Navigation – Plan du site

Introduction

Monique De Lope
p. 1-6

Texte intégral

1En se donnant pour objet de sa recherche les représentations et les pratiques en matière de langages, d’idéologies, et d’imaginaire de la ville dans les aires culturelles romanes, l’Atelier 4 de l’EA 854 Études Romanes a cerné plus particulièrement, pendant les années 2000-2003, le champ des lieux et des limites. En raison de l’approche pluridisciplinaire qui caractérise les chercheurs de cette équipe, ce projet incluait des travaux concernant des représentations « littéraires » – fictionnelles, lyriques, philosophiques ou relevant de l’essai – mais aussi des œuvres iconographiques ainsi que des pratiques liées à l’urbanisme. On trouvera ce cadre dans ce premier volume d’une série de trois. Deux autres numéros des Cahiers d’Études Romanes seront en effet consacrés à d’autres aspects de cette recherche : le suivant portera sur La photographie de la ville en Espagne, et le troisième sera consacré à la publication des Actes du Colloque International programmé à Aix-en-Provence les 12 et 13 décembre 2003, Lieux et limites de la ville, signes d’identité.

2Plusieurs des études présentées ici mettent en évidence un caractère particulier de l’imaginaire de la ville : celle-ci est écrite comme un ailleurs. Adriana Castillo Berchenko le montre dans Residencia en la tierra, de Pablo Neruda, dont elle analyse les deux seuls poèmes qui recréent de fait une vision de l’espace urbain, sur la cinquantaine qui compose le recueil. Villes étrangères, et donc étranges, et par moments négatives et menaçantes. Le poète dont l’élan créateur « se déploie, exalté et torrentiel, dans le chant des puissances naturelles et cosmiques (l’océan, la forêt vierge, la pluie), et de leur rapport avec les hommes, cristallise la ville comme un lieu d’enfermement, de souffrance et d’aliénation ». Cest l’accent rural des origines du poète qui s’exprime sans doute, dans cette représentation de la ville comme un espace de destruction et d’autodestruction, de perte identitaire, de néant existentiel et de mort. Adriana Castillo souligne que « les images des lieux urbains, les images des hommes qui les habitent, ne constituent pas dans cette poésie un territoire de mémoire. » Situées en dehors de l’histoire, les villes de l’ailleurs apparaissent comme des « villes invisibles ».

3L’écrivain espagnol Juan Benet, dans le texte non fictionnel qu’étudie Monique De Lope, Londres victoriano, bien loin de la poésie du chantre chilien, représente pourtant la capitale britannique avec de semblables valeurs de fond. Il invite le lecteur à parcourir un Londres du XIXe siècle sans lui en montrer l’espace, les énumérant sans les décrire, dans une stratégie involontaire de déception : amorçant une description de lieu pour se dévoyer immédiatement vers une évocation de l’histoire ou vers celle des hommes et des activités humaines, l’auteur fuit la représentation de l’espace urbain, au profit de celle du temps. Texte exceptionnel dans l’œuvre de Benet, en ce qu’il prend la ville pour objet, Londres victoriano éclaire a contrario son absence dans les romans de cet auteur. Loin de Région, espace fictif ordinaire de Juan Benet, Londres est un lieu métaphorique où le temps – caduc en son progrès – impose ses écritures mortifères et désastreuses, faisant de la ville un palimpseste à l’horreur duquel l’auteur est – et entend – demeurer étranger.

4Londres, encore, sous la plume de Julián Ríos, autre écrivain espagnol contemporain, dont Stéphane Pagès étudie le roman Poundemónium. Ou plutôt son paratexte, constitué de photographies de la ville, laquelle, d’ailleurs, est absente du texte. Cette œuvre de Ríos se configure comme un hommage à Ezra Pound. Les protagonistes retracent les pas du poète à Londres, où il a séjourné, sans que ce séjour n’ait donné lieu à la moindre célébration ni à la moindre reconnaissance officielle. Il s’agit de donner une présence à cette absence, et, dans le paratexte, de montrer la ville qui n’est pas dans le texte, tandis que rien dans ces photographies ne montre concrètement l’absent, le poète. L’étrangeté de la ville, ici encore, est liée à une disparition dans le temps ; l’écriture fait un effort de mémoire pour pallier le constat de la perte, et on peut se demander si Juan Benet n’en fait pas autant lorsqu’il décrit par le menu l’Albert Memorial, seul lieu de Londres méritant ce traitement dans Londres victoriano. Julián Ríos érige aussi dans Poudemónium un monument à un grand disparu. Dans ces deux cas, la dimension collective de la ville s’efface, l’espace urbain se centre sur une figure particulière.

5En regard des photographies de Julián Ríos, et pour rester dans l’iconographie, deux œuvres picturales représentant la périphérie de Madrid autour de l’année 80 sont analysées par Christophe Saluzzo. Vallecas, d’Antonio López García, et Barrio de Vallecas, d’Isabel Quintanilla, si semblables à première vue, repoussent au second plan, dans un lointain plus ou moins brumeux, les immeubles d’une banlieue où aucun être humain ne semble séjourner. L’espace semble n’être là que pour nous interroger sur sa raison d’être, et sur son être dans le temps. Christophe Saluzzo montre la divergence des idéologies à l’œuvre dans ces représentations d’un espace-limite ; il en replace les traits de finitude ou d’inachèvement dans le contexte d’une critique de l’expansion urbaine de Madrid, des options et de l’avenir de l’urbanisme « social » dans l’Espagne de la Transition. Des espaces porteurs de temps, et où l’idéologie travaille dans le rendu de l’imaginaire.

6Dans un contexte tout-à-fait différent (l’Italie de la fin du XVIe siècle) et dans un texte d’une toute autre nature (la fiction utopique de Tommaso Campanella intitulée La Città del Sole), Sylvie Ricci montre, elle aussi, le travail de l’idéologie dans la représentation de la ville. Les bâtiments de Vallecas, cubiques et sans habitants, avaient quelque chose d’une ville théorique, aussi bien chez Antonio López que chez Isabel Quintanilla. Nous en retrouvons l’abstraction dans l’utopie de Campanella. Si l’organisation géographique et sociale de cette ville « sans lieu » et ses rapports ordonnés avec le monde extérieur promettent une société parfaite, si « les lois égalitaires » qui la régissent donnent à chacun une place « méritée », l’empreinte d’une autorité « sectariste » peut être mise en évidence. On remarquera que cette utopie se constitue à côté des sociétés historiques, et que Campanella situe dans le lointain de l’Océan Indien (Sumatra ?) sa Cité du Soleil. Cette ville, encore, est ailleurs, dans un ailleurs que concrétise l’expérience des navigateurs du XVIe siècle, mais que la visée « utopique » fait échapper à l’espace et au temps.

7Ce n’est pas le cas des deux quartiers de la Barcelone de Juan Marsé, que Claire Vialet étudie dans le roman Si te dicen que caí, publié d’abord au Mexique en 1973, sous le Franquisme, puis en Espagne en 1976 dès la mort du Caudillo. Mais son travail croise les problématiques de ceux de C. Saluzzo et de S. Ricci, dans la mesure où elle met en évidence l’emprise d’une autorité sur les consciences à travers l’analyse de l’imaginaire des limites. Elle s’attache à l’écriture de certains lieux du Monte Carmelo et du quartier du Guinardó – une église, une friperie. À côté de frontières interdisant la circulation sociale, d’autres frontières stratifient l’espace et le temporalisent, faisant émerger l’expression d’une crise de la mémoire individuelle et collective dans le contexte de l’Espagne de Franco.

8Espaces sous les espaces, crise ouverte de la mémoire entre le présent et le passé, où une collectivité cherche à s’identifier : le travail de l’écrivain fait appel aux mêmes structures de l’imaginaire quand l’espace est conçu dans une profondeur symbolique. C’est pourquoi le Si te dicen que caí de Juan Marsé entre en résonnance, sous l’angle de nos recherches, avec les deux œuvres de Miguel Ángel Asturias qu’analyse Dante Barrientos Tecún, « Guatemala », extrait du recueil Leyendas de Guatemala, et Viernes de Dolores. La ville de « Guatemala » est un espace-synthèse dont les différents niveaux temporels – l’histoire – s’alimentent et se rétro-alimentent en une dimension mythique. Quarante ans plus tard, celle de Viernes de Dolores, la même, la capitale du Guatemala, représente un espace de répression à quoi répond la dérision. De l’une à l’autre, certes, l’évolution d’une biographie. Mais dans l’une comme dans l’autre, Asturias inscrit l’identité d’un peuple, faite de mythe et d’histoire.

9« Lieux et enjeux dans Ciudad lineal, d’Itziar Pascual », contribution proposée par Carole Egger, noue les fils qui ont été lancés dans les études dont on vient de parler. L’œuvre de la jeune dramaturge espagnole installe ses personnages, citadins et citoyens (Ciudadano et Ciudadana sont les noms des deux protagonistes), entre le centre de Madrid et le quartier de Ciudad lineal, né du projet de l’architecte Arturo Soria à la fin du XIXe siècle. Dimension utopique, espaces temporalisés par la différence d’âge de ceux qui s’en réclament, confrontation du passé et du présent, du mythe et de la réalité, caractérisent cette représentation de lieux urbains. Celle-ci sert une quête identitaire à dimension universelle. C’est en effet vers l’émergence d’un moi universel que tend l’exploration de la ville, doublée d’une exploration psychique. L’espace urbain est donc à se confondre avec le sujet, sans que cette fusion soit cependant assumée, puisque les deux personnages principaux, malgré leur nom, déclarent des origines provinciales, éloignant de la ville leur identité, ou éloignant la ville de leur identité, pour atteindre à une « atemporalité » mythique.

10Avec Lucio, le héros de Cerca del fuego de José Agustín dont Alba Lara suit les pas au centre de Mexico, l’issue est du même ordre. La déambulation urbaine de Lucio débouche sur une origine extérieure à la ville, et se conclut par une sorte de fuite dans une identité purement scripturaire. Avant d’en arriver là, le jeune homme, frappé d’amnésie, se reconstruit dans son parcours urbain. Aller au cœur de la ville, c’est aller au fond de soi. L’espace urbain est promoteur de mémoire, collective et surtout, ici, individuelle. Comme dans Ciudad lineal, l’être est urbain, même si son origine est loin de la ville. D’une certaine façon, ces deux fictions recréent, dans le parcours d’un personnage, celui d’une société humaine qui assume la ville comme espace identitaire sans oublier un passé rural encore assez récent.

11« Lieux et limites de la ville » reposent donc la question du rapport ville-campagne, dont les études ici présentées montrent qu’il est diversement intégré dans les représentations urbaines. Pablo Neruda, on l’a dit, rejette la ville dans l’ailleurs et en fait un lieu d’enfermement et de souffrance pour un sujet tourné vers la nature. Seule la ville en tant que passé indien, Machu Pichu, fera surgir une adhésion identitaire dans Canto general, quelques vingt années après l’écriture de Residencia en la tierra. Pour Juan Benet, la posture est radicale : l’espace urbain n’est décrit que dans les rares moments où il se « ruralise ». Ciudad lineal (2000) et Cerca del fuego (1986) proposent le même refus d’une adhésion totale à la ville.

12Il en va autrement du personnage de La Reina de las Nieves, roman de Carmen Martín Gaite publié en 1994. Catherine Dravet analyse deux lieux de Madrid que fréquente Leonardo à sa sortie de prison. Le jeune homme parcourt la ville pour raviver ses souvenirs et reconstruire son identité. La situation de ce personnage est parallèle à celle du protagoniste de Cerca del fuego qui vient d’être évoqué. On remarquera que la ville, au sortir de la prison, est un espace de liberté. Leonardo y navigue librement, car les limites y sont poreuses : entre le présent et le passé (la Porte d’Alcalá s’ouvre sur le XVIIIe siècle) ; entre la fiction et la réalité (les scènes d’un tableau se confondent avec des scènes « réelles ») ; entre l’ici et l’ailleurs (Vérone et Chicago se superposent depuis Madrid). La ville, on l’a compris, est totalisatrice dans ce roman, au point d’intégrer en elle-même la nature, car les espaces urbains tiennent lieu d’espaces naturels (île, grotte, forêt) par la vertu des métaphores.

13Cette tendance – « fin de siècle » ? – de la capitale madrilène à jouer tous les rôles spatiaux est un peu celle de La Havane du Cubain Severo Sarduy, dans De donde son los cantantes (1967 pourtant). Mais il s’agit moins, dans ce roman néo-baroque, d’adhésion du sujet à une identité purement urbaine que de l’identité d’une ville métisse et extravertie, qui se montre et se dissimule, se ferme et s’ouvre sur l’artifice et l’illusion, et qui joue de ses mille façons d’être. Théâtre qui accueille tous les rôles et se met en scène dans la multiplicité de ses personnages. Passé et présent ne sont pas superposés en strates mais sont contemporains à La Havane. Les mots, les noms, les toponymes, occupés à des jeux polysémiques jouent un rôle primordial dans la définition identitaire de cette ville totalisante que livre Severo Sarduy.

14L’étude qui clôt ce recueil nous ramène à Barcelone, et nous montre les enjeux de la toponymie urbaine. Antoni Ferrer travaille sur les changements de noms imposés aux rues, aux avenues, aux places, de la capitale de la Catalogne, après la victoire des Nacionales en 1939. Au fil des modifications (qu’Antoni Ferrer compare avec celles qui ont touché d’autres grandes villes espagnoles), on voit bien que c’est l’identité d’un peuple à travers sa langue, ses héros, ses références qui se joue dans ces signes ponctuant l’espace urbain. L’identité de la ville doit se dire et se lire dans les noms qu’elle donne (ou qu’on impose) à ses lieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique De Lope, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 8 | 2003, 1-6.

Référence électronique

Monique De Lope, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3029

Haut de page

Auteur

Monique De Lope

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org