Navigation – Plan du site
Les jeux du miroir

Voyages d’un ignorant à Paris. Giovanni Raiberti, médecin-poète lombard

Théa Picquet
p. 309-329

Résumés

Comme Érasme de Rotterdam fait l’éloge de la folie, Giovanni Raiberti, médecin-poète lombard, fait celui de l’ignorance. Son livre contient les curieuses aventures, les subtils conseils, les piquantes réflexions d’un ignorant qui se rend à Paris et qui à chaque occasion se félicite de son ignorance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions Mario Cerne de la Libreria Antiquaria Saba de Trieste d’avoir redécouvert cet ouvra (...)

1Giulio Ferroni inscrit l’ouvrage1 de Giovanni Raiberti dans la littérature du XIXe siècle en ces termes :

  • 2 Giulio FERRONI, Storia della letteratura italiana dall’Ottocento al Novecento, Firenze, Einaudi, 19 (...)

La narrativa degli anni 40 e 50 vede la crisi del romanzo storico e un’apertura alla realtà contemporanea... Una strada poco percorsa è quella dell’umorismo, che si ricollega al grande modello di Sterne e ha un esempio interessante, oltre che in molte opere di Nievo, ne Il viaggio d’un ignorante, ossia Ricetta per gli ipocondriaci...2

2Comme Érasme de Rotterdam fait l’éloge de la folie, Giovanni Raiberti fait celui de l’ignorance. Son livre contient les curieuses aventures, les subtils conseils, les piquantes réflexions d’un ignorant qui se rend à Paris et qui à chaque occasion se félicite de son ignorance.

3Après avoir présenté l’auteur et rappelé le contexte historique, notre étude montrera comment, à travers un ton humoristique, Raiberti fait part de son émerveillement devant les beautés et la modernité de la capitale française, mais qu’il réussit toujours à prouver la supériorité de son propre pays. Pour ce faire, nous envisagerons d’abord la préparation du voyage, puis le contact établi avec les Parisiens, ensuite les atouts de la métropole et enfin ce qu’une telle expérience apporté au voyageur.

4L’auteur, Giovanni Raiberti, né à Milan en 1805 et mort à Monza en 1861, est plus connu sous le nom de “médecin-poète”. En effet, il s’agit d’un médecin qui fut d’abord médecin-chef, puis directeur des hôpitaux de Monza et de Côme. Écrivain, il est l’auteur d’un ouvrage en dialecte, El pover Pill (1852), qui constitue l’éloge de son chien. Il est l’auteur également d’ouvrages humoristiques tels que : Prefazione alle mie opere future (1838), Il volgo e la medicina (1840), Il gatto (1846), éloge ironique de l’animal et fine étude de sa psychologie, L’arte del convitare (1850-1851) et de Viaggio d’un ignorante a Parigi (1857) qui nous intéresse particulièrement aujourd’hui.

  • 3 Giovanni RAIBERTI, op. cit., p. 12.
  • 4 Ibidem, p. 13.
  • 5 Ibidem, p. 14 : « Appena rientrato in me stesso, penso dolorosamente : Come si chiama il demonio ch (...)
  • 6 Ibidem, p. 120.

5Il se présente d’ailleurs lui-même au début de son livre, rappelle qu’il a déjà écrit en vers, en prose, en “humble dialecte” et en “langue illustre”, affirme qu’il a parlé des sciences, qu’il a parlé des frivolités et qu’il a mieux réussi dans les secondes3. Il déclare non sans humour que c’est un génie dans le domaine de l’ignorance et qu’il fait beaucoup de bruit avec un petit livre de rien du tout : « Con un libercolino smilzo, pettegolo, petulante, pungente, si leva più rumore e scandolo che coi libracci elaborati al lume della tisica lanterna »4. Il cherche enfin le démon qui l’incite à écrire, hésite entre Belzébuth, le chef des esprits malins, Astaroth ou Asmodée, le démon des plaisirs impurs5. Il explique enfin comment il procède pour rédiger son récit de voyage6 : il part en juillet 1855, trouve le titre de son ouvrage à la fin de la même année ; il commence à écrire au début de l’année suivante et imprime au fur et à mesure. Le but de son voyage est donc Paris en 1855, au moment de l’exposition universelle.

6« J’ouvre avec bonheur ce temple de la Paix, qui convie tous les peuples à la concorde », dit sans rire l’empereur Napoléon III, qui inaugure le palais de l’industrie, chef-d’œuvre de l’exposition universelle. En fait de paix, la guerre de Crimée s’éternise, des milliers de soldats meurent dans la boue pour une guerre que personne ne comprend. Mais la boue se trouve aussi à Paris, où depuis trois ans on laboure pour créer des avenues dignes de l’exposition, les Champs-Élysées, le Cours-la-Reine, en l’honneur de Victoria. Lorsque l’exposition est sur pied, Victoria est le premier souverain anglais depuis Richard Cœur de Lion à venir à Paris. La suivent toutes les têtes couronnées d’Europe et d’ailleurs, des grands ducs russes à l’émir Abd el-Kader, le monde entier enfin. Mais les Français font défaut. On baisse les tarifs d’entrée de 5 à 2 francs et même 20 centimes le dimanche ; on organise des “visites ouvrières”, on propose des “congés-expo”. En vain, et lorsque Paris pavoise dans les rues c’est parce que Sébastopol s’est enfin rendue et que les soldats vont pouvoir rentrer.

  • 7 Jacques BOUILLON, Françoise BRUNEL, Anne-Marie SOHN, 1848-1914, Paris, Bordas, 1978, p. 148.
  • 8 Pour plus de détails sur le contexte historique, voir : Pierre MIQUEL, Le Second Empire, Paris, Plo (...)

7Cependant, Napoléon III a des préoccupations sociales et croit au progrès ; il rêve d’un régime qui serait à la fois autoritaire et populaire. C’est pourtant lui qui décide. Les ministres ne forment pas de cabinet, ils ne sont que des exécutants. Dans chaque département, le préfet, choisi avec soin, est l’intermédiaire direct entre l’empereur et la population. Le suffrage universel est rétabli, mais il est corrigé par le système de la “candidature officielle” : dans chaque circonscription, le candidat désigné par le préfet bénéficie de l’appui total du pouvoir, peut seul apposer ses affiches et distribuer les bulletins de vote. La presse est muselée par les avertissements distribués pour des motifs futiles et qui peuvent entraîner la suspension, voire la suppression des journaux. Ainsi, recevant une information contrôlée, le pays s’habitue à suivre les directives gouvernementales7. D’ailleurs, Napoléon III compte sur l’expansion pour faire taire l’opposition, grâce à l’amélioration rapide des conditions matérielles des Français. En effet, l’empire doit être présenté comme le miracle quotidien qui rend le pain moins cher, le train accessible à tous, la nourriture et les vêtements bon marché. L’essor industriel et commercial est étonnant : il atteint presque 4 % de croissance par an de 1850 à 1855. Le bâtiment reçoit un coup de fouet, comme l’industrie lourde. L’agriculture connaît un progrès spectaculaire grâce au développement du chemin de fer : la production augmente de 40 % en six ans. Bref, le résultat est encourageant pour l’empereur8.

  • 9 Anne-Christine FAITROP-PORTA, Parigi vista dagli Italiani. 1850-1914, Torino, Centro Universitario (...)
  • 10 Giovanni RAIBERTI, op. cit., p. 13.
  • 11 Ibidem, pp. 13-14.
  • 12 Ibidem, p. 12.

8Pourquoi Giovanni Raiberti choisit-il Paris ? Il avoue lui-même que sur la capitale française, considérée comme le phare du monde9, tout a déjà été dit, que des mœurs de la plèbe, de la classe moyenne ou de la haute société, les romanciers contemporains ont parlé « à satiété »10, que les monuments parisiens sont reproduits dans tous les guides et dans toutes les revues, que les photographies permettent de voir les enseignes des épiciers et des coiffeurs depuis Milan11. On sait même tout du climat, du nombre de jours de pluie ou de soleil. Il rappelle à ce propos le ridicule de Lord Raglan qui a perdu son armée en Crimée, mais a laissé à la postérité des indications barométriques d’une grande précision. Il se rend pourtant à Paris, afin de se conforter et de se perfectionner dans l’ignorance, et s’il fait le récit de son voyage, c’est tout simplement parce ses amis le lui ont demandé12.

  • 13 Écrit en français et orthographié de la sorte, op. cit., p. 43.
  • 14 Ibidem.

9Que faire à Paris ? Selon notre médecin-poète, en quinze, vingt jours, le voyageur n’a le temps de rien. Il va donc se contenter du « just milieu »13, c’est-à-dire simplement de passer le temps, comme tous les hommes qui n’ont rien à faire : à manger, dormir, fumer, aller au café pour bavarder et regarder passer les gens, se promener en omnibus ou en brougham, lécher les vitrines, lire...14

  • 15 Ibidem, p. 15.

10Le départ se fait dans l’enthousiasme. Il part de Milan, de l’hôtel du Puits et emprunte l’impériale. Les derniers gestes de vérification : la valise est bien sur le véhicule ; le passeport est bien dans le portefeuilles, il s’assure que le pécule caché est toujours dans la sacoche. Les adieux à la famille, au vieux chien, aux amis ; la diligence s’ébranle, il salue des deux bras et laisse libre cours à la joie de partir : « allons ! vite ! che vado in Francia a parlare francese »15.

  • 16 Ibidem.
  • 17 Ibidem, p. 11.

11Giovanni analyse son état d’esprit. Il part pour un voyage court et sans but, ni industriel, ni humanitaire, ni politique et se compare d’un air amusé au général Wedel qui intéressa les chroniques européennes en 1855, en courant au moins douze fois à Berlin, à Paris et à Londres en mission diplomatique16. Comme lui, il serait alors couvert de louanges et serait traduit dans toutes les langues. Cependant, l’enthousiasme ne masque pas le jugement critique de Raiberti qui considère la France comme le pays de toutes les découvertes, mais ajoute que si Platon y avait déployé ses dons d’orateur il se serait retrouvé à Cayenne17.

12C’est encore Platon qu’il évoque lorsqu’il parle de sa propre ignorance, qui le rapproche du grand philosophe :

  • 18 Ibidem. En note, il tente de démontrer que cette sentence est de Platon et non de Socrate.

... più persuaderò me stesso della mia ignoranza infinita, più mi sentirò vicino al gran Platone, il quale in un lucido intervallo di buon senso (cosa possibile perfino nei filosofi) disse quelle famose parole : ’Hoc unum scio me nihil scire’. E fu allora che il mondo maravigliato lo proclamò divino.18

  • 19 Ibidem, p. 7.
  • 20 Ibidem, p. 11.
  • 21 Ibidem, p. 22
  • 22 Ibidem.

13En fait, Giovanni fait l’éloge de l’ignorance, en tant que « virginité de l’esprit »19. Il ajoute que son propre cerveau est comme une table rase et qu’un homme ignorant est un homme sans idée fausse, qui ne cultive donc aucune erreur20. Le médecin se démarque également de ses contemporains, qu’il considère comme « autant d’imbéciles, pleins d’argent, de santé et de temps libre » et qui ne se résolvent pas à entreprendre ce petit voyage pour voir tant de merveilles, préférant le même café, le même théâtre, la même petite femme...21. La seule nouveauté de leur existence sera apportée par leur voyage dans l’au-delà : « ... ma verrà quel giorno, che il solito medico di casa vi spingerà nel viaggio dell’altro mondo, e ciò sarà qualche cosa di radicalmente nuovo in tanta uniformità di esistenza ! »22.

  • 23 Ibidem, p. 10.
  • 24 Ibidem, p. 23.
  • 25 Ibidem.
  • 26 Ibidem, pp. 30-31.
  • 27 Ibidem, p. 32.
  • 28 Ibidem.
  • 29 Ibidem, p. 33.
  • 30 Ibidem, p. 37.

14Se pose pourtant le problème de la langue. Sur ce plan-là aussi, Giovanni prône l’ignorance. En effet, pourquoi apprendre une langue étrangère alors qu’on ne connaît jamais assez la sienne ? De toutes façons, les interprètes et les domestiques parlent pour vous et les gestes suffisent pour se faire comprendre ; les sourds-muets ne font-ils pas ainsi ?23 Il en va de même pour la langue française, qualifiée de « lingua frivola e beffarda di Rabelais e di Voltaire »24. D’ailleurs, les Français ne connaissent qu’une seule langue, la leur, et se croient en devoir de refuser celle des autres. Ils ont raison, déclare Raiberti, puisque « c’est la langue des sciences, des arts, des Cours, de la diplomatie, de la galanterie... »25. Quoi qu’il en soit, notre médecin-poète prouve qu’il est inutile de connaître la langue française à Paris. Ceci pour trois raisons : d’abord, parce qu’à Paris travaillent des milliers d’Italiens et partout on entend parler toscan, napolitain, lombard ou piémontais, ensuite parce qu’il vaut mieux se montrer étranger pour bénéficier d’un meilleur accueil, ajoute-t-il non sans une pointe d’ironie, enfin parce que tous les Italiens connaissent le français sans s’en rendre compte. Ne ressemble-t-il pas un peu au lombard ? De toutes façons, “vouloir c’est pouvoir” disent les Français, alors « Allez à Paris et parlez ! » recommande Raiberti26. Il donne par contre des conseils pour perfectionner la langue, par exemple, prononcer le “r” comme si l’on se gargarisait, ou alors comme le font certains nobles dont la souche serait antérieure à la découverte de la dite consonne27. En ce qui concerne les nasales, il se montre un peu plus évasif : « Le parole si finiscono, come ben sapete, ora in an ora in on, ora in oir, ora in air, ecc. Nella scelta delle terminazioni regolatevi un po’ col bisogno della varietà, e un po’ col buon senso applicato alla somiglianza fra le due lingue »28. Il conseille de ne tutoyer personne et de faire grand usage du “s’il vous plaît”, qui revient à ajouter du sucre dans du café, dit-il. Pas de problème si le vocabulaire vient à manquer ; comme le font les grands écrivains, il suffit d’inventer. La grammaire inquiète, aucune importance ; le toscan ne comporte-t-il pas bon nombre d’erreurs grammaticales, témoin en est Pétrarque lui-même29. Le voyageur italien éprouve-t-il des difficultés à comprendre le français ? L’explication coule de source : les Parisiens parlent trop vie, adoptent une accentuation capricieuse, coupent les mots, ne prononcent pas ce qui est écrit. De toutes façons, il est inutile de chercher à comprendre les Français de l’époque car ils ne savent ni ce qu’ils veulent, ni ce qu’ils croient, ni ce qu’ils disent30. Le ton de la plaisanterie disparaît ici au profit d’une critique plus acerbe.

15Cela dit, si la langue parlée peut poser quelques problèmes, la langue écrite semble ne pas en rencontrer.

16Faisant mine d’ignorer les lois sur la presse, Raiberti affirme haut et fort qu’à Paris on lit toujours et partout, qu’on y lit comme on respire, parce que toute la ville est écrite, déclare-t-il :

  • 31 Ibidem, pp. 43-44.

... a Parigi si legge sempre e dappertutto, anche senza volerlo, anche senza avvedersene : si legge come si respira, perché quella città è tutta scritta, di dentro e di fuori ; di sopra e di sotto, abbasso e in alto ; sulle carte, sui legni, sui marmi, sui muri ; a caratteri neri, bianchi, gialli, rossi, azzurri ; tondi, corsivi, romani, gotici, minuscoli, maiuscoli ; piani, depressi, sporgenti ; d’inchiostro, di calce, di vetro, di ferro, di latta, di rame, di bronzo, di argento, di oro...31

  • 32 Edmondo DE AMICIS, Ricordi di Parigi, Milano, Treves, 1908, p. 20.
  • 33 Giovanni RAIBERTI, op. cit., pp. 44-45.
  • 34 Ibidem, p. 45.
  • 35 Ibidem.

17De Amicis partagera d’ailleurs cette opinion quelques années plus tard, en 1878 : « Camminando un’ora, si legge senza volerlo un mezzo volume », écrit-il32. La merveille des merveilles, ajoute Giovanni, c’est qu’à Paris tout est écrit, des vitrines aux boutiques jusqu’aux charrettes33 et le mot qui revient le plus souvent est “spécialité”. À Paris, tous les hommes sont spéciaux, explique Giovanni, et ont réussi grâce à leurs études et à leurs sacrifices pour s’élever au-dessus des autres ; les exemples sont probants : l’art d’enlever les cors aux pieds, l’art de fabriquer les allumettes ou le cirage pour les bottes34. Il y a tant de lecture dans la capitale française que toute l’encyclopédie, toute l’œuvre de Voltaire ne fourniraient pas le papier nécessaire à cette écriture. Il conclut en affirmant que Paris est la véritable capitale du monde intelligent et invite ceux qui n’auraient pas suffisamment lu à entrer dans quelque cabinet de lecture, où pour quatre sous ils pourront passer toute la journée à lire toutes les revues qu’ils souhaitent, ou bien à dormir, comme lui l’a fait35.

18Le problème de communication étant résolu, Raiberti s’intéresse maintenant au peuple de Paris.

19Sa première impression est de se trouver devant une foule immense en promenade, à tel point qu’il évoque le danger d’être écrasé et pense même que les piétons courent le risque de « massacres horribles » :

  • 36 Ibidem, p. 50.

La folla era immensa : e qui colgo l’occasione per dire che è difficile il farsi una idea adeguata dei colpi d’occhio che dà la capitale quando tutti sono a passeggio, anche senza un motivo che li chiami piuttosto qua che colà ; perché allora poi c’è grave pericolo di schiacciamenti e massacri orribili, come avvenne alcune volte.36

  • 37 Pour la construction des grands boulevards parisiens, voir : Alfred FIERRO, Histoire de Paris, Pari (...)
  • 38 RAIBERTI, op. cit., p. 51.
  • 39 Ibidem : « uno spettacolo pauroso e tremendo ».
  • 40 Ibidem, p. 58.

20Le vocabulaire employé correspondrait davantage à la guerre de Crimée qu’à la description de la capitale française. Traverser les boulevards37 représente un danger identique. C’est d’ailleurs un véritable exploit : « una operazione seria, difficile, da cogliersi a istanti sfuggevolissimi : perché bisogna essere tutto occhi e tutto gambe… »38 En réalité, pour notre auteur, à Paris il y trop de monde et si le spectacle offert au touriste étranger est grandiose, il est souvent effrayant39. Le cauchemar qu’il raconte lui permet de mettre en évidence les inconvénients de la ville, tout en en vantant les merveilles par ailleurs : il rêve qu’il est poursuivi par un peuple furibond qui veut sa mort ; épuisé au milieu d’une lande déserte qu’il a parcourue en partie, il doit marcher encore autant de kilomètres ; installé dans un chariot, il lui est impossible de le quitter alors que des personnes ricanant le tirent par les pieds, comme l’on ferait pour un cochon40.

21De ses considérations sur la foule, il passe à celles sur les individus qu’il a rencontrés.

  • 41 Ibidem, p. 17.
  • 42 Ibidem, pp. 17-18 : « …E sapete cosa fosse il potage ? era una mezza dozzina di cucchiaiate di catt (...)

22Comme Charles Filarète l’a fait pour l’Italie, Raiberti se met à chercher des ours à Paris et n’en trouve que deux au Jardin des Plantes. Par contre, il est assailli et dépouillé par force loups voraces. Le premier exemple qu’il donne est celui du « loup d’eau », qu’il a rencontré sur le bateau à vapeur, où une légère collation lui revient à trois francs et demi, alors qu’il comptait payer moins de deux francs. Il en déduit les dangers de la navigation en France41. Le second est un « loup de chemin de fer » qui lui demande un franc pour un malheureux potage42. Giovanni s’inquiète pour sa survie en France.

  • 43 Ibidem, pp. 15-17.
  • 44 Ibidem, p. 24.
  • 45 Ibidem, pp. 25-26.
  • 46 Ibidem, pp. 26-29.
  • 47 Ibidem, p. 29.
  • 48 Ibidem, p. 34.

23Quant aux Parisiens, ils sont tous, aux dires de notre médecin-poète, ou professeurs ou chevaliers et conquièrent la célébrité en proférant des bêtises. Ainsi, Charles Filarète, dans son récit de voyage en Italie, douze ans auparavant, a déclaré que le pays était peuplé d’ours et la presse italienne lui a répondu en lui déclarant la guerre. Même Carlo Cattaneo a réagi et notre auteur s’est alors effacé devant son illustre contemporain43. Le portrait que Raiberti brosse des Parisiens est plus sévère qu’ironique. En effet, ajoute-t-il, le Parisien est un sublime ignorant qui ne sait rien, mais comprend tout44. Blasé mais rusé, il vit des étrangers comme d’un gibier45. Avec de la foi et de l’argent, à Paris tout est possible, même converser avec les esprits. À l’étranger le barbier promet pour quelques francs de le changer du tout au tout : de lui enlever sans douleur les cheveux blancs plus nombreux que les autres, de les noircir avec un onguent, les fortifier, les vivifier, d’empêcher les taches de la peau, d’atténuer les rides, de lui passer une pommade qui fait pousser les favoris… Bref, l’amour que le Parisien porte à l’étranger est tel qu’on se le dispute, qu’on se le vole. Cependant, jamais Raiberti ne parle de malhonnêteté ; il se contente de qualifier les habitants de la capitale de « coquins » et se dit persuadé qu’un âne à Paris vaut plus qu’un membre d’une académie italienne. Il prend pour exemple le charmant cocher qui, pour un pourboire conséquent, le conduit dans un tout autre hôtel que celui indiqué par le client. Mais, ajoute Giovanni, il convient de se laisser guider par le hasard car on n’en est que plus satisfait46. En somme, il faut absolument se montrer étranger. Pour ce faire, comme le voyageur ne peut pas exhiber à tout moment son passeport, il lui suffit de parler le français comme les Croates parlent l’italien après un mois de séjour en Lombardie47. Pour parfaire le tableau, Raiberti estime les Parisiens plutôt bien élévés, dans la mesure où ils ne se sont jamais moqués de lui ouvertement…48

  • 49 Ibidem, p. 61.
  • 50 Ibidem, pp. 61-62.
  • 51 Ibidem, pp. 62-63.

24Cela dit, Giovanni s’interroge sur les occupations des habitants de la capitale : « E di che si occupano ? Vanno affannosamente in cerca di alcuno o di vari dei loro sette peccati capitali. Sette peccati per bestioline così irragionevoli e minute ? »49 Parmi ces péchés capitaux, l’auteur met l’accent sur l’orgueil50, péché absurde pour les fourmis que sont les Parisiens, péché incongru quand l’on sait qu’à tout moment la divinité suprême peut nous écraser, et de citer les tremblements de terre, la famine, la guerre, le choléra. Il rappelle aussi que par sa profession, le médecin est en contact permanent avec les misères du monde. Des exemples précis illustrent son propos51 : celui du vieillard qui se traîne et qui était autrefois un magistrat très courtisé ; celui de Madame N. N. qui brillait dans les grands bals parisiens et qui est maintenant atteinte d’une affection dégradante ; celui de l’artiste célèbre qui, demain, sera affligé de la maladie la plus rebutante pour l’homme de génie, la folie.

  • 52 Ibidem, p. 74.

25Enfin, la conclusion qu’il donne exprime l’inverse de ce qu’il a démontré : « Viva la faccia dei Parigini che sono in ogni cosa il primo popolo del mondo… »52

  • 53 Pour les artisans et les commerçants de Paris, voir : Alfred FIERRO, op. cit., pp. 465-472.

26Quant aux catégories professionnelles53, outre les barbiers, deux autres ont attiré l’attention de Raiberti : les sergents de ville et les médecins.

  • 54 En français dans le texte. Ibidem, p . 80.

27Giovanni ne se permet pas d’affirmer que le système policier est omniprésent, mais il décrit dans les moindres détails l’uniforme des « sergents de ville », précise leur rôle, souligne leur courtoisie, mais s’émerveille surtout pour leur nombre : « … fra due minuti saranno là quindici, venti, trenta sergents de ville. Non saprei per quali segni corrispondano o si chiamino : il fatto è che quei Cappelloni sembrano sbucar di terra per virtù di negromanzia »54.

28Médecin lui-même, il s’intéresse davantage aux médecins parisiens, qu’il traite aussi bien de charlatans. Il en avait déjà rencontrés à l’Ospedale Maggiore de Milan, lorsqu’il était de garde vingt-quatre heures durant, et s’étonne qu’ils ne parlent ni italien ni latin et ne sachent s’exprimer que dans leur propre langue :

  • 55 Ibidem, pp. 24-25.

Allorché capitava a visitare lo stabilimento qualche famigerato medico o celebre ciarlatano di Parigi…, non c’era mai verso di spremergli una parola in italiano o in latino : e per intenderci alla meglio o alla peggio, bisognava proprio che ci adattassimo a spropositare in francese.55

  • 56 Pour la situation des Universités parisiennes de l’époque, voir : Alfred FIERRO, op. cit., pp. 404- (...)
  • 57 RAIBERTI, op. cit., pp. 35-36.
  • 58 RAIBERTI, op. cit., p. 97.

29À Paris56, les médecins suivent la mode, remarque le docteur Raiberti. Ils ne prescrivent maintenant que des médicaments de couleur blanche, à tel point que ceux de couleur noire deviennent introuvables. Le pharmacien consulté l’affirme sans détours : « … è passato il tempo delle medicine nere : ora non si adoperano che le bianche »57Ils sont d’ailleurs bien plus chers qu’en Italie : cinq francs au lieu de trente sous. Giovanni entend bien ne conseiller plus que des médicaments blancs, augmenter ses honoraires, en prenant exemple sur le grand professeur Germier, chevalier et baron, surtout baron, précise le narrateur. Il dénonce pourtant la quantité de médicaments que les célèbres médecins parisiens prescrivent et les sommes d’argent qu’ils extorquent à des patients que leurs confrères italiens auraient laissés en l’état 58.

  • 59 Voir le portrait de “la parisienne” brossé par Alfredo NICEFORO, Parigi, una città rinnovata, dans (...)

30Bref, Giovanni Raiberti porte un regard ironique sur ses éminents collègues parisiens. Mais Paris ce sont aussi les “petites femmes”, célèbres pour éveiller les fantasmes du monde entier59.

  • 60 RAIBERTI, op. cit., p. 92 : « …ora ritorno snello e ringiovanito tanto, che voglio parlare di belle (...)
  • 61 Ibidem, pp. 94-95.
  • 62 Ibidem, p. 95.
  • 63 Ibidem.

31Notre écrivain commence par une mise en condition, la sienne d’abord, puis celle du lecteur. Après de longues marches dans les rues, il se sent aminci et rajeuni, donc tout disposé à parler des belles femmes de la capitale. Il ajoute qu’ainsi il empêchera de bailler le lecteur endormi par les descriptions précédentes60. L’idée que l’écrivain s’est faite d’elles lui provient de ses lectures : les Parisiennes sont les femmes les plus laides d’Europe. Elles sont réputées pour leur esprit, pour leur grâce, leur élégance, le charme de leurs manières, mais tout cela n’est qu’artifice pour masquer l’absence de leurs dons naturels. En traversant les Alpes, il s’impatiente de voir enfin ces « smorfiose scimmiette » et, pour conforter son point de vue, va jusqu’à citer Niccolò Tommaseo, écrivain célèbre et grand patriote. Mais il donne aussi son propre témoignage : à Paris, les femmes sont esclaves de la mode, qui règle toute la ville, comme le soleil le fait avec les saisons : « … nessuna osa mettersi un cappellino o una mantiglia o un nastro senza l’ordine del figurino di Parigi, che regola il gusto e le mode dell’Orbe, come il sole ne regola le stagioni »61 . Il les dévisage comme il ferait pour des animaux et établit leur type “caucasien”, précise que la souche est la même pour les Italiens, mais que pour ces derniers les races secondaires ont introduit de nombreux mélanges et font des Italiens les plus belles personnes de la terre. Et le vocabulaire de la botanique exprime encore mieux l’idée : « Beati noi, écrit Giovanni, che a forza di ripetuti innesti diventammo i più belli e ricercati fiori della Terra ! »62 Il s’applique ensuite à essayer de comparer les femmes françaises et les femmes italiennes ; entreprise difficile, mais en considérant des prototypes il réussit à opposer les traits réguliers des Italiennes aux physionomies capricieuses et piquantes des Françaises et conclut que chez les secondes triomphe la grâce et chez les premières la beauté63.

  • 64 Pour les cafés parisiens, voir : Anne-Christine FAITROP-PORTA, op. cit., p. 29 : « Ma più che ai ba (...)

32Quoi qu’il en soit, à Paris, il y profusion de femmes, de toutes les classes sociales, de tous les âges, en tout lieu : en promenade, dans la foule, dans les bals populaires, au café64, au théâtre, au restaurant, dans les carrosses. Et Giovanni est sensible aux aristocrates comme aux femmes du peuple.

  • 65 RAIBERTI, op. cit., p. 96.
  • 66 Ibidem, p. 98.
  • 67 Pour la mode à Paris, voir : Alfred FIERRO, op. cit., pp. 999-1000.
  • 68 RAIBERTI, op. cit., p. 98 ; écrit ainsi dans le texte.
  • 69 Ibidem, p. 96.

33Se promenant à l’exposition universelle, il est touché par l’attitude mélancolique d’une belle dame installée dans une voiture tirée par un domestique65. Suivant sa conscience professionnelle, il cherche un remède pour la guérir de son mal, lorsqu’il s’aperçoit qu’une véritable épidémie sévit sur la capitale parisienne : « Capperi… qui si tratta di epidemia bella e buona : sì, certo : è paralisi epidemica del bel sesso, anzi del bellissimo sesso »66. Mais au bout d’un moment, il reste pétrifié par son erreur de diagnostic et comprend qu’il s’agit d’affectation, de mode67 bon-ton68. L’épisode, raconté avec humour, s’intitule d’ailleurs « Les comtesses paralytiques ». Ces aristocrates sont tellement habituées à se déplacer en carrosse qu’elles ne savent marcher que sur les tapis moelleux des salons, si bien qu’elles arborent une démarche caractéristique : « un andare un po’ rotto, stanco, molto appoggiato al braccio del cavaliere... »69. De cette démarche de reine, de déesse, les Italiennes ne connaissent pas le charme, et Giovanni d’insister : « Quel moversi composto, lento, molle, alquanto ondulato… », jusqu’à la chute : « col passo un po’ da piccione. » Voilà donc les élégantes Parisiennes ramenées au rang des volatiles !

  • 70 Pour les bals publics, voir : Alfred FIERRO, op. cit., pp. 700-701.
  • 71 RAIBERTI, op. cit., p. 98.
  • 72 Ibidem.
  • 73 En français dans le texte.
  • 74 RAIBERTI, op. cit., p . 99.
  • 75 Ibidem. Voir aussi : FAITROP-PORTA, op. cit., p. 35 : « A Parigi, convengono i viaggiatori, è la do (...)

34Aussi le voyageur loue-t-il la simplicité des femmes du peuple, leur absence de “paralysie” ; il cite avec précision les endroits où il les a rencontrées : au bal du Jardin d’hiver, au bal Mabille70 ; il met l’accent sur leur tenue vestimentaire, s’étonne qu’elles gardent même pour danser le châle et le petit chapeau, se félicite que ce soit l’été, autrement, elles se sentiraient obligées de danser avec le manchon71. Mais c’est surtout leur façon d’évoluer qui attire Giovanni : « E si avvincolavano e si divincolavano e scivolavano e guizzavano e saettavano come serpenti tenagliati nella coda »72. Demande-t-il leur nom à un connaisseur73 ? On lui répond : une grisette, une soubrette, une coquette, une lorette74. Leurs petits visages charmants, piquants, traîtres vous feraient perdre la tête75, mais comme elles sont nombreuses elles vous laissent le temps de la réflexion.

35Cependant, pour clore ce chapitre sur la beauté des Parisiennes, Giovanni affirme que les Lombards constituent « la plus fine race du monde » et avoue que la plus belle femme qu’il a rencontrée à Paris est en fait une Milanaise, dont il donne les initiales, invitant ses chers lecteurs à résoudre l’énigme de son identité.

36Mais Paris, ce sont aussi les merveilles de son architecture.

  • 76 Ibidem, p. 52.

37Bien sûr, Paris est la ville où il pleut souvent et, en un quart d’heure de pluie, elle redevient Lutèce, la ville de la boue76. Vous risquez alors de tomber à tout moment, vous abîmez vos vêtements, vous collez jusqu’aux os. Ce n’est pas grave ; tout cela va disparaître grâce au macadam, précise notre auteur. Et quand le soleil brille Paris est une ville belle et gaie… mais le soleil brille partout, même en Lombardie, ajoute-t-il. La nuit, c’est la ville la plus éclairée du monde. Elle présente un spectacle féerique. Cet adjectif est intraduisible, note Giovanni, car il a été inventé par les Parisiens uniquement pour Paris.

  • 77 Sur le triomphe du Grand Magasin sous le Second Empire, voir : Alfred FIERRO, op. cit., p. 911.
  • 78 RAIBERTI, op. cit., p. 22.
  • 79 Ibidem, p. 28.
  • 80 Ibidem, p. 29.
  • 81 Ibidem, p. 34. Voir aussi : FAITROP-PORTA, op. cit., p. 26 : « Numerosi sono i viaggiatori che evoc (...)

38Il est stupéfait par les Boulevards, la Rue de Rivoli, la Place de la Concorde, les Champs Élysées, les arcades du Palais Royal, s’extasie devant les magasins « magnifiques »77, les monuments « grandioses »78. Pour lui, Paris est un immense labyrinthe79, et la Rue Vivienne est l’une des artères les plus riches, une véritable exposition de l’art et de l’industrie80. Une place particulière est réservée au Bois de Boulogne81, « délicieuse promenade champêtre », avec de « nombreux recoins », où l’on entrevoit « des ombres hospitalières », où l’on peut traiter d’affaires d’amour et d’honneur, de vie ou de mort, explique-t-il.

39Devant tant de merveilles, que visiter lors d’un premier voyage ?

  • 82 RAIBERTI, op. cit., p. 38.
  • 83 Ibidem, p. 41. Voir aussi : FAITROP-PORTA, op. cit., p. 17 : « Compiuta la visita d’obbligo ai muse (...)
  • 84 RAIBERTI, op. cit., p. 42.

40Il est impossible de tout voir, à moins de courir comme un fou, déclare-t-il. En tout cas, pas les bibliothèques qui lui semblent de « vastes nécropoles »82. De toutes façons, cela dépend du goût de chacun : lui a visité l’Hôtel-Dieu et l’hôpital de la Charité83, les musées anatomiques et pathologique, a même assisté à un Conseil à la Faculté de Médecine. Mais, s’il avait été peintre, il aurait préféré les galeries et les ateliers de Vernet, Delaroche, Ingres… ; s’il avait été ingénieur, les cabinets des machines et les chefs-d’œuvre de l’architecture. Les antiquaires auraient choisi l’Hôtel de Cluny, alors que les « bibliomanes » auraient ignoré ses conseils et seraient allés réveiller les employés et les souris84.

41Cela dit, le lecteur ne doit pas s’attendre à une description de Paris. Pour cela il y a profusion de guides :

  • 85 Ibidem.

Per altro, io spero che non pretendiate da me la descrizione di quanto ho veduto. Questo è ufficio delle Guide e di siffatti libri che descrivono e commentano tutta Parigi, ve n’ha finché ne volete...85 

42Pourtant, Raiberti consacre quelques lignes à l’Arc de Triomphe du Carrousel, mais uniquement pour en dénigrer la grandeur :

  • 86 Ibidem, p. 61. “Carousel” écrit ainsi.

… voi altri stilisti e puristi dalle frasche corintie andate laggiù ad ammirare l’Arco del Carousel ; il quale, per la gran piazza fattagli intorno da recenti e vastissimi atterramenti, è diventato di effetto così meschino che si tratta sul serio di portarlo via.86

  • 87 Ibidem, p. 61. Voir aussi : FAITROP-PORTA, op. cit., p. 14 : « Davanti a questa sterminata ampiezza (...)

43Quant à l’Arc de Triomphe de l’Étoile, il le compare à l’Arc du Simplon, devenu l’Arc de la Paix, mais tient à y monter pour voir la ville d’en haut87. Le spectacle est splendide : une mer de toits, de coupoles, de tours. La poésie pourtant s’efface lorsque la Seine est vue comme une anguille coupée en morceaux et les hommes et les femmes comme autant de fourmis :

  • 88 FAITROP-PORTA, op. cit., pp. 17-18 : « Mentre la Senna evoca per Raiberti un’anguilla troncata dai (...)

La Senna coi tanti suoi ponti pare un’anguilla azzurra distesa e trinciata a pezzi. Per quelle contrade o piazze lontane che trovasi in direzione del raggio visivo si scorgono moversi lentamente piccolissime cose : sono uomini e donne che sembrano formiche.88

  • 89 RAIBERTI, op. cit., p. 60.

44En fait, Giovanni a été frappé par deux monuments : le Louvre et l’Arc de Triomphe, qui pour lui représentent deux grandes périodes de l’Histoire de France, celle de Louis XIV et celle Napoléon. Tout en faisant mine d’admirer l’Arc de Triomphe, Giovanni insiste sur la lourdeur de la construction, le qualifie de « enorme e stragrande », de « immane colosso »89, Mais il devient polémique lorsqu’il évoque le symbole qu’il représente :

  • 90 Ibidem, pp. 60-61.

É la Francia che in cospetto all’Orbe innalza a se stessa un inno di gloria pei trionfi prodigiosi della Repubblica e dell’Impero : è la Francia che, seminando in bronzo su questi lacerti marmorei i nomi di cento Generali, paga con una montagna d’orgoglio fiumi di sangue, e così preleva un credito illimitato a versarne Dio sa quant’altro ancora.90

  • 91 Ibidem, p. 63.
  • 92 Ibidem, p. 67.
  • 93 Ibidem, pp. 68-69.
  • 94 Ibidem, pp. 74-75.
  • 95 Ibidem, p. 79.
  • 96 Le titre du tableau n’est pas indiqué, mais l’on peut penser au Repas chez Simon le Pharisien.
  • 97 Sauf Rembrandt, RAIBERTI, op. cit., p. 75.
  • 98 FAITROP-PORTA, op. cit., p. 15 : « Il medesimo slancio patriottico, più meritorio nel 1855, allorch (...)
  • 99 RAIBERTI, op. cit., p. 80.
  • 100 Ibidem, p. 87.
  • 101 Ibidem, pp. 86-87.

45Plus loin, il se montre encore plus critique : « il mausoleo più superbo eretto alle superbie più titaniche e fallite del secolo nostro »91. Quant au Louvre, Giovanni se fait dithyrambique : « ... tutto colà spira l’aura dei Gigli d’oro, e quel palazzo richiama al pensiero l’epoca in cui la Francia produsse la più famosa e ricca pleiade di artisti e di geni in ogni materia »92, à tel point qu’il éveille la méfiance du lecteur, méfiance justifiée puisqu’il poursuit en signalant que les esprits “intelligents” trouvent de nombreux défauts à son architecture, puis défie quiconque d’en estimer le coût même approximatif. Il se lance ensuite dans un parallèle avec les musées du Vatican, mais très vite il manifeste sa lassitude, compare la peinture au raisin et un musée aux vendanges pour expliquer son malaise devant une telle profusion, si bien qu’il préfère regarder passer les belles dames, plutôt que « i brutti musi appesi al muro »93. Il ajoute que, si le Vatican a eu raison de sa patience, le Louvre l’a fait dormir, et s’exclame qu’il n’y a pas de meilleur endroit pour faire la sieste ; la description des fauteuils, canapés ou divans prend autant d’importance que celle des tableaux : « ... Contiene un indiscretissimo numero di quadri, sì : ma abbonda anche di poltrone, canapè e divani... Non vi manca che la veste da camera e le pantofole »94. Bref, Raiberti s’endort dans le fameux “salon carré”, où, dit-il, il y a des millions de francs traduits en Raphaël, Léonard, Corrège, Murillo..., se fait réveiller par un gardien qu’il prend pour un sergent de ville et se justifie ainsi : « ... j’étais en extase devant ces chefs-d’œuvre, et aussi devant ces hors-d’œuvre »95, faisant allusion au célèbre tableau de Véronèse96. Entre une sieste et un bâillement, il se réjouit pourtant de « faire les plus importantes connaissances du monde ». Suit une liste de peintres renommés, tous italiens97. Ce que Anne-Christine Faitrop-Porta interprète comme un élan patriotique méritoire98. Quoi qu’il en soit, pour Giovanni, le plus grand peintre est sans aucun doute Raphaël, mais celui qui veut se faire une idée juste de ce génie doit voir les fresques du Vatican99. Paris est aussi la ville des statues, dont notre voyageur établit la longue liste, alors qu’il se félicite qu’elles restent à leur place, car les statues équestres de Louis XIV formeraient à elles seules un escadron de cavalerie royale en bronze100. Il conclut en reconnaissant que la seule statue qu’il ait admirée au Louvre est un bœuf, le bœuf à huit pattes de Ninive101.

46Ce bœuf le renvoie à la statue qui a le plus touché son imagination, un diable de Notre-Dame, alors qu’il n’a rien à dire sur la cathédrale elle-même :

  • 102 Ibidem, p. 87. Les termes en cursif sont en français dans le texte et orthographiés de la sorte. L’ (...)

Per dirvi due parole di volo su quel tempio intorno al quale Vittor Hugo ne spese tante, Nôtre Dame rassomiglia un poco al leone, solito a presentare un corpo esile e smilzo relativamente alla grossa e giubbosa testa. L’insieme dell’edificio non ha nulla di straordinario : ma in proporzione alla sua grande fama, è alquanto meschinetto...102

  • 103 Ibidem, p. 88.

47La plus belle, selon lui, est la cathédrale de Strasbourg, qui dépasse même le Dôme de Milan103.

  • 104 Ibidem, p. 92 : « Oh, finalmente respiro ! esco fuori da questo ginepraio delle belle arti, non so (...)

48Paris est une ville d’art malgré tout pour notre médecin-poète, mais il y a une telle profusion d’œuvres qu’il n’a qu’une hâte, celle de se sortir de ce guêpier104.

49Cela dit, le but du voyage de Raiberti était l’exposition universelle de 1855. Mais, seules quelques pages lui sont consacrées, à la fin du récit.

50Il annonce qu’il a failli l’oublier et qu’il sera peu prolixe, car tout a déjà été dit par d’autres et que, de toutes façons, il a tout vu mais n’a rien compris :

  • 105 Ibidem, p. 107.

Ma veniamo, prima che ritorni a dimenticarmene, all’Esposizione Universale d’Industria. Bisogna che ne parli per gratitudine, essendo stata il movente o il pretesto del mio viaggio : altrimenti, ne farei senza volentieri ; perché non so nemmen’io come intrattenervene...105

  • 106 Ibidem, pp. 109-110.

51Il donne pourtant son opinion sur les locaux construits106 à cet effet et s’étonne qu’un seul pavillon soit en dur. Il le compare par son immensité au Dôme de Milan, parle de nefs, alors qu’un autre lui rappelle le Panthéon de Rome et que l’Annexe lui fait penser à la gare de la capitale lombarde. Il précise également que le pavillon des Beaux-Arts est isolé quand les trois autres communiquent entre eux ; ils sont destinés aux sciences et techniques : « destinati a tutto quanto passa o si fa passare sotto ai nomi d’industria, di manufatture, di scienze fisiche... »

52Il se pose la question de la définition d’une exposition universelle :

  • 107 Ibidem, p. 112.

Che cos’è il programma d’una grande Esposizione ? è l’invito che una nazione dà alle altre tutte, perché in epoca fissata, allo scopo di studio comparativo, di utile emulazione di incremento di commercio, avvicinino quanto di bello, di buono e di giovevole tengono dalla natura o dall’arte.107

  • 108 Ibidem.

53La chute encore une fois est humoristique et brutale : « Dunque, dal grande al piccolo, il caso rassomiglia a quello d’una Osteria nuova fuori di città, della quale si annunzia la solenne apertura per una determinata sagra »108.

  • 109 Ibidem, p. 18, pour le mauvais potage ; p. 21 pour un sorbet qui « nel suo gelo scotta ».
  • 110 Ibidem, p. 108 : « Dovete sapere che i commestibili vi avevano largo posto... Come anche vi erano q (...)
  • 111 Ibidem.

54Il s’interroge sur le nombre de commissions nommées pour juger les produits exposés, cite ces derniers, et lui, qui a si mal mangé109 en France, s’étonne de la place accordée à la gastronomie110. Il faut dire que les mets exquis proviennent d’Amérique ou d’Algérie. Quant aux vins, il réserve son jugement dans la mesure où aucune dégustation n’est prévue. Bref, il se tient à distance pour ne pas céder à la tentation : « Io stava là in tenera contemplazione, e mangiavo cogli occhi, e mi tenevo a una rispettosa distanza per la gran paura di fare uno sproposito e cascar loro addosso »111. Ce qui lui fait penser qu’il a vu plus de bonnes choses que de belles choses.

  • 112 Ibidem, p. 111.
  • 113 Ibidem, p. 112.

55Les belles choses étaient pourtant bien présentes : des soies, des brocards, des crêpes de Chine, des cachemires, des perles, des pierres précieuses, des porcelaines de Sèvres, des Gobelins... mais pour les voir, il fallait faire une longue queue et accéder à une plate-forme haut placée. La comparaison ici aussi prête à sourire : Giovanni affirme que la situation est identique à celle du fidèle venu honorer les reliques de Saint Charles Borromée, dans les sous-sols du Duomo de Milan112. Il s’intéresse tout particulièrement au Régent, un diamant estimé à trois millions de francs, adoré par la foule des curieux, et dont il met en évidence l’inutilité113.

  • 114 Ibidem, p. 113.

56Rien n’est dit des sciences, si ce n’est de la mécanique qu’il ne comprend pas mais qu’il qualifie de grande poésie utilitaire, destinée à balayer toutes les autres114.

  • 115 Ibidem.
  • 116 Ibidem, p. 114.

57S’il compare cette exposition à la précédente, celle de 1851 à Londres, Raiberti trouve la française plus importante, mais observe un chaos digne de la tour de Babel115, rappelle que ses amis lui avaient conseillé d’attendre le mois d’août, mais se félicite d’être arrivé début juillet pour assister aux préparatifs et compare l’exposition à l’Enfer de Dante et lui-même à un ver de terre116.

58Ce qui le révolte cependant, c’est le peu de place accordée à l’Italie.

59Le nom “Italie” n’est même pas évoqué, souligne Raiberti en sous-entendant à peine la situation politique de la péninsule :

  • 117 Ibidem, pp. 114-115.

L’Italia ? se ho da confessarvi il vero, questa parola non l’ho nemmeno veduta. Ciò non prova assolutamente che la non ci fosse : ma insomma non m’è occorso di vederla, e sì che guardai dappertutto. Del resto, è certo che non può aver molto brillato, e la cosa è naturale. Il Regno delle due Sicilie non mandò nulla affatto all’Esposizione ; il Regno... del Triregno non mandò che pochissimo ; una grossa porzione di questa così detta Italia era aggregata alle rubriche dell’Austria : cosicchè d’italiano non mi ricordo di aver veduto che le parole Piemonte e Toscana...117

  • 118 Ibidem, pp. 115-116.

60Voilà donc l’image de l’Italie à Paris, quelques années seulement avant l’Unité ! Selon Giovanni, les Italiens en portent une certaine responsabilité, dans la mesure où ils n’ont pas pris conscience qu’il s’agissait là de l’honneur national et n’ont pas voulu se détacher de leurs œuvres d’art pour quelques mois, mais les organisateurs de l’exposition ont peut-être fait preuve de malveillance en plaçant très mal les objets d’art italiens : trop haut et perdu au milieu de tableaux sans valeur pour l’autoportrait de Francesco Hayez ; à une hauteur de trois étages pour la Congiura de’ Pazzi d’Arienti ; dans un recoin pour le Spartacus de Vela, le Socrate de Magni et l’ Achille de Fraccaroli. Ce qui n’a pas empêché à ces trois marbres d’obtenir une médaille d’or méritée118.

61De plus, Raiberti met en évidence la campagne de dénigrement menée contre son pays par la presse française.

  • 119 Alfred FIERRO, op. cit., p. 188.
  • 120 Philippe SEGUIN, op. cit., p. 252.

62Il convient de rappeler cependant que quelques mois auparavant, le 28 avril 1855, l’Italien Pianori tire deux coups de pistolet sur l’empereur, mais le manque. L’attentat d’Orsini du 14 janvier 1858 est plus sérieux et fait cent cinquante-six morts et blessés, mais épargne l’impériale cible119. La motivation des terroristes est simple : tuer l’empereur pour favoriser le rétablissement de la République, qui ne manquerait pas, elle, d’intervenir en Italie120. Peu de temps après, le 21 juillet, l’entrevue de Plombières entre Napoléon III et Cavour fixe les conditions de soutien de la France au royaume de Sardaigne dans sa lutte pour l’unité italienne contre l’Autriche.

  • 121 RAIBERTI, op. cit., p. 116.
  • 122 Ibidem.
  • 123 Ibidem, pp. 116-117.
  • 124 La Comtesse d’Albany fut sa compagne sa vie durant.

63Cela dit, Raiberti se fonde sur un exemple précis, celui de Gustave Planche dans La Revue des Deux Mondes, qui pleure sur l’horrible décadence de l’art italien et qui affirme que Francesco Hayez et Andrea Appiani doivent leur réputation “de cour” aux fresques peintes dans le palais de Milan121. Les philosophes de la musique, continue Giovanni, s’emploient à démontrer la médiocrité du “maestro” Verdi qui triomphe alors avec ses Vêpres Siciliennes, parce qu’il a le tort de faire siffler ses refrains au monde entier et menace ainsi le monopole des théâtres européens. Adelaïde Ristori, par contre, suscite l’enthousiasme, mais elle aurait été faite par les Français et non par les « ilotes de là-bas »122 Charles Filarète123 d’ailleurs qualifie les hommes célèbres du XVIIIe siècle italien de « pauvres médiocrités », parce que l’Italie est immorale et qu’il ne peut y avoir de génie sans moralité. Il dénonce entre autres Alfieri qui vivait en concubinage124. Raiberti en déduit non sans malice que les plus petits écrivains français sont des génies par le simple fait qu’ils résident à Paris, « ville de la bienséance la plus rigide et la plus scrupuleuse ».

  • 125 RAIBERTI, op. cit., p. 117.

64Et notre médecin de conclure que chaque fois qu’elle le peut la presse parisienne « daigne envier, insulter, vilipender » les Italiens, comme si l’Italie existait vraiment, comme si elle était autre chose qu’une simple “expression géographique”. Il traite les journalistes parisiens de fous, de Don Quichotte qui s’acharnent contre des moulins à vent125.

  • 126 Ibidem, p. 100.
  • 127 Ibidem, p. 123.
  • 128 Ibidem, p. 128.

65En somme, quelle idée de la capitale française s’est faite notre voyageur “ignorant”, médecin fort cultivé en réalité ? Est-ce seulement l’antichambre de Londres126 ? Est-ce un but de voyage incontournable ? Tous ses amis lui disaient d’y aller, de ne pas manquer surtout l’exposition universelle. Et Giovanni Raiberti, malgré le tableau critique qu’il a brossé de Paris, malgré la supériorité qu’il reconnaît à son propre pays, invite le lecteur à « courir à Paris » qui fera d’eux d’autres hommes127 et finit par cette exclamation : « Oh, viva sempre Parigi ! »128

  • 129 Ibidem, p. 123.

66Le Viaggio d’un ignorante a Parigi est en fait l’éloge du voyage en général, du voyage qui transforme l’homme : le monde est bien plus grand qu’on ne le croit et la meilleure façon de sentir sa propre existence est de le parcourir, d’autant plus qu’on ne vit qu’une fois et peu de temps, ajoute Giovanni129. Et nous donnons le mot de la fin à Hervé Hanon qui écrit :

  • 130 Hervé HANON, « Lettre ouverte à ceux qui n’aiment pas voyager », dans Le Monde de l’Éducation de la (...)

Partir, ce qui s’appelle partir, ce n’est pas seulement s’en aller, s’éloigner. Ce n’est pas seulement mettre de la distance entre un point et un autre. Partir, c’est s’apercevoir qu’on ne connaît pas, qu’on ne possède pas ce que l’on perd des yeux. Que la familiarité des jours est étourdissante, et vous bâtit un décor que vous finiriez, en ne partant jamais, par prendre pour de l’éternité, pour de l’inusable.
Partir, c’est se préparer à revenir différent, à découvrir et admettre que votre monde n’est pas ce que vous pensiez. Admettre et vérifier que le centre du monde n’existe pas, et que s’il existait, ce ne serait pas vous, ni plus ni moins qu’un autre.130

Haut de page

Notes

1 Nous remercions Mario Cerne de la Libreria Antiquaria Saba de Trieste d’avoir redécouvert cet ouvrage pratiquement introuvable : Giovanni RAIBERTI, Viaggio d’un ignorante a Parigi, Roma, Perino, 1885.

2 Giulio FERRONI, Storia della letteratura italiana dall’Ottocento al Novecento, Firenze, Einaudi, 1997, p. 290.

3 Giovanni RAIBERTI, op. cit., p. 12.

4 Ibidem, p. 13.

5 Ibidem, p. 14 : « Appena rientrato in me stesso, penso dolorosamente : Come si chiama il demonio che mi trascina a scrivere un altro librattolo, dopo tanti pentimenti e proponimenti di non ritornarci più ? è Asmodeo ? è Belzebù ? è Astarotte ? Capisco proprio che quando uno comincia a ingolfarsi nel peccato di stampa, diventa una specie di uomo pubblico... e una volta avviato nel mal costume, è un gran miracolo se si ravvede efficacemente ».

6 Ibidem, p. 120.

7 Jacques BOUILLON, Françoise BRUNEL, Anne-Marie SOHN, 1848-1914, Paris, Bordas, 1978, p. 148.

8 Pour plus de détails sur le contexte historique, voir : Pierre MIQUEL, Le Second Empire, Paris, Plon, 1992, 558 p. et Philippe SEGUIN, Louis Napoléon le Grand, Paris, Grasset, 1990, 451 p.

9 Anne-Christine FAITROP-PORTA, Parigi vista dagli Italiani. 1850-1914, Torino, Centro Universitario di Ricerche sul “Viaggio in Italia”, 1995, p. 14.

10 Giovanni RAIBERTI, op. cit., p. 13.

11 Ibidem, pp. 13-14.

12 Ibidem, p. 12.

13 Écrit en français et orthographié de la sorte, op. cit., p. 43.

14 Ibidem.

15 Ibidem, p. 15.

16 Ibidem.

17 Ibidem, p. 11.

18 Ibidem. En note, il tente de démontrer que cette sentence est de Platon et non de Socrate.

19 Ibidem, p. 7.

20 Ibidem, p. 11.

21 Ibidem, p. 22

22 Ibidem.

23 Ibidem, p. 10.

24 Ibidem, p. 23.

25 Ibidem.

26 Ibidem, pp. 30-31.

27 Ibidem, p. 32.

28 Ibidem.

29 Ibidem, p. 33.

30 Ibidem, p. 37.

31 Ibidem, pp. 43-44.

32 Edmondo DE AMICIS, Ricordi di Parigi, Milano, Treves, 1908, p. 20.

33 Giovanni RAIBERTI, op. cit., pp. 44-45.

34 Ibidem, p. 45.

35 Ibidem.

36 Ibidem, p. 50.

37 Pour la construction des grands boulevards parisiens, voir : Alfred FIERRO, Histoire de Paris, Paris, Laffont, 1996, pp. 523-530. Voir aussi : Jean des CARS, Haussmann. La gloire du Second Empire, Paris, Perrin, 1978, 361 p.

38 RAIBERTI, op. cit., p. 51.

39 Ibidem : « uno spettacolo pauroso e tremendo ».

40 Ibidem, p. 58.

41 Ibidem, p. 17.

42 Ibidem, pp. 17-18 : « …E sapete cosa fosse il potage ? era una mezza dozzina di cucchiaiate di cattivo brodo, con dentro forse mezza dramma di vermicelli, senza una presina di formaggio ; tutt’ insieme, il valore intrinseco di mezzo soldo, e dico troppo. ».

43 Ibidem, pp. 15-17.

44 Ibidem, p. 24.

45 Ibidem, pp. 25-26.

46 Ibidem, pp. 26-29.

47 Ibidem, p. 29.

48 Ibidem, p. 34.

49 Ibidem, p. 61.

50 Ibidem, pp. 61-62.

51 Ibidem, pp. 62-63.

52 Ibidem, p. 74.

53 Pour les artisans et les commerçants de Paris, voir : Alfred FIERRO, op. cit., pp. 465-472.

54 En français dans le texte. Ibidem, p . 80.

55 Ibidem, pp. 24-25.

56 Pour la situation des Universités parisiennes de l’époque, voir : Alfred FIERRO, op. cit., pp. 404-407.

57 RAIBERTI, op. cit., pp. 35-36.

58 RAIBERTI, op. cit., p. 97.

59 Voir le portrait de “la parisienne” brossé par Alfredo NICEFORO, Parigi, una città rinnovata, dans FAITROP-PORTA, op. cit., p. 199 : « Notate bene che la parisienne, realmente esiste. Non è un’astrazione, un mito, una finzione, una creazione fantastica dei romanzieri o il sogno del cervello allucinato... ».

60 RAIBERTI, op. cit., p. 92 : « …ora ritorno snello e ringiovanito tanto, che voglio parlare di belle donne, anche per compensarvi degli sbadigli e tenervi attenti ».

61 Ibidem, pp. 94-95.

62 Ibidem, p. 95.

63 Ibidem.

64 Pour les cafés parisiens, voir : Anne-Christine FAITROP-PORTA, op. cit., p. 29 : « Ma più che ai balli, il primo posto a Parigi spetta, senza alcun dubbio, ai caffè. I tre quarti dei parigini discutono di affari, politica, critica letteraria o artistica e galanteria, al caffè... »

65 RAIBERTI, op. cit., p. 96.

66 Ibidem, p. 98.

67 Pour la mode à Paris, voir : Alfred FIERRO, op. cit., pp. 999-1000.

68 RAIBERTI, op. cit., p. 98 ; écrit ainsi dans le texte.

69 Ibidem, p. 96.

70 Pour les bals publics, voir : Alfred FIERRO, op. cit., pp. 700-701.

71 RAIBERTI, op. cit., p. 98.

72 Ibidem.

73 En français dans le texte.

74 RAIBERTI, op. cit., p . 99.

75 Ibidem. Voir aussi : FAITROP-PORTA, op. cit., p. 35 : « A Parigi, convengono i viaggiatori, è la donna a dominare la società e perfino lo Stato ».

76 Ibidem, p. 52.

77 Sur le triomphe du Grand Magasin sous le Second Empire, voir : Alfred FIERRO, op. cit., p. 911.

78 RAIBERTI, op. cit., p. 22.

79 Ibidem, p. 28.

80 Ibidem, p. 29.

81 Ibidem, p. 34. Voir aussi : FAITROP-PORTA, op. cit., p. 26 : « Numerosi sono i viaggiatori che evocano i parchi, principalmente il Bois de Boulogne, segnalato fin dal 1855, da Raiberti, quale luogo propizio ai duelli come agli incontri amorosi ».

82 RAIBERTI, op. cit., p. 38.

83 Ibidem, p. 41. Voir aussi : FAITROP-PORTA, op. cit., p. 17 : « Compiuta la visita d’obbligo ai musei e alle chiese, ad ognuno è lecito assecondare il proprio capriccio. Raiberti, chirurgo, visita gli ospedali dell’Hôtel-Dieu e della Charité... come anche il dotto prelato Tizzani, mentre Cimino consiglia, vivamente, nella sua guida, di visitare l’Istituto Pasteur, e un ingegnere, Ernesto Mancini, nel 1889 entra nell’Ospedale della Salpétrière e osserva alcune esperienze ipnotiche su isteriche ».

84 RAIBERTI, op. cit., p. 42.

85 Ibidem.

86 Ibidem, p. 61. “Carousel” écrit ainsi.

87 Ibidem, p. 61. Voir aussi : FAITROP-PORTA, op. cit., p. 14 : « Davanti a questa sterminata ampiezza, i viaggiatori tentano di liberarsi dal senso oppressivo, osservando dall’alto l’insieme dell’enorme città. Raiberti, come il più gran numero degli autori di guide, sceglie l’Arco di Trionfo, Fontana preferisce Montmartre, come i giovani artisti italiani che si giurano, dall’alto della Butte : Io avrò questa città ! »

88 FAITROP-PORTA, op. cit., pp. 17-18 : « Mentre la Senna evoca per Raiberti un’anguilla troncata dai ponti, Barbesi la paragona a un canale veneziano, e consiglia le passeggiate con il bateau-mouche, che permette di vedere Parigi sotto una nuova luce.. . »

89 RAIBERTI, op. cit., p. 60.

90 Ibidem, pp. 60-61.

91 Ibidem, p. 63.

92 Ibidem, p. 67.

93 Ibidem, pp. 68-69.

94 Ibidem, pp. 74-75.

95 Ibidem, p. 79.

96 Le titre du tableau n’est pas indiqué, mais l’on peut penser au Repas chez Simon le Pharisien.

97 Sauf Rembrandt, RAIBERTI, op. cit., p. 75.

98 FAITROP-PORTA, op. cit., p. 15 : « Il medesimo slancio patriottico, più meritorio nel 1855, allorché l’unità italiana è da venire, stimola Raiberti alla descrizione pressoché esclusiva delle sale italiane al Louvre ».

99 RAIBERTI, op. cit., p. 80.

100 Ibidem, p. 87.

101 Ibidem, pp. 86-87.

102 Ibidem, p. 87. Les termes en cursif sont en français dans le texte et orthographiés de la sorte. L’orthographe de Victor Hugo est également de l’auteur.

103 Ibidem, p. 88.

104 Ibidem, p. 92 : « Oh, finalmente respiro ! esco fuori da questo ginepraio delle belle arti, non so con quanta infamia, ma certamente con molto piacere ».

105 Ibidem, p. 107.

106 Ibidem, pp. 109-110.

107 Ibidem, p. 112.

108 Ibidem.

109 Ibidem, p. 18, pour le mauvais potage ; p. 21 pour un sorbet qui « nel suo gelo scotta ».

110 Ibidem, p. 108 : « Dovete sapere che i commestibili vi avevano largo posto... Come anche vi erano qua e colà piramidi o cataste di bottiglie coi più squisiti vini dell’universo... »

111 Ibidem.

112 Ibidem, p. 111.

113 Ibidem, p. 112.

114 Ibidem, p. 113.

115 Ibidem.

116 Ibidem, p. 114.

117 Ibidem, pp. 114-115.

118 Ibidem, pp. 115-116.

119 Alfred FIERRO, op. cit., p. 188.

120 Philippe SEGUIN, op. cit., p. 252.

121 RAIBERTI, op. cit., p. 116.

122 Ibidem.

123 Ibidem, pp. 116-117.

124 La Comtesse d’Albany fut sa compagne sa vie durant.

125 RAIBERTI, op. cit., p. 117.

126 Ibidem, p. 100.

127 Ibidem, p. 123.

128 Ibidem, p. 128.

129 Ibidem, p. 123.

130 Hervé HANON, « Lettre ouverte à ceux qui n’aiment pas voyager », dans Le Monde de l’Éducation de la Culture et de la Formation, n° 248, Mai 1997, p. 53.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Voyages d’un ignorant à Paris. Giovanni Raiberti, médecin-poète lombard », Cahiers d’études romanes, 6 | 2001, 309-329.

Référence électronique

Théa Picquet, « Voyages d’un ignorant à Paris. Giovanni Raiberti, médecin-poète lombard », Cahiers d’études romanes [En ligne], 6 | 2001, mis en ligne le 07 avril 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/308 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.308

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org