Navigation – Plan du site
Miroir du poète amoureux

Paris vu par Jaime Gil de Biedma

Estrella Massip i Graupera
p. 199-211

Résumés

Le poème París, postal del cielo de l’écrivain barcelonais en langue castillane Jaime Gil de Biedma (1929-1990) laisse entendre une multiplicité de voix dont chacune nous communique une image de Paris. C’est la mémoire du « je » poétique qui filtre cette polyphonie. Le voyage dans le Paris réel qui est à l’origine du poème est aussi le voyage de Gil de Biedma lecteur dans le double littéraire de cette ville. Les rapports intertextuels avec les œuvres de Blas de Otero et de Baudelaire permettent au poète d’une part d’introduire dans son texte une dose de critique sociale et d’autocritique, d’autre part de peindre un Paris qui agit dans le poème non pas comme le simple scénario urbain d’une histoire d’amour mais comme un protagoniste de premier ordre. La pluralité de voix et d’images qui parcourt le poème est celle même qui tisse l’œuvre entière, significativement intitulée : Las personas del verbo.

Haut de page

Texte intégral

1Je vais essayer de contribuer modestement à cette table ronde sur « Paris vu par les écrivains » en m’intéressant au Paris de Jaime Gil de Biedma, écrivain barcelonais de langue castillane né en 1929 et mort en 1990.

2Avant tout je vais présenter brièvement l’œuvre de cet écrivain.

3Gil de Biedma est principalement connu par sa production poétique, production qui se situe entre 1959 et 1968 et qui comprend trois recueils. En 1959 il publia Compañeros de viaje, œuvre qui s’inscrit dans ce que l’on a appelé “poésie sociale”. Ensuite, Moralidades (1966) et Poemas Póstumos (1968), ont un caractère plus individualiste et sont influencés par la poésie anglo-saxonne. Ces trois recueils furent réunis en 1975 dans le livre intitulé Las personas del Verbo.

4Jaime Gil de Biedma consacra aussi une partie de son travail d’écrivain à la prose. En 1974 il publia le journal intime Diario del artista seriamente enfermo où il présente avec beaucoup d’ironie un panorama intellectuel de la génération des années cinquante. Ce journal fut complété avec la publication posthume en 1991 de Retrato del artista en 1956. Il s’intéressa aussi à la critique littéraire. Dans ce domaine il faut souligner l’essai intitulé Cántico : el mundo y la poesía de Jorge Guillén (1960) et le prologue de la traduction du livre d’Eliot, Función de la poesía, función de la crítica (1955).

  • 1 Jaime GIL DE BIEDMA, Las personas del verbo, Barcelona, Lumen, 1988, p. 98.

5Parmi cette œuvre diverse nous trouvons un poème qui donne une image de Paris. Il s’agit du septième poème du recueil Moralidades (1966) intitulé « París, postal del cielo »1. Il sera l’objet de notre étude. Certes par rapport aux œuvres en prose qui ont été étudiées par mes collègues lors des différentes séances de cette table ronde, il s’agit ici d’un seul poème, mais j’ai voulu en parler car l’image de Paris qu’il véhicule est extrêmement intéressante. En effet, malgré la brièveté de cette composition, la vision que le poète nous offre de Paris est très riche. Sa signification dépasse les limites du poème et atteint toute l’œuvre poétique de Jaime Gil de Biedma.

  • 2 J’emploie ici la terminologie utilisée par J.-M. ADAM dans son étude sur la poésie intitulé Pour li (...)

6Au premier abord le titre du poème, « París postal del cielo » (Paris carte postale du ciel) inscrit celui-ci dans un contexte géographique précis. Ce titre a, comme nous le vérifierons par la suite, une fonction cataphorique2, c’est-à-dire qu’il annonce d’emblée le « contenu » du poème : l’image de Paris que nous allons y trouver.

  • 3 Jean CHEVALIER, Alain GHEERBANT, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont/Jupiter, col. Bou (...)

7Paris est déterminé par le syntagme apposé « postal del cielo ». La ville est assimilée à une carte postale du ciel. Dans ce cas il ne s’agit pas du ciel physique de Paris, mais d’un ciel figuré. Le mot « cielo » renvoie à l’expression castillane “estar en el (séptimo) cielo” qui signifie “estar muy bien o muy a gusto” (être très bien, très à l’aise). Il s’agit de l’équivalent français “être au septième ciel” c’est à dire être dans le ravissement, au comble du bonheur. Dans beaucoup de cultures le ciel représente le séjour des dieux et des puissances surnaturelles. Dans l’Apocalypse3, le ciel est la demeure de Dieu. En castillan il existe aussi l’expression “ganar el cielo”. Dans ce contexte, accéder au ciel signifie aussi atteindre le Paradis, le lieu de séjour des bienheureux, des élus à qui est accordé la vie éternelle. Au sens figuré parler du Paradis c’est parler d’un état de bonheur parfait, d’un séjour enchanteur, signification qui renvoie à celle que nous avons vue pour ciel. Le mot « cielo » est donc ici employé comme synonyme du mot « paraíso ».

8Dans le poème qui nous occupe le mot « cielo » du titre se fait écho de toutes ces significations. Le poème s’ouvre donc avec une référence très positive de Paris. Il est désigné par le poète comme l’endroit du bien-être et du bonheur absolu. Paris est l’image (comme celle d’une carte postale) du ciel, du Paradis.

  • 4 Blas de OTERO, Con la inmensa mayoría, Buenos Aires, Losada, 1960, p. 94.

9Le poème s’intitule « París postal del cielo », or le lecteur initié s’aperçoit que le poète a emprunté ces mots à Blas de Otero, poète né à Bilbao en 1916 et mort à Madrid en 1979. En effet « París, postal del cielo » reprend un vers du poème de Blas de Otero intitulé « Esta villa se lleva la flor »4, le douzième poème du recueil En castellano de 1959 :

  • 5 « Cette ville est la meilleure. I. Paris carte postale du ciel / signée par la Seine. II. Oui, oui… (...)

ESTA VILLA SE LLEVA LA FLOR
I

París, postal del cielo
Firmada por el Sena.

II
Sí, sí…
París, París, para los señoritos.5

10Il s’agit de la présence d’un texte dans un autre, de la voix poématique d’un poème dans un autre. Dès le titre du poème nous avons donc deux voix qui apparaissent. Ce vers est greffé dans le poème de Jaime Gil de Biedma sans aucune marque typographique qui l’indique. Comme le dit Antoine Compagnon nous avons ici :

  • 6 Antoine COMPAGNON, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, p. 68.

…un énoncé répété et une énonciation répétante : en tant qu’énoncé, elle a un sens, l ’idée qu’elle exprime dans son occurrence première (t dans S1) ; en tant qu’énoncé répété, elle a également un sens, l’ « idée » qu’elle exprime dans son occurrence seconde (t dans S2). Rien ne permet d’affirmer que ces sens sont les mêmes ; au contraire, tout laisse supposer qu’ils sont différents, que le second porte au moins une marque de l’incitation, quelque « idée de répétition »…6

11Nous avons déjà vu quel était le sens dénoté de l’énoncé du titre du poème de Gil de Biedma dans un premier temps et pour le lecteur qui ignore l’origine de ces mots. Il nous reste à voir quel est le sens de l’énoncé répété dans son texte d’origine et comment l’énonciation répétante se voit affectée dans son sens, c’est-à-dire comment le sens du poème est enrichi par les sens connotés.

12Pour ce faire il convient de situer d’abord le poète Blas de Otero par rapport à Gil de Biedma. La poésie de cet écrivain basque qui écrit en langue castillane part du mysticisme, dans Cántico espiritual (1942), et évolue vers une poésie engagée dont le sujet principal est ce qu’on appelle le problème de l’Espagne. Son œuvre, surtout Pido la paz y la palabra (1955), a beaucoup influencé les jeunes poètes qui l’ont suivi. Blas de Otero était en effet le prédécesseur immédiat de la génération de poètes qu’on appelle Génération poétique des années 50 à laquelle appartenait Gil de Biedma. Cette génération des années 50 a été aussi appelée deuxième génération de poésie sociale. Pour Jaime Gil de Biedma Blas de Otero a été un point de référence inéluctable.

13Dans le poème de Blas de Otero la ville de Paris est mise en rapport avec les « señoritos ». Ce mot s’applique de manière péjorative aux jeunes gens de famille aisée, c’est-à-dire à ceux qu’on appelle « fils à papa ». Le mot « señoritos » introduit ici une critique vis-à-vis de ces jeunes riches. Paris est donc connoté négativement. Lorsque Gil de Biedma reprend ce vers de Blas de Otero il se fait indirectement écho de cette attitude critique.

14Dans le poème « En el nombre de hoy » qui ouvre le livre Moralidades Gil de Biedma fait référence directe à Blas de Otero en le considérant comme un « compañero de viaje » (compagnon de voyage, camarade de voyage). Ce poème plein d’humour sert de dédicace à tous ceux qui vont lire. L’auteur s’adresse d’abord à ses parents de manière ironique, ensuite à la personne qu’il aime de manière exagérément romantique, ensuite aux amis, aux compagnons de voyage.

15La quatrième strophe contient le nom de tous ceux qu’il considère comme des amis et des compagnons de voyage. À l’époque l’expression “compañeros de viaje” désignait tous ceux qui étaient sympathisants du Parti Communiste. Gil de Biedma en était un (il faut rappeler qu’il voulut entrer au parti mais qu’il n’y fut pas accepté).

16Pour Gil de Biedma la référence aux compagnons de voyage est pleine de signification : elle inclut tous ceux qui ont partagé avec lui l’amitié, la complicité littéraire et l’engagement politique et social. La poésie était pour eux aussi une arme de lutte politique ou sociale :

Finalmente a los amigos,
Compañeros de viaje,
Y sobre todos ellos
A vosotros, Carlos, Angel,
Alfonso y Pepe (Caballero)
Y a mi sobrino Miguel,
Joseagustín y Blas de Otero,

A vosotros pecadores
Como yo, que me avergüenzo
De los palos que no me han dado,
Señoritos de nacimiento
Por mala conciencia escritores
De poesía social
,
Dedico también un recuerdo, y a la afición en general.
(« En el nombre de hoy », vv. 25-40)

17Nous trouvons ici à nouveau la référence aux « señoritos ». Ses camarades sont comme lui des poètes engagés (“escritores de poesía social”) mais ils sont également des « señoritos ». Ces allusions servent à exprimer la mauvaise conscience qui est à l’origine de l’acte d’écrire. Lorsque dans le titre le poète reprend le vers de Blas de Otero, Paris n’est pas simplement celui du bonheur, c’est aussi celui des fils à papa comme lui. Le sens connoté du titre laisse donc apparaître dans le poème de Gil de Biedma une certaine critique sociale et une autocritique. Ceci, comme nous le verrons par la suite, sera confirmé par le poème.

18Le titre « París, postal del cielo » renvoie également le lecteur aux « Tableaux parisiens » des Fleurs du Mal de Baudelaire. Jaime Gil de Biedma était un grand admirateur de Baudelaire. Son œuvre poétique est pleine de références à celui-ci. Il en reprend même des vers entiers. Dans le cas qui nous occupe le mot “carte postale” renvoie directement à celui de “tableau”. Dans les deux cas il s’agit d’une image de Paris. Or, comme nous le verrons plus loin, ce rapport intertextuel ne se limitera pas simplement à un simple écho dans la signification des mots du titre. Dans une certaine mesure le Paris de Baudelaire et celui de Gil de Biedma se rejoindront.

19Le poème s’ouvre par deux vers d’introduction (vv.1-2) qui présentent et résument l’anecdote autour de laquelle va se construire le texte : le séjour du poète à Paris. Le “je” poétique exprime que lui aussi a été à Paris et qu’il y a été heureux.

Ahora voy a contaros
cómo también estuve en París, y fui dichoso.
(vv.1-2)

20La connotation de bonheur et de Paradis que l’adjectif « ciel » du titre introduit est ici réactivée par le mot « dichoso » (heureux). Il s’agit d’un synonyme qu’on emploie souvent lorsque “bienaventurado” (“afortunado”) s’applique à ceux qui jouissent du Paradis.

21Le poème débute par un adverbe de temps qui renvoie au temps de la narration, au temps du discours et au temps de l’énonciation.

22Le présent (« voy ») va s’opposer aux passés simples qui suivent (« estuve », « fui »). Cette opposition présent/passé permettra l’accès au souvenir.

23Le “je” poétique qui apparaît à travers le verbe à la première personne du singulier (« voy ») s’inscrit dans le poème comme narrateur (je vais vous raconter) d’une expérience autobiographique. Le “je” poétique deviendra donc le protagoniste poématique (« Yo también estuve en París »). Il va parler de son expérience parisienne à travers le filtre de la mémoire.

24L’anecdote qui est à l’origine de ce poème remonte aux années 1953-1954. En effet, avant d’écrire ce poème en 1960, Jaime Gil de Biedma séjourna à Paris à deux reprises : entre juillet et septembre 1953, après un séjour en Angleterre (Oxford) et pendant l’été 1954. Il faut souligner qu’à la même époque deux autres membres de celle que l’on a appelée l’École Poétique de Barcelone ont été également à Paris. Comme Jaime Gil de Biedma, les poètes José Agustín Goytisolo et Carlos Barral y ont séjourné en 1953.

  • 7 Gonzalo SOBEJANO, « Señales de Europa en la poesía de Jaime Gil de Biedma », Las Nuevas Letras 9, 1 (...)

25Gonzalo Sobejano7 raconte que pendant les premières années du franquisme, et même ensuite, c’était une obsession fréquente des jeunes Espagnols de vouloir sortir d’Espagne. Le désir de visiter Paris était particulièrement aigu. Dans beaucoup de romans de l’époque ou sur l’époque on trouve des références à une idylle – enfin libre – dans la capitale française. Il pense, par exemple à Señas de identidad, Recuento, La cólera de Aquiles ou à El río de la Luna.

  • 8 Carme RIERA, La escuela de Barcelona, Barcelona, Ed. Anagrama, 1988 , pp. 98-99.

26Carme Riera dit aussi dans son livre La escuela de Barcelona8 qu’entre 1951 et 1953 c’était la période des premiers grands voyages à l’étranger. Pour ces intellectuels Paris était une destination obligée, non pas seulement à cause du prestige artistique accumulé entre les XIXe et XXe siècles, mais aussi parce que c’était l’endroit où vivaient et où militaient quelques dirigeants du parti communiste partis en exil pendant la guerre civile espagnole de 1936-1939 ou après celle-ci. Paris était également le Paris de Sartre et de Juliette Greco, des « blousons noirs » et de la « vie en rose ». Paris représentait la possibilité d’accéder à une culture normalisée, d’avoir des livres sans avoir besoin de passer par la contrebande, de lire sans difficultés ni limitations. Paris, enfin, était l’endroit où l’on pouvait mener une vie où, contrairement à ce qui se passait en Espagne, le plaisir de la chair n’était pas soumis au poids de la morale catholique, mais où la morale était beaucoup plus permissive. Paris était pour ces jeunes intellectuels des années cinquante un mythe et une source de nostalgie. Cette ville était devenue un sujet topique central des conversations de ces jeunes qui aimaient se réunir pour discuter de poésie, de politique… (“las tertulias”).

27C’est justement à ces camarades de conversation que semble s’adresser Jaime Gil de Biedma. En effet, il ouvre le poème sur un ton conversationnel (« voy a contaros ») en s’adressant à une deuxième personne du pluriel (« vosotros »). L’image et l’expérience qu’il va donner de Paris semblent donc répondre à une attente générationnelle.

28Dans le troisième vers la voix poétique commence sa narration :

Eran los buenos años de mi juventud
los años de la abundancia
del corazón, cuando dejar atrás padres y patria
es sentirse más libre para siempre, y fue
en verano, aquel verano
de la huelga y las primeras canciones de Brassens,
y de la hermosa historia
de casi amor.
(vv.3-10)

29Le verbe à l’imparfait qui ouvre le vers (« Era… ») structure du point de vue du temps toute la strophe : c’est le moment du souvenir.

30Le poète présente d’abord un temps personnel, celui de sa jeunesse (« años de mi juventud »). Ce temps est vu à partir du présent de l’énonciation et il est caractérisé positivement par l’adjectif « buenos ».

31Par la suite le mot « años » est répété et accompagné d’un complément de nom qui contient le mot « abundancia » (abondance). À son tour ce complément est complété par un autre complément du nom, « el corazón » (du cœur).

32L’enjambement entre les vers 4 et 5 crée une fausse attente chez le lecteur. Il s’attend à une abondance matérielle, or il s’agit ici d’une abondance spirituelle. En effet, en castillan, lorsqu’on parle de « años de abundancia » on associe cette expression à l’abondance matérielle, à l’abondance d’argent qui permet de vivre aisément. Mais ici il s’agit de celle du cœur. De plus ce complément du nom, « del corazón », introduit une nuance sentimentale dans le poème. Celle-ci est doublement mise en relief, d’une part par l’enjambement et d’autre part par la fausse attente du lecteur.

33Il faut dire encore que cette fausse attente est aussi en partie intensifiée par le titre du poème. En effet le titre, comme nous l’avons vu renvoie au poème de Blas de Otero, « Esta villa se lleva la flor », et dans celui-ci Paris est associé aux « señoritos », aux jeunes gens de bonne famille qui vivent dans l’abondance. Le « je » poétique semble donc se redéfinir par rapport à ces « señoritos » de Blas de Otero : on dirait qu’il veut prendre ses distances par rapport à l’abondance matérielle dans laquelle il a vécu et donner la priorité aux valeurs liées au sentiment. Jaime Gil de Biedma était lui-même un « señorito ». C’est une manière de se détacher de ce monde bourgeois auquel il appartenait et avec lequel il entretenait des rapports apparemment conflictuels.

34Dans les vers 5 et 6 le “je” poétique explique qu’il quitte ses parents et sa patrie (souvenons-nous qu’il s’agit de celle de la dictature franquiste, dominée par le poids de l’univers réactionnaire catholique).

35Ce séjour à Paris lui permet de se sentir libre. Il ne dit pas simplement « libre » mais « más libre para siempre » (« plus libre pour toujours »). En fait, pour le “je” poétique, ce séjour à Paris représente une sorte de passage. Il lui permettra de vivre autrement dorénavant avec une nouvelle conscience face à la vie. Paris est donc associé à un temps passé et positif. Le Paris décrit par Gil de Biedma répond aux attentes du Paris rêvé par toute sa génération : c’est le Paris de la liberté et de l’amour libéré.

36Le vers 5 finit avec un passé simple « fue » (fut) qui marque une pause à travers l’enjambement. Cette pause permet de passer du temps personnel à un temps de la nature (celui des saisons) et historique. En effet, Paris est défini par rapport à deux événements historiques : la grève (il fait probablement allusion aux mouvements violents de revendication dans la campagne française de 1953) et les premières chansons de Brassens (lancé en 1952).

37Parmi tout ce qu’il a pu vivre à Paris il ne choisit que deux événements historiques. Le premier est un événement aux répercussions politiques et sociales importantes, une grève représentant la possibilité de s’opposer au gouvernement, un acte de liberté impossible dans l’Espagne franquiste de l’époque. Le deuxième événement, culturel et social est également significatif du point de vue de la liberté : la possibilité de s’exprimer librement en dépit de la morale. En effet les chansons de Georges Brassens signifiaient une rupture où l’ordre établi (les militaires, la police, les juges, les bourgeois, etc.) était malmené. De plus il employait des mots crus qui à l’époque étaient tabous sur les planches.

38Un troisième événement vient s’ajouter : une belle histoire de “presque” amour. Bien que les acteurs de cette histoire ne soient pas directement identifiés, nous pouvons imaginer qu’il s’agit d’une histoire vécue par le protagoniste poématique. En effet la référence au cœur du vers 5 semble le confirmer. Or il faudra attendre la suite du poème pour le vérifier. Cette appréciation subjective introduite par l’adverbe “presque” semble être éprouvée au moment du présent de l’énonciation. 

39Dans ces vers l’image que nous avons de Paris est donc construite par rapport à une expérience personnelle et à des référents culturels et sociaux, à partir de deux éléments qui deviennent emblématiques de ce que représentait Paris pour l’imaginaire de cette génération. La référence à Paris n’est pas un simple décor mais elle témoigne d’une conscience sociale et politique à la recherche de la liberté (pensons au vers 6 : quitter la famille et le pays était pour eux se sentir plus libres pour toujours).

40Le vers 11 commence par un adverbe « aún » qui nous renvoie au présent de l’énonciation, au présent depuis lequel est évoqué le souvenir :

Aún vive en mi memoria aquella noche,
recién llegado. Todavía contemplo,
bajo el Pont Saint-Michel, de la mano, en silencio,
la gran luna de agosto suspensa entre las torres
de Notre Dame, y azul
de un imposible el río tantas veces soñado
It’s too romantic, como tú me dijiste
al retirar los labios.
(vv.11-18)

41Cette strophe introduit une histoire amoureuse personnelle qui renvoie au « corazón » du vers 5 et à « casi amor » du vers 10. C’est autour de cette histoire que le reste du poème s’organisera.

42Le poète se situe du point de vue du temps dans la nuit (« aquella noche »). Il faut souligner la valeur laudative du déterminant démonstratif « aquella » (celle-là). Il s’agit d’une nuit d’été. Il vient d’arriver à Paris (« recién llegado »). Le “je” poétique nous raconte donc ses premières impressions de ce Paris.

43Dans les vers qui suivent il va décrire le scénario de son histoire amoureuse. Comme dans les Tableaux parisiens de Baudelaire ce tableau de Paris contemplé par le protagoniste poématique est rapporté à partir du présent de l’énonciation à travers le filtre de la mémoire.

44Il s’agit d’un scénario topique d’un « Paris de carte postale » : le paysage de Paris qui permet la rencontre amoureuse par excellence.

45Nous avons en premier lieu la référence directe au Pont Saint-Michel, référence que nous trouvons aussi chez Carlos Barral, un autre poète de la génération de Gil de Biedma. Ensuite le “je” poématique parle des tours de Notre-Dame de Paris. La description de la grande lune suspendue entre les deux tours complète ce paysage idyllique, idéal pour la rencontre amoureuse. La lune agit ici comme métonymie du ciel. Elle renvoie à l’image de Paradis du titre. Un dernier élément de ce Paris topique est celui de la Seine, ici désignée indirectement à travers la périphrase « el río tantas veces soñado de un azul imposible ». Le syntagme « tantas veces soñado » appliqué à la Seine, qui est évoquée à travers cette périphrase, renvoie au Paris mythique qui hantait l’imaginaire des jeunes intellectuels espagnols.

46Le vers 17 commence par une phrase au discours direct. Ce sont les mots qui furent prononcés par l’amant du protagoniste poématique : « It’s too romantic » (c’est si romantique). Cette phrase rapportée dans le poème dramatise la scène. La voix du “je” poétique partage les mots prononcés par une autre voix et s’en fait écho. L’image de Paris est véhiculée à travers un autre point de vue, celui d’une autre voix.

  • 9 Voir A. CABANILLES et J. FALCO, « Hacia una lectura de las Personas del Verbo (« París postal del c (...)

47Ce paysage ne se limite pas à être un simple scénario, il contribue à l’ambiance et aux sentiments du couple d’amoureux. Paris participe et est solidaire de cet amour. Ce vers avec son ambiance romantique, le vers précédent avec l’adjectif hyperbolique « impossible » qui caractérise le bleu de la Seine, donnent une nuance d’irréalité à la scène9. Tout cela contribue à créer ce scénario idéal pour la rencontre amoureuse.

48Le « je » poétique est témoin de ce paysage. Dans ce sens, comme nous l’avons dit auparavant, il rejoint l’attitude de la voix poématique des poèmes des « Tableaux parisiens » de Baudelaire. Dans Les fleurs du mal, bien que l’image de Paris soit très différente de celle que nous offre le poème de Gil de Biedma, Paris participe aussi de l’ambiance et des sentiments de la voix poématique.

49La narration du séjour à Paris s’arrête au vers 19.

¿En qué sitio perdido
de tu país, en qué rincón de Norteamérica
y en el cuarto de quién, a las horas más feas,
cuando sueñes morir no te importa en qué brazos,
te llegará lo mismo
que ahora a mí me llega, ese calor de gentes
y la luz de aquel cielo rumoroso
tranquilo, sobre el Sena ?
(vv.19-26)

50Maintenant la voix poétique se place à nouveau dans le présent de l’énonciation (« ahora me llega ») par rapport à un temps habité par le destinataire « tú ». Il se demande quand son interlocuteur (celui avec qui il vécut cet amour à Paris) rêvera, comme lui, de ce passé, se souviendra de lui.

51L’espace occupé par ce « tú » est l’Amérique du Nord, la chambre d’un inconnu à des heures « feas » (laides). Il s’agit d’un espace supposé et réel défini négativement, par opposition à ce Paris idyllique du souvenir (« calor de gentes », « luz de aquel cielo rumososo tranquilo ») qui renvoie à « fui dichoso » du vers 2.

52La vision de Paris est utilisée pour mettre en relief l’insatisfaction présente. Dans ce cas Gil de Biedma, comme dans beaucoup de ses poèmes, peint un présent frustrant qui s’oppose à un passé heureux.

53Au vers 22 le locuteur assimile l’image de Paris dont il vient de se souvenir à celle d’un rêve.

Como sueño vivido hace ya mucho tiempo,
como aquella canción
de entonces, así vuelve al corazón,
en un instante, en una intensidad, la historia
de nuestro amor
confundiendo los días y sus noches,
los momentos felices,
los reproches
(vv.27-34)

54Dans ces vers il reprend les éléments apparus dans le poème : chanson, cœur, souvenir, histoire d’amour (« canción », « corazón », « historia de nuestro amor »). Le passé apparaît comme un rêve. Il est associé à des chansons. Il y a une distance entre le présent de l’énonciation du souvenir et le passé, distance qui fait que tout se mêle, jours et nuits, moments de bonheur et de reproches (reproches qui étaient annoncés par l’adverbe « casi » lorsqu’il parle de son histoire « de presque amour » au vers 10). La référence aux reproches introduit une nuance négative dans ce Paris évoqué. Mais ceux-ci perdent de l’importance par le brouillage du souvenir.

55Le poème finit par deux vers qui renvoient au passé. Dans ces deux derniers vers le “je” poétique y retourne à nouveau à travers le souvenir d’un déplacement en métro sur la ligne Étoile-Nation, référence précise et réelle, vers une rencontre amoureuse.

y aquel viaje – camino de la cama –
en un vagón del Metro Étoile-Nation
(vv.35-36)

56De toute la confusion et du brouillage inévitable du souvenir se détachent des moments-clés comme celui-ci. Le poème se termine par l’évocation du moment de la rencontre physique.

57Paris est donc l’espace de l’histoire d’amour entre ce « je » et « tu ». C’est un espace partagé, décrit par le « je » poétique et en même temps par son amant. La vision de ce dernier est filtrée et partagée par le « je » poétique rapporteur.

58« París, postal del cielo » est, comme nous l’avons vu, un poème où se laissent entendre une multiplicité de voix et chaque voix donne une vision de Paris. Cette polyphonie de voix et cette pluralité d’images sont filtrées par le souvenir du « je » poétique. Un « je » qui se veut rapporteur de son expérience personnelle et individuelle : son histoire d’amour à Paris. Cependant il dépasse le caractère individuel du voyage pour l’inscrire dans un cadre plus large : l’expérience partagée par toute une génération, celui de l’expérience rêvée et désirée (pensons au « maintenant je vais vous raconter comment moi aussi j’ai été à Paris » des premier vers, qui donne un caractère conversationnel et dialogique au texte).

59De la profusion d’expériences que le poète a pu vivre à Paris, de la confusion inévitable du souvenir dans le poème se détachent des moments-clés avec une signification spéciale, non seulement pour le poète mais aussi pour ses « camarades de voyage ». Ils sont en rapport avec un Paris qui répond aux attentes de toute une génération en quête de toutes sortes de liberté, autant intellectuelle qu’amoureuse. Pour le poète Paris est dans ce sens une sorte de paradis, mais un paradis perdu dans le passé.

60Ce voyage dans le Paris réel filtré par la mémoire qui est à l’origine du poème est aussi un voyage dans le Paris littéraire, un voyage intertextuel, celui de Gil de Biedma lecteur. Les rapports intertextuels avec les œuvres de Blas de Otero et de Baudelaire permettent à Gil de Biedma d’une part d’introduire dans son poème une certaine critique sociale et une autocritique, d’autre part de peindre un Paris qui agit dans le poème non pas comme le simple scénario urbain d’une histoire d’amour mais comme un protagoniste de premier ordre.

61Au début de ma communication j’ai dit que le traitement de l’image de Paris que nous offre « París, postal del cielo » dépassait les limites de cette composition pour atteindre toute l’œuvre de Jaime Gil de Biedma. En effet si nous, lecteurs, nous entreprenons un voyage à travers ses poèmes, nous constaterons que cette polyphonie de voix et d’images parcourt toute l’œuvre lorsqu’il s’agit d’évoquer le monde de cette fiction autobiographique qu’est Las personas del Verbo. Le titre du livre l’annonce déjà. Il y a plusieurs possibilités de lecture du titre. Il peut renvoyer aux personnes grammaticales du verbe, mais en même temps il peut être mis en rapport avec les différentes Personnes du Verbe, au sens évangélique du terme. Quoi qu’il en soit le titre du livre recueille parfaitement le processus de la polyphonie de voix à l’intérieur de l’énonciation.

Haut de page

Notes

1 Jaime GIL DE BIEDMA, Las personas del verbo, Barcelona, Lumen, 1988, p. 98.

2 J’emploie ici la terminologie utilisée par J.-M. ADAM dans son étude sur la poésie intitulé Pour lire le poème, De Boeck-Duculot, 1992, p. 34.

3 Jean CHEVALIER, Alain GHEERBANT, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont/Jupiter, col. Bouquins, 1982, pp. 248-252.

4 Blas de OTERO, Con la inmensa mayoría, Buenos Aires, Losada, 1960, p. 94.

5 « Cette ville est la meilleure. I. Paris carte postale du ciel / signée par la Seine. II. Oui, oui…/ Paris, Paris pour les fils à papa. »

6 Antoine COMPAGNON, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, p. 68.

7 Gonzalo SOBEJANO, « Señales de Europa en la poesía de Jaime Gil de Biedma », Las Nuevas Letras 9, 1986 , pp. 86-94.

8 Carme RIERA, La escuela de Barcelona, Barcelona, Ed. Anagrama, 1988 , pp. 98-99.

9 Voir A. CABANILLES et J. FALCO, « Hacia una lectura de las Personas del Verbo (« París postal del cielo ») », Investigaciones semióticas I, Actas del I Simposio Internacional de la Asociación Española de semiótica, Sevilla, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1986, p. 101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estrella Massip i Graupera, « Paris vu par Jaime Gil de Biedma », Cahiers d’études romanes, 6 | 2001, 199-211.

Référence électronique

Estrella Massip i Graupera, « Paris vu par Jaime Gil de Biedma », Cahiers d’études romanes [En ligne], 6 | 2001, mis en ligne le 07 avril 2013, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/253 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.253

Haut de page

Auteur

Estrella Massip i Graupera

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org