Navigation – Plan du site

La Vita nuova de Dante : stratégie de la citation

René Stella
p. 19-31

Résumés

Dans la Vita nuova, la citation est un procédé qui participe d’une stratégie très étudiée de “mise en abyme”. Citant des poésies copiées dans le livre de sa mémoire, Dante devient scriba du scriba qui avait d’abord écrit sous la dictée d’Amour. La citation confère aux poésies le statut d’auctoritades et donne à Dante celui d’autoritade, que le Convivio définira. À des places stratégiques, les citations en latin n’ont rien de décoratif, mais placent la Vita nuova sous le signe d’une renovatio.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dante, Purgatorio, XXIV, 49-62.
  • 2 Dante, Vita nuova, XIX, 2.
  • 3 Ibidem, XVIII, 8.

1La Vita nuova est un ouvrage savant, grâce auquel Dante a obtenu de ses pairs la reconnaissance de ses dons singuliers de poète. Tel est le sens de l’amitié qui naît entre d’une part Guido Cavalcanti, alors chef de file des poètes et intellectuels florentins, et d’autre part Dante, lorsqu’il écrit à dix-huit ans son sonnet A ciascun’alma presa – le premier des poèmes inclus dans la Vita nuova. Tel est encore le sens de l’épisode de la Divine Comédie au cours duquel le poète Bonagiunta Orbicciani da Lucca reconnaît solennellement en Dante le fondateur et le plus illustre représentant de la nouvelle poésie, le dolce Stil nuovo1. Bonagiunta, en effet, cite précisément la canzone Donne ch’avete intelletto d’amore2, qui inaugure dans la Vita nuova le nouvel art poétique, la nouvelle conception de l’amour, le nouveau type de discours amoureux qui lie – et c’est là que réside la nouveauté par rapport aux traditions antérieures de discours poétique amoureux – la « beatitudine » de l’amant-poète et les « parole che lodano la donna mia »3.

2La présence même et le rôle de la citation dans la Vita nuova sont intimement liés à ce caractère savant de l’ouvrage, à la subtile et savante stratégie d’auteur qui sous-tend l’organisation et la conception même du livre.

  • 4 E. R. Curtius, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris, P.U.F., 1956, p. 59.
  • 5 Dante, Convivio, II, XII, 2-3.

3L’alternance de la prose et de la poésie situe l’ouvrage dans la tradition savante du prosimetrum, illustré par le De consolatione philosophiae de Boèce au début du IVe siècle. On sait que Boèce est au nombre des auteurs qui furent très étudiés au Moyen Âge, avec Donat, Cicéron, Horace et Ovide4. Or Dante a composé la Vita nuova à l’époque où, précisément, il étudiait le De consolatione philosophiae de Boèce ainsi que le De amicitia de Cicéron5.

  • 6 Dante, Vita nuova, I.

4Les trente et un poèmes inclus dans la Vita nuova ne représentent qu’une partie – une sélection – de ce qu’était la production poétique de Dante lors de la composition de l’ouvrage. Les premières lignes de la Vita nuova, qui servent d’avertissement au lecteur, le disent très explicitement : « trovo scritte le parole le quali è mio intendimento d’assemplare in questo libello [la Vita nuova] »6. Rien n’est donc moins naïf et spontané que ce dessein d’assemplare, autrement dit recopier, transcrire. On ne saurait dire mieux qu’il s’agit là d’un propos délibéré, d’un calcul : le détail de l’opération montre clairement qu’il s’agit d’un dessein savant. C’est ainsi que Dante a sélectionné vingt-cinq sonnets, trois canzoni, une double strophe de canzone, une strophe isolée de canzone et une ballade. Il ne manque que le sirventese. Il est manifeste que Dante a voulu présenter une rétrospective de sa poésie lyrique d’amour en offrant à ses lecteurs le florilège des poèmes qui, à ses yeux, ont le mieux illustré sa maîtrise du discours amoureux dans tous les genres poétiques à forme fixe, en réservant d’ailleurs une place privilégiée au sonnet. Ce traitement de faveur réservé au sonnet, confirmé par Pétrarque dans ses Rerum vulgarium fragmenta, a marqué, comme on le sait, l’histoire de la poésie italienne et occidentale jusqu’à notre propre époque.

  • 7 Ibidem, XLII, 3.

5Les trente et un poèmes tracent aussi l’histoire des diverses conceptions de Dante en matière de poésie depuis l’imitation de la poésie courtoise jusqu’à la conception profondément originale du dolce stil nuovo, à travers l’influence de Guittone d’Arezzo et de Guido Cavalcanti. Cette nouvelle poésie (dolce stil nuovo), c’est le « stile de la lode », d’abord « in vita », ensuite « in morte », autrement dit, au terme d’un cheminement intérieur qui est purificateur et libérateur, jusqu’à l’affirmation de l’exceptionnalité de Béatrice – définie comme un miracle – et de son absolue centralité, à jamais, « per omnia secula »7. Loin de n’être qu’un recueil de morceaux choisis, la Vita nuova se révèle comme un ouvrage savant, un ouvrage d’étude en ce qu’il est, au fond, un livre d’histoire de la littérature. Le poète Dante se double d’un critique et d’un historien de la poésie, et pas simplement de sa propre poésie. Nous verrons que cette attitude de fond entraîne le choix d’une stratégie d’auteur chez Dante tout à fait significative.

  • 8 G. Gorni, Vita nuova di Dante Alighieri, in A.A. V.V., Letteratura italiana. Le opere, direzione A. (...)

6Quant à son contenu et sa signification d’ensemble, la Vita nuova a pu être interprétée par certains comme la Legenda sanctae Beatricis, sur le modèle de la littérature franciscaine des vies de saintes femmes, et par d’autres comme le « Vangelo secondo Dante della ‘gentilissima’ », par d’autres encore comme les « Atti del ‘fedele’ di Beatrice, come si dice Atti degli Apostoli (di Cristo) »8. Rien n’est moins naïf que cette littérature des legendae. Les stéréotypes n’y doivent rien au hasard et le choix que Dante fait, en s’inspirant de cette littérature hagiographique, est très nettement une démarche savante.

7La disposition des trente et un poèmes, enfin, montre à l’évidence que l’organisation de l’ouvrage reflète une savante et subtile stratégie d’auteur. On se reportera au schéma mis en appendice à la fin de la présente étude. À l’évidence, dans la mise en place des poèmes, rapports de symétrie et disposition en chiasme sont tressés au symbolisme des nombres trois et neuf, dont Dante expose la signification au chapitre XXIX. Un sonnet inaugural et un sonnet final encadrent l’ensemble des poèmes. L’architecture générale s’articule autour de trois visions qui fournissent la matière du sonnet inaugural, de la canzone placée au centre de la construction, du sonnet final. Trois piliers porteurs soutiennent et scandent l’architecture d’ensemble : les trois canzoni. Le dessin général d’une telle architecture observe une progression qui va de l’amour à la mort puis à la gloire, et cette promotion dessine un itinéraire d’ordre spirituel.

  • 9 P. Renucci, La cultura, in A.A. V.V., Storia d’Italia, direzione R. Romano e C. Vivanti, vol II : D (...)

8Plus encore que la disposition des trente et un poèmes, c’est la prose qui affiche le caractère savant de la Vita nuova. Et c’est la prose de la Vita nuova qui offre abondante moisson de citations. Récit d’une partie de la vie de Dante, la prose s’inscrit dans la tradition des Vidas des troubadours. Toutefois, la Vita nuova a une tout autre ampleur que les courtes notices des Vidas : elle marque le début, ou la réapparition, dans la littérature européenne, de l’autobiographie, genre qui s’était éteint après les Confessions de saint Augustin. Comme l’a écrit Paul Renucci, « non si tratta di un’innovazione trascurabile »9.

9Cette prose a ceci de particulier qu’elle s’affiche d’emblée principalement comme une autobiographie digne de foi, et non comme une fiction romanesque : elle relate l’histoire d’un amour extraordinaire. Amour extraordinaire, parce que la mort de Béatrice ne marque nullement la fin de cette histoire. Après la disparition de Béatrice, Dante est un moment séduit par un nouvel amour qui s’offre à lui sous couvert de compassion. Ce nouvel amour lui apparaît bientôt comme une image trompeuse, pernicieuse, d’amour, comme un faux amour. L’amour pour Béatrice en sort vainqueur et apparaît définitivement comme le seul amour conforme à la raison et au salut spirituel. Il s’agit bien d’un amour extraordinaire encore, parce qu’il révèle à Dante les limites de l’amour courtois, tout ce qu’a d’insatisfaisant l’attente d’une réponse amoureuse. Grâce à l’amour pour Béatrice, Dante découvre – par-delà la tradition courtoise – que la louange désintéressée des perfections de la femme aimée fonde un nouvel art d’aimer d’un amour profondément oblatif, un nouvel art poétique, un nouveau discours amoureux, et ouvre un itinéraire de perfectionnement moral, intellectuel et spirituel.

  • 10 G. Barberi Squarotti, In nome di Beatrice e altre voci. Dalla Vita nuova alla Commedia, Torino, Gen (...)
  • 11 M. Pazzaglia, article Vita nuova, in Enciclopedia dantesca, direzione U. Bosco, Roma, Istituto dell (...)

10On a pu voir dans la Vita nuova un Bildungroman. Cette interprétation doit être corrigée et, en cela, il faut souligner le caractère médiéval du livre, et notamment de la prose. L’itinéraire de formation de Dante est orienté dans le sens d’une connaissance. Comme le souligne avec raison G. Barberi Squarotti, « si badi bene a non confondere la Vita nuova con un Bildungroman : non siamo di fronte a una narrazione di maturazione dalla condizione infantile e giovanile a quella della maturità morale, intellettuale, dei sentimenti, che è fatto non particolarmente interessante per Dante, ma di fronte a un maturarsi della capacità di compiere l’esperienza piena e comprensiva del divino »10. L’itinéraire tout intérieur de Dante dans la Vita nuova est orienté dans le sens d’une connaissance qui consiste à faire constamment retour vers des archétypes qui coïncident avec ce qui par lui est tenu pour la structure objective du monde. Pour Dante, l’expérience individuelle n’a de signification et d’authenticité que dans la mesure où, s’élevant au-dessus du personnel et de l’individuel, elle présente une portée universelle, exemplaire11.

11La prose est aussi le commentaire continu des poèmes. L’ouvrage renvoie par là à des traditions savantes : la tradition des razos Irazons des troubadours, la tradition des commentaires savants d’ouvrages littéraires ou philosophiques profanes tels que le commentaire dans sa Rettorica, de Brunetto Latini sur le De inventione de Cicéron, la tradition enfin des commentaires universitaires du discours théologal.

  • 12 Dante, Vita nuova, XIV, 13.
  • 13 Ibidem, XIV, 13.
  • 14 Ibidem, XII, 17.
  • 15 Ibidem, XXV, 1.

12La prose de la Vita nuova utilise constamment quatre procédés que l’on rencontre dans les commentaires savants du XIIIe siècle. On trouve en premier lieu le procédé de l’examen de la « ragionata cagione »12, c’est-à-dire l’examen des circonstances dans lesquelles un poème a été conçu et composé. Ce procédé correspond à la finalité même des razos des troubadours. On trouve en second lieu le procédé de la « divisione » qui a pour effet de « aprire la sentenzia de la cosa divisa ». Ce procédé consiste en l’étude du plan et de la composition13, en l’étude détaillée du texte partie par partie. Le procédé n’était pas limité au seul commentaire de poèmes et s’appliquait à tout type de texte. On trouve en troisième lieu les gloses, ou éclaircissements d’ordre exégétique ou herméneutique sur tel ou tel point particulier, comme par exemple « Potrebbe già l’uomo opporre contra me e dicere che non sapesse a cui fosse lo mio parlare in seconda persona [...] e però dico che questo dubbio io lo intendo solvere e dichiarare in questo libello ancora in parte più dubbiosa ; e allora intenda qui chi qui dubita, o chi volesse opporre in questo modo »14, ou encore « Potrebbe qui dubitare persona degna di dichiararle onne dubitazione, e dubitare potrebbe di ciò, che io dico d’Amore come se fosse una cosa per sé »15. On trouve enfin la citation.

  • 16 R. Dragonetti, Le mirage des sources, Paris, Seuil, 1987, p. 41.

13Si la Vita nuova renvoie à des traditions, à des modèles, à des sources et si elle fait un large usage de la citation, une observation liminaire s’impose : « Écrire, pour un auteur médiéval, n’est-ce pas avant tout se référer aux réserves d’une tradition dont les textes s’écrivent les uns dans les autres, copies de copies faisant palimpsestes et compilation sous la surface de l’écriture actuelle ? »16.

  • 17 Dante, Vita nuova, I.

14Avec la Vita nuova, en toute rigueur, Dante ne crée pas véritablement un livre. Il transcrit, il cite, un fragment d’un livre antérieur et autre, en l’assortissant d’un commentaire, en bon scholasticus lector. Les premiers mots de la Vita nuova sonnent comme un avertissement au lecteur fort clair : « In quella parte del libro de la mia memoria dinanzi a la quale poco si potrebbe leggere, si trova una rubrica la quale dice : Incipit vita nova. Sotto la quale rubrica io trovo scritte le parole le quali è mio intendimento assemplare in questo libello »17.

15Dante est le scholasticus lector qui lit dans le livre de sa mémoire le discours cité qu’il se propose d’assemplare, transcrire, citer à partir de l’original qu’est l’essemplo, l’exemplum du latin médiéval. Le discours citant est la Vita nuova, dont Dante est l’auteur dans un premier sens fondamental, puisqu’il est le scriba, le copiste pour la partie des trente et un poèmes qu’il recopie et transcrit d’après un manuscrit antérieur et non qu’il compose pour la Vita nuova. Cette situation de l’auteur-scriba, typiquement médiévale, est loin d’être une situation humble. Dante s’en fait gloire au Purgatoire devant le poète Bonagiunta à qui il dit :

  • 18 Dante, Purgatorio, XXIV, 52-54

E io a lui : I’ mi son un che, quando
Amor mi spira, noto, e a quel modo
ch’e’ ditta dentro vo significando.18

16Une telle déclaration pourrait passer pour un acte de modestie, si la catégorie morale de la modestie était ici pertinente. Il n’en est rien. Dante se reconnaît ici comme scriba. Il l’est doublement dans la Vita nuova, où il se fait scriba de scriba : il cite en les copiant des poèmes qu’il a notés – précise-t-il – sous la dictée d’Amour.

17Pour le reste, la prose de la Vita nuova est commentaire au discours cité que sont les trente et un poèmes. Comme le scriba citant dans la Vita nuova et l’auctor des trente et uns poèmes cités (lui-même scriba d’Amour) ne font qu’un, le commentaire en prose dans la Vita nuova est un auto-commentaire. Il est intéressant d’observer ici comment Dante se plie à une pratique universitaire médiévale du commentaire, de la citation, et à une conception de l’auctor-scriba tout en innovant profondément. Il n’y a pas de précédent connu à cette stratégie d’auto-commentaire sous couvert d’autobiographie, de citation à partir du livre de la mémoire. L’intertextualité interne est ici principe avoué de création : la création ne s’effectue pas par le biais d’une réécriture, elle s’effectue par le jeu de la citation, plus précisément par les jeux d’auctor et de scriba, de cité et de citant, dans l’identité d’un même « io ».

  • 19 Dante, Convivio, 1, 1, 14-15.
  • 20 Ibidem, I, V, 6.
  • 21 Ibidem, I, VII, 11.

18Dante a eu une très claire conscience de la pratique et des enjeux du commentaire universitaire, du commentaire savant. Dans le Convivio, Dante présente son livre, où les poèmes alternent avec un commentaire en prose, comme un banquet symbolique. Les mets sont les « canzoni sì d’amor come di vertù materiate », et le pain qui accompagne les mets, c’est le commentaire en prose « questo pane, cioè la presente disposizione, [...] la luce la quale ogni colore di loro sentenza farà parvente »19. Dante rappelle avec insistance que le pain qui accompagne est subordonné aux mets, le commentaire savant en prose est subordonné aux poèmes cités : « conviene questo comento che è fatto invece di servo a le ‘nfrascritte canzoni, essere subietto »20 et plus loin « queste canzoni a le quali questo comento è per servo ordinato »21. Or, dans le Convivio le commentaire en prose ne peut en réalité être objectivement considéré comme le subordonné, l’inférieur, au service des poèmes. Car c’est bien le commentaire en prose du Convivio qui est l’essentiel du banquet auquel Dante convie ses lecteurs : le commentaire en prose du Convivio est l’essentiel de la translatio studii qu’est en train d’opérer Dante.

  • 22 M. Pazzaglia, article Vita nuova, cit.

19Il en va de même dans la Vita nuova : c’est le commentaire rédigé après coup, par rapport aux trente et un poèmes cités, qui constitue le mythe de Béatrice et qui énonce la nouveauté de la « nova matera » qui sera plus tard nommée dolce stil novo. C’est le commentaire qui interprète, comme cela n’avait pas été fait – comme cela n’avait probablement pas été possible – du temps que Béatrice vivait et que Dante écrivait des poèmes d’amour. C’est le commentaire qui interprète donc la signification de l’existence terrestre de Béatrice à la lumière de son assomption céleste. C’est bien l’auto-commentaire en prose qui constitue le mythe de l’amour parfait22. Ce qui montre le mieux que la position théoriquement ancillaire de la prose par rapport aux poèmes est finalement renversée, c’est que l’on peut lire la prose de la Vita nuova seule, sans les poèmes : on a encore l’autobiographie, le mythe de Béatrice, le mythe de l’amour parfait, le dolce stil novo et ses caractéristiques. Tandis que si l’on met bout à bout les trente et un poèmes sans la prose, l’ensemble perd toute signification, et l’on n’a plus rien.

  • 23 R. Dragonetti, op. cit., p. 43.
  • 24 E. R. Curtius, op. cit., p. 399.

20Du fait que la Vita nuova se présente, de l’aveu même de son auteur et dès les premiers mots, comme un livre qui cite un autre livre, comme le commentaire du fragment cité, se trouve ainsi posé de manière typiquement médiévale le problème spécifique du discours digne de foi, autrement dit le problème de la vérité. Comme le résume avec force R. Dragonetti, « celui qu’on appelle auctor au Moyen Âge c’est au contraire un scribe, mais un scribe digne de foi dans ce qu’il écrit, rendant témoignage d’une tradition fondée sur la révélation, dont il n’est jamais que la porte-parole »23. Dante cite le livre de sa mémoire pour en dégager, par le commentaire, la signification. Ce travail de citation et de commentaire vu comme dévoilement, comme explicitation de ce qui était encore fermé sur soi constitue une création, car ce travail est production de vérité. : « Pour le Moyen Âge, découvrir la vérité, c’est d’abord recevoir l’enseignement des autorités traditionnelles, puis plus tard (au XIIIe siècle) établir un compromis rationnel entre les textes des auctoritates. Comprendre le monde dans son ensemble, ce n’est pas faire preuve d’activité créatrice, mais enregistrer et reproduire certains faits ; l’expression symbolique de cette attitude, c’est la lecture »24.

21Ce que j’entends souligner par là, c’est une manipulation, une pratique rusée chez Dante. Il joue de l’autorité qui est au Moyen Âge le propre du discours cité – ici, le livre de sa mémoire – pour créer son œuvre, la Vita nuova. Commentant dans son discours citant le discours cité qu’est le livre de sa mémoire, Dante attribue après-coup au livre de sa mémoire l’autorité dont celui-ci devait – aurait dû – être investi à l’origine. En somme, la chaîne causale selon laquelle on commente un discours cité parce qu’il fait autorité est inversée et devient dès lors : si un discours est cité et commenté, alors il fait autorité.

  • 25 M. Bakhtine, Du discours romanesque, in Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1987, pp. (...)
  • 26 Cité par M.-D. Chenu, in La théologie au XIIe siècle, Paris, J. Vrin, 1996 2, p. 354, note.

22Il s’agit au fond pour Dante de donner à voir les trente et un poèmes, et surtout ceux qui forment l’essentiel du dolce stil novo, comme des auctoritates. Cette manipulation – car il y a bien une stratégie de manipulation – cette pratique rusée n’ont de sens que si l’on se souvient que toute auctoritas, au Moyen Âge, n’implique pas ipso facto une parole autoritaire, comme le fait observer Mikhail Bakhtine25. Auctoritas, en effet, a un premier sens lié au premier sens de auctor, premier sens qui est très présent à la conscience des intellectuels du Moyen Âge : « Est auctor civitatis, idest fundator, ut Romulus Romae ; est et auctor sceleris, idest princeps »26. C’est en ce sens que nous pouvons dire de nos jours encore « l’auteur de mes jours » ou bien « Dieu, auteur du monde ».

  • 27 Dante, Convivio, IV, VI, 3-4. Voir P. V. Mengaldo, article Avieo, in Enciclopedia dantesca, cit., v (...)
  • 28 R. Dragonetti, op. cit., p. 43.
  • 29 Dante, Paradiso, XXVI, 134 et 136.
  • 30 Dante, Convivio, IV, VI, 4-5.

23Dante suit très fidèlement la doctrine médiévale (notamment du XIIIe siècle) de l’auctoritas. Il nous la livre dans le Convivio : « È dunque da sapere che ‘autoritade’ non è altro che ‘atto d’autore’. Questo vocabulo, cioè ‘autore’, sanza quella terza lettera c, può discendere da due principii : l’uno si è d’uno verbo molto lasciato da l’uso in gramatica, che significa tanto quanto ‘legare parole’, cioè ‘auieo’ [...] sì che veramente imagina questa figura : A, E, I, O, U, la quale è figura di legame »27. Dante admire dans ce verbe la pureté vocalique : il ne compte en effet que des voyelles et il contient toutes les voyelles. Dante admire aussi et surtout la centralité de la lettre I, qui symbolise le nom de Dieu28. Dante affirme en effet : « I s’appellava in terra il sommo bene / [...] e El si chiamò poi »29. Dante poursuit, dans le Convivio : “E in quanto ‘autore’ viene e discende da questo verbo, si prende solo per li poeti, che con l’arte musaica le loro parole hanno legate : e di questa significazione al presente non s’intende. L’altro principio, onde ‘autore’ discende, sì come testimonia Uguccione nel principio de le sue Derivazioni, è un vocabulo greco che dice ‘autentin’, che tanto vale in latino quanto ‘degno di fede e d’obedienza’. E così ‘autore’ ; quinci derivato, si prende per ogni persona degna d’essere creduta e obedita »30.

24En les citant à partir du livre de sa mémoire, qu’il transcrit et commente, Dante donne à voir ses poèmes comme des auctoritates, revendiquant pour lui-même, poète, le statut d’autoritade, d’autore, d’auctor : « persona degna d’essere creduta e obedita ». Car Dante se présente dans la Vita nuova comme l’exemplum d’un exceptionnel itinéraire amoureux, intellectuel, poétique et spirituel, comme le fondateur du dolce stil novo.

  • 31 E. R. Curtius, op. cit., p. 399.
  • 32 G. Gorni, Vita nuova di Dante Alighieri, cit., p. 155.

25On a souvent voulu faire remonter l’expression de livre de la mémoire à une phrase de Pierre des Vignes, « in tenaci memoriae libro perlegimus ». Il s’agit en fait d’un topos très largement répandu dans le Moyen Âge latin, une comparaison tirée de la vie universitaire, comme l’a montré E. R. Curtius31 ; toutefois, on ne peut exclure totalement l’idée que la Vita nuova réutilise, en le citant véritablement, un canzoniere réel de Dante et antérieur. Dante affirme que les “parole”, autrement dit les poèmes, préexistaient à l’ouvrage. Bien des poèmes, antérieurs à la date de composition de la Vita nuova et qui n’ont pas été inclus dans l’ouvrage, nous sont parvenus. Un véritable canzoniere de Dante, antérieur à la Vita nuova, qui aurait contenu les trente et un poèmes figurent dans le libello, n’est pas une hypothèse absurde. Certains critiques parlent de la Vita nuova comme d’un « canzoniere farcito di prose »32. Ce qui plaide en faveur de l’hypothèse d’un canzoniere préexistant à la Vita nuova, c’est notamment la présence de connexions entre les poèmes inclus dans la Vita nuova, connexions par le procédé des coblas capfinidas.

26Que le livre de la mémoire ait eu une existence matérielle ou n’ait qu’un sens purement métaphorique, l’opération qui consiste à concevoir et composer un livre en citant un livre antérieur et en commentant le discours cité est loin d’être insignifiante. C’est dans ce contexte, lourd de calculs et de stratégie d’auteur, qu’il convient d’observer les citations que l’on rencontre dans la prose du libello.

  • 33 Épître aux Romains, I, 25 ; - cf. « qui est benedictus in saecula », IIe Épître aux Corinthiens, XI (...)
  • 34 Dante, Vita Nuova, a cura di Domenico De Robertis, Milano-Napoli, Ricciardi, 1980, p. 247, note.
  • 35 Psaumes, LXXI, 17.
  • 36 On sait que la division de la Vita nuova en chapitres n’est pas de Dante.
  • 37 Dante, Vita nuova, VII, vv. 1-7.
  • 38 Ibidem, XXIII.
  • 39 Quomodo sedet sola civitas plena populo ! facta est quasi vidua domina gentium, en quel état de dés (...)
  • 40 Dante, Vita nuova, VI, 2 et passim.
  • 41 Ibidem, XXX, 1.

27L’ouvrage s’ouvre sur une citation en latin « Incipit vita nova » pour se clore sur une citation également en latin « qui est per omnia secula benedictus ». La citation en latin qui ferme le livre est une formule traditionnelle d’explicit. Pour être traditionnelle, elle n’en est pas moins surchargée de signification. Dante cite en effet saint Paul33. D. De Robertis fait observer que le benedictus final reprend, de façon significative, le qualificatif de « benedetta » qui est appliqué à Béatrice dans les derniers mots qui précèdent l’explicifi34. Le rapprochement entre Béatrice et le Christ n’a rien pour surprendre, ayant été formellement et longuement établi dès le chapitre XXIV. Mais il faut ajouter que la citation de saint Paul par laquelle se clôt le libello répond à un « effet de citation » paulinienne que Dante a obtenu dans la citation en latin qui ouvre le libello : « vita nova » renvoie à l’« homo novus » dont parle saint Paul. Les citations de saint Paul dont on trouve l’écho dans l’explicit sont dérivées de la formule célèbre de l’Ancien Testament « sit nomen ejus benedictum in saecula »35, exactement comme la célèbre expression paulinienne « homo novus » est dérivée de la non moins fameuse formule de l’Ancien Testament « canticum novum ». L’ensemble du libello est ainsi placé dans un contexte de renovatio qui conduit à contempler Béatrice, bénie et dans la gloire, contemplant à son tour le Christ. L’écriture du livre entretient un jeu savant et complexe de rapports de citations, rapports dans lesquels le discours cité est à son tour discours citant. Selon la numérotation des éditions modernes36, le chapitre XXVIII est le seul qui s’ouvre sur une citation ; elle est en latin, elle est tirée de l’Ancien Testament. Il s’agit du début des Lamentationes de Jérémie, lequel a été précédemment cité ou plus précisément paraphrasé dans le sonnet O voi che per la via37. De même que dans la disposition des trente et un poèmes, la place centrale est attribuée à la deuxième canzone. Donna pietosa38, née d’une terrible vision qui est placée sous le signe de la mort et qui préfigure la mort de Béatrice, de même dans la disposition du texte en prose, auquel est confié le commentaire et le récit, la place centrale est attribuée au passage qui évoque, mais refuse de décrire, la mort de Béatrice. C’est le seul passage qui s’ouvre sur une citation en latin. Dans l’ordre événementiel, cette citation latine du début des Lamentationes de Jérémie39 renvoie au rapprochement qui a été établi entre Béatrice et le Christ : à la mort de Béatrice, la cité reine des nations est dans l’état de désolation de Jérusalem à la mort du Christ. Si, chez Jérémie, Jérusalem est la ville par excellence, il est manifeste que, dans la Vita nuova, Florence, qui n’est jamais désignée autrement que par la figure d’antonomase comme « la cittade »40, devient la ville par excellence, comme jadis Jérusalem. Dans l’ordre poétique, cette citation latine remplit une fonction qui est explicitée par Dante lui-même « quasi come entrata de la nuova materia »41 : Dante inaugure solennellement, par cette citation de Jérémie, le nouvel art poétique, à savoir ce que devient le discours amoureux, le dolce stil novo, après la mort de la femme aimée, celle dont la louange procurait, lorsqu’elle était en vie, toute béatitude au poète.

28On le voit par là, l’emploi de la citation dans la Vita nuova n’a rien de strictement décoratif ou de convenu.

29Dante n’a pas cherché à occulter l’étrangeté, l’hétérogénéité linguistique de citations en latin placées aux endroits stratégiques d’un ouvrage composé en langue vulgaire. Dante s’en explique, précisément au sujet de la citation de Jérémie « Quomodo sedet sola civitas ». Il réaffirme à cette occasion que le projet même du livre de la Vita nuova lui imposait d’écrire en langue vulgaire. La décision d’écrire en langue vulgaire semble bien traduire un souci de large diffusion. Mais il est surtout cohérent avec le dessein bien arrêté de fonder un nouveau discours poétique, une nouvelle conception de l’amour et un nouvel art poétique, dans une langue vulgaire – le florentin – qui ne s’était pas encore prêtée à une telle opération ; une langue florentine qui n’avait pas encore constitué sa propre tradition.

30Les citations en latin – et non un commentaire entièrement rédigé en latin, qui eût juré avec le projet de « nove rime » et de « stil novo » – confèrent à l’ouvrage l’auctoritas, un statut de texte digne de foi.

DISPOSITION DES 31 POÈMES DE LA VITA NUOVA

DISPOSITION DES 31 POÈMES DE LA VITA NUOVA
Haut de page

Notes

1 Dante, Purgatorio, XXIV, 49-62.

2 Dante, Vita nuova, XIX, 2.

3 Ibidem, XVIII, 8.

4 E. R. Curtius, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris, P.U.F., 1956, p. 59.

5 Dante, Convivio, II, XII, 2-3.

6 Dante, Vita nuova, I.

7 Ibidem, XLII, 3.

8 G. Gorni, Vita nuova di Dante Alighieri, in A.A. V.V., Letteratura italiana. Le opere, direzione A. Asor Rosa, vol. I : Dalle origini al Cinquecento, Torino, Einaudi, 19992, p. 154.

9 P. Renucci, La cultura, in A.A. V.V., Storia d’Italia, direzione R. Romano e C. Vivanti, vol II : Dalla caduta dell’impero romano al secolo XVIII, T. 2, Torino, Einaudi, 1974, p. 1182.

10 G. Barberi Squarotti, In nome di Beatrice e altre voci. Dalla Vita nuova alla Commedia, Torino, Genesi Editrice, 1992, p. 16.

11 M. Pazzaglia, article Vita nuova, in Enciclopedia dantesca, direzione U. Bosco, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, vol. V, 1976, pp. 1086-1096.

12 Dante, Vita nuova, XIV, 13.

13 Ibidem, XIV, 13.

14 Ibidem, XII, 17.

15 Ibidem, XXV, 1.

16 R. Dragonetti, Le mirage des sources, Paris, Seuil, 1987, p. 41.

17 Dante, Vita nuova, I.

18 Dante, Purgatorio, XXIV, 52-54

19 Dante, Convivio, 1, 1, 14-15.

20 Ibidem, I, V, 6.

21 Ibidem, I, VII, 11.

22 M. Pazzaglia, article Vita nuova, cit.

23 R. Dragonetti, op. cit., p. 43.

24 E. R. Curtius, op. cit., p. 399.

25 M. Bakhtine, Du discours romanesque, in Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1987, pp. 161-163.

26 Cité par M.-D. Chenu, in La théologie au XIIe siècle, Paris, J. Vrin, 1996 2, p. 354, note.

27 Dante, Convivio, IV, VI, 3-4. Voir P. V. Mengaldo, article Avieo, in Enciclopedia dantesca, cit., vol. I, 1970, pp. 482-483.

28 R. Dragonetti, op. cit., p. 43.

29 Dante, Paradiso, XXVI, 134 et 136.

30 Dante, Convivio, IV, VI, 4-5.

31 E. R. Curtius, op. cit., p. 399.

32 G. Gorni, Vita nuova di Dante Alighieri, cit., p. 155.

33 Épître aux Romains, I, 25 ; - cf. « qui est benedictus in saecula », IIe Épître aux Corinthiens, XI, 31 et « qui est super omnia Deus benedictus in saecula », Épître aux Romains, IX, 5.

34 Dante, Vita Nuova, a cura di Domenico De Robertis, Milano-Napoli, Ricciardi, 1980, p. 247, note.

35 Psaumes, LXXI, 17.

36 On sait que la division de la Vita nuova en chapitres n’est pas de Dante.

37 Dante, Vita nuova, VII, vv. 1-7.

38 Ibidem, XXIII.

39 Quomodo sedet sola civitas plena populo ! facta est quasi vidua domina gentium, en quel état de désolation se trouve la cité pleine de peuple ! la suzeraine des nations est devenue pour ainsi dire veuve.

40 Dante, Vita nuova, VI, 2 et passim.

41 Ibidem, XXX, 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre DISPOSITION DES 31 POÈMES DE LA VITA NUOVA
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3135/img-1.png
Fichier image/png, 275k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Stella, « La Vita nuova de Dante : stratégie de la citation », Cahiers d’études romanes, 5 | 2001, 19-31.

Référence électronique

René Stella, « La Vita nuova de Dante : stratégie de la citation », Cahiers d’études romanes [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3135 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3135

Haut de page

Auteur

René Stella

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org