Navigation – Plan du site
Le roman policier latino-américain

Un polar métonymique : Hotel Brasil, de Frei Betto

Richard Roux
p. 111-115

Résumés

Hotel do Brasil constitue un exemple de roman à double détente. En effet, entre deux tranches d’histoire policière traditionnelle, à base de crime mystérieux et d’enquête difficile, se trouve une tranche de Brésil authentique, cru et saignant, d’une saveur âpre incontestable. Hôtel du Brésil se présente sous la forme, classique, d’un rassemblement de personnes (représentation métonymique de la société brésilienne) dans un hôtel bon marché, d’un quartier populaire de Rio, où est commis un crime mystérieux. À un certain moment, le récit prend une autre orientation. Laissant provisoirement de côté le crime mystérieux, le narrateur nous entraîne vers le monde des exclus de la société, sous sa forme, sans doute, la plus poignante : les enfants, et leurs démêlés avec les escadrons de la mort.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Frei Betto, Hotel Brasil, São Paulo, Ática, 1999, 273 p. Cet ouvrage, que nous présenterons dans (...)

1Hotel Brasil, de Frei Betto1, constitue, sans aucun doute, un exemple de polar à double détente des plus intéressants. En effet, entre deux tranches d’histoire policière traditionnelle, à base de crime mystérieux et d’enquête difficile, se trouve une tranche de Brésil – cru et saignant, peut-être pas des plus faciles à avaler, mais d’une saveur incontestable. Ce qui n’est guère surprenant car Frei Betto, en écrivain confirmé, sait parfaitement mener à bien les deux parties constitutives de son œuvre.

2En exergue, de ce roman, se trouve une citation de Fernando Pessoa dont l’intérêt ne saurait nous échapper :

  • 2 Ibidem, feuillet non numéroté précédant le titre de la 1e partie.

Voir est infiniment complexe comme tout. Le seul fait de voir équivaut à une narration. Nous sommes donc tous romanciers.2

3Et c’est bien la complexité de la vision du monde – et de la structure romanesque – qui est ici mise en évidence, comme il nous sera d’ailleurs loisible de le découvrir au cours de ce compte rendu.

4Mais avant tout, il convient de nous arrêter quelque peu sur la personnalité d’un intellectuel brésilien contemporain dont nous pouvons trouver la présence surprenante, dans le cadre du roman policier.

Frei Betto

5Frei Betto est, certes, loin d’être un inconnu pour qui est en contact avec l’actualité, la politique, les essais et le journalisme brésiliens.

  • 3 Cf. Jornal Igreja Nova- Entrevista, http://www.igrejanova.jor.br/entbeto.hlm

6Rappelons toutefois quelques faits. Le frère Carlos Alberto Libânio Christo, Frei Betto en religion, appartient à l’ordre des dominicains3. Dans sa jeunesse, il étudie l’anthropologie, la philosophie, la théologie et le journalisme.

7Journaliste célèbre, il collabore aujourd’hui à une quarantaine de journaux et de revues, tant au Brésil que dans d’autres pays.

8Frei Betto est, en outre, l’auteur, à ce jour, de plus de quarante ouvrages, publiés dans le monde. Essentiellement des essais.

  • 4 Frei Betto est, entre autres, dans le domaine de la fiction l’auteur de A menina e o elefante ; U (...)

9Frei Betto a obtenu de nombreux prix littéraires pour son œuvre, comme le prix Jabuti pour Baptême de sang en 1983. En 1986, il est désigné comme « L’Intellectuel de l’année » par l’Union Brésilienne des Écrivains. En 1987, il reçoit le prix des Droits de l’Homme de la Fondation Bruno Kreisky de Vienne. En Italie, il est le premier Brésilien à recevoir le prix Paolo E. Borsellino, pour son travail en faveur des droits de l’Homme (1998). En 1999, l’Association Pauliste des Critiques d’Art (APCR) lui décerne son prix pour le livre A noite em que Jesus nasceu (La nuit où Jésus est né)4.

10Quant à Hotel Brasil, il est sans doute utile de préciser qu’il constitue son premier roman dans le genre policier.

11Il n’est cependant pas inutile, pour mieux comprendre ce roman, de nous familiariser avec quelques éléments de la vie et de la pensée d’un auteur de polar quelque peu inattendu.

12Militant de gauche, arrêté par la police politique durant la dictature, Frei Betto est torturé et condamné à quatre ans de prison qu’il purge intégralement. Durant cette période, il écrit ses Lettres de prison qui, réunies en livre, sont d’abord éditées à Milan en 1973, puis au Brésil en 1974, après sa libération.

  • 5 Interview de Frei Betto, http://www.dhnet.org.br/direitos/militantes/freibetto/betto_Entrevista3.ht (...)

13Après son passage en prison, Frei Betto n’abandonne ni la politique ni la religion, il déclare, dans une interview : « Je suis un être religieux, c’est pourquoi je fais de la politique »5.

14Profondément engagé dans les mouvements de revendications sociales brésiliens – la centrale syndicale ouvrière, CUT (Central única dos Trabalhadores), le parti du Président Luiz Inácio « Lula » da Silva, le PT (Parti des Travailleurs), ou encore le Mouvement des Sans Terre (MST) – il appuie aussi le mouvement sandiniste du Nicaragua. Plus récemment, Frei Betto est présent aux rencontres de Porto Alegre où il apporte son point de vue de militant sur les grands sujets de société, qu’ils soient écologiques, économiques, antimondialistes ou, de manière plus générale, sociaux.

15Mais revenons-en au Nicaragua. Après une rencontre avec Fidel Castro, il publie Fidel et la religion, qui constitue l’un de ses livres les plus vendus.

16Par ailleurs, à propos de Cuba, il déclare :

  • 6 Ibidem.

Je suis toujours socialiste. Mais je ne veux reproduire aucun des modèles qui ont fait faillite… Y compris le modèle cubain, que je respecte, défends et dont je me sens solidaire. En fait, je ne vois pas d’autre solution pour l’humanité que la répartition des revenus, le partage des biens. Avec le cumul des biens et l’absence d’égalité des droits, je ne vois pas comment peut se créer une humanité.6

17Et lorsqu’on lui demande quelle est, selon lui, l’expérience socialiste qui a le mieux réussi dans le monde, il répond :

  • 7 Ibidem.

Je vais vous dire une chose surprenante : l’expérience socialiste qui a le mieux réussi est celle du couvent… Je dis toujours que je trouve étrange qu’un religieux ne soit pas favorable au socialisme, alors que lui-même vit dans une microsociété socialiste où tous ont le nécessaire et personne le superflu. J’ai l’habitude de dire que le capitalisme présente un avantage pervers qui est celui de privatiser les biens matériels et de socialiser le rêve. Le bonhomme qui habite une favela croit que la somptueuse résidence qu’il voit dans une telenovela peut un jour lui appartenir. Le socialisme a commis l’erreur de faire le contraire : il a socialisé les biens matériels et privatisé le rêve. Seuls les membres du parti pouvaient rêver… Les autres n’avaient pas de rêves, ils ne pouvaient pas rêver…7

18Frei Betto n’oublie cependant jamais qu’il a une idéologie religieuse, mais cette idéologie conserve toujours ses bases sociales :

  • 8 Ibidem.

Notre monde existe sous la responsabilité des hommes, non sous celle de Dieu… C’est aux hommes à changer la réalité…8

19Ces quelques réflexions permettent déjà d’entrevoir quelles peuvent être les lignes directrices de sa pensée.

  • 9 Violência e mistério, http://www.weblivros.com.br/romances/hotelbrasil.shtml

20En outre, Frei Betto s’avoue volontiers lecteur d’Edgar Allan Poe, Georges Simenon, Ellery Queen et Artur Conan Doyle9. C’est bien dans le genre polar qu’Hotel Brasil s’inscrit et, comme nous l’avons dit, ce roman nous réserve quelques surprises appréciables.

Hotel Brasil

21D’un certain point de vue, il est possible, a priori, d’affirmer qu’Hotel Brasil est un roman policier qui répond aux préoccupations traditionnelles des auteurs conscients du rôle du romancier en tant que “guide” du lecteur dans la société contemporaine. Mais voyons de quelle manière.

Un roman policier fondé sur un crime énigmatique

22Hotel Brasil se présente sous la forme, classique, d’un rassemblement de personnes dans un hôtel très bon marché d’un quartier populaire de Rio, le quartier de Lapa, quartier de prostitution, de cabarets minables, animés par des spectacles de travestis.

  • 10 Aluísio Azevedo, Casa de Pensão.

23Cet “hôtel” s’assimilerait, en fait, à une sorte de pension de famille. (On penserait, bien sûr, avec raison, en France, à la pension Vauquer, dans Le père Goriot ; au Brésil à Casa de Pensão10 ou encore, dans un autre domaine, au célèbre film d’H.-G. Clouzot, L’assassin habite au 21). En effet, nous allons connaître – au moyen d’une écriture où le réalisme est loin d’être absent, on s’en doute – les diverses personnes qui composent ce petit monde. À l’Hotel Brasil diverses catégories sociales sont représentées dont le nom évoque bien ce pays où vivent des personnes venues d’horizons divers. Nous y trouvons un provincial confronté à la ville et ses misères sociales (Cândido), un travesti, un petit fonctionnaire qui se donne des airs d’importance, une sorte de mère maquerelle sur le retour, un commis-voyageur en pierres semi-précieuses, une femme de ménage, qui rêve de devenir actrice de telenovelas et l’homme à tout faire.

24Tout ce monde vit sous le contrôle de la propriétaire des lieux qui, le balai éternellement à la main, se charge de veiller à la bonne moralité des clients de son hôtel. Pour compléter l’ambiance, un chat noir au nom de déesse antique (Osiris) se prélasse sur les fauteuils, les genoux ou le lit qui s’offrent à lui.

25Or, c’est justement dans cet hôtel qu’est commis un crime mystérieux. Un des clients est assassiné : le commis-voyageur en pierres semi-précieuses. Pourtant rien n’est dérobé dans sa chambre dont la porte n’a pas été forcée. Le corps est retrouvé décapité. La tête, séparée du corps, est (horreur !) énucléée. Apparemment, personne d’étranger n’a pénétré dans l’hôtel. Et le visage, malgré l’absence d’yeux, est – à l’instar de La Joconde – mystérieusement souriant :

  • 11 Hotel Brasil, cit., p. 20.

Pas la moindre piste menant vers le criminel, aucune trace de l’arme du crime ni d’indice susceptible d’expliquer le raffinement de cette décapitation. L’implacable certitude d’un cadavre s’effaçait devant l’abondance des doutes.11

Un roman policier fondé sur le point de vue de chacun, mais où le commissaire n’y voit guère clair

26Le commissaire de police, Del Bosco, rêve de résoudre rapidement l’énigme, qu’il considère comme de moindre importance. La première partie du roman est donc consacrée à l’interrogatoire des diverses personnes habitant l’hôtel.

27Le narrateur en profite pour nous faire connaître quelques détails de la vie de chacun. Et l’on découvre, comme dans tout roman réaliste, le passé malheureux et la solitude fondamentale de chacun des personnages.

28Le commissaire Del Bosco, qui ne dispose d’aucun indice probant (et que la police scientifique de son pays n’aide en rien), tente d’utiliser quelques notions de “psychologie empirique” qu’il a glanées au cours de sa formation à l’école de police pour faire avouer le coupable. Mais sa “psychologie” est des plus rudimentaires. Quant à son idéologie, elle reflète simplement la pensée du milieu policier auquel il appartient. Un exemple nous en est fourni dans le passage suivant :

  • 12 Ibidem, p. 38.

Il avait intégré l’École de Police lorsque la dictature militaire vivait ses derniers moments. À l’intérieur du bâtiment central se trouvait une inscription ressentie comme une excellente blague, même par les bizuths noirs : Tout nègre immobile est suspect, tout nègre qui court est coupable.12

29Le commissaire Del Bosco représente une partie de la police brésilienne (non la pire – que nous verrons, plus tard, pourchasser des enfants), cette police toute puissante face à des présumés coupables :

  • 13 Ibidem, p. 48.

Del Bosco s’amusait en secret à suivre les instructions du Manuel d’interrogatoire. L’autorité dont il jouissait lui conférait le pouvoir de briser, du moins moralement, l’épine dorsale de ceux qu’il interrogeait. La personne intimée à déposer était persuadée qu’en quelques minutes, elle fournirait toutes les preuves de son innocence et pourrait repartir aussitôt. Le commissaire, lui, savait qu’à l’intérieur de son antre, il arbitrait un jeu dont les règles étaient déterminées par son seul coup de sifflet. Un plaisir morbide l’entraînait à conduire l’interrogatoire sur le terrain de la contrainte psychologique, exploitant d’apparentes contradictions, laissant croire qu’il avait en main certains éléments – ce qui n’était que bluff pur et simple –, pour, immédiatement après, user de menaces. Il voyait ainsi se réaliser sous ses yeux une métamorphose entraînant la destruction de toute attitude sociale, la confusion des idées, la peur et l’humiliation.13

30Malgré ces méthodes et faute d’indices ou de pistes, le commissaire Del Bosco demande systématiquement à chacun ce qu’il pense des autres. Les points de vue se multiplient. Et les suspicions s’accumulent ou s’annulent. Bref, l’auteur brouille les pistes à souhait, jusqu’au moment où le policier décide d’arrêter le personnage le plus vulnérable d’un point de vue psychologique : l’homme à tout faire de l’hôtel.

31Et l’affaire semble close. Un point de vue sur la police brésilienne, son amateurisme et sa tendance à « embarquer le lampiste » se confirme. Oui, l’affaire semble close – même si d’autres personnages, comme le journaliste, ne s’avouent pas convaincus par les déductions du commissaire.

Un roman policier qui nous dévoile un monde parallèle : le monde des enfants des rues

32Pour la suite de l’histoire, il suffit de dire que, malgré l’arrestation du présumé coupable, deux crimes vont encore être commis à l’Hotel Brasil. Un peu comme dans le célèbre roman d’Agatha Christie, Dix petits nègres, les pensionnaires sont éliminés l’un après l’autre, sans que les soupçons puissent se porter sur telle ou telle autre personne.

33Bien entendu, l’auteur n’a nullement oublié de semer, de manière habile, les indices nécessaires à la compréhension du mystère. Mystère qui nous sera dévoilé à la fin du roman, où nous connaîtrons l’assassin et ses motivations. Notons toutefois un détail (amusant, peut-être, ironique en tout cas) : au moment où le roman se termine, le commissaire ignore toujours qui est l’assassin. Seul le lecteur semble avoir le droit de connaître le criminel.

34Quant à la vie de ceux qui ne sont pas (encore, peut-être) morts, elle continue “normalement” à l’Hotel Brasil. Rien ne nous permet de penser qu’il n’y aura pas encore quelques crimes…

35Et un des intérêts inattendus du roman consiste justement dans le fait qu’arrivé à un certain point de l’histoire (l’arrestation du présumé coupable), le récit prend une autre orientation. Cette orientation nous a pourtant été annoncée depuis le début. Laissant provisoirement de côté le crime mystérieux et abandonnant le commissaire Del Bosco aux difficultés de l’enquête, le narrateur nous entraîne vers un second centre d’intérêt.

36Une deuxième partie se greffe en effet sur la première, par le biais du personnage principal, Cândido, qui nous entraîne vers le monde des exclus de la société, sous sa forme sans doute la plus poignante : les enfants.

37Cândido – un personnage évidemment paré de nombreuses vertus (que son nom souligne bien) – donne quelques cours de portugais, travaille chez un éditeur à des ouvrages de divulgation sur la sexualité, et surtout s’occupe d’œuvres sociales.

38Il exerce, en effet, une sorte d’action bénévole en faveur des gamins des rues. Et si, parallèlement, ce personnage nous fait pénétrer dans le monde de l’édition et engage une relation amoureuse avec une anthropologue (Mônica) qui travaille avec lui, il nous entraîne surtout à la découverte de la marginalité des enfants brésiliens.

39Nous quittons donc, d’une certaine manière, le genre du polar proprement dit, pour nous engager dans une histoire d’aventures à suspense, mettant aux prises des enfants exclus de la société et des policiers membres des escadrons de la mort. Ce qui finalement ne nous écarte pas fondamentalement du style policier. On peut même envisager ce type de “digression” comme une composante fondamentale du genre. En effet, celui-ci a tellement évolué, depuis ses débuts, qu’il s’écarte volontiers, aujourd’hui, des règles de base du roman anglo-saxon pour apporter au lecteur une vision de la réalité socio-culturelle du pays dans lequel il est situé.

40En effet, l’activité sociale de Cândido est sans doute essentiellement révélatrice des problèmes sociaux auxquels est confronté le Brésil. En suivant ce personnage – qui établit le lien entre les deux facettes de l’histoire –, nous glissons d’un univers à l’autre et découvrons la vie de ces enfants, les violences qu’ils subissent et font subir aux autres, leurs vies misérables de famine et de drogue, les crimes, même, qu’ils commettent, ainsi que les exactions policières dont ils font l’objet.

41Ainsi, nous assistons à une scène où des policiers appartenant à l’Escadron de la Mort pénètrent en pleine nuit dans une maison qui sert très officiellement de refuge pour enfants (A casa do Menor). Ces policiers sont à la recherche de Bia (diminutif de Beatriz), qui s’est auparavant enfuie d’une sorte de centre fermé. Son évasion, ainsi que celle d’un groupe d’enfants, s’est réalisée dans la violence. Quelques surveillants ont été blessés. L’intention avouée des membres de l’escadron est donc tout simplement de la retrouver et de la tuer :

  • 14 Chico Lima est le responsable du refuge.
  • 15 Hotel Brasil, p. 188.

– Où qu’elle est, Bia ? – gueula, du milieu de la salle, le chauffeur, visage cagoulé, cependant que ses comparses se ruaient dans les dortoirs.
Les enfants s’éveillèrent en sursaut. En hurlant eux aussi, ils se jetaient sous les lits ou sautaient par les fenêtres. Chico Lima14 essayait de dialoguer avec les envahisseurs en criant « du calme, du calme ». Le coup de crosse sur la tête et le shoot dans le plexus solaire le laissèrent au sol, inanimé.
Émergeant d’un sommeil profond, Beatriz se réveilla, coincée entre les bras de l’homme qui tenait sa photo à la main. Les doigts énormes du policier lui écrasaient la bouche.
Lingüiça - un gamin connu pour sa vaillance - dans l’espoir de délivrer son amie, se jeta sur le kidnappeur, qui traînait la fille sur le trottoir. En couverture de son acolyte, le colonel Trancoso fit feu de l’intérieur de la voiture. Sous l’impact de la balle qui venait de lui défoncer la poitrine, le corps de Lingüiça se souleva du sol et se cassa en arrière.
Ils démarrèrent sur les chapeaux de roues ; la petite était immobilisée entre les jambes de son ravisseur. Beatriz eut le pressentiment qu’elle s’en allait droit vers la mort. Comme elle s’efforçait de se dégager de la main puissante qui lui triturait la bouche, elle pensa à Dieu.
À un croisement, le chauffeur ne vit pas le camion du maraîcher, débordant de légumes et tous feux éteints, qui, lentement, inexorablement, lui coupait la route.15

42Une lueur d’espoir, toutefois, dans ce monde de violences : la petite fille, Bia (ou Beatriz), qui réussit à nouveau à s’évader après l’accident, trouve protection auprès de Cândido. Quand il apprend cela, et contre toute attente, le commissaire Del Bosco – à défaut d’être un Sherlock Holmes – en ne s’opposant pas à l’action protectrice de Cândido, révèle quand même qu’il a des qualités de cœur inattendues chez un personnage pourtant assez limité.

43Le suspense qui se développe donc dans cette partie consiste à savoir si Cândido réussira à éviter que Bia soit retrouvée et exécutée (comme cela arrive à d’autres enfants) par les flics pourris de l’escadron de la mort.

44Dans ce récit, Bia représente bien la misère de tous ces enfants, leur incompréhension du monde “des riches”. À commencer par le langage. Mais même si elle est contrainte de se droguer et de tuer pour faire justice, Bia incarne aussi l’espoir d’une autre vie pour ces enfants. Au cours d’un repas, où elle est amenée, pour la première fois de sa vie, au restaurant par Cândido et Mônica, elle intervient dans la conversation :

  • 16 Ibidem, p. 196.

– J’y comprends presque rien à ce que vous dites. Mais j’ai quelque chose à te demander, Tatie. Je peux ?
– Vas-y, Bia – dit Mônica en se penchant vers elle. Dis ce que tu veux.
– Tu voudrais pas être ma mère ?
Le visage de l’anthropologue rougit. Elle se recula, appuyant ses épaules contre le dossier de sa chaise, et respira profondément. Pour gagner du temps, elle trempa ses lèvres dans la caipirinha. Ses yeux noirs se remplirent de larmes. Elle essaya de masquer le coup en souriant faiblement.16

45C’est la suite du roman qui nous permettra de comprendre (au-delà du premier niveau, évident) le choc émotionnel de Mônica.

46Sans entrer davantage dans les détails, on se contentera donc de noter que, d’un point de vue structurel, sur les 273 pages que comporte ce roman, 120 sont consacrées à ce sujet “complémentaire”. Ce qui nous montre bien l’importance du thème des gamins des rues que Frei Betto traite au centre de son polar – en se servant de ce vecteur littéraire, nettement plus populaire que l’essai.

Une métonymie du Brésil

47La langue de Frei Betto est – on le savait déjà – une langue riche, mêlant le niveau soutenu, voire littéraire, et les divers argots de la rue, jouant avec les phrases faites, les locutions (éventuellement modifiées, transformées). Frei Betto fait naturellement, au cours de son roman, de nombreuses allusions à des faits de civilisation brésilienne, dans les domaines le plus variés (religion, folklore, chansons, hymnes, vie moderne…). Ce qui non seulement enrichit le texte, mais nous permet d’aborder un tableau du Brésil contemporain retranscrivant parfaitement la réalité actuelle.

48Pour poursuivre dans la voie de l’utilisation de la vue, du point de vue, de la vision, il est nécessaire de dire que (comme on s’en doutait) l’énucléation des têtes des divers cadavres n’est pas anodine. Toutefois, nous ne nous autoriserons pas à expliquer le sens de cette mutilation (rituelle et ésotérique) des cadavres. Et encore peut-être, avons-nous déjà été trop clair. Le but de ces réticences est – on l’aura compris – de ne pas gâcher le plaisir de l’éventuel lecteur d’Hotel Brasil.

49Enfin, il apparaît très clairement que les personnages qui se rencontrent dans cet hôtel au nom caractéristique composent, par leur diversité, une sorte de microcosme où sont présentes diverses catégories sociales, lesquelles finissent par constituer une représentation du Brésil lui-même. Le Brésil multiracial, le Brésil des riches et le Brésil des exclus, le Brésil des enfants des rues, le Brésil où l’espoir semble pouvoir naître grâce à des hommes de bonne volonté.

50La période post-électorale que traverse actuellement le Brésil est riche d’espérances. On le sait, Frei Betto a ouvertement soutenu la candidature du président Luiz Inácio Lula da Silva (Brasil da Silva, comme on le surnomme parfois) et salué sa victoire. Nul ne doute que les difficultés pour remettre de l’ordre dans l’Hotel Brasil tel qu’il existe réellement soient immenses. Mais à ce jour, les regards sont tournés vers cet autre Cândido qui vient d’accéder au pouvoir. C’est pourquoi ce roman de Frei Betto apparaît, sinon comme prémonitoire, du moins comme une métonymie qui ne peut laisser le lecteur insensible.

Haut de page

Notes

1 Frei Betto, Hotel Brasil, São Paulo, Ática, 1999, 273 p. Cet ouvrage, que nous présenterons dans sa traduction française (Hôtel du Brésil), est à paraître à La Tour d’Aigues (code postal 84240), Éditions de l’Aube, début 2004.

2 Ibidem, feuillet non numéroté précédant le titre de la 1e partie.

3 Cf. Jornal Igreja Nova- Entrevista, http://www.igrejanova.jor.br/entbeto.hlm

4 Frei Betto est, entre autres, dans le domaine de la fiction l’auteur de A menina e o elefante ; Uala, o amor ; O vencedor ; Entre todos os homens. Dans le domaine des essais, on retiendra : Cartas de prisão ; Batismo de sangue ; Nessa escola chamada vida (collaboration avec Paulo Freire) ; Mística e espiritualidade (collaboration avec Leonardo Boff) ; O paraíso perdido ; Nos bastidores do socialismo ; Alucinado som de tuba ; A cosmovisão de Teilhard de Chardin e a obra do artista ; Fidel e a religião, etc.

5 Interview de Frei Betto, http://www.dhnet.org.br/direitos/militantes/freibetto/betto_Entrevista3.html

6 Ibidem.

7 Ibidem.

8 Ibidem.

9 Violência e mistério, http://www.weblivros.com.br/romances/hotelbrasil.shtml

10 Aluísio Azevedo, Casa de Pensão.

11 Hotel Brasil, cit., p. 20.

12 Ibidem, p. 38.

13 Ibidem, p. 48.

14 Chico Lima est le responsable du refuge.

15 Hotel Brasil, p. 188.

16 Ibidem, p. 196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Roux, « Un polar métonymique : Hotel Brasil, de Frei Betto », Cahiers d’études romanes, 9 | 2003, 111-115.

Référence électronique

Richard Roux, « Un polar métonymique : Hotel Brasil, de Frei Betto », Cahiers d’études romanes [En ligne], 9 | 2003, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3014 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3014

Haut de page

Auteur

Richard Roux

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org