Navigation – Plan du site
Chroniques en miroir

Le Paris littéraire de Josep Pla

Antoni Ferrer
p. 123-142

Résumés

Dès 1920, Josep Pla a effectué plusieurs séjours à Paris. Celui qui est relaté dans le quatrième volume des Œuvres complètes, sous le titre de Notes sur Paris (1920-1921), a une valeur paradigmatique. Il n’échappe pas à la pratique littéraire de ce grand écrivain. Plutôt que de littérature autobiographique, il s’agit d’autofiction. Cette œuvre nous confirme, par ailleurs, que son auteur a été un fin connaisseur de la littérature française, comme le prouve le dictionnaire donné en annexe.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Paris, Espagne, Catalogne

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1. O.C. IV : Sur Paris et la France1

  • 1 J. PLA, Sobre París i França. O.C., IV, Barcelone, Destino, 1967. (C’est moi qui traduis les origin (...)

1En mars 1967, les éditions Destino de Barcelone publiaient le quatrième volume des Œuvres complètes de Josep Pla, commencées l’année précédente avec la publication du Cahier gris, le premier des quarante-quatre volumes dont elles allaient se composer. Ce quatrième volume portait comme titre Sur Paris et la France, ce qui était une façon d’annoncer d’entrée sa double composition.

2En effet, cet ouvrage de 656 pages se compose d’un premier livre axé sur la capitale de la Seine, les Notes sur Paris (1920-1921), suivi d’un deuxième livre, les Petits essais sur la France, où l’auteur aborde une thématique plus large, celle du pays qui l’avait accueilli pour la première fois en 1920. Josep Pla répondait ainsi à une clause prévue dans le contrat qui le liait à son éditeur barcelonais, celle de lui livrer des manuscrits ayant entre six cents et sept cents pages.

3C’est sur les 316 premières pages de notes qu’il convient d’attirer à présent notre attention. Comme la parenthèse de leur titre l’indique, elles sont datées d’une manière très précise, à la différence des essais, qui, eux, ne portent aucune indication chronologique. Mais, pourquoi l’écrivain oppose-t-il le mot “essais” à celui de “notes” ? La réponse est facile à imaginer. Alors que pour un nombre presque identique de pages, le premier de ces deux livres contient quarante-six articles, le deuxième n’en compte que quinze. C’est, en somme, une distinction classique, celle qui oppose des ouvrages littéraires généralement plus longs, et dont le sujet a été traité d’une manière plus détaillée, à des textes beaucoup plus brefs.

4Mais, à y regarder de plus près, c’est l’absence d’une pratique rituelle qui attire vite notre attention. Dès le Cahier gris, Josep Pla avait instauré avec le lecteur de ses Œuvres Complètes une sorte de dialogue à travers un petit texte de présentation. Dans le quatrième volume qui nous occupe, il n’oublie pas non plus de le faire lorsqu’il s’agit de présenter le livre d’essais. Mais il ne le fait pas pour les Notes sur Paris ? S’agirait-il d’une omission involontaire ?

5Lorsqu’on est un peu familiarisé avec la façon de faire de notre écrivain, on fait vite la relation avec celle de Stendhal. Comme le Grenoblois, l’une de ses idoles littéraires, Josep Pla aime dater en effet d’une manière fantaisiste, situer des scènes dans des cadres historiques impossibles, jouer avec l’anachronisme... Les Notes sur Paris, comme nous le verrons bientôt, ne constituent pas une exception à cette norme. Mais auparavant, prenons un peu au hasard un autre de ses titres et voyons comment l’écrivain le présente :

  • 2 J. PLA, El passat imperfecte, O.C., XXXIII, Barcelone, Destino, 1977, Nota preliminar p. 7.

Je suis un homme – écrivait-il en 1977 – qui a vécu toute sa vie plongé dans le journalisme. Ici ou à l’étranger j’ai toujours été suspendu à un appel téléphonique, à un télégramme ou à une lettre me demandant la confirmation d’une certaine nouvelle ou m’obligeant à me déplacer d’un endroit vers un autre [...]. J’ai toujours aimé voyager. J’ai toujours aimé voyager par voie de terre, par mer ou par air.
Le livre que je publie a la particularité, par rapport aux autres, que l’on y parle seulement des gens. Des gens que j’ai connus ; des produits de mes lectures ; des noms dont je me suis souvenu au moment d’un anniversaire ; des personnes qui n’ont rien en commun, si ce n’est qu’elles s’insèrent dans une longue collaboration journalistique – de 1940 à 1975 – que, sans jamais manquer une semaine, j’ai publiée dans l’hebdomadaire Destino.2

6L’auteur ne saurait être plus explicite. Il suffit d’ouvrir le volume pour voir confirmer son procédé. À la fin de chaque article figure la date de publication de la version originale dans le magazine barcelonais invoqué. Pourquoi n’a-t-il pas fait de même avec les quarante-six articles des Notes sur Paris ? Ouvrons ce livre et lisons le début du premier article, intitulé le Voyage :

  • 3 O.C. IV, p. 9-10.

Ainsi donc un beau jour je suis parti pour Paris. C’était le 17 avril 1920. L’express partait de la gare de France [de Barcelone] à deux heures de l’après-midi [...]. Pour voyager, à cette époque-là, les gens se changeaient. Le voyage à Paris étant un peu long – on n’y arrivait que le lendemain à neuf heures trente du matin – il impliquait presque d’étrenner un costume [...]. Maintenant on voyage d’une manière plus confortable, mais en 1920 encore les tailleurs, les chapeliers et les marchands de chaussures considéraient que l’une de leurs obligations était de contribuer à rendre plus difficile que ce qu’elle est la vie des gens et cela leur donnait beaucoup de prestige.
À cette époque-là, le passeport était un document très important [...]. Il s’est écoulé, depuis, presque un demi siècle, et ce document pompeux et inutile, mais largement rentable, dure toujours, du moins pour les gens de ce pays.3

7Comment nous expliquer cette sorte d’aller et retour entre le passé de 1920 et un présent qui se situerait dans les années quarante, c’est-à-dire « presque un demi siècle après » – pour reprendre mot à mot Josep Pla ? Une fois n’étant pas coutume, n’aurait-il pas fondu sa courte préface habituelle avec le premier article de son nouveau livre ? En quelle année s’adresse-t-il en somme à son lecteur ?

8Celui-ci est loin d’être au bout de ses peines. Il suffit qu’il ouvre, dans le même volume, le premier des essais, l’Approximation à la structure de France, pour y lire :

  • 4 O.C. IV, p. 327.

Maintenant que je reviens en France et que je me trouve dans la nécessité de renouveler mes papiers d’étranger, je lis sur la carte d’identité que m’avait alors délivrée la Préfecture de Paris, la date de ma première arrivée dans ce pays : le 26 avril 1920. J’avais alors vingt-deux ans et de cela il y a dix-neuf ans révolus.4

9Voilà donc, si nous avons bien compris, retardée de neuf jours la date d’arrivée de Josep Pla à Paris, à moins qu’il ne se réfère à la date administrative figurant sur un document officiel qu’il aurait renouvelé en 1939. Mais si le 26 avril 1920 Pla avait vingt-deux ans, ne nous avoue-t-il pas indirectement qu’il est né en 1898 et non pas en 1897 ? Au juste, combien de temps a duré son premier séjour à Paris ? Bref, quelle est la valeur autobiographique des deux passages que nous venons de citer ? Et, d’une manière plus générale, comment faut-il aborder la lecture des Notes sur Paris ? Quelle genèse textuelle faut-il envisager pour des articles non datés, sauf dans le titre du livre qui les réunit ?

2. Un jeune correspondant catalan à Paris

10Compliquons un peu les choses. Dans son édition du matin du dimanche 20 avril 1920, le journal barcelonais La Publicidad publiait l’entrefilet suivant :

  • 5 M. GUSTÀ, Els orígens ideològis i literaris de Josep Pla, Barcelone, Curial, 1995, p. 53, n 2.

Aujourd’hui part pour Paris, occuper sa place dans la capitale de France, comme correspondant de La Publicidad, notre collègue, l’homme de lettres, le jeune journaliste Josep Pla.5

  • 6 J. PLA, La diabòlica mania d’escriure, Barcelone, Fundació J. Pla / Destino, 1997, p. 46. Xavier Pl (...)

11C’est donc, si notre compte est bon, une troisième date pour un même voyage. Et nous pouvons encore en ajouter une quatrième, celle qui figure noir sur blanc sur un document autographe contemporain : « Arrivée à Paris : le 19 avril 1920 »6. Voici un voyage qui aurait eu lieu le 17, le 19, le 20 ou le 26 avril 1920. Comment faire pour obtenir la date exacte ?

  • 7 Le travail de X. FEBRÉS, Josep Pla : biografia de l’homenot (Barcelone, Plaza & Janés, 1990), n’est (...)

12Or l’exemple que nous venons de voir ne constitue pas une exception au sein des presque trente mille pages des Œuvres complètes de Josep Pla. Faute d’une biographie7 fiable, il fallait prémunir le lecteur contre les risques d’une lecture trop littérale des textes planiens. Ce que le graphomane propose dans ses Notes sur Paris n’est pas un journal intime. Ce n’est pas non plus un témoignage à valeur autobiographique incontestable. Ce n’est pas enfin une simple mise à jour de ses tout premiers débuts de journaliste. Qu’est-ce alors ?

13Dans l’état actuel de la question, tout permet de croire qu’il s’agit d’une version fort littéraire, voire très idéalisée, d’un vécu qui a bel et bien existé. Basée à l’origine sur les articles envoyés en 1920 au journal barcelonais La Publicidad, cette version a été par la suite soumise à un long travail de réécriture. Avant d’incorporer définitivement ces articles aux Notes sur Paris, il les a mis à l’essai dans des livres publiés à partir des années vingt. Le stade de 1967 n’est donc que le dernier de ce processus de réécriture permanente.

14Comment procéder alors pour ne pas nous perdre dans ce dédale bibliographique et ne pas tomber dans la fiction autobiographique que l’écrivain nous propose fort souvent ? Revenons aux origines de l’écrivain en tant que journaliste. Ayant débuté en tant que correspondant à Paris en 1920, il allait par la suite exercer la même profession jusqu’à la guerre civile de 1936-1939 à Madrid, en Italie, en Angleterre, en Union Soviétique...

15Né à Palafrugell (Gérone) le 8 mars 1897 et mort à Llofriu le 23 avril 1981, lorsqu’au printemps 1920 Pla monte à Barcelone dans le train express qui le déposera le lendemain à Paris, il a à peine vingt-trois ans. Il vient de faire son droit dans la capitale catalane. Mais c’est grâce à l’appui de certains intellectuels qui fréquentent le salon de l’Ateneu qu’il a pu se familiariser avec les rédactions barcelonaises. Le docteur Joaquim Borralleres (Barcelone, 1880-1946), promoteur d’activités littéraires et artistiques, semble avoir joué un rôle de premier ordre dans le choix professionnel que ce jeune provincial vient de faire. C’est lui qui l’a aidé à entrer en 1919 au journal Las Noticias, puis au journal La Publicidad, où Pla publie son premier article de critique littéraire le 3 janvier 1920. Qu’y a-t-il donc de vrai dans les mots qu’on lit à la fin du premier article des Notes sur Paris ?

  • 8 O.C.IV, p. 15-16. (Les mots en italiques sont de Pla).

Le train arriva à la gare d’Orsay à l’heure exacte. Au pied de ma voiture je rencontrai mon ami Joaquim Borralleres, lequel était venu séjourner à Paris quelque temps. Je donnai ma valise à un porteur [...]. Sous la marquise de la gare je proposai de louer une voiture de place découverte – un vrai sapin – avec un conducteur rouge comme un poivron, au visage de moscovite et un chapeau haut de forme en fer blanc engainé – et c’est ainsi que nous entreprîmes notre chemin de Montmartre par le Louvre. Ce fut une entrée impressionnante. Les paysages urbains de Paris provoquaient chez Joaquim un mutisme récalcitrant. Je n’osai pas interrompre ses prières avec mes exclamations forcément provinciales et déplacées.8

  • 9 Pour BADOSA (Josep Pla, p. 34) la présence de Borralleres à la gare du Quai d’Orsay ne fait aucun d (...)
  • 10 « Ici à Paris, il y a dans mon habitation une annonce d’un coiffeur et tout y est plus usé que chez (...)

16Qu’y a-t-il de vrai et de faux dans cette première scène parisienne ? Le protecteur et mécène barcelonais9 se trouvait-il vraiment à la gare d’Orsay ? Le voyage jusqu’à Montmartre a-t-il vraiment eu lieu dans les conditions décrites ? Posons la question qui semble s’imposer : la location du sapin pouvait-elle entrer dans le budget10 d’un jeune journaliste qui s’était engagé pour la modeste somme de 800 francs environ à envoyer au journal barcelonais La Publicidad vingt articles par mois ? Pourquoi dans sa correspondance de l’époque avoue-t-il qu’avec ce salaire il n’arrive pas à s’en sortir et qu’il doit chercher des menus travaux complémentaires ?

  • 11 « Cette secrète et diabolique illusion d’écrire » est très exactement la formule consignée sur son (...)

17Fort inexpérimenté, puisque jusque-là il n’avait travaillé que dix mois comme pigiste dans des rédactions barcelonaises où un ami écrivain, Alexandre Plana, finissait souvent par écrire à sa place l’article qu’il n’arrivait pas à rédiger, comment comptait-il donc s’y prendre ? Certes, ses premiers exercices publiés dans la presse locale étaient accompagnés, comme on sait aujourd’hui, d’un journal intime sur lequel il notait, dès 1918, qu’il se sentait possédé par une « secrète et diabolique manie d’écrire »11. L’opportunité parisienne ne pouvait donc apparemment mieux tomber pour cet écrivain en herbe. Mais qu’y a-t-il de secret et de diabolique dans la version des faits vécus en 1920 qu’il nous livre dans les Notes sur Paris ? Nous savons au moins que ce livre n’a pas été fait de la même façon que le trente-troisième volume de ses Œuvres complètes. Pourquoi ?

  • 12 Le fac-similé de l’article de J. PLA, « El cielo de San Remo es demasiado azul » est reproduit par (...)

18La première des chroniques qu’il envoie à La Publicidad paraît à Barcelone le 25 mai 1920, jour pour jour un mois après son départ pour Paris. Elle s’intitule Le ciel de San Remo est trop bleu12. Puisqu’elle manque dans les Notes sur Paris, voyons comment s’y prend le jeune correspondant. Josep Pla y aborde les divergences qui sont apparues entre la France d’une part et l’Angleterre et l’Italie d’autre part, à propos de la discussion du Traité de Versailles. Le ton, comme il fallait s’y attendre, traduit bien les hésitations du jeune écrivain :

Il y a de cela quatre jours que nous sommes à Paris. Des connaisseurs experts nous ont conduits à travers les noyaux où se polarise avec plus ou moins de cohérence l’intérêt de la France. Notre pas devait forcément être extérieur, épidermique, superficiel. Nous devions cependant entendre quelque chose de la célèbre conférence des “Trois”. Pour notre part, nous avons demandé, nous avons enquêté, nous avons cherché dans toute la presse le frisson de la passion. Nous n’avons néanmoins rien entendu, les mots, un peu plats, ne nous ont rien dit du nom de la ville qui émerge un moment des nébuleuses de l’infrahistoire et qui ont été prononcés de temps en temps. La presse s’occupe de préférence des nouveaux impôts et les discussions des chirurgiens de la paix parviennent au public entourées d’une légère nuance d’ironie.

19Nous sommes en condition d’entamer la lecture du deuxième article des Notes sur Paris, intitulé Journalisme. Nous venons de voir qu’un mois s’est écoulé depuis l’installation de Pla à Paris et que son premier article parisien est paru dans le journal de Barcelone dont il est le correspondant. Voici l’explication qu’il nous en fournit dans le volume publié en 1967 :

  • 13 O.C. IV, p. 17.

Mon journal était pressé. « Mettez-vous vite au travail ! » – m’avait dit mon directeur au moment de prendre congé. C’était le seul mot d’ordre qu’il m’avait donné. Aussi il fallait me présenter auprès des services de presse officiels. C’est ce que je fis le lendemain de mon arrivée. J’eus la chance que Pere Ynglada veuille m’aider. À Paris, Ynglada avait beaucoup de portes ouvertes. Sa principale œuvre barcelonaise pendant la guerre – la revue Iberia – avait été très appréciée [...]. Cette revue, et particulièrement l’œuvre que Ynglada y avait publiée, avait fait l’objet d’un magnifique éloge que lui avait dédié l’un des plus grands écrivains de France de l’époque : le célèbre Rémy de Gourmont, du Mercure [...]. Avec tout cela je veux dire que l’on ne pouvait pas arriver mieux accompagné.13

20On a l’impression de revivre un peu, avec le dessinateur catalan Pere Ynglada (Santiago de Cuba, 1881-Barcelone, 1958) qui habitait Paris depuis 1912, la même scène qu’avec Joaquim Borralleres. C’est grâce à lui en tout cas que le jeune correspondant va pénétrer dans la « Maison de la Presse située rue Jean Goujon, tout près du rond-point des Champs-Élysées ». La précision topographique s’accompagne d’un nouveau personnage, l’écrivain Edmond Jaloux, aujourd’hui pratiquement tombé dans l’oubli. Essayons d’assister aux deux entretiens que Josep Pla aurait eus avec lui. Lors du premier, ce « romancier renommé et critique littéraire [...] qui connaissait mon journal et qui savait que d’un certain point de vue il était solide » lui aurait déclaré :

  • 14 O.C. IV, p. 18-19. (Dans la version catalane, les dialogues apparaissent en français).

– Écrivez ce que vous voudrez... – me dit-il affable – ...Venez me voir... Pensez seulement que Paris est une ville sceptique et un peu fuyante....14

21C’est ainsi que Josep Pla aurait écrit son premier papier sur la conférence de San Remo. Tout en cherchant à se tourner en dérision et à reconnaître ses limites professionnelles, il nous avoue d’emblée :

  • 15 O.C. IV, p. 19-20.

Compte tenu de mon inexpérience – dans le journalisme l’inexpérience est complète du début jusqu’à la fin – je n’avais que deux chemins : soit aller voir Jaloux dans l’espoir qu’il me dicte mon article ou utiliser un moyen d’information important : par exemple, utiliser le Temps, dont l’éditorial (c’est-à-dire le Premier-Paris, la rubrique que cet article portait dans le jargon du métier) était alors écrit par André Tardieu [...]. Peu habitué à recevoir des mots d’ordre comme j’ai toujours été, [...] je décidai de faire l’article pour mon compte en ayant recours au moyens cités.
Mon journal arriva à Paris, avec mon pauvre article qui occupait une place de choix. Jaloux me convoqua. J’allai à la “Maison de la Presse” croyant avoir interprété correctement la situation.15

22Jusqu’à quel point la suite n’est pas le fruit de l’imagination de Pla plutôt que le récit de son vécu ? Ou, pour poser la même question en d’autres termes, qu’y a-t-il de vrai et de faux dans la version qui commence par un portrait de l’écrivain d’origine marseillaise et se termine par les propos suivants :

  • 16 O.C. IV, p. 21 (Ce passage est en français dans la version originale).

– Mais jeune homme ! Qu’est-ce vous avez fait... ! – dit-il se dressant de la chaise au moment où j’entrais dans son bureau –. Vous avez écrit un papier philosophique sur Saint-Remo [sic]. C’est pas ça, c’est pas ça... L’opinion de Barcelone nous intéresse beaucoup, surtout maintenant que monsieur le maréchal Joffre va présider vos Jeux Floraux... C’est la politique qui nous intéresse. Beaucoup moins les considérations générales. Vous avez lu les Confessions de Rousseau ? Je vous dirais comme la popolana de Venise à Jean-Jacques : Caro signor Giacomo, lascia le donne e studia la matematica... Venez un autre jour. Je suis très occupé. Nous en reparlerons !16

  • 17 C’est exactement le poste officiel qu’alors occupait E. Jaloux (Marseille, 1878-Lutry [Suisse], 194 (...)

23On a de la peine à croire qu’un tel dialogue ait pu vraiment avoir eu lieu entre « le chef du bureau au service de la propagande du Ministère des Affaires étrangères »17 et le jeune correspondant débutant. L’écrivain ne se trahit-il pas en mettant ainsi en relief son premier article paru à Barcelone, comme nous l’avons dit, le 25 mai 1920, lequel en bonne logique devait passer complètement inaperçu à Edmond Jaloux ? Rappelons par ailleurs que l’ensemble de cette production journalistique n’a jamais été réuni, ce qui empêche le collationnement éventuel des articles de 1920 avec leur version de 1967. Dans ces conditions, comment procéder pour aborder le texte des Notes sur Paris avec un minimum de garanties ?

3. L’architecture textuelle de Notes sur Paris

24On doit au philologue Narcís Garolera un travail consacré aux débuts de Pla dans sa nouvelle profession de correspondant. Dans cette approche, qu’il intitule Une écriture itinérante, il affirme notamment :

  • 18 N. GAROLERA, « Una escriptura itinerant » dans J. PLA, La diabòlica mania, cit., pp. 42-45.

Au mois d’avril 1920, Josep Pla s’installe à Paris en tant que correspondant de La Publicidad. De là il entreprendra, des années plus tard, une série de voyages vers le centre et le nord de l’Europe, dont il fera le compte rendu sous forme d’articles pour ce journal. En 1928 il réunit les chroniques journalistiques parues deux années auparavant dans La Publicidad, sous l’épigraphe de Suite nordique. Il y incorpore deux articles nouveaux, il en refait quelques-uns, et il publie son premier livre de voyages, Lettres de loin, qui porte comme sous-titre (Voyages-Fantaisies-Villes) et, qui, comme il se dégage de son titre, adopte une forme épistolaire. Ce volume a été très bien reçu, la critique en a souligné la maîtrise des descriptions et la justesse des images, avec des éloges unanimes de son style réaliste et poétique en même temps.18

25Tout porte à croire que, quarante ans plus tard, Josep Pla a adopté la même méthode de réutilisation d’un matériel déjà publié, en le soumettant à une nouvelle réécriture. Signée par le même critique auquel nous venons de nous référer, voici l’explication de l’architecture textuelle sur laquelle reposent les Notes sur Paris :

  • 19 Ibidem, p. 43.

À partir des chroniques envoyées depuis Paris à La Publicidad pendant les années 1920-1921, réélaborées et enrichies avec des écrits ultérieurs, Pla a préparé le quatrième volume de ses Œuvres complètes – Sur Paris et la France, publié en 1967 –, deux livres nouveaux, qu’il a intitulés respectivement, Notes sur Paris (1920-1921) et Petits essais sur la France. Le premier réunit les articles journalistiques déjà cités [...].19

  • 20 De toute évidence elles ne peuvent renvoyer qu’à leur date de parution et non pas à celle de leur c (...)
  • 21 FEBRÉS, Josep Pla, p. 62.

26Un petit détail d’ordre bio-bibliographique vient cependant troubler cette vision déjà un peu vague en elle-même. Comment prendre les deux années20 qui figurent comme sous-titre des Notes sur Paris puisque le séjour de Pla à Paris a pris fin en décembre 1920 ? Car, comme l’affirme Xavier Febrés, « l’année 1921 avait à peine commencé que le directeur de “La Publicidad”, Romà Jurí, rappela Josep Pla à Barcelone »21. Sa nouvelle mission allait l’amener à Madrid, d’où il voyagea dans certaines villes castillanes, accompagné de l’écrivain Joan Crexells. Son premier séjour à Paris n’avait duré donc que sept mois. Aurait-il continué à écrire sur Paris tout en voyageant à travers l’Espagne ?

4. Une liste autographe de 1920

  • 22 O.C., XLV, p. 500.

27Le séjour de Pla à Paris a donné lieu, comme nous l’avons vu, à des articles qui ont été publiés à l’époque mais qui depuis n’ont jamais été rassemblés. Il faudrait incontestablement commencer par combler cette lacune. À l’autre bout de cette démarche d’archéologie littéraire se situerait le manuscrit que l’écrivain a dû rendre à son éditeur. Nous savons qu’en janvier 1965, lorsqu’on lui propose un plan de publication de ses œuvres, Pla le met en quatrième position. À ce moment-là, ce volume porte encore le titre suivant : Paris et la France. Le sujet qu’il compte y aborder est ainsi condensé : Explication d’une longue expérience22.

28Mais on peut aussi aborder l’œuvre que le séjour à Paris a inspirée à Josep Pla à l’aide d’autres documents. Par exemple, à travers la très riche correspondance qu’il a adressée à des écrivains contemporains. Cette démarche a déjà été envisagée par Marina Gustà, dans sa thèse sur les origines idéologiques et littéraires de Josep Pla. Elle nous apprend notamment :

  • 23 GUSTÀ, Els orígens, pp. 156-157.

Pour Josep Pla, le fait de découvrir les conditions réelles dans lesquelles il devait pratiquer son métier a été dur mais rapide : en quatre mois il a pu s’en rendre compte. Nous le savons non pas, évidemment, par les articles qu’il envoyait à son journal pendant le printemps de 1920, ni par le souvenir à partir duquel, bien des années après, il a récupéré cette époque en la truffant d’anecdotes improbables en vue de mettre de la distance, mais par le témoignage de quelques-unes des lettres que depuis Paris il écrivait à Josep M. de Sagarra et Josep M. Junoy.23

29C’est l’avis d’un spécialiste dont il faut tenir compte. Considérons à présent un autre document, très particulier. Il s’agit d’une feuille autographe, dépourvue de titre, qui commence par ces mots : Arrivée à Paris : 19 avril 1920. Tout porte à croire que le jeune correspondant y établit une sorte de bilan de sa première année passée à Paris.

30Effectivement, après cette date se trouve une liste de titres d’articles. Ils sont classés chronologiquement depuis le mois d’avril jusqu’au mois de décembre 1920. Le bilan est ainsi présenté : avril (sept titres), mai (dix-sept titres), juin (seize titres), septembre (sept titres), octobre (douze titres), novembre (douze titres) et décembre (douze titres). Cela fait au total quatre-vingt-trois titres, dont le premier, El cielo de San Remo es demasiado azul, coïncide effectivement avec le premier qui ait été publié à Barcelone, celui-là même qui aurait provoqué la colère d’Edmond Jaloux.

31Xavier Pla, à qui l’on doit l’exhumation de cet inédit autographe, l’assortit des mots suivants :

  • 24 PLA, La diabòlica mania, cit., p. 46.

L’ordre de la liste ne correspond pas exactement à l’ordre de publication. Par ailleurs, certains articles apparaissent avec des titres légèrement changés ou apparemment ils n’ont pas été publiés ou bien ils apparaissent qualifiés de “retourné” [...]. L’article intitulé “Livres de Juin”, publié le 21 juin, était une traduction littérale d’un compte rendu paru dans le journal Le Temps de Paris, c’est la raison pour laquelle Josep Pla a été congédié de son journal. La liste des articles marqués d’une croix pourrait laisser croire à une possible sélection et utilisation des articles pour élaborer ce que Marina Gustà a proposé d’appeler Le roman de Paris et que Josep Pla annonçait la même année 1920 à Josep Maria de Sagarra.24

  • 25 Voici la liste obtenue : [1] El cielo de San Remo es demasiado azul ; [2] Notas de viaje ; [3] Cail (...)

32On le voit bien. Si cette liste répond à certaines des questions que nous nous sommes posées, elle en ajoute d’autres. Quel rapport existe-t-il, par exemple, entre les sept titres répertoriés pour le mois d’avril25 1920 et ceux qui constituent le volume de 1967 ? Faut-il voir un rapport entre le deuxième de ces titres et l’actuel premier article des Notes sur Paris, auquel Pla aurait ajouté sa note explicative habituelle ? Quant au quatrième titre autographe, serait-il devenu finalement “Le maréchal Joffre” ? Bref, comme on vient de le constater, tant que l’on ne disposera pas d’une édition des articles réellement publiés par le journal de Barcelone on sera condamné à se perdre en conjectures. Ajoutons, pour terminer ce rapide survol d’une passionnante question de génétique textuelle, les aveux qu’à cette même époque faisait Pla à deux amis écrivains concernant son projet d’écrire à Paris un roman inspiré par des Parisiens :

  • 26 GUSTÀ, Els orígens, cit., p. 436.

Il existe dans Paris trois choses d’une complexité extraordinaire : l’antiquaire, le propriétaire d’un hôtel et le maquereaux [sic] – écrit-il le 27 mai 1920 à Junoy –. Si l’on pouvait parler d’eux longuement, on verrait en projection toute notre époque et l’on rendrait la couleur actuelle de la comédie humaine de ce moment...
Je vous confierai qu’à des moments perdus j’écris un roman sur des gens paumés et accablés que je rencontre en vagabondant dans Paris. Je profiterai des articles de la “Publi” – écrit-il le 10 juin 1920 à Sagarra – et je dois presque vous avouer que je fais beaucoup d’articles en pensant au roman.26

33Ces mots semblent avoir été écrits dans le climat d’excitation caractéristique que le jeune provincial a dû ressentir dès son arrivée dans sa nouvelle ville d’adoption. Tout porte à croire que le projet de roman fut abandonné et que, presque un demi siècle après, Pla parvint à embrouiller tellement les pistes que le lecteur d’aujourd’hui finit par le lire sans se poser de questions sur la “véracité historique” de ses Notes sur Paris. Que faire pour déjouer un jeu si bien conçu ?

5. Un grand connaisseur de la littérature française

  • 27 Ces fréquences n’ont été comptabilisées qu’une fois lorsque le nom d’un écrivain apparaît plusieurs (...)

34Nous avons pris le défi de Pla comme point de départ d’une autre démarche, à caractère biographique. Nous avons essayé de soulever un peu l’un des masques derrière lesquels l’écrivain a souvent cherché à se cacher. Dans le cas présent, nous avons cherché à effleurer une question que Pla aurait traitée dans son livre mais pas d’une manière explicite, presque sans s’en rendre compte. Dans ce but, nous avons relevé toutes les fréquences27 de noms d’écrivains apparaissant dans ses Notes sur Paris. Ils sont au nombre de cent trente. Ils ont été par la suite classés par ordre alphabétique. Cela nous a donné un petit Dictionnaire des écrivains cités par Pla.

35Dans ce répertoire nous avons ajouté, chaque fois que cela a été possible, les données biographiques de chaque écrivain, suivies de la page où son nom apparaît, de sa langue d’écriture (A = anglais, C = catalan, E = espagnol, F = français, G = allemand, I = italien, L = latin, R = russe, NC = non comptabilisé) et, dans le cas des auteurs de langue française, du siècle auquel ils appartiennent. Dans neuf cas seulement, il s’est avéré impossible de les identifier. Il s’agit, comme on le verra, d’intellectuels (tels que le traducteur français de Nietzsche ou le secrétaire personnel d’Anatole France) plutôt que d’écrivains à proprement parler. Afin qu’on les distingue mieux, leur nom est précédé d’un astérisque.

36Les résultats obtenus permettent d’avancer trois affirmations. À la différence de celles que nous avions envisagées en vain en abordant le volume, celles-ci sont fort précises. De plus elles permettent de pénétrer dans cette sorte de Panthéon littéraire à usage personnel que l’écrivain a érigé à son insu.

371. Les écrivains de langue française cités par Pla dans ses Notes sur Paris constituent une majorité écrasante (89 sur 121, c’est-à-dire 73,5 %). Suivent de très loin les écrivains de langue catalane (14), anglaise (11), espagnole (3), allemande (1), italienne (1), latine (1) et russe (1).

382. Les écrivains de langue française du XXe siècle sont les plus cités (41 sur 89, c’est-à-dire, 46 %). Suivent de très loin les écrivains du XIXe siècle (23), du XVIIe siècle (13), du XVIIIe siècle (9), du XVIe siècle (2), du XVe siècle (1).

393. Les dix écrivains de langue française les plus cités sont les suivants : 1) Paul Valéry (17 fois) ; 2) André Gide (13 fois) ; 3) Anatole France (10 fois) ; 4) Jacques Copeau (9 fois) ; 5) Marcel Proust (9 fois) ; 6) Voltaire (8 fois) ; 7) Jean Cocteau (7 fois) ; 8) Molière (7 fois) ; 9) Maurice Barrès (6 fois) ; 10) Ernest Renan (6 fois).

6. Conclusion

  • 28 X. PLA, Josep Pla, ficció autobiogràfica i veritat literària. Barcelone, Quaderns Crema, 1997.

40Nous pouvons conclure, certes d’une manière très provisoire, que sur le plan de l’écriture, Josep Pla en invoquant un vécu personnel non vérifiable par son lecteur, glisse fort souvent dans la fiction autobiographique, comme Xavier Pla28 l’a très bien démontré. Dans ce sens, le volume IV de ses Œuvres complètes ne constitue pas une exception mais une sorte de confirmation du processus de fictionnalisation entamé en 1966 dans Le Cahier gris, le premier de ces volumes.

41Des traces de données à valeur autobiographique incontestable sont cependant bien présentes dans les Notes sur Paris. Dans l’impossibilité de collationner les articles publiés à Barcelone en 1920 avec les articles publiés en 1967, tout porte à croire, dans l’état actuel de la question, que les premiers sont de simples points de départ, souvent abandonnés au fil des ans par la réécriture permanente pratiquée par Pla.

42Fin connaisseur de la littérature française de toutes les époques, comme nous le prouve l’étude systématique des écrivains cités dans les Notes sur Paris, nous avons à présent la certitude que sa grande culture littéraire était loin d’être une légende. Une étude de sa bibliothèque personnelle, dont il a fait don à la fondation qui porte son nom, devrait confirmer les résultats que nous avons obtenus.

43Indépendamment de l’époque de sa vie où ces auteurs furent lus par ce grand lecteur que fut Josep Pla, nous parvenons à un autre genre de constat. Loin d’être un écrivain local ou régionaliste, il fait montre d’une très riche culture littéraire et c’est dans ses origines idéologiques qu’il faut chercher le choix de sa langue littéraire. Écrivain cosmopolite aussi bien dans la pratique du catalan que de l’espagnol, ses deux langues littéraires les plus cultivées, il reste à étudier son rapport vis-à-vis de la langue française, dont il n’hésite pas à se servir dans les dialogues des Notes sur Paris.

44Enfin, sans oser le qualifier pour autant d’écrivain français de langue catalane, Josep Pla est hors conteste, parmi les écrivains transpyrénéens de son époque, l’un des mieux imprégnés de littérature française. C’est sans doute elle qui lui fournit les classiques que ni la littérature catalane ni la littérature espagnole ne pouvaient lui proposer, du moins dans certains genres (notamment les moralistes) et pour certaines périodes (le XXe, le XIXe et le XVIIe siècles).

45En somme, le premier séjour de Pla dans le Paris de 1920 ne fut donc que la confirmation d’un sentiment étrange, cette secrète et diabolique manie d’écrire qu’il avait ressentie quelques années auparavant dans son pays natal. On pourrait dire par conséquent que c’est sur les bords de la Seine qu’il adopta définitivement comme devise ces mots empruntés à Stendhal : « Je n’ai de prétention à la véracité qu’en ce qui touche mes sentiments ».

Haut de page

Annexe

Dictionnaire des écrivains cités par Josep Pla dans Notes sur Paris

ALARCÓN, Pedro Antonio de (Guadix, 1833 - Madrid, 1891) : 233. [E-XIX].

*ALBERT, Henri ( ?) (traducteur français de Nietzsche) : 139. NC.

APOLLINAIRE, Guillaume (Rome, 1880 - Paris, 1918) : 109, 258. [F-XX].

BALZAC, Honoré de (Tours, 1799 - Paris, 1850) : 91, 301. [F-XIX].

BARRÈS, Maurice (Charmes, 1862 - Paris, 1923) : 108, 147, 168, 215, 228, 253. [F-XX].

BAUDELAIRE, Charles (Paris, 1821 - 1867) : 147, 289. [F-XIX].

BAYLE, Pierre (Carlat-Byle, 1647 - Rotterdam, 1706) : 48, 274. [F-XVII].

BATAILLE, Henry (Nîmes, 1872 - La Malmaison, 1922) : 76, 221. [F-XX].

BENOIT, Pierre (Albi, 1886 - Ciboure, 1962) : 215. [F-XX].

BÉRAUD, Henri (Lyon, 1885 - Île de Ré, 1958) : 75. [F-XX].

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE (Le Havre, 1737 - Éragny-sur-Oise, 1814) : 214. [F-XVIII].

BERNSTEIN, Henry (Paris, 1876 - 1953) : 76. [F-XX].

BOFARULL, Pròsper de (Reus, 1777 - Barcelone, 1859) : 163. [C-XIX].

BOSSUET (Dijon, 1627 - Meaux, 1704) : 133, 134, 168. [F-XVII].

BOSWELL, James (Edimbourg, 1740 - Londres, 1795) : 270. [A-XVIII].

BOURGET, Paul (Amiens, 1852 - Paris, 1935) : 103, 142. [F-XIX].

*BROUSSON, ( ?) (secrétaire d’Anatole France) : 88. NC.

CAMBA, Julio (Vilanova de Arousa, 1888 - Madrid, 1962) : 270, 271, 272, 273. [E-XX].

CHAMFORT (Clermont-Ferrand, 1741 - Paris, 1794) : 168, 181, 182, 227. [F-XVIII].

CHATEAUBRIAND, Francois René (Saint-Malo, 1768 - Paris, 1848) : 214. [F-XIX].

CLAUDEL, Paul (Villeneuve-sur-Fère, 1868 - Paris, 1955) : 111, 112, 161, 215. [F-XX].

CLAVÉ, Josep Anselm (Barcelone, 1824 - 1874) : 153.[C-XIX].

CLEMENCEAU, Georges (Mouilleron-en-Pareds, 1841 - Paris, 1929) : 20, 310. [F-XX].

COCTEAU, Jean (Maisons-Lafitte, 1889 - Milly-la-Fôret, 1963) : 61, 194, 220, 258, 265, 266, 268. [F-XX].

CONRAD, Joseph (Berditchev,1857 - Bishopsbourne, 1924) : 216. [A-XX].

COPEAU, Jacques (Paris, 1879 - Beaune, 1949) : 161, 162, 196, 198, 201, 291, 292, 293, 294. [F-XX].

CORNEILLE, Pierre (Rouen, 1606 - Paris, 1684) : 76. [F-XVII].

COURIER, Paul Louis (Paris, 1772 - Veretz, 1825) : 48, 173. [F-XIX].

DAUDET, Léon (Paris, 1868 - Saint-Rémy-de-Provence, 1942) : 123, 226, 254, 310, 311. [F-XX].

DE FOE, Daniel (Londres, 1660 - Ropemaker’s Alley, 1731) : 216. [A-XVIII].

DIDEROT, Denis (Langres, 1713 - Paris, 1784) : 156, 309. [F-XVIII].

DOSTOÏEVSKI, Fiodor (Moscou, 1821 - Saint-Pétersbourg, 1881) : 105. [R-XIX].

DRUMONT, Edouard (Paris, 1844 - 1917) : 310. [F-XX].

DUBECH, Lucien (Romorantin, 1882 - St. Didier (Avignon), 1940) : 75. [F-XX].

DURAN I REYNALS, Eudald (Barcelone, 1891 - Reus, 1917) : 275. [C-XX].

*DURET, Théodore ( ?) (historien de la peinture) : 86, 87. NC.

ELIAS I BRACONS, Feliu (Barcelone, 1878 - 1948) : 259. [C-XX].

FÉNELON (Château de Fénelon, 1651 - Cambrai, 1715) : 133, 134, 168. [F-XVII].

FLAUBERT, Gustave (Rouen, 1821 - Croisset, 1880) : 180. [F-XIX].

FLÉCHIER, Esprit (Pernes, 1632 - Nîmes, 1710) : 133. [F-XVII].

FONTANES, Louis de (Niort, 1757 - Paris, 1821) : 130. [F-XVIII].

FRANCE, Anatole (Paris, 1884 - Saint-Cyr-sur-Loire, 1924) : 24, 88, 109, 110, 142, 145, 147, 185, 228, 291. [F-XX].

GALTIER-BOISSIÈRE, Jean (Paris, 1891 - 1966) : 308. [F-XX].

GIDE, André (Paris, 1869 - 1951) : 21, 89, 90, 107, 110, 111, 112, 161, 192, 216, 226, 227, 229. [F-XX].

GONCOURT, Edmond de (Nancy, 1822 - Champigny, 1896) et JULES (Paris, 1830 - 1870) : 225. [F-XIX].

GOURMONT, Rémy de (Bazoches-en-Houlme, 1858 - Paris, 1915) : 17, 107. [F-XX].

GUITRY, Sacha (Saint-Pétersbourg, 1885 - Paris, 1957) : 162. [F-XX].

HALÉVY, Daniel (Paris, 1872 - 1962) : 90, 92. [F-XX].

HUGO, Victor (Besançon, 1802 - Paris, 1885) : 76, 226, 310. [F-XIX].

JACOB, Max (Quimper, 1876 - Drancy, 1944) : 70, 221, 258. [F-XX].

JALOUX, Edmond (Marseille, 1878 - Lutry, 1949) : 18, 19, 20, 21, 22. [F-XX].

JAMMES, Francis (Tournay, 1868 - Hasparren, 1938) : 108, 109. [F-XX].

JOHNSON, Samuel (Lichfield, 1709 - Londres, 1784) : 270. [A-XVIII].

JOYCE, James (Dublin, 1882 - Zurich, 1941) : 89. [A-XX].

JUNOY, Josep Maria (Barcelone, 1887 - 1955) : 17, 277. [C-XX].

LA BRUYÈRE, Jean de (Paris, 1645 - Versailles, 1696) : 168, 181. [F-XVII].

LA FONTAINE, Jean de (Château-Thierry, 1621 - Paris, 1695) : 294. [F-XVII].

LA FOUCHARDIÈRE, Georges (Paris, 1874 - 1946) : 83. [F-XX].

LA HARPE (Paris, 1739 - 1803) : 200. [F-XVIII].

LA ROCHEFOUCAULD, François (Paris, 1613 - 1680) : 181, 182. [F-XVII].

LÉAUTAUD, Paul (Paris, 1872 - Robinson-sur-Seine, 1956) : 93, 162, 290. [F-XX].

LHOTE, André (Bordeaux, 1885 - Paris, 1962) : 260, 261. [F-XX].

LOTI, Pierre (Rochefort, 1850 - Hendaye, 1923 ) : 215. [F-XIX].

LLEONART, Josep (Barcelone, 1880 - 1951) : 286. [C-XX].

MAC ORLAN (Péronne, 1882 - Saint-Cyr-sur-Morin, 1970) : 216. [F-XX].

MALLARMÉ, Stéphane (Paris, 1842 - Valvins, 1898) : 87, 182. [F-XIX].

*MARIETON, Paul ( ?) : 123. NC.

*MARSAN, Eugène ( ?) : 225. NC.

MARTÍNEZ SIERRA, Gregorio (Madrid, 1881 - 1947) : 233. [E-XX].

MASSILLON, Jean-Baptiste (Hyères, 1663 - Beauregard, 1742) : 133. [F-XVII].

MAURRAS, Charles (Martigues, 1868 - Tours, 1952) : 17, 112, 290. [F-XX].

MÉRIMÉE, Prosper (Paris, 1803 - Cannes, 1870) : 163, 214. [F-XIX].

MICHELET, Jules (Paris, 1798 - Hyères, 1874) : 130. [F-XIX].

MILÀ I FONTANALS, Manuel (Vilafranca del Penedès, 1818 - 1884) : 188. [C-XIX].

MIRBEAU, Octave (Trévières, 1848 - Paris, 1917) : 74. [F-XIX].

MOLIÈRE (Paris, 1622 - 1673) : 196, 197, 198, 200, 201, 294, 309. [F-XVII].

MONTAIGNE, Michel de (Montaigne, 1533 - Bordeaux, 1592) : 182. [F-XVI].

MONTESQUIEU (Château de La Brède, 1689 - Paris, 1755) : 309. [F-XVIII].

*MONTFORT ( ?) (créateur avec Gide de la Nouvelle Revue Française) : 108. NC.

MORÉAS, Jean (Athènes, 1856 - Paris, 1910) : 139. [F-XIX].

MUSSET, Alfred de (Paris, 1810 - 1857) : 76. [F-XIX].

NERVAL, Gérard de (Paris, 1808 - 1855) : 182. [F-XIX].

NICOLAU D’OLWER, Lluís (Barcelone, 1888 - Mexico, 1961) : 192, 193, 194. [C-XX].

NIETZSCHE, Friedrich (Röcken, 1844 - Weimar, 1900) : 139, 178, 179, 182, 309. [G-XIX].

*OEXMELIN, Alexandre Olivier ( ?) (médecin hollandais du XVIIe S.) : 215. NC

PASCAL, Blaise (Clermont-Ferrand, 1623 - Paris, 1662) : 180, 181, 222, 227. [F-XVII].

PÉROCHON, Ernest (Vouillé, 1885 - Niort, 1942 : 225.[F-XX].

POE, Edgar Allan (Boston, 1809 - Baltimore) : 215. [A-XIX].

PROUST, Marcel (Paris, 1871 - 1922) : 112, 113, 225, 226, 227, 228, 229, 230, 291. [F-XX].

PUJOLS, Francesc (Barcelone, 1882 - Martorell, 1962) : 188, 192. [C-XX].

RABELAIS, François (Chinon, v. 1494 - Paris, 1553) : 163, 170, 309, 311. [F-XVI].

RACINE, Jean (La Ferté-Milon,1639 - Paris, 1969) : 76, 77, 78. [F-XVII].

REID, Mayne (Ballyroney, 1818 - Ross, 1883) : 216. [A-XIX].

RENAN, Ernest (Tréguier, 1823 - Paris, 1892) : 166, 167, 168, 169, 170, 173. [F-XIX].

RENARD, Jules (Châlons-sur-Mayenne, 1864 - Paris, 1910) : 113, 228, 294. [F-XX].

RIVIÈRE, Jacques (Bordeaux, 1886 - Paris, 1925) : 161. [F-XX].

ROLAND, Romain (Clamecy, 1866 - Vézelay, 1944) : 48. [F-XX].

ROSTAND, Edmond (Marseille, 1868 - Paris, 1918) : 76, 160. [F-XIX].

ROUSSEAU, Jean-Jacques (Genève, 1712 - Ermenonville, 1778) : 21. [F-XVIII].

RUSIÑOL, Santiago (Barcelone, 1861 - Aranjuez, 1931) : 27, 123, 265. [C-XX].

RUSKIN, John (Londres, 1819 - Brantwood, 1900) : 112. [A-XIX].

SAGARRA, Josep Maria de (Barcelone, 1894 - 1961) : 21, 177. [C-XX].

SAINT-GEORGES DE BOUHÉLIER (Rueil, 1876 - Montreux, 1947) : 76.[F-XX].

SAINTE-BEUVE (Boulogne-sur-Mer, 1804 - Paris, 1869) : 120, 156, 172, 181, 223. [F-XIX].

SALGARI, Emilio (Vérone, 1863 - Turin, 1911) : 216. [I-XIX].

SAMON, André (Paris, 1881 - Sanary, 1969) : 258. [F-XX].

*SCHWOP, Marcel ( ?) (traducteur français de Moll Flanders) : 216. NC.

SARMENT, Jean (Nantes, 1897 - ?) : 76. [F-XX].

SHAKESPEARE, William (Stratford-upon-Avon, 1564 - 1616) : 77, 292. [A-XVII].

SHAW, Bernard (Dublin, 1856 - Ayot Saint Lawrence, 1950) : 46, 47, 77, 261. [A-XX].

SOLÉ DE SOJO, Vicenç (Barcelone, 1891 - 1963) : 230. [C-XX].

STENDHAL (Grenoble, 1783 - Paris, 1842) : 62, 113, 147, 213. [F-XIX].

STEVENSON, Robert Louis (Édimbourg, 1850 - Vailima, 1894) : 216. [A-XIX].

SUARÈS, André (Marseille, 1868 - Saint-Maur-des-Fossés, 1948) : 161. [F-XX].

TALLEMENT DES RÉAUX, Gédeon (La Rochelle, 1619 - Paris, 1692) : 124. [F-XVII].

TARDIEU, André (Paris, 1876 - Menton, 1945) : 20. [F-XX].

TARRÉ, Joan (Canet de Mar, 1882 - Paris 1969) : 129. [C-XX].

TÉRENCE (Carthage, v. 190 - 159) : 196, 264. [L].

THARAUD, Jérôme (Saint-Junien,1874 - Varengeville-sur-Mer, 1953) et JEAN (Saint-Junien, 1877 - Paris, 1952) : 215.[F-XX].

VALÉRY, Paul (Sète, 1871 - Paris, 1945) : 63, 85, 87, 89, 90, 91, 92, 93, 94, 109, 138, 161, 182, 213, 239, 249, 311. [F-XX].

*VAUTEL, Clément ( ?) :(journaliste au Journal de Paris) 83. NC.

VAUVENARGUES (Aix-en-Provence, 1715 - Paris, 1747) : 182. [F-XVIII].

VERLAINE, Paul (Metz, 1844 - Paris, 1896) : 147. [F-XIX].

VERNE, Jules (Nantes, 1828 - Amiens, 1905) : 215. [F-XIX].

VEUILLOT, Louis (Boynes, 1813 - Paris, 1883) : 310. [F-XIX].

VILDRAC, Charles (Paris, 1882 - Saint-Tropez, 1971) : [F-XX].

VILLON, François (Paris, v. 1431 - après 1463) : 141, 170. [F-XV].

VOLTAIRE (Paris, 1694 - 1778) : 48, 77, 83 168, 173, 200, 227, 309. [F-XVIII].

XAMMAR, Eugeni (Barcelone, 1888 - L’Ametlla del Vallès, 1973) : 78, 148, 149, 270, 271, 272, 273. [C-XX].

ZOLA, Emile (Paris, 1840 - 1902) : 117. [F-XIX].

Haut de page

Notes

1 J. PLA, Sobre París i França. O.C., IV, Barcelone, Destino, 1967. (C’est moi qui traduis les originaux catalans).

2 J. PLA, El passat imperfecte, O.C., XXXIII, Barcelone, Destino, 1977, Nota preliminar p. 7.

3 O.C. IV, p. 9-10.

4 O.C. IV, p. 327.

5 M. GUSTÀ, Els orígens ideològis i literaris de Josep Pla, Barcelone, Curial, 1995, p. 53, n 2.

6 J. PLA, La diabòlica mania d’escriure, Barcelone, Fundació J. Pla / Destino, 1997, p. 46. Xavier Pla, l’éditeur et coordinateur de cette magnifique collection de documents souvent inédits, assortis d’articles signés par une bonne vingtaine de spécialistes, consacre dans la même page un commentaire au fac-similé de ce document.

7 Le travail de X. FEBRÉS, Josep Pla : biografia de l’homenot (Barcelone, Plaza & Janés, 1990), n’est qu’une première approche, basée trop souvent sur la version donnée par l’écrivain lui-même dans ses O.C. Beaucoup plus solide est celui de C. BADOSA, Josep Pla. Biografia del solitari (Barcelone, Edicions, 62, 1996), qui consacre le deuxième chapitre au séjour parisien.

8 O.C.IV, p. 15-16. (Les mots en italiques sont de Pla).

9 Pour BADOSA (Josep Pla, p. 34) la présence de Borralleres à la gare du Quai d’Orsay ne fait aucun doute car elle commence son chapitre par cette rencontre. Elle cite aussi le peintre Ynglada mais ne s’intéresse aucunement à Edmond Jaloux.

10 « Ici à Paris, il y a dans mon habitation une annonce d’un coiffeur et tout y est plus usé que chez un gitan. Je mange là où je peux, même pour rien, si ça se trouve. Je passe d’un extrême à l’autre, mon vieux ! Le directeur de mon journal me donne 80 douros. Maintenant 80 douros ça fait 800 francs. Avec 800 francs, à Paris si on doit sortir dans la rue, acheter des journaux, quelque livre et aller un peu au théâtre on ne peut faire que demander l’aumône. Par dessus le marché, il faut faire une moyenne de vingt articles, en parlant de tout, c’est-à-dire, en se rendant ridicule et en faisant des faux pas », écrit-il en juin 1920 à son ami Segarra dans PLA, La diabòlica, p. 200.

11 « Cette secrète et diabolique illusion d’écrire » est très exactement la formule consignée sur son carnet en décembre 1918, comme on peut le lire dans le fac-similé reproduit dans PLA, La diabòlica mania, p. 80. La formule définitive, reprise comme titre de cet album, se trouve dans J. PLA, El quadern gris. Un dietari. O.C. I, Barcelone, Destino, 1966, p. 451.

12 Le fac-similé de l’article de J. PLA, « El cielo de San Remo es demasiado azul » est reproduit par PLA La diabòlica mania, p. 46.

13 O.C. IV, p. 17.

14 O.C. IV, p. 18-19. (Dans la version catalane, les dialogues apparaissent en français).

15 O.C. IV, p. 19-20.

16 O.C. IV, p. 21 (Ce passage est en français dans la version originale).

17 C’est exactement le poste officiel qu’alors occupait E. Jaloux (Marseille, 1878-Lutry [Suisse], 1949), selon le Dictionnaire de Biographie Française, Paris, Librairie Letouzy et Ané, 1994, vol XVIII, pp. 386-387.

18 N. GAROLERA, « Una escriptura itinerant » dans J. PLA, La diabòlica mania, cit., pp. 42-45.

19 Ibidem, p. 43.

20 De toute évidence elles ne peuvent renvoyer qu’à leur date de parution et non pas à celle de leur composition.

21 FEBRÉS, Josep Pla, p. 62.

22 O.C., XLV, p. 500.

23 GUSTÀ, Els orígens, pp. 156-157.

24 PLA, La diabòlica mania, cit., p. 46.

25 Voici la liste obtenue : [1] El cielo de San Remo es demasiado azul ; [2] Notas de viaje ; [3] Cailleaux en la guerra y en la victoria ; [4] Joffre en la Escuela Militar ; [5] Los sombreros de Napoleón ; [6] El "Paquebot Tenacity" ; [7] Sensación de los barrios extremos. À signaler que les titres 1, 2, et 4 ont été barrés et que les titres 1, 4 et 7 portent une croix.

26 GUSTÀ, Els orígens, cit., p. 436.

27 Ces fréquences n’ont été comptabilisées qu’une fois lorsque le nom d’un écrivain apparaît plusieurs fois dans une même page.

28 X. PLA, Josep Pla, ficció autobiogràfica i veritat literària. Barcelone, Quaderns Crema, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoni Ferrer, « Le Paris littéraire de Josep Pla », Cahiers d’études romanes, 6 | 2001, 123-142.

Référence électronique

Antoni Ferrer, « Le Paris littéraire de Josep Pla », Cahiers d’études romanes [En ligne], 6 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/298 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.298

Haut de page

Auteur

Antoni Ferrer

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org