Navigation – Plan du site

Introduction

Brigitte Urbani
p. 1-7

Texte intégral

1Ce numéro 6 de la nouvelle série des Cahiers d’Études Romanes rassemble les communications présentées par l’atelier “Voyage” de l’EA 854 lors des tables rondes organisées en 1999 et 2000. Le choix de Paris comme thème fédérateur avait pour but de tenter de dégager une image de ce que pouvait être la capitale française aux yeux des voyageurs espagnols, italiens, portugais, roumains et latino-américains. Le résultat a été assez différent de ce que nous attendions au départ : peut-être en raison du support que chacun a choisi comme objet de recherche, ou en raison des hasards de nos trouvailles, ou parce que, soucieux d’éviter de parcourir à nouveau des sentiers battus, beaucoup ont examiné des textes atypiques. Bref, si a priori pour beaucoup de Français Paris ne peut être conçu que comme un phare de l’Europe, la ville lumière par excellence, telle n’est pas forcément l’image que déclinent plusieurs des documents qui seront examinés dans ces pages.

2C’est d’ailleurs ce qui justifie le titre qui a été donné à ce recueil. Bien des visions étranges, décevantes ou heureuses, sont le reflet d’attentes exaucées ou déçues, de la mauvaise foi, de l’ironie ou de l’amertume. C’est souvent un miroir d’eux-mêmes que les voyageurs ou les réfugiés ont donné à voir dans leurs écrits ou leurs peintures. C’est avec à la main le miroir de leur âme qu’ils ont projeté sur le papier ou sur la toile leur propre image en filigrane, la superposant à celle de la capitale française. Le résultat est une toile polymorphe où la ville phare, dame à la licorne moderne, est doublée par autant d’images réfléchies qu’il y a de personnages dans ce recueil.

3Mis à part une incursion italienne dans le XVIIe siècle, les études qui suivent examinent les impressions de personnalités de la culture du XIXe et du XXe siècle, venues à Paris pour les raisons les plus variées, puisqu’il s’agit aussi bien d’artistes peintres que de poètes et plus généralement d’écrivains. Quant à l’objet des analyses, il se décline sous les genres les plus divers : tableaux, poésies, romans, récits de voyage, carnets de bord…

4Rappelons brièvement, afin de contextualiser les expériences relatées et analysées dans les différentes contributions ici rassemblées, que Paris, aux XIXe et XXe siècles en particulier, attire des étrangers de toutes sortes : depuis les réfugiés politiques jusqu’aux touristes, en passant par les voyageurs de commerce et les travailleurs émigrés. Qu’on nous pardonne si ces rappels sont plus centrées sur les mouvements des Italiens que sur ceux des voyageurs ou émigrés d’autres nationalités, mais il s’agit ici de combler une lacune dans ce domaine. En ce qui concerne les autres zones de la Romania, les études de Paul Aubert et de Denise Bonnafoux notamment, mais aussi, de façon plus ponctuelle, celles de Pablo Berchenko, de Dante Barientos-Tecun, de Valerie Rusu offrent nombre de précieux renseignements sur les motifs qui poussèrent les peintres et les intellectuels espagnols, latino-américains et roumains à passer par Paris et nous renvoyons pour cela, aux articles correspondants réunis dans ce volume.

5Depuis environ deux siècles, Paris attire des étrangers de toutes sortes : des réfugiés politiques, puisque dès les années 1820 les révolutionnaires exilés passent par la France où ils séjournent quelque temps avant d’aller s’établir ailleurs (le XIXe siècle, qui fut pour bien des pays d’Europe et d’Amérique du Sud celui de la lente et difficile conquête de l’indépendance et de la liberté, fut le théâtre de plusieurs vagues de départs en exil consécutives aux grands mouvements révolutionnaires : 20-21, 30-31, 48-49 pour ne citer que les insurrections de plus grande ampleur), des touristes, mais aussi nombre de gens qui passent par Paris pour y travailler quelques semaines, plusieurs mois ou même des années.

  • 1 Parigi vista dagli Italiani 1850-1915, a cura di Anne-Christine FAITROP-PORTA, Moncalieri (Torino), (...)

6Anne-Christine Faitrop Porta a réalisé un bel ouvrage sur les séjours des Italiens à Paris dans les années 1850-1914 : une fort intéressante anthologie de textes, précédée d’une introduction d’une cinquantaine de pages nourries d’abondantes notes de références1. Il y apparaît que, pour les voyageurs de l’époque, la France, c’est en premier lieu Paris. Toutes sortes de voyageurs écrivains y ont séjourné (médecins, prélats, écrivains, journalistes, sociologues, hommes politiques, artistes…), laissant des témoignages très divers allant des véritables “mémoires de voyages” aux simples impressions jetées sur le papier, aux lettres et même aux guides et itinéraires ; et ces écrits peuvent se teinter de romanesque, d’humour ou de lyrisme.

7Beaucoup de voyageurs, explique-t-elle, sont attirés par la ville de l’esprit plus que par la ville sensuelle. Ils se sont formé de Paris une image littéraire et visitent les différents lieux en ayant à l’esprit Hugo, Musset, Balzac ou Zola. Paris, à l’époque, est une Athènes moderne où l’on vient chercher des modèles. Certains assistent à des séances de travail ou à des conférences à l’Académie Française, au Collège de France ou à la Sorbonne.

8En fait, deux sortes d’étrangers fréquentent Paris. Il y a d’une part les intellectuels mondains et raffinés qu’Anne-Christine Faitrop Porta appelle « i cultori della letteratura e dell’arte togate », et d’autre part les jeunes étudiants et les artistes sans le sou mais pleins d’enthousiasme, venus pour rester un mois ou vingt ans. Et ces deux catégories de personnages ne voient pas la même ville.

9Ceux qui viennent en touristes mondains et en intellectuels curieux sont d’abord frappés par la gare – qu’ils trouvent laide –, puis par l’immensité de la capitale française, par le brouillard qui y stagne et par la couleur grise de la pierre. La visite des monuments est un passage obligé (certains notent assidûment les contributions italiennes à ces édifices), de même que les salles italiennes du Louvre (fréquents sont les parallèles avec l’Italie à propos des musées ou des églises). Puis chacun circule selon son plaisir et ses centres d’intérêt : quais de Seine, alentours de Paris, et même morgue, hôpitaux, cimetières.

10Mais c’est surtout la vie de Paris qui intéresse les visiteurs : ses rues, ses quartiers, ses grands boulevards où naissent l’opinion publique et la mode. Ils soulignent l’éclat de la lumière, la nuit : sous leur plume, Paris est avant tout une ville lumineuse où le soleil doit rivaliser avec la lumière électrique. Ils sont stupéfaits de l’agitation, du va-et-vient continu des passants sur les boulevards ; de la vie nocturne, de la publicité placardée aux murs, des odeurs qui vont du parfum à la puanteur, des moyens de locomotion (omnibus tirés par des chevaux qui passent à des heures régulières, métro). Ils évoquent les parcs, les cafés, mais aussi les cabarets, les restaurants, les music-halls.

11Dans les différentes langues romanes (sauf en français !), les noms de ville sont féminins. C’est pourquoi la capitale française est vue comme une ville féminine, une ville-femme qui enserre le voyageur dans ses bras : Paris est “belle”, comme une belle femme sensuelle.

12Nous verrons que ce n’est pas vraiment cette image que nous donnent les voyageurs dont il sera question dans ce volume. Mais la plupart d’entre eux appartiennent à une période postérieure, où la facilité des communications a pu favoriser un processus de démythification.

13Parmi les étrangers pour qui Paris est un passage professionnellement obligé, il y a les artistes. Denise Bonnaffoux propose un parcours parmi les très nombreux peintres espagnols qui ont séjourné et travaillé à Paris et s’y sont parfois établis. Très nombreux aussi sont les artistes italiens. Anne-Christine Faitrop Porta les mentionne dans l’introduction à son ouvrage.

  • 2 A cura di Giuliano MATTEUCCI, Livorno, Allemandi, 1999, 201 p.
  • 3 Ibidem, p. 9.
  • 4 Ibidem, p. 20.

14Un autre livre consacré à ce thème et abondamment illustré a été récemment publié, Aria di Parigi nella pittura italiana del secondo Ottocento2. Certes il y est question de peintres italiens ; toutefois les différents chapitres qui le composent pourraient tout aussi bien s’appliquer aux artistes et amateurs d’art d’autres nationalités venus à Paris dans la deuxième moitié du XIXe siècle. On y lit que Paris, alors, est une ville où « s’élaborait un modèle culturel libéré des connotations provinciales qui se manifestaient encore dans le reste de l’Europe [...] un but obligé pour quiconque est à la recherche de nouveautés, d’une modernité de plus en plus convaincante [...] une ville où les pensées nouvelles se révèlent, où les idées semblent suivre une accélération propulsive, une ville d’une fécondité intellectuelle exemplaire pour le reste du monde. Et ce dans tous les domaines de la culture, depuis l’époque de David, de Delacroix et de Balzac » jusqu’au XXe siècle. C’est un «exceptionnel théâtre de la vie». Dès les années Vingt du XIXe siècle – y compris pour des raisons politiques – « franchir les Alpes représentait le mirage d’un avenir meilleur »3. Si à l’époque romantique les artistes français vont en Italie, dans les dernières décennies du siècle la tendance s’inverse : les Italiens vont à Paris, et naît le phénomène du « parisianisme ». Car « l’équilibre que Paris avait retrouvé après la guerre franco-prussienne de 1870 et le climat de bien-être que l’on y respirait en faisaient, aux yeux de toute l’Europe, un centre fondamental pour les affaires et pour la culture »4.

  • 5 Ibidem, p. 18.

15Quantité de peintres italiens ont effectué de brefs ou de longs séjours au XIXe siècle, ne serait-ce qu’en raison des expositions universelles et des Salons qui attiraient beaucoup d’amateurs et de curieux, et qui représentaient pour les artistes l’occasion d’être reconnus ou de se faire connaître, de vendre à des clients venus de tous pays, mais aussi de se rencontrer et de confronter leurs expériences (à L’Exposition Universelle de 1855 participent environ cent peintres italiens). Laura Guidobaldi nous fera pénétrer dans ce monde par l’intermédiaire de Massimo D’Azeglio, connu des historiens et des italianistes comme l’une des têtes pensantes du Risorgimento, moins connu pour sa féconde activité de peintre et sa passion pour cet art. Domenico Morelli et bien d’autres vinrent à Paris visiter l’Exposition universelle. Pour Giovanni Boldini, Giuseppe De Nittis et Domenico Zandomeneghi, Paris, loin d’être une étape provisoire, est une expérience essentielle, définitive. Parlant de De Nittis, Giuliano Matteucci écrit que, « avec Boldini et Zandomeneghi, c’est certainement l’une des figures dont l’oeuvre ne peut être interprétée qu’en fonction du modèle de culture et de vie que Paris pouvait offrir »5.

16De même ont séjourné à Paris les ‘macchiaioli’ et en particulier Telemaco Signorini et Giovanni Fattori. Le sculpteur Medardo Rosso, admirateur et imitateur de Rodin, fait quelques séjours dans la capitale et finit par s’y établir. Le musicien Alfredo Casella y reste près de 20 ans...

  • 6 Une exposition a été réalisée en 1998 au palais des Congrès de Rome sur les échanges entre France e (...)
  • 7 Anne-Christine FAITROP-PORTA, op. cit., p. 13.

17À l’orée du XX° siècle, la fonction de Paris phare du monde, modèle d’activité et de culture, ne fait que s’affirmer encore davantage, activée par l’image progressiste qu’offre d’elle-même la France, de par la solidité de ses structures. C’est à Paris que naît le Futurisme (Marinetti publie le Manifeste du Futurisme en 1909 dans Le Figaro) : en 1912 y est organisée une grande exposition des peintres futuristes. Modigliani y fit toute sa carrière et y mourut prématurément. Carlo Carrà y séjourna à plusieurs reprises, Ardengo Soffici (peintre et poète) y resta sept ans, Gino Severini vingt ans, Massimo Campigli trente ans ! Giorgio De Chirico y fit plusieurs séjours de quelques années, de même que son frère, Alberto Savinio6. Les poètes Diego Valeri et Giuseppe Ungaretti ont fait leurs études à la Sorbonne... A Paris, Aldo Palazzeschi a l’impression d’avoir changé de poumons et de respirer différemment. Giovanni Papini évoque le Paris d’alors comme « le centre artistique le plus vivant et le plus vaste non seulement d’Europe mais du monde entier ». Le poète et peintre Ardengo Soffici intitule Il salto vitale l’ouvrage qu’il consacre à ses souvenirs parisiens7.

  • 8 Gino SEVERINI, La vita di un pittore, Milano, Feltrinelli, 1980, p. 85.
  • 9 C’est la première phrase de son livre.

18Le peintre Gino Severini, dans une autobiographie où il fait part de son expérience parisienne et de l’enrichissement considérable qu’elle lui a apporté, souligne le rôle des cafés littéraires et des bars d’artistes, bouillonnements d’idées et lieux de fécondes rencontres et d’échanges : le Lapin agile, le Bateau-Lavoir à Montmartre, la Closerie des Lilas à Montparnasse, les Deux Magots à Saint-Germain-des-Prés : « Beaucoup, surtout en Italie, n’évaluent pas à leur juste mesure l’utilité et la portée de semblables milieux, infiniment plus utiles que les académies [...]. Premièrement, une telle quantité de gens d’esprit n’avait pu se vérifier, en Italie, qu’à l’époque de la Renaissance ; deuxièmement, une semblable floraison de poésie et d’art, pour mille raisons qui se synthétisent toutes dans le mot civilisation, ne pouvait avoir lieu qu’à Paris. »8 Il dit être né « intellectuellement et spirituellement » à Paris9.

19Ce sont tous ces motifs qui, en 1925, pousseront le peintre et poète Filippo de Pisis à partir lui aussi : il y restera quatorze ans et y deviendra un peintre confirmé.

20Tout aux long de la première moitié du XXe siècle (hormis les années de guerre) Paris continue à être un centre d’attraction européen et même mondial, puisque nombreux sont les Américains qui s’y rendent. C’est aussi une ville où viennent s’installer les réfugiés politiques de Russie et d’ailleurs, où viennent travailler des Européens poussés par la misère, parmi lesquels encore bon nombre d’Italiens, de Portugais, d’Espagnols... Bref une ville cosmopolite où les jeunes artistes rencontrent leurs homologues de tous pays, font la connaissance de compatriotes et constituent des groupuscules qui sont autant de foyers d’idées nouvelles. Et si, à partir des années Cinquante, le prestige de New York fait de l’ombre à la capitale politique et culturelle de la France, l’aura de Paris se maintient auprès des intellectuels européens : Alberto Moravia y séjourne longtemps, Italo Calvino s’y établit, Umberto Eco l’honore souvent de sa présence...

21C’est essentiellement dans ce contexte et dans les années qui suivent que s’inscrivent les expériences des auteurs et des artistes dont il sera question ici.

22Les vingt et une contributions rassemblées dans ce recueil ont été regroupées en cinq rubriques qui sont autant de miroirs réfléchissants. La première section, « Miroir aux milles facettes », présente des études concernant non point une personnalité singulière ou une œuvre en particulier mais des groupes de personnes à une période donnée, et concerne les intellectuels espagnols (Paul Aubert), les peintres espagnols (Denise Bonnaffoux), les élites chiliennes (Pablo Berchenko) et les artistes et écrivains roumains (Valérie Rusu). La deuxième section, « Chroniques en miroir », fait intervenir des personnalités qui, journalistes ou non, ont été les correspondants de journaux à l’étranger : le consul du Portugal Eça de Queiroz (Bernard Martocq), l’écrivain catalan Joseph Pla (Antoni Ferrer), l’écrivain italien Curzio Malaparte (Marie-Anne Rubat du Mérac), le journaliste italien Corrado Augias (Sophie Nezri). La section suivante, « Miroir du poète amoureux », offre de la ville des visions poétiques mêlées de tendresse ou d’amour et nous fait pénétrer dans le monde du peintre et poète italien Filippo de Pisis (Brigitte Urbani), du poète castillan Jaime Gil de Biedma (Estrella Massip) et de l’écrivain et poète paraguayen Rubén Bareiro Saguier (Gérard Gomez). Dans la quatrième section, « Miroir aux alouettes » s’exprime le désenchantement de ceux qui, croyant trouver à Paris une reconnaissance de leurs talents ou une nouvelle patrie, ont eu l’amertume de constater que la réalité ne correspond pas à ce qu’il en attendaient : Massimo d’Azeglio (Laura Guidobaldi), l’écrivain espagnol Juan Benet (Monique De Lope), l’écrivain catalan Terenci Moix (Philippe Merlo), le poète salvadorien Roberto Armijo (Dante Barrientos Tecún), le poète chilien Enrique Lihn (Adriana Castillo-Berchenko). Enfin la dernière section, « Les jeux du miroir » rassemble uniquement – sans doute n’est-ce pas un hasard – des contrributions d’italianistes. Elle nous permet d’achever ce double volume sur une note de fantaisie et d’humour avec les extravagantes remarques de Giambattista Marino (Chantal Dauxin) et de Giovanni Raiberti (Théa Picquet), les réflexions faussement détachées d’Italo Calvino (Sylvie Barral, Perle Abbrugiati) et les constructions fantastiques de Stefano Benni (Judith Obert).

23C’est donc à un voyage étonnant dans un Paris aux mille formes que nous convions le lecteur. Dans tous ces miroirs sans doute verra-t-il en reflet quelques fragments de son propre visage. La ville de papier d’Italo Calvino peut être aussi perçue comme une galerie des glaces…

Haut de page

Notes

1 Parigi vista dagli Italiani 1850-1915, a cura di Anne-Christine FAITROP-PORTA, Moncalieri (Torino), Centro Universitario di Ricerche sul Viaggio in Italia, 1995, 258 pages.

2 A cura di Giuliano MATTEUCCI, Livorno, Allemandi, 1999, 201 p.

3 Ibidem, p. 9.

4 Ibidem, p. 20.

5 Ibidem, p. 18.

6 Une exposition a été réalisée en 1998 au palais des Congrès de Rome sur les échanges entre France et Italie dans le domaine de l’art, entre les deux guerres et un fort intéressant catalogue a été publié : Il futuro alle spalle, Italia-Francia, L’arte tra le due guerre, Roma, De Luca, 1998, 320 pages..

7 Anne-Christine FAITROP-PORTA, op. cit., p. 13.

8 Gino SEVERINI, La vita di un pittore, Milano, Feltrinelli, 1980, p. 85.

9 C’est la première phrase de son livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 6 | 2001, 1-7.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 6 | 2001, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/267

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org