Navigation – Plan du site

Lieux et enjeux dans Ciudad lineal de Itziar Pascual

Carole Egger
p. 119-119

Résumés

Ciudad lineal est une pièce dont le titre renvoie à un projet d’urbanisme progressiste de la fin du XIXe siècle, et à un quartier de Madrid où ce projet a été mis en application. Dans cette œuvre d’Itziar Pascual, la ville est le point de rencontre de deux personnages emblématiques, Ciudadano et Ciudadana, chacun pouvant être mis en relation avec une temporalité et un espace (Ciudad lineal et le passé pour le protagoniste, Madrid et les années 80 pour la protagoniste). L’exploration de la ville est mise en parallèle avec l’exploration psychique (espace intérieur) des personnages. Cependant cette quête touche au moi universel, et les personnages relèvent de l’atemporalité du mythe. Le contemporain est soumis à un processus de mythification, aspect présent dans l’espace de Ciudad lineal, cité mythique et pourtant bien réelle.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne, Madrid

Index chronologique :

XIXe, XXe
Haut de page

Texte intégral

1Itziar Pascual est une jeune dramaturge espagnole née en 1967, très représentative de cette dernière génération d’auteures dramatiques encore appelée deuxième génération de la démocratie ou du post-franquisme, ou encore génération Marqués de Bradomín, du nom du Prix créé en 1985 par el Instituto de la Juventud pour récompenser les œuvres des moins de trente ans. Itziar Pascual y obtint un accessit en 1997 pour Las voces de Penelope.

2De formation polyvalente – elle a suivi à la fois des études de journalisme, de littérature et de dramaturgie –, elle n’est pas seulement liée au monde du théâtre par l’écriture mais également par la mise en scène – elle fut l’assistante de direction de Guillermo Heras et de Francisco Nieva –, l’enseignement – elle est actuellement professeure de dramaturgie à la RESAD après y avoir fait ses études –, la réflexion théorique et critique puisqu’elle est également l’auteur de nombreux articles et conférences publiés dans des revues spécialisées ou analysés lors de différents colloques et tables rondes.

3Les multiples initiatives de la politique socialiste destinées à développer la création dramatique dans le dernier quart du XXe siècle ont en effet largement contribué à l’effervescence actuelle dans le monde théâtral. Les auteurs de cette nouvelle génération ne sont plus des autodidactes. Itziar Pascual non seulement a suivi les cours de la RESAD avant d’y devenir professeure elle-même mais elle a en outre participé aux nombreux ateliers dramaturgiques qui, à cette époque, se sont multipliés dans toute l’Espagne : celui de Ernesto Caballero, de Fermín Cabal, de Luis Cremades. Elle a également pu suivre les cours dispensés par José Monleón et Ricardo Domenech dans de nombreuses universités espagnoles.

Une structure fragmentaire

  • 1 Itziar Pascual, Ciudad lineal, Madrid, Asociación de Autores de Teatro y Consejería de Cultura de (...)
  • 2 L’expression est empruntée à Michel Vinaver qui l’oppose à la pièce-machine plus caractéristique (...)

4La structure dramatique de ses pièces, comme celle de nombre de pièces contemporaines, se définit dans le fragment, le discontinu, le collage. L’univers dramatique de Ciudad lineal1 s’érige à partir de dix-sept tableaux superposés portant chacun un titre : Encuentro, Nocturno, Mañana fría, No todo es oscuro…, à la manière des épisodes d’un roman ou des différents chants d’un poème épique. Cette série de tableaux, sans liens structurels apparents, dessine une pièce-paysage2 qui mêle les données spatio-temporelles à l’intérieur d’un champ délimité par les frontières urbaines et par l’existence des deux personnages principaux. On passe ainsi du bar au gymnase, de la discothèque à l’hôpital, de la bouche (extérieure) du métro à son quai (intérieur). De même, certaines séquences évoquent des faits du passé ou bien se situent, comme la dernière séquence, Algún tiempo después.

5Dix-sept séquences donc, faites de rencontres entrecroisées entre plusieurs personnages dont deux seulement vont tisser la trame d’une action ténue, presque inexistante. Elle, qui a pour nom Ciudadana, arrive de sa province. Lui, appelé Ciudadano, revient vers la ville après un exil.

6Les échanges s’agencent à partir d’une multiplicité de modalités dialogiques ou monologiques. Les répliques peuvent se juxtaposer en deux ou plusieurs soliloques superposés (séquence 1), constituer de vrais soliloques (séquences 4 et 6) ou de vrais dialogues (séquences 5 et 10) ; le personnage peut donner la réplique à ce qui n’est plus qu’une « voix » de personnage (séquence 2) ; les répliques prennent parfois des allures de didascalie (séquence 3 et 8) ou font fonction de commentaires de l’action (séquence 7). Le caractère poétique de certaines répliques est parfois, mais parfois seulement, souligné par une typographie adéquate. Certaines répliques, enfin, intègrent directement le public comme destinataire de discours croisés entre les personnages.

Un espace limite entre réalité et utopie

7La ville apparaît d’emblée comme un espace limite entre deux migrations, un point de rencontre entre deux trajectoires. Nos deux personnages protagonistes sont à la fois définis par leur citoyenneté et par leur « citadinité », les termes espagnols correspondants possédant cette double valeur. Ils interrogent les notions d’urbanité (urbs), de politesse (polis) et de civilité (civitas) que leurs noms évoquent et qui constituent des notions d’autant plus actuelles qu’elles se trouvent constamment malmenées dans nos sociétés contemporaines.

8Les caractéristiques des autres personnages sont variables : l’idéologie pour El Anti, la fonction sociale pour El Vendedor ou El Corregidor avec en outre pour ce dernier, une certaine position hiérarchique. Le nom de quelques femmes renvoient à leur âge : La Anciana, La Abuela, Madurita ; y compris de façon humoristique : Treinta y Tantos. Certains se définissent essentiellement au travers de leurs actions ; c’est le cas de El Buscador, El Viajero et même El Hombre que bebía agua. Enfin, les personnages de Mujer ou Metafísica, rencontrés au détour du chemin, renvoient sans doute à une dimension mythique, voire mystique, de ces parcours croisés. Pourtant, pour emblématiques qu’ils soient, ces personnages ne fonctionnent jamais comme des types, vides de toute personnalité propre. Ils sont au contraire dotés d’une individualité, fût-elle lacunaire. Ce sont des êtres de chair, qui réagissent, s’émeuvent, interagissent les uns sur les autres, des êtres dont Itziar Pascual s’ingénie à nous dévoiler les pensées parfois de façon critique, humoristique ou pathétique.

9Le titre de l’œuvre est déjà une invitation à s’interroger sur une curieuse, pour ne pas dire déroutante, caractéristique de son espace urbain : la linéarité, assez impropre à définir les grandes villes du sud européen. En fait, Ciudad lineal est une expression parlante dans l’imaginaire espagnol puisqu’elle constitue le nom du premier projet d’urbanisme progressiste proposé en 1882 par l’architecte Arturo Soria dans un article du journal El progreso de Madrid.

  • 3 Françoise Choay, Article « Urbanisme. Théories et réalisations », de l’Encyclopaedia Universalis, (...)

Philosophe, militant social, spécialiste des transports, Soria critique à la fois la société inégalitaire et la ville (malsaine, désordonnée, impropre à la circulation) de son époque. Le modèle par lequel il propose de pallier ces défauts, après expropriation et répartition équitable du sol, répond, avant tout, aux exigences de la circulation (« La forme d’une ville est ou doit être une forme dérivée des nécessités de la locomotion ») et à celles de l’hygiène (rôle de « poumon » joué par la verdure) ; il permet de « ruraliser la ville et d’urbaniser la campagne ».
La cité linéaire de Soria se présente comme une « rue indéfiniment extensible » de 500 mètres de large, dont l’axe longitudinal regroupe les voies de transports (chemins de fer, tramway, route), les réseaux de circulation d’eau, de gaz, d’électricité, de téléphone, les services municipaux de base, des parcs et des pièces d’eau. De part et d’autre de cette épine dorsale, des îlots orthogonaux associent un habitat individuel (maisons standardisées occupant seulement un cinquième de leur jardin, identiques pour toutes les classes) aux édifices publics, commerciaux, industriels et aux espaces de loisirs. Cette disposition se prête à la croissance, tout en contaminant le moins possible l’environnement naturel : « voilà la cité de l’avenir, dont les extrémités pourraient être Cadix et Saint-Pétersbourg ». Pour la première fois, Soria pose le problème de l’établissement humain à l’échelle régionale et même mondiale.Mais il ne peut appliquer son idée qu’à l’échelle d’un faubourg de Madrid (1894), et, sur les 80 kilomètres prévus, seuls 5,2 furent réalisés.3

La dimension spatiale de l’existence

  • 4 Il semble que Ciudad lineal soit un quartier particulièrement actif du point de vue associatif ai (...)
  • 5 Itziar Pascual, op. cit., p. 17.

10Ciudad lineal peut dès lors s’entendre comme espace référentiel réel, celui d’un quartier de la capitale espagnole4 correspondant à un imaginaire qui privilégie le partage et le respect de la dimension humaine au sein d’un environnement industriel moderne. C’est aussi une station de métro madrilène au nom évocateur d’un projet généreux, peut-être aussi d’une utopie. Ciudad lineal apparaît comme un lieu cosmopolite, contrasté, où se côtoient harmonieusement les éléments du passé et les bruits urbains qui renvoient à un haut niveau de technicité, à un éclectisme sonore, à un mouvement de foule : « Sonidos elaborados, urbanidad postmoderna, tránsito callejero »5 dit la didascalie initiale. Selon Ciudadano, Ciudad lineal est unique :

  • 6 Ibidem, p. 59.

[…] Hay árboles con más vidas que la propia vida. Hay rosales florecidos en noviembre y libreros a los que aún les gustan los libros. Hay camareros barítonos, tenderos galantes y ancianos republicanos. Hay risas que no ocultan los autobuses. Y cuando todo se empapa de tensión y de rabia, y de miedo, nieva. Y entonces todo queda nuevo. Nuevo de repente. Por eso es única. Porque quedan puños cerrados y manos abiertas. Porque está habitada por brujas poderosas y viudas de luto que van a los toros. Porque es ingobernable, liberal y rematadamente antigua.6

11L’idée d’une interpénétration de l’urbain et du rural contenue en outre dans le projet de Soria soutient également l’opposition structurante dans la pièce entre ville et campagne. Le lecteur spectateur, en effet, ne peut manquer d’être interpellé par le nom des deux protagonistes qui dès la première séquence, et même dès la première réplique, s’instituent d’emblée comme des provinciaux : « Yo siempre fui una chica de provincias » dit Ciudadana au tout début ; et elle reprendra cette réplique par trois fois avant que Ciudadano n’énonce à son tour : « Yo siempre fui un chico de provincias ». Puis, la séquence se clôt sur l’évocation d’un lieu :

  • 7 Ibidem, pp. 23-24.

Silencio. CIUDADANO y CIUDADANO se miran. Un tiempo.
CIUDADANA : Acabo de llegar.
CIUDADANO : Acabo de volver.
CIUDADANA : Es una historia corta.
CIUDADANO : Es una historia larga.
CIUDADANA : Un lugar para dormir.
CIUDADANO : Un lugar.
CIUDADANA y CIUDADANO salen juntos de escena. OSCURO7

12Le fil ténu de l’intrigue s’imbrique étroitement dans le lieu, l’existence apparaît essentiellement déterminée par la spatialité. Le langage dramatique ne semble pas avoir pour objectif de caractériser les personnages mais plutôt leur trajectoire. D’ailleurs, ils ne communiquent pas vraiment, ne se donnent pas à voir au travers de leur parole, ils échangent littéralement leurs mots. Les deux discours se superposent et interfèrent en deux soliloques juxtaposés.

13La structure réitérative des répliques dote la parole dramatique d’une musicalité toute particulière comme si le texte suivait une structure symphonique.

  • 8 Luis Araujo, « Prólogo, Un viaje por Babia con Itziar Pascual » in Ciudad lineal, cit., p 10.

La construcción musical, el ritornello, el dúo, el solo, el coro de personajes urbanos, nos revelan la evidente formación musical que a la autora le viene de familia.8

nous dit Luis Araujo dans son introduction au texte. En vérité, l’échange se fait sur le mode poétique c’est-à-dire que s’estompent les relations de cause à effet entre les répliques. La parole suit ainsi les méandres d’une pensée qui s’affranchit de toute logique cartésienne pour broder des motifs autour d’un thème.

Un espace temporel et atemporel

  • 9 La pièce s’ouvre sur une scène vide. Et la didascalie précise : « A un lado, una mochila alpina, (...)

14Le recouvrement spatial Ciudad lineal/Madrid est aussi le recouvrement de deux temporalités. Ciudad Lineal renvoie au passé, au Ciudadano qui est âgé, au symbole d’une trajectoire marquée par une « vieja maleta desvencijada »9. Mais c’est aussi el « Madriz de los ochenta », de la Ciudadana qui, elle, est jeune et voyage avec « una mochila alpina ». La linéarité en effet renvoie à l’horizontalité et partant, à une conception plus ancienne de la ville, la ville moderne se caractérisant le plus souvent par la verticalité. Dans la séquence intitulée No todo es oscuro, il se pourrait que l’utopie fonctionne comme nécessité de dégager les perspectives bouchées par la verticalité. C’est Ciudadano qui parle :

  • 10 Itziar Pascual, op. cit., p. 59.

Cuando dudes mira hacia arriba. Balcones de hierro encadenados al ladrillo ; visillos blancos que ocultan tardes de ganchillo ; azoteas que se mecen al viento de las antenas y la ropa mojada. En Ciudad lineal el cielo está recién puesto cada día. Un cielo frío, que se respira entre olor a carbón y a sierra. Cuando no puedas más, mira hacia arriba…10

15Passé et présent coexistent dans Ciudad lineal pour édifier les strates d’une même réalité urbaine comme ils coexistent dans la pièce pour construire la trajectoire vitale de nos deux protagonistes. Au travers des séquences 13 et 16, ils évoqueront les traits marquants de leur enfance. Elle était toujours à Babia, c’est-à-dire dans la lune. Il n’était jamais de nulle part, car le travail de son père obligeait sa famille à voyager sans cesse.

  • 11 Ibidem, p. 62. L’expression espagnole « estar en Babia », généralement traduite par « être dans l (...)

« como estás siempre en Babia » me dicen
¿Dónde estará Babia ?
Babia debe ser un sitio bonito,
Un sitio donde la gente piensa,
Piensa mucho.11

16Comme le suggère Luis Araujo avec le titre de son introduction, Itziar Pascual nous entraîne, avec Ciudad linéal, dans un voyage à travers un espace fantasmé, où se déploie en toute liberté une pensée imaginative et poétique. Elle nous invite à « penser » les différentes images de la ville dessinées autour des rencontres entre ses personnages.

17Ces rencontres entrecroisées permettent d’appréhender la ville à travers les représentations qu’elle nourrit. Dans la première séquence Encuentro, la ville apparaît aux yeux du Ciudadano comme un espace en chantier, toujours inachevé, un espace cosmopolite qui mêle les travailleurs arabes ou dominicains aux étrangers qui portent chaussettes et sandales. Cet espace fait refluer à la conscience du Ciudadano un flot de sensations ou d’observations qui le renvoient à son propre itinéraire, marqué par l’échec et « demasiados años de ruta, demasiados espejos rotos ». Pour elle, il présente l’avantage de l’anonymat, condition nécessaire à sa liberté mais cet espace anonyme, fait de « rostros de ancianos y chicas con aires de despiste » livre aussi une certaine béance identitaire.

18Lorsque la nuit tombe, l’espace urbain devient fantasmatique, il est l’espace du cauchemar où les êtres se délitent pour n’être plus que des voix, qui s’entretiennent avec Mujer, personnage présent sur scène, sans doute une allégorie de la mort qui fonctionne comme une voix émanant de l’inconscient.

19Parfois, la ville apparaît comme espace de limites et de contraintes imposées par l’urbanité. Le bar, en tant que lieu public devient alors un lieu d’échange et de friction où s’inscrit l’antagonisme des classes sociales et des modes de vie.

20La ville est aussi l’espace familier des petites escroqueries ordinaires ; celles des parieurs sur les trottoirs, des organismes exploitant les jeunes pour des petits boulots, des ambulanciers déclenchant leurs sirènes pour aller plus vite. (Séquence 5)

21Dans les années 80, la ville fut également l’espace illusoire des golden boys, du mirage de l’argent facile et des cartes de crédit miraculeuses dont le Corregidor n’est qu’un avatar pathétique. Son caractère artificiel est mis en exergue au gymnase, que Treinta y tantos nomme avec snobisme « el clab ». La séquence s’intitule d’ailleurs « Arriba y abajo », comme pour mieux souligner le clivage de classes entre les petits-bourgeois, représentés par Treinta y tantos et les autres personnages.

22Parfois, la dimension mythique, souvent implicite, des textes d’Itziar Pascual, devient explicite. C’est le cas de la séquence intitulée « L’impasse des désirs » qui a lieu dans les espaces souterrains de la ville, plus précisément sur un quai de métro. C’est Metafísica qui ouvre la ronde des désirs de personnages, qui se sont multipliés pour l’occasion, et elle le fait « Au nom du père, du fils et du Saint Esprit. Amen ». On pense bien sûr au dieu Hadès gouvernant les âmes des morts qui peuplent le sombre et inconnu royaume des enfers :

  • 12 Ibidem, p. 63.

METAFÍSICA : […] Señor, protégeme con un manto blanco de los pies a la cabeza y aléjame de todo mal y conduce a las almas sin guía al lugar que les pertenece.12

23Mais les désirs qui piègent les personnages dans un itinéraire circulaire, où le métro pourrait bien figurer le fleuve Styx, dessinent, là encore, un imaginaire de gens ordinaires, aux prises avec leurs maux quotidiens. L’une (Madurita) voudrait bien perdre quelques kilos, El Anti rêve de déposer une réclamation, la mère (Madre) de gagner à la loterie pour pouvoir payer une bonne école à sa fille, l’ouvrier (Obrero) voudrait voir gagner son club de foot, la buraliste (La estanquera) songe à arrêter de fumer, l’homme qui buvait de l’eau (El hombre que bebía agua) souhaite pouvoir étancher sa soif etc.

  • 13 Itziar Pascual, « Un esbozo de ideario dramático », in La Ratonera, revista asturiana de teatro, (...)

24Mais Hadès, parfois surnommé Pluton (« le dispensateur de richesses »), est aussi un dieu de vie et cette ambivalence est aussi celle de ces désirs, qui s’égrènent sous une forme qu’Itziar Pascual a appelé ailleurs « un monologue choral »13 ; ils se trouvent à la fois pris dans l’impasse et en même temps constituent l’essentiel de l’énergie dans l’imaginaire du citoyen moyen.

25La dénonciation du racisme ordinaire ou de la ségrégation des espaces sociaux font également de Ciudad lineal un espace privilégié où se porte le regard critique de la dramaturge sur les enjeux que représentent le lien social, la citoyenneté, l’intégration. Et ce regard est souvent plein d’humour :

  • 14 Itziar Pascual, op. cit., p. 49.

CIUDADANO : Antes, en los comienzos, era más suave. No había tantas fronteras. Ahora es tajante. Espacio cool, tierra del deterioro. Así de fácil. Las bolsas de basura rotas. Las botellas de Mahou bajo los bancos. Las pintadas viejas. Los colchones calcinados. Las casas okupas, tapiadas. El teatro cerrado. Las calles abiertas. Ahora el gas, ahora la luz, las vallas y las grietas siempre. Nunca llegaron los adoquines. Ni los arbolitos enclenques, que guardan para otros barrios. Sólo llegó Ghostbuster y la máquina de alquiler de videos. Los chinos no protestan. Los árabes no protestan. Las mujeres gitanas no protestan. Todo en su lugar. Todo en su sitio. Un patinete que se desliza sobre la acera. Y a tres manzanas de aquí, cocina imaginativa, guardacoches, farolas nuevas, clases de Tai-chi, contenedores de cartón y vidrio, perfumerías, supermercados alemanes, chicas Erasmus, Visa, Travelling Check, Mastercard, diseño.14

Un espace intérieur

26Le parcours à travers Ciudad lineal est toujours en mouvement, les espaces changent, comme les personnages, et la déambulation à travers la ville permet aux personnages de déployer un espace psychique intérieur. De nombreuses séquences nous découvrent la richesse de leur espace imaginaire qui se dévoile au fil des rencontres.

27Le trajet parcouru correspond ainsi à un moyen d’articuler en un espace propre, les images et les bruits de la ville, aux représentations qu’ils ont suscitées. L’espace urbain entre en interaction avec l’espace psychique qui y est projeté et qui s’y réfléchit. L’idée n’est pas nouvelle car de tous temps pèlerinages et odyssées sont apparus comme des explorations intérieures. Ce qui par contre est tout à fait novateur ici, c’est que cette exploration, pour subjective et individuelle qu’elle soit, s’inscrit toujours dans une quête qui peut se définir comme exemplaire, celle d’un moi universel aux prises avec les affres de son temps.

28Si la trajectoire madrilène des personnages est aussi et peut-être surtout un parcours intérieur, ce voyage intérieur prend toujours en compte la dimension de l’Autre, il ne se conçoit que dans l’interaction avec les autres, il se définit comme une introspection riche des multiples interférences qu’autrui vient y semer.

  • 15 Je reprends ici les termes mêmes de la dédicace d’Itziar Pascual : A todos los que van y vienen, (...)

29C’est peut-être là que réside le paradoxe de ce voyage cyclique à travers cette cité linéaire, dans cette subjectivité universelle de tous ceux qui vont et viennent mais toujours s’en reviennent15. Les personnages d’Itziar Pascual possèdent une double dimension qui les inscrit à la fois dans la contingence propre à leur époque et dans une a-temporalité cyclique qui est celle du mythe. Leur voyage est celui de tous les hommes qui leur ressemble.

  • 16 Marcel Roncayolo, cité par La revue des sciences humaines, n° 70 intitulé « Au cœur de la ville » (...)

30« La ville est le lieu par excellence des interférences où l’individu satisfait ses désirs contradictoires de mobilité et d’enracinement »16 nous dit en outre Roncayolo. Dans Ciudad lineal, les personnages, surtout Ciudadana, sont toujours dans une valse-hésitation entre partir et revenir, partir loin de chez soi et trouver la liberté – dont l’autre nom est la solitude –, ou bien revenir, et avec l’accès à la conscience trouver enfin la vraie liberté. Ainsi à la séquence 12 dit-elle : « No quiero volver allí, no quiero volver a la boca… No sé », puis un peu plus loin, alors que nous sommes « quelques temps plus tard » :

  • 17 Itziar Pascual, op. cit., p. 75.

CIUDa : Hay quien te sigue esperando, allí, a lo lejos,
Habrá otros viajes, otros caminos, el mundo no se acaba,
El mundo es nuevo y hay que mirarlo a lo ojos.
Y cuando la conciencia llega, llega también la libertad.
Volver me hacía sentirme nueva, más libre, viva,
Estaba llorando de alegría, desprendida de mi orgullo.17

31À la fin de la pièce, la vieille valise usée est fermée et le sac à dos est vide.

Conclusion 

32Ciudad lineal est un texte peu conventionnel. Dans sa dramaturgie très particulière, discours poétique et discours dramatique sont étroitement imbriqués. La parole n’est pas au service d’un échange mais elle est expression dramatisée (et donc multiple) d’une voix poétique originale. Le mouvement à travers la ville construit des itinéraires qui à leur tour construisent les personnages comme autant d’entités emblématiques. Si le regard porté sur le monde est avant tout un regard intérieur, il est aussi regard démultiplié, décentré, universalisant.

33Itziar Pascual appartient en outre à une époque où les codes linguistiques ont depuis longtemps montré leur impuissance à épuiser le sens des choses qui de ce fait, n’apparaît jamais comme univoque. Ciudadano, qui parle de « La vieja trampa de las palabras, Tan vacías, tan miserables, tan educadas, » nous le rappelle d’ailleurs dès la première séquence.

34La jeune dramaturge est ainsi partie prenante d’une génération qui cherche à en découdre avec les certitudes idéologiques et les ambitions totalisantes des générations antérieures mais qui ne renonce pas pour autant à réfléchir sur la scène théâtrale les toujours complexes vérités de leur société contemporaine. Leur engagement s’inscrit désormais dans la sphère de l’intime, du quotidien, de l’histoire avec un petit h depuis l’esthétique minimaliste du fragment.

35Mais ce qui paraît le plus fécond et le plus novateur ici réside sans doute dans le parti pris de l’auteure, non pas de nous parler à travers ses pièces des mythes contemporains, mais de soumettre la contemporanéité à un processus de mythification. Peut-être est-ce dans cette perspective qu’il faut chercher le sens ultime à donner à cette cité linéaire, cité mythique par excellence, et pourtant bien réelle.

Haut de page

Notes

1 Itziar Pascual, Ciudad lineal, Madrid, Asociación de Autores de Teatro y Consejería de Cultura de la Comunidad de Madrid, 2000.

2 L’expression est empruntée à Michel Vinaver qui l’oppose à la pièce-machine plus caractéristique d’un théâtre de facture classique. Voir sa « Méthode d’approche du texte théâtral » publiée dans Écritures dramatiques, Paris, Actes Sud, 1993.

3 Françoise Choay, Article « Urbanisme. Théories et réalisations », de l’Encyclopaedia Universalis, vol. 23, p. 192.

4 Il semble que Ciudad lineal soit un quartier particulièrement actif du point de vue associatif ainsi que du point de vue du militantisme politique (de gauche essentiellement) si l’on en croit le nombre de sites Internet promouvant les activités qui s’y déploient.

5 Itziar Pascual, op. cit., p. 17.

6 Ibidem, p. 59.

7 Ibidem, pp. 23-24.

8 Luis Araujo, « Prólogo, Un viaje por Babia con Itziar Pascual » in Ciudad lineal, cit., p 10.

9 La pièce s’ouvre sur une scène vide. Et la didascalie précise : « A un lado, una mochila alpina, repleta de objetos. Al otro lado, una vieja maleta de cartón desvencijada. La luz, en un viaje de la oscuridad a la penumbra, reconoce primero la mochila, después la maleta. […] »

10 Itziar Pascual, op. cit., p. 59.

11 Ibidem, p. 62. L’expression espagnole « estar en Babia », généralement traduite par « être dans la lune » ou « être dans les nuages » semble venir d’une vieille croyance populaire. Lorsque le royaume de León s’étendait à peine jusqu’au sud de la cordillère cantabrique et que la frontière avec les pays musulmans était encore fragile, on dit que les rois venaient chasser du côté de Babia (bourgade de la région de León qui existe encore aujourd’hui) et qu’alors, pour mieux profiter de leur temps, ils ne recevaient aucun ambassadeur et ne donnaient aucune audience. Babia serait ainsi devenu synonyme d’espace propice au plaisir et à l’épanouissement.

12 Ibidem, p. 63.

13 Itziar Pascual, « Un esbozo de ideario dramático », in La Ratonera, revista asturiana de teatro, Gijón, enero de 2002.

14 Itziar Pascual, op. cit., p. 49.

15 Je reprends ici les termes mêmes de la dédicace d’Itziar Pascual : A todos los que van y vienen, pero siempre vuelven.

16 Marcel Roncayolo, cité par La revue des sciences humaines, n° 70 intitulé « Au cœur de la ville », mars 1997. 

17 Itziar Pascual, op. cit., p. 75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Egger, « Lieux et enjeux dans Ciudad lineal de Itziar Pascual », Cahiers d’études romanes, 8 | 2003, 119-119.

Référence électronique

Carole Egger, « Lieux et enjeux dans Ciudad lineal de Itziar Pascual », Cahiers d’études romanes [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3066 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3066

Haut de page

Auteur

Carole Egger

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org