Navigation – Plan du site

La représentation utopique de la ville dans La Città del Sole de Tommaso Campanella

Sylvie Ricci
p. 65-79

Résumés

Au lendemain de la paix de Cateau-Cambrésis de 1559, tous les espoirs de liberté sont bien révolus, notamment dans les provinces méridionales de l’Italie. L’Espagne affirme davantage sa domination auprès du peuple italien qui se sent de plus en plus opprimé. Ainsi, tandis que les pays voisins se partagent le pouvoir aussi bien politique qu’économique et culturel, le sud de la péninsule connaît une involution à laquelle Tommaso Campanella (1568-1639) entend remédier. Incarcéré pour tentative de complot de 1600 à 1626 à Naples, il rédigea, entre autres, La Città del Sole, La Cité du Soleil, en 1602. Cette œuvre montre les caractéristiques d’une ville utopique aux valeurs symboliques. Son organisation géographique et sociale, ses rapports avec le monde extérieur laissent présager une société parfaite. Mais les lois égalitaires qui la régissent cachent bien des inconvénients qui semblent dissimuler derrière cette conception urbaine, politique et sociale, un sectarisme oppressant.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Naples

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1La Città del Sole de Tommaso Campanella est l’un des témoignages qui, par-delà l’architecture urbaine considérée comme un aménagement géographique, présente la ville comme un lieu chargé de sens. Ses aspects architecturaux et sociaux sont mis en avant et constituent un moyen, pour l’auteur, d’exprimer ses opinions politiques et religieuses.

2Tout au long de cette composition apparaissent les différents aspects d’une ville inconnue : son architecture, son gouvernement et la politique pratiquée, ses habitants et leur mode de vie. Ces critères vont permettre à Campanella d’imaginer une société parfaite dans laquelle règnent bien-être, bonté et justice. Autour d’eux se bâtira aussi la conception de la ville campanellienne. En effet, les organisations géographique, politique et sociale de la ville permettront d’analyser les lieux et les limites de l’espace urbain ainsi que les valeurs symboliques de celui-ci. Il sera question de déceler la nature de la corrélation existant entre l’espace urbain conçu par l’auteur et l’idéologie de ce dernier.

3Pour cela, il conviendra, après une brève étude biographique, de découvrir les caractéristiques de la ville présentée dans l’œuvre. L’étude se focalisera sur trois axes de lecture : les notions d’intérieur et d’extérieur, de haut et de bas, d’ancien et de nouveau.

4Né en 1568 à Stilo, en Calabre, Tommaso Campanella est issu d’une famille très modeste. Déjà, à quinze ans, il quitta le foyer familial afin de commencer une carrière dans l’Ordre des Dominicains.

5Deux raisons essentielles semblent avoir influencé son choix. D’une part, comme il avait été très rapidement confronté aux conditions économiques et sociales misérables de sa région, rien ne lui laissait présager un heureux destin. D’autre part, comme il était doté d’une intelligence hors du commun, ce choix lui semblait l’unique moyen de continuer ses études et de satisfaire ses curiosités intellectuelles.

6Très rapidement, sa personnalité et sa culture vont lui valoir des accusations qui le poursuivront tout au long de son existence. Conscient des problèmes politiques et sociaux dont sont victimes les États italiens, son objectif est de lutter contre l’oppression. Pour cela, il entend agir pour la liberté et le renouvellement de la société dans laquelle il vit. S’ajoute ensuite à ses opinions politiques réactionnaires, une préférence marquée pour des lectures jugées peu convenables.

  • 1 Philosophe qui vécut de 1509 à 1588 et qui voulut libérer la philosophie de son époque et le chri (...)
  • 2 Il commença à l’écrire en 1545, il publia à Rome le 1er livre en 1565, puis le second à Naples en (...)
  • 3 L’étude de Michel-Pierre Lerner, « Campanella, juge d’Aristote », dans AAVV, Platon et Aristote à (...)
  • 4 La situation de Campanella se résume en quelques lignes : « Contre Bruno, contre Campanella – pou (...)

7En effet, il fut fasciné par les théories naturalistes que Bernardino Telesio1 développa dans son œuvre intitulée De rerum natura2. La cohérence et la logique des méthodes que l’intellectuel proposait, séduisirent tout de suite Campanella, qui découvrit là une science rationnelle dont les conclusions étaient concrètement vérifiables. Ainsi, en adhérant à une conception scientifique du monde qui s’opposait radicalement à celle proposée jusqu’ici par Aristote, il commençait à montrer quelques signes de marginalité3. Ayant rédigé un poème latin en l’honneur du défunt Telesio, il eut de ses supérieurs un premier avertissement et fut transféré dans un couvent isolé, loin de toutes tentations intellectuelles4. Toutefois, sa première œuvre fut consacrée à défendre son maître des nombreuses critiques posthumes. Ceci lui valut un procès après la publication de son premier livre, mais il fut acquitté.

8Tout en parcourant les villes de Pise, Bologne et Padoue, Florence ou encore Rome, il fit de nombreuses rencontres, dont celle de Galileo Galilei (1564-1642), et se consacra à l’écriture, notamment avec les Discours universels du gouvernement ecclésiastique terminés en 1595 et édités pour la première fois en 1887. Mais en 1593, il fut victime d’une seconde arrestation à l’initiative de la Sainte Inquisition pour ne pas avoir dénoncé un Israélite qui s’était converti, puis avait renoncé au catholicisme. Après de nombreux sévices corporels et après avoir été contraint d’abjurer, il fut relâché en 1595. Pendant deux ans, il reprit son activité d’écrivain tout en essayant d’effacer les soupçons qui pesaient sur lui, notamment avec son Dialogue politique contre Luthériens, Calvinistes et autres hérétiques (1595, 1° éd. 1911). Mais une fois de plus, il fit l’objet d’une arrestation en 1597 fondée sur des rumeurs mettant en doute sa foi. Il ne fut remis en liberté qu’un an plus tard, avec l’ordre de retourner dans son pays natal.

9Déçu par ce long et périlleux parcours dans la péninsule, qui se solde par un retour à la case départ, il ne s’avoue pas vaincu et entend rester fidèle à ses convictions. Son but est alors de sauver « sa » Calabre en la libérant de l’écrasante autorité espagnole.

10Effectivement, tandis que l’Espagne et la France se disputaient les territoires italiens, elles étaient néanmoins alliées. Un ennemi commun les menaçait : le protestantisme. Leur réconciliation fut officialisée avec la paix de Cateau-Cambrésis, signée le 3 avril 1559. L’Espagne eut alors l’occasion d’affirmer davantage sa domination en Italie, et notamment dans le sud. Le Royaume de Naples, et de ce fait la Calabre, était devenu un territoire colonial dont on pouvait exploiter toutes les ressources. Dans un premier temps, les intentions de l’Empire semblaient honorables. Il s’agissait d’instaurer un pouvoir politique moderne, loin des systèmes féodaux. Mais très vite, le territoire méridional se trouvait dépouillé politiquement et financièrement. Une nouvelle élite, espagnole, confisquait le pouvoir et ne faisait qu’accroître l’isolement du Royaume de Naples par rapport aux autres États italiens. Parallèlement, celui-ci subissait un appauvrissement culturel, notamment avec la dissolution des Académies et la dispersion des intellectuels réactionnaires soupçonnés et éloignés.

11Ainsi, afin de remédier à l’oppressante involution politique et culturelle qui menaçait son pays natal, il entreprit une campagne propagandiste visant à rassembler ses concitoyens et à détrôner le vice-roi. Victime d’une dénonciation, il fut inculpé pour conjuration révolutionnaire contre les autorités espagnole et ecclésiastique. Conscient de la gravité de son acte et de ses antécédents, cette fois-ci, il ne pouvait espérer une lueur de compréhension ou d’indulgence de la part des autorités espagnoles. Heureusement, son imagination le conduisit à plaider la folie, un astucieux stratagème qui lui permit d’échapper à la condamnation à mort, mais non aux vingt-six années d’emprisonnement. Toutefois, la réclusion n’exerça aucune influence sur ses intimes convictions, sur ses opinions et encore moins sur ses talents d’écrivain. En effet, pendant les quatre premières années de prison, de 1599 à 1603, il n’écrivit pas moins de six œuvres, dont La Città del Sole.

12Son inspiration tout comme sa détermination lui seront fidèles tout au long de son existence. Il est, en effet, l’auteur d’une quantité impressionnante d’écrits, en nombre et en volume (sa Théologie, par exemple, compte trente volumes). Cette bibliographie va justement commencer à déranger certains de ses confrères dominicains. Refuser l’idéologie que défend Campanella est une chose, accepter qu’il la transcrive en vue de la diffuser en est une autre. D’autant qu’après sa libération, la ferveur de Campanella est loin de s’estomper.

13Lorsqu’en 1634, son ami Galilée doit faire face aux tribunaux pour complicité de conjuration contre le vice-roi, Tommaso Campanella n’hésite pas à intervenir en sa faveur. Une fois de plus, et malgré ses soixante-six ans, il reste un fervent et fidèle détracteur des autorités espagnoles auxquelles il va échapper en s’exilant en France.

  • 5 Pour avoir une biographie complète et précise, notamment en ce qui concerne les différents procès (...)

14Là, non sans grandes difficultés, il continue à plaider pour la liberté, pour la fraternité, pour la paix et contre la féodalité, ses injustices, ses persécutions. Il arrive, bien que difficilement, à obtenir l’impression de quelques-uns de ses écrits qui, à vrai dire, ne sont pas couronnés du succès qu’il espérait. En 1638, la naissance du futur Louis XIV lui permet d’avoir une lueur d’espoir, de croire en un monde uni par la foi religieuse. Espoir éphémère, puisque l’année suivante Tommaso Campanella meurt, laissant un patrimoine culturel riche de réflexions personnelles sur la société telle qu’elle était et telle que, selon lui, elle aurait dû être5.

15L’étude de la Città del Sole permet de découvrir à la fois le monde parfait, tel que l’a imaginé Campanella, et le monde cruel dans lequel il vivait.

  • 6 Tommaso Campanella, La Cité du Soleil, édition de Luigi Firpo et traduction de Arnaud Tripet, Gen (...)
  • 7 Cf. la page 81 dans Elisa Frauenfelder, La Città del Sole di Fra’ Tommaso Campanella. Pedagogia u (...)

16La Città del Sole fut composée pendant les premières années de son incarcération à la prison de Naples en 1602. À travers l’écriture de l’œuvre, il propose une toute nouvelle conception de l’homme et de la société, un « projet utopique pour unifier toute la terre dans la foi chrétienne et sous le gouvernement du Pape »6, utopique et non réformiste, de par le caractère abstrait de ses hypothèses qui ne prennent pas en compte les adaptations nécessaires à une réalisation, à une concrétisation7. Les conceptions politiques et métaphysiques de Campanella ont fait l’objet de nombreuses études, mais les moyens qu’il mit en œuvre pour atteindre son objectif présentent un intérêt non moins négligeable.

  • 8 Trad. cit., p. 2 ; éd. cit., p. 3 : « […] mi rinselvai, ed uscii in un gran piano proprio sotto l (...)
  • 9 L’auteur parle de la ville de Taprobane. Luigi Firpo note qu’il s’agit d’ « une erreur que l’on r (...)

17Le texte est un dialogue poétique qui met en scène deux personnages. Le premier est un chevalier de l’Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, plus connu sous le nom d’Ordre de Malte. Le second est un marin génois qui, lors de son voyage à bord des navires de Christophe Colomb, put découvrir les merveilles d’un monde inconnu. Ainsi, celui-ci raconte à son interlocuteur, presque réduit au rôle de spectateur, l’expérience qu’il vécut dans la Cité du Soleil, une ville située « exactement sous l’équateur »8 qui correspond vraisemblablement à Sumatra9.

18Le lieu proposé par l’auteur est décrit dans les moindres détails. Les limites de la structure urbaine sont très bien définies. Il s’agit d’une ville qui, située au sommet d’une colline, déborde légèrement sur la plaine. La limite de l’agglomération est représentée par une muraille en forme de cercle qui comprend quatre portes orientées vers les quatre points cardinaux correspondant aux quatre routes qui donnent accès à la ville. Ainsi, l’articulation des notions d’intérieur et d’extérieur, d’interne et d’externe, présente un intérêt certain.

19Une première limite géographique distingue très nettement la cité du soleil et le monde extérieur. L’enceinte assume une fonction défensive. En effet, elle permet de faire face aux agressions extérieures :

  • 10 Trad. cit., p. 29 ; éd. cit., pp. 23-24 : « Di più, vi son quattro regni nell’isola, li quali han (...)

Il y a dans cette île quatre rois fort jaloux de leur bonheur, car leurs peuples voudraient vivre à la manière des Solariens et préfèreraient dépendre de ceux-ci que de leurs rois.10

20Elle correspond aussi à des limites idéologiques. Malgré les tensions conflictuelles et cette enceinte très imposante, la Cité du Soleil entretient des relations culturelles et commerciales avec les communautés étrangères :

  • 11 Trad. cit., p. 35 ; éd. cit., p. 28 : « La mercatura a loro poco serve, ma però conoscono il valo (...)

Ils font un usage limité du commerce mais connaissent les valeurs monétaires. […] Ils font venir des marchands des quatre coins du monde pour écouler leur superflu, non pas contre de l’argent, mais contre les marchandises dont ils manquent.11

21Par ailleurs, au sein même de la cité se dresse une frontière entre la ville et la campagne. Moins marquée géographiquement que la précédente, elle l’est davantage au niveau socio-culturel. Notamment, le fait d’habiter à la campagne a une connotation négative.

22En tenant compte d’un espace encore plus restreint, une délimitation entre le centre de la ville et sa périphérie prend forme. Lorsqu’on se rapproche du centre de la ville, six autres enceintes sont à franchir. Chacune d’entre elles contient des appartements où les Solariens demeurent en communauté. Au sommet, donc au centre géométrique de la cité, se dresse en surplomb un magnifique palais, lui aussi en forme de cercle. Restent alors à définir les valeurs symboliques de ces murs et du palais, leur spécificité, leur signification.

23La verticalité est également une notion qui définit cet espace urbain. On y retrouve tous les critères : géographique, politique, social et culturel.

24L’architecture de la ville prend une forme concentrique pour ce qui est de l’espace horizontal. Son centre correspond aussi au point culminant de la cité située sur la colline. Pour atteindre le centre, il faut franchir les sept enceintes. De grands escaliers permettent d’accéder à des portes qui sont les seules issues pour gravir tous les niveaux. Au sommet se trouve le temple édifié, non pas par des murs extérieurs, mais par des colonnes qui dessinent la forme circulaire :

  • 12 Trad. cit., p. 5 ; éd. cit., p. 5 : « Il tempio è tondo perfettamente, e non ha muraglia che lo c (...)

Gen. : Le temple est parfaitement circulaire. Il ne comporte pas de mur extérieur, mais il repose sur de grosses colonnes du plus bel effet. Il y a une grande coupole surmontée en son centre d’une petite coupole. Celle-ci est percée d’un soupirail qui donne directement sur l’unique autel situé au milieu de l’édifice. Les colonnes décrivent un cercle de plus de trois cents pas. En deçà des colonnes soutenant la coupole sont construits des cloîtres […].12

  • 13 Ibidem.
  • 14 Ibidem.

25Ce temple est gardé par quarante prêtres qui y vivent et est dirigé par le Métaphysicien, également nommé Soleil, qui est le prêtre souverain, le chef suprême de la cité. Le temple est un espace réservé à la réflexion, à la contemplation, à la prière. Son architecture, ses ornements et sa position dans l’espace géographique de la cité confirment sa fonction. Tout d’abord, sur l’autel, situé au centre du temple, se trouvent deux grandes mappemondes reproduisant la terre et le ciel13 et qui symbolisent la rencontre des deux mondes. Par dessus, les sept lampes portent le nom de sept planètes ; juste au-dessus, les coupoles qui représentent les étoiles, les pôles, les méridiens et les parallèles14 évoquent le système solaire dans lequel le soleil, source de chaleur et donc de vie, règne en maître et symbolise le pouvoir de Dieu.

26Tout induit à croire que l’ascension de la colline (le franchissement de chacune des enceintes et l’accès au temple) permet aux habitants de la cité, à l’homme en général, une ascension spirituelle vers le Dieu Suprême, vers la perfection.

27Par ailleurs, le Métaphysicien assume, en plus de son statut de chef spirituel, celui de chef du gouvernement de la cité. Dans la ville, tout est soumis à son jugement, à sa décision :

  • 15 Trad. cit., p. 6 ; éd. cit., p. 5 : « È un Principe Sacerdote tra loro, che s’appella Sole, e in (...)

Gen. : Ils ont un prêtre souverain, qu’ils appellent Soleil et que nous pouvons nommer le Métaphysicien : il commande à tous aussi bien dans le spirituel que dans le temporel, et pour toutes les affaires il détient un pouvoir discrétionnaire.15

28Le temple a donc aussi la fonction de centre politique. Ceci confirme les convictions néo-guelfes de Campanella qui attribue à un seul prêtre, et donc à une seule autorité, une seule institution qui est l’Eglise, à la fois le pouvoir spirituel et le pouvoir politique.

  • 16 Trad. cit., p. 22 ; éd. cit., p. 18 : « Ma i figli di poco valore si mandano alle ville e, quando (...)

29L’ascension de la ville symbolise aussi une ascension culturelle et sociale. La campagne qui se trouve au pied de la colline regroupe les personnes les moins intelligentes de la cité. En effet, « les enfants peu doués sont envoyés à la campagne, et s’ils y réussissent bien, on les fait revenir en ville »16,tout comme ceux qui n’ont pas toutes leurs capacités intellectuelles ou physiques, plus communément appelés « boiteux », qui doivent aussi servir la communauté :

  • 17 Trad. cit., p. 27 ; éd. cit., p. 22 : « Ma chi è zoppo serve alle sentinelle con gli occhi ; chi (...)

Gen. : Les boiteux se servent de leurs yeux en montant la garde comme sentinelles ; qui n’y voit pas carde la laine, retire le duvet des plumes d’oiseau pour faire des matelas ; qui n’a point de mains est utilisé ailleurs, et s’il n’a qu’un seul membre, c’est par celui-ci qu’il sert la communauté ; mais ces hommes vivent à la campagne, à moins d’avoir fait de grandes choses en ville.17

  • 18 Trad. cit., pp. 7-8 ; éd. cit., pp. 6-7.

30Le privilège de loger en ville requiert des facultés que la conception même de la Cité du soleil met à disposition des habitants. En effet, toutes les enceintes, excepté celle qui sépare la cité du monde extérieur, ont des murs peints. Les dessins et écritures représentés font appel à différentes sciences, telles que les mathématiques, la minéralogie, la botanique, la médecine ou encore la zoologie18.

31Ainsi, plus l’homme se rapproche du centre de la ville et, par conséquent, plus il gravit les escaliers qui conduisent au temple, plus il acquiert les capacités intellectuelles et morales qui mènent vers le chemin de la contemplation de Dieu.

32L’ascension physique de la cité représente pour les solariens une ascension sociale, culturelle, intellectuelle et surtout spirituelle. Les vertus, telles que le Savoir et la Connaissance, sont le fondement du système social solarien.

33Un troisième axe de lecture permet de distinguer d’autres valeurs symboliques liées à la ville. Il s’agit de la notion temporelle de l’ancien et du nouveau investie dans cet espace.

34Le concept de nouveauté apparaît dès les premières lignes de l’œuvre lorsque le protagoniste présente la ville. Celle-ci est parfaitement inconnue, au milieu d’un vaste espace, lui aussi nouveau. Son nom, « Cité du soleil », est un signe de renouveau, une note d’exotisme. Et ce n’est pas par le fruit du hasard si l’auteur confie le récit à un marin du plus grand explorateur, Christophe Colomb.

35Avec la découverte de ce nouvel espace, la Cité du soleil, le lecteur s’initie aussi à la découverte d’une nouvelle culture, d’un nouveau mode de vie, de nouveaux repères sociaux. C’est pourquoi de façon récurrente, Campanella compare les deux sociétés : celle de la cité et la sienne. Leur mode de fonctionnement est radicalement opposé. Si la collectivité fait la force des Solariens, l’auteur pense que l’individualisme est la faiblesse de la société dans laquelle il vit.

36Les Solariens ont tout en commun, les habitations, les terres, les salaires, l’éducation, afin que chacun ait les mêmes chances de réussir et de s’épanouir.

37Si Campanella loue de telles mœurs, il condamne au contraire celles qu’il subit au quotidien. Il insiste notamment sur le mode de répartition des terres et des richesses. Leur distribution est arbitraire, rien ne se mérite, tout est déjà acquis grâce à l’argent et aux titres de noblesse. Tandis que la société solarienne est communautaire, juste, vraie, bref parfaite, l’autre ne présente que des signes d’imperfection avec les vices, l’artificialité et l’égoïsme qui la régissent. Pour l’améliorer, Campanella veut abolir les valeurs telles que la famille et la propriété :

  • 19 Ed. cit., p. 9 : « Dicono essi che tutta la proprietà nasce da far casa appartata, e figli e mogl (...)

Gen. : On dit chez eux que la propriété provient du fait que l’on vit dans des maisons séparées avec sa femme et ses enfants et que cela fait naître l’égoïsme. Et pour faire exceller son fils par la richesse ou par la dignité, ou lui laisser un héritage, un chacun devient ouvertement rapace s’il ne craint rien grâce à sa puissance, ou un avare, un rusé, un hypocrite, s’il n’a aucun pouvoir. Mais supprimez l’amour propre, il ne subsiste que l’amour universel.19

38Selon lui, les liens de parenté et l’aisance financière qui unissent les membres d’une même famille sont la perte de l’humanité. Campanella rejette l’amour des siens et l’amour de soi au profit de l’amour d’autrui :

  • 20 Trad. cit., p. 11 ; éd. cit., p. 9 : « E credo che li preti e monaci nostri, se non avessero li p (...)

Gen. : Et, sans doute, si nos prêtres et nos moines n’avaient pas l’intérêt de leurs parents et de leurs amis ou l’ambition de croître en dignité, seraient-ils plus désintéressés et saints et charitables envers tous.20

39Ainsi, l’espace infini qui entoure la cité (y compris celui dans lequel vit Campanella), est attaché à des mœurs qui ne doivent plus être pratiquées, à des mentalités, des lois arriérées. Il faut laisser la place à un nouveau mode de vie, un nouveau monde bien plus harmonieux et enrichissant que celui dans lequel vit l’auteur, dans lequel vit l’homme.

40En définitive, Campanella propose une représentation qui tient compte des différents aspects de la ville et l’architecture de la Cité du Soleil dépend entièrement des besoins de l’homme, au niveau social comme culturel. Cette architecture utopique illustre en fin de compte la conception utopique du monde campanellien. Les rapports qui lient l’homme et l’espace, l’homme et son environnement expriment en réalité les rapports entre l’homme et la société, l’homme et la nature, l’homme et la connaissance, l’homme et la religion.

41Le nouveau mode de vie que la Cité du Soleil représente est un modèle pour toutes les civilisations existantes. Campanella cherche à universaliser cette représentation sociale basée sur des valeurs vraies, justes, et de ce fait sûres, qui s’oppose à la vétusté et à la décadence du monde de son époque.

42Par ailleurs, apparaît une nette corrélation entre l’architecture de la ville et le mode de vie de ses habitants. Leur organisation quotidienne (dortoirs, éducation commune, communauté des femmes) et les valeurs qu’ils célèbrent témoignent de l’entente fraternelle qui les unit en une grande famille rejetant l’individualisme au profit de la collectivité et niant la sélection sociale au profit de la sélection naturelle basée sur les facultés intellectuelles de chaque individu. Les Solariens refusent tout du monde tel qu’il existe : les vices, les dysfonctionnements, les injustices. Ils veillent à rester coupés du monde extérieur, à s’en protéger.

43Pour préserver ses valeurs, la communauté solarienne est repliée sur elle-même. Son attitude vis-à-vis du monde extérieur démontre qu’elle prend soin de limiter les échanges. Et l’architecture de la ville illustre très nettement la mentalité des habitants. Le fait que toutes les portes et fenêtres des habitations, qui se trouvent dans les enceintes, soient dirigées vers l’intérieur de la ville, vers le temple et que l’accès à la Cité du Soleil soit interdit aux étrangers constitue des indices non négligeables.

44Nous pouvons déceler un phénomène de palimpseste dans la conception de l’espace urbain. Cette cité fermée, qui ne se prête à aucune expansion géographique, correspond à une société qui a peur d’être « contaminée » par les autres peuples et qui ne désire pas se mêler à eux :

  • 21 Trad. cit., p. 35 ; éd. cit., p. 28 : « Non vogliono che schiavi o forastieri infettino la città (...)

Gen. : Ils ne veulent pas que les esclaves ou les gens venus du dehors contaminent leur cité de mœurs vicieuses. C’est pourquoi ils vendent leurs prisonniers de guerre ou les envoient creuser des fossés et faire des travaux fatigants hors de ville.21

45Le refus d’une expansion territoriale est donc étroitement lié au refus d’une expansion sociale et idéologique.

46Un unique lien les rattache aux autres civilisations : la culture. Des personnes habilitées parcourent le monde pour recueillir de nouvelles connaissances, de nouveaux savoir-faire dans le but d’améliorer encore leur mode de vie :

  • 22 Trad. cit., p. 9 ; éd. cit., p. 8 : « Onde io ammirato come sapeano quelle istorie, mi mostraro c (...)

Gen. : Comme je m’étonnai fort qu’ils connussent ce passé, ils me révélèrent qu’ils étaient informés sur tous les peuples et qu’ils envoyaient exprès de par le monde des ambassadeurs qui devaient s’enquérir du bon et du mauvais en tout lieu. Ce sont des connaissances dont ils sont friands.22

47Les Solariens restent à l’affût des nouvelles sciences, tout en respectant celles du passé savamment répertoriées dans des livres et utilisées notamment pour l’élevage et l’agriculture.

  • 23 Frauenfelder, op. cit., p. 93 : « Campanella è convinto che l’uomo non può rinnovarsi nei suoi ra (...)
  • 24 Cf l’étude de Salvatore Femiano, La metafisica di Tommaso Campanella, Milano, Marzorati, 1968, 51 (...)

48Campanella veut démontrer que la Connaissance représente l’unique espoir susceptible de faire évoluer la société dans laquelle il est contraint de vivre. Pour cela, il juge nécessaire de faire évoluer avant toute chose la nature humaine, de mettre en place une « reconstitution psychologique, intellectuelle et morale de l’individu même » indispensable pour le fondement de nouveaux rapports entre société et individu23. Fidèle à ses convictions religieuses, il reste convaincu que par la connaissance et ensuite par la connaissance divine l’homme peut accéder à l’amour de Dieu24.

49L’organisation et la configuration de la Cité du soleil ont permis de définir les lieux et les limites de l’espace selon trois notions : l’intérieur et l’extérieur, le haut et le bas, l’ancien et le nouveau. Selon la première, trois limites ont été établies : le centre ville et sa périphérie, la ville et la campagne, puis la Cité du soleil et le monde extérieur. La suivante traduit à la fois une ascension vers la reconnaissance sociale, vers le pouvoir politique, mais aussi vers la sagesse et vers Dieu. Enfin, la troisième notion, souvent liée à la première, insiste sur la découverte d’une ville nouvelle, d’une société nouvelle opposée à une société désormais dépassée. Seuls la science et le savoir semblent ne pas subir les effets du temps.

50Les descriptions explicites de la vie quotidienne des Solariens et de la Cité, basées sur ces trois notions, font de la ville un instrument, un support pédagogique qui permet à Campanella d’exprimer les conceptions métaphysiques et politiques qu’il a du monde, tout en associant la ville à différents signes, tels que la collectivité, l’amour universel, la sagesse, la purification des imperfections humaines, la religion chrétienne.

51Finalement, cette ville que nous pourrions comparer à un pays, puisqu’elle peut presque vivre en autarcie, est dotée de toutes les ressources naturelles nécessaires à la vie humaine, a des organisations sociales, éducatives, politiques et religieuses qui lui sont propres, peut être définie comme une ville-monde.

52Cependant, si l’on tient compte de la ville en elle-même, il semble que la Cité du soleil soit une ville « non-lieux ». Son architecture utopique est la représentation d’un idéal politique, en l’occurrence ici, théocratique. L’organisation géographique et tous les éléments architecturaux mettent en relief les différentes composantes de cette idéologie, qu’il s’agisse de l’aspect social, politique ou religieux. La ville est privée de toute historicité, temporalité, de tout lien avec le passé. Sa conception est tout à fait étrangère au temps. Le fait qu’elle soit utopique et donc qu’elle n’existe pas, qu’elle soit entièrement conçue par l’écrivain, la dissocie d’un passé. Ceci nous induit à concevoir la ville comme un « ailleurs » qui n’existe pas mais qui, selon Campanella devrait exister. C’est, en revanche, cette volonté de l’auteur, exprimée dans l’aspect symbolique de l’ensemble de la ville, qui développe à propos de la Cité la notion d’ancien et de nouveau que nous avons évoquée précédemment.

53Parallèlement à une description de la ville symbolique et imaginaire, Campanella présente une civilisation existante, un peuple inséré dans l’espace, le temps et l’histoire, un peuple qui évoque le réel.

54Les Solariens respectent les sciences et les découvertes du passé ; ils ont un système éducatif doté d’un programme détaillant les connaissances que les enfants doivent acquérir à chaque âge :

  • 25 Trad. cit., p. 12 ; éd. cit., p. 10 : « E s’allevan tutti in tutte l’arti. Dopo li tre anni li fa (...)

Gen. : Chacun est soumis à l’étude de toutes les disciplines. Quand ils ont atteint trois ans, les enfants apprennent la langue et les lettres sur les murs. Ils se déplacent en quatre groupes guidés et enseignés par quatre vieillards qui les font aussi jouer et courir […]. Et cela jusqu’à sept ans. […] Dès sept ans tous les enfants suivent des leçons d’histoire naturelle.25

55Ils honorent leurs aïeux :

  • 26 Trad. cit., p. 49 ; éd. cit., pp. 38-39 : « Non si fa statua a nullo, se non dopo che more ; ma, (...)

Gen. : L’on n’élève de statue à personne, avant sa mort. Mais on écrit dans le livre des héros le nom des vivants qui ont fait des inventions, ou trouvé des secrets d’importance, de ceux qui ont rendu de grands services à la communauté en tant de guerre ou de paix. […] La peinture et la sculpture conservent le souvenir des seuls grands hommes.26

56Cependant, ils restent en contact avec le présent et le futur en parcourant le monde afin d’explorer les expériences des autres civilisations et de bénéficier de leurs découvertes.

  • 27 Cf. notamment Germana Ernst, « L’aurea età felice ». Profezia, natura e politica in Tommaso Campa (...)

57Ainsi, malgré les premières apparences, une nette tension entre la ville et ses habitants, un décalage entre l’idéalisme qu’évoque la ville et le réalisme que suggèrent les habitants est à relever. Cette combinaison semble correspondre chez Campanella, à la fois, à sa volonté de changer le monde, tout en reconnaissant les limites de sa théorie, et à ses espoirs27 de voir la société commencer à évoluer selon une méthode pour le moins radicale. Selon les dires du marin génois, grâce à l’astrologie qu’ils maîtrisent parfaitement, les Solariens prédisent de grands changements dans le monde tout en étant convaincus des marches à suivre :

  • 28 Trad. cit., p. 60 ; éd. cit., p. 46 : « E dicono che a’ cristiani questo apporterà grand’utile ; (...)

Gen. : Ils prédisent que ces changements seront fort bénéfiques aux chrétiens. Mais d’abord il faut arracher et tailler, ensuite édifier et planter.28

58La Cité du soleil soulève un second questionnement qui constitue une limite au raisonnement de l’auteur. À savoir, comment l’organisation sociale de la cité peut s’étendre aux autres civilisations, puisque telle est la volonté des habitants, si ces derniers restent aussi repliés sur eux-mêmes.

59La cité du soleil est à la fois une source inépuisable de connaissances, de savoir-vivre, de contemplation, de purification. Bref, sa perfection symbolisée avant toute chose par son architecture est par définition inégalable. La cité du soleil atteint donc une perfection qui semble sans limites, mais n’est-elle pas excessivement parfaite au point d’en devenir opprimante et sectaire ?

Haut de page

Notes

1 Philosophe qui vécut de 1509 à 1588 et qui voulut libérer la philosophie de son époque et le christianisme de la théologie aristotélicienne et scolastique.

2 Il commença à l’écrire en 1545, il publia à Rome le 1er livre en 1565, puis le second à Naples en 1570 ; l’œuvre complète en 9 livres ne devait paraître à Naples qu’en 1586.

3 L’étude de Michel-Pierre Lerner, « Campanella, juge d’Aristote », dans AAVV, Platon et Aristote à la Renaissance, XVIe colloque international de Tours, Paris, Vrin, 1976, pp. 335-357, est très intéressante dans la mesure où elle définit les motivations anti-aristotéliciennes de Campanella. Mais elle détermine aussi les raisons pour lesquelles l’écrivain a été rejeté par ses semblables. Michel-Pierre LERNER y compare les théories campanelliennes et aristotéliciennes, tout en mettant l’accent sur l’importance et les conséquences des prescriptions du Concile de Trente.

4 La situation de Campanella se résume en quelques lignes : « Contre Bruno, contre Campanella – pourtant frères prêcheurs – contre Galilée, les dominicains mèneront avec conviction et opiniâtreté un combat hostile à toutes les formes de pensée « novatrice », quel qu’en soit le champ d’application, même lorsque le catholicisme de leur auteur est authentique, persuadés que le salut de l’Eglise romaine est à ce prix », Lerner, op. cit., p. 337.

5 Pour avoir une biographie complète et précise, notamment en ce qui concerne les différents procès, il convient de consulter l’ouvrage de Mario Squillace, La vita eroica di Tommaso Campanella, Roma, 224 pp. , et plus récemment, celui de Gianfranco Formichetti, Tommaso Campanella, erotico e mago alla corte dei papi, Monferrato, Piemme, 1999, 319 p.

6 Tommaso Campanella, La Cité du Soleil, édition de Luigi Firpo et traduction de Arnaud Tripet, Genève, Librairie Droz, 1972, 115 p, p. X. Pour les citations françaises nous nous référerons à cette édition, dorénavant nommée « Trad. ». Pour l’étude du texte original, nous ferons usage de l’édition suivante que nous nommerons « Ed. » : Tommaso Campanella, La Città del Sole e Poesie, Milano, Feltrinelli, 1962, 296 p.

7 Cf. la page 81 dans Elisa Frauenfelder, La Città del Sole di Fra’ Tommaso Campanella. Pedagogia utopistica o utopia pedagogica ?, Napoli, Ferraro, 1981, 103 p.

8 Trad. cit., p. 2 ; éd. cit., p. 3 : « […] mi rinselvai, ed uscii in un gran piano proprio sotto l’equinoziale. »

9 L’auteur parle de la ville de Taprobane. Luigi Firpo note qu’il s’agit d’ « une erreur que l’on retrouve constamment sur les anciennes cartes et qui amena les navigateurs à confondre Taprobane avec […] Sumatra », Trad. cit., p. 2, n. 3. C’est une île située à l’ouest de l’Indonésie qui fait partie des îles de la Sonde dans l’archipel malais, au sud de la mer de Chine et de l’Océan indien.

10 Trad. cit., p. 29 ; éd. cit., pp. 23-24 : « Di più, vi son quattro regni nell’isola, li quali han grande invidia della felicità loro, perché li popoli desiderariano vivere come questi Solari, e vorriano star più soggetti ad essi, che non a’ propri regi.»

11 Trad. cit., p. 35 ; éd. cit., p. 28 : « La mercatura a loro poco serve, ma però conoscono il valor delle monete, […] e fanno venire d’ogni parte del mondo mercanti a loro per smaltir le cose soverchie, e non vogliono danari, se non merci di quelle cose che essi non hanno .»

12 Trad. cit., p. 5 ; éd. cit., p. 5 : « Il tempio è tondo perfettamente, e non ha muraglia che lo circondi ; ma sta situato sopra colonne grosse e belle assai. La cupola grande ha in mezzo una cupoletta con uno spiraglio, che pende sopra l’altare, ch’è un solo e sta nel mezzo del tempio. Girano le colonne trecento passi e più, e fuor delle colonne della cupola vi son […] li chiostri […] ».

13 Ibidem.

14 Ibidem.

15 Trad. cit., p. 6 ; éd. cit., p. 5 : « È un Principe Sacerdote tra loro, che s’appella Sole, e in lingua nostra si dice Metafisico : questo è capo di tutti in spirituale e temporale, e tutti li negozi in lui si terminano. »

16 Trad. cit., p. 22 ; éd. cit., p. 18 : « Ma i figli di poco valore si mandano alle ville e, quando riescono, poi si riducono alla città.»

17 Trad. cit., p. 27 ; éd. cit., p. 22 : « Ma chi è zoppo serve alle sentinelle con gli occhi ; chi non ha occhi serve a caminar la lana e levar il pelo dal nervo delle pelle per li matarazzi, chi non ha mani, ad altro esercizio ; e se un membro solo ha, con quello serve nelle ville. »

18 Trad. cit., pp. 7-8 ; éd. cit., pp. 6-7.

19 Ed. cit., p. 9 : « Dicono essi che tutta la proprietà nasce da far casa appartata, e figli e moglie propria, onde nasce l’amor proprio ; ché, per sublimar a ricchezze o a dignità il figlio o lasciarlo erede, ognuno diventa o rapace publico, se non ha timore, sendo potente ; o avaro ed insidioso ed ippocrita, si è impotente. Ma quando perdono l’amor proprio, resta il commune solo. »

20 Trad. cit., p. 11 ; éd. cit., p. 9 : « E credo che li preti e monaci nostri, se non avessero li parenti o li amici, o l’ambizione di crescere più a dignità, seriano più spropriati e santi e caritativi con tutti. »

21 Trad. cit., p. 35 ; éd. cit., p. 28 : « Non vogliono che schiavi o forastieri infettino la città di mali costumi ; però vendono quelli che pigliano in guerra, o li mettono a cavar fosse o far esercizi faticosi fuor della città. »

22 Trad. cit., p. 9 ; éd. cit., p. 8 : « Onde io ammirato come sapeano quelle istorie, mi mostraro che essi teneano di tutte nazioni lingua, e che mandavano apposta per il mondo ambasciatori, e s’informavano del bene e del male di tutti ; e godeno assai in questo. »

23 Frauenfelder, op. cit., p. 93 : « Campanella è convinto che l’uomo non può rinnovarsi nei suoi rapporti con la società se prima non vengono poste le basi di una ricostituzione psicologica, intellettuale e morale dell’individuo stesso. »

24 Cf l’étude de Salvatore Femiano, La metafisica di Tommaso Campanella, Milano, Marzorati, 1968, 515 p.

25 Trad. cit., p. 12 ; éd. cit., p. 10 : « E s’allevan tutti in tutte l’arti. Dopo li tre anni li fanciulli imparano la lingua e l’alfabeto nelle mura, caminando in quattro schiere ; e quattro vecchi li guidano ed insegnano, e poi li fan giocare e correre […] fin alli sette anni […]. Dopo li sette anni vanno alle lezioni delle scienze naturali. »

26 Trad. cit., p. 49 ; éd. cit., pp. 38-39 : « Non si fa statua a nullo, se non dopo che more ; ma, vivendo, si scrive nel libro delli eroi chi ha trovato arti nove e secreti d’importanza, o fatto gran benefizio in guerra o pace al publico. […] Restano pitture solo o statue di grand’uomini […] »

27 Cf. notamment Germana Ernst, « L’aurea età felice ». Profezia, natura e politica in Tommaso Campanella », dans AAVV, Tommaso Campanella e l’attesa del secolo aureo, III giornata Luigi Firpo, Firenze, Olschki, 1998, pp. 61-88.

28 Trad. cit., p. 60 ; éd. cit., p. 46 : « E dicono che a’ cristiani questo apporterà grand’utile ; ma prima si svelle e monda, poi s’edifica e pianta. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Ricci, « La représentation utopique de la ville dans La Città del Sole de Tommaso Campanella », Cahiers d’études romanes, 8 | 2003, 65-79.

Référence électronique

Sylvie Ricci, « La représentation utopique de la ville dans La Città del Sole de Tommaso Campanella », Cahiers d’études romanes [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3049 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3049

Haut de page

Auteur

Sylvie Ricci

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org