Navigation – Plan du site

Roma « coda mundi ». La ville de Rome dans La Cortigiana de l’Arétin

Théa Picquet
p. 25-40

Résumés

À la Renaissance, à l’heure où les auteurs classiques sont redécouverts sous un nouvel angle, l’angle politique, et où la foi républicaine des penseurs politiques s’appuie sur l’exemple de la Rome antique, à l’heure où converge vers la cour pontificale tout ce que la péninsule compte de lettrés et d’artistes de valeur, l’Arétin lance un véritable réquisitoire contre la ville éternelle, notamment dans sa comédie La Cortigiana. Ainsi, après avoir présenté l’auteur et les deux versions de l’œuvre théâtrale, notre propos se donnera pour objectif de mettre en lumière la fin du mythe de la ville de Rome, à travers l’étude des espaces représentés, l’analyse des classes sociales et la dénonciation des vices pointés du doigt par celui que L’Arioste avait appelé « le fléau des princes ». L’Arétin propose une vision limitée de la cité éternelle, en ce qui concerne sa topographie comme sa population. C’est la ville des bas-quartiers, de la cour pontificale corrompue, la ville du vice. Les signes d’identité qu’il met en lumière sont ceux de la décadence. Cependant, à la polémique anti-romaine fait pendant l’exaltation de Venise, cité idéale. Ainsi, à la Cour de Rome, où ne règne que la grossièreté et l’envie, s’oppose la Cité des Doges : c’est elle la Ville Sainte, le Paradis Terrestre.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Rome, Venise

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Théa Picquet, Rome, un modèlepour Florence ?, dans Rinascimento, Firenze, Leo S. Olschki editore, M (...)
  • 2 Paul Larivaille, Le XVIe sièle italien, Paris, Seghers, 1971, p. 17.

1À la Renaissance, à l’heure où les auteurs classiques sont redécouverts sous un nouvel angle, l’angle politique, et où la foi républicaine des penseurs politiques s’appuie sur l’exemple de la Rome antique1, à l’heure où converge vers la cour pontificale tout ce que la péninsule compte de lettrés et d’artistes de valeur2, l’Arétin lance un véritable réquisitoire contre la ville éternelle, notamment dans sa comédie La Cortigiana.

2Ainsi, après avoir présenté l’auteur et les deux versions de l’œuvre théâtrale, notre propos se donnera pour objectif de mettre en lumière la fin du mythe de la ville de Rome, à travers l’étude des espaces représentés, l’analyse des classes sociales mises en scène et la dénonciation des vices pointés du doigt par celui que L’Arioste avait appelé « le fléau des princes ».

***

  • 3 Paul Larivaille, op. cit., p. 89.
  • 4 Jean de Médicis (Florence 1475-Rome 1521), pape de 1513 à 1521.
  • 5 Adrien Florensz, né à Utrecht en 1459 et mort à Rome en 1523. Il fut le précepteur de Charles Quint (...)
  • 6 Jules de Médicis (Florence 1478-Rome 1534), pape de 1523 à 1534.
  • 7 Paul Larivaille, op. cit., pp. 89-90.

3Né à Arezzo (d’où son nom) en 1492 et mort à Venise en 1556, Pietro Bacci connut une vie mouvementée qui le mena notamment de Pérouse, à Sienne, à Rome et à Venise. « Fils d’une femme volage et d’un artisan bafoué dont il refusera de porter le nom ... il s’élance dès l’adolescence à la conquête de la société »3. A Pérouse, il touche à la peinture, à la poésie, puis part pour Rome, attiré comme tant d’autres par les fastes prometteurs de la cour pontificale. C’est auprès du pape Léon X4 qu’il gravit les échelons d’une carrière courtisane qui, après l’austère intermède du pontificat d’Adrien VI5, « fera de lui un des familiers les plus choyés du nouveau pape Médicis Clément VII6, élu en 1523 »7.

  • 8 Forlì 1498-Mantoue 1526, fils de Giovanni dit « il popolano ».
  • 9 Marga Cottino Jones, Introduzione a Pietro Aretino, Roma, Laterza, 1993, pp. 18-19.
  • 10 Voir à ce propos : « Il Marescalco de Pietro Aretino ou Dérision et démythification dans la comédie (...)

4En effet, il avait été mis au ban par le pape Adrien VI à la suite de l’interdiction des célèbres « pasquinate ». Réfugié à Mantoue, il entre en relation avec le condottière Jean des Bandes Noires8, un Médicis de la branche secondaire. En septembre de la même année, Julien de Médicis coiffe la tiare pontificale sous le nom de Clément VII. Pietro peut alors rentrer à Rome. Cependant, à la même époque, le nouveau dataire pontifical, Giovanni Matteo Giberti fomente un véritable complot contre L’Arétin, nourri tout particulièrement par l’écriture des Sonnets luxurieux, par lesquels Pietro commentait les seize dessins érotiques du peintre Giulio Romano, gravés par Marcantonio Raimondi, et qui avaient valu la prison à ces deux derniers9. Notre écrivain échappe de peu à l’assassinat commandité par Giberti, mais il est gravement blessé et s’éloigne alors définitivement de Rome. Le 10 décembre 1526, il est, pour quelques mois, à Mantoue auprès des Gonzague. Il compose un poème à leur intention, La Marfisa, qui reste inachevé, et une comédie, Il Marescalco10, qu’il publiera par la suite, en 1533, à Venise. C’est justement dans la cité des Doges qu’il trouve un asile plus sûr, et là il refait une nouvelle fois sa vie.

  • 11 Paul Larivaille, op. cit., p. 90.
  • 12 Giovan Maria de’ Ciocchi del Monte (Rome 1487-1555), pape de 1550 à 1555.

5Jusqu’alors écrivain occasionnel, il entreprend maintenant une carrière de « condottiere de la plume », selon sa propre expression, comme le souligne Paul Larivaille11, grâce à laquelle il va gagner et dépenser bien plus que la plupart des princes de son temps. Il vit dans un palais au bord du Grand Canal, ne quitte Venise que deux fois en trente ans, une première fois en 1543 pour rencontrer Charles Quint, qui le fait chevaucher à sa droite ; une seconde fois, en 1553, pour un bref séjour à Rome, où Jules III12 l’embrasse en public.

  • 13 Que Paul Larivaille, Op. cit., p ; 91, définit ainsi : « parodies satiriques des ‘prognostications’ (...)

6L’œuvre dont l’Arétin est l’auteur se compose de dizaines de pasquinades, de Pronostici13, des Sonnets luxurieux, des Ragionamenti, de cinq comédies, mais aussi d’ouvrages hagiographiques, de romans chevaleresques, d’une centaine de poésies, d’une tragédie, de milliers de lettres enfin.

  • 14 La Cortigiana, Prima redazione, in Tutte le opere di Pietro Aretino, Teatro, a cura di Giorgio Petr (...)
  • 15 La Cortigiana, in Tutte le opere di Pietro Aretino, Teatro, a cura di Giorgio Petrocchi, Milano, Mo (...)

7Nous nous intéressons aujourd’hui à l’une de ses comédies, La Cortigiana. Il en existe deux rédactions. La première14 a été écrite entre février et juillet 1525, durant les derniers mois que L’Arétin passa à la Cour de Rome, avant de la quitter définitivement. La seconde15 date de 1534. L’auteur est désormais installé à Venise depuis sept ans.

8Ces deux rédactions se différencient sur plusieurs points, en particulier sur les rapports entre l’écrivain et le milieu socio-culturel. Dans la première, Le Prologue, constitué par le débat entre deux histrions, se termine en proposant une comédie qui parle de Rome. Cependant, si la présence du personnage de Pasquino souligne la rébellion de l’auteur contre la Cour pontificale elle est aussi symbole de transgression au niveau littéraire comme au niveau politico-culturel. Dans la seconde, L’Arétin ne se cache plus derrière Pasquino ; maintenant la polémique contre Rome devient l’un des motifs récurrents du comique.

9L’originalité de la comédie de l’Arétin consiste dans une double intrigue : c’est en premier lieu l’histoire de Messer Maco, Siennois, venu à Rome pour accomplir le vœu de son père, guéri miraculeusement d’une maladie de la tête, et revêtir la pourpre cardinalice et à qui l’on fait admettre la nécessité de se faire d’abord courtisan ; en second lieu, c’est l’histoire du napolitain Parabolano tombé amoureux d’une noble dame romaine (Laura dans la première rédaction, Livia dans la seconde), trahi par son domestique qui lui organise une rencontre galante, en réalité avec la femme infidèle du boulanger.

  • 16 La Cortigiana, lère rédaction, Prologue, dans Tutte le opere di Piero Aretino, Teatro, a cura di Gi (...)
  • 17 Ibidem, I, l,p. 664.

10Le terrain d’action est la ville éternelle, ville de toutes les libertés, comme il est précisé dans l’Argument de la première rédaction16. « Roma capus mundi », comme la qualifie Messer Maco17 di Coe, est tout d’abord évoquée à travers des lieux célèbres.

  • 18 La Cortigiana, lère rédaction, Prologue, dans Tutte le opere di Piero Aretino, Teatro, a cura di Gi (...)

Ainsi, en 1525, Rome constitue le décor de la comédie : « Vedete Palazzo, San Piero, la piazza, la guardia, l’osteria de La Lepre, la Luna, la fonte, Santa Caterina e ogni cosa. Ma adesso che ricognoscete che l’è Roma al Coliseo, alla Ritonda e altre cose, e che siate certissimi che dentro vi si farà una comedia, come credete voi che detta comedia abbia nome ? Ha nome La Cortigiana... ».18

11Cependant en 1534, le « Forestiere » (l’étranger) qui s’y rend ne la reconnaît plus :

  • 19 Ibidem, Prologue, p. 100.

Questa è Roma ? misericordia, io non l’avrei mai riconosciuta.19

  • 20 Ibidem, I, 1, p. 101. Messer Maco : “In fin Roma è coda mundi”.

12En outre, à l’expression « Roma caput mundi » de la première rédaction répond la suivante : « Roma coda mundi », qui ouvre la scène 1 de l’acte I20 II est vrai qu’entre temps il y a eu le Sac de Rome, en 1527, et la ville avait été mise à feu et à sang par les troupes impériales.

13Cela dit, dans la première rédaction, l’histrion indique aux spectateurs le décor qui reproduit les lieux typiques de Rome : le « Palazzo » c’est le Vatican, « la piazza » la Place Saint-Pierre, « la guardia » vraisemblablement le Château Saint-Ange ; « Santa Caterina » est le nom populaire de l’église de Santa Maria in Catinari, située à proximité du Palais Farnèse, l’une des plus anciennes du quartier de la Regola. Le culte de Sainte Catherine dérive d’une métathèse populaire : en effet, à l’origine il s’agissait d’une église dédiée à la Vierge, qui côtoyait un hôpital destiné aux prisonniers rachetés par les pirates barbaresques. Ces prisonniers avaient pour habitude de suspendre leurs chaînes à l’autel de la Vierge en guise d’ex-voto. Pour cette raison l’église était dite « de Catenariis, in Catenarii, in Catinera... ». L’histrion nomme aussi « la Ritonda », le Panthéon.

  • 21 Ibidem, Prologue, p.657.
  • 22 Édition Innamorati, cit., p. 136 note 33.
  • 23 Édition Petrocchi, Ière rédaction, II2, p. 686.
  • 24 Ibidem, II 1, p. 684 : « Io per me s’io fussi stato quel papa che fece Belvedere, aria spesi i miei (...)
  • 25 Ibidem, IV 15 p. 733.
  • 26 Ibidem, IV 9, p. 730.

14La Basilique Saint-Pierre est évoquée encore à travers l’image du visage du Christ, « la Veronica »21 qui y serait conservée, alors qu’en réalité elle devrait se trouver à Saint Jean de Latran22. Pour parfaire l’éducation du nouveau courtisan, Mastro Andrea lui fait visiter les beautés du Vatican23 : « la Pigna », la pomme de pin en bronze, vestige de l’Antiquité, placée dans la cour du Belvédère ; « la Nave », la mosaïque de Giotto située dans la partie interne du portail de l’ancienne Basilique Saint-Pierre ; « la Guglia », l’obélisque du Vatican. Le Belvédère est rappelé également par le Rosso, qui aurait préféré que le pape Innocent VIII emploie son argent d’une façon différente24. D’autres églises sont citées : Santa Maria in Aracoeli, sur le Capitole, à propos du cardinal dont la soutane se retrouve chez un brocanteur25 ; l’église Saint-Laurent-hors-les murs, célèbre comme but de processions, dont fait mine de parler Aloigia26.

  • 27 Ibidem, I 24, p. 682.
  • 28 Ibidem.
  • 29 Ibidem, II 19, p. 700.
  • 30 Ibidem, II 5, p. 690.
  • 31 Ibidem, III 3, p. 708.

15Cependant, Mastro Andrea montre également à Messer Maco d’autres lieux caractéristiques de la ville : « el Barco », c’est-à-dire les carrières de travertin sur la Via Tiburtina, près de Ponte Lucano ; la « Botte di Termini », qui est une réserve d’eau datant des thermes de Dioclétien ; le Colisée, les Arcades et le quartier du Testaccio27. Mais, peu sensible aux beautés de la ville éternelle, Maco les considère « des anticailles »28. C’est encore Mastro Andrea, le pédant, qui évoque la plus grande institution culturelle de Rome, l’Almo Collegio Capranico, dit « la Sapienza »29. Le Palais Strozzi, aujourd’hui disparu, se trouvait près de l’actuel théâtre Argentina : Sempronio va retirer de l’argent à la Banque Strozzi30. Piazza Navona constituait le marché principal de la ville31.

  • 32 Ibidem, II 2, p. 686.
  • 33 Viol collectif, Ibidem, IV 8, p. 729.

16Les personnages parcourent les rues et les quartiers de la ville32. Sont nommés « Borgo Vecchio », rue qui menait au Vatican, appelée aussi Via Santa ou Carriera dei Martiri, « Corte Savella » et « Tordinona », où se trouvaient les tribunaux et les prisons célèbres, « Ponte Sisto », où se situait l’hospice des mendiants, « Dietro Banchi » : Banchi Nuovi et Banchi Vecchi étaient non seulement le quartier administratif et financier, mais aussi celui des courtisanes. L’itinéraire proposé à Maco le conduit dans la zone la plus caractéristique du monde des affaires, de la vie élégante et des bas quartiers. D’ailleurs, la nuit, les rues ne sont pas sûres et Aloigia recommande à Togna de sortir habillée en homme pour ne pas tomber dans un « trentuno »33.

17L’espace urbain est donc bien identifiable.

  • 34 Ibidem, V 2, p. 739.
  • 35 Ibidem, V 14, p. 747.

18Mais les lieux célèbres reviennent dans l’imagination. Ainsi, en état d’ébriété, Ercolano croit voir le Colisée sur son lit et craint de tomber dans le Tibre34. Le fleuve est évoqué également à propos de la saleté des plongeurs qui ne se laveraient pas les mains, même si le Tibre les poursuivait35.

19Cela dit, L’Arétin ne se contente pas d’évoquer certains monuments ou certains quartiers de la ville, il fait également entrer le spectateur dans des lieux bien précis.

20Dans les tavernes surtout, et ceci dès le prologue.

  • 36 Ibidem, Prologue, p.657 ; I 20 p. 678, lorsque Rosso y donne rendez-vous à Cappa ; I 14, p. 673, à (...)
  • 37 Ibidem, Prologue, p.657.
  • 38 Ibidem, I 17, p. 676.
  • 39 Édition Innamorati, p. 137, note 38. Pour Petrocchi, cit, p. 834, note 8, « la Fonte » serait plutô (...)
  • 40 Édition Petrocchi, 1ère rédaction, II, 6, p. 691.

21« L’osteria de la Lepre », nommée à trois reprises36, existait vraiment et le tenancier, Riccio de la Lepore, était réputé pour la perfection de son vin « Mangiaguerra », pour « Mangiaverra ». « La luna »37, située dans le quartier du Ponte, était tenue par un certain Bertino ; on la retrouve dans la comédie à propos de l’épouse du pêcheur qui s’y serait réfugiée38. Par contre, la localisation de « la Fonte » n’a pu se faire39, ni celle du « Pavone » où la maîtresse d’Aloigia a bu six vins différents40.

  • 41 Ibidem, III, p. 684.

22Pour Rosso, la taverne est un véritable paradis41 : « Chi non è stato alla taverna, non sa che paradiso sia » et il illustre son point de vue. La taverne ne fait aucune différence entre les hommes ; s’il avait des fils, c’est là qu’il ferait leur éducation, qu’il leur apprendrait les vertus et les bonnes manières. Il rappelle la musique des broches qui tournent, les parfums des mets délicats, l’allégresse de voir fumer les rôtis et les poissons les plus variés.

  • 42 Ibidem, V 14, p. 744-747.

23Au plaisir de la taverne, il oppose la vie à l’office, au « Tinello », vie misérable d’où il veut sortir à tout prix42. La température y est exécrable, l’odeur fétide ; y règnent la saleté et la peste ; les mouches y ont élu domicile ; la nourriture tout comme le vin y sont dégoûtants ; les serviteurs sont atteints du mal français. Et pour couronner le tout, le majordome ne les laisse pas finir de déjeuner et les chasse à coups de baguettes.

24C’est donc bien le monde d’en bas qui vit en ces lieux.

25Pourtant, d’autres villes sont nommées en comparaison avec Rome.

  • 43 Ibidem, Prologue, p. 657.
  • 44 Ibidem, Argument, p.662. Ici, L’Arétin rappelle les sonnets antiavignonnais de Pétrarque : le sonne (...)
  • 45 Ibidem, I 1, p.664.
  • 46 Ibidem, Argument, p. 662.

26Dès le début du spectacle, l’histrion pense que le public s’attend à voir apparaître Babylone et non Rome43. Il évoque Athènes soulignant le fait que l’on vit différemment à Rome et que les spectateurs ne doivent pas être choqués si les normes qui règlent la comédie ne sont pas respectées44. Messer Maco s’étonne que Rome soit mille fois plus belle que Sienne, même si son domestique lui rappelle l’éloge qu’il vient de faire de sa patrie, des massepains en particulier45. Certaines villes enfin sont évoquées parce qu’elles auraient refusé d’accueillir le Siennois : Milan, Mantoue, Venise et Macerata (appelée ici Matelica)46 et Corsignano, aujourd’hui Pienza, à propos de l’oiseau que son aïeul aurait envoyé au pape Pie II, Enea Silvio Piccolomini, d’où il était originaire.

27Malgré tout, c’est surtout Rome que L’Arétin met en scène, Rome et ses habitants.

28Sur ce plan aussi, les limites sont précises, dans la mesure où toutes les classes sociales ne sont pas représentées et que le choix est tout à fait significatif. En effet, La Cortigiana met en scène tout d’abord le petit peuple, artisans, marchands ambulants, domestiques, puis une catégorie de femmes bien particulière, les étrangers et enfin les maîtres, courtisans ou prélats.

  • 47 Ibidem, V 5, p. 740.
  • 48 Ibidem, 1 16, p. 675.
  • 49 Ibidem, l 12, p. 671.
  • 50 Ibidem, VI 15, p. 733.
  • 51 Ibidem, 14, p. 667.
  • 52 Voir à ce propos : José GUIDI, « Visages de la vie de cour selon Castiglione et l’Arétin : du « Cor (...)
  • 53 Édition Innamorati, cit., p. 140, note 18.
  • 54 Ibidem.
  • 55 Voir José GUIDI, op. cit., p. 220.

29Erculano, le boulanger, représente le rustre : on ne le voit pas travailler, mais rentrer ivre mort de la taverne et toujours prêt à battre sa femme47. Le pêcheur, Faccenda, décline son identité florentine pour espérer vendre sa marchandise et accepte, bien sûr, de baisser les prix48. L’usurier Rafaele Giudeo ne prêterait pas un sou sur des souvenirs de noblesse49 et Romanello Giudeo vend des vêtements usagés, dont une soutane avec cordon et scapulaire50. Le marchand de livres ambulant, Furfante51, propos « Il cortigiano falito », clin d’œil ironique à Castiglione52, et différents livres d’histoire traitant de la paix entre François Ier et Charles Quint, allusion selon Giuliano Innamorati53 à l’accueil réservé à François Ier en Espagne ou aux tentatives de médiation de Clément VII entre la France et l’Espagne, avant la bataille de Pavie (25 février 1525) et non à la paix de Madrid, stipulée seulement en 1525, relatant « la prise du roi » c’est-à-dire la capture de François Ier après la bataille, la réforme de la cour, composée par l’évêque de Chieti. Mais aussi « Les Caprices de Fra Mariano », courtisan de Léon X réputé pour ses farces, qu’il avait l’intention de mettre par écrit. Les « Capricci » cependant ne virent jamais le jour. Les Églogues de Trasinio sont inconnues. La Vie de l’abbé de Gaète rappelle Baraballo, poète de la cour du même pontife. « La Carretta » fait peut-être allusion aux lamentations des courtisanes atteintes par le mal français54. Messer Maco, lui, achète le livre du « courtisan failli »55.

  • 56 Édition Petrocchi, 1ère rédaction, IV, 14, p. 732.
  • 57 Ibidem, 19, pp. 669-670.
  • 58 Ibidem,III 7,p. 712.

30À côté des petits artisans et des marchands ambulants, les domestiques sont très nombreux dans la comédie. Les plus significatifs sont ceux de Parabolano, qui se divisent en deux groupes : les bons et les mauvais, mais tous souffrent de leur condition et s’en plaignent amèrement. Ainsi, Rosso est si occupé qu’il n’a même pas le temps de boire56, il dénonce la dureté du maître, sa lenteur à se faire habiller, disant qu’il met plus de temps que d’un jubilé à l’autre, lui reproche de ne rien faire sans son maître de cérémonie, ni se gratter les pieds, se coiffer la barbe, se laver les mains, monter à cheval, et se faire porter le papier-toilette sur un plateau d’argent57. Et Rosso appartient aux mauvais serviteurs, à ceux qui vantent et trahissent le maître pour obtenir ses faveurs. Flaminio, le bon serviteur, a servi fidèlement Parabolano pendant quinze ans et, se retrouvant sans rien, envisage de se noyer58.

31Quelle que soit leur condition, les femmes représentées par L’Arétin sont celles des bas-quartiers.

  • 59 Ibidem, III 8, p. 715 : « Perchè ?, non pisciano come le villane ? » remarque Rosso.
  • 60 Ibidem, II 10, pp. 694-695.
  • 61 Ibidem, V21,p.753.

32La misogynie de l’auteur est manifeste, puisqu’il ne fait aucune exception. Pour lui, les nobles dames valent les paysannes59. Ainsi, il fait dire à Valerio que, pour séduire une femme, il suffit d’une entremetteuse et d’une lettre, car on n’a jamais vu une femme refuser une missive ou de l’argent. Il justifie cela par une constitution physique plus faible que celles des hommes : « ... le donne sono di più molle carne e de più tenere ossa di noi », déclare-t-il60. Elles sont la ruine du monde, déclare Parabolano à Maco, elles en savent plus long que les études et, avec elles, il faut plus de patience qu’un pilier qui supporte une colonne pendant mille ans61.

  • 62 Ibidem, IV II, pp. 730-731.
  • 63 Ibidem, III 2, p. 707.
  • 64 Ibidem, II 3, pp. 686-687.
  • 65 Ibidem, III 11, p. 717.
  • 66 Ibidem, III 6, p. 711. Édition Petrocchi, 1ère rédaction, IV, 14, p. 732.
  • 67 Ibidem, II 14, p. 697.

33La femme que Rosso veut faire passer pour la noble dame dont est amoureux en secret son maître est en fait Togna, la femme du boulanger ivrogne et ne correspond en rien au rêve de Parabolano62, mais, ajoute Aloigia, les seigneurs se rongent les sangs pour les princesses, puis se rassasient avec les femmes de bas étage, appelées à Rome « zambraca » ou « zoccola »63. Aloigia est justement l’entremetteuse. Qualifiée de « speciala », c’est-à-dire de magicienne, elle est capable de corrompre même la chasteté64. Elle est très demandée : « (ha) più faccende che un mercato »65, porte le courrier, des messages, vend des lotions contre le mal français, de la poudre pour blanchir les dents... Son curriculum vitae est impressionnant66 : elle a fréquenté toutes les maisons closes d’Italie, portait des fourrures de martre et de zibeline, avait pour animaux de compagnie un perroquet et un singe. Mais, plus tard, elle en a été réduite à louer des chambres, laver le linge faire la cuisine, vendre des bougies. C’est une créature du diable : « sorcière, belle-mère de Satan, aïeule du diable, mère de l’Antéchrist » sont les expressions qui la désignent67.

  • 68 Ibidem, III 8, p. 714. Voir à ce propos : Théa Picquet, Profession : courtisane dans Les femmes écr (...)
  • 69 Ibidem, IV 2, p. 724.
  • 70 Ibidem, I 14, p. 672.
  • 71 Ibidem, 16, pp. 667-668.
  • 72 Ibidem, I 14, p. 672.

34Les courtisanes célèbres sont immortalisées dans la comédie de L’Arétin : Angela Greca, Beatrice, Lorenzina, Madrama non vuole68, Caterina Piemontese, appelée ici « la Piemontese »69. Angela Greca, l’une des plus célèbres courtisanes romaines est vue par Rosso à la taverne70. Et c’est de Camilla Pisana que Messer Maco tombe amoureux, pour l’avoir admirée, vêtue de soie à sa fenêtre. Dans sa double ignorance, il la prend pour l’épouse du roi de Milan ou du duc de France71. Et Parabolano, amoureux d’une noble dame, regrette ces amours mercenaires qui ne font pas souffrir : « Tal mi coccessi altra fiamma, ch’io viverei senza noia. », s’exclame-t-il72.

  • 73 Ibidem, Prologue, pp. 655-656.
  • 74 Ibidem, II6, p. 691.

35Mais les femmes sont aussi sorcières et Monna Maggiorina ne remet pas seulement les os en place73 ; aussi courageuse qu’un dragon ou qu’un paladin, elle va extraire les yeux des pendus, arracher les ongles des morts, pour fabriquer ses drogues, raconte Aloigia. Elle se transforme en chatte, en souris, en chien et, par tous les temps, se rend jusqu’au noyer de Bénévent, l’un des points de rencontre traditionnels de la sorcellerie universelle74. Elle est omniprésente dans Rome et tout le monde l’écoute :

  • 75 Ibidem.

Al beccaio, al pizzicagnolo, al mercato, a la fiera, al fiume, al forno, a la stufa, al barbiero alla gabella, a la taverna, con sbirri cuochi mesi preti frati, e fra soldati : sempre sempre toccava a favellare a lei, e era una Salomona tenuta.75

  • 76 Ibidem, II6, p. 690.
  • 77 Ibidem.

36Mais, maintenant elle est condamnée au bûcher sous plusieurs chefs d’inculpation : la noyade d’un nouveau-né, l’envoûtement d’un compère pour rendre service à un ami, l’empoisonnement du mauvais mari de Georgina76. Et laisse en héritage à Aloigia, par « un testamento da reina »77, tous les ingrédients qui servent à la sorcellerie :

  • 78 Ibidem, II 6, p. 691.

Moite belle cose : lambicchi da stillare, acque da levare lentiggini e macchie di mal francioso, strettoio da ritirare poppe che pendono, moiette da pelare ciglia, un fiasco de lacrime d’amanti, un bichiere di sangue di nottola, ossa di morti per tormenti e tradimento, unghie de gufi, cuori d’avoltoi, denti di lupo, graso d’orso e funi d’impicato a torto.78

  • 79 Ibidem.

37Pour racheter l’âme de son amie, il suffira à Aloigia de quelques jeûnes, quelques prières et des messes de saint Grégoire79.

  • 80 Ibidem, II6, p. 690.

38Et Rosso de conclure que Rome est gouvernée par les entremetteuses et les sorcières80.

39Ville cosmopolite, Rome attire les étrangers et n’est pas bien tendre avec eux. Ainsi, les Espagnols présents dans la cité des papes sont caractérisés par leur fréquentation des courtisanes, par le cérémonial de leurs manières. Aux questions de Parabolano sur Angela Greca Rosso répond en ces termes :

  • 81 Ibidem, I 14, p. 673.

Parlava con don Cerimonia spagnolo, e dicevano de andare a cena...81

  • 82 Ibidem, III 3, p. 708.
  • 83 Ibidem, 14, pp. 673-674 : « ... ed è un peccato ch’io non sia mandato per imbasciatore a qualche So (...)
  • 84 Ìbidem, III 7, p. 712.

40Par ailleurs, lorsque ce même Parabolano est prêt à tomber à genoux devant une dame, Rosso lui recommande de ne pas faire usage de « tante spagnolerie »82. Ces mêmes cérémonies sont reprochées au Soufis, auprès de qui Rosso aimerait être envoyé en ambassade83. Mais l’influence espagnole à Rome se retrouve dans le langage, en particulier dans la bouche de Flaminio, qui souhaite changer de situation : « In effetto io son deliberato mutare padrone, perché disse lo spagnolo che gli è meglio perdere che masperdere »84.

  • 85 Ibidem, II 26, p. 705.
  • 86 Ibidem, II 14, p. 697.
  • 87 Ibidem, III 2, p. 707.
  • 88 Ibidem.

41Les Florentins sont dénoncés pour « s’engraisser » de plaisanteries autant que des bénéfices de l’usure85. Les Napolitains sont représentés par Parabolano. À plus de quarante ans, il se comporte comme s’il en avait vingt-deux et pense que toutes les duchesses de ce monde sont amoureuses de lui. Le romain Rosso va lui tendre un piège et lui « faire goûter une boulangère »86. Il est l’image de l’amoureux transis, prêt à perdre sa journée pour une femme, à pâtir le chaud et le froid, à rester dehors jour et nuit, à fréquenter les lieux sales et dangereux. Aussi, tombe-il malade et s’enrhume87. Il présente en outre tous les symptômes de l’amoureux : fait craquer ses doigts, lève les yeux au ciel, met tantôt un doigt sur la bouche tantôt la main sur la joue, se vante de ses exploits auprès des dames mais fréquente les prostituées. Par dérision, il est comparé à Orlando, le héros du Roland furieux de l’Arioste88.

  • 89 Édition Innamorati, cit, p, 135, note 13.
  • 90 Édition Petrocchi, lère rédaction, I 2, p. 665.
  • 91 Ibidem, IV 18, p. 736.
  • 92 Ibidem, IV l,p. 722.
  • 93 Ibidem, I 24, p. 683.
  • 94 Ibidem, IV 1, p. 722 : EP. II 1, 116 : « tractant fabrilio fabri »
  • 95 Ibidem, I 24, p. 683.
  • 96 Ibidem, I 8, pp. 668-669.
  • 97 Ibidem, IV 18, p. 735.
  • 98 Ibidem, I 2, p. 665-666.

42Cependant, c’est surtout des Siennois dont se moque L’Arétin. La renommée de sots des Siennois est traditionnelle et remonte à Dante et à Boccace, comme le rappelle Giuliano Innamorati89. Messer Maco, en effet, est venu à Rome avec la prétention d’être cardinal, mais il se trompe et déclare qu’il a l’intention de devenir pape auprès de l’empereur ou du roi de France90. Sa deuxième ambition est d’avoir une relation avec Camilla Pisana91. Il s’exprime en latin, sort de sa manche le Canzoniere de Pétrarque92, écrit des vers, cite les auteurs anciens, Virgile, Ovide93, Horace, mais estropie les hémistiches de ce dernier94, n’a jamais entendu parler du célèbre Pasquino95, ne sait pas retrouver son adresse romaine sans son valet96 et croit qu’une séance aux bains publics l’a rendu difforme, alors qu’on lui présente un miroir truqué97. C’est de lui qu’on se moque durant l’entière comédie et le pédant Mastro Andrea l’assure qu’il se fera honneur, particulièrement en présence des Bergamasques, dont l’ignorance et la grossièreté sont légendaires98. Son valet paraît bien plus lucide et conclut :

  • 99 Ibidem, 19, p. 668.

Egli era pur meglio a stare per senese a Siena che per cortigiano a Roma.99

43En bref, l’Arétin met en relief le chauvinisme des Romains. Cependant, la critique de la Cour pontificale est encore plus acerbe.

  • 100 Ibidem, 17, pp. 669-670.
  • 101 Ibidem, IV 1, p. 723.
  • 102 Ibidem, IV 13, p. 732.

44Il dénonce l’ascension aussi rapide qu’inexplicable de certains qui, comme Parabolano, de garçon d’écurie qu’ils étaient, ont été admis à la cour100. Et souligne comment, une fois montés en grade, ils ne regardent plus personne et de citer des personnages existants, Serapica et Accursio, déjà évoqués dans le Prologue : « voglio che voi giurate, demande Mastro Andrea à Messer Maco, inanzi che diventate uno altro, di farmi carrezze, perché gl’entervien el più de le volte che coloro, tolti d’aconciare un asino, poi che salgono in cielo a l’acursiesca e serapichesca, non si degnon poi né con amici né con parenti »101. Messer Maco, quant à lui, s’est laissé persuader qu’il suffit d’une séance aux bains publics pour changer de condition sociale et devenir courtisan. Aussi, après sa nouvelle promotion, il veut posséder la ville de Rome dans son intégrité : « vuol tutta Roma per sè e le signore e le signorie », s’exclame Grillo102.

  • 103 Ibidem, V 7, p. 741.
  • 104 Ibidem, I 12, p. 672.
  • 105 Ibidem, II 5, pp. 687-688.
  • 106 Ibidem, Prologue, p. 657.
  • 107 Ibidem, V 7, p. 741.

45Mais c’est surtout la décadence de la cour pontificale qui est dénoncée. Valerio, dans son monologue, constate que sur des milliers de prêtres, seuls deux sont de bons prêtres et parmi eux il cite celui qui sera le pire ennemi de L’Arétin puisqu’il tentera de le faire assassiner : Gian Matteo Giberti, dataire de Clément VII103. À un autre moment, il estime que la fortune se moque des gens d’Église puisqu’elle promeut des cardinaux et des papes de l’acabit de ser Adriano104, c’est-à-dire du pape flamand Adrien VI, propulsé par hasard sur le siège pontifical. Et lorsque Sempronio déclare son intention de mettre son fils Camillo au service de la cour, Valerio brosse de celle-ci un tableau des plus sombres105. Il évoque l’heureux temps du pape Jean (Jean de Médicis, pape sous le nom de Léon X), où le courtisan avait une vie agréable et non misérable comme maintenant ; celui qui fait partie de la cour a tous les inconvénients sans aucun avantage et poursuit des illusions106. La cour est plus cruelle que l’enfer, car l’enfer punit les vices alors que la cour les adore107.

46Les sept péchés capitaux ont en effet leur illustration dans la cour pontificale, parmi lesquels l’envie, la colère, la gourmandise, l’avarice et la luxure occupent la plus grande place.

  • 108 Ibidem, III 7, p. 714.
  • 109 Ibidem, I 1, p. 665.
  • 110 Ibidem, I 1, p. 670.
  • 111 Ibidem, I 1, p. 684.
  • 112 Ibidem.
  • 113 Ibidem, III 3, pp. 708-709.
  • 114 Ibidem, I 9, p. 669.
  • 115 Ibidem, II 5, p. 688.
  • 116 Ibidem, II 5, pp. 688-689.
  • 117 Ibidem.
  • 118 Ibidem, II 5, p.688.

47L’envie est omniprésente à la cour si l’on en croit les paroles de Flaminio : « ... l’invidia (è) sempre visibile per le sale, camere e scale de la corte... »108. La colère semble l’apannage des courtisans, puisque Messer Maco, transformé, déclare : « Mi voglio adirare, mi voglio, e voglio essere obedito, stimato e creduto »109. Valerio, pour défendre son maître, menace d’enlever le cœur de Rosso110. La gourmandise est en bonne place et la description précise et alléchante des plats évoqués par Rosso met l’eau à la bouche111 ; d’ailleurs, l’intérêt pour les bonnes choses dépasse de loin celui pour les beaux monuments112. L’avarice est monnaie courante à la cour pontificale. Rosso se plaint tout particulièrement de l’avarice de Parabolano, lui reproche de ne pas payer ses valets, de mal les nourrir, de ne pas leur venir en aide, même s’ils avaient la corde au cou113. Son maître a trouvé l’astuce pour ne pas payer ses domestiques tout en se faisant bien servir : il les prend à l’essai pour un mois, puis s’en sépare114. Certains prélats préfèrent d’ailleurs dîner seuls dans leur chambre, pour ne pas avoir de commensaux à leur table115. Deux d’entre eux sont cités en exemple : Malfetta, de son vrai nom Alessandro Celadonio, évêque de Molfetta, et Ponzetta, qui faisaient des omelettes si fines qu’un jour l’une d’elles fut emportée par le vent jusqu’aux marches de Saint-Pierre et tomba sur la tête d’un jeune homme et fit comme un diadème116. Ce sont d’ailleurs les mères des prélats qui tiennent les cordons de la bourse et comptent les bouchées, mesurant même la soupe117. Que font-ils alors de leur argent ?, se demande Sempronio. « A le putane e ragazzi »118, répond Flaminio. Et la luxure est en bonne place dans les habitudes de la cour, la sodomie notamment comme le souligne Rosso :

  • 119 Ibidem, III 6, p. 711.

le donne si cominciono a usare poco in corte, bench’io credo che lo faccino perché, potendo toglier moglie, toglieno marito e cavasi le voglie assai meglio e non dà contro le leggi » ; et Aloigia de renchérir : « ... insino a’ vescovi, che portanno la nùtria e non se ne vergognono.119

48Le pêcheur florentin, désenvoûté par erreur, s’est fait sa propre opinion et n’épargne personne :

  • 120 Ibidem, 121, p. 679.

Preti becchi, sodomiti, ladroni, al corpo..., al sangue..., che s’io giungo quel giotton del sagrestano gli mangierò il naso, gli pesterò gli occhi e caverogli la lingua.120

49En fait, le courtisan regroupe tous les vices possibles, comme le remarque Flaminio :

  • 121 Ibidem, II 5, p. 689.

Dipoi fatto un cortigiano, è fatto un invidioso ambizioso misero ingrato adulatore maligno iniusto eretico ipocrito ladro giotto insolente e busardo, e se minor vizio che ‘1 tradimento si trovasi, direi che ‘1 tradimento è il minor peccato che ci sia.121

  • 122 Ibidem, I 22, p. 680.

Le vice triomphe à la cour, alors que la vertu est reléguée aux écuries, déclare Valerio122.

  • 123 Ibidem, IV 17, p. 735.
  • 124 Édition Petrocchi, Ière rédaction, II 6, pp. 681-682.
  • 125 Ibidem, 2ème rédaction, I, 22, pp. 117-120.

50Dans la première rédaction, Rosso, qui est pourtant responsable d’escroqueries et d’injustices, qualifie sa ville de « Roma porca » et appelle sur elle le châtiment divin123. Dans la deuxième rédaction, où le débat sur le « bon courtisan »124 est remplacé par de sévères critiques de la Cour romaine125, le pêcheur florentin, qui vient d’être berné par l’astucieux domestique romain Rosso, brosse un tableau significatif de la ville, qui s’achève en ces termes :

  • 126 Ibidem, 2ème rédaction, I, 23, pp. 120-121.

Che maledetto sia Roma, chi ci sta e chi l’ama e chi gli crede. E lo dirò a suo marcio dispetto, io credeva che il castigo che l’ha dato Cristo per mano degli Spagnuoli, l’avesse fatta migliore, ed è più scelerata che mai.126

* * *

51En conclusion, l’Arétin propose une vision limitée de la ville de Rome, en ce qui concerne sa topographie comme sa population. C’est la ville des bas-quartiers, de la cour pontificale corrompue, la ville du vice. Les signes d’identité qu’il met en lumière sont ceux de la décadence de la ville éternelle.

  • 127 Ibidem, 2ème rédaction, III 7, pp. 155-164.
  • 128 Pronostico dello anno MDXXXIIII composto da Piero Aretino flagello dei prencipie quinto evangelista (...)

52Cependant, à la polémique antiromaine, s’ajoute l’exaltation de Venise, cité idéale, à travers les paroles de Flaminio qui dit son intention de quitter la Cour de Rome, où ne règne que la grossièreté et l’envie, pour Venise, car c’est elle la Ville Sainte, le Paradis Terrestre127. L’éloge de la cité des Doges se retrouve d’ailleurs dans l’une des pronostications de l’Arétin, intitulée : Di Venezia alias il paradiso terrestre128.

  • 129 Paul Larivaille, op. cit., p. 91.

53Le mot de la fin revient à Paul Larivaille qui considère que l’Arétin est représentatif d’une civilisation en crise, « déchirée entre les sublimes idéaux élaborés par les générations précédentes et la conscience de l’irrémédiable animalité de l’homme, entre un désir ardent et austère de plénitude et un hédonisme terre à terre qui n’est souvent qu’une forme refoulée du désespoir »129.

Haut de page

Notes

1 Théa Picquet, Rome, un modèlepour Florence ?, dans Rinascimento, Firenze, Leo S. Olschki editore, MMI, pp. 285-301.

2 Paul Larivaille, Le XVIe sièle italien, Paris, Seghers, 1971, p. 17.

3 Paul Larivaille, op. cit., p. 89.

4 Jean de Médicis (Florence 1475-Rome 1521), pape de 1513 à 1521.

5 Adrien Florensz, né à Utrecht en 1459 et mort à Rome en 1523. Il fut le précepteur de Charles Quint. Élu pape en 1522, il fut le dernier pape non italien avant 1978.

6 Jules de Médicis (Florence 1478-Rome 1534), pape de 1523 à 1534.

7 Paul Larivaille, op. cit., pp. 89-90.

8 Forlì 1498-Mantoue 1526, fils de Giovanni dit « il popolano ».

9 Marga Cottino Jones, Introduzione a Pietro Aretino, Roma, Laterza, 1993, pp. 18-19.

10 Voir à ce propos : « Il Marescalco de Pietro Aretino ou Dérision et démythification dans la comédie du Cinquecento. Modalités et finalités », dans Dérision et démythification dans la culture italienne, Saint-Étienne, Publications de l’Université, 2003, pp. 125-143.

11 Paul Larivaille, op. cit., p. 90.

12 Giovan Maria de’ Ciocchi del Monte (Rome 1487-1555), pape de 1550 à 1555.

13 Que Paul Larivaille, Op. cit., p ; 91, définit ainsi : « parodies satiriques des ‘prognostications’ à la mode »

14 La Cortigiana, Prima redazione, in Tutte le opere di Pietro Aretino, Teatro, a cura di Giorgio Petrocchi, Milano, Mondadori, 1971, pp. 653-753. Nous nous référerons aussi aux éditions suivantes : La Cortigiana, a cura di Giuliano Innamorati, Torino, Einaudi, 1977, 160 p. Cortigiana, Opera Nova, Pronostico, Testamento dell’elefante, Farza, a cura di Angelo Romano, Milano, Rizzoli, 1989, 392 p.

15 La Cortigiana, in Tutte le opere di Pietro Aretino, Teatro, a cura di Giorgio Petrocchi, Milano, Mondadori, 1971, pp. 92-217.

16 La Cortigiana, lère rédaction, Prologue, dans Tutte le opere di Piero Aretino, Teatro, a cura di Giorgio Petrocchi, Milano Mondadori, 1971, p. 662.

17 Ibidem, I, l,p. 664.

18 La Cortigiana, lère rédaction, Prologue, dans Tutte le opere di Piero Aretino, Teatro, a cura di Giorgio Petrocchi, Milano Mondadori, 1971, p. 657.

19 Ibidem, Prologue, p. 100.

20 Ibidem, I, 1, p. 101. Messer Maco : “In fin Roma è coda mundi”.

21 Ibidem, Prologue, p.657.

22 Édition Innamorati, cit., p. 136 note 33.

23 Édition Petrocchi, Ière rédaction, II2, p. 686.

24 Ibidem, II 1, p. 684 : « Io per me s’io fussi stato quel papa che fece Belvedere, aria spesi i miei danari in una ostaria, ch’almeno una volta il mese facesse un belvedere d’altro che de loggie o camere dipinte »

25 Ibidem, IV 15 p. 733.

26 Ibidem, IV 9, p. 730.

27 Ibidem, I 24, p. 682.

28 Ibidem.

29 Ibidem, II 19, p. 700.

30 Ibidem, II 5, p. 690.

31 Ibidem, III 3, p. 708.

32 Ibidem, II 2, p. 686.

33 Viol collectif, Ibidem, IV 8, p. 729.

34 Ibidem, V 2, p. 739.

35 Ibidem, V 14, p. 747.

36 Ibidem, Prologue, p.657 ; I 20 p. 678, lorsque Rosso y donne rendez-vous à Cappa ; I 14, p. 673, à propos du vin.

37 Ibidem, Prologue, p.657.

38 Ibidem, I 17, p. 676.

39 Édition Innamorati, p. 137, note 38. Pour Petrocchi, cit, p. 834, note 8, « la Fonte » serait plutôt la fontaine e l’Acqua Vergine de Leon Battista Alberti, près de Ponte Sisto.

40 Édition Petrocchi, 1ère rédaction, II, 6, p. 691.

41 Ibidem, III, p. 684.

42 Ibidem, V 14, p. 744-747.

43 Ibidem, Prologue, p. 657.

44 Ibidem, Argument, p.662. Ici, L’Arétin rappelle les sonnets antiavignonnais de Pétrarque : le sonnet 136 du Chansonnier et « L’avide Babilonia », le sonnet 137 « ... Rome, or perverse et fausse Babylone ».

45 Ibidem, I 1, p.664.

46 Ibidem, Argument, p. 662.

47 Ibidem, V 5, p. 740.

48 Ibidem, 1 16, p. 675.

49 Ibidem, l 12, p. 671.

50 Ibidem, VI 15, p. 733.

51 Ibidem, 14, p. 667.

52 Voir à ce propos : José GUIDI, « Visages de la vie de cour selon Castiglione et l’Arétin : du « Cortegiano » à la « Cortigiana », dans Culture et société en Italie du Moyen-Âge à la Renaissance, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1990 (?), n° 13, pp. 219-228.

53 Édition Innamorati, cit., p. 140, note 18.

54 Ibidem.

55 Voir José GUIDI, op. cit., p. 220.

56 Édition Petrocchi, 1ère rédaction, IV, 14, p. 732.

57 Ibidem, 19, pp. 669-670.

58 Ibidem,III 7,p. 712.

59 Ibidem, III 8, p. 715 : « Perchè ?, non pisciano come le villane ? » remarque Rosso.

60 Ibidem, II 10, pp. 694-695.

61 Ibidem, V21,p.753.

62 Ibidem, IV II, pp. 730-731.

63 Ibidem, III 2, p. 707.

64 Ibidem, II 3, pp. 686-687.

65 Ibidem, III 11, p. 717.

66 Ibidem, III 6, p. 711. Édition Petrocchi, 1ère rédaction, IV, 14, p. 732.

67 Ibidem, II 14, p. 697.

68 Ibidem, III 8, p. 714. Voir à ce propos : Théa Picquet, Profession : courtisane dans Les femmes écrivains en Italie au Moyen Âge et à la Renaissance, Aix-en-Provence, Publications de l’Université, 1994, pp. 119-137.

69 Ibidem, IV 2, p. 724.

70 Ibidem, I 14, p. 672.

71 Ibidem, 16, pp. 667-668.

72 Ibidem, I 14, p. 672.

73 Ibidem, Prologue, pp. 655-656.

74 Ibidem, II6, p. 691.

75 Ibidem.

76 Ibidem, II6, p. 690.

77 Ibidem.

78 Ibidem, II 6, p. 691.

79 Ibidem.

80 Ibidem, II6, p. 690.

81 Ibidem, I 14, p. 673.

82 Ibidem, III 3, p. 708.

83 Ibidem, 14, pp. 673-674 : « ... ed è un peccato ch’io non sia mandato per imbasciatore a qualche Soft, ch’almeno io mi faria onore. Io gli direi Magnificenzia, Reverenzia, Sacra Maestà, Padre Santo, Cristianissimo... e faria un inchino così, l’altro così, inchinarci la testa, e ogni cosa. ».

84 Ìbidem, III 7, p. 712.

85 Ibidem, II 26, p. 705.

86 Ibidem, II 14, p. 697.

87 Ibidem, III 2, p. 707.

88 Ibidem.

89 Édition Innamorati, cit, p, 135, note 13.

90 Édition Petrocchi, lère rédaction, I 2, p. 665.

91 Ibidem, IV 18, p. 736.

92 Ibidem, IV l,p. 722.

93 Ibidem, I 24, p. 683.

94 Ibidem, IV 1, p. 722 : EP. II 1, 116 : « tractant fabrilio fabri »

95 Ibidem, I 24, p. 683.

96 Ibidem, I 8, pp. 668-669.

97 Ibidem, IV 18, p. 735.

98 Ibidem, I 2, p. 665-666.

99 Ibidem, 19, p. 668.

100 Ibidem, 17, pp. 669-670.

101 Ibidem, IV 1, p. 723.

102 Ibidem, IV 13, p. 732.

103 Ibidem, V 7, p. 741.

104 Ibidem, I 12, p. 672.

105 Ibidem, II 5, pp. 687-688.

106 Ibidem, Prologue, p. 657.

107 Ibidem, V 7, p. 741.

108 Ibidem, III 7, p. 714.

109 Ibidem, I 1, p. 665.

110 Ibidem, I 1, p. 670.

111 Ibidem, I 1, p. 684.

112 Ibidem.

113 Ibidem, III 3, pp. 708-709.

114 Ibidem, I 9, p. 669.

115 Ibidem, II 5, p. 688.

116 Ibidem, II 5, pp. 688-689.

117 Ibidem.

118 Ibidem, II 5, p.688.

119 Ibidem, III 6, p. 711.

120 Ibidem, 121, p. 679.

121 Ibidem, II 5, p. 689.

122 Ibidem, I 22, p. 680.

123 Ibidem, IV 17, p. 735.

124 Édition Petrocchi, Ière rédaction, II 6, pp. 681-682.

125 Ibidem, 2ème rédaction, I, 22, pp. 117-120.

126 Ibidem, 2ème rédaction, I, 23, pp. 120-121.

127 Ibidem, 2ème rédaction, III 7, pp. 155-164.

128 Pronostico dello anno MDXXXIIII composto da Piero Aretino flagello dei prencipie quinto evangelista, in Cortigiana..., a cura di Angelo Romano, cit., pp. 305-306.

129 Paul Larivaille, op. cit., p. 91.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Roma « coda mundi ». La ville de Rome dans La Cortigiana de l’Arétin », Cahiers d’études romanes, 12 | 2005, 25-40.

Référence électronique

Théa Picquet, « Roma « coda mundi ». La ville de Rome dans La Cortigiana de l’Arétin », Cahiers d’études romanes [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/2551 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2551

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org