Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce vingt-deuxième numéro des Cahiers d’études romanes réunit les travaux menés par l’Équipe 1 du CAER au cours des trois dernières années. Depuis la naissance du Centre Aixois d’Études Romanes en 1995 – et en alternance avec les quatre autres qui le composent – cette Équipe, centrée sur l’axe thématique du voyage, publie à ce jour son cinquième double volume. Les précédents numéros ont centré leur propos d’abord sur l’un des aléas les plus tragiques du voyage en mer, le naufrage (Naufrages, Cahiers d’études romanes n° 1 et 3), puis sur la vision de Paris que les voyageurs avaient exprimée dans leurs œuvres (Paris au miroir, n° 6, 2 vol. ) ; réduisant le champ chronologique, le numéro suivant s’est intéressé au moyen de locomotion qu’est le train (Voies narratives et voies ferrées, n° 10, 2 vol. ) ; enfin ont été examinés les lieux de pause que sont, par exemple, les auberges (Auberges, hôtels et autres lieux d’étapes, n° 17, 2 vol. ). Le détail de ces différentes publications peut être consulté tout à la fin de ce recueil.

2Comme les précédents numéros, en vertu des principes de pluridisciplinarité et d’interculturalité qui ont présidé à la création du CAER, ce nouveau double volume, centré sur le thème de la fuite, rassemble des études concernant plusieurs aires culturelles de la Romania : Espagne, Italie, Portugal, Argentine, Chili, Colombie, Mexique. Le voyage y est a priori abordé sous un aspect contraignant, que la fuite qui le motive soit liée à une menace réelle, ou à un état de profonde insatisfaction, ou que le déplacement qu’elle implique acquière aussi une valeur existentielle.

  • 1 Henri Laborit, Éloge de la fuite, Paris, Robert Laffont, 1976.

3Le médecin et chercheur Henri Laborit a publié en 1976 un Éloge de la fuite1. Le cinéaste italien Gabriele Salvatore en a extrait une belle phrase qu’il a placée en épigraphe du troisième volet de sa « trilogie de la fuite ». En effet le dernier des trois films, Mediterraneo (1991), est placé sous le signe de cette sentence : « In tempi come questi la fuga è l’unico mezzo per mantenersi vivi e continuare a sognare » (« En des temps comme ceux-ci, la fuite est le seul moyen de rester vivants et de continuer à rêver ».). Mais alors que Mediterraneo, Marrakech express (1989) et Tournée (1990) placent la fuite – certes – sous le signe du désir d’échapper à un monde décevant, mais – aussi – sous celui, réconfortant, de l’amitié et du sourire, il n’est pas rare de rencontrer, dans le corpus choisi par les membres du CAER, des fuites douloureuses, abouties ou sans issue, frénétiques ou – paradoxalement – immobiles. Ces fuites-là sont heureusement compensées par d’autres formes de fuite par lesquelles le voyage revêt une fonction formatrice ou permet véritablement la réalisation de soi. Et lorsque l’humour vient agrémenter le discours, le lecteur est récompensé par une heureuse catharsis.

  • 2 Jean-Marie Le Clezio, Le livre des fuites, Paris, Gallimard, 1969.

4Le thème de la fuite s’est avéré extrêmement fructueux, tant pour la multiplicité de ses déclinaisons que pour ses incidences formelles sur le texte ou l’image. La fuite peut être motivée par des raisons politiques et/ou sociales (fuir la tyrannie, fuir la misère, échapper à la mort) ou purement existentielles (fuir son passé, fuir des contraintes familiales, fuir une société ou une situation insatisfaisantes). S’éloigner c’est aussi chercher ailleurs un lieu où s’établir ou tenter de trouver la clef d’accès à une vérité : la fuite implique donc nécessairement une quête. Dans la majeure partie des documents examinés, le déplacement géographique se double d’un voyage et d’une recherche à l’intérieur de soi-même, comme l’a par exemple exprimé de manière dense et labyrinthique Jean-Marie Le Clézio dans Le livre des fuites2.

5C’est pourquoi, bien que toute distinction soit forcément arbitraire vu la richesse et la polysémie de chacune des fuites analysées, les travaux présentés dans ce double volume ont été regroupés en quatre rubriques, à l’intérieur desquelles a été préféré l’ordre chronologique pour l’appréciation qu’il permet de l’évolution (ou non) de cette thématique.

6La première rubrique, De fuite en fuite. Fonction structurante de la fuite, montre que bien des romans, et non des moindres, sont articulés autour du thème de la fuite, laquelle en devient quasiment l’ossature, qu’il s’agisse d’œuvres isolées ou d’un ensemble d’ouvrages. Le roman picaresque par exemple, né en 1554 en Espagne avec la publication du Lazarillo, trouve à la même époque un pendant italien dans la Vita de Benvenuto Cellini, première autobiographie – ou roman picaresque autobiographique – de la littérature européenne dont Brigitte Urbani démontre qu’elle est scandée par les fuites du protagoniste, fuites motivées par son intolérance absolue à toute contrainte. De même, Isabelle Soupault met en relief les fuites successives du héros du Buscon de Quevedo (1626), qui veut échapper au châtiment que ses mauvaises actions impliqueraient. Mais dans les deux cas, en dépit de passages savoureux, la fuite aboutit à un échec ou à un constat d’échec. En revanche ce n’est pas, loin de là, le schéma présenté par le roman de formation, où la fuite loin du milieu social porte le héros à affronter les épreuves qui le “formeront”. Stefano Magni en analyse quelques exemples à partir d’un échantillonnage d’œuvres très représentatives de la littérature italienne des XIXe et XXe siècles, depuis les Ultime lettere di Jacopo Ortis de Foscolo (début XIXe) jusqu’à Due di due d’Andrea De Carlo (fin XXe) en passant par les Promessi sposi de Manzoni, Pinocchio de Collodi et Ritorneranno de Stuparich. La fuite y apparaît comme un expédient narratif permettant d’exprimer l’inquiétude des jeunes gens, qu’elle débouche sur un retour au foyer ou sur de nouveaux questionnements. Katiuscia Floriani examine elle aussi un groupe de romans, mais tous de la plume de Carmine Abate et unis par la thématique de la fuite : la fuite vers la Calabre des Albanais désireux de se soustraire à la domination turque (XVIe siècle), puis leur nouveau départ, en émigrants, de Calabre en Allemagne (XXe siècle), enfin la fuite comme reconstruction identitaire. En revanche Estrella Massip centre son étude sur un seul roman, Fuita i martiri de Sant Andreu Milà, de l’auteur majorquin Miquel Àngel Riera (1973), qui s’avère être un emboîtement infini de fuites réelles et existentielles inscrit dans le cadre diégétique concret d’une fuite manquée dont la seule issue – la dernière fuite – est la mort.

7La deuxième série d’études, Fuites politiques, est centrée sur des départs précipités nécessités par l’urgence de fuir un danger lié à un contexte politique de menace ou de dictature. Alors que le corpus de la précédente partie était purement romanesque (ou considéré comme tel si l’on pense à B. Cellini), celui-ci intègre l’histoire et le cinéma. En effet, c’est sous un angle historique que Tereza Caillaux de Almeida réfléchit sur l’interprétation à proposer de deux fuites qui ont encadré la première campagne napoléonienne au Portugal et ont été ensuite idéologiquement condamnées : celle du régent D. João qui, en novembre 1807, à l’approche des troupes ennemies, part pour le Brésil, et celle du Général Junot qui, en septembre 1808, se hâte de regagner la France sans avoir réussi à accomplir sa mission. Ana Cecilia Ojeda unit ensuite histoire et littérature à travers la figure du Colombien Luis Vargas Tejada, contraint à l’exil en 1828 pour s’être opposé à la dictature de Bolivar et auteur de pièces de théâtre où, en contrepoint au discours bolivarien, est mise en scène “la fuite dans la fuite”. L’étude suivante nous conduit en Argentine : c’est en 1851, sous la dictature de Rosas, que José Mármol commence à écrire Amalia, l’un des premiers romans de la littérature romantique argentine, qui s’ouvre, précisément, sur une fuite. Carina Infante do Carmo nous ramène ensuite au Portugal avec une nouvelle de Manuel Tiago, Cinco Dias, Cinco Noites (1975), qui narre deux fuites « a salto » (en secret, à pied, à travers les montagnes), l’un des deux protagonistes fuyant la dictature de Salazar, l’autre passant la frontière en guide et contrebandier : deux fuites qui deviennent la métaphore du pays au cours des années 1940. Spécialiste de cinéma, José Pagliardini nous fait remonter le temps avec La Nuit de Varennes, film du metteur en scène italien Ettore Scola (1982) ; mais ici c’est moins du couple royal mis en péril par la Révolution française qu’il s’agit (on ne le voit même pas) que des personnages secondaires voyageant dans le huis clos de la diligence, un voyage relié au thème de la fuite du temps, comme le montre la scène finale qui nous ramène au XXe siècle. Enfin la dernière étude, centrée sur le roman de l’Espagnol Juan Marsé, Rabos de lagartija (2000), clôt cette partie sur le mystère d’une fuite dont on ne sait si elle est motivée par des raisons politiques ou par des mobiles beaucoup plus triviaux, le lecteur se trouvant plongé dans un récit où les voix se mêlent et se brouillent.

8Le troisième groupe de textes, qui porte le titre global de Qui fuit quoi ? Un éventail de fuites – un titre inspiré de l’étude de Perle Abbrugiati – regroupe des formes de fuite très variées qui toutes cependant ont à voir avec la réalisation personnelle du fuyard – ou son avenir, ou ses espoirs – mais se réfèrent aussi aux grands problèmes de l’humanité. Benito Pelegrín nous emporte sur les traces de Catalina de Erauso (1585-1652), nonne militaire qui à quinze ans fuit du couvent basque où elle est novice et, vêtue en homme, conduit aux Amériques une picaresque vie de luttes et de vagabondages opérant à la fois une fuite de son sexe et la fuite de la vie conventuelle à laquelle sa famille prétendait la vouer. Yannick Gouchan passe en revue les diverses formes de fuite déclinées dans la poésie de l’Italien Giovanni Pascoli : fuite des émigrants vers un monde – espèrent-ils – meilleur, grands départs de héros de l’Antiquité désireux de “se dépasser”, fuite contemporaines vers les limites du monde connu – mais aussi fuites susceptibles de déboucher sur le néant. En revanche, explique José Guidi, la fuite en 1950 de Pier Paolo Pasolini de son Frioul natal vers Rome, essentiellement motivée par un scandale monté en épingle, permet au jeune Italien de devenir le grand poète, écrivain et metteur en scène que nous connaissons. Puis Nelly Rajaonarivelo, prenant appui sur deux récits de fuite d’esclaves – à Cuba (la nouvelle d’Alejo Carpentier, Los fugitivos, 1946) et en Martinique (le roman de Patrick Chamoiseau L’Esclave vieil homme et le molosse, 1999) – étudie le rapport de l’homme et du chien lancé à sa poursuite dans sa portée symbolique d’acte de résistance. C’est dans un fourmillement d’étranges personnages en fuite dans les abîmes d’un cosmos intemporel que nous plonge Perle Abbrugiati, visitant le monde extravagant des Cosmicomiche d’Italo Calvino (1965) où tout le monde à la fois fuit et recherche quelqu’un ou quelque chose. De même, dans l’analyse offerte par Alison Carton-Vincent, les errances romaines à sa sortie de prison de la protagoniste du roman de Goliarda Sapienza, Le certezze del dubbio (1987), s’apparentent à autant de fuites, qui expriment en fait un désir d’échapper à la société dite “libre”.

9Bien des fuites, en effet, sont plus symboliques que réelles et soulignent un rapport douloureux ou malaisé avec le monde, comme le prouvent les textes regroupés dans la quatrième partie de ce recueil, Voyages symboliques et fuites existentielles. Encarnación De Truchis explique par exemple que, face aux tensions des années 30, Picasso réagit par une fuite hors du temps dans le réalisme grotesque. Judith Obert aborde le problème du non engagement dans l’Italie de la Résistance des années 40, à travers la fuite du protagoniste de La casa in collina (1948) de Cesare Pavese, une fuite à l’image d’une existence tournée vers un désir de retour à l’enfance. Puis, dans le poème « La fuga » qui ouvre le recueil Tala (1938) de la poétesse chilienne Gabriela Mistral, Benoît Santini analyse la fuite symbolique d’une fille à la poursuite de sa mère morte à travers le paysage inhospitalier de la vallée d’Elqui. C’est également à la recherche de sa mère défunte que le protagoniste d’Aracoeli (1982), dernier roman d’Elsa Morante, effectue un voyage en Andalousie : Ilaria Splendorini démontre que ce voyage est en réalité une fuite à rebours vers le giron maternel dans un désir ultime d’anéantissement. Magali Vogin nous ramène à Pasolini, au cinéma et aux mythes antiques : dans Œdipe roi (1967) – un Œdipe à dimension autobiographique – le personnage mythique est un héros moderne “en cavale” à la recherche de ses origines, confronté aux monstres de son inconscient. Enfin, Murielle Borel, examinant le roman Queda la noche (1989) de la romancière espagnole Soledad Puértolas, nous entraîne elle-même « de fuite en fuite de fuite » avec le voyage en Orient de la protagoniste : un voyage où la fuite désirée se révèle impossible.

10Au concept de fuite se rattachent des connotations forcément peu positives : abandon, peur, lâcheté, démission, évitement. Elles le sont d’autant moins que, notre recherche étant placée sous le signe du voyage réel – impliquant donc un déplacement géographique – la fuite heureuse dans l’imaginaire ne pouvait trouver sa place dans ces pages. Fuites réussies ou fuites manquées, toutes impliquent un contexte antérieur de danger ou de mal être. D’où la conclusion quelque peu pessimiste qui se dégage de bien des analyses. Il serait néanmoins dommage que cette constatation fasse à son tour fuir les lecteurs. D’une part la fuite, comme le prouve la plupart des corpus étudiés, est l’élément moteur de narrations dynamiques où l’humour n’est pas toujours absent ; d’autre part, au-delà des situations spécifiques qui y sont narrées et examinées, les multiples configurations de la fuite renvoient le lecteur à lui-même. Si lire est aussi une forme de fuite, la lecture permet également de se retrouver. Notre souhait est donc que le parcours de ce “menu raisonné” qu’est l’introduction à ce livre permette au lecteur d’aller de fuite en fuite, en avant ou à rebours, au gré de son humeur et de son goût pour l’aventure.

Haut de page

Notes

1 Henri Laborit, Éloge de la fuite, Paris, Robert Laffont, 1976.

2 Jean-Marie Le Clezio, Le livre des fuites, Paris, Gallimard, 1969.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 22 | 2010, 9-18.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 22 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/312

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org