Navigation – Plan du site
Le roman policier italien

Renato Olivieri : le « Commissaire Ambrosio »

Massimo Tramonte
p. 33-38

Résumés

Le cycle des enquêtes du commissaire Ambrosio est en fait une enquête à l’intérieur des modes, des styles, des habitudes, des faiblesses, des frustrations et des misères de la grande et petite bourgeoisie milanaise. Renato Olivieri est un poète de Milan, la ville de sa jeunesse, une ville qu’il ne reconnaît plus et dont il donne à travers ses romans un portrait nostalgique et intimiste.

Haut de page

Entrées d’index

Parole chiave :

Olivieri (Renato), giallo, città

Index géographique :

Italie, Milan

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Renato Olivieri, Il caso Kodra, Milano, Rusconi, 1978 (trad. française L’Affaire Kodra, Rivages N (...)

1L’Affaire Kodra, le premier roman policier de Renato Olivieri, fut écrit en 1978. Dans ce roman, traduit en français aux éditions Rivages seulement en 2002, le commissaire Ambrosio entre en scène pour la première fois1.

  • 2 R. Olivieri, Maledetto ferragosto, Milano, Rusconi, 1980.
  • 3 Raffaele Crovi, Le Maschere del mistero, Firenze, Possigli, 2000, p. 185.

2En 1980, dans la revue La lettura, Oreste Del Buono, directeur du festival du roman policier de Cattolica, présente un chapitre du deuxième roman de Renato Olivieri, Maledetto ferragosto2. Selon Oreste Del Buono, « Olivieri a commencé à écrire des romans policiers sur le tard, un peu comme Raymond Chandler » et il aurait été presque “contraint” à écrire son second roman à cause du succès du premier. Olivieri est né en 1925 à Sanguinetto, près de Vérone mais vit à Milan depuis 1935. Journaliste, il a été directeur de plusieurs magazines de la maison d’édition Mondadori, mais il publie ses romans chez Rusconi, une maison d’édition où travaillait son ami Raffaele Crovi qui, d’ailleurs, se dit « le premier lecteur, enthousiaste » de L’Affaire Kodra qu’il publie dans une collection dont il était le directeur3.

  • 4 R. Olivieri, L’Affaire Kodra, cit., p. 1.

3Dans l’Affaire Kodra, Ambrosio, pour le moment vice-commissaire de police à Milan, se trouve confronté à la mort de « Madame Kodra, renversée par une voiture blanche, certainement une Fiat 132, le mardi 6 janvier, à dix-huit heures trente, à l’angle de la via Porpora et de la via Catalani à Milan »4.

4Il se charge de l’affaire et l’enquête aboutira grâce à une intuition qui part d’une note de restaurant. L’histoire est tenue et l’enquête se déroule sur un rythme lent qui permet au lecteur de faire la connaissance en même temps du commissaire Ambrosio et de “sa” ville : Milan. Ambrosio a quarante-huit ans, divorcé de Francesca qui l’a quitté en lui laissant la sensation d’une « imprévisibilité des femmes », il vit seul dans un studio situé à quelques pas du siège du Corriere della Sera, rue Solferino. Il est né à Turin dans une famille bourgeoise : son père, juge, lui a laissé de quoi vivre plus aisément qu’avec un salaire de fonctionnaire. Toute sa carrière, un peu comme celle de Renato Olivieri, se déroule à Milan, où il fait aussi ses études de droit.

  • 5 Massimo Carloni, l’Italia in giallo. Geografia e storia del giallo italiano contemporaneo, Reggio (...)

5Le Milan où, dans les années cinquante, Ambrosio s’inscrit à la Faculté de droit est une ville qui porte encore les signes de la guerre qui l’a frappée en plein centre ville, mais c’est aussi la capitale économique de la nouvelle Italie et le symbole de la reconstruction. On n’est pas loin du “miracle économique” quand Ambrosio devient policier. Scerbanenco et Luciano Bianciardi nous ont laissé le portrait de ces années qui voient Milan devenir le centre de l’industrie culturelle et de l’industrie tout court. Des centaines de milliers d’immigrés arrivent du Sud et du Nord-Est et la ville est en même temps le miroir de la nouvelle richesse et la ville tentaculaire qui broie les faibles et ceux qui n’arrivent pas à suivre le mouvement. Il s’agit d’une métropole, dont le standard de vie et de criminalité est celui des autres grandes villes de notre occident industrialisé. Comme le dit Massimo Carloni : « situer un polar à Milan, cela veut dire, dans un certain sens, rejoindre la littérature policière internationale, sortir du provincialisme… »5.

6C’est ce que Scerbanenco, avec les romans du cycle de Duca Lamberti ainsi qu’avec ses nouvelles, avait réussi. Dans ses récits, nous trouvons une peinture saisissante des années du boom économique et des dégâts entraînés par la vitesse des changements. Milan est une ville dans laquelle se côtoient la richesse et la misère, y compris la misère morale, l’intelligence et la stupidité, le meilleur et le pire de l’Italie qui change.

  • 6 Dans les dernières années de sa vie, Pietro Valpreda, l’anarchiste accusé d’avoir mis les bombes (...)

7Salvatore Quasimodo, prix Nobel de la Littérature en 1959, habite Corso Garibaldi ; Giulio Natta, prix Nobel de physique en 1963, Via Mario Pagano ; Engenio Montale, prix Nobel de la littérature en 1975, Via Bigli. Toutes les grandes maisons d’édition sont à Milan sauf Einaudi, et en 1956 le quotidien Il Giorno voit naître, avec Italo Pietra et Giorgio Bocca, un journalisme de type nouveau pendant que le Corriere della Sera de la famille Crespi reste le grand journal de la bourgeoisie italienne. Le mythe du “miracle économique” dure encore quelque temps, mais les signes de la crise sont déjà là et la ville change de façon violente. Ambrosio, qui jouit pourtant d’un point de vue privilégié (de part son métier et le lieu où il l’exerce, la préfecture de la police de la rue Fatebenefratelli) semble ne rien voir venir. À l’instar peut-être des lecteurs des magazines dirigés à l’époque par Renato Olivieri, Grazia, Arianna, etc. Pourtant Ambrosio est à Milan le 12 décembre 1969 quand l’attentat de Piazza Fontana opère une véritable fracture avec le passé, et il est là quand, à partir de la rue Fatebenefratelli, on monte une fausse accusation contre les anarchistes “présumés coupables” et que Giuseppe Pinelli “tombe” de la fenêtre de la préfecture de police6.

  • 7 R. Olivieri, Hotel Mozart, Milano, Rusconi, 1990.

8Il est à Milan pendant les “années de plomb”, mais il est vrai qu’il ne travaille ni à la brigade criminelle, ni à la brigade antiterroriste mais, plus modestement, à la brigade antivols. Pourtant, à la fin du premier chapitre du premier roman du cycle, nous le retrouvons en train de lire, avant de s’endormir, la préface du politologue Giorgio Galli au livre d’Axel Kuhn, Le système de pouvoir fasciste, édité par Feltrinelli, qu’il avait acheté une semaine avant. En effet, Ambrosio est un homme compliqué, qui semble ne pas avoir encore trouvé sa place dans la vie au moment où sa femme Francesca, qui le trouve « ennuyeux comme une armoire à trois portes », l’a quitté et où il se trouve confronté aux problèmes de l’âge : il n’est plus jeune mais il n’est pas encore vieux. C’est un homme de goût, qui a accroché dans son studio des lithographies de Morlotti, Guttuso, Cassinari, dans des cadres en bois couleur argent vieilli. Il fume des cigarettes Muratti, a une voiture à la mode, une Golf Volkswagen, cite volontiers l’écrivain Leo Longanesi et quelques poètes, et les auteurs de romans policiers qu’il préfère sont Chandler, Mc Bain et Simenon. Seul, il mange souvent dans de petits restaurants (les trattorie) où vont les journalistes et les peintres milanais : BaguttaAl Navicello, Al Covo, etc. C’est donc un personnage un peu snob, dont le caractère n’est pas des plus faciles à comprendre. Mélancolique et souvent triste, il donne la sensation de quelque chose d’inachevé, y compris dans ses rapports avec les femmes. Dans L’Affaire Kodra il fait la connaissance d’une infirmière de trente ans (dix-huit de moins que lui) qui l’aidera dans l’enquête et qui deviendra sa compagne. Douze ans après, dans le roman Hôtel Mozart, quand leur rapport – ils ne vivent pourtant pas ensemble – est devenu un peu routinier, Ambrosio dit qu’Emanuela « était toujours belle, avec ses cheveux blonds et ses yeux qui l’avaient tellement frappé des années auparavant et ses jambes – il se souvenait bien du jour où il lui avait dit qu’elle avait les jambes des danseuses du cirque et comment elle avait alors ri – et puis ses taches de rousseur entre le nez et la bouche »7

9En 1954, dans le roman La fine di Casanova, le souvenir de Francesca, sa première femme, est toujours présent, mais Renato Olivieri introduit un nouveau personnage, Nadia, un jeune inspecteur de police qui entre dans l’équipe d’un Ambrosio dirigeant désormais la brigade criminelle de Milan, et Emanuela disparaît.

10Entre temps, dans la dizaine de romans et les quatre-vingt dix-neuf nouvelles du cycle, le lecteur a pu s’habituer aux méthodes du commissaire et à l’environnement bourgeois de ses enquêtes. La qualité la plus évidente de notre héros est la loyauté et l’humanité face aux victimes dont il semble partager les souffrances, même si le ton du récit reste léger. Le personnage a été interprété à l’écran par Ugo Tognazzi dans le film de Sergio Corbucci I giorni del commissario Ambrosio.

11Comme nous l’avons déjà rappelé, le commissaire Ambrosio débute sa carrière au début des années soixante, il a donc encore le souvenir de la ville de Milan telle qu’elle était avant les grands changements. C’est dans cette ville qu’il a fait ses études de droit, qu’il est tombé amoureux et qu’il s’est marié avec Francesca, sa femme, qui le quitte mais qui reste toujours dans ses souvenirs les plus heureux.

  • 8 M. Carloni, l’Italia in giallo, cit., p. 39.

12Il s’agit d’une ville dont Olivieri donne une vision intimiste et bourgeoise et qui devient vivante et « prend forme seulement comme perception sensorielle ou intellective du commissaire »8. Dans les romans d’Olivieri la tonalité dominante n’est ni l’ironie un peu masochiste des romans de Luciano Bianciardi, ni la révolte un peu snob de Scerbanenco face à une ville qui se transforme en métropole. On y retrouve plutôt une sorte de nostalgie pour la ville d’antan et une recherche de tous ces éléments (quartiers, restaurants, rues, etc.) qui rappellent au commissaire sa jeunesse. Mais Ambrosio aussi a, quelquefois, un sentiment de refus vers une ville qui s’est transformée en métropole, une ville que, parfois, il n’aime plus.

  • 9 Gianni Canova, préf. à R. Olivieri, L’indagine interrotta, “Gialli Mondadori”, 1992, [1° éd. Mila (...)

13La ville en tous cas est toujours vécue par le commissaire à travers le filtre de sa culture, c’est-à-dire la culture de Renato Olivieri, dont Ambrosio est l’“Alter ego”. « Ambrosio est surtout un champion de la parole, un virtuose de la langue. Pour lui, “enquêter” veut dire “dialoguer” : se mettre en communication verbale avec la personne suspecte, avec le témoin ou avec l’individu sur lequel il enquête et sonder l’âme de chacun à travers les mots. En ceci il est une espèce de “scaphandrier” de la psyché, protégé par la cuirasse de son rôle et de son métier »9.

  • 10 M. Carloni, L’Italia in giallo, cit., p. 44.

14Comme l’a écrit Massimo Carloni, dans les histoires du commissaire Ambrosio, il y a « une symbiose totalisante entre l’auteur, son personnage et la ville de Milan dans une mesure peut-être inconnue au roman policier italien »10.

15Renato Olivieri est très méticuleux dans le choix des lieux et dans la description qu’il en donne : les itinéraires à travers les rues de la ville et même les façades des immeubles ont souvent le caractère d’un indice psychologique. Ceci est particulièrement évident dans des romans comme Hotel Mozart, Villa Liberty ou Largo Richini.

  • 11 Renato Besana, Dimensioni parallele : la Milano di Scerbanenco e Olivieri, in S. Giuffriola et R. (...)

16Si Scerbanenco nous avait parlé d’une ville vue à travers ses quartiers de banlieue, habités par des marginaux, des “balordi” (“balourds”), Olivieri nous entraîne dans la ville des classes moyennes avec lesquelles il partage des valeurs dont il ne peut que constater la dégradation. Les descriptions d’intérieurs bourgeois – mobilier, tableaux, livres etc. – montrent des maisons où règne la tradition, mais où la morale n’est plus celle qu’elle était dans le souvenir nostalgique du commissaire. Renato Besana dit qu’« Olivieri nous parle des crimes d’une classe moyenne qui, jusqu’à lui, n’avait pas d’interprètes dans notre littérature, bien qu’elle soit depuis au moins un demi-siècle la protagoniste de la vie italienne et surtout milanaise »11.

  • 12 Giuseppe Petronio, préf. à R. Olivieri, Hotel Mozart, “Gialli Mondadori” 1992, [1e éd. Milano, Ru (...)

17Très éloigné de Giorgio Scerbanenco, Renato Olivieri conduit le récit de telle sorte que les enquêtes du commissaire Ambrosio deviennent une enquête à l’intérieur de modes, styles, habitudes, faiblesses, frustrations et misères de la grande et petite bourgeoisie. On peut dire alors qu’Olivieri, en quelque sorte, complète le portrait de Milan que, dans le roman policier et dans le roman noir, d’autres nous ont donné en explorant peut-être avec plus d’âpreté les différents facettes de la ville : de Scerbanenco à Andrea Pinketts, en passant par le duo Colaprico-Valpreda. À juste titre, Giuseppe Petronio rappelait qu’« Olivieri est un poète de Milan… la ville de sa jeunesse, une ville qu’il a vue petit à petit céder à la force du temps qui passe…». S’il n’insiste pas sur les événements qui se déroulent à Milan pendant les années où Ambrosio travaille à la préfecture de police de la ville (de Piazza Fontana au terrorisme, du craxismo à l’ascension au pouvoir de Silvio Berlusconi) c’est parce qu’ils ne l’intéressent pas avec la passion que démontrent d’autres auteurs. Reste que la nostalgie pour la ville d’antan et ses valeurs bourgeoises est aussi une critique implicite aux dégâts du craxismo (c’est-à-dire la gestion de la ville par les amis de Bettino Craxi qui seront déboutés de leur pouvoir au début des années 90 par les enquêtes de “Mains propres”). Dans Villa Liberty, plusieurs personnages semblent symboliser cette petite bourgeoisie qui a perdu les valeurs de l’éthique du travail et qui voit dans l’enrichissement rapide un objectif qui justifie tout, y compris le crime. Mais Olivieri n’est pas Leonardo Sciascia et Ambrosio n’est pas le capitaine Bellodi. Ambrosio non plus n’est pas « Marlowe ou Duca Lamberti, Olivieri n’est ni Chandler, ni Scerbanenco »12.

18Olivieri en effet est fier d’être un artisan et d’écrire méthodiquement ; cette qualité “artisanale” rend son œuvre compacte et lui assure toujours une bonne qualité d’écriture. En présentant, en 2002, l’édition française de son premier roman, L’Affaire Kodra, qui date de 1978, l’éditeur Rivages parle « d’un de ces livres qui ne vieillissent pas ».

19Je pense en effet que la lisibilité de romans comme L’Affaire Kodra vient justement de cette atemporalité dans laquelle Olivieri situe ses récits, atemporalité qui est paradoxalement enrichie par un très fort enracinement géographique qui les rend “réalistes”.

Haut de page

Notes

1 Renato Olivieri, Il caso Kodra, Milano, Rusconi, 1978 (trad. française L’Affaire Kodra, Rivages Noir, 2002.

2 R. Olivieri, Maledetto ferragosto, Milano, Rusconi, 1980.

3 Raffaele Crovi, Le Maschere del mistero, Firenze, Possigli, 2000, p. 185.

4 R. Olivieri, L’Affaire Kodra, cit., p. 1.

5 Massimo Carloni, l’Italia in giallo. Geografia e storia del giallo italiano contemporaneo, Reggio Emilia, Diabasis, 1994, p. 39.

6 Dans les dernières années de sa vie, Pietro Valpreda, l’anarchiste accusé d’avoir mis les bombes avec Pinelli et qui n’avait été totalement innocenté qu’après des années de prison, a lui aussi écrit plusieurs romans policiers avec le journaliste Piero Colaprico.

7 R. Olivieri, Hotel Mozart, Milano, Rusconi, 1990.

8 M. Carloni, l’Italia in giallo, cit., p. 39.

9 Gianni Canova, préf. à R. Olivieri, L’indagine interrotta, “Gialli Mondadori”, 1992, [1° éd. Milano, Rusconi, 1985], pp. 3-4.

10 M. Carloni, L’Italia in giallo, cit., p. 44.

11 Renato Besana, Dimensioni parallele : la Milano di Scerbanenco e Olivieri, in S. Giuffriola et R. Mazzoni, Giallo poliziesco, thriller e Detective story, Milano, Leonardo Arte, 1999, pp. 29-31.

12 Giuseppe Petronio, préf. à R. Olivieri, Hotel Mozart, “Gialli Mondadori” 1992, [1e éd. Milano, Rusconi, 1990], pp. 13-15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Massimo Tramonte, « Renato Olivieri : le « Commissaire Ambrosio » », Cahiers d’études romanes, 9 | 2003, 33-38.

Référence électronique

Massimo Tramonte, « Renato Olivieri : le « Commissaire Ambrosio » », Cahiers d’études romanes [En ligne], 9 | 2003, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/2968 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2968

Haut de page

Auteur

Massimo Tramonte

Université Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org