Navigation – Plan du site

Ville(s) historique(s), ville(s) mythique(s) dans Leyendas de Guatemala (1930) et Viernes de Dolores (1972) de Miguel Ángel Asturias

Dante Barrientos Tecún
p. 97-108

Résumés

L’objet de l’étude est le récit de Miguel Ángel Asturias intitulé “Guatemala”, qui fait partie du recueil Leyendas de Guatemala, publié à Madrid en 1930. Pour mieux comprendre la représentation de la ville qu’y propose Asturias, ce texte est confronté au dernier roman publié par l’auteur en 1972, Viernes de Dolores. Dans ces deux ouvrages, l’image de la ville n’est pas la même, mais les deux formes de la représentation se complètent : ce sont les deux visages d’une même réalité. Si dans Guatemala la ville est dévoilée comme espace-synthèse, où la dimension mythique se mêle à l’Histoire, dans le roman la même ville devient l’espace de la répression mais aussi celui de la dérision. Ainsi l’espace reflète l’Être d’un peuple.

Haut de page

Texte intégral

1L’écrivain guatémaltèque Miguel Ángel Asturias (1899-1974) est surtout reconnu en tant que romancier. En particulier, deux de ses romans lui ont valu une importante renommée : El señor presidente (1946) et Hombres de Maíz (1949). On peut y repérer trois traits essentiels qui dominent dans l’ensemble de son œuvre littéraire : d’abord la re-création des traditions indiennes et des mythes des cultures précolombiennes ; ensuite la préoccupation à l’égard des luttes politiques, sociales et économiques des sociétés d’Amérique centrale ; et enfin une écriture qui combine l’usage du langage symbolique des Maya-quichés avec le parler populaire des groupes ladinos – c’est-à-dire les métis – du Guatemala.

2Cependant, le livre qui non seulement lui a ouvert le chemin de la célébrité, mais qui surtout révélait déjà les grandes lignes de son projet esthétique n’est pas un roman, c’est un recueil de récits – de « légendes » comme il les appelle lui-même –, intitulé précisément Leyendas de Guatemala (Madrid, 1930).

  • 1 Nous avons travaillé avec l’édition suivante : Madrid, Alianza, 1996, 157 pp. Le livre est compos (...)
  • 2 Nous avons travaillé avec l’édition suivante : Madrid, Alianza / Losada, 1983, 323 pp. 
  • 3 En effet, Asturias avait déjà publié plusieurs articles dans des revues au Guatemala avant son ar (...)

3Notre recherche sur la ville portera sur ce recueil, et spécialement sur l’un des récits qui en font partie ; ce récit – le premier du livre – s’intitule tout simplement : « Guatemala »1. Or, pour mieux comprendre la représentation que propose Asturias de cette ville, nous tiendrons compte également, dans notre travail, du dernier roman publié par notre auteur : Viernes de Dolores (1972)2. Ainsi notre recherche se centrera sur deux textes emblématiques de l’auteur guatémaltèque – l’un des premiers3, qui lui ouvrit le chemin d’une carrière littéraire extraordinaire, Les légendes –, et celui qui ferme son cycle créateur. Dans ces deux ouvrages l’image de la ville n’est pas tout à fait la même, mais les deux formes de représentation qu’ils proposent semblent se compléter ; elles montrent les deux visages d’une même réalité.

4Nous pensons qu’il n’est pas inutile de considérer la genèse des Leyendas de Guatemala pour mieux comprendre la nature du texte et, par conséquent, la stratégie que l’auteur adopte pour représenter l’espace de la ville.

  • 4 Cette traduction est réalisée en collaboration avec J. M. González de Mendoza. En 1928, aux mêmes (...)

5Asturias arrive en Europe en 1923, fuyant, d’une part, la dictature de Jorge Ubico et, d’autre part, pour faire des études d’économie ; il restera sur le Vieux Continent dix ans qui seront essentiels à sa formation artistique. En principe, il devait se rendre à Londres, mais il n’y restera que quelques mois et décide de traverser la Manche et de s’installer à Paris. Commence alors pour le jeune écrivain une période de découvertes : surtout l’atmosphère artistique du Paris des années vingt – « les années folles » –, le surréalisme, mais aussi une période d’intense créativité. Asturias arrive donc en septembre 1924 à Paris. Il n’attendra pas longtemps pour publier, car en 1925 paraît Rayito de estrellaPetit rayon d’étoile –, à l’Imprimerie Française ; puis en 1927, dans les Éditions Paris-América, c’est au tour de sa version du Popol Vuh – le livre sacré du peuple Maya-Quiché – traduit du texte français de Georges Raynaud, et qu’il intitule Los dioses, los héroes y los hombres de Guatemala Antigua o El Libro del Consejo, Popol Vuh de los indios quichés (Les dieux, les héros et les hommes du Guatemala Antique ou Le livre du Conseil, Popol Vuh des indiens quichés)4.

6Mais le moment décisif de l’itinéraire surprenant d’Asturias en France a lieu quelques années plus tard, peu avant son retour au Guatemala. Ce moment clé est l’année 1932, lorsqu’un événement fondamental dans sa carrière d’écrivain va se produire : la traduction, par Francis de Miomandre, de ses Légendes du Guatemala. Asturias les avait publiées en 1930 à Madrid aux Ediciones de Oriente. La traduction non seulement obtient le Prix Sylla Monségur à la meilleure traduction de cette année-là, mais en plus le livre est publié à Marseille dans les Cahiers du Sud avec la célèbre préface de Paul Valéry, où le poète français qualifie les légendes d’« histoires-rêves-poèmes ».

  • 5 Voir par exemple : Luis López Alvarez, Conversaciones con Miguel Angel Asturias, Madrid, Editoria (...)

7Ce qui nous intéresse en particulier dans cette période d’Asturias, pour notre recherche sur la ville, est le processus de création des Légendes. En effet, Asturias a signalé à plusieurs reprises dans des interviews ou des textes autobiographiques5, qu’il a d’abord conçu oralement ses Légendes et que seulement après il les écrivit. Il les narrait, lors de réunions et de tertulias, à d’autres jeunes écrivains latino-américains ; et il le faisait en se souvenant des histoires que sa mère lui avait racontées, mais aussi de celles racontées par les employés de maisons et en évoquant ce qu’il avait écouté autour de lui en provenance des gens du peuple. Tous ces souvenirs oraux, il les mettait en rapport avec les explications proposées para Georges Raynaud à la Sorbonne dans ses cours sur les religions précolombiennes. Le processus de création du texte montre donc la participation d’une mémoire individuelle et d’une mémoire collective qui fusionnent à travers l’oralité. D’ailleurs, la dédicace des Légendes est très significative à cet égard : « A mi madre que me contaba cuentos ».

8Et c’est justement cette technique que l’auteur mettra en œuvre pour construire la représentation de la ville de Guatemala dans le premier texte des Légendes. Dans ce récit, le lecteur assiste à une reconstruction et à une re-création de la ville – des villes – de Guatemala. Asturias tient compte de ce que la capitale guatémaltèque, au cours de son histoire, a changé plusieurs fois d’emplacement géographique : tout d’abord, le 25 juillet 1524, le « conquistador » Don Pedro de Alvarado fonda la ville de « Santiago de los Caballeros de Guatemala », première capitale du pays, à Iximché, l’ancienne capitale des cakchiqueles – l’un des groupes culturels d’origine Maya – ; elle fut ensuite déplacée, en 1527, dans la Vallée « d’Almolonga » (Valle de Bulbulxyá), au pied d’un Volcan appelé « Volcán de Agua » (Hunahpú). Cette deuxième capitale fut détruite le 10 septembre 1541 par une inondation provoquée par le volcan. En raison de cette catastrophe, la capitale sera une nouvelle fois déplacée, cette fois dans la Vallée de Panchoy (El Tuerto o Pancán) où l’administration s’installe en 1543. La capitale restera dans cette vallée durant plus de deux siècles jusqu’à ce qu’un terrible séisme la détruise le 29 juillet 1773, jour de Santa Marta. La ville n’est pas détruite complètement mais les autorités décident son déplacement vers la « Vallée de la Vierge » (« Valle de la Ermita » ou de « Las Vacas ») en 1773 ; ainsi est fondée la « Nueva Guatemala de la Asunción », et c’est dans cette vallée que se trouve actuellement la capitale guatémaltèque. Et c’est dans cette dernière capitale – jusqu’à maintenant – où est né Miguel Ángel Asturias, dans le quartier de la Parroquia Vieja.

9L’intérêt de ce récit, « Guatemala », pour la problématique qui nous intéresse ici et ses représentations littéraires repose sur le fait que l’auteur construit un espace urbain et culturel en se servant de l’Histoire, d’éléments architecturaux mais également de mythes, de croyances populaires, de la mémoire. Il s’agit d’un « récit lyrique » structuré à partir d’images – plus que sur des actions à proprement parler –, de scènes reconstruites par la mémoire, les rêves, les contes populaires, les réminiscences enfouies dans l’inconscient culturel. Cette reconstruction aux dimensions multiples mettra ainsi en rapport l’espace urbain – historique – et l’identité culturelle.

10Le récit s’ouvre sur une phrase bâtie sur le modèle d’une expression populaire :

La carreta llega al pueblo rodando un paso hoy y otro mañana. (p. 11).

11L’image de cette charrette qui n’avance pratiquement pas reflète la stagnation du temps dans ce monde. Il s’agit donc d’un univers où le temps est freiné. Cette image du « temps arrêté » – évoqué dans la lenteur du roulement de la charrette –, est réitérée par la structure circulaire même du texte. En effet, si celui-ci commence avec cette lente et longue arrivée à la ville, dans la dernière partie du récit le narrateur s’exprime comme émergeant d’un rêve :

Las primeras voces me vienen a despertar ; estoy llegando. […] ¡Mi pueblo ! ¡Mi pueblo, repito, para creer que estoy llegando ! (p. 18)

12On voit bien comment au début et à la fin du texte, le narrateur évoque le moment même de son arrivée dans sa ville. Mais entre le premier et le deuxième moment l’évocation est faite à partir de perspectives différentes. D’abord, il se place en retrait (première phrase) car c’est l’image de la charrette qui conduit la narration vers l’espace de la ville ; puis, à la fin du récit, le narrateur adopte l’angle de vue de l’expérience personnelle, et d’une certaine façon, celui du témoignage. Nous avons ici pour la première fois dans le récit – et c’est la seule dans tout le texte – l’utilisation de la première personne : estoy llegando. C’est donc la dimension émotionnelle de l’entrée du narrateur dans la ville qui est maintenant mise en relief. Cette modification du registre émotionnel de l’énonciation – ce passage de la troisième à la première personne – ne peut pas s’expliquer sans tenir compte de la reconstruction de l’espace qui a lieu entre ces deux moments. Voyons donc comment cet espace est représenté et quelles sont ses répercussions dans la construction du sens du récit.

13Le premier mouvement du texte est constitué par une brève description de la ville, de son organisation architecturale établie sur le modèle des villes espagnoles :

En el apeadero, donde se encuentran la calle y el camino, está la primera tienda. [...] La calle se hunde como la hoja de una espada quebrada en el puño de la plaza. La plaza no es grande. La estrecha el marco de sus portales viejos, muy nobles y muy viejos. (p. 11)

14Notons que cette brève description comporte un « effet de réalité », car elle livre l’essentiel pour que le lecteur puisse reconnaître le style, l’identité, de cette ville. Le narrateur décrit les éléments clés qui suggèrent la présence de la culture hispanique : el apeadero – qui renvoie à l’univers des chevaux introduits par les conquérants en Amérique –, les portales et surtout l’image de la rue donnant sur la place comparée à une épée qui pénètre cet espace. Le symbolisme de l’arme et la violence qui lui est rattachée renvoie, c’est évident, à la Conquête. Par cette rapide description, le narrateur a déjà conduit le lecteur à la surface de cette ville, marquée, donc, par des traits hispaniques.

15Dans ce premier mouvement du texte, à la description architecturale vient se rajouter celle de la structure sociale, des groupes dominants, de leurs relations sociales et de leur localisation dans la géographie urbaine :

Las familias principales viven en ella [la plaza] y en las calles contiguas, tienen amistad con el obispo y el alcalde y no se relacionan con los artesanos (p. 11)

16Mais surtout le narrateur dévoile la structure mentale, l’imaginaire des habitants :

Sus dueños [de la tienda] son viejos, tienen güegüecho, han visto espantos, andarines y aparecidos, cuentan milagros y cierran la puerta cuando pasan los húngaros : esos que roban niños, comen caballo, hablan con el diablo y huyen de Dios. (p. 11)

17Une remarque s’impose ici : si le monde matériel, l’espace de la ville, apparaît dans ce premier mouvement du récit comme « réaliste », en revanche, les habitants présentent une vision du monde qui casse ce réalisme. Leur imaginaire est donc marqué par le surnaturel, par une dimension fantastique et magique.

18Ce premier mouvement essentiellement descriptif du récit connaît une rupture avec une phrase clé :

Como se cuenta en las historias que ahora nadie cree – ni las abuelas ni los niños –, esta ciudad fue construida sobre ciudades enterradas en el centro de América. (p. 12)

19Par cette phrase, le narrateur dépasse la description de la surface de la ville, avec laquelle il avait ouvert le récit, et se projette maintenant vers une autre dimension : celle de l’intériorité même de l’espace, c’est-à-dire, la structure enterrée de cette ville. Le narrateur abandonne donc le temps de la réalité et pénètre dans le temps mythique. Dans ce temps « autre », la géographie urbaine est reconstituée par l’imaginaire populaire. La ville de la surface semble ainsi être envahie par la ou les villes immergées. Les villes enterrées ne sont donc pas effacées, oubliées, leur présence reste latente :

Existe la creencia de que los árboles respiran el aliento de las personas que habitan las ciudades enterradas, y por eso, costumbre legendaria y familiar, a su sombra se aconsejan los que tienen que resolver casos de conciencia, los enamorados alivian su pena, se orientan los romeros perdidos del camino y reciben inspiración los poetas.
Los árboles hechizan la ciudad entera. La tela delgadísima del sueño se puebla de sombras que la hacen temblar. Ronda por Casa-Mata la Tatuana. El Sombrerón recorre los portales de un extremo a otro ; salta, rueda, es Satanás de humo. Y asoma por las vegas el Cadejo, que roba mozas de trenzas largas y hace ñudos en las crines de los caballos. Empero, ni una pestaña se mueve en el fondo de la ciudad dormida, ni nada pasa realmente en la carne de las cosas sensibles. (p. 12)

20Les villes enterrées sont donc toujours habitées, mais si elles sont encore vivantes c’est grâce à la Nature – ici surtout les arbres – que l’imaginaire populaire transmue en Êtres humanisés et magiques. À travers la dimension magique de la Nature, les villes enterrées resurgissent à la surface de cet univers. Les temps s’imbriquent, fusionnent donc dans cet espace : deux temps principalement, celui de l’imaginaire et celui où « nada pasa realmente en la carne de las cosas sensibles. »

21L’identité de cette ville au centre de la Rosca de San Blas (Guatemala) ne se limite surtout pas à ce qui reste perceptible à la vue, sa façade extérieure. Car l’image que le narrateur élabore de sa ville est celle d’un espace qui vit en profondeur. La ville apparaît progressivement – suivant le modèle des temples précolombiens mayas – comme un lieu dans lequel s’accumulent, s’imbriquent et s’enchevêtrent les différentes périodes de l’Histoire de cette capitale. En effet, les architectes Mayas construisaient les temples en superposant les structures ; ils ne détruisaient donc pas l’édifice antérieur, ils gardaient la trace du passé ; et chaque fois qu’une nouvelle période historique s’ouvrait – l’arrivée d’un nouveau souverain – le temple était recouvert d’une nouvelle structure. Asturias dans son récit reflète cette technique : il représente une ville dans les villes ; l’histoire dans les histoires. De sorte que le narrateur déclare :

Es una ciudad formada de ciudades enterradas, superpuestas, como los pisos de una casa de altos. Piso sobre piso. Ciudad sobre ciudad. ¡Libro de estampas viejas, empastado en piedra con páginas de oro de Indias, de pergaminos españoles y de papel republicano ! [...] Dentro de esta ciudad de altos se conservan intactas las ciudades antiguas. Por las escaleras suben imágenes de sueño sin dejar huella, sin hacer ruido. De puerta en puerta van cambiando los siglos. (p. 12)

22L’image de cette ville est donnée autant par le modèle architectural des pyramides de la civilisation Maya que par celui du palimpseste – « libro de estampas viejas » –. Notons que l’image du palimpseste concentre les moments décisifs du processus historique du Guatemala : la période précolombienne à travers l’allusion au matériel fondamental des pyramides : la pierre – empastado en piedra – ; la période de la Conquête à travers l’allusion à l’or – páginas de oro de Indias – ; la période coloniale – pergaminos españoles – et, enfin, la période républicaine – papel republican. Cette image de la ville rendue par le palimpseste symbolise le syncrétisme propre à cet univers où les cultures et les périodes historiques se mélangent. Il s’agit donc d’une ville faite de temps, et d’histoires qui s’entrelacent et coexistent.

23Comme nous l’avons vu, le texte s’ouvre avec un narrateur qui est sur le point d’entrer dans la ville. Or, au fur et à mesure qu’il pénètre dans l’espace urbain physique (rues, place, commerces), il se déplace aussi – il est submergé en fait – dans le Temps et dans d’autres espaces liés à l’histoire de son pays. Une fois qu’il a établi que cette ville vit en profondeur, qu’elle est formée par des superpositions, le narrateur revient et fait revivre la période précolombienne dans différentes cités mayas. En fait, il réélabore des scènes de la vie quotidienne et rituelle qui auraient pu avoir lieu dans ces cités. Il opère ainsi un déplacement transhistorique et trans-spatial, en faisant allusion à la structure et aux activités des cités mayas comme Palenque, Copán, Quiriguá, Tikal. Il décrit ces mondes en usant d’un registre poétique proche de celui des textes fondateurs de la culture maya – tel le Popol Vuh – où les dimensions magique et énigmatique jouent un rôle essentiel :

En la ciudad de Palenque, sobre el cielo juvenil, se recortan las terrazas bañadas por el sol, simétricas, sólidas y simples, y sobre los bajorrelieves de los muros, poco cincelados a pesar de su talladura, los pinos delinean sus figuras ingenuas. [...] En la ciudad de Copán, el Rey pasea sus venados de piel de plata por los jardines de Palacio. Adorna el real hombro la enjoyada pluma del nahual. [...] En la ciudad de Quiriguá, a la puerta del templo, esperan mujeres que llevan en las orejas perlas de ámbar. [...] El sacerdote llega, la multitud se aparta. [...] En la ciudad de Tikal, palacios, templos y mansiones están deshabitados. Trescientos guerreros la abandonaron, seguidos de sus familias. Ayer mañana, a la puerta del laberinto, nanas e iluminados contaban todavía las leyendas del pueblo. La ciudad alejóse por las calles cantando. [...] Todo está como estaba. Por las calles desiertas vagan sombras perdidas y fantasmas con los ojos vacíos. (pp. 13-14)

24Ces villes superposées sont encore vivantes et animées sous l’architecture hispanique ; leurs « ombres » et leurs « esprits » affleurent à la surface. Une image poétique à la grande puissance évocatrice synthétise cette présence ineffaçable des cités mayas et leur jaillissement à la surface : « ¡Ciudades sonoras como mares abiertos ! » (p. 14). C’est cette « sonorité », provenant de la culture sous-jacente, qui embrasse la ville en surface.

  • 6 Il fait référence à la fondation des deux premières villes par les espagnols au Guatemala : « En (...)

25Le parcours engagé par le narrateur dans les sous-sols historique, culturel et imaginaire de la ville, le conduit, après l’univers des cités mayas, vers la ville coloniale6. Ce parcours se réalise comme s’il s’agissait d’un déplacement à l’intérieur d’un bâtiment, dont les différentes parties – escaliers et couloirs – permettraient le passage d’un temps à l’autre, d’un espace à l’autre :

La memoria gana la escalera que conduce a las ciudades españolas. [...] Los pasillos dejan ver otras ciudades. (p. 15)

  • 7 L’importance de la religiosité dans la ville coloniale est surtout mise en avant : « Pasos de ciu (...)

26Le narrateur traverse la période coloniale – il propose une image de son atmosphère et de ses coutumes7 – pour enfin arriver à la période contemporaine, c’est-à-dire, au présent historique :

Las primeras voces me vienen a despertar ; estoy llegando. ¡Guatemala de la Asunción, tercera ciudad de los Conquistadores. (p. 18)

27Remarquons l’importance que revêt ici le verbe despertar, exprimé au moment où le narrateur, utilisant la première personne, annonce son arrivée à la ville du Guatemala. Toute cette immersion dans les profondeurs de la ville était donc accomplie dans un état « autre » que celui de l’éveil, au-delà de l’état pleinement conscient. Mais le narrateur n’est ni pleinement éveillé ni pleinement endormi, il est, comme l’indique Asturias lui-même pour expliquer la notion de « réalisme-magique », en état de « duermevela », dans un état « limite » où la réalité et le rêve vont de pair :

  • 8 M. Á. Asturias, dans Luis López Álvarez, op. cit., p. 168.

claridormidos, claridespiertos, es decir, no totalmente dormidos y tampoco totalmente despiertos, en un como duermevela, en un como alumbramiento de ellos mismos, para ver las cosas del mundo mágico, mágicamente.8

28Ainsi le narrateur, dans son parcours des profondeurs de la ville, a effectué un périple autour de l’histoire certes, mais surtout autour de l’inconscient culturel et de l’imaginaire de son pays.

  • 9 « La cité de Guatemala, la capitale, – dit Léopold Sedar Senghor – nous est présentée, en effet, (...)

29Son déplacement dans l’espace n’est finalement qu’un mouvement circulaire, cyclique, dans la mesure où la ville de Guatemala est perçue comme un lieu (ou des lieux) dont les symboles et l’imaginaire de ceux qui l’habitent renvoient constamment au Passé. Mais il s’agit d’un Passé continuellement réactualisé, revivifié. Dans ce sens, la ville devient l’espace de l’oscillation entre le Présent et le Passé ; l’espace où le Temps ne s’efface pas complètement, où le Passé reste toujours latent. La Cité du Guatemala, la capitale, est présentée comme une ville-synthèse9, composée de vieilles villes indiennes sur lesquelles ont été bâties des villes de style espagnol. Les premières chargées de temples, de stèles ; les secondes d’églises, d’arcades, de patios. La ville en surface n’est qu’une première strate de cet espace, les strates ensevelies se manifestent à l’intérieur des habitants eux-mêmes, et ce monde ne peut finalement être compris qu’à travers ses différents niveaux. Cette ville apparaît donc comme une synthèse d’espaces et de cultures.

  • 10 Voir à ce propos Luis Cardoza y Aragón, « La huelga de Dolores », dans son livre El Río, novelas (...)

30Voyons maintenant, de façon plus succincte, la représentation de la ville de Guatemala que propose Asturias dans son dernier roman, Viernes de Dolores (1972). Elle apparaît ici sous un angle assez différent par rapport à son image dans « Guatemala ». L’aspect mythique est évacué au profit d’une atmosphère carnavalesque et sinistre à la fois. Asturias s’intéresse ici davantage à la problématique politique de son temps et de sa société. L’action du roman se situe dans les années 20 du XXe siècle, période marquée par les dictatures. Dans la ville a lieu la « Huelga de Dolores », carnaval organisé par les étudiants universitaires, à la veille de Pâques, le Vendredi Saint, pour tourner en dérision les autorités : c’est une « petite vengeance » de la société civile10. Mais si la ville est dans le roman l’espace du burlesque et de la dérision, elle est constituée aussi par un autre espace, le cimetière, représenté par deux mots qui reviennent comme un leitmotiv dans le roman : « Cal y llanto ». Le livre s’ouvre ainsi :

El muro del cementerio. Cal y llanto. Cal y llanto. Fuera la ciudad. Dentro las tumbas. Cal y llanto. Cal y llanto. Fuera las calles del suburbio. (p. 9)

31La ville est identifiée dès le début du roman comme l’espace de la mort. Le cimetière est l’endroit où l’on enterre les victimes de la misère sociale (enfants mal nourris, malades non soignés par manque de moyens) mais aussi c’est l’endroit où les sbires du régime fusillent les contestataires. L’action narrative peut se situer autour de l’année 1922, l’année où Asturias participe à la composition de « La Chalana » – chanson burlesque, hymne de combat des étudiants – ainsi qu’à la rédaction d’une publication satirique universitaire intitulée No nos tientes. Le roman présente donc des marques autobiographiques de la vie d’étudiant d’Asturias dans la capitale guatémaltèque. À partir de ces marques, l’auteur construit un espace urbain où la peur de la mort s’empare des habitants :

Algunos atraviesan la gran avenida, maquinalmente, tristes, mestizos hechos de soledad cansada. La cruzan para alejarse lo antes posible de la necrópolis solemne, funeral, y se pierden por el barrio de calles de tierra (p. 11).

  • 11 Fondear : expression populaire guatémaltèque dont le sens est : « Caer inconscientes los borracho (...)

32La mort domine donc la ville, mais cette mort est en même temps parodiée. En effet, tout autour du cimetière s’accumulent des bars dont les noms constituent une sorte de moquerie à l’égard de la mort : « El Último Adiós », « La Flor de Un Día » ou bien « Angelitos ». De plus, l’un d’entre eux, placé en face du cimetière, porte inscrit sur le mur l’avertissement suivant : « Para fondear11, mejor aquí que enfrente… » (p. 16). La peur de la mort est toujours-là, mais elle est atténuée par la parodie et le rire.

33Si dans le récit « Guatemala » des Légendes la ville est dévoilée comme un espace-synthèse, dans lequel l’aspect mythique se mêle à l’histoire, ici, en revanche, cette même ville devient l’espace de la répression et de la dérision. Face à la mort et à la violence qui s’impose dans la ville, il ne reste que la parole et le carnaval, les seules armes contre la barbarie :

¿Huelga o fiesta ? Las dos cosas. Huelga en la Universidad durante la Semana Santa y carnaval de los estudiantes el Viernes de Dolores, carnaval de carnavales, explosivo, mordaz, blasfematorio (escupir al cielo y abrir negras carcajadas de luto como si fueran paraguas), carnaval de todos los disfraces y todas las audacias, cara al crimen, cara al fanatismo, cara a la barbarie, la palabra convertida en guillotina, el gesto en mueca de indefenso que bromea por no tener otra arma, la risa estudiantil en carcajada feroz de concubino... (p. 87).

34La représentation de la ville élaborée par Asturias dans Viernes de Dolores est donc l’espace du silence et du rire. La répression bâillonne la ville et fait du cimetière le symbole de la situation imposée par le régime dictatorial. Or, durant la « Huelga de Dolores », les rues se remplissent d’étudiants qui viennent crier leur mécontentement et leurs revendications « en carcajada feroz ». Ville de mort, mais d’une mort qui est tournée en dérision, « carnavalisée » ; une ville soumise au silence et libérée par le rire, tel est cet autre visage qu’Asturias nous propose de la capitale guatémaltèque.

35Asturias nous donne ainsi, à travers ces deux textes, une image ambivalente de sa ville. Dans le récit « Guatemala », l’espace est reconstruit par le recours à l’inconscient culturel qui permet l’émergence d’un Passé millénaire toujours latent et indélébile ; inconscient culturel déterminant autant dans la vision de cette ville que dans tout l’imaginaire social. La dimension réaliste du monde est dépassée, car la ville n’est pas seulement ce qui est perceptible aux sens, mais surtout ce qui est au-delà : « en duermevela ». En revanche, dans Viernes de Dolores, la ville devient l’espace où se manifeste cette impitoyable réalité politique guatémaltèque de la violence et de la mort. Or, si dans le premier texte étudié la surface, signe du Présent, est « absorbée » par la profondeur, signe d’un Passé qui ne se résigne pas à l’oubli, dans le roman, la mort est à son tour dépassée par l’attitude burlesque, par la parole chargée d’humour, d’espièglerie et de moquerie.

  • 12 Leyendas de Guatemala, cit., p. 14.
  • 13 Viernes de Dolores, cit., p. 16.

36La ville d’Asturias – reflet de l’Être d’un peuple, de son identité –, représente donc l’espace où l’oubli n’existe pas – « nanas e iluminados contaban todavía las leyendas del pueblo »12 – et où la tragédie de la mort est brisée par la joie de la vie, puisque, comme c’est inscrit sur la façade de « El Último Adiós », « Para fondear, mejor aquí que enfrente… »13.

Haut de page

Notes

1 Nous avons travaillé avec l’édition suivante : Madrid, Alianza, 1996, 157 pp. Le livre est composé ainsi : deux premiers textes intitulés « Guatemala » et « Ahora que me acuerdo », puis deux parties intitulées « Leyendas » et « Cuculcán, Serpiente-envuelta-en-plumas ». La première de ces parties contient six textes : « Leyenda del volcán », « Leyenda del Cadejo », « Leyenda de la Tatuana », « Leyendas del Sombrerón », « Leyenda del tesoro del Lugar Florido », « Los brujos de la tormenta primaveral ». La deuxième partie contient quant à elle neuf textes : « Primera cortina amarilla », « Primera cortina roja », « Primera cortina negra », « Segunda cortina amarilla », « Segunda cortina roja », « Segunda cortina negra », « Tercera cortina amarilla », « Tercera cortina roja », « Tercera cortina negra ». En fin de volume sont intégrés quatre documents : « Indice alfabético de modismos y frases alegóricas », « Modismos empleados en Los brujos de la tormenta primaveral », « Notas sobre Cuculcán », « Modismos empleados sobre Cuculcán ».

2 Nous avons travaillé avec l’édition suivante : Madrid, Alianza / Losada, 1983, 323 pp. 

3 En effet, Asturias avait déjà publié plusieurs articles dans des revues au Guatemala avant son arrivée à Paris, et avant Les légendes il avait publié, en 1925, Rayito de estrella.

4 Cette traduction est réalisée en collaboration avec J. M. González de Mendoza. En 1928, aux mêmes Éditions et toujours avec le même collaborateur, il publie : Los dioses, los héroes y los hombres de Guatemala antigua : Anales de los Xahil de los indios cakchiqueles, traduction de la version française inédite du professeur Raynaud.

5 Voir par exemple : Luis López Alvarez, Conversaciones con Miguel Angel Asturias, Madrid, Editorial Magisterio Español, 1974, 215 pp. ; Otto-Raúl González, Miguel Angel Asturias, El Gran Lengua, México, Editorial Praxis, 1999, 158 pp. ; Giuseppe Bellini, Mundo mágico y mundo real. La narrativa de Miguel Ángel Asturias, Roma, Bulzoni Editore, 1999, 242 pp. 

6 Il fait référence à la fondation des deux premières villes par les espagnols au Guatemala : « En la primera ciudad de los Conquistadores – gemela de la ciudad del Señor Santiago –, una ilustre dama se inclina ante el esposo, más temido que amado. » ; « En Antigua, la segunda ciudad de los Conquistadores, de horizonte limpio y viejo vestido colonial, el espíritu religioso entristece el paisaje. » (pp. 15 et 16).

7 L’importance de la religiosité dans la ville coloniale est surtout mise en avant : « Pasos de ciudad colonial. Por las calles arenosas, voces de clérigos que mascullan Ave-Marías, y de caballeros y capitanes que disputan poniendo a Dios por testigo. Duerme un sereno arrebozado en la capa. Sombras de purgatorio.» (p. 15).

8 M. Á. Asturias, dans Luis López Álvarez, op. cit., p. 168.

9 « La cité de Guatemala, la capitale, – dit Léopold Sedar Senghor – nous est présentée, en effet, comme une ville-synthèse, composée de vieilles villes indiennes, auxquelles ont succédé les villes espagnoles. Celles-ci splendides et sonores comme l’or, chargées de temple, de statues, de stèles ; celles-là couvertes d’arcades blanches et de patios ombreux, d’églises baroques et de ranchos cossus. Guatemala, ville-synthèse, où les hommes ont vocation à vivre ensemble : “Ma maison et les autres maisons” », Léopold Sedar Senghor, « Asturias, le métis », dans 1899/1999, Vida, obra y herencia de Miguel Ángel Asturias, Catálogo, Paris, Archivos – Unesco, 1999, p. 484-485.

10 Voir à ce propos Luis Cardoza y Aragón, « La huelga de Dolores », dans son livre El Río, novelas de caballería, México, F.C.E., 1986, pp. 635-644.

11 Fondear : expression populaire guatémaltèque dont le sens est : « Caer inconscientes los borrachos », Daniel Armas, Diccionario de la expresión popular guatemalteca, Guatemala, Tipografía Nacional, 1971, p. 100.

12 Leyendas de Guatemala, cit., p. 14.

13 Viernes de Dolores, cit., p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dante Barrientos Tecún, « Ville(s) historique(s), ville(s) mythique(s) dans Leyendas de Guatemala (1930) et Viernes de Dolores (1972) de Miguel Ángel Asturias », Cahiers d’études romanes, 8 | 2003, 97-108.

Référence électronique

Dante Barrientos Tecún, « Ville(s) historique(s), ville(s) mythique(s) dans Leyendas de Guatemala (1930) et Viernes de Dolores (1972) de Miguel Ángel Asturias », Cahiers d’études romanes [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3057 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3057

Haut de page

Auteur

Dante Barrientos Tecún

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org