Navigation – Plan du site

Le ténébrisme de Xavier Miserachs

Jean Arrouye
p. 101-106

Résumés

En 1965, dans son livre Barcelone en blanc et noir, publié aux éditions Aymà, le photographe catalan Xavier Miserachs nous propose 371 images de cette ville. Quartiers et faubourgs, portraits de ses habitants, fêtes diverses composent cet ouvrage aux photographies très contrastées, dont les effets expressionnistes livrent une image sombre, menaçante, d’une ville qui semble dévorer ses habitants.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne, Barcelone

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Barcelone en noir et blanc, 371 photographies de X. Miserachs, introduction de P.Deffontaines, text (...)

1Le livre Barcelone en blanc et noir de Xavier Miserachs1rassemble 371 photographies que l’on dirait plutôt en noir, en effet, très abondant et dense, et gris variés. Ces photographies aux contrastes très appuyés, au grain fréquemment très apparent et dont le plus souvent une grande partie de la surface n’est qu’aplats de noir produisent un effet expressionniste, si l’on s’en tient à une définition esthétique de l’expressionnisme comme recherche d’effets outranciers, ou tragique si l’on se laisse toucher empathiquement parla situation des personnes photographiées qui paraissent menacées d’être englouties par les ténèbres ambiantes, et même si l’on ne considère que les lieux représentés qui semblent envahis par une ombre opaque.

2Si l’on dépasse cette première impression générale pour examiner le contenu du livre de Xavier Miserachs, on constate qu’il est divisé en trois parties :

- « quartiers et faubourgs de Barcelone », qui compte 239 photographies

- « les barcelonais », qui en comprend 50

- « calendrier des fêtes », qui en compte 80

et que les deuxième et troisième parties ne sont qu’images de gens photographiés dans la rue dans les mille et une activités qu’il est donné de photographier dans une grande ville. La première partie comprend aussi beaucoup de photographies qu’on pourrait appeler de genre, comme on dit peinture de genre. C’est donc la vie quotidienne des barcelonais qui semble principalement intéresser le photographe.

3Toutefois la première partie propose de nombreuses vues de la ville elle-même, rues, places, immeubles, accompagnées de photographies de détails symptomatiques du décor architectural. Cependant peu d’usines et pas d’ouvriers au travail dans celles-ci. C’est la Barcelone populeuse des artisans et badauds qui intéresse Xavier Miserachs et non la ville industrielle.

4Dans cette première partie, des gens aux lieux, et des lieux reconnaissables par un barcelonais à leur disparition partielle dans l’ombre, ou plutôt dans les noirs opaques et sans profondeur en quoi la photographie la transforme, de singulières relations se nouent qui retiennent l’attention.

5Considérons d’abord un échantillon des habitants et gens de passage photographiés par Xavier Miserachs. Voici des voyageurs peinant à porter leurs valises, des pêcheurs prenant leur repas sur le pont de leur bateau, un coiffeur faisant la barbe à un client sur le trottoir, un couple de bourgeois tirés à quatre épingles guignant un tableau dans la vitrine d’un marchand d’art, un homme lisant un livre, appuyé à la rambarde du balcon de la “pension La Favorita”, un groupe d’aficionados discutant véhémentement à la sortie d’une corrida, un trio de jeunes gens, projetés en plein ciel, s’apprêtant avec effroi et délices à dévaler la pente de montagnes russes, un homme absorbé par l’écoute de son poste de radio portatif alors que passe une clique soufflant dans ses cuivres, des adultes, hommes et femmes, jouant au babyfoot, un groupe de jeunes femmes passant indifférentes devant des soldats qui les détaillent, un jeune couple et leur chaperon attablés à un guéridon de café en plein air, des collectionneurs de timbres examinant les vignettes proposées à la vente dans des vitrines… La liste de ces scènes pourrait être indéfiniment prolongée, qui caractérisent Xavier Miserachs comme un amateur de pittoresque modéré non dénué d’humour.

6Toutefois bien souvent ces personnages de rencontre ne sont que des ombres : devant le haut mur d’une église gothique, une femme solitaire n’est qu’une ombre chinoise ; un curé vu de profil, reconnaissable à son seul couvre-chef, tourne le coin d’une rue, quittant symboliquement une zone lumineuse pour se diriger vers une voie obscure ; des enfants s’engageant dans une venelle ne sont que des formes noires, et même les allumeurs de réverbère sont seulement des silhouettes sombres.

7Quand les citadins ne sont pas ainsi réduits à de simples présences en à-plat on les voit souvent perdre contenance d’autres manières. Dans un groupe qui s’approche, deux personnes sûrement, et sans doute une troisième, sont défigurées par le flou que cause leur déplacement ; des musiciens défilant dans la rue sont avalés par l’ombre, et l’un, de plus, défiguré encore, par un brutal éclairage latéral ; une porteuse de fleurs disparaît sous son bouquet ; un buveur à une fontaine se penchant pour étancher sa soif perd la face dans l’opération ; il s’en faut de peu que la même infortune n’advienne à l’amateur de courses de chevaux s’inclinant pour faire le baisemain à une élégante (suppose-t-on, car elle n’est, elle, qu’une ombre) de rencontre ; des jeunes gens confrontés à une immense affiche ont moins de présence que les personnages de papier…

8Rassemblés en foule, loin d’acquérir force par leur réunion, les habitants de Barcelone ne paraissent plus que grisaille indistincte dans la rue, silhouettes falotes se dissolvant dans l’ombre à la gare, trame de points blancs sur fond noir dans les tribunes d’un stade.

9Portes et porches devant lesquels passent les promeneurs deviennent, comme dans les photographies illustrant Nadja d’André Breton, des gouffres d’ombre. Mais si dans Nadja c’était la promesse d’un au-delà du présent où le merveilleux se tiendrait en attente de révélation, chez Xavier Miserachs ce sont bouches ténébreuses prêtes à dévorer qui s’en approcherait ; et, de fait, certains qui s’y risquent y disparaissent partiellement ; un couple échappe de justesse à l’attirance d’une de ces entrées de l’enfer de l’indifférence ; des matrones, oublieuses du danger auquel elles tournent le dos, sont également menacées.

10Ainsi l’image de l’humanité que propose Xavier Miserachs est celle de la précarité, d’êtres qui risquent à tout moment d’être dépossédés d’eux-mêmes, et dont le droit à une existence heureuse dans la cité semble dénié.

11Bien loin de remplir le rôle protecteur des individus que l’histoire a fait remplir aux villes, celle photographiée par Xavier Miserachs semble être hostile à l’homme. Quand on voit les gens s’engager dans les rues de Barcelone on a l’impression qu’ils s’aventurent dans un lieu menaçant. Ils sont entourés de murs sombres qui paraissent devoir les enfermer, dominés de hautes parois qui les maintiennent dans cette ombre ennemie où chacun perd son identité, et que la rue soit large, ouverte à la circulation automobile ou étroite, réservée aux piétons, ne change que peu de chose à l’impression d’oppression généralisée. La plus accablante de ces photographies, et la plus inquiétante car elle engage l’avenir, est celle d’une mariée sortant de l’église et se dirigeant vers la rue qui fait face à celle-ci ; sa longue traîne blanche attire le regard, mais le conduit vers les façades noires d’immeubles sur lesquels nulle fenêtre n’est discernable et au pied desquels s’agglutine une foule de badauds réunis dans une indistinction ténébreuse. Image-augure de la vie privée ou image-symbole de la vie citadine, de toute manière image désespérante où les potentialités tragiques du noir et blanc sont exploitées cruellement.

12Barcelone, telle que la montre Xavier Miserachs, est bien une ville oppressante, aux horizons limités et aux espaces bouchés par ce noir sans profondeur dont le photographe s’est fait un style et, peut-on penser, une philosophie du monde. Ici les cheminées d’usines barre au dent le monde ; là ce sont les rivages de la mer qui sont noyés de noirceur ; de l’un à l’autre lieu, peut-être, court une rue aux façades de deuil ; au-delà d’une place bordée d’une église, le néant s’installe ; sur une autre place c’est au premier plan que l’espace sombre dans l’inconnaissable ; et quand premier plan, espace de promenade, et arrière-plan, façade classique paisible sous de hauts palmiers se laissent voir clairement, c’est sous les arcades du bâtiment que tout se brouille et se perd dans la ténèbre ; à la gare un train d’ombre s’allonge en direction d’une ville qui n’est qu’un mur de noirceur. Vue dans le détail la ville n’est pas plus avenante. Les enseignes ne signalent que des magasins invisibles, perdus dans une ombre épaisse ; au-delà de l’étendue du trottoir les façades disparaissent dans le noir ; et les murs eux-mêmes semblent vouloir se retirer dans un au-delà du visible.

13Comme pour les humains vus en foule, la ville aperçue en vue générale tend à disparaître dans la grisaille, le fuligineux, la noirceur, et ses édifices les plus monumentaux à se fondre dans leur environnement en un papillotement pointilliste.

14Finalement cette ville dévorante qui tend à effacer la présence de ses habitants en les absorbant dans son être ténébreux paraît elle-même victime de sa nature. Les ombres qu’elle génère gagnent sur elle et dissolvent sa substance ou, à tout le moins, sa présence photographique. Barcelone de Xavier Miserachs ou l’Être et le Néant photographiques.

15L’œuvre de Xavier Miserachs paraît ainsi une expérience sur les limites de la représentation et de l’expressivité photographiques, expérience radicale en ce qu’elle veut tirer le plus grand parti esthétique du noir, constituant premier du medium et effaceur efficace du détail anecdotique importun, et expérience paradoxale en ce que le photographe veut néanmoins dresser un “portrait” de ville — comme disaient les commanditaires de Joseph Vernet — fidèle et nuancé.

16Le prix à payer pour mener à terme cette aventure est connotatif et symbolique : une photographie ténébriste suscite une interprétation en termes de tragique de l’apparence des situations qu’elle enregistre. La dernière image du livre confirme cette tendance. On y voit un homme dans un champ de choux lever sa houe. Aux limites du champ la ville s’avance, dressant les hautes carcasses de béton d’immeubles en construction. Image banale de ville tentaculaire gagnant sur la campagne environnante qui, selon la façon dont elle est prise, peut paraître emblématique du progrès et de la modernité, triomphante donc, ou, au contraire, pathétique, montrant la disparition d’un monde rural que la culture (esthétique) a longtemps lié à un univers moral positif. Or ici le point de vue adopté par Xavier Miserachs fait prendre, à première vue, le geste du maraîcher pour un geste de défense, ou de menace, devant l’avancée du mufle géométrique du plus proche des bâtiments. Geste dérisoire. Or derrière l’homme dressé le sillon n’est qu’un gouffre de noirceur, une tombe ouverte aux bords régulièrement creusés, de taille appropriée à celle du protestataire. Lecture symbolique à laquelle il est difficile de ne pas céder, comme il est impensable que malgré son courroux ou son courage le rural n’ait pas à céder du terrain, à reculer, devant l’ennemi anonyme. Première conclusion qui va dans le sens de la perception de la photographie de Xavier Miserachs comme un thrène sur le sort de l’homme confronté à la ville.

17Mais à mieux y regarder l’on découvre que cette partie de la ville pas encore établie est pourtant déjà marquée des stigmates que l’on aperçus dans le reste de la cité bâtie depuis fort longtemps. L’ombre s’y niche au creux des mailles de la carcasse, occulte leur profondeur, recouvre la façade du plus lointain bâtiment. Prémonition d’un univers lugubre, inadéquat à l’épanouissement de l’homme. Fatalité ?

  • 2 Les quatre photographies de Xavier Miserachs qui accompagnent le texte de Jean Arrouye sont reprodu (...)

18Il n’y a pas de fatalité en photographie. Les images prises sont toujours œuvres de l’esprit autant que du regard, témoignant de jugements de valeur autant que de rencontres visuelles. D’ailleurs celles-ci ne se font images que modalisées par ceux-là. La vision de la ville de Xavier Miserachs est, sans misérabilisme aucun, dysphorique. Ni les hommes qui l’habitent, ni le cadre de vie qu’elle leur procure n’échappent à l’emprise d’un noir qui, pour photographique qu’il soit n lui-même, ne peut pas ne pas passer, en raison de son retour d’image en image, pour conséquence d’un jugement existentiel.2

Haut de page

Notes

1 Barcelone en noir et blanc, 371 photographies de X. Miserachs, introduction de P.Deffontaines, texte de J. M. Espinàs, préface de J. Oliver, version française de J. Supervielle, Barcelone, Aymà S.A. editora, 1965. L’ouvrage a été récemment réédité dans sa version catalane : Barcelona Blanc i Negre, Barcelone, Editorial Electa, 2003.

2 Les quatre photographies de Xavier Miserachs qui accompagnent le texte de Jean Arrouye sont reproduites avec l’aimable autorisation des deux filles du photographe, Arena et Mar Miserachs (Arxiu Fotogràfic Xavier Miserachs).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Arrouye, « Le ténébrisme de Xavier Miserachs », Cahiers d’études romanes, 11 | 2004, 101-106.

Référence électronique

Jean Arrouye, « Le ténébrisme de Xavier Miserachs », Cahiers d’études romanes [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/2736 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2736

Haut de page

Auteur

Jean Arrouye

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org