Navigation – Plan du site
Deux nouvelles

Gégé, Vittorio et l’Avocat

Massimo Carlotto
Traduction de Judith Obert
p. 173-175

Texte intégral

1« Gégé, demain soir je fais une descente avec mes hommes et je ferme ton bar » dit le flic.

2L’homme le regarda surpris : « Qu’est-ce que ça veut dire “je ferme ton bar” ? Je m’trompe ou c’est aussi “ton” bar à 50 % ? ».

3« Tu ne te trompes pas » répondit l’autre. « Mais y a que demain je le ferme quand même. À minuit pile. Les ordres sont les ordres. »

4« Je comprends toujours pas pourquoi tu dis “je ferme ton bar” », insista Gégé.

5« Ça me semble clair. Il n’y a que toi qui y perdras. Moi, je veux ma part, comme d’habitude ».

6Gégé devint écarlate et s’il ne sauta pas à la gorge du flic, c’est seulement parce qu’il était sûr qu’il lui aurait tiré dessus. « Et toi, tu dis rien ? » me demanda-t-il. « Tu es notre avocat, c’est à toi de résoudre ce bordel ». C’était vrai. J’étais leur avocat et j’étais payé pour résoudre les problèmes de cette étrange société composée d’un mafieux et de Vittorio Maddalena, un chef de police corrompu. Moi non plus je n’étais pas blanc comme neige, même si le blanc était ma couleur préférée, surtout si c’était celle de la cocaïne. C’était justement à cause de ça que je m’étais retrouvé à travailler pour eux. Je pris mon temps pour répondre. Gégé était dangereux mais le flic l’était encore davantage. Il y avait comme un vent de tempête. Je m’éclaircis la voix. « Disons que Vittorio est face à un conflit d’intérêts et qu’il le résout sans perdre de fric ».

7« Putain, qu’est-ce que tu racontes l’Avocat ! Les pertes, ça se partage, comme les gains. Sinon c’est quoi cette société ? ».

8Vittorio s’alluma une cigarette : « Gégé, t’as entendu l’Avocat. Tiens-toi tranquille, et à la fin du mois aboule le fric ».

9Gégé se passa une main sur le visage. « Eh ça va », bougonna-t-il, « mais ça me semble pas juste ».

10Le flic se leva satisfait et se dirigea vers le bar où se trouvait une entraîneuse roumaine qui, chaque mercredi que Dieu fait, lui offrait une petite gâterie dans l’arrière-boutique. Le mafieux posa sa main sur mon bras. « L’Avocat, tu dois décider de quel côté tu t’ranges », murmura-t-il. « Tu crois quand même pas que je vais me laisser écraser comme ça ».

11« Gégé, laisse tomber. Vittorio est plus fort que toi ».

12« Ça, ça reste à voir. Mais toi, choisis ton camp ».

13J’allai aux toilettes pour m’en foutre plein les narines. La coke m’aiderait à réfléchir. Si je devais choisir, j’aurais sûrement choisi le flic. Le cheval gagnant. Mais Gégé pouvait exploser à tout moment. Il y avait le risque que tout se termine dans un bordel monstre et qu’à la fin je paie l’addition en prison et alors, je pouvais dire adieu à ma carrière prometteuse. La coke ouvrit les portes de mon cerveau et d’un coup je compris ce que je devais faire.

14Je pris ma voiture et j’allai directement chez Claudia Moja. La juge Claudia Moja. On était ensemble depuis deux ans. Quand elle et son mari s’étaient séparés, je m’étais glissé dans ses draps pour la consoler et elle, pour me remercier, m’avait aidé à gagner quelques procès perdus d’avance. Je me trouvais souvent dans sa salle de tribunal, mais pour les autres procès, j’avais raison dès le départ. Bien évidemment notre relation était clandestine. Comme celle de Gégé et de Vittorio. Un juge ne peut pas baiser avec un avocat qui exerce dans le même tribunal. Mais si personne ne le sait…

15Claudia dormait. Je la réveillai en prétextant que je ne pouvais pas passer une nuit de plus sans elle. La coke m’aida à avoir une érection décente et après, en fumant l’inévitable cigarette, je lui racontai une version revue et corrigée de l’affaire née du conflit d’intérêts de Vittorio, le flic. J’insistai lourdement sur l’expression “conflit d’intérêts” pour qu’elle comprenne l’importance du concept. Dans le fond, ça la regardait de près. Elle m’embrassa sur la bouche. « Je vais voir ce que je peux faire », dit-elle en mettant les bras sous les draps.

16Le lendemain j’appelai Gégé. On se donna rendez-vous dans une pâtisserie du centre.

17« Vittorio a décidé de te supprimer », annonçai-je. « Ce soir, deux heures avant la descente. Tu sais comment ça se passe… Il te tire dessus et après il te met un pistolet dans la main et dit que tu ne lui as pas laissé le choix ».

18« Tu es un bon, l’Avocat » me félicita le mafieux. « Tu as choisi le bon côté. Tu verras, je saurai être reconnaissant ».

19Puis j’appelai Vittorio. On se donna rendez-vous dans une rôtisserie à l’autre bout de la ville.

20« Gégé veut te rouler. Il a une livraison de coke dont il ne t’a pas parlé. Ça se passera deux heures avant ta descente et Gégé cachera la “neige” dans une voiture garée sur le parking.

21« Enculé » commenta le flic.

22« Il n’a vraiment rien compris ».

23Ce soir-là, à 22h10, Gégé tira sur Vittorio. Deux balles dans la poitrine. Puis il s’enfuit par la porte de derrière mais deux flics, les hommes de main de son ex associé, le canardèrent au milieu du parking.

24Claudia se rendit au service du Ministère chargé des enquêtes. En échange d’une victoire certaine dans ce type de procès qui amène la gloire, mon nom ne fut pas cité.

25Je m’appliquai à démontrer ma totale solidarité humaine et professionnelle envers la veuve de Gégé, une vraie pétasse qui croyait être une grande dame. Elle me confia la gestion du bar. Aujourd’hui, je suis un homme heureux, riche et reconnu.

  • 1 Les Cahiers d’Études Romanes remercient Massimo Carlotto pour leur avoir permis de publier la tradu (...)

26En toute sincérité, je ne comprends pas que la presse parle autant des conflits d’intérêts. Comme nous l’ont appris les Américains avec l’affaire Enron, ça sert seulement à faire circuler l’argent et à le faire retomber dans les bons portefeuilles, voilà ce qui est juste. Je voudrais faire remarquer que “juste” dérive du latin “iustus” et signifie conforme au droit. Faites-moi confiance, je suis un homme de loi1.

Haut de page

Notes

1 Les Cahiers d’Études Romanes remercient Massimo Carlotto pour leur avoir permis de publier la traduction de cette nouvelle et Judith Obert pour l’avoir traduite. La version originale en italien, « Gégé, Vittorio e l’avvocato » a été publiée dans Non perdiamoci di vista, pp. 51-54, le supplément au n° 3/2002 de la revue Micromega, paru à l’occasion des manifestations du 14 septembre 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Massimo Carlotto, « Gégé, Vittorio et l’Avocat », Cahiers d’études romanes, 9 | 2003, 173-175.

Référence électronique

Massimo Carlotto, « Gégé, Vittorio et l’Avocat », Cahiers d’études romanes [En ligne], 9 | 2003, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3019 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3019

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org