Navigation – Plan du site

Avant-propos

José Guidi

Texte intégral

1Les différentes contributions que l’on trouvera réunies dans le présent Cahier se rattachent toutes aux recherches poursuivies, depuis plusieurs années, dans le cadre de l’un des Ateliers constitutifs de l’Équipe d’Accueil Études Romanes (E.A. 854) de notre Université. L’une d’elles – l’attachante étude de Marie-Anne Rubat du Mérac sur Il giardino dei Finzi-Contini, qui nous entraîne dans les arcanes d’un récit qui se veut à la fois devoir de mémoire, voyage initiatique, et tentative de redonner vie, jusque dans leurs inflexions les plus personnelles, à des voix qui se sont tragiquement tues – est directement issue d’un séminaire de travail de cet Atelier. D’autres – comme celles de René Stella et de Stéphane Pagès ont été conçues à l’occasion d’une table ronde qui a eu lieu en décembre 1997, et dont la réussite avait constitué pour nous un précieux encouragement. La plupart de ces communications ont toutefois été présentées dans le cadre du colloque international L’espace de la citation, qui s’est tenu du 14 au 16 mai 1998, et dont nous avions déjà en partie rendu compte dans un précédent Cahier. On notera, comme à l’accoutumée, le caractère résolument interdisciplinaire d’une démarche qui voit hispanistes, italianistes, et spécialistes de littérature et de civilisation latino-américaines aborder de façon diversifiée une problématique commune. On notera aussi l’ampleur du champ chronologique qui se trouve ici envisagé. Si la réflexion de René Stella sur la savante et subtile stratégie d’écriture mise en œuvre par Dante dans la Vita Nuova, à la fois commentaire et auto-commentaire, nous invite à nous reporter à l’époque médiévale, la Renaissance italienne est elle aussi présente sous la plume d’Anne Robin, qui reconstitue avec minutie les modalités de la citation parodique de la Divine Comédie dans le Simposio, de Laurent de Médicis, avant de s’interroger sur le sentiment que l’auteur cherche ainsi à susciter. Christian Bouzy considère dans le Tesoro della Lengua du chanoine Srbastian de Covarrubias, publié pour la première fois en 1611, un article particulier – quantitativement le plus important, et l’un des plus complexes quant à sa composition, car comportant aussi des représentations figurées – et rend compte de ce qu’il appelle plaisamment « un cas d’éléphantiasis emblématique de la citation ». Tandis que Claire Vovelle-Guidi expose pour sa part, au travers de deux témoignages fortement contrastés, les différents usages d’une pratique, tour à tour érudite ou satirique, qui avait cours dans les milieux académiques de Venise et de Rimini, à une époque charnière entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. L’époque contemporaine ne saurait être, bien sûr, oubliée. Ainsi Juan Pascal explore-t-il les sources profondes de la création poétique de Bernardo Ortiz de Montellanos, en soulignant le rôle dévolu à l’espace onirique dans cette singulière alchimie. Fabrice Parisot examine la signification d’une série d’épigraphes disséminées tout au long de l’œuvre romanesque d’Alejo Carpentier, en y décelant un véritable mode d’emploi de la lecture des récits. Alors qu’Adriana Castillo-Berchenko trace, avec son aisance habituelle, tout en dévidant le fil conducteur de la citation, un panorama circonstancié de la littérature chilienne d’aujourd’hui.

2Nous avons ménagé une large part à une série d’interrogations portant sur les fondements même de la pratique citationnelle. Ainsi en va-t-il pour l’étude de Stéphane Pagès, qui revient, au fil d’un itinéraire dense et varié, sur les différents indicateurs et sur les rôles dévolus à la citation, dont il propose une série d’emplois particulièrement éclairants, mettant en lumière les tensions qui se nouent, à chaque occasion, entre l’énonciation répétante et l’énoncé répété. Carole Egger se penche pour sa part sur les différentes formes de citation théâtrale, et notamment sur les rapports qui s’instituent entre structure enchâssée et structure enchâssante, ainsi que sur la signification de la mise en abyme qui en résulte. Tandis que Jacques Terrassa examine un cas troublant de citation monstrueuse, dans l’œuvre d’Antonio Saura, de l’une des plus célèbres des Peintures noires de Goya, en se livrant à cette occasion à une riche réflexion sur la notion même de citation picturale, conçue non pas comme simple reproduction, mais comme mise en œuvre de complexes processus cognitifs et associatifs. Nous avions bien raison d’écrire, dans l’Avant-propos d’un précédent Cahier, que le concept de citation n’avait sans doute pas fini de nous interpeller !

3Ces recherches trouveront leur prolongement dans de prochaines publications, dans la mesure où l’Atelier qui les conduit a pris pour nouvel axe de réflexion, depuis plus d’un an, le thème de la réécriture, conférant ainsi à ses recherches sur l’intertextualité une dimension historique et sociologique plus prononcée. Un premier Cahier devrait être publié, sur ce sujet, au cours de l’année 2001, et d’autres suivront, car là encore les pistes à explorer sont nombreuses et variées. C’est à la suivre dans cette démarche que notre Équipe, confiante en sa propre ténacité, vous convie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

José Guidi, « Avant-propos », Cahiers d’études romanes [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3134

Haut de page

Auteur

José Guidi

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org