Navigation – Plan du site

Lieux et limites dans la transformation paysagère et sociale de Santiago du Chili entre 1973 et 1990

Pablo Berchenko
p. 81-96

Résumés

Étude du bâti et des activités des habitants tels qu’ils se reflètent dans le paysage de la ville à partir des transformations récentes du tissu urbain de Santiago du Chili au cours d’une période de 17 ans, entre septembre 1973 et mars 1990. La question posée est de savoir comment l’action d’un gouvernement dictatorial sur le plan politique et libéral sur le plan économique se concrétise dans le paysage construit et dans l’activité humaine.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

ciudad, construcción, urbanismo, dictadura

Index géographique :

Chili, Santiago du Chili

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

Si volvieran/ no reconocerían el lugar/ la calle, la casa/ dudarían en las esquinas/ creerían estar en otro lugar.
Cristina Peri Rossi, Estado de exilio, 2003

1Ceux qui bâtissent la ville, qui la modèlent ou la remodèlent veulent qu’elle accomplisse un certain nombre de fonctions, qu’elle ait une valeur financière et esthétique et une identité propre. L’agglomération urbaine est donc le produit de nombreux acteurs : État, mairies, associations de voisins, promoteurs immobiliers, personnes privées, etc. Chacun modifie la structure urbaine pour des raisons qui lui sont propres. La ville se dresse à travers la construction des lieux et des limites tels qu’édifices, voies de circulation, parcs, monuments, disposition des quartiers, toponymes, points de repère, etc. Ainsi la ville change constamment dans les grandes lignes et dans le détail. La construction urbaine, son aménagement et le contrôle de son devenir sont de la sorte l’objet des décisions d’une multitude de pouvoirs en place. La ville exprime par son paysage des significations qui sont l’expression de la volonté de responsables publics et privés et des rapports de force qu’ils entretiennent. Les lieux et les limites de la ville constituent ainsi des éléments urbains porteurs des messages de ceux qui donnent sa forme visuelle au paysage urbain.

  • 1 Sur cette possibilité de « lire » la ville, Kevin Lynch dit que : “Tout comme la page imprimé est l (...)
  • 2 MONDADA, Lorenza, Décrire la ville. La construction des savoirs urbains dansl’interaction et dans l (...)
  • 3 Notre attention se portera sur ce que 1’ on appelle « Area Metropolitana ». Cette dernière, en 1992 (...)

2La ville créée de la sorte peut se “lire”1 autant à travers les édifices qu’à travers les activités humaines. Dans la lecture de la ville les matériels statiques ont autant d’importance que les éléments qui bougent (la population et ses occupations). On peut se demander en conséquence s’il est possible de faire une étude du bâti et des habitants tels qu’ils se reflètent dans le paysage urbain à partir des transformations récentes du tissu urbain2. Pour répondre à cette question, nous allons examiner le cas de Santiago du Chili au cours d’une période de 17 ans, entre septembre 1973 et mars 19903. Cette période est celle de la Junte militaire au pouvoir. Ce pouvoir prône les valeurs de l’autoritarisme, la modernité, l’individualisme, la différentiation sociale, la prééminence de l’Armée sur le pouvoir civil et le néolibéralisme. La question qui se pose est donc de savoir comment l’action d’un gouvernement dictatorial sur le plan politique et libéral sur le plan économique, se concrétise dans le paysage construit et dans les activités humaines ? Cette lecture est donc une tentative de compréhension des transformations qu’un pouvoir politique peut imprimer sur une ville.

  • 4 Ce choix est dicté par la notion de « lisibilité » proposée par Lynch. Elle signifie, dans un sens (...)

3Ainsi on s’intéressera plus particulièrement au détournement et déclin de certains éléments du tissu urbain représentatifs d’un passé républicain, à la matérialisation des valeurs de la dictature dans la capitale du pays et au nouveau paysage humain de la ville4.

1- Les lieux du passé républicain et ses noms

4Le Chili, en septembre 1973, est un pays avec un riche passé démocratique. Passé qui est imprimé dans la ville, par exemple, dans le palais présidentiel, l’édifice de l’Assemblée nationale, les lieux des manifestations culturelles ou les noms qui rappellent la longue évolution d’une république oligarchique vers un État de consensus national. Ils constituent les éléments centraux du paysage urbain de la capitale. La matérialisation de ce passé sera l’objet d’effacements ou de détournements.

l.1. - Les lieux de pouvoir

  • 5 Le jour de l’entrée en vigueur de la nouvelle constitution imposée par les militaires, le 11 mars 1 (...)

5Le palais présidentiel de La Moneda est un lieu de pouvoir et de mémoire bâti à l’époque coloniale (1788-1805) au cœur même de la ville. Son architecture classique et son emplacement au milieu d’un grand espace entouré de ministères, d’hôtels luxueux, de sièges de grands journaux et de banques fait du palais le symbole d’un pouvoir d’État républicain centralisateur, mais ancré historiquement dans les valeurs de la démocratie. La destruction du palais en 1973 (bombardé et incendié lors du coup d’État) fait de La Moneda le symbole matériel de l’anéantissement d’un projet politique républicain et socialisant. Le maintien, pendant sept ans, des traces du combat (les trous béants laissés par les bombes, la couleur noire de la fumée sur les murs, les impacts des balles, le toit effondré, les fenêtres éventrées), est destiné à fixer dans la conscience collective la fracture totale avec le passé récent, condamné par les militaires. Sa longue reconstruction, qui culmine en 1981, est le symbole de la fondation d’une autre forme de pouvoir politique. Ainsi l’effacement des destructions et la disparition de certains éléments de son architecture prétendent oblitérer la trace matérielle de ces événements. C’est le cas, par exemple, de la porte latérale par laquelle se produisit l’assaut du Palais et par laquelle, plus tard, les pompiers sortirent le cadavre du président S. Allende. L’installation de la Junte militaire dans le palais, en 19815, apparaît ensuite comme la recherche symbolique d’une légitimité historique liée à l’édifice et à son emplacement au centre géographique de la ville et de la nation toute entière. Désormais le bâtiment parle de lui-même : il s’agit d’un lieu de pouvoir qui exprime la continuité de l’Histoire.

6Le gratte-ciel de l’UNCTAD, situé sur l’avenue la plus importante de Santiago, mais légèrement en marge du centre historique, est lui aussi un lieu de pouvoir. Inauguré en 1972 par S. Allende, pour accueillir la Troisième conférence des Nations Unies pour le développement et le commerce, il est occupé, en septembre 1973, par la Junte militaire, après la destruction du palais de La Moneda ; il se produit donc un détournement de fonction : l’immeuble accueillant une organisation internationale devient le lieu d’exercice du pouvoir de la Junte pendant la longue période de reconstruction du palais présidentiel. Le nom d’origine de cet immeuble était Edificio Gabriela Mistral, en hommage à la poétesse qui reçu le prix Nobel de littérature en 1951. Ce nom évoque les valeurs de l’intellect, de la sensibilité, de la compassion et de l’intégration sociale propres à l’Etat républicain. Les militaires, à la recherche d’une légitimité que l’Histoire pourrait leur donner, changent le nom de l’immeuble qui devient Edificio Diego Portates, du nom d’un commerçant et ministre du XIXe siècle, créateur d’un État de type autoritaire et conservateur. L’imposante hauteur de l’immeuble, sa modernité et son nouveau nom matérialisent un pouvoir qui domine sans conteste toute la ville.

  • 6 Il s’agit de Secretaría Ejecutiva Nacional de Detenidos (SENDET) et Dirección de Inteligencia Nacio (...)
  • 7 Le Palais du Congrès est conçu comme une imitation du Parlement français par François Brunet, Lucie (...)

7Le palais de l’Assemblée nationale, situé également au centre historique de la ville est un édifice noble et majestueux de style néo­classique, bâti au XIXe siècle par des architectes français et chiliens. Quand le parlement est dissous lors du coup d’État, l’édifice désaffecté devient, fin septembre, le siège du Secrétariat national exécutif des prisonniers (SENDET). Ce dernier est un organisme militaire chargé de traiter les problèmes logistiques que posent les milliers de prisonniers politiques s’entassant dans les stades de la ville (Estadio Nacional et Estadio Chile). Ces derniers sont devenus des camps de concentration du nouveau régime. La Direction d’Intelligence Nationale (DINA), principal instrument de terreur et de mort de la dictature, s’installe également dans l’immeuble du Congrès6. Ainsi le bâtiment, lieu de débat libre et contradictoire, expression de la représentation populaire, symbole d’indépendance par rapport au pouvoir exécutif, vidé de son contenu, par une sorte d’antithèse, devient le signe d’une culture politique centrée sur l’autoritarisme, la répression et la terreur. Tandis que les pouvoirs exécutifs et judiciaires restent à Santiago, le siège du Parlement est déplacé à Valparaíso, en 1987, à une centaine de kilomètres de la capitale du pays7. L’édifice ancien est transformé en bibliothèque. Le palais du Parlement devient donc le signe d’un pouvoir d’État placé à la périphérie géographique d’un État centralisateur. De la sorte l’État militaire, en mars 1990, laisse derrière lui un pouvoir législatif dévalué. L’activité de cette assemblée est symboliquement considérée comme secondaire par son exclusion de la ville-capitale et par la création d’une discontinuité spatiale entre les lieux de pouvoir de l’État.

8En conséquence, le centre historique de la ville est l’objet d’un détournement de son activité et de sa mémoire, perdant ainsi de sa vitalité républicaine. De plus, ce phénomène traduit une perte relative de la “centralité” du politique. Une partie très importante des cérémonies officielles se déroule à l’École militaire, située dans les beaux quartiers, et les manifestations politiques de l’opposition, interdites, sont durement réprimées, ce qui contribue à la dévitalisation du centre historique.

1.2. - Les lieux de culture

  • 8 PLATH, Oreste, El Santiago que se fue. Apuntes de la memoria, Santiago du Chili, Biblioteca Naciona (...)

9La paupérisation intellectuelle et politique8 du centre urbain historique s’effectue également par le déplacement d’une partie de la population, du monde des affaires (sièges d’entreprises et de banques) et des activités culturelles (musées, théâtres, salles d’expositions, etc.) vers les nouveaux quartiers (El Golf, Alto las Condes), qui se développent à l’Est, vers la pré-cordillère.

  • 9 Dans un récent entretien Miguel Laborde, architecte et urbaniste, souligne à propos de Santiago du (...)

10Au cours de la période étudiée la décadence des anciens quartiers de l’oligarchie (le quartier “afrancesado” du côté Orient, rue Dieciocho et alentours du parc Cousiño) et de celui des classes moyennes (place Brasil, rue Santo Domingo, rue Compañía) se confirme par une dégradation importante des édifices. Ceci est autant le signe d’un déplacement ancien de l’oligarchie vers la partie haute de la ville (d’abord vers les « quartiers jardins » Providencia, Ñuñoa et Vitacura, vers Avenida Presidente Kennedy ensuite), que celui de l’appauvrissement plus récent des couches moyennes de la société qui occupaient les quartiers entourant le centre historique. La capitale met de cette façon en évidence les signes de l’individualisme et de la différenciation sociale fondée sur la richesse matérielle9. Ceci se fait à travers le morcellement de l’étendue de la ville. La place Baquedano et l’avenue Vicuña Mackenna deviennent de véritables barrières entre les nouveaux quartiers où s’accumule la richesse et le reste de la ville, qui tombe à l’abandon. En réalité, à Santiago, il se produit au cours de ces années-là un dédoublement de ce que les géographes désignent comme le Central Business District (CBD). De plus, en centre-ville, à côté du commerce de luxe, apparaît une multitude de commerçants ambulants qui, avec des installations de fortune, s’emparent des rues et des boulevards. Le centre historique, avec son architecture lourde, massive et antisismique des années trente-quarante accueille une architecture très contemporaine, et devient, plus que jamais, un espace de brassage des classes sociales.

11Il faut aussi constater, en 1990, la disparition et le déclin des gares du chemin de fer de Santiago. C’est le cas de l’Estación Mapocho, terminus et départ du réseau ferroviaire de la côte et du Nord du pays et del’Estación Central qui recevait le trafic du Sud. La construction de ces beaux édifices date de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Elles ont été bâties avec des structures métalliques fabriquées en France et sur le modèle architectural des gares françaises de l’époque. Le chemin de fer était au Chili un service public fier et puissant et les gares étaient l’expression matérielle de la puissance de l’État. À partir de 1973, les stations ont été délaissées pour favoriser le développement du transport routier. Ainsi les entreprises privées remplacent le service public pour le transport des passagers et des marchandises. La ville exprime par cet abandon, d’un côté les valeurs propres au néolibéralisme (la prééminence du privé) et d’un autre, l’acquittement de la dette que les militaires putschistes ont contracté avec les chauffeurs routiers grévistes qui ont déstabilisé le gouvernement Allende.

  • 10 Ouvert au public en 1885.

12Le Palais des Beaux Arts, situé à la limite du centre historique et séparé par la rivière Mapocho du quartier populaire Recoleta, était un lieu de haute culture républicaine et de formation artistique. Après le coup d’Etat, il perd de sa vitalité et subit la dégradation de ses locaux et collections. Les toits laissant passer la pluie et le chauffage inexistant parlent, en 1990, de l’abandon de l’État au regard de ses responsabilités envers la culture. De la même façon, le parc de la Quinta Normal de Agricultura, lieu de récréation populaire, est dévitalisé en tant que lieu d’expression de la culture du XIXe siècle marquée par le positivisme, le républicanisme et l’européanisme. Dans son enceinte se trouvent le Jardin botanique, le Musée d’histoire naturelle, la Faculté d’Agronomie et le Musée d’Art (Partenón de la Quinta Normal10) qui ont subi eux aussi l’abandon de l’intérêt de l’État.

1.3. - Les noms dans la ville

  • 11 Voir cas du changement de nom de l’avenue Presidente José Batlle y Ordonez (élu en 1903, ce dernier (...)

13Le changement de noms de voies, de rues, de parcs, des points de repère sert à créer des lieux et des limites qui sont liés à une fonction urbaine nouvelle. De la sorte, l’Avenue 11 de septiembre, dont le nom commémore la date du coup d’État est placée à un carrefour principal permettant l’accès aux beaux quartiers. Ce nom rappelle constamment aux gens qui habitent ces lieux de privilège, ou qui y travaillent, le service que l’armée leur a rendu11. Le Parc Cousiño, lieu d’expression des loisirs de l’oligarchie du XIXe siècle, change lui aussi de nom. Conçu à l’origine comme une imitation du Bois de Boulogne, il a longtemps rempli les fonctions de champs de Mars. Il devient au cours des années un lieu de récréation populaire. Les militaires le rebaptisent avec le nom d’un héros de l’Indépendance. Il est aujourd’hui parc O’Higgins en hommage au père fondateur de la patrie. Ce nom était déjà celui de la principale avenue de la ville, l’Alameda Bernardo O’Higgins, mais il deviendra Alameda Libertador Bernardo O’Higgins. Ce toponyme se multiplie sur le plan urbain. Ainsi apparaissent des rues O’Higgins dans les quartiers populaires de La Granja, Quinta Normal et Renca. Mais également le nom de sa sœur Rosa O’Higgins est inscrit sur le plan du quartier chic de Las Condes. L’École militaire s’appelle également Libertador B. O’Higgins, ainsi qu’une université privée crée par le général Pinochet lui-même. Ce nom apparaît donc comme une valeur symbolique du nationalisme qui se cristallise justement en la personne d’un militaire. Le nom d’un officier putschiste, ancien ministre de l’Intérieur de Pinochet, le général Bonilla, mort dans un obscur accident d’hélicoptère en 1975, donne son nom à une avenue du quartier populaire de Lo Prado ainsi qu’à quatre autres rues. A ce nom s’ajoute dans le quartier de Las Condes, la rue General Carol Urzúa, personnage qui a été nommé par Pinochet maire de la ville en 1981. Par ailleurs, l’aéroport de Santiago du Chili dont le nom était Pudahuel (ce qui correspond à la toponymie indigène), devient l’aéroport Commandant Merino Benites, nom d’un officier de l’armée de l’air. Le secteur le plus intégriste de l’Eglise, qui a été lié à la gestion des militaires, laisse également sa trace dans les voies de circulation de la ville. L’avenue Senador Jaime Guzmán, nom du conseiller personnel du général Pinochet, traverse les quartiers de Providencia et Ñuñoa. Ce nom se trouve également dans les arrondissements populaires de Renca et Pudahuel. L’Avenue Monseñor Escribá de Balaguer rend hommage au fondateur, en 1928, de l’Opus Dei dans un des quartiers les plus élégants de Santiago.

14Enfin, au cours de cette période se faitl’anonymation des Lycées de l’enseignement d’État. Ces établissements passent sous le contrôle des municipalités (elles-mêmes sous le contrôle du ministère de l’Intérieur), et entrent dans une lente décadence. En effet, les noms des établissements de l’enseignement public sont remplacés par de simples numéros. Par contre, les établissements privés d’éducation (qui gardent leurs noms), prolifèrent et se développent. Ainsi disparaissent du plan de la ville des noms tels que Valentín Letelier (défenseur de l’enseignement laïque et d’État), Barros Arana (historien libéral du XIXe siècle), Victorino Lastarria (avocat, homme politique et intellectuel du XIXe siècle), Pablo Neruda (poète, prix Nobel de littérature et clairement engagé à gauche), Gabriela Mistral, etc. Se produit ainsi, dans la toponymie urbaine, la disparition des noms qui remplissent une fonction commémorative. Ceci correspond à une volonté d’effacement de la mémoire politique et culturelle républicaine et laïque. De cette façon la ville exprime, par des oblitérations, des significations précises qui donnent, par un effet de creux, une image du pouvoir en place.

2.-Un nouveau paysage urbain

15L’affirmation des valeurs de la dictature néo-libérale donne une forme visuelle inédite à l’espace urbain. Forme qui répond aux principes d’un État qui prône la liberté dans les affaires et la répression dans le politique. D’une part la ville devient un mélange de symboles d’un pouvoir militaire qui se montre triomphant, et d’une brillante architecture qui se cantonne aux quartiers aisés ou d’affaires. D’autre part la ville est marquée par les signes diffus d’une action répressive qui, en se cachant, pèse néanmoins sur la ville comme une chape de plomb. Ainsi des nouvelles frontières apparaissent ou se déplacent créant des discontinuités spatiales à l’intérieur de la ville.

2.1. - Les monuments

  • 12 Cette revendication réitérée de la “liberté” faite par un gouvernement dictatorial peut paraître pa (...)

16Les monuments qui rendent hommage au Che Guevara et à Luis Emilio Recabarren (fondateur du mouvement syndical et du Parti communiste chilien), situés dans les quartiers populaires de San Miguel et de place Almagro, disparaissent de l’espace urbain entre 1973 et 1989. Le régime fait ainsi la soustraction des éléments propres à une culture politique de gauche et ajoute ses propres lieux de mémoire. Ainsi l’Armée de l’air installe en 1980 dans le parc de l’avenue Providencia, grande artère qui conduit aux quartiers opulents de la ville le monument de l’aviation. Pour leur part, les policiers en uniforme (carabineros), qui ont joué un rôle important lors du putsch en abandonnant la garde du palais présidentiel, érigent leur propre monument sur l’Alameda Libertador Bernardo O’Higgins. Finalement, la flamme qui commémore les héros de l’armée de terre installée, en 1975, sur la place Los Libertadores, se trouve face au palais de La Moneda et à la place de La Libertad,12 flanquée des statues de O’Higgins y du général San Martin. Ces lieux de mémoire sont l’objet de cérémonies, marquées dans le calendrier scolaire, les enfants et les jeunes étant obligés de rendre hommage aux symboles de l’État militaire. Ils expriment le nationalisme comme valeur de la dictature en même temps qu’ils revendiquent la prééminence des Forces armées dans la construction nationale. La dictature impose la présence de ses propres valeurs dans le paysage de la capitale, mais sans éliminer tous les autres qui concernent la tradition républicaine.

2.2. - Lieux de l’antimonde

  • 13 BRUNET, Roger et alii, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique,Montpellier/Paris, Reclus-L (...)

17Si l’on suit la conceptualisation du géographe Roger Brunet, les centres secrets de détention et de torture installés par les militaires peuvent être considérés comme des lieux de l’antimonde. Pour R. Brunet l’antimonde est cette « partie du monde mal connue et qui tient à le rester, qui se présente à la fois comme le négatif du monde et comme son double indispensable. L’antimonde est à la fois un asile et un tombeau des libertés [...]. Le système [...] cache ce qui le sert, mais ne saurait se voir... »13. Plusieurs de ces centres d’arrestation et de torture sont entrés en fonction après le coup d’État. Ainsi la maison du 38 de la rue Londres, l’un des sièges du parti socialiste à Santiago jusqu’au jour du putsch, est confisquée par les militaires pour devenir un centre de torture et une prison clandestine de la DINA. Ceci se passe en plein centre de la capitale, à quelques pas de l’Immeuble Diego Portales, siège de la junte militaire. De la même manière, la Villa Grimaldi, ancienne propriété terrienne de grande dimension non loin du centre ville devient, pendant plusieurs années, un centre de détention clandestin et un lieu de torture. Il en va de même pour la maison du n° 1367 de la rue José Domingo Cañas, détournée en lieu de torture et prison clandestine de la police politique entre les mois d’août et novembre 1974. Le Cimetière général est aussi considéré comme un lieu de l’antimonde. Il est un lieu d’ensevelissements clandestins, comme les casernes et la rivière Mapocho où ont été jetés les cadavres des personnes exécutées lors du coup d’État. Les lieux de l’antimonde sont donc le signe d’un discours répressif qui en se cachant veut néanmoins être toujours présent dans la conscience de chacun, dessinant ainsi une carte de la terreur dans la ville.

2.3. - Les quartiers, lieux et limites dans la ville

  • 14 PAQUETTE, Catherine, “Santiago du Chili : une ségrégation spatiale importante et “organisée””, in D (...)
  • 15 ALBRECHT, Carlos, « ¿Una arquitectura para la persuasión consumista ? » in Araucaria de Chile, Madr (...)

18Les nouveaux quartiers résidentiels et d’affaires14 sont les lieux de la manifestation de la nouvelle réussite économique à travers une architecture qui monte au ciel, bâtie en acier, aluminium et verre réfléchissant. C’est là que se trouvent les mails (grands centres commerciaux) qui sont à la fois des lieux de commerce, et des lieux d’une nouvelle forme de sociabilité et de promenade15. Le tout est installé dans un environnement moderne et harmonieux. Car ces nouveaux quartiers se construisent par un déplacement du centre urbain depuis le centre historique (qui est le lieu de mélange des classes sociales), vers les quartiers huppés, traditionnellement oligarchiques. Ce déplacement a une valeur symbolique : le centre “monte” socialement, mais aussi géographiquement (vers le haut, vers la pré-cordillère, vers le Nord-est de la ville). L’École militaire, le Club de Golf et le Country Club se trouvent à l’entrée de ces nouveaux quartiers résidentiels. L’avenue Tobalaba et l’avenue Monseñor Escribá de Balaguer constituent de nouvelles frontières. La valeur symbolique est de créer un espace où le brassage des classes sociales trouve ses limites. La valeur réelle du déplacement est d’échapper au bruit, à la saleté, aux fumées, à la pollution et aux chaos propres au centre urbain et aux quartiers populaires.

  • 16 Selon le géographe Jorge Ortiz, dans ce processus, entre 1975 etl985, 28.000 familles ont été dépla (...)
  • 17 PAQUETTE, Catherine, “Santiago du Chili : une ségrégation spatiale importante...”, op. cit.,p. 311.

19Les bidonvilles qui étaient des espaces marginaux par excellence, le lieu des luttes politiques des années 60-70, seront l’objet d’une stratégie, signe de l’abandon des projets populistes d’accès à la petite propriété, avec l’aide de l’État et de l’épargne coopérative. L’action de l’État continue pendant la période dictatoriale mais elle est réorientée parce que la localisation de logements sociaux se fait presque exclusivement en périphérie urbaine. Ceci met en évidence une politique de ségrégation socio-spatiale de très grande envergure pratiquée par les militaires16. C. Paquette évoque ainsi la coexistence, dans l’ignorance, de deux villes, voire de deux pays17 dans le même espace urbain. Symboliquement ce partage du paysage urbain traduit bien la séparation sociale comme une valeur revendiquée par la junte militaire.

  • 18 ALBANO, Ignacio, “El régimen de Santiago exhibe el Santiago del régimen”, Araucaria de Chile, Madri (...)

20Par ailleurs, certains quartiers reçoivent de nouveaux immigrants. Il en va ainsi de cette communauté des Coréens récemment arrivée dans le vieux quartier Recoleta. Une partie de ce quartier se caractérise par la présence des ateliers textiles et devient un lieu d’échange du vêtement bon marché. Ceci marque les limites de l’intégration d’une population immigrée perçue encore avec méfiance. Cette population se replie sur elle-même. Paradoxalement ceci est en même temps un symbole de l’ouverture de l’économie chilienne sur le bassin du Pacifique, signe de la mondialisation au même titre que l’apparition du nouveau CBD à l’architecture internationalisée18.

2.4. - Les nouvelles frontières dans la ville

  • 19 Voir « La violencia de la ciudad » in MOULIAN, Tomas, Chile actual. Anatomia de un mito, Santiago d (...)

21L’apparition des condominiums (Private Cities) dans les résidences urbaines comme lieux identitaires de classe et espace inaccessible pour les autres, est un phénomène marquant du paysage urbain issu de la période dictatoriale. Il ne s’agit pas dans le cas des condominiums d’une simple copropriété. C’est un espace de droit, de souveraineté exercée en commun par plusieurs copropriétaires : droit à établir des limites dans l’espace urbain (murs, grillages, portes avec codes d’entrée, surveillance électronique), droit à créer des contrôles à l’entrée de cet espace fermé, droit à limiter la circulation des personnes, recours à l’installation de corps des gardes privés, etc. C’est l’expression d’un urbanisme de la peur qui justifie la répression. Celle-ci est une valeur chère à la dictature face à la violence urbaine qui se développe dans le reste de la ville abandonnée par l’État. Mais c’est aussi le symbole de l’individualisme propre à un État néo-libéral. Face au chaos de la ville... Sauve qui peut !19

22Les cimetières privés font eux aussi leur apparition comme une marque de plus de la privatisation des lieux de mémoire produite par de la politique néo-libérale. Les lieux de mémoire des morts ne sont plus une affaire qui appartienne à la famille, à la religion ou à l’État, elle est l’affaire des entreprises privées.

  • 20 GAY, Jean-Christophe, Les discontinuités spatiales, Paris, Économica, coll. “Poche géographie” n° 4 (...)

23Finalement, l’affirmation des valeurs de la dictature néo-libérale dans le paysage urbain valorise le contraste plus que la diversité. Tandis que la diversité aurait établi des transitions qui se font pas à pas, au point de n’être sensibles à l’observateur que lorsqu’il aurait franchi un assez grand nombre de degrés, le contraste entre deux groupes sociaux — créé par exemple, par les condominiums est une sorte de hiatus, une séparation sans transition, une très grande différence de degré20.

3.-Un nouveau paysage humain

24Le coup d’État impose un contrôle social durable sur la population de la ville et ses activités. La dictature crée de nouvelles formes de comportements, elle établit des limites à l’expression sociale, mais elle peut aussi tolérer l’existence de quelques espaces restreints pour la manifestation du mécontentement.

3.1. - La rue espace d’expression d’une culture nouvelle

  • 21 Les casernes sont entourées de mesures de sécurité extrêmes. Celles-ci se manifestent par la constr (...)

25Ainsi, la profusion des gardes armés établit des limites dans le paysage urbain. Ils se trouvent aux portes des casernes21, des banques, des grandes surfaces commerciales, à l’entrée des condominiums, etc. Ces gardes en uniforme marquent les limites de la propriété, de la vie privée et du secret militaire. Ils imposent des critères de sélection de l’accès pour la délimitation d’un espace de pouvoir. Mais c’est aussi une autre manifestation du néolibéralisme. L’Armée assure sa propre sécurité comme chacun assure la sienne. Ainsi le seul garant de la sécurité pour le citoyen est l’entreprise privée qui vend l’équipement et les services des gardes armés.

26Les uniformes pour les employés de bureau se voient désormais partout dans les rues de la ville. Ceci est un phénomène nouveau : chaque banque, chaque entreprise privée impose un uniforme à ses employés, établissant les limites visibles qui identifient et séparent les employés des autres citoyens.

27La “propreté” comme idéal social s’impose. L’effacement de la propagande politique est considéré comme un acte de propreté, alors que l’omniprésence de la publicité commerciale n’est pas perçue comme pollution du paysage. Le citoyen politisé dérange, par contre le citoyen consommateur convient parfaitement à une société dominée par des militaires et des entrepreneurs.

3.2. - Les lieux de contestation d’une nouvelle société

28Le Stade National est un espace détourné dès le début de la dictature. Le premier détournement de fonction se produit pendant les premiers jours du putsch. De lieu de sport, il est transformé en lieu d’arrestation massive et de torture. Ainsi le lieu public par excellence devient lieu de l’antimonde. Mais il va subir un deuxième détournement. Vers la fin des années 80, il se transforme en lieu de mémoire et lieu de protestation populaire spontanée.

29La Cathédrale est d’abord un lieu de mémoire des militaires parce que le Te Deum (cérémonie annuelle qui a lieu au mois de septembre) se réalise en présence des autorités militaires et religieuses. Cette cérémonie représente l’union du pouvoir militaire et religieux. Mais la Cathédrale et ses locaux sont détournés de leurs fonctions traditionnelles. De lieux de culte, ils deviennent lieux de protection des victimes de la répression et, en particulier, des familles des “disparus”. En son sein sont installés les bureaux du Vicariat de la solidarité, un organisme d’opposition à la dictature soutenu par l’Église.

30L’apparition des nouvelles Églises dans les quartiers populaires et ses activités dans les rues est un phénomène récent. La prolifération des églises protestantes et de sectes diverses dans d’anciens garages, hangars, maisons de familles, etc.. devenus lieux de culte est le signe d’une crise profonde de l’Église catholique et de la pénétration de référents religieux d’origine nord-américaine. De fait, les ambiguïtés de l’Église catholique face à la dictature malgré la pratique de la solidarité avec les plus faibles ont joué contre elle. Par contre, l’individualisme qui s’est enraciné dans la mentalité des couches populaires ouvre les portes aux nouvelles Églises protestantes et sectes qui peuplent aujourd’hui le paysage urbain. Ces lieux sont en même temps la manifestation d’un malaise social profond et d’un certain conformisme.

31Le quartier Bellavista est quant à lui un lieu de dissidence culturelle pendant les années 80. Il est l’espace d’expression publique d’une culture alternative. Entre la rivière Mapocho et le parc de récréation populaire qu’est le Cerro San Cristobal, une partie du quartier se transforme en lieu de vente de produits artisanaux, de livres d’occasion, d’œuvres photocopiées ou éditées en micro-édition. Ce quartier est aussi un espace d’expression de la musique rock ou engagée politiquement, des salles de danse, des groupes de théâtre qui jouent dans la rue, etc.

3.3. - La circulations des habitants

  • 22 PAQUETTE, Catherine, “Santiago du Chili : des choix résidentiels très réduits pour les plus modeste (...)

32Dans une ville où le parc automobile ne cesse d’augmenter, engendrant une pollution toujours plus importante, le chaos du transport urbain montre l’effacement des règles que l’État et la municipalité avaient imposées au comportement des compagnies de transport privées avant 1973. Un tel désordre est l’expression de la libre entreprise, de la déréglementation du transport des passagers et du non respect (toléré par les militaires) du code de la route. C’est le paradigme du “capitalisme sauvage”. Chaque chauffeur conduit son véhicule dans n’importe quel état et s’arrête comme il l’entend, ne considérant que le profit et la concurrence. Les entreprises de transport se développent, encombrant les voies de circulation parce que les ménages sont contraints à des migrations journalières pendulaires très importantes du fait de la situation des logements sociaux presque exclusivement en périphérie de la ville22. Il n’en va pas de même dans les hauts quartiers où l’on trouve des abribus et un parc de bus plus récents. C’est le signe des disparités des ressources existant d’une commune du Grand Santiago à l’autre.

33Les minibus jaunes transportant des enfants aux heures de pointe sont l’expression de la recherche d’une ascension sociale des familles par l’éducation de leurs fils. Ils envahissent les voies de circulation aux heures de pointe. En effet, les établissements scolaires publics étant passés sous le contrôle de municipalités très inégalement dotées, le transport scolaire exprime la tentative des classes moyennes d’échapper à des établissements abandonnés par le ministère l’Éducation Nationale à des mairies qui n’ont ni les moyens ni les capacités de mettre en œuvre une action éducative efficace. Ainsi, les familles de la petite bourgeoisie font des sacrifices parfois douloureux pour échapper à la carte scolaire des municipalités. La tentative d’effacer les limites sociales de la ville oblige les ménages modestes à investir une partie importante de leur budget en transport des enfants. Ainsi aux migrations pendulaires des adultes (employés, ouvriers, fonctionnaires, etc.) s’ajoute le déplacement des enfants. Celui-ci, entre les mains de petites entreprises privées, se développe de façon chaotique.

34Par ailleurs, les voitures japonaises et coréennes font partie du nouveau paysage urbain de la ville. Elles sont le signe de l’ouverture du Chili vers le Pacifique et du contact avec de nouveaux espaces géopolitiques et économiques. Les voitures nord-américaines restent aussi nombreuses qu’avant 1973. Les voitures européennes, elles, se font rares, les quatre chevaux Citroën (“citronetas”) et les Renault auxquelles avaient accédé les classes moyennes des années 60 ont presque disparu du paysage urbain.

35Les lignes de métro dont la construction avait commencé avant 1973 constituent en 1990 un nouveau moyen de transport encore insuffisant. Ainsi la ligne de métro Escuela Militar-Pajaritos est à la fois voie de communication et limite urbaine dans la direction Ouest-Est. Elle est la culmination symbolique de l’ascension urbaine et sociale (station École Militaire) et par opposition elle est la descente aux quartiers populaires (station Pajaritos). Elle se différencie de l’autre ligne qui socialement traverse la partie Sud de la ville en partant du centre ville sans marquer un clivage social notoire entre un terminus et l’autre.

Conclusion

36Ainsi, pendant dix-sept ans, par un processus de destruction et reconstruction, de démolition et restauration, d’effacement et de réécriture, d’accumulation et de superposition, les objets physiques et l’activité des habitants de l’agglomération créent une nouvelle image collective de la ville. Celle-ci est influencée par la signification sociale plus ou moins aiguë d’une zone, la fonction d’un édifice, l’histoire d’un point de repère ou même d’un nom. Cette image est nécessaire à tout individu qui doit agir efficacement dans ce nouvel environnement urbain. Elle s’exprime, en 1990, dans l’espace urbain par les limites qu’imposent la mise en valeur de la propriété individuelle, les droits exacerbés de l’entreprise privée, la valorisation de la différenciation sociale et l’omniprésence menaçante de tout ce qui est en rapport avec la vie militaire et policière. Les traits du paysage urbain marqués par les valeurs de l’espace privé et de la peur représentent sans doute un défi pour les nouvelles autorités civiles qui doivent assurer une transition politique vers la démocratie à partir de cette année-là. Mais quels sont les traits qu’une ville exprime par son paysage quand les responsables politiques qui participent à sa construction sont l’expression d’une vie démocratique ?

Haut de page

Notes

1 Sur cette possibilité de « lire » la ville, Kevin Lynch dit que : “Tout comme la page imprimé est lisible si l’on peut la percevoir comme un canevas de symboles reconnaissables et liés entre eux, de même une ville lisible est celle dont les quartiers, les points de repère ou les voies sont facilement identifiables et aisément combinés en un schéma d’ensemble” in LYNCH, K., L’image de la cité, Paris, Dunod, 1999, p. 3.

2 MONDADA, Lorenza, Décrire la ville. La construction des savoirs urbains dansl’interaction et dans le texte, Paris, Anthropos, coll. “Villes”, 2000.

3 Notre attention se portera sur ce que 1’ on appelle « Area Metropolitana ». Cette dernière, en 1992, avait 5,5 millions d’habitants.

4 Ce choix est dicté par la notion de « lisibilité » proposée par Lynch. Elle signifie, dans un sens élargi, : “la qualité des objets qui ont non seulement la possibilité d’être vus, mais aussi l’aptitude à se présenter aux sens d’une manière aiguë et intense”, LYNCH, K., op. cit., p. 11.

5 Le jour de l’entrée en vigueur de la nouvelle constitution imposée par les militaires, le 11 mars 1981, coïncide avec l’installation de la junte militaire au palais de la Moneda. Cette simultanéité ajoute une valeur symbolique au palais.

6 Il s’agit de Secretaría Ejecutiva Nacional de Detenidos (SENDET) et Dirección de Inteligencia Nacional (DINA). Voir CARVALLO, A, SALAZAR, M. y SEPULVEDA, O., La historia oculta del régimen militar, Santiago, Grijalvo, 1997, p. 43.

7 Le Palais du Congrès est conçu comme une imitation du Parlement français par François Brunet, Lucien Ambrose Hénault et Manuel Aldunate. Il est inauguré en 1883. Les locaux du nouveau bâtiment de Valparaíso resteront vides de 1987 jusqu’en 1990.

8 PLATH, Oreste, El Santiago que se fue. Apuntes de la memoria, Santiago du Chili, Biblioteca Nacional de Chile/ Grupo Grijalbo-Mondadori, 1997.

9 Dans un récent entretien Miguel Laborde, architecte et urbaniste, souligne à propos de Santiago du Chili que celle-ci apparaît comme “une ville inarticulée, bâtie à partir d’individualités qui ne communiquent pas” in SOMARRIVA, M., “Santiago : individualidades que no dialogan”, El Mercurio, Santiago du Chili, 6 octobre 2002, p. E 2.

10 Ouvert au public en 1885.

11 Voir cas du changement de nom de l’avenue Presidente José Batlle y Ordonez (élu en 1903, ce dernier ouvre en Uruguay une ère de démocratie sociale et de progrès) par le nom du conseiller politique du général Pinochet, Jaime Guzman.

12 Cette revendication réitérée de la “liberté” faite par un gouvernement dictatorial peut paraître paradoxale. Mais par connotation elle devient une valeur symbolique dans le cadre de la Guerre Froide.

13 BRUNET, Roger et alii, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique,Montpellier/Paris, Reclus-La Documentation Française, coll. “Dynamique du territoire”, 1992, p. 35.

14 PAQUETTE, Catherine, “Santiago du Chili : une ségrégation spatiale importante et “organisée””, in DUREAU, F. et alii, Métropoles en mouvement. Une comparaison internationale, Paris, Anthropos, coll. “Villes”, 2000, pp. 311-317.

15 ALBRECHT, Carlos, « ¿Una arquitectura para la persuasión consumista ? » in Araucaria de Chile, Madrid, n° 26, 1984, pp. 43-53.

16 Selon le géographe Jorge Ortiz, dans ce processus, entre 1975 etl985, 28.000 familles ont été déplacées vers la périphérie urbaine, ce qui représente en termes absolus un total de 112.000 personnes. CONTARDO, O., « Urbanismo. Migraciones dentro de la ciudad. La huida permanente » in El Mercurio, Santiago du Chili, 7 avril 2002, p. E 6.

17 PAQUETTE, Catherine, “Santiago du Chili : une ségrégation spatiale importante...”, op. cit.,p. 311.

18 ALBANO, Ignacio, “El régimen de Santiago exhibe el Santiago del régimen”, Araucaria de Chile, Madrid, n° 17, 1982, pp. 200-202.

19 Voir « La violencia de la ciudad » in MOULIAN, Tomas, Chile actual. Anatomia de un mito, Santiago du Chile, LOM, coll. « Sin Norte », 1992, chap. IV.

20 GAY, Jean-Christophe, Les discontinuités spatiales, Paris, Économica, coll. “Poche géographie” n° 4, p. 6.

21 Les casernes sont entourées de mesures de sécurité extrêmes. Celles-ci se manifestent par la construction de tourelles, armes lourdes en position stratégique, nombreuses patrouilles, etc.

22 PAQUETTE, Catherine, “Santiago du Chili : des choix résidentiels très réduits pour les plus modestes” in DUREAU, F. et alii, op. cit., pp. 211-226.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pablo Berchenko, « Lieux et limites dans la transformation paysagère et sociale de Santiago du Chili entre 1973 et 1990 », Cahiers d’études romanes, 12 | 2005, 81-96.

Référence électronique

Pablo Berchenko, « Lieux et limites dans la transformation paysagère et sociale de Santiago du Chili entre 1973 et 1990 », Cahiers d’études romanes [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2002, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/2604 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2604

Haut de page

Auteur

Pablo Berchenko

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org