodidatta ».

28 Ibidem, pp. 934-935 : « una classificazione a seconda delle forme – a saponetta, a cilindro, a cupola, a palla –, a seconda della consistenza – secco, burroso, cremoso, venoso, compatto –, a seconda dei materiali estranei coinvolti nella crosta o nella pasta – uva passa, pepe, noci, sesamo, erbe, muffe –,… »

29 Ibidem, p. 935 : « una scala di gusti e preferenze e curiosità ed esclusioni. »

30 Ibidem : « la lingua è il sistema dei formaggi nel suo insieme : una lingua la cui morfologia registra declinazioni e coniugazioni in innumerevoli varianti, e il cui lessico presenta una ricchezza inesauribile di sinonimi, usi idiomatici, connotazioni e sfumature di significato, come tutte le lingue nutrite dall’apporto di cento dialetti. È una lingua fatta di cose ; la nomenclatura ne è solo un aspetto esteriore, strumentale. »

31 Italo CALVINO, « Un chilo e mezzo di grasso d’oca », Palomar, in Romanzi e racconti, cit., vol. II, p. 932 : « trasforma ogni vivanda in un documento della storia della civiltà, in un oggetto da museo. »

32 Italo CALVINO, « Eremita a Parigi », in Romanzi e racconti, cit., vol. III, p. 109 : « anche il cinema [...] è museo, o enciclopedia da consultare, non solo per la quantità di film della Cinémathèque, ma per tutta la rete degli Studios del Quartiere Latino... »

33 Ibidem, p. 108 : « leggere la città come inconscio collettivo ».

34 Ibidem : « L’inconscio collettivo è un grande catalogo, un grande bestiario ; possiamo interpretare Parigi come un libro dei sogni, come un album del nostro inconscio, come un catalogo di mostri. »

35 Ibidem : « [che si apre] alle sue consultazioni con i bestiari del Jardin des Plantes, i serpentari e i rettilarii in cui si crogiolano iguane e camaleonti, una fauna da ere preistoriche, e insieme la grotta dei draghi che la nostra civiltà si porta dietro. »

36 Ibidem, p. 109 : « Dunque un altro modo ancora di vedere questa città : come un gigantesco ufficio degli oggetti smarriti, un po’ come la Luna nell’Orlando furioso dove si raccoglie tutto ciò che è stato perduto al mondo. »

37 Ibidem : « accumula e classifica e ridistribuisce, in cui si può cercare come in un terreno di scavo archeologico. »

38 Italo CALVINO, « Ditelo coi nodi » (1983), Collezione di sabbia, in Saggi, cit., vol. I, pp. 469-472.

39 Italo CALVINO, « La città-romanzo in Balzac », in Saggi, cit., vol. I, p. 777 : « come linguaggio, come ideologia, come condizionamento d’ogni pensiero e parola e gesto, dove le vie “impriment par leur physionomie certaines idées contre lesquelles nous sommes sans défense” ».

40 Georges PEREC, « La ville », Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 1974, p. 83.

41 Italo CALVINO, « La città-romanzo in Balzac », in Saggi, cit., vol. I, p. 777 : « La città [è] mostruosa come un gigantesco crostaceo di cui gli abitanti non sono che le articolazioni motorie. »

42 Italo CALVINO, « Eremita a Parigi », in Romanzi e racconti, cit., vol. III, p. 105 : « una parentesi sottoterra ».

43 Ibidem : « Col métro ho sempre avuto confidenza da quando nella mia gioventù arrivai a Parigi la prima volta e scopersi che questo mezzo di trasporto così semplice da usare mi metteva la città intera a disposizione. E forse in questo mio rapporto col métro entra anche il fascino del mondo sotterraneo : i romanzi di Verne che mi piacciono di più sono Le Indie Nere e il Viaggio al centro della Terra. »

44 Italo CALVINO, « Lo specchio e il bersaglio », Prima che tu dica “Pronto”, in Romanzi e racconti, cit., vol. III, pp. 283-289.

45 Italo CALVINO, « La poubelle agréée », in Romanzi e racconti, cit., vol. III, pp. 59-79.

46 Ibidem, p. 68 : « nel ricordo d’una inimmaginabile Parigi dalle vie fangose, solcate dalle rotaie delle carrozze... »

47 Ibidem, pp. 68-69 : « La piramide sociale continua a rimescolare le sue stratificazioni etniche : a Parigi ormai il lavoratore italiano è diventato padroncino, lo spagnolo operaio qualificato, l’jugoslavo muratore, la mano d’opera più grezza è portoghese, e quando s’arriva a chi spala terra o spazza le strade è sempre la maldecolonizzata Africa che leva i suoi occhi tristi dal selciato della metropoli senza incrociarli coi tuoi sguardi come se una distanza incolmabile ci separasse ancora. »

48 Ibidem, p. 71 : « l’uomo venuto dall’Africa a svuotare la mia poubelle ».

49 Ibidem, p. 79 : « Scrivere è dispossessarsi non meno che il buttar via, è allontanare da me un mucchio di fogli appallottolati e una pila di fogli scritti fino in fondo, gli uni e gli altri non più miei, deposti, espulsi. »

50 Cf., dans ce volume, l’article de Perle Abbrugiati.

51 Marco BELPOLITI, « Calvino e l’antropologia del sacrificio », in Italo Calvino le défi au labyrinthe, cit., pp. 73-90.

52 Italo CALVINO, « La poubelle agréée », in Romanzi e racconti, cit., vol. III, p. 79 : « il vivere per l’opera : ci si perde : c’è l’opera inservibile, non ci sono più io. »

53 Pierre LAROCHE, « Calvino et la ville », cit., p. 66.

54 Ibidem, p. 61.

55 Ibidem.

56 Françoise WAGENER, « Paris, ville de papier ? », in Le monde des livres, 25/04/70, p. 1 : « Paris – affirmait-il – est l’une des plus luxuriantes villes de papier écrit du monde, elle est aussi l’une des rares villes entourées de forêts ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Barral, « Le Paris d’Italo Calvino », Cahiers d’études romanes, 6 | 2001, 331-348.

Référence électronique

Sylvie Barral, « Le Paris d’Italo Calvino », Cahiers d’études romanes [En ligne], 6 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/251 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.251

Haut de page

Auteur

Sylvie Barral

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org