Navigation – Plan du site
Le roman policier latino-américain

Ed Mort, de Luís Fernando Veríssimo : un privé très “particulier”

Richard Roux
p. 161-170

Résumés

Luís Fernando Veríssimo, incontestablement l’un des auteurs contemporains les plus drôles et les plus prolifiques du Brésil, est paradoxalement inconnu en France. Spécialiste de la forme courte, il a créé d’innombrables personnages dont le très célèbre Ed Mort (crônicas, B.D. cinéma). Ed Mort (Jack Tance, en traduction) apparaît comme une sorte de parodie du Philip Marlowe de Raymond Chandler. Mais, même s’il a de lui-même une vision flatteuse, Ed Mort n’est pas Philip Marlowe ! D’où le comique du personnage. En tant que journaliste, Luís Fernando Veríssimo est aussi, bien sûr, un témoin lucide de son époque. Et, à travers ces histoires d’une drôlerie exceptionnelle, il brosse pour nous, en filigrane, un portrait du Brésil des années 70 (l’économie parallèle, la misère, l’insécurité, la dictature…).

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Luís Fernando Verissimo (Porto Alegre, 1936), Ed Mort, Todas as Histórias, Porto Alegre, L&PM, 1997 (...)

1Luís Fernando Veríssimo1, célèbre pour ses chroniques humoristique, est le créateur d’un privé très particulier dont le nom, aux consonances anglo-saxonnes (Ed Mort), nous projette, comme nous allons le voir, dans un univers parodique de la Série Noire.

  • 2 Ed Mort = É de morte (au pied de la lettre : il est extraordinaire, sensationnel etc.)

2Ce nom d’Ed Mort évoque, en effet, en portugais, un homme hors du commun, extraordinaire, formidable2… – la redondance et la banalité de l’adjectivation n’ayant d’autre but que celui de souligner l’aspect hâbleur d’un personnage dont on perçoit vite que les vantardises (pour notre plus grand plaisir) font long feu.

  • 3 Le terme portugais correspondant à ce genre est le mot crônica. Il ne serait certes pas inutile de (...)
  • 4 Luís Fernando Verissimo et Miguel Paiva, Ed Mort procurando o Silva, Porto Alegre, L&PM, 1985.
  • 5 Ed Mort procurando o Silva, (1996), mise en scène d’Alain Frénot (né en France, 1951), avec Paulo B (...)

3Quinze chroniques3 policières humoristiques, rassemblées dans un petit volume, constituent l’ensemble des exploits d’un personnage célèbre au Brésil, illustrés également par une bande dessinée4, un film5 et quelques sites sur internet.

De courts récits

4La taille réduite de chacune des chroniques (trois à quatre pages petit format) correspond à une réalité quotidienne de l’auteur : la demi-page d’une feuille de journal. Comme beaucoup de grands écrivains brésiliens, Luís Fernando Veríssimo est également journaliste et, depuis des décennies, il fournit à ses lecteurs des colonnes dans les plus grands journaux – colonnes et chroniques lues par la majorité des gens, dès l’achat du quotidien.

5Car ces chroniques constituent un travail de fourmi exceptionnel dont la valeur n’échappe pas à un public d’habitués du genre. Nelson Rodrigues, Raquel de Queiroz, Carlos Drummond de Andrade, pour ne citer qu’eux, s’y sont adonnés – chacun dans son style – avec le succès que l’on sait.

Le privé, Ed Mort

  • 6 Détective privé se dit en portugais detetive particular. On voudra bien excuser la simplicité du (...)

6Ed Mort, dont la vie et la mort nous sont racontées par le personnage lui-même est bien sûr un privé. Mais un privé tout à fait “particulier”6. Il s’agit en effet d’un raté dont le bureau (minuscule) est situé dans une galerie marchande de Copacabana, quartier chic des plages de Rio dans les années 40 et 50, mais déjà en décadence dans les années 70 – période au cours de laquelle se déroulent les exploits du détective.

Une sorte de rêve éveillé

  • 7 Et c’est ainsi que ce vantard change de nom dans l’adaptation française que nous en présentons ci-a (...)

7Un point à retenir est la semi-conscience du personnage-narrateur d’être une sorte d’avatar de Philip Marlowe, le célèbre personnage de Raymond Chandler. Ed Mort ne doute pas de posséder – outre une intelligence brillante lui permettant de résoudre toutes les énigmes auxquelles il est confronté – un physique exceptionnel de séducteur7.

8Cependant, la réalité est – on s’en doute déjà – très différente de la vision que Ed Mort en a.

La vie quotidienne d’un privé de Copacabana

9Comme tout bon détective qui se respecte, Ed Mort loue un local destiné à ses activités professionnelles. Ce lieu, désigné parfois sous le nom de bur (un demi-bureau), est situé dans une galerie marchande des plus mal fréquentées de Copacabana. Il vaut mieux, en effet, ne pas y passer si l’on veut éviter de se faire dévaliser ; la police elle-même n’ose pas s’y aventurer : tout y est immédiatement dérobé, même – et systématiquement, d’ailleurs – la plaque de détective que Ed Mort a fixée sur sa porte.

  • 8 Le nom de Voltaire, donné à ce rat par Ed Mort, est motivé par le fait que si ce rongeur s’en va (...)

10Ed Mort (qui meurt littéralement de faim, ne se nourrissant que de rares morceaux de pizza et de sodas, qui n’a ni arme, ni téléphone, ni carnet de notes ni le moindre stylo à bille) partage son local avec une bande de cafards qui lui mènent la vie dure, et un gros rat albinos, surnommé Voltaire8.

Le charme très discret de Ed Mort

11Lors de chacune de ses aventures, Ed Mort reçoit la visite de femmes merveilleuses et séduisantes qui viennent régulièrement lui demander de retrouver leurs maris. Au contact de ses belles clientes, Ed Mort est invariablement submergé par le désir – désir non exprimé ou exprimé en termes si étranges qu’il n’est pas vraiment perceptible.

12Ed Mort s’entraîne, par exemple, à des effets de physionomie (inspirés des sourcils mobiles de Clark Gable) dont le code échappe nécessairement à la dame à qui ils sont destinés. Voyeur fantasmatique, manquant totalement de confiance en lui, Ed Mort désire mais n’ose passer à l’acte, de peur de se faire rabrouer.

13Autre soi-disant notable élément de séduction : ses talents culinaires. Ed Mort est apparemment un spécialiste de la préparation des fettuccini, accompagnés de gros rouge qui tache. Hélas, comment ce fauché – qui peut à peine ne pas mourir de faim – pourrait-il ainsi séduire une femme ? Pourtant la réalité ne l’empêche pas de rêver d’emmener une de ces superbes créatures chez lui et de l’éblouir grâce à son art de la préparation des pâtes.

14Encore un atout dans son jeu de séducteur : la musique. Ed Mort possède en effet une collection complète de disques microsillons de chansons “romantiques” (du répertoire le plus kitsch que l’on puisse imaginer). Ed Mort souligne toutefois un détail gênant (et, pour une fois, rendons hommage à sa clairvoyance) : il ne possède pas encore d’électrophone, même s’il ne désespère pas d’avoir un jour les moyens d’en acquérir un.

La structure des affaires policières

15La grande majorité des affaires auxquelles Ed Mort se trouve confronté, consiste – nous l’avons vu – à rechercher le mari disparu d’une jeune beauté, qui vient requérir ses services dans une galerie marchande de Copacabana.

16Or jamais Ed Mort ne résoudra réellement une affaire ; jamais il ne séduira de cliente ; jamais il ne réussira même à se faire payer pour son enquête.

  • 9 Pour les besoins de ses enquêtes, Ed Mort est en effet amené à sacrifier les rares éléments de mobi (...)

17Ed Mort se retrouve toujours seul et de plus en plus pauvre9 en compagnie de ses cafards et du rat albinos.

18Ainsi va la vie pour ce si brillant détective carioca.

L’écriture révélatrice

19L’échec du personnage est flagrant, mais Ed Mort, cynique et désabusé, supporte son martyre avec patience et l’espoir, sans cesse renouvelé, d’une prochaine affaire qui lui apportera argent, amour et gloire.

20Le style du récit s’inscrit, nous l’avons dit, dans une parodie de la Série Noire. Ed Mort n’étant qu’un faux dur, le style abrupt (et extrêmement créatif) de la narration ne réussit pas à cacher le personnage qu’il est réellement : tendre et naïf.

Le contexte culturel

21Outre l’intérêt du style, dont on aura un aperçu (relatif, pourtant, en lisant la traduction du premier récit composant ce recueil), on retiendra le témoignage d’un auteur sur la vie à Rio dans les années 70, période où la dictature militaire produit des effets profonds sur la vie quotidienne des petites gens. Car, jouant délibérément sur le registre de la dérision, fondé sur une gamme étendue de procédés comiques, c’est en fin de compte du Brésil que nous parle Luís Fernando Veríssimo.

  • 10 On n’a pas oublié le mot célèbre du général-président Ernest Geisel qui, alors qu’on lui demandai (...)

22L’auteur évoque pour son lecteur de l’époque la réalité économique – voire explicitement politique, dans les dernières chroniques. Il nous montre l’étendue du système D, fondement de la survie brésilienne : l’économie parallèle, l’insécurité, l’impossibilité de réaction des pauvres gens, forcés de subir les conséquences du népotisme et de la corruption des hommes politiques ainsi que d’un régime dictatorial qui voudrait bien se donner l’apparence d’une démocratie10. Par les mille détails familiers de la vie de tous les jours, évoqués au long des textes, Luís Fernando Veríssimo trace pour nous le portrait réaliste d’une période parmi les plus difficiles du Brésil.

Le comique salvateur

23On voit bien, par ces quelques brèves réflexions, comment se fonde le succès de ces réjouissantes chroniques. Il est bien connu que dans les contextes d’oppression se développe souvent un humour libérateur permettant de supporter les épreuves imposées. Rire de soi-même est une façon d’exorciser le mal. Ainsi Ed Mort, ingénument, se tourne-t-il en dérision lui-même. De même le lecteur carioca, en butte aux milles difficultés de la vie quotidienne et riant à la fois du héros maladroit et des petits personnages (les fameux seconds rôles) maltraités par la vie, trouve-t-il une réponse salutaire à la réalité de l’époque. Il n’en reste pas moins qu’une trentaine d’années après, revisiter ces chroniques nous procure toujours un plaisir aussi intense.

24Car Ed Mort est décidément un détective tout à fait “particulier”.

Haut de page

Notes

1 Luís Fernando Verissimo (Porto Alegre, 1936), Ed Mort, Todas as Histórias, Porto Alegre, L&PM, 1997, 106 p.

Luís Fernando Veríssimo, fils de l’écrivain brésilien Érico Veríssimo, est né en 1936.

2 Ed Mort = É de morte (au pied de la lettre : il est extraordinaire, sensationnel etc.)

3 Le terme portugais correspondant à ce genre est le mot crônica. Il ne serait certes pas inutile de tenter de le définir plus précisément en français. S’agirait-il alors de nouvelles ? de contes ? Cette courte présentation ne se fixe évidemment pas ce but. C’est pourquoi nous avons adopté une nomenclature simple, éventuellement susceptible d’être repensée et modifiée.

4 Luís Fernando Verissimo et Miguel Paiva, Ed Mort procurando o Silva, Porto Alegre, L&PM, 1985.

5 Ed Mort procurando o Silva, (1996), mise en scène d’Alain Frénot (né en France, 1951), avec Paulo Betti, Cláudia Abreu, Ari Fontoura, Irene Ravache, Otávio Augusto, José Rubens, Chachá, Chico Buarque, Gilberto Gil etc.

6 Détective privé se dit en portugais detetive particular. On voudra bien excuser la simplicité du jeu de mots, bien dans l’esprit des chroniques d’Ed Mort.

7 Et c’est ainsi que ce vantard change de nom dans l’adaptation française que nous en présentons ci-après. Le rapprochement des deux éléments composant son nom : Ed Mort, forme un jeu de mots d’un niveau d’humour semblable au nom de Jack Tance, que nous avons choisi.

8 Le nom de Voltaire, donné à ce rat par Ed Mort, est motivé par le fait que si ce rongeur s’en va parfois du bur (lorsqu’il y a trop d’agitation, par exemple), il finit toujours par y revenir (voltar, en portugais).

9 Pour les besoins de ses enquêtes, Ed Mort est en effet amené à sacrifier les rares éléments de mobilier de son bur qui se trouve ainsi de plus en plus dénudé.

10 On n’a pas oublié le mot célèbre du général-président Ernest Geisel qui, alors qu’on lui demandait s’il considérait que le Brésil vivait en démocratie, répondit qu’il s’agissait en effet d’une démocratie, précisant aussitôt avec une dose certaine de cynisme : « une démocratie relative ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Roux, « Ed Mort, de Luís Fernando Veríssimo : un privé très “particulier” », Cahiers d’études romanes, 9 | 2003, 161-170.

Référence électronique

Richard Roux, « Ed Mort, de Luís Fernando Veríssimo : un privé très “particulier” », Cahiers d’études romanes [En ligne], 9 | 2003, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/2994 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2994

Haut de page

Auteur

Richard Roux

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org