Navigation – Plan du site
Miroir du poète amoureux

Entre vision, signification et fonction: l'expérience de Rubén Bareiro Saguier à Paris

Gérard Gómez
p. 213-223

Résumés

Rubén Bareiro Saguier voue volontiers une admiration à la ville de Paris. La description souvent colorée qu’il en fait incarne un lieu de réconciliation, un carrefour de destins. Il considère la capitale française comme un centre culturel interactif et un lieu de brassage intellectuel incontournable. En outre, de même que de nombreux Latino-américains, c’est dans cette cité qu’il prend conscience de sa véritable identité. Cependant, l’écrivain et poète paraguayen ne perçoit pas Paris seulement comme un milieu caractérisé par sa perméabilité assimilatrice de cultures et de talents, mais aussi comme une ville illuminée par la passion, en somme comme une “ville-maîtresse”, insaisissable et insatiable, qui n’en finit jamais de dévoiler ses secrets.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Paris, Paraguay, Amérique latine

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1L’une des expériences parisiennes les plus notables a été sans conteste celle de l’écrivain paraguayen Rubén Bareiro Saguier : exilé volontaire au départ, politique par la suite, il est venu chercher à Paris l’une des attaches de la culture contemporaine. Son départ du Paraguay lui a procuré quelques instants de répit car l’atmosphère y était plus qu’étouffante pour ceux qui n’adhéraient pas à la politique totalitaire édictée par le dictateur Stroessner. Les sanctions, ainsi que la censure, annihilaient tout espoir de vie culturelle. La capitale française lui a donc permis de s’épanouir et d’assumer de nombreuses responsabilités : tout d’abord en tant que Professeur à l’Université de Paris VIII, puis Directeur du C.N.R.S. à la section d’ethnolinguistique, enfin, depuis la chute du dictateur en 1989, avec sa nomination en tant qu’ambassadeur du Paraguay en France.

  • 1 Rubén BAREIRO SAGUIER, in Les écrivains latino-américains à Paris, D. MORDZINSKY, Paris, Lumières d (...)

2Sa première venue à Paris a représenté un mythe, un mirage : « les avatars de mon existence, le long exil, firent de Paris ma seconde patrie. La ferveur qu’elle éveilla en moi, mêlée à la chaleur qu’elle me prodigua, ne fit pas ombrage à mon autre amour – son unique rivale – sublimée par l’absence, celle de ma terre »1. Voilà pourquoi il a toujours fait un rapprochement entre la ville située au bord de la Seine et son village, Villeta del Guarnipitán, petit port au bord du fleuve Paraguay. Il avoue éprouver une affection particulière pour Paris, pour bien des raisons, à commencer par son propre nom maternel : son grand-père, Pierre Saguier, d’origine parisienne, fut le premier agent consulaire a être envoyé par Louis XVIII au Paraguay en 1817. C’est le 1er octobre 1962 que l’écrivain arrive à Paris et sa première vision de la capitale est saisissante :

  • 2 Ibidem, p. 15.

Rares sont les êtres, les lieux qui correspondent à l’idée que l’on s’en faisait. Depuis que je l’ai rencontrée, c’était le printemps, je me souviens, Paris m’apparut comme je l’avais vue depuis cette frontière où la réalité se confond avec le rêve, l’image forgée dans la demi-veille de mes lectures [...]. De la fenêtre de ma première demeure parisienne, un sixième étage de la rue Ursulines, je voyais s’étendre tout au long de la flânerie de mon regard extasié, le déploiement onduleux de sa chevelure brune ardoise.2

  • 3 Cité par Pierre RIVAS, in « París y el mundo Ibérico e Iberoamericano », Actas del XXVIIIe Congreso (...)

3Afin de mieux saisir l’envoûtement mythique qu’a exercé sur lui la capitale française, il faut garder à l’esprit le fait que Paris, centre culturel, attirait depuis toujours de nombreux artistes, écrivains et intellectuels latino-américains. Selon Octavio Paz, « les latino-américains vont en Europe non pas forcément en tant qu’exilés, mais en quête de l’origine ; leur voyage n’est pas un exil mais un retour aux sources »3. Leur fascination pour Paris avait donc quelque chose de tangible, de pathétique parfois et il semblerait qu’il y ait eu certaines constantes dans les différents itinéraires parcourus par Rubén Bareiro Saguier ou par d’autres intellectuels latino-américains.

  • 4 Cité par Jacqueline BALDRAN in « Paris, première étape dans la “Découverte” de l’Amérique », Colloq (...)
  • 5 Ibidem, p. 132.
  • 6 Fabrice PARISOT, « París en la vida y en la obra de Alejo Carpentier » in « París y el mundo Ibéric (...)

4L’auteur paraguayen a été stimulé par les expériences hétéroclites ou par les différents points de vue de ces intellectuels venus d’Amérique latine. Rubén Darío a évoqué son arrivée à Paris en écrivant : « quand j’arrivai à la gare Saint-Lazare, j’ai cru fouler un sol sacré »4, Ricardo Güilardes, pour sa part déclarait : « à Paris, je me décidai, une fois pour toutes, à devenir un écrivain... Parmi les étrangers, j’appris à voir ce qu’il y avait en moi de national, ce qu’il y a en moi, non d’individuel, mais de collectif, de commun à tout un peuple »5 et, Paris fut sans aucun doute un lieu privilégié pour la formation de Miguel Ángel Asturias. Cet écrivain guatémaltèque avouait volontiers avoir pris conscience de sa nationalité durant son séjour parisien, notamment à travers les études réalisées à l’époque par Georges Raynaud à l’École Pratique des Hautes Études de Paris. Luis Cardoza y Aragón, lui aussi, admettait que sa poésie était influencée par sa trêve parisienne et que sa propre image identitaire lui avait été révélée par cette ville. N’avait-il pas déjà écrit : « c’est en Europe que j’ai découvert mon pays ? ». Quant à Alejo Carpentier, Paris fut non seulement un lieu d’apprentissage culturel, mais aussi un « espace narratif et fictif qui allait jouer un rôle idéologique et esthétique prépondérant dans nombre de ses nouvelles »6. En outre, tant pour Victoria Ocampo que pour Julio Cortázar, Paris a aussi joué un rôle initiatique.

5Les années 1960 et 1970, celles qui concernent tout particulièrement Rubén Bareiro Saguier, ont été vraiment favorables à la création d’un dialogue entre intellectuels latino-américains et intellectuels parisiens. Aussi, l’auteur paraguayen considère-t-il Paris comme un lieu de brassage et de rencontres privilégiées ; rappelons que si les rencontres entre écrivains sur le continent latino-américain étaient très difficiles et longues à mettre en place pour des raisons de distance évidentes, ils étaient à Paris dans le même pays, dans la même ville. En effet, en Amérique latine, seule la ville de La Habana pouvait être considérée comme “le Paris” latino-américain puisqu’à un moment donné, alors que tous les pays du continent étaient en proie à des dictatures fascistes, les manifestations, colloques, rencontres (surtout depuis la Casa de las Américas) jouaient un rôle culturel important. C’est à cette époque que les mouvements socio-politiques du continent latino-américain, tout comme la révolution cubaine ou bien d’autres fondées sur la théologie de la libération, faisaient de Paris un centre dynamique, toujours solidaire des nobles causes, et c’est donc dans ce contexte, confluent de différentes expériences éthiques, que Rubén Bareiro Saguier effectue son propre parcours parisien.

  • 7 Rubén BAREIRO SAGUIER, in Les écrivains latino-américains à Paris, cit., p. 15.

6Ce parcours avait commencé à l’époque où il habitait la rive gauche, qu’il qualifia comme étant : « celle du coeur, symbole de mon sentiment pour elle »7 ; une vision correspondant bien à son approche de Paris car la plupart des écrivains latino-américains résidant dans la capitale au début du siècle, notamment les Argentins, se flattaient alors de vivre sur la rive droite, qui collait mieux à leur étiquette d’écrivains aisés. Au contraire, à partir des années 1960, ceux qu’on appelait les “exilés passionnés” fréquentaient le Quartier latin, Montparnasse, ainsi que le Faubourg Saint-Germain.

7Rubén Bareiro Saguier ne conçoit pas Paris comme une étape, mais bien comme une finalité. Par ailleurs, il avoue avoir toujours vu Paris comme un miracle, et dans l’un de ses textes récents il décrit ce prodige en évoquant sa résidence d’alors. En effet, dans les années 1970 il fait la connaissance de l’ethnologue parisien Robert Jaulin qui, dans l’obligation de partir pour l’Amérique latine, lui cède son appartement 4 rue de Chanaleilles, dans une partie qui était autrefois les lieux communs de l’hôtel particulier d’Alexis de Tocqueville, historien et homme politique du XIXe siècle.

  • 8 Ibidem, p. 15.

8En bas des escaliers, il a pour habitude d’échanger quelques mots avec René Char, un voisin du premier étage qui ne s’était pas encore réfugié à l’Isle-sur-Sorgue, un homme dont la poésie l’impressionnera plus tard. Albert Camus a longtemps résidé au deuxième étage de cette demeure et au troisième, dans l’appartement qu’occupe Rubén Bareiro Saguier, a vécu Antoine de Saint-Exupéry. L’écrivain paraguayen le décrit ainsi : « ce même espace – avec la vue sur les mêmes arbres du jardin – dans lequel je rêvais et me débattais avec les fantasmes de mes personnages et ceux de ma nostalgie... C’est ce que j’appelle le “miracle de Paris” »8.

9 Paris deviendra incontournable pour la réalisation de l’ensemble de son œuvre, il perçoit cette ville comme un creuset culturel qui va lui permettre de découvrir son essence même. Il va, concrètement redécouvrir le Paraguay à travers son séjour parisien et atteste en effet :

  • 9 Cité par D. BOUZIGUES LAMOISE, in « Entretien avec Rubén Bareiro Saguier », Caravelle, Toulouse, C. (...)

Plus d’une fois j’ai parlé de la vision en perspective que j’ai pu avoir, depuis Paris, de ma propre réalité. L’éloignement m’a permis de pouvoir apprécier cette réalité dans son ensemble ; sans les interférences des “feuilles qui empêchent de voir la forêt”9.

10Il voit Paris comme le centre de la liberté culturelle et d’une formation intellectuelle rigoureuse, un centre des cultures, un carrefour extraordinaire et cherche à acquérir une méthode de travail dans le domaine de l’analyse littéraire, de la critique et de l’enseignement, comme l’a fait jadis le péruvien Luis Benjamín Cisneros pour qui Paris avait également représenté un mirage. À Paris, il admet avoir été très imprégné par le nouveau roman français. C’est avec beaucoup d’intérêt qu’il a suivi l’évolution de la nouvelle critique car il a vite compris que cette critique littéraire, très en vogue à Paris durant les années 1970, était un moyen et une fin en soi. Il a en tout cas été persuadé (même si à notre avis il ne faut pas généraliser), que la grande majorité des intellectuels étrangers ont fortement été influencés par la fonction qu’a jouée la souche littéraire parisienne.

  • 10 in Rubén Bareiro Saguier, Paris, L’Harmattan, 1987, p. 14.
  • 11 Rubén BAREIRO SAGUIER, Ojo por diente, Caracas, Monte Ávila, 1972, 92 p. (Les références bibliograp (...)

11Comme nous l’indique l’auteur paraguayen : « à la Sorbonne, on m’a appris une rigueur que nous ne connaissions pas chez nous. Cette expérience a complètement transformé ma façon de penser et elle fut pour moi très féconde »10. Entre temps, il retourne régulièrement au Paraguay et en profite pour donner des conférences dans des institutions privées, transmettant sa précieuse expérience parisienne. La vision significative et fonctionnelle de l’expérience bareirienne à Paris se matérialise à travers son œuvre phare rédigée en 1971 : Ojo por diente11, d’abord publiée par les éditions du Cerf en français sous le titre de Pacte de sang. Cet ouvrage le propulse dans les hautes sphères de la littérature latino-américaine et il reçoit le prix de Casa de las Américas.

  • 12 Cité par Jacqueline BALDRÁN, in Rubén Bareiro Saguier, cit., p. 14.
  • 13 Alejo CARPENTIER, in Rubén Bareiro Saguier, cit., p. 26.

12À la sortie de cette œuvre en 1972, Rubén Bareiro Saguier, alors à Asunción, est injustement incarcéré : « et soudain je comprends, dit-il, que ma patrie, la vieille terre ouverte des maîtres du vent, est devenue cette parcelle d’ombre entre quatre murs et des barreaux »12. Un mouvement de fraternité internationale se met alors en marche pour s’élever et s’indigner solidairement contre cet emprisonnement. Interviennent des personnalités parisiennes telles que Jean-Paul Sartre ou Simone de Beauvoir ainsi que des écrivains latino-américains (avec lesquels il connaîtra une longue amitié) comme Gabriel García Márquez, Carlos Fuentes, Mario Benedetti, Vargas Llosa, Alejo Carpentier, Julio Cortázar, Miguel Ángel Asturias ou encore Heinrich Bölh (le prix Nobel de cette année-là). On signe une requête demandant sa libération. Sous la pression internationale, le dictateur Stroessner décide de le relaxer, mais aussi de l’expulser. Le jour même, Rubén Bareiro Saguier repart pour Paris où il demeurera en exil jusqu’en 1989 ; il n’est plus, cette fois, un exilé non conformiste, mais bien un exilé politique. Néanmoins, « la plus grande vertu d’un long séjour en Europe est celle de nous enseigner à mieux percevoir nos propres pays pour y travailler plus consciencieusement en eux et pour eux »13 affirmait déjà Alejo Carpentier. Effectivement, Rubén Bareiro Saguier, malgré l’expatriation, continue à écrire et à travailler intensément.

  • 14 Ibidem, p. 168.

13Dès lors, sa production littéraire parisienne devient très importante ; mais il reconnaît qu’il lui a toujours fallu prendre garde à « ne jamais tomber dans la distorsion idéalisante que souvent produit la nostalgie »14. Ses années passées dans la capitale française auront une répercussion considérable sur l’ensemble de son œuvre. Cette période sera fertile car paradoxalement, avec l’éloignement et avec le recul que Paris lui octroie, le regard qu’il porte désormais sur son pays sera beaucoup plus lucide et pénétrant. C’est à Paris qu’il prend conscience qu’il est non seulement paraguayen, mais aussi latino-américain, voire citoyen du monde. En effet, il nous dit :

  • 15 Rubén BAREIRO SAGUIER, in « Entretien avec Rubén Bareiro Saguier », cit., p. 166.

Je considère comme un grand enrichissement toute cette série de connaissances, pratiques et sentiments qu’on acquiert (à Paris) et qui s’incorpore au fur et à mesure. Tout cela amplifie et développe l’horizon mental et élargit la propre “Weltanschaung”, mais se sentir citoyen du monde n’implique pas le fait de renoncer aux racines ni celui de perdre toute identité.15

14En outre, il fera la connaissance des personnalités du monde culturel latino-américain déjà citées, et retrouvera son compatriote Augusto Roa Bastos, lui aussi exilé politique, avec lequel il passera de longs moments à Paris. Ce dernier évoque en ces termes la demeure parisienne de Rubén Bareiro Saguier, située dans un quartier au charme provincial :

  • 16 Cité par J. BALDRAN, in Rubén Bareiro Saguier, cit., p. 28.

Ta maison de Paris, Rubén, semble être ou feint d’être un étrange détour vers un lieu qui n’est pas Paris [...]. Un couloir, une demi-cour intérieure ; ensuite, l’odeur du bois, celle de l’escalier de bois qui nous conduit jusqu’au palier de ta porte ; de l’autre côté, l’odeur et la magie du bois qui continue avec les tableaux de Carlos Colombino [...]. D’autres formes, cet espace, petit et empli de mille détails et la présence palpable de la terre lointaine dans ce coin haut perché de ta maison hors du temps, ou qui, peut-être, navigue dans cet autre temps de l’absence, qu’est l’exil.16

  • 17 Rubén BAREIRO SAGUIER, « Écriture de la solitude et écriture engagée » in B. HAUBERG et C. JANIN, M (...)

15C’est dans ce refuge parisien hors du temps décrit par Augusto Roa Bastos que Rubén Bareiro Saguier fait la connaissance de nombreux intellectuels parisiens et qu’il affirme que pour qu’il y ait intersection intellectuelle, l’écriture ne doit pas se satisfaire d’une “solitude solitaire”, mais bien au contraire d’une “solitude solidaire”. La vision qu’il a de Paris, souvent partagée par ses confrères latino-américains, l’a incité à écrire : « volontairement ou inconsciemment, l’écrivain transmute, traduit, donne forme à ses fantasmes personnels sans aucun doute, mais aussi à ceux de son entité collective, à ceux que sa communauté a créés peu à peu au cours de l’itinéraire quotidien de son existence »17. Ainsi, la signification de son expérience parisienne ne se trouve pas uniquement dans ses écrits, mais aussi dans ses analyses détaillées et concises de l’ensemble de son œuvre et de celle des autres auteurs latino-américains. Il considère donc que chacun à sa manière a contribué à créer un idéal parisien indélébile sur lequel une collectivité digne pourrait s’épanouir, collectivité avant tout inspirée par un esprit démocratique.

16Mais ce sont ses rencontres parisiennes avec le Professeur Bernard Pottier, et surtout avec l’ethnologue Pierre Clastres, qui donneront toute leur signification à son expérience dans cette ville, étant donné que c’est paradoxalement ce dernier qui lui fera découvrir la richesse de l’héritage des Indiens guarani du Paraguay. Par la suite, il écrira :

  • 18 Cité par D. BOUZIGUES LAMOISE, op. cit., p. 164.

À Paris je me suis converti, du simple et commun Paraguayen bilingue, en un chercheur qui réfléchit sur les valeurs immergées de la langue et qui découvre, non sans étonnement, les subtiles nuances de la culture indigène.18

17En effet, l’auteur paraguayen a toujours vu Paris comme le reflet de la réalité de son pays et, allégoriquement parlant, sa perception parisienne était l’écho de l’oralité vernaculaire, si importante dans la société du Paraguay. C’est grâce à la vision que lui donne Pierre Clastres depuis Paris qu’il va réexaminer et considérer sous un nouvel angle sa propre expérience culturelle et autochtone de ce qu’il nomme son “île entourée de terres” et à en juger par les propos de l’auteur paraguayen, l’ethnologue parisien l’a aidé à ne plus avoir un discours de colonisé et à prendre effectivement conscience de la nature culturellement hybride de sa propre personne. D’ailleurs, son expérience parisienne viendra aussi se greffer à sa personnalité et constituer un élément de plus à ce concept identitaire.

  • 19 Sa rencontre avec Pierre Clastres dans les années soixante change profondément la conception qu’il (...)

18Il va avoir une vision plus objective des déclarations ethnocentriques, ainsi que des jugements préconçus, qui faisaient n’importe quel essai d’analyse des sociétés dites archaïques. À travers la nouvelle perspective que lui procure le monde intellectuel de la capitale, il continue à publier des études sur la littérature latino-américaine et ses recherches ethnolinguistiques le conduiront très vite à élargir son champ de vision19. C’est aussi à Paris, à travers le cadre universitaire, que son travail d’investigateur prendra forme. Il consacrera plusieurs années à des recherches sur le monde poétique et transcendant des Indiens mbya du Paraguay. En effet, il perçoit Paris comme un lieu ayant pour fonction de dévoiler les principaux faits culturels paraguayens jusque-là passés totalement inaperçus. Ses recherches ethnolinguistiques, qui se sont interrogées sur les ordonnances et les statuts des idiomes indigènes dans les sociétés nationales de l’Amérique latine, en sont un exemple.

  • 20 Cité par D. BOUZIGUES LAMOISE, op. cit., p. 164.
  • 21 Ainsi, il écrit en 1973 « Encuentros de culturas » qui paraît dans l’ouvrage publié par l’UNESCO in (...)

19Si ces années ont néanmoins correspondu à une crise de conscience identitaire naturellement suscitée par l’éloignement de son pays, cette situation s’est aussi adoucie en raison de sa découverte d’innombrables sources culturelles parisiennes. À travers la vision intellectuelle que lui procure Paris il entame un nouveau parcours sur le plan de la connaissance religieuse, et admet lui-même, curieusement, que sa conception a vivement été influencée par la religiosité guarani depuis son séjour parisien : « à Paris chacune d’elles [la religion catholique et la religion guarani] s’intègre dans une conception syncrétique dans laquelle cohabitent les valeurs du monothéisme judéo-chrétien avec celles animistes de la religion guarani »20. Ainsi, après avoir reconsidéré sa propre expérience de la culture paraguayenne – et ce d’après les travaux de Pierre Clastres –, c’est bien à Paris qu’il va cerner, en tant que transcripteur de la réalité de son pays, le thème concernant les relations culturelles fondées sur la transculturation21.

20Toutefois, si pendant très longtemps l’expérience que lui offrira la capitale française créera en lui un désarroi, il ne manquera pas de souligner au demeurant que Paris n’a pas eu pour fonction de poser le problème d’une possible corrélation entre un état de dépendance croissant et le ton d’une écriture prétendant assumer un rôle thérapeutique, comme si le simple fait d’énoncer l’amertume permettait de la conjurer. Cependant, la vision esthético-intellectuelle qu’il a de Paris, en plus d’avoir été à la pointe de l’avant-gardisme, est pour sa personne une référence, car il a toujours existé dans cette ville un climat propice à un travail intellectuel. Incontestablement, il voit encore aujourd’hui Paris comme un lieu de cohésion culturelle : grâce à la capitale française il a pris conscience de sa propre réalité socioculturelle et il a appris à acquérir, si l’on peut s’exprimer ainsi, sa citoyenneté latino-américaine.

  • 22 Saúl YURKIEVICH, Embuscade, Paris, Fourbis, 1996, p. 10.
  • 23 Ibidem, p. 1.
  • 24 Pierre RIVAS, « Paris dans l’émergence des littératures latino-américaines » in « París y el mundo (...)

21D’autre part, si cette ville est perçue par Rubén Bareiro Saguier comme un carrefour, la conscience de l’Amérique latine avait besoin d’un lieu pour se reconstruire après avoir subi nombre de dictatures et c’est pour cela que notre écrivain a proposé la définition de « carrefour identificateur »22 récemment confirmée par Saúl Yurkievich, qui en outre souligne que la capitale française est une « communauté culturelle interactive »23. Par ailleurs, il nous semble que la ville de Paris a surtout eu la fonction de couper le cordon ombilical colonial hispanique, non seulement pour Rubén Bareiro Saguier mais aussi pour la plupart des écrivains latino-américains qui ressentaient un profond malaise par rapport à l’imposition nord-américaine. En ce sens, Pierre Rivas, dont l’analyse rejoint celle faite auparavant par Rubén Bareiro Saguier, perçoit également Paris comme l’aboutissement d’une odyssée latino-américaine qui se « met en place intellectuellement au XVIIIe siècle, qui s’esquisse littérairement avec le Romantisme, s’affirme pleinement avec le Modernisme et fait un retour sur soi, se rapatriant en Amérique latine après les exils parisiens, réconciliée enfin avec elle-même »24.

22La ville de Paris a ainsi eu le mérite d’assouvir une soif idéologique et elle a également permis à l’auteur paraguayen d’élargir la vision de son approche identitaire avec une perspective beaucoup plus libre. Cela nous porte à penser qu’il voit Paris comme un lieu privilégié pour écrire dans un contexte isolationniste. Tout écrivain expatrié, malgré lui, parcourt deux étapes : celle de l’exil, et celle de l’insertion, à des moments différents de sa création littéraire.

  • 25 Ibidem, p. 67.
  • 26 Ibidem, p. 66.

23Dans l’esprit de l’écrivain, ces sentiments souvent antagoniques définissent une trajectoire parisienne qui peut être conceptualisée en tant que trajectoire existentielle, comme la conséquence d’une série d’événements, de refus et d’acceptation de ce qui l’entoure. De plus, Paris lui a renvoyé l’image d’un passé intensément vécu. Il souligne que dans cette ville « loin de la prolifération pamphlétaire, les écrivains intègrent à leur texte les souffrances subies, une intensité vitale hypertrophiée par l’urgence des expériences dramatiques »25. Il en est lui-même un exemple évident, car tout en étant marquées par maints éléments de la culture hybride paraguayenne, ses motivations se sont situées au sein d’un mouvement de spéculations parisiennes. Ce qui l’a poussé à affirmer que c’est à Paris que « l’écrivain, qu’il le veuille ou non, est un être engagé, parce que sa parole est marquée par son histoire [...]. De plus, cet engagement éthico-réaliste coïncide, selon lui, avec la formulation du concept établi par Jean-Paul Sartre »26. Il fait peut être allusion à l’analogie entre son écriture engagée et la “Femme-Paris”, une relation stimulante, passionnée et non prédéterminée – mais où la notion d’engagement est très claire. Toujours est-il qu’en lisant l’ensemble de son œuvre écrite à Paris, on constate qu’il considère cette ville comme une entité à la fois concrète et abstraite, deux notions qui s’unissent dans une personnification poético-descriptive fondée sur une vision définie par le mythe et la réalité d’une “ville-creuset” ou d’une “ville-identificatrice” :

  • 27 Rubén BAREIRO SAGUIER, in Les écrivains latino-américains à Paris, op. cit., p. 15.

Passé l’hiver, je vis apparaître les premiers marronniers en fleur vers la fin avril. Et croître l’intensité des lumières dans cette ville, encore plus mienne, l’été. Jusqu’à ce que ces marronniers aient peint en rouge les places et les rues et la lumière ait pris la consistance et la couleur du miel sauvage, à la fin de l’automne.27

24Cette description colorée incarnera la magie parisienne qu’il identifie et personnalise comme “Ville-Femme” dont on ne peut que tomber amoureux. C’est ainsi que, dans l’une de ses dernières productions, il confesse avoir vécu une véritable histoire passionnelle avec Paris :

  • 28 Ibidem.

Je rencontrai la femme que j’avais imaginée sur l’autre rive de la terre, “connue” dans la pénombre des rêveries, avec la fente constellée de gouttes, de colombes, au centre de son corps gracile [...]. Paris est, pour moi, une femme, je l’ai toujours ressentie ainsi, j’ai vécu à ses côtés recherchant les faveurs de l’amante possessive et tendre, sensuelle et fugitive, ardente et mélancolique. La peau de Paris a un arôme à elle, on peut le sentir, elle aime la caresse. Sa voix multiple nous touche en profondeur quand on sait l’écouter.28

  • 29 Rubén BAREIRO SAGUIER, « Écriture de la solitude et écriture engagée », cit., p. 63.

25Par conséquent, Rubén Bareiro Saguier ne perçoit pas Paris uniquement comme un lieu caractérisé par sa force d’accueil, par sa perméabilité aux talents, comme un lieu de formation intellectuelle, comme la cité qui l’a poussé à s’engager pour une cause démocratique ou encore comme une ville qui a réveillé sa conception religieuse, mais aussi et surtout comme une ville illuminée par la passion. Pour lui, Paris a aussi pour fonction de faire rêver car : « l’écriture, à un certain moment de sa réalisation, est un acte solitaire qui s’élabore dans le creuset des rêves, des angoisses, des espoirs, des craintes et des joies d’un homme »29. Le plus frappant c’est qu’à travers son regard parisien, on ressent un jeu de rapprochement avec sa ville natale, Villeta del Guarnipitán, en raison de différences, ou de profondes ressemblances qui ne tiennent pas aux effets extérieurs, mais à des lieux privilégiés qui évoquent en fait son moi intérieur. Il voit Paris non seulement comme un carrefour de destins, lieu de réconciliation, mais aussi comme une maîtresse, un amour inaccessible, un secret :

  • 30 Rubén BAREIRO SAGUIER, in Les écrivains latino-américains à Paris, cit., p. 15.

Rose grise, rose de lumière, rose rouge, Paris la bien aimée, tu es comme ces femmes qui ne se donnent pas entièrement, qui n’en finissent jamais de nous dévoiler leurs interminables secrets. Bien que tu éveilles un sentiment tout proche de ce qu’on appelle l’éternité, tu es l’insoupçonnable, l’insaisissable, l’insatiable, l’inespérée, l’inépuisable, tu es la rose bleue des alchimistes, le symbole de l’impossible.30

  • 31 Ibidem.

26Ainsi la vision, la signification et la fonction de son expérience parisienne définissent une passion qui ne se donne que d’elle-même. Et la ville de Paris ne veut pas être possédée car l’ivresse intellectuelle et sentimentale de Rubén Bareiro Saguier pour Paris suffit à Paris qui sait que, quoi qu’il en soit, « l’éclat changeant de sa lumière accompagne le passage des constellations, la rose circulaire du temps »31.

Haut de page

Notes

1 Rubén BAREIRO SAGUIER, in Les écrivains latino-américains à Paris, D. MORDZINSKY, Paris, Lumières du Sud Ed., 1998, p. 15.

2 Ibidem, p. 15.

3 Cité par Pierre RIVAS, in « París y el mundo Ibérico e Iberoamericano », Actas del XXVIIIe Congreso de la Sociedad de Hispanistas Franceses (S.H.F.), Paris, Université de Paris X-Nanterre, 1997, p. 334.

4 Cité par Jacqueline BALDRAN in « Paris, première étape dans la “Découverte” de l’Amérique », Colloque Almoreal d’Orléans intitulé « L’évolution de l’idée de découverte de l’Amérique en Espagne et Amérique Latine », Le Mans, Université du Maine, 1991, p. 131.

5 Ibidem, p. 132.

6 Fabrice PARISOT, « París en la vida y en la obra de Alejo Carpentier » in « París y el mundo Ibérico e Iberoamericano », cit., p. 277.

7 Rubén BAREIRO SAGUIER, in Les écrivains latino-américains à Paris, cit., p. 15.

8 Ibidem, p. 15.

9 Cité par D. BOUZIGUES LAMOISE, in « Entretien avec Rubén Bareiro Saguier », Caravelle, Toulouse, C.M.H.L.B., 1995, p. 163.

10 in Rubén Bareiro Saguier, Paris, L’Harmattan, 1987, p. 14.

11 Rubén BAREIRO SAGUIER, Ojo por diente, Caracas, Monte Ávila, 1972, 92 p. (Les références bibliographiques en français sont les suivantes : Rubén BAREIRO SAGUIER, Pacte de sang, Paris, Le Cerf, 1972).

12 Cité par Jacqueline BALDRÁN, in Rubén Bareiro Saguier, cit., p. 14.

13 Alejo CARPENTIER, in Rubén Bareiro Saguier, cit., p. 26.

14 Ibidem, p. 168.

15 Rubén BAREIRO SAGUIER, in « Entretien avec Rubén Bareiro Saguier », cit., p. 166.

16 Cité par J. BALDRAN, in Rubén Bareiro Saguier, cit., p. 28.

17 Rubén BAREIRO SAGUIER, « Écriture de la solitude et écriture engagée » in B. HAUBERG et C. JANIN, Miroir ou Mirage d’un continent, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1987, p. 64.

18 Cité par D. BOUZIGUES LAMOISE, op. cit., p. 164.

19 Sa rencontre avec Pierre Clastres dans les années soixante change profondément la conception qu’il avait du monde guarani. Les ouvrages qui concernent la tribu des Mbya (l’une des nombreuses tribus guarani) ont passionné Rubén Bareiro Saguier. Il fut frappé par la puissance et la subtilité de la spéculation et du concept social de ce groupe ethnique. En effet, seul l’ethnologue León Cadogán était parvenu à percer le silence de ces indigènes en 1953 et avait écrit par la suite Ayvu Rapytá traduit par Pierre Clastres sous le titre de Grand parler. Cf. Gérard GÓMEZ, Rubén Bareiro Saguier et le Paraguay : un cas d’hybridité culturelle, Mémoire du Diplôme d’Études Appliquées, sous la direction de Adriana BERCHENKO, U.F.R. E.R.L.A.O.S., Mention Études Latino Américaines, Université de Provence, Centre d’Aix en Provence, 1997, p. 116.

20 Cité par D. BOUZIGUES LAMOISE, op. cit., p. 164.

21 Ainsi, il écrit en 1973 « Encuentros de culturas » qui paraît dans l’ouvrage publié par l’UNESCO intitulé América Latina en su literatura. Cet essai incontournable sur ce monde-là est, selon les spécialistes, d’une étonnante perspicacité et d’une grande clarté. Il analyse la manière suivant laquelle le processus colonial a malheureusement occasionné la marginalisation de coutumes et de dialectes arborigènes. En 1978, il rédigera « L’Indien et son image en Amérique Latine : belles-lettres ou folklore littéraire ? » également édité dans le volume Cultures de l’UNESCO où l’on décèle les convictions de l’écrivain paraguayen dans ses recherches ethnolinguistiques ». Ibidem, p. 117.

22 Saúl YURKIEVICH, Embuscade, Paris, Fourbis, 1996, p. 10.

23 Ibidem, p. 1.

24 Pierre RIVAS, « Paris dans l’émergence des littératures latino-américaines » in « París y el mundo Ibérico e Iberoamericano », cit., p. 335.

25 Ibidem, p. 67.

26 Ibidem, p. 66.

27 Rubén BAREIRO SAGUIER, in Les écrivains latino-américains à Paris, op. cit., p. 15.

28 Ibidem.

29 Rubén BAREIRO SAGUIER, « Écriture de la solitude et écriture engagée », cit., p. 63.

30 Rubén BAREIRO SAGUIER, in Les écrivains latino-américains à Paris, cit., p. 15.

31 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Gómez, « Entre vision, signification et fonction: l'expérience de Rubén Bareiro Saguier à Paris », Cahiers d’études romanes, 6 | 2001, 213-223.

Référence électronique

Gérard Gómez, « Entre vision, signification et fonction: l'expérience de Rubén Bareiro Saguier à Paris », Cahiers d’études romanes [En ligne], 6 | 2001, mis en ligne le 07 avril 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/261 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.261

Haut de page

Auteur

Gérard Gómez

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org