Navigation – Plan du site

Introduction

Monique De Lope
p. 1-2

Texte intégral

1Les travaux de l’Atelier 4 de l’EA 854 Études Romanes ont porté pendant quatre ans sur « La ville : lieux et limites ». Ils ont permis de dégager trois tendances principales de l’imaginaire et de l’idéologie de la ville dans les aires culturelles romanes étudiées. Sur les deux premières tendances, la ville-palimpseste et la ville « non lieux », le n° 8 des Cahiers d’Études Romanes (juillet 2003) a recueilli les contributions des chercheurs de notre laboratoire.

2Pour le troisième volet, et à fin de compléter la recherche engagée en l’ouvrant à des chercheurs d’autres centres européens et américains, un colloque international a été organisé les 12 et 13 décembre 2003. Les analyses ont porté sur divers phénomènes d’appropriation symbolique des lieux urbains considérés comme des signes : signes d’identité individuelle ou collective. Souvent accompagnés de pratiques de palimpseste (effacement ou récupération de l’ancien, contrainte des limites), ces phénomènes mettent en relation l’espace urbain avec des dimensions psychiques ou politiques.

3Les communications que nous présentons ici se sont donc intéressées donc à cet enjeu de la ville.

4Avant d’exposer nos propres recherches, nous avons souhaité d’abord entendre ce que les participants d’un autre colloque organisé à Mulhouse peu de temps auparavant, sur un sujet voisin, avaient déduit de leurs approches croisées de la ville italienne. Frédéric Manche brosse le tableau de ces résultats en une sorte de préambule. A sa suite, le Professeur Claudio Griggio étudie une métaphore urbaine éditoriale, la « Galleria di Minerva », revue où l’intelligentsia vénitienne se donne une identité. En pendant, en clôture de cet ouvrage, le poète espagnol Antonio Jiménez Milln analyse le rôle de deux villes du Sud, Grenade et de Malaga, dans la construction de son œuvre. Dans cet écart se déploie emblématiquement et concrètement à la fois la richesse d’approches plurielles.

5Les valeurs identitaires collectives et individuelles portées par la ville sont explorées par des travaux sur l’historiographie, la littérature, et le cinéma, ou sur ces signes urbains que sont les noms donnés aux lieux. Les enjeux des représentations, à l’époque moderne ou à l’époque contemporaine, en Italie ou au Mexique, en Espagne ou au Chili, sont très souvent politiques. La ville ancre l’identité du sujet individuel, fût-il le plus narcissique, dans celle d’un sujet culturel, lieu d’un inéluctable partage. Ville limite, où la rencontre de l’autre s’exprime dans le conflit, ville expérience et partant, ville ouverte, ville emblème, ville métaphore. Les travaux ici réunis analysent ces modes de l’existence de la ville dans l’imaginaire aussi bien que dans les pratiques sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique De Lope, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 12 | 2005, 1-2.

Référence électronique

Monique De Lope, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/2534

Haut de page

Auteur

Monique De Lope

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org